Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Notices biographiques


Texte intégral

Les contributrices

Elodie Gamache

1est doctorante en Science politique à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine – CREDA (UMR 7227 – Université Sorbonne Nouvelle), au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (Creda). Ses recherches portent sur le genre et la violence armée. Sa dernière publication : « Contrôler et organiser la sexualité dans un mouvement armé insurgé : le cas de la guérilla colombienne des FARC-EP » dans Ludivine Bantigny, Fanny Gallot et Frédéric Thomas (eds.), Sexualités en révolutions: XIXeXXIe siècles, Lormont, Editions Le bord de l’eau (coll. « Dissidences »), 2016, p. 149 – 167.

Olga L. Gonzalez

2est chercheure associée à l’Urmis – Université de Paris, Fellow de l’Institut Convergences Migrations et docteure en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris. Ses travaux portent sur les migrants des pays andins, sur l’histoire de la Colombie, sur la société et la culture latino-américaine, sur les normes de genre. Elle a coordonné la revue Boletina, Publication de Faculté de Sciences Humaines de l’Université Nationale de Colombie, sur le thème « Genre et santé sexuelle et reproductive » (2020). Elle est également l’auteur des articles « Aída Quinatoa : la lutte d’une indienne équatorienne, migrante en Espagne, pour le droit au logement et contre les abus de la banque », Travail, genre et sociétés, 2020 ; « Je vis ici, mais je ne compte plus les années : Femmes trans latino-américaines, cinquante ans d’émigration vers l’Europe », Chimères N°96, Paris, 2020; « Minorités sexuelles et de genre en Colombie : de parias à alliées des FARC. Années de guerre et processus de paix (2000 – 2010) », Problèmes d’Amérique latine Vol 3, N°114, p. 101 – 122, Paris, 2019; Recension du livre de Miquel Missé, A la conquista del cuerpo equivocado (À la conquête du mauvais corps), Editorial Egales, Barcelona, 2018, in La vie des idées, 2019 ; « Colombie : Processus de paix, subversion du genre et résistances », L’ordinaire latino-américain N° 224, revue de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique Latine, Université Toulouse le Mirail, 2019.

Marylène Lapalus

3est doctorante en sociologie à l’Université Lumière Lyon 2, membre du laboratoire Max Weber et du réseau de recherche VisaGe. Ses recherches portent sur le féminicide au Mexique, les espaces et stratégies de résistance des acteur.es contre l’impunité de la violence masculine. Elle travaille en particulier sur les modes de régulation alternatifs au travers du concept de résistance vindicatoire. Elle a publié « Faire justice en temps de féminicide. De la dette de vie à la résistance vindicatoire », Cahiers du Genre (2022) ; «Sixième cas : Ma mère, District fédéral» », dans Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Les archives du féminicide, Hermann (2022) ; avec Mariana Mora « Fémicide/féminicide. Les enjeux politiques d’une catégorie juridique et militante », Travail, genre et sociétés (2020) ; « Le féminicide : au-delà du crime sexué, penser l’impunité de la violence masculine » dans «On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités», Hermann (2019) ; « Le scratche, une stratégie de résistance à la violence masculine. Réplique militante contre le féminicide à Mexico », Nouvelles Questions Féministes (2017) ; « Féminicide : comment «la théorie du genre» entre dans l’arène définitionnelle de la violence contre les femmes au Mexique », Sextant (2016).

Mariana R. Mora

4est professeure et chercheuse à l’École de Sociologie de l’Université du Costa Rica. Elle est titulaire d’un doctorat en études de sociologie et genre (Paris Université – Cité), France. Ses recherches portent sur le genre, les violences envers les femmes, les fémicides/féminicides, la sociologie urbaine et les études féministes décoloniales. Parmi ses publications récentes: «Leer, escuchar, sentir y pensar el dolor: reflexiones a partir de la experiencia investigando femicidios en Costa Rica» Clivatge. Estudis I Tesitimonis Del Conflicte I El Canvi Social (en prensa) ; « Dissidences collectives : La performance comme outil politique de résistance et sanación » in Quiroz, Lissell (Coord.) Féminismes et artivisme dans les Amériques XXe – XXIe siècles. Collection «Genre», Presses Universitaires de Rouen et du Havre (2021) ; avec Marylene Lapalus « Fémicide/féminicide. Les enjeux politiques d’une catégorie juridique et militante ». Travail, genre et sociétés (2020) ; « Cartografías del femicidio en Costa Rica : trazos de una violencia cotidiana » Istmo. Revista virtual de estudios literarios y culturales centroamericanos (2019); «Geografías del miedo de las mujeres trabajadoras sexuales: entre habitares y percepciones» Revista de Ciencias Sociales de la Universidad de Costa Rica (2014).

Garance Robert

5est doctorante en Science politique à l’Université de Montréal. Ses premières recherches portaient sur l’émergence et l’appropriation du langage des droits humains par les acteur. ices politiques nicaraguayen.nes pendant la période révolutionnaire (1979 – 1990). Son étude doctorale prolonge ces réflexions en s’intéressant à la construction des usages et des interprétations des droits humains depuis les accords de paix au Nicaragua et au Guatemala. Coordonnatrice de l’ÉRIGAL depuis 2021, elle a également coordonné la Chaire CERI-CERIUM en affaires internationales en 2020 – 2021. Ses dernières publications : avec Camille Denicourt-Fauvel and Thomas Posado (2022) « Continuité des crises et des luttes latino-américaines en temps de pandémie de COVID-19 » Cahiers des Amériques latines, n°99, 2022/1, p. 207 – 229 ; (2022) « La liberté d’expression en Amérique centrale : entre criminalisation et défense d’un droit humain » in Cabezas Vargas, Andrea et Sophie Large (eds.) Libertad De Expresión Y De Creación En Centromérica, Orbis Tertius Ed. avec Laura Cahier (2022) « La pandémie de la COVID-19, un catalyseur des mobilisations sociales au Guatemala ? Une enquête “à distance” entre ruptures et continuités » in Boidin, Capucine et al. (eds.) La pandémie de Covid-19: Perspectives américaines, Éditions de l’IHEAL, collection Colectivo.

Valentine Sébile

6est doctorante en Science politique à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine – CREDA (UMR 7227 – Université Sorbonne Nouvelle), au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (Creda). Ses recherches portent actuellement sur les mobilisations collectives de femmes pour la défense de leurs droits. En parallèle, elle travaille depuis une quinzaine d’années dans des organisations internationales de défense des droits humains.

Les responsables de la collection

Blandine Destremau

7est économiste et sociologue, directrice de recherches au CNRS, membre de l’institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris / EHESS). Ses travaux ont porté sur les inégalités et la pauvreté, et sur les politiques sociales et familiales qui concourent à leur reproduction, dans une perspective de genre, de classe, de territoires et de générations. Ses recherches plus récentes se centrent sur les trajectoires de vieillissement et les régimes de care, en relation avec les dynamiques migratoires, en particulier à Cuba. Elle a publié récemment : Aging and Generations in Cuba. Unravelling the Care Crisis, Lexington Series on Cuba, Rowman and Littlefield, 2023; Migrations, une chance pour le système de santé? (Ré)humaniser le soin, collectif « Entrelacs », Éditions Doin, coll. La personne en médecine, 2022 ; Pensando las temporalidades en Cuba, coordination avec Ana Vera et Mildred de la Torre, La Havane, editorial Temas, 2022 ; Vieillir sous la révolution cubaine. Une ethnographie, Paris, éditions de l’IHEAL, 2021 ; Le care, face morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine, coordination avec Isabel Georges, Bruxelles, Peter Lang, coll. Action publique, 2017 ; L’État face aux débordements du social au Maghreb, coordination avec Myriam Catusse et Éric Verdier, Paris, IREMAM/ Karthala, 2010.

Isabelle Guérin

8est socioéconomiste, directrice de recherche à l’IRD, membre ​du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Cessma, Université Paris Cité) et associée à l’Institut français de Pondichéry. En 2019 – 2020, elle a été membre de l’Institute of Advanced Study (Princeton). Elle est spécialisée dans l’économie politique et morale de la monnaie, de la dette et de la finance. Ses travaux actuels portent sur la financiarisation des économies, en examinant comment la financiarisation produit de nouvelles formes d’inégalités et de domination, mais aussi des initiatives alternatives et solidaires. Son travail récent se concentre sur le rôle clé mais invisible de la dette des femmes dans le capitalisme financier actuel. Elle a publié The Indebted Woman. Kinship, Sexuality and Capitalism (Stanford University Press, 2023, avec Santosh Kumar et G. Venkatasubramanian), ainsi que plusieurs collectifs: Reframing the Meaning of Work, Social Reproduction and Democracy Feminist Grass-Root Initiatives and Solidarity in Latin America and India (Palgrave Macmillan, 2021, co-édité avec Christine Verschuur et Isabelle Hillenkamp); Randomized Control Trials in the Field of Development: A Critical Perspective, Oxford University Press, 2020, co-édité avec Florent Bédécarrats & François Roubaud).

Delphine Lacombe

9est sociologue et politiste, chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’études mexicaines et centraméricaines (CEMCA) à Mexico. Ses travaux portent sur « les formes du politique » du point de vue de l’histoire des femmes et du genre en Amérique latine. Ses premières enquêtes ont été consacrées à l’histoire de la politisation des violences masculines sexistes au Nicaragua. Elle les prolonge aujourd’hui par l’étude des recompositions féministes récentes dans la ville de Mexico. Elle a également mené des enquêtes à propos des conséquences de la pénalisation totale de l’avortement au Nicaragua et au Salvador. De même, elle analyse les modalités du tournant autoritaire en Amérique centrale. Parmi ses publications récentes : Violences contre les femmes. De la révolution aux pactes pour le pouvoir (Nicaragua, 19792008), Presses universitaires de Rennes (2022), « L’avortement : enjeux politiques et sociaux (II). Les femmes sous tutelle ». Problèmes d’Amérique Latine, 118, 2020 ; Avec Catherine Cavalin, Bibia Pavard, Jaercio Da Silva, Pauline Delage, Irène Despontin-Lefevre. Les violences sexistes après #Metoo. Paris, Presses des mines (2022). Avec Marylène Lieber et Pauline Delage. Fémi(ni)cide, Parcours conceptuels, militants et institutionnels. Cahiers du Genre, n°73, 2022, 2.

Elisabeth Marteu

10est politiste, docteure de l’IEP de Paris. Ses travaux portent sur les mobilisations collectives et les relations Etat-société au Moyen-Orient, notamment au prisme du genre. Ses premières recherches ont porté sur les mouvements de femmes et les expressions du féminisme dans les espaces israélo-palestiniens, interrogeant les dynamiques croisées de genre et de nationalisme dans les contextes de conflits armés. Elle a également interrogé les effets de la circulation internationale des normes de genre en participant au programme de recherche ANR « Global Gender » aux côtés de Ioana Cîrstocea et Delphine Lacombe (2013 – 2016). Elle enseigne à l’IEP de Paris, notamment sur les thématiques genre, droits humains et conflits. Elle publie aussi régulièrement des articles sur le conflit israélo-palestinien et ses dimensions régionales. Parmi ses publications : Avec Ioana Cîrstocea, Delphine Lacombe (dir.). La globalisation du genre. Mobilisations, cadres d’actions, savoirs, Presses universitaires de Rennes (2018) ; Avec Alexandre Jaunet et Saba A. Le Renard (dir.). « Nationalismes sexuels ? Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes », Raisons Politiques (2013/1) ; « féminismes israéliens et palestiniens : questions postcoloniales », Revue Tiers Monde (2012/1) ; (ed.) Civil Organizations and Protest Movements in Israel. Palgrave Macmillan. Mobilizations around the Israeli-Palestinian Conflict (2009).

Christine Verschuur

11a été chargée d’enseignement et de recherche, Institut de Hautes Internationales et du Développement, Genève. Elle est anthropologue et a obtenu un doctorat en socio-économie du développement, à l’Université de Paris IPanthéon-Sorbonne. Membre du corps enseignant à partir de 2002, elle est associée à des recherches en genre et développement à l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement après 1996. Ses domaines de recherche et d’enseignement concernent les inégalités de genre dans le développement, les théories féministes postcoloniales. Elle s’intéresse également à la manière dont les thématiques d’égalité de genre sont intégrées dans les organisations internationales, les organisations de coopération ou les mouvements sociaux. Elle a travaillé durant huit ans sur les mouvements paysans (en particulier au Mozambique), sur les inégalités de genre (en particulier au Mali). Elle a dirigé durant dix ans une recherche sur le genre et les mouvements populaires urbains en Amérique latine, en Afrique de l’Ouest et en Europe de l’Est, dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO. Elle a été responsable du Pôle Genre et développement de l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement. Elle fut directrice des ouvrages Les Cahiers genre et développement, qui paraissent depuis 2000 chez L’Harmattan, Paris. Parmi ses publications, Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation (2011; 2017), Genre, postcolonialisme et diversité des mouvements de femmes (2010), Mouvements de quartier et environnements urbains (2006), Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations (2005), Le Genre, un outil nécessaire (2000), Mozambique, dix ans de solitude (1986).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.