Version classiqueVersion mobile

Parcours d'étudiants

 | 
Philippe Cordazzo

Avant-propos

Elise Verley

Texte intégral

1Dans un contexte de mutations majeures de l’enseignement supérieur, de transformation des modes de gouvernance des universités, de développement de réseaux d’établissements, de diversification de l’offre de formation, d’accroissement du nombre d’étudiant·es, de renforcement des inégalités et des hiérarchies entre établissements et entre étudiants (Musselin, 2017 ; Musselin, Fit-Pradalier, 2014 ; Gruel et al., 2009 ; ESSR, 2018), les voies de diversification de la condition et des parcours étudiants ne manquent pas et leurs expériences de vie se situent plus que jamais au croisement de problématiques complémentaires (Giret et al., 2016 ; Galland et al., 2011). Les travaux de l’OVE ont déjà largement étayé un certain nombre de constats : être étudiant ne suffit pas à homogénéiser les conditions de vie d’un public aux caractéristiques, expériences et attentes plurielles et « faire des études dans l’enseignement supérieur ne suffit pas à normé des modes de vie » (Giret et al., 2016, p. 9). L’identification d’inégalités de conditions d’études et de vie gagne toutefois à être complétée par une autre perspective, celle visant à rendre compte de la structuration des parcours dans l’enseignement supérieur et impliquant le recours à des données longitudinales et comparatives. C’est l’orientation choisie par Philippe Cordazzo dans cet ouvrage sur les parcours d’étudiants.

2On ne peut que se réjouir de cette publication permettant au lecteur (étudiant·e, enseignant·e et/ou chercheur·e/ acteur institutionnel) de se repérer dans la production abondante de recherches quantitatives, d’identifier la façon dont s’est construite, se structure et s’organise la connaissance sur les « mondes étudiants » (Galland et al., 2011) et d’entrevoir la façon dont les chercheur·es issus de différents domaines disciplinaires (sociologie, économie, sciences de l’éducation, démographie, géographie) s’emparent des questionnements et perspectives qui animent ce champ d’étude et de recherche.

3Cet ouvrage, publié dans la collection « Grandes Enquêtes » des Éditions de l’Ined, montre en premier lieu qu’il existe une pluralité de « grandes » enquêtes sur les étudiant es et la jeunesse. La « grandeur » qui les caractérise peut renvoyer tout à la fois à leur envergure, à leur représentativité, à leur exhaustivité, à leur légitimité scientifique, à leur temporalité (longitudinale ou récurrente), à leur spécificité fonctionnelle, à leur comparabilité à des échelles locales, régionales, nationales, européennes, internationales. Les enquêtes ici mobilisées peuvent ainsi s’appuyer sur de larges échantillons représentatifs : 46 340 répondants à l’enquête Conditions de vie 2016, entre 15 000 et 35 000 jeunes pour les enquêtes Génération, 210 000 pour Eurostudent 2015, 40 000 pour Reflex 2005 (Research into Employment and Professional Flexibility), 36 000 jeunes pour Cheers 1999 (Carreers After Higher Education). Elles sont également susceptibles de générer des données longitudinales (suivi de cohorte grâce au Système d’information de suivi des étudiants (SISE), enquêtes à 3-5-7 ou 9 ans après la sortie du système éducatif selon les enquêtes Génération) permettant de mieux appréhender les logiques de parcours (orientation, réussite, « décrochage », insertion…). Elles peuvent enfin accompagner les processus de transformation du paysage institutionnel (en matière de professionnalisation, d’attractivité, de mobilité, de vulnérabilité…), et ce à des échelles locales, au plus près des territoires, des établissements ou du tissu productif local ou à des échelles nationales, européennes, mondiales.

  • 1 Le chapitre 9, « Mères et étudiantes : une typologie », propose toutefois de contribuer à une meil (...)

4L’existence de ces enquêtes ou sources de données statistiques, ici mises au jour, confirme en effet l’importance d’apporter des réponses différenciées à des questionnements complexes sur une population contrastée et évolutive. Et cet ouvrage Parcours d’étudiants a donc à la fois le mérite de proposer un panorama exhaustif des sources de connaissances, mais également des méthodes et questionnements qui animent le monde de la recherche. De manière générale, on ne peut que souligner la pertinence et la complémentarité des travaux présentés et le portrait statistique qu’il permet de dresser. Cette exhaustivité statistique invite à poursuivre cette réflexion autour de la production de recherches qualitatives1, afin de mieux comprendre comment les étudiants perçoivent, intériorisent ces nouvelles normes et quels rapports ils entretiennent aux études et à l’avenir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Galland O., Verley E., Vourch’ R. (dir.), 2011, Les mondes étudiants, Paris, La Documentation française, coll « Études et recherche ».

Giret J-F., Van de Velde C., Verley E. (dir.), 2016, Les vies étudiantes. Tendances et inégalités, Paris, La Documentation française, coll « Études et recherche ».

Gruel L., Galland O., Houzel G., 2009, Les étudiants en France. Histoire et sociologie d’une nouvelle jeunesse, Renns, Pur.

Mesr, 2018, L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, n° 11.

Musselin C., 2017, La grande course des universités, Paris, Presses de Sciences Po.

Musselin C., Dif-Pradalier M., 2014, « Quand la fusion s’impose : la (re)naissance de l’université de Strasbourg », Revue française de sociologie, 55(2), p. 285-318.

Notes

1 Le chapitre 9, « Mères et étudiantes : une typologie », propose toutefois de contribuer à une meilleure connaissance de la parentalité étudiante, sur la base de la réalisation de quinze entretiens conduits avec des mères étudiantes.

Auteur

© Ined Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search