Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Introduction

Étudier les parcours d’étudiants

Philippe Cordazzo

Texte intégral

  • 1 Dans cet ouvrage, les termes « étudiants », « répondants », « sortants », « diplômés », « formés », (...)

1Dans un contexte de croissance des effectifs de l’enseignement supérieur et de précarisation des parcours de formation et professionnels, les enquêtes sur les étudiants1 ont majoritairement pour mission de donner une information aussi complète et objective que possible sur les enjeux spécifiques les concernant, de manière à éclairer la réflexion politique et sociale. Cet ouvrage a pour ambition de dresser un état des savoirs sur les parcours étudiants, en s’appuyant sur différents travaux qui analysent ces trajectoires sous l’angle des vulnérabilités, associées à la mobilité géographique, à la transition à l’âge adulte ou à l’entrée sur le marché du travail. Se distinguant d’ouvrages portant sur une thématique unique et une seule source de données, son intérêt réside dans le fait qu’il propose un panorama de la diversité des sources – et des études qu’elles permettent – sur les conditions de vie des étudiants plutôt que sur leurs seuls cursus.

2En effet, les travaux sur la population étudiante présentés ici sont caractérisés par une diversité des approches (longitudinale, transversale), des sources de données (locales, nationales, internationales) et des méthodes utilisées (quantitatives, qualitatives). En outre, ils abordent des thématiques multiples : l’insertion professionnelle, les conditions de vie et d’études, la réussite des parcours, la mobilité, le devenir adulte, etc. L’ouvrage interroge à la fois l’intérêt des enquêtes, les données exploitées et les méthodes utilisées, pour en présenter les résultats les plus significatifs. Il se veut pluridisciplinaire, réunissant des travaux de démographes, de sociologues, de géographes, d’économistes et de spécialistes des sciences de l’éducation.

Pourquoi étudier les parcours d’étudiants ?

  • 2 En fin d’ouvrage, un glossaire récapitule la signification des sigles et acronymes utilisés.
  • 3 « Le niveau d’études de la population et des jeunes », L’état de l’enseignement supérieur et de la (...)

3En 2016-2017, plus de 2,6 millions d’étudiants étaient inscrits dans l’enseignement supérieur en France, dont plus de 1,6 million à l’université (DEPP2, 2018). Entre 2012 et 2014, 66 % des sortants du système éducatif viennent de l’ensemble de l’enseignement supérieur. Si une majorité d’entre eux (les deux tiers) sortent diplômés, une proportion non négligeable (un tiers) ne l’est pas (12 % des sortants de formation initiale sont des bacheliers qui ont suivi des études supérieures sans obtenir de diplôme3). Ces données s’inscrivent dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur et de développement de nombreuses réformes internationales (processus de Bologne) ou nationales (loi sur l’autonomie des universités, plan réussite en licence ou dispositif Parcoursup inscrit dans la loi relative à l’orientation et la réussite des étudiants, dite loi ORE). Les enjeux sont encore plus prégnants pour les formations, à l’image de l’amendement Grosperrin (2018), qui subordonnerait l’augmentation des effectifs aux taux de réussite et d’insertion professionnelle des étudiants et non à leurs vœux ou projets de formation.

4L’ensemble de la société s’accorde sur l’importance de la jeunesse pour une nation, donc de son éducation. D’où l’intérêt de disposer d’une connaissance approfondie sur les étudiants (qui représentent deux tiers d’une classe d’âge), de mesurer et de comprendre les processus qui vont moduler leurs parcours de formations et de vie. Cela passe notamment par une bonne compréhension du contexte, par une étude approfondie des avantages et des limites des différentes sources de données et par la mise en œuvre de méthodes de mesure appropriées.

L’apport primordial des analyses longitudinales

5Pour étudier des parcours comme ceux des étudiants, l’apport des méthodes démographiques d’analyse longitudinale (suivi de cohorte ou analyse des trajectoires) est de premier ordre. Les travaux en démographie qui s’intéressent à la mise en place d’un suivi de sous-population montrent la nécessité de distinguer deux types d’utilisation des données collectées : intégrée/analyse primaire ou dérivée/analyse secondaire.

6De manière schématique, dans le premier cas de figure, la réflexion se situe en amont de la collecte, qui est alors considérée comme un moyen. Le cheminement est le suivant : construction des indicateurs nécessaires pour répondre à la problématique, mise en évidence des conditions pour que les indicateurs soient calculés sans biais et conception du modèle de collecte en fonction des enseignements tirés des deux premières étapes.

7En revanche, si l’utilisation est de type dérivée/analyse secondaire, les données disponibles sont issues d’une collecte préalablement construite et répondant à une logique différente de celle attendue. Les indicateurs construits sont des indicateurs ex post, s’appuyant sur des données existantes récoltées avec d’autres objectifs ; la réflexion se situe alors en aval de la collecte. Celle-ci est, dans ce cas, une contrainte, à considérer au moment de l’analyse. La démarche est la suivante : analyse du mode de collecte et de sa motivation, mise en place d’indicateurs calculés par défaut et discussion des limites et des modes d’interprétation des indicateurs, compte tenu des biais liés à la nature de la collecte. Ces principes s’appliquent à l’étude des parcours étudiants, quelle que soit l’approche retenue : suivi de cohorte ou analyse des trajectoires.

8L’utilisation des données d’enquêtes rétrospectives pour analyser les parcours d’insertion professionnelle des étudiants, à partir d’un suivi de cohorte ou d’une analyse des trajectoires, est rendue possible notamment grâce aux enquêtes Génération du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq). Elles permettent notamment la collecte des informations mensuelles sur les séquences en emploi ou en non-emploi sur trois à dix ans après la sortie des études, mais fournissent aussi des informations sur le parcours scolaire. Julien Calmand et Boris Ménard (chapitre V) présentent et discutent l’apport de ces enquêtes pour l’analyse des parcours étudiants.

9Les bases de données administratives représentent également une source importante pour les études sur les parcours dans l’enseignement supérieur. Mais, comme toutes les bases de données qui répondent à des contraintes de gestion, leur utilisation à des fins d’analyse quantitative peut être rendue difficile (Desrosières, 2008 ; Peneff, 1984). Les problèmes sont amplifiés quand le chercheur veut dépasser la mesure transversale du phénomène et souhaite réaliser un suivi longitudinal ou une analyse des parcours. Il est alors difficile de maintenir les deux conditions nécessaires à la mise en place d’un suivi de population, à savoir l’exhaustivité et la systématicité. Pour l’analyse des parcours d’étudiants, ce problème se pose pour la population inscrite dans le secteur de l’enseignement supérieur privé, qui n’est pas sous contrat avec le ministère concerné. Cela concerne en premier lieu les primo-entrants dans l’enseignement supérieur qui sont issus des établissements privés du secondaire n’étant pas sous contrat avec le ministère, mais aussi les étudiants qui font une partie ou toute leur scolarité dans l’enseignement supérieur privé hors contrat. Quand les étudiants intègrent le cursus de l’enseignement supérieur public après être passés par le privé, cela agit comme l’équivalent des « événements perturbateurs entrants » en démographie. De même, quand les étudiants quittent l’enseignement supérieur public pour le privé hors contrat, ils sortent du champ d’observation. De manière générale, l’analyse des flux est souvent rendue complexe quand elle est réalisée à partir des fichiers de gestion. Les problèmes de mesure des entrées et des sorties de la population sont centraux. Ainsi, pour la population étudiante, on peut citer entre autres les difficultés liées à la fiabilité de l’identifiant dans le suivi du secondaire au supérieur, à la mesure de plusieurs (ré)entrées dans l’enseignement supérieur (qui peuvent occasionner une perte de l’identifiant) ou encore à la mesure du calendrier de l’abandon.

  • 4 L’une des rares illustrations de ces travaux est présentée dans Lamy, 2004.

10Néanmoins, les universités, par l’intermédiaire des structures d’observation des étudiants, s’intéressent depuis longtemps au suivi de ces derniers. L’approche par suivi de cohorte s’est vite révélée nécessaire pour évaluer la production de diplômés dans un système où les parcours dans les cursus sont multiples. Le développement de l’analyse des parcours étudiants par le biais des suivis de cohorte dans les universités doit beaucoup aux recherches menées par Marlène Lamy (2004) à l’université de Paris-14), aux travaux conduits par le groupe de travail sur l’enseignement supérieur du Céreq (Martinelli et Stoeffler-Kern, 1998), à ceux du Réseau des observatoires de l’enseignement supérieur (Résosup, 2011) et, à l’international, à ceux menés à l’université de Ouagadougou (Kobiané et al., 2009).

11Les parcours étudiants sont aussi observés à partir des méthodes d’analyse des trajectoires. D’un point de vue pratique, elles peuvent être appréhendées à partir de données nationales comme la base Sise (Système d’information sur le suivi des étudiants), de données administratives (dossier de l’étudiant) propres à un établissement du supérieur ou de dossiers faisant état du parcours antérieur, pour les candidatures en master par exemple. Les données Sise, qui sont transmises tous les ans par les établissements au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, sont des données administratives saisies lors de l’inscription de chaque étudiant. Malgré certaines limites inhérentes aux bases administratives, elles permettent de reconstruire les trajectoires des étudiants, notamment les parcours et la mobilité interuniversités (Frouillou, 2016). Leïla Frouillou et Léonard Moulin (chapitre III) montrent dans cet ouvrage les possibilités offertes par cette base, en travaillant sur les trajectoires des étudiants selon la mobilité géographique, la mobilité disciplinaire et la réussite. Ils discutent notamment des avantages (suivi d’un étudiant sur plusieurs établissements) et des limites (bases établissements qui ne sont pas dans la base nationale, durées d’observation différentes).

  • 5 Careers After Higher Education: A European Research Survey. Cheers est une enquête d’insertion euro (...)
  • 6 Reflex est une enquête européenne qui s’intéresse aux compétences (acquises et mobilisées par les e (...)

12De la même manière que pour le suivi de cohorte et avec les mêmes principales difficultés liées aux bases de gestion, Philippe Cordazzo, Jean-François Kobiané et Marc Pilon ont mené une étude sur les trajectoires de réussite des étudiants de l’université de Ouagadougou à partir des bases des dossiers d’inscription de 1995 à 2005 (chapitre IV) et à l’aide d’une analyse des séquences. Christine Guégnard et Jake Murdoch (chapitre VI) se sont donné comme objectif de restituer les principaux résultats des enquêtes permettant des comparaisons internationales en matière de conditions de vie des étudiants d’une part (enquêtes Eurostudent) et en matière d’insertion professionnelle d’autre part (enquêtes Cheers5 et Reflex6).

Conditions de vie et inégalités

  • 7 Centre national des œuvres universitaires et scolaires.
  • 8 Centre régional des œuvres universitaires et scolaire.s

13De nombreux travaux sur les conditions de vie des étudiants ont été produits au cours des dernières années. Ces travaux répondent à un besoin de connaissances dans une optique d’aide au pilotage, notamment pour les acteurs de l’enseignement supérieur (établissements, Cnous7 et Crous8, les collectivités territoriales, etc.). Les enjeux sont multiples, qu’ils soient liés à l’accès au logement, à l’aide aux étudiants les plus défavorisés, à l’aide à la réussite, à l’aide à la mobilité ou encore à l’ouverture de l’université sur la ville, par exemple. La nécessité d’avoir une connaissance fine des problématiques étudiantes a favorisé la réalisation des enquêtes Conditions de vie (CdV) par l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), depuis les années 1990. Élise Tenret revient sur l’ensemble des questionnements autour des conditions de vie des étudiants à travers les différentes enquêtes menées par l’OVE (chapitre I).

14Parler des conditions de vie et d’études des étudiants semble aller de soi, alors que ce sujet se décline en une multitude de thématiques qui se croisent. Principalement, les travaux peuvent porter sur les conditions matérielles de vie, comme le logement, le transport, l’alimentation, la santé et les ressources financières. Ils peuvent aussi s’intéresser aux conditions d’études, avec l’accès aux outils numériques et aux bibliothèques, à la question des rythmes universitaires ou des pratiques pédagogiques, à la vie et à l’animation des campus ou encore aux dispositifs d’aides et d’accompagnement des étudiants. En outre, les travaux de recherche sur les conditions de vie des étudiants peuvent concerner des populations particulières : les étudiants étrangers, les étudiants handicapés ou les étudiants victimes de discriminations ou de violences, dans le cas de la déclinaison universitaire de l’enquête Violences et rapports de genre (Virage-Université). Pourtant, malgré la diversité des thématiques, force est de constater que les liens entre conditions de vie et parcours de formation ont été peu étudiés (Landrier et al., 2017). C’est pourquoi cet ouvrage a choisi de mobiliser des travaux sur l’une des problématiques les plus importantes, source d’inégalités dans les parcours étudiants, à savoir les ressources financières : Jean-François Giret et Élise Tenret traitent cette question de la difficile mesure des ressources étudiantes et des vulnérabilités associées (chapitre VII).

15Les enquêtes nationales sur la vie étudiante ne fournissent pas à elles seules des données sur les conditions de vie des étudiants. En effet, les établissements du supérieur ont progressivement développé leurs propres structures d’observation des étudiants qui réalisent, en plus des études sur l’insertion professionnelle et sur les parcours de formation, des enquêtes sur les conditions de vie et d’études au niveau local. Les connaissances produites sont certes souvent à usages internes, avec une visée d’aide au pilotage, mais apportent un éclairage intéressant, car elles prennent en considération les spécificités des contextes locaux. Séverine Landrier et Xavier Collet rendent compte de l’apport de ces études locales à la connaissance des liens entre conditions de vie et parcours universitaires (chapitre II).

Être étudiant, devenir adulte

16S’intéresser aux parcours des étudiants, c’est s’interroger sur les parcours de formation, mais aussi plus généralement sur les parcours de vie : l’âge des études supérieures est également celui où l’on devient un jeune adulte. Pour reprendre l’expression d’Arnaud Régnier-Loilier, c’est bien de l’étude de la « marche progressive vers l’indépendance » dont il est question ici. Philippe Cordazzo a mis en évidence combien il est important d’inscrire l’étude des conditions de vie, et plus particulièrement des vulnérabilités socioéconomiques, dans le passage à l’âge adulte et le degré de dépendance par rapport à la famille. Car la marche progressive des étudiants vers l’indépendance est fortement liée à la capacité des familles à les accompagner, notamment financièrement – cette aide suit l’évolution de l’autonomie résidentielle en diminuant avec l’âge. En effet, si la jeunesse a longtemps été pensée comme un état antérieur au passage des seuils que sont l’obtention d’un emploi stable, le départ du foyer parental et la mise en couple, ce n’est plus le cas aujourd’hui. On doit au sociologue Olivier Galland (2011) d’avoir mis en évidence la « désynchronisation » de ces étapes de la transition vers l’âge adulte et l’allongement croissant du processus.

17Les jeunes connaissent désormais des parcours d’accès à la vie adulte de plus en plus complexes, dans un contexte de crise économique qui les touche plus particulièrement (Van de Velde, 2015). Cette situation défavorable entraîne une augmentation des périodes d’inactivé et de chômage pouvant affecter les trajectoires d’autonomie résidentielle. Les données des enquêtes Emploi (Insee) montrent un taux d’emploi des 20-24 ans en diminution sur la période 1992-2015 (de 56 % à 48,8 %). Cette évolution concerne tous les niveaux de diplôme, les hommes (61,7 % à 52,1 %) comme les femmes (50,3 % à 45,5 %). Mais si le départ ou le non-départ du foyer parental semble lié à la crise économique, ou du moins à la crise du logement dans les territoires (Driant, 2016), ces facteurs – tout comme le coût de l’accès à un logement autonome et la capacité à mobiliser une aide financière de la famille et/ou des aides publiques (Portela et Dezenaire, 2014) – vont jouer un rôle socialement différencié sur l’autonomie résidentielle (Castell et al., 2016). Ce sont ces conditions du départ du foyer parental au niveau européen qui sont étudiées par Phillipe Cordazzo et Jake Murdoch au chapitre X.

18Par ailleurs, les événements démographiques comme la mise en couple et la maternité favorisent le départ du foyer parental des jeunes adultes. Or, sur la période 1992 à 2015, l’âge moyen à la maternité est passé de 28,1 ans à 30,1 ans (Insee) et l’installation en couple dans un nouveau logement est moins fréquente qu’avant (Rault et Régnier-Loilier, 2015). Ce dernier phénomène est différencié selon le sexe et le niveau d’études. Ainsi, les femmes se mettent en couple plus tôt que les hommes et les étudiants plus diplômés plus tard que les moins diplômés. En ce qui concerne les étudiants, l’enquête CdV menée en 2016 par l’OVE permet de mesurer la mise en couple par un proxy : le fait d’avoir une relation amoureuse stable. Ainsi, à partir d’une première exploitation de ces données, la fréquence d’étudiants en couple est de près de 50 % et 32,3 % des étudiants déclarent avoir une relation amoureuse stable « avec quelqu’un avec qui je vis » et 16,7 % « avec quelqu’un avec qui je ne vis pas ».

19Pour certains étudiants (un sur vingt), devenir adulte se traduit aussi par l’entrée dans la parentalité. Cet événement n’est pas sans conséquence sur leurs parcours. À partir de données d’enquêtes quantitatives, Arnaud Régnier-Loilier (chapitre VIII) étudie ce phénomène sous l’angle de la prévalence, des circonstances et des incidences sur la formation. Aden Gaide (chapitre IX), à partir d’un matériau qualitatif, aborde le phénomène des mères étudiantes et de l’impact de l’arrivée d’un enfant pendant les études supérieures, notamment du point de vue de la vulnérabilité.

Espaces et mobilités

20Étudier les parcours étudiants, c’est aussi s’interroger sur les mobilités. Rappelons par exemple que les études supérieures sont une des principales raisons des mobilités internationales. Dans ce champ, un certain nombre de travaux ont été produits, s’attachant surtout à observer les mobilités internationales, notamment encouragées par les politiques publiques et portées par des programmes comme Erasmus ou Socrates. C’est ce qu’a fait Valérie Erlich (2012) dans l’ouvrage Les mobilités étudiantes, qui s’attache aux mobilités intra-européennes et, plus spécifiquement, aux enjeux individuels et aux conditions de ces mobilités. D’autres travaux interrogent la catégorie « mobilité » en s’intéressant à l’effet de sélection d’un phénomène qui ne bénéficie qu’à une part réduite d’étudiants et proposent de porter le regard sur l’immobilité (Courty, 2015). D’autres recherches encore approchent les mobilités étudiantes par l’étude des trajectoires des étudiants étrangers (Agulhon et Ennaafa, 2016) et des conditions de vie associées.

21Un chapitre de l’ouvrage s’intéresse plus particulièrement à la mobilité internationale des étudiants. Clarisse Didelon-Loiseau (chapitre XI) aborde les flux d’étudiants internationaux et montre combien ces mobilités sont complexes et contribuent à l’émergence d’un territoire de pratiques à l’échelle mondiale.

22Cependant, observer les mobilités étudiantes ne peut se restreindre à l’appréhension du phénomène à l’échelle internationale, et cela pour plusieurs raisons. On peut citer l’importance statistique de ces mobilités au sein du territoire national, l’importance pour les étudiants de l’inscription de ces choix contraints dans leurs parcours d’études et de vie, mais aussi, comme l’avait déjà montré Brigitte Baccaïni (1993), la spécificité des mobilités étudiantes par rapport aux autres mobilités. Ainsi, Fanny Jedickli et Clarisse Didelon-Loiseau (chapitre XIII), à partir de données quantitatives (enquête par questionnaire) et qualitatives (entretiens), proposent une analyse des mobilités étudiantes à partir d’un espace localisé. Elles montrent combien les choix de mobilité des étudiants sont socialement et géographiquement déterminés. Myriam Baron (chapitre XII) s’intéresse aux mobilités étudiantes dans le sens où elles interrogent le système universitaire français, notamment sur les contraintes liées à l’offre de formation.

23À partir de contributions de chercheurs venant de plusieurs horizons disciplinaires, cet ouvrage propose donc un éclairage sur les parcours étudiants. S’il ne prétend pas à l’exhaustivité, il contribue à mettre en lumière la complexité et la diversité des parcours étudiants, en mobilisant des données d’enquêtes administratives, internationales, nationales ou locales, quantitatives ou qualitatives.

24Il est constitué de trois parties. La première présente les sources de connaissance sur le monde étudiant. Locales, nationales ou internationales, ces sources sont multiples et questionnent, à partir de données administratives ou d’enquêtes (quantitatives ou qualitatives), les parcours de formation, ainsi que les conditions de vie et d’études associées et l’insertion professionnelle. Les six chapitres qui la constituent dressent un panorama de la diversité de ces données et des sujets de recherche, les auteurs exposant les intérêts et les limites des différentes sources avant de présenter leurs apports les plus significatifs à la connaissance de la population étudiante. Les quatre chapitres qui composent la deuxième partie interrogent les différentes situations associées à ce « devenir adulte », le temps des études supérieures étant aussi celui de l’entrée dans la vie adulte. Une part importante des étudiants vont ainsi connaître – de manière de plus en plus fréquente avec l’avancée en âge – l’autonomie financière et résidentielle, la mise en couple, la parentalité et, parfois, la vulnérabilité. La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse aux espaces et aux mobilités des étudiants. Elle s’inscrit dans un contexte d’injonction à la mobilité géographique et de mise en place de réformes, avec des enjeux territoriaux forts pour les établissements du supérieur.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agulhon C., Ennafaa R., 2016, « Les étudiants étrangers. Des trajectoires spécifiques », in J.-F. Giret, C. Van de Velde, C. Verley (dir.), Les vies étudiantes. Tendances et inégalités, Paris, La Documentation française, coll. « Études et recherche », p. 293-312.

Baccaïni B., 1993, « Régions attractives et régions répulsives entre 1982 et 1990 : comparaison de la période 1975-1982 et spécificité des différentes classes d’âge », Population, 48(6), p. 1791-1812.

Castell L., Thouilleux C., Rivalin R., 2016, « L’accès à l’autonomie résidentielle pour les 18-24 ans : un processus socialement différencié », France, portrait social, Paris, Insee Références, p. 10-25.

Courty G. (dir.), 2015, La mobilité dans le système scolaire. Une solution pour la réussite et la démocratisation ?, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Driant J.-C. 2016, « Les étudiants face à la crise du logement dans les territoires », in J.-F. Giret, C. Van de Velde, C. Verley (dir.), Les vies étudiantes. Tendances et inégalités, Paris, La Documentation française, coll. « Études et recherche », p. 191-209.

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), 2018, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Paris, MENESR ; https://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html.

Desrosières A., 2008, Gouverner par les nombres : l’argument statistique, 2 vol., Paris, Presses de l’École des mines.

Erlich V., 2012, Les mobilités étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Panorama des savoirs ».

Frouillou L., 2016, « Admission post-bac : un “libre choix” sous contrainte algorithmique. La production spatiale des inégalités par l’affectation informatique des étudiants du supérieur », dossier « Liberté, égalité, computer », Justice spatiale-Spatial Justice, 10 ; https://www.jssj.org/article/admission-post-bac-un-libre-choix-sous-contrainte-algorithmique.

Galland O., 2011, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Kobiané J.-F., Pilon M., Sawadogo R.C, 2009, « Les étudiants de l’université de Ouagadougou : enseignements d’une analyse des dossiers d’inscription de 1995 à 2005 », communication au colloque « Éclairage des statistiques sociales sur les enjeux, les dynamiques et les résultats en enseignement supérieur : perspectives internationales », Montréal, 7-9 décembre 2009, Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales/Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire.

Lamy M., 2004, « Perspectives scolaires : des perspectives dérivées à l’application de la méthode des flux », in Caselli C., Vallin J., Wunsch G. (dir.), Démographie. Analyse et synthèse V, Paris, Ined Éditions, coll. « Les manuels », p. 277-283.

Landrier S., Cordazzo P., Guégnard C. (dir.), 2017, Études, galères et réussites. Conditions de vie et parcours à l’université, Paris, Injep/La Documentation française.

Martinelli D., Stoeffler-Kern F., 1998, Parcours de formation et insertion professionnelle des étudiants : sources et méthodes, Marseille, Céreq, coll. « Documents ».

Portela M., Dezenaire F., 2014, « Quitter le foyer familial : les jeunes adultes confrontés à la crise économique », Études et résultats de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), n° 887.

Peneff J., 1984, « La fabrication statistique ou le métier du père », Sociologie du travail, 2, p. 195-211.

Rault W., Régnier-Loilier A., 2015, « La première vie en couple : évolutions récentes », Population et sociétés, 521.

Réseau des observatoires de l’enseignement supérieur (Résosup), 2011, « Analyse longitudinale du suivi des parcours étudiants : enjeux, méthodes et indicateurs », Les Cahiers de Résosup, 2(84), p. 195-211.

Van de Velde C., 2015, « Les voies de l’autonomie : les jeunes face à la crise en Europe », Regards, 2(48), p. 81-93.

Notes

1 Dans cet ouvrage, les termes « étudiants », « répondants », « sortants », « diplômés », « formés », etc., ont à la fois valeur de féminin et de masculin.

2 En fin d’ouvrage, un glossaire récapitule la signification des sigles et acronymes utilisés.

3 « Le niveau d’études de la population et des jeunes », L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, avril 2017, n° 20.

4 L’une des rares illustrations de ces travaux est présentée dans Lamy, 2004.

5 Careers After Higher Education: A European Research Survey. Cheers est une enquête d’insertion européenne qui vise à étudier l’impact de différents facteurs sur l’accès à l’emploi des diplômés de l’enseignement supérieur.

6 Reflex est une enquête européenne qui s’intéresse aux compétences (acquises et mobilisées par les employeurs) par les diplômés de l’enseignement supérieur.

7 Centre national des œuvres universitaires et scolaires.

8 Centre régional des œuvres universitaires et scolaire.s

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search