Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

S’organiser collectivement pour résister individuellement. La mobilisation des réseaux de défenseuses des droits humains en Mésoamérique


Texte intégral

1Si les assassinats de Berta Cáceres au Honduras en 2016 et de Marielle Franco au Brésil en 2017 ont déclenché une vague d’émotion et de condamnation à l’échelle internationale, les attaques et les agressions à l’encontre de femmes engagées dans la défense des droits humains sont loin d’être des actes isolés, notamment en Amérique latine. Des dizaines d’autres femmes ont connu un sort similaire à celui de ces deux défenseuses. Digna Ochoa, avocate mexicaine, a été assassinée en 2001, après avoir fait l’objet de nombreuses menaces et d’un enlèvement. Paulina Ruiz Cruz, défenseuse de l’environnement et autorité Maya Achí de Rabinal, au Guatemala, activement engagée contre les projets d’extraction minière, a été exécutée en 2019. Dina Yaseni Puente, défenseuse salvadorienne, a quant à elle été assassinée en 2018, vraisemblablement en raison de son activisme en faveur de l’environnement. Ces assassinats sont la face visible d’un contexte général de violences contre les militantes des droits humains1. Ces dernières rassemblent des trajectoires et des profils divers : certaines sont engagées notamment dans la lutte pour les droits des peuples autochtones et de l’environnement ; tandis que d’autres luttent pour retrouver des proches disparu.e.s ou encore pour dénoncer l’impunité et les violences de genre.

2Selon les organisations non gouvernementales internationales telles que Front Line Defenders, Amnesty International, ou encore Global Witness, l’Amérique latine est la région du monde la plus dangereuse pour les personnes engagées dans la défense des droits humains2. Par ailleurs, selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), 14 des 25 pays recensant le plus grand nombre de fémi(ni)cides se trouvent en Amérique latine3. Les attaques contre les militantes nommées précédemment se trouvent donc au croisement de la répression à l’encontre du militantisme des droits humains et de la lutte contre les violences de genre.

3C’est au sein de cet environnement que, depuis le début des années 2010, et en réponse à ces menaces et à ces agressions, des militantes se sont organisées et ont créé des réseaux de défenseuses des droits humains en Amérique centrale et au Mexique. Elles articulent notamment leur lutte autour d’une identité, celle de « défenseuse des droits » et de son corollaire « le droit à défendre les droits » récemment reconnu dans le droit international intégré à l’ONU en 1998, et encore plus récemment à l’échelle de certains États.

4S’il est aujourd’hui presque impossible de lire un rapport sur la situation des défenseurs et défenseuses sans trouver un chapitre ou un paragraphe consacré à la situation des femmes, cette grille de lecture n’était pourtant pas présente il y a encore quelques années. Ce changement résulte de la mobilisation de militantes féministes de différentes régions du monde, ayant occupé des postes aux niveaux national, régional et international dans des organisations non gouvernementales ou intergouvernementales – des parcours qui illustrent le « triangle de velours », métaphore des nombreuses passerelles et mobilités existantes entre acteurs et actrices publics, associatifs et universitaires (Woodward, 2004). Cette mobilisation a permis une prise en compte des spécificités des violences commises à l’encontre des femmes engagées dans la défense des droits. De même, la judiciarisation et l’usage stratégique du droit par les mouvements sociaux sont intimement liés à la défense des droits humains et permettent de se poser en acteur légitime pour interpeller l’État (Agrikoliansky, 2010 ; Lochak, 2016).

5Deux éléments nous paraissent cependant relativement récents. Depuis dix ans, l’on observe au sein de ces réseaux de militantes des droits humains, l’appropriation d’un nouveau répertoire d’action collective : « le droit à défendre les droits » comme en écho au « droit à avoir des droits » développé par Hannah Arendt dans son ouvrage sur les origines du totalitarisme (Arendt, 1951, p. 297). D’autre part, l’on constate que ces femmes articulent engagement pour les droits humains et approche féministe afin d’exposer les imbrications entre violences sexistes et violences politiques. Partant de ces observations, cette contribution entend analyser comment ces militantes ont amené les différents acteurs de la solidarité internationale à repenser des mécanismes de protection qu’elles ont souvent dénoncé comme étant aveugles aux questions de genre.

6La première partie est consacrée à la description de la manière dont ce « droit à défendre les droits » a été reconnu au sein des instances internationales des droits humains et comment la question du genre a gagné en visibilité à l’intérieur de ce nouveau cadre juridique. À l’aide de l’étude d’un cas spécifique, celui de l’Initiative mésoaméricaine des défenseuses4 (ou Réseau mésoaméricain), j’examinerai ensuite la manière dont celui-ci est utilisé par les militantes comme une nouvelle ressource de mobilisation pour rendre visibles les violences qu’elles subissent5. J’explore notamment comment ces femmes lient actions collectives et individuelles en mettant en avant une « protection intégrale féministe »6, en particulier à travers les pratiques de protection collective et d’auto-protection7 (ou auto-soin) et parviennent ainsi à produire un nouveau modèle de protection des défenseuses à l’échelle internationale.

7Les données présentées dans ce chapitre ont été rassemblées au cours de cinq années d’activité professionnelle aux côtés du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains8. C’est donc avec un statut de « chercheuse embarquée » que j’ai pu avoir accès à de nombreuses actrices parties prenantes de ces processus, et que j’ai moi-même participé à la production de données sur ce sujet. Compte tenu des questions de sécurité liées à la situation de certaines des activistes, je n’ai pas eu facilement accès aux archives internes de ces réseaux de défenseuses, certaines étant réticentes à les partager en ligne9. Pour cette même raison, j’ai choisi de préserver l’anonymat des défenseuses. J’ai pu procéder à une dizaine d’entretiens semi-directifs avec ces dernières mais également à des échanges informels avec des acteurs et actrices ayant porté cette thématique au sein de certaines instances internationales (notamment aux Nations Unies)10.

1. L’émergence d’un « droit à défendre les droits » et la visibilité croissante de la situation des défenseuses des droits humains à l’échelle internationale

8Pour comprendre la manière dont des activistes de terrain ont commencé à utiliser un nouveau répertoire d’action autour du « droit à défendre les droits », il nous faut d’abord comprendre comment ce dernier a acquis une reconnaissance internationale et la manière dont des militantes féministes s’en sont emparées.

9En 2019, Michel Forst, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs et des défenseuses des droits humains de 2014 à 2020, rappelle dans un document consacré à la question que « dans le climat politique actuel, où les droits de l’homme sont malmenés, les défenseuses sont souvent les premières à être attaquées. Comme les femmes défenseuses des droits humains l’ont constaté elles-mêmes, elles sont attaquées en raison de leur identité et de ce qu’elles font »11. En somme, une défenseuse c’est être/se définir comme une femme et s’engager pour la défense et la protection des droits humains, dont les droits des femmes12.

10On ne peut appréhender l’Initiative mésoaméricaine des défenseuses sans évoquer les réseaux transnationaux dont la « forme d’organisation (est) caractérisée par des modèles de communication et d’échanges volontaires, réciproques et horizontaux » tels que décrits par Keck et Sikkink (1998, p. 8) ainsi que la littérature sur l’action collective dont une partie des contributions ont porté sur ces nouveaux espaces de contestation transnationaux (Álvarez, 1998 ; Basu, 2000 ; Siméant, 2010) et sur des mobilisations multi-niveaux (Moghadam, 2005 ; Allain, 2019). Ces différentes analyses reviennent à la fois sur l’usage stratégique des différentes échelles de mobilisation pour attirer l’attention sur des enjeux locaux et se présenter comme acteurs légitimes, reconnus à l’étranger, ainsi que sur l’apparition des réseaux transnationaux comme espaces pour porter ces revendications. On ne peut pas non plus comprendre la montée en puissance des réseaux transnationaux sans lier cette question à la manière dont les institutions et les instances internationales offrent de nouvelles plateformes de mobilisation pour les acteurs nationaux afin de légitimer leurs revendications auprès de l’État (Lacombe, 2015 et 2018). En somme, les acteurs et les actrices ainsi engagées dans des mobilisations collectives protestataires cherchent à atteindre leurs objectifs au travers de la construction d’identités communes, de répertoires d’action et de leviers de mobilisation (Della Porta et Tarrow, 2004).

11Dans le cas du réseau mésoaméricain, le contexte international a servi de levier pour construire et rendre visible cette nouvelle identité de « défenseuse des droits humains ». Lors d’un entretien, Michelle13 une activiste étasunienne, impliquée depuis plus de 20 ans au sein du système international des droits humains sur les questions de genre, raconte, non sans une certaine exaltation : « Il y a eu comme un moment politique quand la Déclaration a été adoptée, qui coïncidait avec l’action de mouvements sociaux féministes engagés au sein du système des Nations Unies »14. Michelle fait référence à la « Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits humains »15, adoptée le 9 décembre 1998, au terme d’une dizaine d’années d’intense travail de mobilisation et de plaidoyer d’organisations de droits humains et de quelques États-clés – en particulier la Norvège – qui soutiennent depuis des années les propositions de résolution16 aux Nations Unies. Bien que ce texte international soit aujourd’hui l’un des plus utilisés et discutés aux Nations Unies (Spanagel et Wille, 2019), la plupart des (rares) recherches universitaires sur le sujet ont privilégié une approche portant sur la portée et les conséquences juridiques du texte (Suarez, 2014 ; Vogelfanger, 2016). Selon Spannagel et Wille, cette Déclaration a ainsi fédéré des militant.e.s et des ONG du monde entier autour d’une identité commune et c’est en partie ce qui peut expliquer qu’elle soit tant mobilisée aujourd’hui. Néanmoins, peu se sont penchées sur la manière dont les militant.e.s des droits humains se sont approprié.e.s cette déclaration et l’utilisent.

12La déclaration traite à la fois de la reconnaissance de l’action essentielle des individus, groupes et institutions qui se mobilisent pour faire reconnaître les droits humains mais également sur les responsabilités étatiques en termes de protection des activistes. Qu’entend-t-on par « défenseur et défenseuse des droits humains » ? La Déclaration des Nations Unies en donne une définition volontairement large. Toute personne, organe ou institution qui promeut de manière pacifique les droits humains universellement reconnus devient de fait un défenseur ou une défenseuse, sans discrimination liée à l’âge, au sexe, à la condition sociale, à l’appartenance ethnique, etc. Au cours des années 2000, toute une architecture visant à consacrer le « droit à défendre les droits » est ainsi mise en place à l’échelle internationale et régionale17. En Amérique latine, quelques pays ont adopté des lois de protection des défenseurs et défenseuses, souvent dans un contexte politique répressif déjà fortement dégradé (par exemple, dès 2000 en Colombie, au Brésil et au Guatemala en 2004, au Mexique en 2012, au Honduras en 2016 et au Pérou en 2019). Ces instruments ou mécanismes sont souvent promus et mis en place par des gouvernements par ailleurs critiqués pour leur collusion avec des acteurs impliqués dans les attaques contre les militant.e.s des droits humains (par exemple, avec le crime organisé18 ou avec des entreprises dont les projets de « développement » sont contestés par la société civile et les personnes directement affectées par ces opérations)19. Les dispositifs mis en place, s’ils peuvent représenter une solution immédiate pour des personnes en danger, sont donc en même temps objets de dénonciation20 car perçus comme d’emblée défaillants (du fait du manque de ressources financières et humaines, d’une approche réactive et non préventive des attaques, du manque de perspective de genre et d’approche collective de la protection, etc.) (Campa, 2014). Enfin, dans la foulée de l’adoption de la Déclaration de 1998, des ONG internationales consacrées à la protection des défenseurs et défenseuses ont été créées : c’est le cas notamment de Front Line Defenders et de Protection International21.

2. « Défendre les femmes défendant les droits » : dans le sillage de la rencontre du Sri Lanka (2005)

13Cette reconnaissance à l’échelle internationale s’est accompagnée assez rapidement d’un foisonnement d’actions collectives pour revendiquer une approche sexo-spécifique de ce « droit à défendre les droits », et des conséquences du militantisme sur la vie des activistes. Plusieurs défenseuses nous ont parlé « d’étapes fondatrices », articulées notamment autour d’une campagne dénommée « Défendre les femmes défendant les droits : campagne internationale sur les femmes défenseuses des droits humains » et qui a culminé au Sri Lanka en 2005 lors d’une rencontre de 200 femmes militantes des droits humains de plus de 75 pays22. Cette réunion a notamment jeté les bases de la Coalition mondiale des femmes défenseuses, créée en 200823 et de la journée internationale des défenseuses des droits humains, le 29 novembre de chaque année. Des personnalités telles que Charlotte Bunch y ont assisté, ainsi que de grandes organisations internationales comme Amnesty International ou l’Organisation Mondiale Contre la Torture. Fondatrice du Center for Women’s Global Leadership de l’Université Rutgers, Charlotte Bunch a contribué à la politisation croissante des violences de genre, auparavant considérées comme relevant de la sphère privée. Elle fait partie de ces individues qui ont joué un rôle majeur dans l’inflexion des organisations internationales pour légitimer la reconnaissance des droits des femmes en tant que droits humains, notamment incarnée par la tenue des conférences de Vienne (1993) et Pékin (1995) (Bunch et Fried, 1996).

14Hina Jilani, avocate pakistanaise de renom et alors Représentante du Secrétaire général des Nations Unies sur la situation des défenseurs et défenseuses, a participé également à cette rencontre et a contribué à consacrer la reconnaissance de leur sort au sein des instances onusiennes24. Une contribution sur laquelle revient Michelle : « Quand Hina était représentante spéciale des Nations Unies sur la situation des défenseurs, elle a essayé de donner de la visibilité au genre de l’engagement, car elle était déjà sensibilisée à ces questions et au plaidoyer féministe avant même d’être Rapporteuse spéciale […] Hina a inclus cette question dès son premier rapport et cela a donné le ton pour le reste de son mandat ». Des ateliers furent également organisés lors de cette réunion autour des questions de sécurité, de bien-être ou sur la documentation des violences exercées contre les défenseuses (Krook, 2018). « Les graines ont été semées lors de cette rencontre. Les gens étaient avides d’analyse et de défier les Nations Unies et les organisations de droits humains » ajoute Michelle. Des défenseuses d’Amérique latine étaient également présentes telle la journaliste mexicaine Lydia Cacho, invitée par Amnesty international25.

15Alicia, militante et experte internationale de la défense des droits humains, revient aujourd’hui sur la manière dont la rencontre au Sri Lanka puis la création de la Coalition mondiale des défenseuses ont rendu visibles les questions de genre au regard du travail militant :

« L’objectif était de rendre visible (cette question) en interne. Et ça pour moi, ça a été quelque chose de difficile à reconnaître. Les femmes n’étaient pas reconnues à l’intérieur des organisations et des mouvements […]. Selon moi, il y avait les organisations féministes d’un côté et les organisations de défense des droits humains d’un autre. Il n’y avait pas de lecture commune de ce qui arrivait aux femmes qui travaillaient dans les organisations. […] S’il y avait une violation de la liberté d’association, cela affectait de manière très différente les femmes par rapport aux hommes. Donc, la définition [des défenseuses] fut une excuse pour rendre visible tout cela. […] si on ne nomme pas, on ne voit pas, et si on ne voit pas, alors il n’y a pas de financements et s’il n’y a pas de financements, on ne peut pas travailler sur ce sujet26 ».

16Cet événement fut d’autant plus marquant dans le parcours d’Alicia que cette dernière a depuis, joué un rôle actif auprès d’instances internationales et nationales dans la protection des défenseuses des droits humains. L’intégration d’une analyse sexo-spécifique des violences pour appréhender les attaques et les menaces liés à la défense des droits humains ne s’est donc pas faite sans heurts. Les discussions révèlent le fossé existant entre des personnes entrées dans les droits humains par une approche généraliste et juridique et, de l’autre, des militantes féministes aguerries, comptant bien changer profondément l’approche de la défense des droits. « Ce n’était pas vraiment une opposition de principe mais plutôt une incompréhension devant l’intérêt d’adopter une approche de genre. Certaines grandes ONG considéraient que le fait de parler des militants, c’était suffisant en soi » rapporte Michelle.

17Malgré ces résistances, la dimension de genre des violences faites aux militant.es continue de gagner en visibilité27. En 2013, une résolution sur les femmes défenseuses est votée par l’Assemblée générale de l’ONU. En 2018, ONU-Femmes ainsi que le Haut-Commissariat aux droits humains évoquent la volonté de développer des stratégies sur cette thématique. Enfin, parallèlement, Michel Forst développe une pratique systématique de rencontres non-mixtes avec les activistes28 lors de ses déplacements pour la préparation de ses rapports29.

3. Genre de l’engagement et violences sexistes

18Dans le contexte des attaques perpétrées contre les défenseuses des droits humains, le genre est une grille d’analyse qui permet de comprendre que les attaques n’ont ni la même forme ni les mêmes effets, selon qu’elles s’adressent aux hommes ou aux femmes. En particulier, les menaces reçues par courriel ou par SMS par les femmes revêtent souvent un caractère sexuel, au premier plan desquelles les menaces de viols. Les personnes que nous avons rencontrées font également état d’attaques visant à délégitimer leurs rôles sociaux. On traite certaines d’entre elles de « mauvaise mère », de « prostituée » : des stigmates sexistes éculés, mais toujours aussi efficaces pour organiser le discrédit, un ressort habituel des agressions. Certaines enquêtées relatent aussi que le soutien accordé aux hommes par leurs communautés se mue en hostilité voire en accusation d’irresponsabilité quand il s’agit des défenseuses. Elles sont critiquées pour mettre en danger leurs familles (les enfants sont d’ailleurs souvent mentionnés dans les menaces). Parfois, elles font l’objet de harcèlement judiciaire, les locaux de leurs bureaux sont saccagés, elles sont l’objet d’assassinats ou de tentatives d’assassinat ou leurs communications sont surveillées, autant de procédés utilisés contre les femmes ayant un rôle dans les mobilisations de revendications de droits (Delpech, 2014, p. 167). Alors que les nouvelles technologies, massivement investies, représentent souvent des espaces et outils de mobilisation, internet devient également un espace d’agressions, souvent favorisées par l’anonymat des réseaux sociaux (Soto et Sánchez, 2019). Au cours de notre enquête, nous avons écouté de nombreux témoignages de femmes faisant état de photos montage présentant les défenseuses dans des postures hyper-sexualisées, circulant sur les réseaux sociaux afin de les humilier. Elles évoquent également la nécessité de changer régulièrement leurs trajets domicile-bureau-domicile car elles ont déjà été suivies par des individus non identifiés. Enfin, certaines militantes font face à la reproduction du sexisme au sein de leurs propres organisations et mouvements (Falquet, 2005 ; Caulier, 2014 a).

19Les conséquences des attaques sont également différentes si ces dernières touchent des hommes ou des femmes. Encore peu documentés, les effets psychosociologiques du travail de défense des droits humains, en particulier sur les femmes, ont récemment fait l’objet de plusieurs travaux de recherche qui ont mis en avant certains effets du militantisme des droits humains sur la santé mentale (la dépression, le burnout, les syndromes de stress post-traumatiques sont régulièrement évoqués) et sur les conséquences sociales et économiques de cet engagement (Satterthwaite, 2018 et 2019). Cela englobe, par exemple, l’absence de couverture médicale ou sociale pour couvrir les frais médicaux à la suite d’agressions en raison d’un engagement bénévole ou une précarité salariale plus grande (Caulier, 2014b) ou encore une double charge de travail, exacerbée depuis le début de la pandémie de COVID-19. Ces recherches mettent également en avant une culture du sacrifice de soi (Nah, 2020) au sein de laquelle, les défenseurs et défenseuses sont présentées comme des personnes prêtes à toutes les abnégations pour le bien commun.

20Par ailleurs, les mécanismes de protection déployés à la fois par les États, les agences intergouvernementales et les ONG n’adoptent encore que très partiellement une approche sexo-spécifique30. Par exemple, à l’échelle nationale, les enquêtes menées lors de féminicides ou d’agressions de militantes ne prennent pas suffisamment en compte l’activité de défense des droits humains. Quant aux mesures de protection, telles que le recrutement de gardes du corps, elles peuvent paradoxalement générer un sentiment d’insécurité pour les défenseuses, tant leurs « protecteurs », non formés aux enjeux ayant trait aux violences de genre, peuvent manifester des comportements sexistes et menaçants. Les mécanismes internationaux sont également pointés du doigt, notamment les programmes de relocalisation temporaire qui ne prennent pas suffisamment en compte le fait qu’en règle générale, à la différence des hommes, les défenseuses sont dans l’impossibilité de quitter précipitamment un pays pour se protéger, en raison de leurs enfants et dépendants (ces derniers n’étant pas systématiquement inclus dans les programmes de relocalisation).

21C’est donc un continuum de risques, de menaces et de violences liées à l’activisme des droits humains mais aussi à leur genre qui a été rendu visible depuis une vingtaine d’années et que les réseaux de défenseuses dénoncent, en faisant évoluer la protection des militantes et en revendiquant une rupture dans la culture du sacrifice pour les droits humains. C’est dans ce contexte que se développent des réseaux de défenseuses en Amérique latine, telle que l’Initiative mésoaméricaine des défenseuses (IMD).

4. La création de l’IMD et l’articulation entre bien-être individuel et action collective

22Dans une région marquée par de nombreuses violations des droits humains, la société civile s’est organisée autour d’un usage stratégique du droit pour dénoncer l’inaction de l’État et alerter la communauté internationale. Différentes recherches ont récemment étudié les différents cycles de mobilisation sur les droits humains en Amérique centrale et au Mexique (Hincapié, 2017 ; Poma, Paredes et Gravante, 2019). Lors de notre enquête, les défenseuses sont également revenues sur l’importance de certains événements liés aux violations des droits des femmes dans leur engagement militant, évoquant tour à tour, la répression de Salvador de Atenco au Mexique en 200631, les féminicides de Ciudad Juárez32 ou encore le cas de Beatriz, une jeune femme du Salvador qui s’était vu refuser en 2013 l’accès à un avortement thérapeutique. Ces différents événements ont marqué juridiquement, socialement et politiquement différentes scènes de la société civile latino-américaine engagée pour les droits des femmes (Hernández, 2010 ; Calzolaio, 2012).

23C’est dans ce contexte que fut organisée en 2010, à Oaxaca, au Mexique, une réunion rassemblant plus de 50 organisations et défenseuses de toute la région, dans le but de réfléchir collectivement à la mise en lumière des violences faites aux militantes des droits humains. Fernanda, avocate et défenseuse, revient également sur cette rencontre ainsi que sur le choix de cette identité de defensoras, en insistant sur le fait qu’elle s’est sentie appartenir à « une communauté » de défenseuses. Elle voit la Déclaration de l’ONU sur les défenseur.ses comme une ressource, une stratégie de positionnement lui permettant de « mobiliser pour être protégée » et grâce à laquelle son rôle de défenseuse semble enfin « reconnu dans un document officiel ». On comprend alors que cette définition même flottante de « défenseuse » revêt une protection concrète, un enjeu de présentation de soi dans un engagement qui peut mener à la mort. Manuela, autre militante mexicaine33 relate : « nous portions cette définition [de défenseuse] et cette terminologie dans toutes les réunions. Pour certaines, c’était une dépolitisation mais pour toutes, c’était une manière de nous reconnaitre, une catégorie qui nous permettait de dialoguer ».

24Lors de cette rencontre à Oaxaca, les militantes ont évoqué la peur, le stress, l’épuisement, mais aussi des causes et des manifestations des violences subies. Elles ont aussi souligné l’absence de données au niveau national et régional permettant de rendre compte des menaces et des attaques. Certaines ont évoqué la difficulté à soulever les risques sexo-spécifiques devant leurs collègues masculins qui monopolisent les temps de parole et qui nient les violences sexuelles et sexistes survenues au sein des mouvements et des organisations.

25Créée en 2010, l’Initiative mésoaméricaine des défenseuses des droits humains plonge ses racines dans ces échanges développés à Oaxaca. Les individus et organisations qui la composent la définissent comme « le premier effort conjoint à grande échelle pour prévenir, répondre, documenter et faire connaître les actes de violence à l’encontre des femmes défenseuses des droits humains en Mésoamérique »34. Dans la foulée de cette réunion, des démarches similaires parties prenantes de l’Initiative ont été lancées au Mexique, au Nicaragua, au Honduras, au Guatemala et au Salvador entre 2010 et 2012. L’Initiative mésoaméricaine revendique aujourd’hui plus de 2000 militantes mobilisées au sein de ces réseaux nationaux à titre individuel. Elle publie régulièrement des rapports sur la situation des défenseuses, participe à des actions de plaidoyer et articule des actions de solidarité à l’échelle régionale. Elle est aujourd’hui coordonnée par un groupe « impulseur » composé d’ONG féministes internationales35 ainsi que d’ONG locales venant du Salvador, du Guatemala et du Mexique. L’on observe donc un enchevêtrement des échelons, avec des passerelles assurées par des militantes qui naviguent entre ces différents espaces, en fonction des opportunités professionnelles36.

26Quand je leur demande de parler du caractère non-mixte de l’Initiative mésoaméricaine, pour la majorité d’entre elles, la décision de limiter le réseau aux défenseuses (cis et transgenres) va de soi, car il est pensé comme un espace sécurisé, en dehors des violences sexistes et sexuelles. La plupart des femmes interviewées ont déjà revendiqué des approches féministes, même si pour certaines d’entre elles cette familiarisation est intervenue après des années d’engagement au sein d’organisations mixtes traditionnelles de défense des droits humains. Rosario, l’une des coordinatrices d’un réseau national de défenseuses, qui a elle-même dû quitter sa ville natale en raison de menaces liées à son travail d’accompagnement de femmes victimes de violences, revendique cette non-mixité : « ma vision, c’est celle des femmes ». Pour l’ensemble des défenseuses que nous avons rencontrées, la non-mixité n’est pas discutable, elle fait partie de l’identité du réseau et assure un espace sécurisé. Cette non-mixité n’est cependant pas toujours acceptée par les organisations de défense des droits humains nationales ou généralistes, dont les leaders sont souvent des hommes, et pour lesquelles la perspective de genre n’est pas nécessairement acceptée, ou alors considérée comme radicalement distincte d’une approche féministe. Par exemple, l’organisation guatémaltèque UDEFEGUA37 entendait, il y a quelques années, se faire représenter au sein de l’Initiative par un homme. À l’issue de discussions au sujet de la protection des défenseuses, l’organisation s’est finalement mise en retrait. Le réseau agrège des femmes engagées dans la défense des droits humains mais provenant de trajectoires et d’horizons différents. En somme, il crée une identité collective qui s’enrichit des identités individuelles et collectives préexistantes de chaque défenseuse. Ce n’est donc pas tant la thématique sur laquelle se mobilisent ces femmes qui importe, que leur capacité de se réunir autour d’une identité commune : celle de defensoras de derechos humanos. On trouve des femmes aux identités et origines variées (femmes trans, femmes de communautés autochtones, syndicalistes, avocates…) Reste que la création de l’Initiative mésoaméricaine permet de rendre visible les violences parfois extrêmes contre les femmes défenseuses. Dans une sorte de mouvement de « boomerang » (Keck et Sikkink, 1998 ; Dufour et Giraud, 2007), ce réseau qui a intégré le répertoire d’action de la défense des droits, modèle à son tour la protection des défenseurs et des défenseuses, notamment au travers du concept de « protection féministe intégrale ».

5. La « Protection intégrale féministe »

27La Protection intégrale féministe (JASS, 2016) « reconnaît que la violence causée par le travail des femmes défenseuses est étroitement liée et affectée par la discrimination de genre, et cherche à construire un tissu social solide qui reconnaît les contributions spécifiques et les besoins de protection des femmes défenseuses, leur fournit des services et des ressources pour leur protection, et renforce leur processus d’autonomisation »38. L’accompagnement des défenseuses s’organise notamment autour des concepts d’auto-protection, de protection collective et de guérison. Plusieurs défenseuses utilisent notamment un ouvrage de 2007 publié par le Fonds d’action urgente pour les droits des femmes (FAC), qui aurait servi de genèse à la réflexion sur la nécessité de lier protection de soi et action collective. Intitulé ¿Qué sentido tiene la revolución si no podemos bailar? [Quel est le sens de la révolution si nous ne pouvons pas danser ?] (Barry et Đjorđjevic, 2007, en référence à Emma Goldman), l’ouvrage se propose de réfléchir à la durabilité de la défense des droits humains, c’est-à-dire, ce qui peut permettre aux femmes de continuer à militer malgré l’adversité des contextes auxquels elles font face. En mettant en avant les témoignages d’une centaine de militantes qui ont été soutenues par le FAC, l’ouvrage propose aux bailleurs de fonds de prendre en compte les effets psychosociaux de la défense des droits humains sur les femmes. C’est dans cet esprit que, dans un article paru en 2017 dans l’International Journal on Human Rights, deux membres de la Casa La Serena reviennent sur les « pratiques de protection de soi comme stratégie politique » (Hernández Cárdenas et Tello Méndez, 2017).

28En août 2016, la Casa La Serena, une initiative conjointe de l’IMD, du réseau mexicain des défenseuses et de l’ONG mexicaine Consorcio Oaxaca a ouvert, à Oaxaca, une maison présentée comme un lieu « d’auto-protection, de soin et de bien-être pour les défenseuses des droits humains à l’adresse de toute la région mésoaméricaine »39. Organisés autour de séances de soutien psychologique, d’ateliers d’accompagnement dans l’élaboration de protocoles de protection et de création artistique, d’outils de transmission de savoir des ancestras, ces espaces offrent un accompagnement aux défenseuses qui subissent par ailleurs des menaces ou la répression étatique ou para-étatique. Fernanda évoque sa nostalgie pour les rencontres physiques, notamment celles qui ont lieu à la Casa la Serena et qui font figure de moment de catharsis et de reconstructions personnelles et collectives. Lors d’une réunion virtuelle tenue en 2017, des défenseuses latino-américaines définissent l’autoprotection ou auto-soin de la manière suivante : « L’autoprotection est un outil politique transgressif qui permet la durabilité de nos mouvements et aussi des moments de joie et de satisfaction dans notre travail de défense des droits humains […] Il doit s’agir d’une stratégie individuelle et collective […] parce que nous devons nous sentir bien pour continuer à faire ce que nous faisons40 ». Rosario revient également sur les effets cachés mais non moins délétères du stress causé par le travail et par les menaces, notamment l’anxiété, l’hypertension, le diabète, la mauvaise alimentation qui affectent la santé des défenseuses. L’auto-protection est présentée comme une proposition politique qui vise à sortir d’une spirale entraînant les défenseuses vers la perte d’elles-mêmes et la destruction de qui elles sont et de ce qu’elles font. D’une certaine manière, cette stratégie vise à maintenir une ultime frontière, un espace de liberté inconditionnelle (Vidal et Tolmay, 2015).

29Aujourd’hui, et plus encore dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le réseau mésoaméricain continue de soutenir les défenseuses au travers de nombreux espaces de rencontre virtuels, d’ateliers, de webinaires pour échanger sur les stratégies d’auto-protection et de mobilisations, en particulier à destination de militantes destinataires de harcèlement politique et de menaces. Rosario met l’accent sur la situation difficile voire extrêmement précaire que rencontrent de nombreuses défenseuses subissant les conséquences de la pandémie (réduction de l’accès aux espaces transnationaux, absence d’acteurs transnationaux sur le terrain qui permettent en général de temporiser les attaques, accès à la justice rendu difficile par les confinements successifs, développement exponentiel du travail domestique, etc.). L’approche globale de la protection développée par l’Initiative mésoaméricaine est visible et mise en valeur notamment lors de sessions du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, mais également lors de rencontres (actuellement virtuelles) organisées par les agences internationales, des ONG ou des acteurs étatiques41. Ceci se manifeste également par une présence médiatique internationale assez importante de l’Initiative mésoaméricaine des défenseuses et des femmes qui la composent, notamment dans les médias de langue espagnole et sur des sites consacrés aux droits humains (New Tactics, Open global rights, Open democracy, entre autres).

Conclusion

30L’Initiative mésoaméricaine des défenseuses a célébré ses dix années d’existence en 2020 et force est de constater qu’elle a, en peu de temps, gagné une légitimité incontestable. Après avoir intégré la mobilisation autour d’un « droit à défendre les droits », les défenseuses mesoaméricaines contribuent activement aujourd’hui à redéfinir ce répertoire d’actions et à ancrer le(s) féminisme(s) dans la défense des droits humains. Si ces nouvelles ressources de mobilisation ne parviennent à stopper les attaques, toujours plus nombreuses, elles apportent néanmoins un répit dans un engagement marqué par les violences, et un accompagnement et un soutien collectif face à des menaces qui visent à isoler les femmes.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Agrikoliansky, É. – 11. Les usages protestataires du droit ; Penser les mouvements sociaux: Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Éric Agrikoliansky (ed.), Paris, La Découverte, 2010, pp. 225 – 243,

Allain, M.- Les jeux d’échelles de l’action collective : militantisme local et solidarité internationale dans les campagnes de Colombie. Critique internationale, 82, 2019, pp.5173.

10.3917/crii.082.0051 :

Álvarez, S.Los feminismos latinoamericanos se globalizan en los noventa: retos para un nuevo milenio; Género y Cultura En América Latina: Volumen I, Tarrés Barraza M. L, 1ere ed., vol. 1, México D.F, El Colegio De México, 1998, pp.89134.

10.2307/j.ctv47w7zp :

Arendt, H. – Les origines du totalitarisme, Vol. 2 L’impérialisme, trad. de l’angl. par Martine Leiris, Paris, Fayard, 1982 (The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt/Brace, 1951)

Barry, J.; Đjorđjevic, J.¿Qué sentido tiene la revolución si no podemos bailar?, Fondo de acción urgente por los derechos humanos de las mujeres; 2007. Disponible sur: https://www.fondoalquimia.org/website/images/2017/01/Quesentidotienelarevolucionsinopodemosbailar.pdf, page consultée le 5 octobre 2021.

Basu, A.Globalization of the Local/Localization of the Global Mapping Transnational Women’s Movements. Meridians, vol.1, n°1, 2000, pp. 68 – 84.

Bellier, I. ; Cloud, L. ; Lacroix L. – Les droits des peuples autochtones, des Nations Unies aux sociétés locales, Paris, l’Harmattan, 2017.

Bunch, C., & Fried, S.Beijing ’95: Moving Women’s Human Rights from Margin to Center. Signs, n°22(1), 1996, pp. 200 – 204.

Calzolaio, C. – Les féminicides de Ciudad Juárez : reconnaissance institutionnelle, enjeux politiques et moraux de la prise en charge des victimes ; Problèmes d’Amérique latine, n°84, 2012/2, pp. 61 – 76.

Campa, H.Cuando el mecanismo falla, mémoire de maîtrise en journalisme et affaires publiques, Centro de investigación y docencia económicas (CIDE), México, 2014.

Caulier, M. – a : Les politiques du genre face au conflit ; Journal des anthropologues, n°136 – 137, 2014, pp. 303 – 324. b : Le prix de l’engagement. Salariées et militantes au Mexique ; Travail, genre et sociétés, n°32, 2014/2, pp. 63 – 78

10.4000/jda.4653 :

Della Porta, D.; Tarrow, S. (eds).Transnational protest and global activism, Lanham, Rowman and Littlefield, 2004.

Delpech, Q. – Mobilisations syndicales et violences au Sud. Protester dans les usines de la sous-traitance internationale au Guatemala, Paris/Aix-en-Provence, Éditions Karthala/Sciences Po Aix, 2014.

Dufour, P. ; Giraud, I. – Dix ans de solidarité planétaire. Perspectives sociologiques sur la Marche mondiale des femmes. Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2010.

Falquet, J. – Trois questions aux mouvements sociaux « progressistes ». Apports de la théorie féministe à l’analyse des mouvements sociaux, Nouvelles Questions Féministes, Vol. 24, n°3, 2005, pp. 18 – 35.

Hincapié, S.; López Pacheco, J.Ciclos de movilización y crisis de derechos humanos. La acción colectiva de las ONG nacionales y los derechos humanos en México, Revista de estudios sociales, SCIELO, n°56, 2016, abril-junio, pp.2638.

Hincapié, S.Acción colectiva de las mujeres y derechos humanos en México: movilizando el dolor en medio del conflicto armado; Estudios Socio-Jurídicos, 19(2), 2017, pp.97127.

Hernández, R.Violencia de Estado y violencia de género. Las paradojas en torno a los derechos humanos de las mujeres en México, Trace, n°57, 2010.

Hernández Cárdenas, A. M.; Tello Méndez, N. G.El autocuidado como estrategia política. Sur, Revista internacional de derechos humanos- v.14 n°26, 2017, pp.179188.

Krook, M.Violence against Women in Politics: A Rising Global Trend. Politics & Gender, 14(4), 2018, pp. 673 – 675.

10.1353/jod.2017.0007 :

Lacombe, D. – Les violences envers les femmes : un agenda global. Ellipses et désarticulations au Nicaragua, Chimères 2015/1, N°85, pp. 147 – 157.

Lacombe, D. – Légiférer sur les « violences de genre » tout en préservant l’ordre patriarcal. L’exemple du Nicaragua (1990 – 2017). Droit et société, 2018, n°99, pp. 287 – 303.

Lochak, D. – Les usages militants du droit. La Revue des Droits de l’Homme, CTAD-CREDOF (Centre de recherche et d’études sur les droits fondamentaux), n°10, 2016.

López Pacheco, J.Movilización y acción colectiva por los derechos humanos en la paradoja de la institucionalización, Estudios Políticos, n°51, 2017, pp.5778.

Keck, M.; Sikkink, K.Activists beyond Borders, Ithaca, Cornell University Press, 1998.

10.7591/9780801471292 :

Marques Pereira, B. ; Raes F. – Trois décennies de mobilisations féminines et féministes en Amérique latine ; Cahiers des Amériques latines, 39, 2002.

Moghadam, V.Globalizing women: transnational feminist networks, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2005.

Nah A.Wellbeing, risk and human rights practice; Center for applied human rights, University of York, 2016.

Noonan, R.Women against the State: Political Opportunities and Collective Action Frames in Chile’s Transition to Democracy; Sociological Forum, vol.10, n°1, 1995, pp.81111.

10.1007/BF02098565 :

Poma, A.; Paredes, J-P.; Gravante, T.Resistencias y emociones del activismo en contextos represivos, autoritarios o violentos. Una introducción; Polis, vol.18, n°53, 2019, pp.516.

Satterthwaite, M.; Knuckey, S.; Brown, A.Trauma, Depression, and Burnout in the Human Rights Field: Identifying Barriers to Resilient Advocacy; Columbia Human Rights Law Review, n°49, 2018, pp.303- 316.

Satterthwaite, M; Knuckey, S.; Sawhney, R.; Wightman, K; Bagrodia, R.; Brown, A.From a «Culture of Unwellness» to Sustainable Advocacy: Organizational Responses to Mental Health Risks in the Human Rights Field, Review of law and social justice, 28:3, 2019.

Spannagel J.; Wille. P.The history of the UN Declaration on Human Rights Defenders: its genesis, drafting and adoption, 11 March 2019.

Siméant, J. – 6. La transnationalisation de l’action collective ; Penser les mouvements sociaux: Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Agrikoliansky, E. (Ed), Paris, La Découverte, 2010, pp. 121 – 144.

Soto, C.; Sánchez, K.Violencia en Internet contra feministas y otras activistas chilenas; Revista de estudios feministas, vol.27, n°3, 2019.

10.1590/1806-9584-2019v27n358797 :

Suarez, G.Derecho a Defender Derechos Humanos. Mémoire de maitrise en droits humains et démocratie,1st ed., FLACSO-México, 2014.

Vidal, V.; Tolmay, S.Politicizing Self-Care and Wellbeing in Our Activism as Women Human Rights Defenders. 2015.

Vogelfanger, A.El status jurídico de defensores y defensoras de derechos humanos; Revista IIDH, 2015, n°63, pp.267294.

Woodward, A.Building Velvet Triangles: Gender and Informal Governance, dans Simona Piattoni, Thomas Christiansen (eds), Informal Governance and the European Union, Londres, Edward Elgar, 2004, pp.7693.

Notes de bas de page

1 Selon l’IM-Defensoras, entre 2017 et 2018, au moins 3305 défenseuses ont été l’objet d’agressions, la majeure partie du temps « de la part de fonctionnaires des États mésoaméricains […] responsables de 7 agressions sur 10 ». https://www.dw.com/es/américa-latina-defensoras-de-los-derechos-humanos-v%C3%ADctimas-por-partida-doble/a-52698186, page consultée le 5 mars 2021.

2 Selon l’ONG Front Line Defenders, en 2020, 86% des assassinats de défenseur.e.s des droits humains ont eu lieu en Amérique latine. https://www.frontlinedefenders.org/sites/default/files/fld_global_analysis_2020.pdf, page consultée le 5 mars 2021.

3 Selon la CEPAL, Seulement pour l’année 2018 ce sont près de 3529 femmes qui furent victimes de fémi(ni)cides dans 25 pays d’Amérique latine et de la Caraïbe, https://www.cepal.org/es/comunicados/solo-2018-al-menos-3529-mujeres-fueron-victimas-feminicidio-25-paises-america-latina, page consultée le 5 mars 2021.

4 En espagnol, Iniciativa mesoamericana de defensoras.

5 Nous avons choisi de parler ici de défenseuses et de reprendre le vocabulaire utilisé par les actrices bien que nous soyons conscient.e.s de l’usage stratégique de ce terme et des identités croisées, mises en avant tour à tour selon les circonstances et opportunités par les défenseuses elles-mêmes (féministes, membres de communautés autochtones, avocates, militantes dans des organisations structurées, etc.).

6 Protección integral feminista en espagnol.

7 Auto-cuidado en espagnol.

8 De 2015 à 2020, j’ai été la conseillère du Rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des défenseurs et des défenseuses des droits humains. Le Rapporteur spécial est un expert bénévole nommé par le Conseil des droits humains de l’ONU afin d’analyser la situation mondiale des défenseurs et des défenseuses, de réaliser des visites officielles dans les pays afin de proposer une assistance technique aux États et de se mobiliser pour des cas individuels.

9 Le choix a été fait ici d’intégrer nombre de pratiques de l’écriture inclusive tout au long de ce chapitre et de défendre l’utilisation du terme droits humains en opposition aux « droits de l’homme » dont je critique la supposée universalité. Dans ce chapitre, cela s’applique également aux institutions et titres officiels par souci de cohérence.

10 La majorité des entretiens s’est tenue en ligne et si je n’ai pas rencontré de difficultés particulières à concrétiser des entretiens avec des personnes étant déjà activement engagées dans le plaidoyer international, la pandémie a rendu difficile tout contact avec des militantes de terrain, notamment celles qui vivent éloignées des centres urbains. Au cours de cette enquête, j’ai eu des entretiens semi-directifs avec 5 défenseuses du Mexique, deux défenseuses du Salvador, une défenseuse du Guatemala, 2 défenseuses espagnoles, une défenseuse étatsunienne et une défenseuse colombienne.

11 United Nations Special Rapporteur on the Situation of Human Rights Defenders (2019), Situation of women human rights defenders. A/HRC/40/60: https://digitallibrary.un.org/record/1663970, page consultée le 5 mars 2021.

12 Selon l’Association for women in development (AWID), ces dernières se définissent comme des « femmes et des personnes lesbiennes, bisexuelles, transgenres, queer et intersexes (LBTQI) qui s’identifient comme telles, ainsi que d’autres personnes qui défendent les droits et sont soumises à des risques et menaces sexospécifiques en raison de leur travail en faveur des droits humains et/ou en conséquence directe de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle », https://www.defendingwomen-defendingrights.org/about/, page consultée le 5 mars 2021.

13 Nous avons changé les noms pour préserver l’anonymat des personnes interrogées, notamment en raison de menaces pesant sur leur sécurité.

14 Entretien réalisé avec Michelle sur Jitsi le 23 mars 2021.

15 Officiellement connue sous le nom de « Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits humains et les libertés fondamentales universellement reconnus », https://www.ohchr.org/Documents/Issues/Defenders/Declaration/declaration_fr.pdf, page consultée le 5 mars 2021.

16 Ces résolutions peuvent être définies comme des déclarations d’engagement des États concernant des problématiques précises (par exemple, une résolution sur les défenseurs et défenseuses de l’environnement a été adoptée en 2019).

17 Adoption de lignes directrices de l’Union Européenne en 2004 et à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2014. Sur le continent américain, dès 1998, l’Organisation des États américains (OEA) reconnaît la nécessité de protéger les défenseur.e.s et crée en 2014 un mandat de Rapporteur spécial sur ces dernier.e.s.

18 France 24 (2021), « Presidente de Honduras ayudó a traficar toneladas de cocaína a EEUU, dice fiscal en juicio en Nueva York », France 24. https://www.france24.com/es/minuto-a-minuto/20210309-presidente-de-honduras-ayud%C3%B3-a-traficar-toneladas-de-coca%C3%ADna-a-eeuu-dice-fiscal-en-juicio-en-nueva-york-1, page consultée le 5 avril 2021.

19 « El sexenio de Peña, el más letal para defensores del territorio y ambientalistas: ONG », Proceso. https://www.proceso.com.mx/nacional/2018/1/9/el-sexenio-de-pena-el-mas-letal-para-defensores-del-territorio-ambientalistas-ong-197872.html, page consultée le 10 mars 2021.

20 « Mecanismos de protección a periodistas y defensores no funcionan en América Latina: RSF ». Animal político. https://www.animalpolitico.com/2018/11/mecanismos-
proteccion-periodistas-defensores-no-funcionan-america-latina/
, page consultée le 5 mars 2021.

21 Front Line Defenders a été fondée à Dublin en 2001 par d’anciens salariés d’Amnesty International, en particulier Mary Lawlor avec pour objectif « de protéger les défenseur-ses des droits humains en danger, c’est-à-dire les personnes qui agissent de façon non violente pour que soient respectés un ou plusieurs droits garantis par la Déclaration Universelle des Droits humains. » Voir : https://www.frontlinedefenders.org/fr/who-we-are. Protection International a, quant à elle, été fondée par d’anciens membres des Brigades de paix internationale et aide les activistes en situation de danger, notamment au travers de l’établissement de protocoles de sécurité et l’évaluation de politiques publiques visant à protéger les défenseur.ses. https://www.protectioninternational.org/fr/a-propos-de-nous/notre-histoire, page consultée le 5 avril 2021.

22 « Historical gathering of women human rights defenders closes in Sri Lanka » https://www.omct.org/en/resources/urgent-interventions/historical-gathering-of-women-human-rights-defenders-closes-in-sri-lanka, page consultée le 5 février 2021.

23 WHRDIC history, Women human rights defenders International Coalition, https://www.defendingwomen-defendingrights.org/about/whrdic-history/, page consultée le 5 février 2021.

24 Hina Jilani est également la sœur de Asma Jahangir, célèbre militante notamment des droits des femmes, décédée en 2018.

25 « Former Mexican governor arrested for role in abuse of journalist Lydia Cacho ». https://ifex.org/former-mexican-governor-arrested-for-role-in-abuse-of-journalist-lydia-cacho/. Lydia Cacho est une journaliste et défenseuse mexicaine qui a publié en 2005 un ouvrage levant le voile sur les réseaux de pédocriminalité au Mexique dans lesquels agissaient des représentants politiques, des hauts-fonctionnaires et des dirigeants d’entreprise. Elle a fait l’objet d’attaques en diffamation, de menaces de mort, d’arrestations et d’actes de torture. Bénéficiaire de mesures de protection nationales et régionales, elle vit aujourd’hui en exil en Espagne.

26 Entretien réalisé avec Alicia sur Jitsi le 17 mars 2021.

27 Le premier rapport de la Coalition des défenseuses des droits humains sort en 2011 : https://defendingwomen-defendingrights.org/wp-content/uploads/2014/03/WHRD_IC_Global-Report_2012.pdf, page consultée le 17 mars 2021.

28 Notamment en réponse à la demande d’ONG comme AWID et JASS-Just associates de développer des espaces sécurisés d’échanges avec les défenseuses.

29 Deux rapports ont été publiés en particulier, en 2011 et en 2019, https://www.ohchr.org/EN/Issues/SRHRDefenders/Pages/AnnualReports.aspx, page consultée le 6 février 2021.

30  « El enfoque de género en la protección de mujeres defensoras en México y Honduras », CEJIL (2016), https://cejil.org/publicaciones/el-enfoque-de-genero-en-la-proteccion-de-mujeres-defensoras-en-mexico-y-honduras/, page consultée le 6 février 2021.

31 Entretien réalisé avec Fernanda sur Jitsi, le 1er mars 2021.

32 Entretien réalisé avec Laura sur Jitsi, le 9 mars 2021.

33 Entretien réalisé avec Manuela sur Jitsi, le 26 février 2021.

34 « El primer esfuerzo conjunto en gran escala para prevenir, responder, documentar y hacer públicos los actos de violencia contra Mujeres Defensoras de Derechos Humanos – MDDHs en Mesoamérica ». https://consorciooaxaca.org/iniciativa-mesoamericana-de-mujeres-defensoras-de-dh, page consultée le 5 mars 2021.

35 Association for women in development (AWID), JASS-Just associates, el Fondo centroamericano de mujeres (FCAM).

36 Par exemple, dans le cas du réseau mexicain, les coordinatrices comptabilisent aujourd’hui plus de 300 membres, défenseuses et journalistes réparties dans 27 États du pays. Dans le cas salvadorien, le réseau revendique 127 membres ; le réseau guatémaltèque de défenseuses compte 134 membres et cinq réseaux régionaux, enfin le réseau nicaraguayen revendique 200 défenseuses de 40 municipalités de 6 départements du pays.

37 Fondée au début des années 2000, UDEFEGUA (Unidad de protección a defensores y defensoras de derechos humanos – Guatemala) soutient également l’action des défenseur.ses des droits humains et a pour mission « la génération de capacités individuelles et collectives et l’auto-gestion du risque » (en français). https://udefegua.org/quienes-somos, page consultée le 5 mars 2021.

38 https://im-defensoras.org/proteccion-integral/, page consultée le 6 février 2021

39 Depuis, une autre maison, appelée la Siguata a ouvert au Honduras. https://www.theguardian.com/global-development/2022/jan/03/house-of-healing-the-honduran-sanctuary-for-female-rights-defenders?fbclid=IwAR1dsgI6tY4puVsqqd9Swvd9HCY__H3q3n_Nn57EG27uQNe92z9knbpT9xo, page consultee le 5 avril 2021.

40 « Autocuidado, una estrategia política en la defensa de los derechos humanos », https://www.newtactics.org/conversation/autocuidado-una-estrategia-pol%C3%ADtica-en-la-defensa-de-los-derechos-humanos, page consultée le 6 février 2021.

41 L’Initiative Mésoamericaine a été lauréate du Prix des droits humains Letelier-Moffitt en 2014.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.