Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 8

Plurilinguisme et hiérarchie sociale entre les langues en France

p. 167-180


Texte intégral

1Le monopole de la langue française n’a cessé de croître au fil du xxe siècle et cette unicité linguistique du territoire symbolise l’indivisibilité de la nation (Thiesse, 1999). Toutefois, l’européanisation, la mondialisation, la mobilité de plus en plus grande des individus nécessitent la maîtrise d’autres langues, comme l’anglais ou l’espagnol. C’est pourquoi, l’institution scolaire forme plus précocement les enfants à l’apprentissage d’autres variétés linguistiques1 en plus du français. Ajoutées à cette tendance émergent aussi des pratiques sociales et linguistiques très ancrées localement, qui correspondent à des formes diverses de « renaissance régionale » (Le Coadic, 2001). Si les enfants apprennent désormais dès l’école primaire à parler anglais, ils peuvent également s’initier au breton ou au basque, s’ils le souhaitent, selon leur région de résidence.

2Les pratiques plurilingues peuvent donc constituer une ressource à valoriser socialement et occupent une place importante dans la trajectoire des individus, tant au niveau de leur insertion professionnelle que comme marqueur identitaire (Filhon et Guérin-Pace, 2006). Pourtant, la tradition d’intégration à la française, qui s’adresse aux parents migrants, voire aussi à leurs enfants socialisés en France, les invite à renoncer à leur-s langue-s d’origine au profit d’un usage exclusif du français (Haut Conseil à l’Intégration, 1995). Une telle injonction peut sembler en contradiction avec la tendance générale de valorisation du plurilinguisme.

3Au sein de nombreuses institutions tels les milieux scolaires et professionnels, il existe une reconnaissance et une promotion de quelques variétés linguistiques, et à l’inverse, une disqualification sociale d’autres langues, ce qui conduit les individus à hiérarchiser les langues et à leur accorder une plus ou moins grande valeur symbolique. On s’intéressera ici aux comportements et stratégies mises en place selon que la langue est régionale ou issue de l’immigration, locale ou internationale. Entre transmission et oubli, il s’agit d’analyser le devenir de ces langues d’une génération à une autre au regard du contexte national et de leur plus ou moins grande valorisation sociale.

4Quelles places occupent ces langues familiales par rapport au français, langue de la République, mais aussi les unes par rapport aux autres ? La domination apparente de la langue française se comprend notamment au regard du modèle d’intégration, inscrit dans la Constitution (article 2) en 1992, stipulant que « la langue de la République est la langue française ». Parallèlement à cette instauration d’un monolinguisme d’État, on étudiera la place qu’ont progressivement occupée les autres parlers usités sur le territoire.

5Une fois le contexte posé, les comportements linguistiques des adultes seront analysés, selon qu’ils ont reçu de leurs parents une langue régionale (alsacien, breton…) ou une langue issue de l’immigration (polonais, portugais, arabe…), en cherchant à saisir les facteurs susceptibles de favoriser le maintien de ces variétés linguistiques en France métropolitaine.

Méthodologie
L’un des axes d’investigation de l’enquête Histoire de vie porte sur la transmission et la pratique des langues, qu’elles soient régionales, frontalières ou étrangères. La question des langues parlées et transmises en France a fait l’objet de peu d’études quantitatives. L’enquête Famille de 1999 (Lefèvre et Filhon, 2005) appariée au recensement de la population a permis pour la première fois d’aborder au niveau national la question des langues parlées en famille en France, en centrant les questions sur la transmission parent/enfant. Les résultats de cette enquête fournissent de ce fait une vision d’ensemble du foisonnement des langues parlées sur l’hexagone et de leur maintien ou érosion au fil du xxe siècle (Clanché, 2002 ; Héran, Filhon, Deprez, 2002). Dans le prolongement de cette enquête, et en conservant notamment la formulation de certaines questions, l’enquête Histoire de vie permet, grâce à la richesse du questionnaire, d’étudier en profondeur cet aspect linguistique. Elle offre la possibilité de comparer les résultats de ces deux enquêtes et constitue surtout une opportunité d’explorer plus en détails les pratiques linguistiques des individus.
La première question du module sur les langues est ainsi formulée : « Quelle-s langue-s vous parlaient d’habitude vos parents quand vous étiez enfant ? ». Elle comporte quatre modalités de réponse : le français uniquement ; une seule langue autre que le français ; le français et une autre langue ; et enfin deux autres langues que le français. Il était demandé aux enquêtés n’ayant pas répondu exclusivement le français de préciser sous la forme d’une réponse libre, sans modalités pré-construites, de quelle variété linguistique il s’agit. Puis s’en suit une série de questions sur la pratique actuelle de ces langues avec différents éventuels interlocuteurs : conjoint, enfants, famille ou voisinage.

I. Langue française et sentiment national

6En France métropolitaine, de nombreuses variétés linguistiques sont parlées, mais seul le français est reconnu comme langue officielle. Pourtant, si certains États disposent pareillement d’une seule langue officielle, d’autres en reconnaissent plusieurs ou bien parfois aucune. Cette officialisation d’une seule langue ne signifie pas que le français soit la seule langue parlée sur le territoire, mais institue une hiérarchisation entre cette langue et les autres.

1. L’unification linguistique de la France métropolitaine au cours du xxe siècle

7C’est au XVIe siècle que la langue française s’officialise. En 1539, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts, le roi François 1er prescrit l’usage du français en remplacement du latin pour tous les jugements et actes notariés. Sous l’Ancien Régime, si l’usage du français est exigé pour tout ce qui a trait aux affaires de l’État, l’objectif sous-jacent ne vise pas une homogénéisation linguistique. Le français reste essentiellement la langue des classes dirigeantes, le conservatisme et puritanisme dont font preuve les lettrés ne favorisant pas sa propagation dans les autres couches sociales. Langue de savoir et de l’écrit au même titre que le latin, le français acquiert progressivement son prestige durant la Renaissance avec le développement des valeurs séculières et également grâce aux humanistes, favorables à la vulgarisation des connaissances. La diffusion des écrits est aussi fortement liée au développement de l’imprimerie (Lodge, 1997). S’en suit au XVIIe siècle une période durant laquelle, à l’intérieur du territoire, la langue se codifie et se dote d’une orthographe officielle sous les directives de l’Académie française créée en 1635. Là encore, la codification n’a pas pour ambition son universalisation à l’ensemble de la population, mais reste un critère de sélection sociale et permet de renforcer sa visibilité sur la scène européenne.

8La tradition monolingue de la France est en partie héritée de la Révolution française, période durant laquelle naît ce lien d’inhérence entre langue et nation. C’est à partir de cette période que s’intensifie le sentiment national :

Dans la nouvelle idéologie, l’idée de nation connut une métamorphose complète et la langue se vit chargée d’un rôle entièrement nouveau dans la société. Si jusqu’alors on avait réservé le mot nation à la désignation du groupe aux dimensions variables au sein duquel on était né, il désignait maintenant un groupe aux contours beaucoup plus vastes, uni par la raison, la volonté générale et le contrat social. Cette nation en tant qu’association exigeait que tous les membres parlassent une seule et même langue. Et celle-ci devint le premier symbole de la nation. (Lodge, op. cit., p. 279)

9Concrètement, l’unification linguistique du pays s’est réalisée progressivement, notamment par la mise en place du service militaire et de l’école « gratuite, laïque et obligatoire ». L’urbanisation progressive du pays, la révolution des transports et la place croissante que va prendre l’administration contribuent également à la diffusion du français. Le processus d’unification s’accélère à partir de la première guerre mondiale, les hommes venus de provinces diverses étant conduits à se côtoyer et donc à utiliser une langue commune. Cette valorisation croissante de la langue française entraîne parallèlement une dévalorisation des autres variétés linguistiques anciennement parlées comme le breton, les langues d’Oïl, d’Oc, etc. Ainsi, au fil du xxe siècle, le monopole du français ne cesse de croître sur le territoire français et bien au-delà.

2. Le français face aux langues régionales et étrangères

10Cette francisation du pays, cette construction d’un monolinguisme d’État (Niel, 2007) a contribué à l’introduction d’une hiérarchie entre les langues. Le français étant la langue des lettrés, des urbains et de l’élite, a bénéficié d’une valeur symbolique forte (Bourdieu, 1982). La reconnaissance des autres langues de France se fait à partir des années 1950 avec la loi du 11 janvier 1951 qui autorise notamment l’enseignement des langues régionales et vise également à défendre et à préserver la langue française (Leclerc, 2007). En 1975 la loi Haby réforme l’enseignement en France par l’introduction du collège unique et permet, à la demande des minorités régionales, l’apprentissage d’une langue régionale par les établissements scolaires.

11Si le français est désormais la langue dominante en France, il semble avoir perdu de son prestige à l’étranger au cours des années 1960, et l’État s’inquiète de la domination croissante de l’anglais perçue comme la langue de la puissance économique, scientifique et militaire (Saint-Robert de, 2000). C’est pourquoi, en dépit de l’intérêt des politiques porté aux revendications régionales, le souci de valorisation de la langue française reste dominant comme en témoigne le discours du président Georges Pompidou à Sarre-Union en 1972 : « il n’y a pas de place pour les langues et cultures régionales dans une France qui doit marquer l’Europe de son sceau » (Leclerc, 2007).

12En 1994, une nouvelle législation linguistique a pour objectif d’assurer l’emploi du français dans toutes les sphères de la vie sociale. La « loi Toubon » est instaurée essentiellement dans le but de se prémunir de l’avancée des principales langues internationales et non pas à l’encontre des langues minoritaires2 de France. Si à l’origine, les langues régionales ont été reléguées au statut de « patois » pour permettre au français de devenir langue d’État, l’utilisation actuelle des langues minoritaires ne saurait remettre en question le monopole du français. Les inquiétudes sont plutôt liées à la place dominante qu’occupent des langues comme l’anglais principalement ou l’espagnol secondairement. C’est pourquoi, même si la reconnaissance des langues et cultures régionales se fait progressivement, elles sont souvent jugées inutiles et restent peu valorisées socialement3.

13La place qui est octroyée aux langues issues de l’immigration est encore différente dans la mesure où un lien est explicitement posé entre le degré d’intégration supposée des migrants, et même celle de leurs enfants, et l’abandon de toute variété linguistique au profit du français. Les discours communs, politiques et parfois scientifiques, analysent l’inscription de ces familles en France à l’aune du degré de déperdition des langues natales des parents4. L’idée selon laquelle les pratiques linguistiques constitueraient un indicateur de mesure de l’intégration est en effet largement partagée (Tribalat, 1997)5. Aujourd’hui encore perdure, étonnamment, le sentiment que l’apprentissage précoce de plusieurs langues pourrait nuire à l’acquisition du français et être un frein à la réussite scolaire des enfants, voire pire. En 2004, le rapport préliminaire de la commission de prévention du groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure, intitulé « Sur la prévention de la délinquance », établissait un lien direct entre les langues parlées en famille et l’échec scolaire dans un premier temps, puis la délinquance dans un second temps6. Il y aurait d’après cette commission un lien de causalité entre la langue parlée en famille et les actes délinquants commis par certains jeunes. Le président de la commission7 considère même la langue comme un facteur plus déterminant que le milieu socioéconomique pour expliquer l’échec scolaire ou la délinquance8. Pourtant, de nombreux linguistes et sociolinguistes (Lüdi et Py, 1986 ; Vermès et Boutet, 1987 ; Deprez, 1994) ont montré depuis les années 1980 que l’apprentissage de plusieurs langues dès le plus jeune âge ne nuit nullement au développement intellectuel de l’enfant et ne constitue pas non plus un frein dans sa scolarité. Au contraire, plus l’initiation à plusieurs langues est précoce, meilleure en est l’acquisition, constat mis en pratique dans les écoles primaires où l’apprentissage de l’anglais ou de l’allemand se fait de plus en plus tôt.

14Il apparaît, en définitive, un contexte linguistique dans lequel règne un monolinguisme d’État s’accompagnant d’une difficile reconnaissance, pour des raisons diverses, des langues régionales ou issues de l’immigration. Et par ailleurs se sont développées, en France comme ailleurs, des pratiques plurilingues dans le cadre professionnel ou scolaire par exemple.

II. De l’héritage à la transmission des langues familiales

15En France métropolitaine, le bilinguisme9 est un phénomène courant. Les résultats de l’enquête Histoire de vie révèlent, qu’en moyenne, environ un quart de la population résidant actuellement sur le territoire a reçu au moins une autre langue que la langue nationale dans son jeune âge au foyer parental. Une personne sur sept a des parents qui ne lui parlaient pas français durant son enfance, sans différence significative entre hommes et femmes.

16Parmi les personnes n’ayant pas été socialisées exclusivement en langue française, 60 % ont été familiarisées par leurs parents à une langue d’immigration tandis que 40 % l’ont été à une langue régionale. Les adultes ayant reçu dans leur enfance une langue d’immigration ont, pour 40 % d’entre eux, reçu en même temps le français de leurs parents. Ce bilinguisme familial concerne la moitié de ceux qui ont reçu une langue régionale. Ce résultat est important car il montre qu’une part significative d’adultes socialisés en langue régionale n’ont pas reçu le français de leurs parents dans leur enfance bien qu’ils aient grandi uniquement en France. Cette absence de pratique du français dans certains foyers, et pas seulement parmi les familles de parents migrants, dépend de la région de résidence et de la langue dont il est question. Parmi les variétés linguistiques les plus citées (tableau 1), on trouve l’alsacien, le breton et ce que les répondants ont nommé « patois10 », qui englobe en fait des variétés linguistiques locales très diverses11. L’alsacien est a priori la variété régionale héritée des parents qui a le moins souvent été associée à la langue française. La frontière commune de l’Alsace avec l’Allemagne et la proximité linguistique entre l’alsacien et l’allemand expliquent en partie la moindre utilisation du français en famille dans cette région. En outre, l’histoire de cette région annexée par l’Allemagne de 1870 à 1918 et durant la seconde guerre mondiale la rend singulière.

Tableau 1. Principales langues reçues, transmises et parlées actuellement (en %)

Image 10000000000002A60000024E63B86F5A10929A6E.jpg

Champ : ensemble des adultes ayant reçu de leur-s parent-s au moins l’une de ces dix langues les plus citées dans l’enquête. Pour les pourcentages de re-transmission de ces langues familiales, seuls les adultes ayant au moins un enfant ont été pris en compte.
Lecture : la colonne « parle avec tous » signifie que le répondant a déclaré utiliser la langue reçue dans son enfance avec sa famille (parents, frères et sœurs, etc.), son conjoint, ses voisins et ses enfants, excepté s’il n’est pas concerné par l’une de ses réponses. Lecture de la première ligne du tableau : parmi les adultes ayant reçu l’arabe dans leur enfance de leurs parents 44 % déclarent avoir aussi reçu le français, 61 % de ces adultes devenus parents ont retransmis l’arabe à leurs enfants, etc.

Source : enquête Histoire de vie-Construction des identités, Insee, 2003.

17Pour les langues issues de l’immigration12, c’est le berbère et le portugais qui sont le plus souvent déclarées sans le français. En fait, la très grande majorité de ces personnes sont nées hors de France. La principale langue de communication n’était donc pas le français dans leur pays de socialisation.

18Au-delà des langues reçues par le répondant durant son enfance, plusieurs questions ont permis de cerner le maintien d’une pratique linguistique autre que le français avec différents interlocuteurs comme le conjoint, les enfants, la famille en général, mais aussi le voisinage. À la demande : « Vous arrive-t-il d’utiliser la langue reçue dans l’enfance souvent ou parfois pour parler avec vos enfants ? », 2 parents sur 5 ont répondu par l’affirmative. Parmi les langues les plus citées, l’arabe, le portugais, l’anglais, le berbère et l’alsacien sont les plus fortement transmises à la génération suivante. Ces langues sont d’autant plus léguées aux enfants qu’elles n’ont pas été reçues en association avec le français (figure 1).

19Par ailleurs, plus de 70 % des héritiers d’une langue autre que le français parlent encore actuellement cette langue parentale avec au moins un membre de leur entourage. Les langues qui semblent les moins maintenues sont celles qualifiées de « patois » de France ainsi que l’italien, le polonais, le breton et plus étonnamment l’anglais. En effet, alors que l’on s’attendait à un fort maintien de cette langue internationale qui bénéficie d’une valeur symbolique importante, il s’avère qu’elle figure parmi les langues les plus transmises par les parents à la génération suivante – au même titre que l’arabe ou l’alsacien –, mais qu’en revanche elle est peu utilisée avec d’autres proches tels la famille, le conjoint ou les voisins. De fait, la migration vers la France de parents anglophones étant peu massive et découlant davantage d’une démarche individuelle que d’une dynamique collective liée à des raisons économiques, ils se retrouvent a priori plus isolés, ce qui explique qu’ils aient moins la possibilité d’utiliser leur langue natale. Pour converser avec leurs proches, les anglophones emploient le français, mais maintiennent l’usage de l’anglais en présence de leurs enfants, sans doute pour favoriser l’apprentissage de cette langue qu’ils pourront, plus tard, valoriser sur le marché du travail.

Figure 1. Transmission des principales langues et présence du français dans la sphère familiale

Image 10000000000002A8000001AAFF4708439F4618A2.jpg

Champ : ensemble des adultes ayant reçu de leur-s parent-s au moins l’une de ces dix langues les plus citées dans l’enquête. Pour les pourcentages de transmission de ces langues familiales, seuls les adultes ayant au moins un enfant ont été pris en compte.
Lecture : il s’agit de mesurer le degré de corrélation pour chaque langue parentale entre sa transmission aux enfants et le taux de réception du français par les parents. Par exemple, on observe que pour la langue bretonne, les parents l’ont massivement reçue avec le français et que par la suite la transmission du breton à la génération suivante est faible. Le coefficient de corrélation linéaire r est toujours compris entre -1 et +1. Plus le coefficient est élevé positivement ou négativement, plus la liaison est forte.

Source : enquête Histoire de vie-Construction des identités, Insee, 2003.

20Le maintien des langues dépend donc en partie de la présence ou non du français lors de la socialisation primaire, mais pas seulement. Pour les langues issues de l’immigration, celles qui sont plus anciennement présentes sur le territoire comme l’italien ou le polonais sont aussi celles qui progressivement sont les moins pratiquées. Pour les langues régionales, plusieurs facteurs influent également sur leur pratique. Par exemple, l’utilisation de ces langues territorialisées dépend fortement du lieu de vie. Rester vivre dans la région, support de cette variété linguistique est déterminant. Or, selon les régions, les migrations sont plus ou moins importantes, ce qui ne permet pas toujours leur maintien. Comparée à la Bretagne où les migrations vers l’Île-de-France sont significatives, l’Alsace est un pôle d’emploi majeur et connaît de faibles émigrations ou des migrations journalières vers l’Allemagne.

21Au vu de ces premiers résultats, on peut retenir d’ores et déjà qu’il semble plus aisé en France de pratiquer une langue que de la transmettre à ses enfants. Les individus plurilingues utilisent la langue d’immigration ou régionale avec leurs parents principalement ou leur conjoint, mais moins avec leurs enfants, avec lesquels ils parlent davantage en français – excepté pour l’anglais. C’est pourquoi, transmettre la langue familiale à la génération suivante peut se comprendre au regard des compétences en français des parents. Si ces derniers ont le sentiment de ne pas bien parler français ou/et d’en être gênés, ils préféreront converser avec leurs enfants en utilisant la langue qui leur permet de mieux s’exprimer. La transmission se fait majoritairement lorsque les parents se sentent en insécurité face à la langue française et préfèrent utiliser leur langue première, ce qui est surtout le cas de personnes faiblement scolarisées, n’ayant pas pu s’initier à l’apprentissage de la langue française. La transmission de l’anglais échappe à cette règle puisque ce sont les cadres ou professions intermédiaires qui retransmettent le plus fortement cette langue. Ils sont 69 % à léguer cet héritage à leur descendance, contre seulement 45 % parmi ceux occupant une position d’employé ou d’ouvrier. L’anglais est donc la seule langue qui est davantage transmise aux jeunes par les adultes les plus dotés socialement. Alors que la pratique d’une autre langue que le français est considérée comme étant « la richesse du pauvre » (Héran, 1993), la pratique de l’anglais fait figure d’exception. En outre, on note que cet écart de transmission selon le milieu social d’appartenance est plus ou moins important selon les langues. L’italien et l’alsacien sont quasiment autant maintenues d’une génération à la suivante quelle que soit la catégorie sociale, alors que d’autres langues comme le portugais ou l’arabe sont nettement plus retransmises par les classes populaires (tableau 2).

22Le maintien d’autres langues que le français dépend de la catégorie socioprofessionnelle, de l’âge, du lieu de naissance, du type de trajectoire géographique ou encore de la présence ou non du français dans le foyer (tableau 3). Ce sont les agriculteurs, les indépendants et les inactifs qui transmettent le plus leur langue « toutes choses égales par ailleurs ». Il s’agit là, pour les deux premiers cas, de professions ancrées localement sur un territoire, ce qui favorise le maintien des pratiques linguistiques. Dans le prolongement, avoir connu une trajectoire uniquement en milieu rural ou au contraire uniquement en milieu urbain est également propice à la transmission linguistique. Plus précisément, c’est en contexte rural que les langues régionales sont les plus usitées et inversement, c’est en milieu urbain que les langues issues de l’immigration sont les plus pratiquées (Filhon, Guérin-Pace, 2006). Être né hors de France et ne pas avoir reçu le français dans son enfance constituent des facteurs positifs pour la transmission à la génération suivante d’une langue autre que le français.

23Toutefois, à situation comparable en termes d’âge, de milieu social, de trajectoire géographique, des différences subsistent dans la retransmission de ces langues, l’alsacien et l’anglais restant deux fois plus souvent transmis que l’arabe, « toutes choses égales par ailleurs ». Ces écarts de transmission témoignent donc aussi, pour certains parents, de stratégies, au sens où quelques langues sont volontairement parlées aux enfants dans l’idée qu’elles pourront être valorisées socialement. Cette transmission linguistique à la génération suivante n’est donc pas sans lien avec le statut attribué à ces différentes variétés linguistiques (Filhon, 2009). Les langues n’ayant pas la même valeur sur le marché linguistique, sont plus ou moins valorisées, y compris par les parents.

Tableau 2. Transmission des principales langues selon le niveau d’études et la PCS du transmetteur (%)

Image 10000000000002A40000014A840E585A012718A2.jpg

Champ : ensemble des adultes ayant au moins un enfant et qui ont reçu dans leur enfance une autre langue que le français. Ont été pris en compte les parents occupant la position de cadre, profession intermédiaire, employé ou ouvrier. Les agriculteurs et indépendants ne font pas partie des deux catégories comparées, mais sont compris dans la population d’ensemble.

Source : enquête Histoire de vie-Constrcution des identités, Insee, 2003.

Tableau 3. Transmission aux enfants de la langue reçue par les parents dans leur enfance

Image 10000000000002A8000003B4329B5E7365D11959.jpg

Champ : ensemble des personnes ayant déclaré au moins un enfant et ayant reçu dans leur enfance de leur-s parent-s l’une des neuf langues les plus citées dans l’enquête Histoire de vie-Construction des Identités.
Lecture : modèle logit. La situation de référence est signalée en italique. L’odds ratio indique le rapport entre la chance de la modalité observée et celle de la situation de référence. Par exemple, « toutes choses égales par ailleurs », les parents exerçant comme « indépendant » ont deux fois plus de chances de transmettre leur langue que les employés. La colonne test donne la significativité de chaque coefficient du modèle à partir test du khi2 de Wald : ★★★ significatif au seuil de 1 %, ★★ 5 % et  10 %, ns signifie non significatif.

24Il existe bien une domination symbolique de la langue française sur les autres parlers au niveau national, ce qui ne facilite pas la transmission d’autres variétés linguistiques. L’imposition d’une langue officielle rendue progressivement légitime tend en effet à dévaluer les autres pratiques. Cependant, une hiérarchie entre les autres langues régionales ou issues de l’immigration apparaît également. Ce classement sur le marché linguistique (Bourdieu, 1982) se comprend notamment au regard des groupes sociaux porteurs de ces langues. En effet, la diffusion d’une langue progresse dans le même sens que le pouvoir d’achat des personnes l’ayant comme langue première (Grin, 1999). En outre, contrairement à d’autres biens, la « valeur » d’une langue augmente avec le nombre de locuteurs (John et Yi, 1996). Enfin, l’institution scolaire participe elle aussi à cette hiérarchisation puisque, si le plurilinguisme y est de plus en plus favorisé, seules quelques langues sont majoritairement enseignées.

25Le maintien d’une langue, sa transmission ou encore son apprentissage sur les bancs de l’école dépendent donc de son statut formel en tant que langue internationale ou non, langue véhiculaire ou vernaculaire ; mais pas seulement. L’image sociale d’une langue se construit également à partir de son statut informel (Dabène, 1997). Ainsi, les représentations positives ou négatives des langues sont basées sur des critères économique, social, culturel et affectif. Évidemment, ces jugements évoluent dans le temps et les critères ne sont pas forcément tous en adéquation. Par exemple, en France, l’arabe bénéficie d’un certain prestige culturel, mais aussi d’une stigmatisation du fait de la position sociale de ses locuteurs (Wynants, 1999).

Conclusion

26Promouvoir le français dans un contexte de mondialisation et de propagation de la langue anglaise nécessite de développer des stratégies nationales et internationales qui peuvent toutefois conduire à certains paradoxes. L’aménagement linguistique implique des relations de pouvoir entre États, mais aussi à l’intérieur même de chaque État (Coulombe, 1999).

27En France, l’unique langue nationale détient une valeur symbolique forte que les instances politiques veillent à maintenir. Les autres langues, issues de l’immigration ou régionales, ne bénéficient pas du même prestige et certaines sont même assez fortement stigmatisées. Dans un tel contexte, le plurilinguisme n’est pourtant pas chose rare et ce ne sont pas les langues les plus valorisées socialement qui sont les seules retransmises à la génération suivante. Mais, selon le statut formel et informel de ces différentes variétés linguistiques, il s’avère que les parents transmetteurs n’ont pas le même profil ni les mêmes motivations à léguer cet héritage. L’anglais, qui jouit d’un statut privilégié sur le marché linguistique, se distingue spécifiquement car elle bénéficie du statut de langue internationale et de principale langue scolaire en France. En outre, ses locuteurs jouissent d’un statut social plus favorisé que les autres populations et leurs motivations à s’installer en métropole sont a priori clairement différentes des migrants venus pour des raisons économiques. Ils font enfin partie des migrations considérées comme « proches », par opposition à celles plus stigmatisées socialement à cause de leur « distance culturelle ».

28Toutefois, les résultats ont montré qu’il ne suffit pas de réunir l’ensemble de ces caractéristiques pour assurer le maintien et la transmission à la génération suivante de la langue parentale. D’une langue à l’autre, les logiques d’action varient. Et la hiérarchisation plus ou moins explicite qui est faite par les institutions et les locuteurs eux-mêmes ne reflète pas mécaniquement les taux de pratique linguistique.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Références bibliographiques

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

10.4000/books.ined.5852 :

Clanché François, 2002, « Langues régionales, langues étrangères de l’héritage à la pratique », Insee Première, 830.

Coulombe Pierre, 1999, « Le droit à la langue et le droit des langues, situation et tendances » in La gestion du plurilinguisme et des langues nationales dans un contexte de mondialisation, Actes du Séminaire de Québec, 30 novembre-1er décembre 1998.

Dabène Louise, 1997, « L’image des langues et leur apprentissage » in M. Matthey (dir.), Les langues et leurs images, Neuchâtel, IRDP, p. 19-23.

Deprez Christine, 1994, Les enfants bilingues : langues et familles, Paris, Didier-CREDIF.

10.4000/books.ined.3207 :

Filhon Alexandra, 2009, Langues d’ici et d’ailleurs. Transmettre l’arabe et le berbère en France, Paris, Ined, coll. « Les Cahiers », 163.

10.3917/esp.136.0189 :

Filhon Alexandra, Guérin-Pace France, 2009, « Pratiques linguistiques et parcours migratoires : une articulation complexe », Espaces et sociétés, 136-137 (1-2), p. 189-206.

Grin François, 1999, « L’analyse économique de la dynamique des langues dans le contexte de la mondialisation », in La gestion du plurilinguisme et des langues nationales dans un contexte de mondialisation, Actes du Séminaire de Québec, 30 novembre-1er décembre 1998.

Haut Conseil à l’Intégration, 1995, Liens culturels et intégration, Paris, La Documentation française.

Héran François, 1993, « L’unification linguistique de la France », Population et sociétés, 285.

10.4000/books.ined.5852 :

Héran François, Filhon Alexandra, Deprez Christine, 2002, « La dynamique des langues en France au fil du xxe siècle », Population et sociétés, 376.

John Andrew, Yi Kei-Mu, 1996, « Language, learning and location », The Jefferson Center for Political Economy, University of Virginia, Discussion Paper, 264.

10.3917/dbu.klink.1999.01 :

Klinkenberg Jean-Marie, 1999 (2e éd.), Des langues romanes, Louvain-la-Neuve, Duculot, coll. « Champs linguistiques ».

10.2307/j.ctv6sj826 :

Leclerc Jacques, 2007, « France » dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl

Lecoadic Ronan, 2001, « Le fruit défendu : force de l’identité culturelle bretonne et faiblesse de son expression politique », Cahiers internationaux de sociologie, 111, p. 319-339.

Lefèvre Cécile, Filhon Alexandra (dir.), 2005, Histoires de familles, histoires familiales. Les résultats de l’enquête Famille 1999, Paris, Ined, coll. « Les cahiers de l’Ined ».

Lodge R. Anthony, 1997, Le français. Histoire d’un dialecte devenu langue, Fayard, Paris, coll. « Histoire de la pensée ».

Lüdi Georges, Py Bernard, 2003 (1re éd. 1986), Être bilingue, Berne, Peter Lang Publishing.

Niel Frédérique, 2007, « Les vicissitudes de l’État linguiste (ou comment les langues minoritaires deviennent l’objet d’une politique sociale linguistique). Contribution à une sociologie historique du capital informationnel d’État », thèse de science politique, université de Picardie.

Saint-Robert Marie-Josée de, 2000, La politique de la langue française, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? ».

10.14375/NP.9782020342476 :

Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales, Paris, Seuil.

10.2307/1534513 :

Tribalat Michèle, 1997, « Chronique de l’immigration. Les populations d’origine étrangère en France métropolitaine », Population, 52 (1), p. 163-219.

Vermès Geneviève, Boutet Josiane, 1987, France pays multilingue. Tome 1 : Les langues en France, un enjeu historique et social. Tome 2 : Pratiques des langues en France, Paris, L’Harmattan.

Wynants Bernadette, 2001, « Les représentations à l’égard des compétences plurilinguistiques des francophones », Français et société, 13.

Notes de bas de page

1 On parlera parfois de langue en utilisant le singulier, mais en réalité il existe plusieurs langues françaises, langues espagnoles, etc., car chaque langue est composée de plusieurs variétés. Nous utiliserons donc le terme de variétés linguistiques englobant les langues standard et les autres parlers, quels que soient leur statut ou leur fonction sociale et qu’ils soient reconnus officiellement comme langue, dialecte ou bien patois. Si la langue est avant tout un outil de communication, on opère souvent une hiérarchisation entre les notions de langue, dialecte ou patois, en fonction notamment de leur rayonnement spatial. En France, lorsqu’une « langue » ne recouvre que partiellement le territoire national, on parle de « dialecte », voire de « patois » si l’idiome a un usage très localisé (Klinkenberg, 1999).

2 Les langues minoritaires et les langues régionales sont les langues dites « de France ».

3 En mai 2008, la révision de la Constitution stipulant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » a donné lieu à une opposition du Sénat après le vote de l’amendement par l’Assemblée nationale. Les sénateurs ont considéré que cette disposition constituait une atteinte à l’identité nationale et à l’unité de la République. Cette querelle atteste de la difficulté à octroyer une réelle place aux langues régionales même si l’article 75.1 a en définitive été amendé.

4 « Cette intégration se fait toujours. Un des signes en est, comme en témoigne une enquête de l’Ined publiée en 1994, le taux de perte dans la transmission de la langue maternelle entre enfants et parents » (Haut Conseil à l’Intégration, 1995, p. 20).

5 « Dans le processus d’assimilation, la modification des pratiques linguistiques est un élément essentiel. L’adoption du français, comme langue de communication dans la sphère privée, en témoigne […]. Parler en français à ses enfants, même avec difficulté et même en alternance avec la langue d’origine, a valeur symbolique et montre une volonté de composer avec la société d’accueil. » (Tribalat, 1997, p 192, 196.)

6 Ainsi, il est décrit dans le rapport préliminaire : « Seuls les parents, et en particulier la mère, ont un contact avec leurs enfants. Si ces derniers sont d’origine étrangère, elles devront s’obliger à parler le français dans leur foyer pour habituer les enfants à n’avoir que cette langue pour s’exprimer » (p. 9) puis, « L’enseignant devra alors en parler aux parents pour qu’au domicile, la seule langue parlée soit le français. » (p. 10.) « Le bilinguisme est un avantage pour un enfant sauf lorsqu’il a des difficultés car alors ça devient une complication supplémentaire. Il faut alors faire en sorte que l’enfant assimile le français avant de lui inculquer une langue étrangère. » (p. 17.)

7 La commission Prévention du groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure était présidée à l’époque par Jacques-Alain Bénisti, député UDF du Val-de-Marne.

8 Lors d’une interview au journal Afrik.com, à la question suivante posée par la journaliste « Alors plus encore qu’une question de langue, la délinquance ne tiendrait-elle pas à d’autres facteurs plus notables, comme les difficultés économiques ou la démission des parents ? » le président de la commission répond : « Il y a, bien entendu, divers facteurs qui interviennent dans le parcours d’un délinquant et ceux-ci en font partie. La principale raison reste néanmoins la difficulté d’apprendre la langue, à laquelle s’ajoutent des problèmes d’éducation, notamment chez les Maghrébins et les Africains. En fait, les problèmes se cumulent et les difficultés se manifestent de manière concrète. Par exemple, bon nombre de jeunes ne peuvent passer le permis de conduire à cause de la barrière linguistique et ont donc plus de mal à trouver un travail. » (15 mars 2004, http://www.afrik.com/article8205.html).

9 Par bilinguisme nous entendons deux variétés linguistiques reçues de ses parents par la personne enquêtée. Évidemment, rien n’est dit ici sur ce que « recevoir » et « transmettre » signifient pour les répondants et l’on peut supposer que les compétences réelles, sont très diverses. Notons également qu’être bilingue ne signifie pas nécessairement « parler » deux variétés linguistiques. La seule compréhension est déjà une forme de bilinguisme. Enfin, les adultes socialisés en France déclarant que leurs parents leur ont parlé dans leur enfance uniquement une autre langue que le français sont bilingues puisqu’ils ont aussi reçu le français hors de la sphère familiale principalement par le biais de l’école.

10 Le mot « patois » est souvent utilisé de façon péjorative. C’est « la plus petite variété géographique isolable » (Klinkenberg, 1999). En fait, les adultes nommant leur idiome « patois » le font souvent au regard des autres langues voisines. Par exemple, le gallo est souvent qualifié de « patois » en comparaison du breton qui jouit désormais d’une plus grande visibilité. C’est le cas aussi d’autres parlers comme le chti, le saintongeais… Ces déclarations ne permettent donc pas de savoir à quelle variété linguistique elles se réfèrent mais laissent penser que les locuteurs qui les qualifient ainsi ont intériorisé le fait que leur variété linguistique est peu valorisée socialement.

11 L’objectif n’est pas ici de considérer que le breton et l’alsacien, variétés régionales les plus citées, sont les langues les plus reçues en France en famille. L’enquête Histoire de vie ne permet pas, à partir de son échantillon, de tirer une telle conclusion.

12 Les langues issues de l’immigration englobent toutes les langues étrangères quels que soient leurs statuts. Il peut s’agir de langues telles que l’allemand qui, comme le français, jouit dans au moins un pays d’une reconnaissance officielle, mais aussi de variétés linguistiques, comme l’arabe dialectal qui ne bénéficie pas de ce statut.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.