Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Violence féminicide au Mexique : Des « mortes de Juárez » aux « mortes de l’État »


Texte intégral

1À partir de 1993 dans la région frontalière du Nord du Mexique, la sphère médiatique locale, puis nationale et internationale rapporte un nombre grandissant d’assassinats perpétrés contre des femmes, dans la ville de Ciudad Juárez ou à proximité.

2Malgré les mobilisations des familles, des mouvements de femmes, des mouvements féministes et des organismes de défense des droits humains, « les mortes de Juárez » se sont faites toujours plus nombreuses et les actes de violence extrême contre les femmes n’ont pas cessé1.

3L’objet du présent chapitre est d’analyser ce désignant social, « les mortes de Juárez » qui, sur une période de plus de vingt ans, a construit l’image des femmes victimes d’homicides à la frontière et a imprégné de différentes manières les discours sur la violence contre les femmes au Mexique. Nous proposons de reprendre le cadre théorique et méthodologique fondé sur la notion de « formule » proposée par Alice Krieg-Planque. Son objectif est d’analyser ce qu’il se passe lorsque « sous l’impulsion d’un évènement, un mot s’impose » (Krieg-Planque, 2009, 26) au sein des discours médiatiques et politiques. Nous nous proposons donc d’envisager le désignant « les mortes de Juárez » comme une formule qui « circule à l’appui de certains usages qui lui donnent un caractère conflictuel ou problématique, et à l’appui d’événements ou d’autres discours qui motivent son utilisation, donnent des raisons aux locuteurs de recourir à elle d’une manière ou d’une autre » (Ibid, p. 43).

4Pour ce faire, nous nous appuierons sur les résultats d’un travail d’enquête sociologique sur les espaces de résistance contre la violence masculine au Mexique, reposant sur l’analyse qualitative d’un corpus constitué d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs, d’archives de presse nationale et d’écrits académiques et militants entre 1993 et 2018.

5Les caractéristiques du terrain d’enquête, marqué par la violence et le conflit dans les rapports entre les femmes et les hommes, mais également entre la société civile et l’État, impliquent de penser les usages de la formule « les mortes de Juárez » au regard des deux catégories d’analyse, selon nous complémentaires, que sont le genre et la résistance.

6Le genre peut être compris comme « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes et […] une façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott et Varikas, 1988, 141). Il permet d’examiner comment les actions sociales, au premier rang desquelles l’activité langagière, construisent ces rapports de domination et tentent aussi parfois de les défaire. La résistance comme catégorie d’analyse permet de « dévoiler des modes d’opposition invisibilisés » (Calderón et Cohen, 2014, 13). Elle permet d’envisager les contextes d’oppression tout en portant l’attention sur les pratiques micro-politiques que les groupes dits « dominés » mettent en œuvre au quotidien, y compris dans les usages discursifs, pour questionner les relations de pouvoir auxquelles ils sont soumis et « établir des références partagées […] créant le contexte de nouvelles formes de stratégie pour l’action sociale » (Kian, 2014, 126).

7Nous soulignerons l’emprise de la formule « les mortes de Juárez » dans l’interprétation des violences contre les femmes à la frontière et plus largement au Mexique en distinguant trois étapes dans les usages et appropriations du référent. Dans un premier temps, nous identifierons l’émergence de la formule, ainsi que l’extension de son usage comme une stratégie d’occultation de la violence masculine (Romito, 2012). Nous observerons ensuite comment, au contact du néologisme « féminicide » – progressivement entré dans l’arène définitionnelle des violences contre les femmes à partir de 2003 – de nouveaux usages de la formule se développent et s’opposent au figement dominant de la formule dans les médias. Enfin, nous nous intéresserons aux derniers effets de circulation de la formule depuis les années 2010 et à son usage vindicatoire, qui cherche à mettre en évidence la responsabilité de l’État mexicain dans la continuité du féminicide.

1. « Les mortes de Juárez », une formule au cœur de l’occultation des violences contre les femmes (1993–2003)

8Le destin médiatique de la formule semble se sceller en 1999 avec la parution de l’article « Las muertas de Juárez» de Víctor Ronquillo. L’expression aurait été cependant élaborée antérieurement sur le terrain même des assassinats où, dès 1993, la militante féministe Esther Chávez commence à tenir le compte des fillettes et des femmes retrouvées mortes. Juárez se réfère alors à la fois à Ciudad Juárez et à la vallée désertique de Juárez entourant la ville. L’analyse du discours dans lequel ce désignant émerge à l’époque met en évidence que son usage tend à occulter la violence contre les femmes, au moins de trois manières : en euphémisant les actes de violence, en construisant un régime de singularité autour de Juárez et enfin en privilégiant une approche voyeuriste plutôt que critique de la violence exercée.

Euphémisation de la violence

9En désignant les femmes victimes comme des mortes et non comme des assassinées, la violence qui a causé leur décès s’efface. Cette naturalisation de la violence prend place au sein de discours dans lesquels les assassins sont présentés comme des coupables insaisissables ou que la justice aura des difficultés à juger (Lapalus, 2015). Ce sont des tueurs en série, des malades mentaux, des étrangers, des mafias qui se déplacent d’une ville à l’autre. Parfois, les coupables disparaissent même au profit d’explications sur l’insécurité publique, l’alcoolisme ou le délitement général de la société. C’est le cas dans les propos de cet élu local qui déclare en 1998 que « la municipalité n’est pas responsable des homicides de femmes, parce qu’ils sont dus au manque de valeurs, à la crise économique et à d’autres causes »2 (Monárrez, 2009, 38).

10Désigner les victimes comme des « mortes », c’est aussi leur dénier le statut même de victimes, voire les rendre coupables de leur propre mort. C’est ainsi que le coordinateur général du bureau du sous-procureur de justice de Ciudad Juárez a déclaré que les victimes étaient « des jeunes filles mineures à propos desquelles on ne pourrait pas affirmer si elles faisaient commerce ou non de leur corps. Ce qui est sûr en revanche c’est qu’on les connaissait très bien dans les clubs de nuit » (Ibid, 39). Les victimes sont soupçonnées d’avoir intentionnellement évolué dans des lieux malsains et transgressé les normes spatiales sexuées, ce qui justifierait les agressions puisque « ces femmes ne sortaient pas vraiment de la messe quand elles ont été attaquées »3 (Ibid, 81).

11« Les mortes de Juárez » est une formule qui dissimule l’intentionnalité des crimes et offre à l’opinion publique une image lisse de l’évènement, centrée sur le constat de leur mort, et non sur le motif des meurtres ou la critique.

Construction d’un régime d’exception autour de Juárez

12En s’attardant sur la construction syntaxique de la formule, on note que le complément du nom, Juárez, en sa qualité de nom propre, souligne l’appartenance des victimes à ce lieu. L’anonymat ainsi que le nombre indéfini des mortes renforcent de fait l’importance de Juárez au sein du groupe nominal.

13Juárez éclipse ainsi les mortes dans la structure syntaxique comme dans l’interprétation des assassinats comme en témoignent certaines périphrases : La cité des mortes: webdocumentaire sur l’affaire des mortes de Ciudad Juárez (Fernández et Rampal, 2005b) ou encore La ville où meurent les jeunes filles (Mari, 1998).

14L’attention des médias se tourne vers les caractéristiques géopolitiques de la zone de Juárez comme espace frontalier. La frontière constitue un espace à part, lointain, exotique, sur lequel les reporters mexicains et du monde entier projettent leur imaginaire, emprisonnant « les mortes de la frontière » (Torrea Oiz, 2003) dans des paysages figés et des évocations cherchant à esthétiser un regard sexiste :

Les dunes du désert cachent les entrailles de l’horreur. Le jour, comme au paradis, le ciel se drape d’espoir, mais quand les rayons du soleil rencontrent un soutien-gorge, une poignée de cheveux sombres, une culotte ou une chaussure, le firmament est inondé par une brise bleue, gelée, qui tarde à se dissiper. Ce sont les traces du crime. Oubliées comme ses mortes. (Torrea Oiz, 2003)

15Les articles et les ouvrages sur la frontière et la violence extrême abondent dans la littérature mexicaine, il y est question des trafics d’armes, de drogues et de criminalité organisée. Si le contexte frontalier est une donnée essentielle pour comprendre les caractéristiques et les scènes de violence qui touchent la population qui vit dans la région nord du pays, il est parfois surexploité et utilisé comme une toile de fonds qui suffirait à justifier la cruauté des meurtres. L’essai du journaliste Sergio González Rodríguez, Huesos en el desierto [Des os dans le désert], illustre la dérive possible de la naturalisation du contexte frontalier. Malgré l’extrême richesse du travail d’archives, le journaliste contribue, comme d’autres, à construire un régime de singularité autour de la localisation des crimes :

La victimologie des mortes de Juárez se rapproche de l’inermité que John E. Douglas signale dans son livre Crime Classification Manual : il s’agit en général de femmes jeunes avec peu de force physique, célibataires, employées, qui vivent souvent seules. Elles représentent des « victimes faciles », dont le malheur réside dans le fait qu’elles croisent l’assassin quand celui-ci cherche qui attaquer. Dans une zone frontalière comme Ciudad Juárez, les probabilités que ceci arrive augmentent face au flux migratoire et au nomadisme culturel. Le problème principal c’est la surpopulation mobile. Un excès de personnes et un excès de désert : d’inermité (González Rodríguez, 2002 p. 64).

16La zone de Juárez c’est également un espace globalisé qui accueille les maquiladoras, des usines de montage, exemptées de droits de douane, qui emploient une main d’œuvre féminine importante. Parmi les victimes des assassinats, on trouve des ouvrières de ces usines, agressées ou enlevées sur le chemin du travail. La présence des firmes étrangères et le développement industriel exponentiel de la ville pèsent indéniablement sur les conditions de vie quotidiennes des femmes. Mais, là encore, les médias forcent le trait en inscrivant Ciudad Juárez dans une situation d’exception à laquelle les femmes ne pourraient échapper :

Ciudad Juárez est le laboratoire sauvage de la globalisation : là-bas tous les facteurs du côté sombre de ce phénomène sont réunis et c’est pour cela que c’est là-bas, et pas ailleurs, que le cas tristement célèbre des Mortes de Juárez a été rendu possible (Linding Cisneros, 2010 citant Fernández et Rampal, 2005a).

Mythes, voyeurisme et innocuité du regard

17Les informations et descriptions produites autour des femmes désignées comme « les mortes de Juárez » relèvent très souvent de la reconstitution fictionnelle et pornographique. Le journaliste d’investigation José Pérez Espino déplore ainsi le manque de professionnalisme de certains journaux qui n’hésitent pas à publier les textes de rédacteurs dont l’unique source est leur imagination, comme en témoigne cet extrait de La Jornada du 4 novembre 2002 :

En plus de les violer sexuellement par les deux voies, le ou les homicides leur serraient le cou pour les étrangler, de sorte que le violeur en ressentait plus de plaisir car de cette manière elles contractaient leurs organes génitaux ; par ailleurs ils les ont mordues et leur ont attaqué les seins et l’abdomen à coups de couteaux lors d’étranges rites mortuaires. (Pérez-Espino, 2004, 101).

18La généralisation et la caricature déshumanisent les victimes, la recherche de sensationnalisme empêche toute analyse critique du côté de nombreux médias et parfois même des représentants des organismes internationaux. L’un d’eux rapporte, dans un article intitulé « Dans l’indifférence générale. Les mortes de Juárez », que « toutes ont été torturées, violées, sodomisées, défigurées et battues à mort avant d’être jetées là » (Rioux, 2002).

19Les procédés métonymiques sont abondamment utilisés dans les descriptions qui s’attardent sur les vêtements ou les parties du corps des victimes, réduisant les femmes à l’état d’objets :

Le sweatshirt était rose, un rose délavé qui ressortait sur la terre qui le couvrait presque complètement. Le vêtement était le vestige d’un crime. À moins de vingt mètres du lieu où il a été trouvé sont apparus les restes de la colonne vertébrale, un rosaire d’os articulés. Le crâne était à fleur de terre, derrière des huisaches4 […]. L’inventaire de la tragédie a continué avec la découverte d’une tennis noire avec les restes des os d’un pied à l’intérieur. Vingt-cinq mètres plus loin, on a trouvé le bassin et les restes des extrémités inférieures, drapés dans une tulle de couleur bleue et un pantalon en denim. Ce sont des animaux de proie qui ont privé ce corps de l’ultime dignité de reposer sous une forme complète (Ronquillo, 1999).

20Paradoxalement, cette hyper-médiatisation des corps démembrés engendre une visibilité sans conséquence. L’opinion publique se trouve face à un discours « unaire » pour reprendre les termes barthiens de l’analyse d’Elsa Dorlin à propos de l’absence de trouble du public face aux campagnes de prévention des violences contre les femmes. Celle-ci s’interroge : « pourquoi la représentation des rapports de pouvoir de genre, y compris dans leurs manifestations les plus tragiques, passe-t-elle par la simplification extrême d’un spectacle mortifère (et reproductible à l’infini) de la victimisation des femmes ? » (Dorlin, 2017, 159). Un spectacle où les femmes «sont réduites à des objets, inertes, morts - sujets figés pour l’éternité[…] imposant d’une certaine façon à toutes les femmes un destin funeste (projetant de fait sur toutes les femmes la menace d’une violence inéluctable, ce qui a été, arrivera) » (Ibid, 162).

2. « Les mortes de Juárez », polémique et émergence de nouveaux usages (2003–2009)

21Comme nous venons de le voir, l’occultation de la violence contre les femmes par le référent « les mortes de Juárez » est dominant dans la phase d’émergence de la formule. Pourtant, « la ‘formule’ est constitutivement polémique. C’est parce qu’elle domine qu’elle n’est pas acceptée, parce qu’elle s’impose qu’elle est chahutée » (Krieg-Planque, 2009, 58). Le cadre d’analyse de la formule invite ainsi à identifier et explorer les inflexions dans les pratiques langagières comme rapports de pouvoir et d’opinion :

S’il y a bien un signifiant commun en circulation (côté pile de « la pièce de monnaie » pour reprendre la métaphore de Courtine), le signifié, lui, côté face, est en perpétuelle redéfinition du fait même de sa circulation. Tout le monde n’inscrit pas la même chose sur le côté face de la formule, et c’est bien pour cette raison que celle-ci est un enjeu central dans les débats. Ce qui caractérise la formule comme référent social, ce n’est pas qu’elle fasse l’unanimité (au contraire) mais qu’elle constitue, à un moment donné, un passage obligé. (Krieg-Planque, 2009, 58).

22On note ainsi comment, lors d’une manifestation pour obtenir une entrevue avec le président Vicente Fox, les mères des victimes remettent en cause l’usage dominant de la formule « les mortes de Juárez » et signifient leur désaccord quant à l’interprétation donnée :

Il nous paraît important d’aborder avec lui [le président] de manière directe non pas les statistiques, non pas le problème des « mortes de Juárez » mais celui de nos filles assassinées et disparues, de notre décomposition familiale, de la vraie version de cette terrible histoire de douleur (Ruiz, 2002).

23Quelques journalistes s’insurgent également contre l’usage médiatique de la formule « les mortes de Juárez » qui traduit, selon eux, un manque de professionnalisme et de volonté politique dans l’éclaircissement des meurtres :

Il [José Pérez Espino] a remis en question l’usage des « mortes de Juárez » car, selon lui, cela ne correspond pas à la caractérisation d’un homicide dans lequel joue l’impunité. Il a accusé les médias de fabriquer des preuves, des déclarations, des coupables et des témoignages sans enquête journalistique. Il a appelé les médias à ne pas stigmatiser ni stéréotyper l’information sur les assassinats de Juárez […]. Deux gouverneurs se sont succédé à la gouvernance de l’État de Chihuahua, quatre procureurs de justice, sept sous-procureurs et huit procureurs spéciaux, sans que l’on ait réussi jusqu’à aujourd’hui à détecter quel a été le mobile de ces assassinats (Godínez Leal, 2002).

24Face au traitement médiatique des assassinats de Juárez, les féministes mexicaines développent une analyse critique des actes de violence contre les femmes en s’inspirant du concept nord-américain de femicide qui désigne les meurtres commis par des hommes contre des femmes parce que celles-ci sont des femmes (Radford et Russell, 1992). Marcela Lagarde entreprend un travail de reconfiguration du concept dans le contexte de Ciudad Juárez et définit le caractère sexiste du féminicide selon un double niveau de causalité : les femmes sont assassinées en raison de leur place dans le système de genre et en raison de l’impunité qui entoure le traitement des meurtres. Le nouveau schéma interprétatif interroge ainsi de manière frontale les thèses du discours dominant et, par là-même, la construction de la formule « les mortes de Juárez ». De ce point de vue, il nous semble pertinent de penser le concept de féminicide et son usage dans la désignation des violences contre les femmes comme une « capacité de construire une puissance d’expression en détournant ou en contredisant une doctrine dominante » (Chateauraynaud, 2006, 58). L’usage du concept de féminicide entre ainsi frontalement en concurrence avec celui des « mortes de Juárez ». Pourtant, comme nous allons le voir, il ne s’agit pas d’une simple opposition entre deux schémas interprétatifs, la circulation du concept de féminicide dans les discours travaillant aussi les usages de la formule « les mortes de Juárez ».

Mortes parce que femmes

25Le concept de féminicide déplace, dans un premier temps, les thèses explicatives qui contribuaient à essentialiser les meurtres et promeut une analyse centrée sur les rapports de domination entre femmes et hommes :

Il y en a qui notent le caractère exceptionnel de certaines caractéristiques territoriales, frontalières, liées à la migration et à la délinquance qui prévalent sur place. La tendance dominante c’est de montrer les crimes comme un phénomène, un fait étrange, exceptionnel, qui n’arrive que là-bas et uniquement de cette manière. […] Le plus frappant c’est l’omission de ce qui, par son caractère constant et évident, est la clé : l’immense majorité des crimes sont commis contre des filles et des femmes. Cette constatation, le genre des victimes, n’est pris en considération que comme une donnée, comme s’il s’agissait seulement de la classification de l’un des sexes, loin de la classification binaire, sans contenu social ni pouvoir oppressif. […] On évite ainsi de reconnaître et d’explorer la condition de genre des victimes filles et femmes et celle des agresseurs qui, dans l’immense majorité, sont des hommes (Lagarde, 2008, 213 – 214).

26Progressivement, les organisations militantes adoptent elles aussi le concept de féminicide et le côté face de la formule « les mortes de Juárez » se teinte de nouvelles couleurs sémantiques :

Des femmes faisant partie de divers organismes civils ont participé à un rassemblement sur la place Ángel de la Independencia avec des couvertures brodées où l’on pouvait lire « À Ciudad Juárez c’est l’injustice des hommes qui tue des femmes » et « La patrie est en deuil pour les mortes de Juárez » (Godínez Leal, 2002b).

27Verónica Cruz, leader de Las Libres5, se souvient du changement opéré par le néologisme sur la construction discursive des meurtres :

Les gens ont commencé à l’adopter [le terme féminicide] et ce n’étaient plus seulement les mortes de Juárez, c’était un féminicide […] est-ce que vous connaissez un phénomème semblable dans le monde où les femmes tuent des hommes parce qu’ils ne ramènent pas assez d’argent, parce qu’ils sont infidèles, parce qu’ils sont idiots, parce qu’ils ne se lavent pas… non, pas vrai ? Alors c’est bien un féminicide (Cruz, 2015).

28« Les mortes de Juárez » acquiert aussi parfois une valeur exemplaire dans la lutte globale contre la violence masculine, illustrant un cas parmi d’autres de féminicide :

Ce serait si simple s’il s’agissait d’un assassin en série. Barbe Bleue qui tue des milliers de femmes, ou le sultan qui soudain décide de séduire une jeune fille en lui racontant des histoires, mais ce n’est pas le cas. Ce que nous sommes parvenues à montrer réellement, c’est la violence de tant d’hommes contre tant de femmes, c’est cela qui est grave. Il ne s’agit pas d’un homme qui tue cent femmes, il y a cent hommes qui tuent une femme tous les jours à travers le pays […] À Juárez, il y a une violence précise qui a servi de publicité pour désigner « Les Mortes de Juárez », mais la violence contre les femmes existe aussi dans l’État de Guerrero et de Oaxaca, où on les tabasse à mort. (Cortés, 2005)

Mortes en raison de l’impunité

29L’impunité qui caractérise le féminicide est un ensemble d’attitudes qui permet aux coupables d’échapper à la justice depuis la négligence des policiers dans les enquêtes jusqu’à la mansuétude des juges en passant par le traitement médiatique discriminant et l’indifférence de la société. M. Lagarde pointe à la fois la responsabilité des coupables directs des meurtres et la responsabilité de coupables indirects, principalement les agents de l’État :

Pour qu’un féminicide ait lieu, convergent, de manière criminelle, le silence, l’omission, la négligence et la collusion partielle ou totale des autorités chargées de prévenir et d’éradiquer ces crimes, leur cécité de genre ou leurs préjugés sexistes et misogynes sur les femmes (Lagarde, 2008, 216 – 217).

30Contre toute attente, « les mortes de Juárez », formule dont l’usage dominant a discrédité les victimes et invisibilisé la dimension genrée des assassinats, peut aussi, dans la logique de « retournement du stigmate » être ressaisie par les acteur.e.s comme emblème historique de l’impunité du féminicide et du combat à mener pour la reconnaissance des victimes. Dans ce cas, elle acquiert une valeur paradigmatique : « Les mortes de Juárez est l’une des nombreuses tragédies et affaires de féminicides que le Mexique traîne dans son histoire » (Reinas de la selva, 2018).

31On note également comment ce nouvel usage de la formule permet d’attirer l’attention sur l’impunité qui entoure les milliers des disparitions de filles et de femmes dont on suppose l’assassinat sans que les autorités mexicaines n’apportent de réponse satisfaisante aux familles. Entre 1993 et 2005, la Commission Mexicaine de Défense et de Promotion des Droits Humains rapporte 397 cas de femmes assassinées et 4 456 disparues. Le colloque Disparues et Mortes de Ciudad Juárez, tenu en juillet 2004, est l’un des nombreux évènements organisés pour dénoncer l’invisibilité des disparitions et tenter de faire pression sur les autorités mexicaines.

« Les mortes de Juárez » et la dimension affectuelle

32Au-delà de la dimension historique et paradigmatique qui peut expliquer l’émergence d’usages de la formule dans les espaces de résistance contre la violence masculine, il nous semble important de penser aussi la dimension affectuelle que la formule « les mortes de Juárez » a progressivement acquise. Il nous semble que cette dimension renvoie à la double nature du figement d’une formule qui peut être structurel et mémoriel (Krieg-Planque, 2009, 66). Dans le cas de la formule « les mortes de Juárez », on ne peut nier l’importance du figement d’ordre mémoriel qui a fait de cet énoncé une expression toute faite, devenue incontournable certes dans le discours médiatique mais également dans celui des proches de victimes qui l’ont investi d’une charge émotionnelle :

Des mères, des frères, des oncles, des représentant.e.s des groupes de la société civile étaient réunis autour d’un seul mot d’ordre : « Pas une femme assassinée de plus» et avec une même conviction : « Ce sont toutes nos filles », « Ce sont toutes nos mortes » (Luz González, 2005).

33« Les mortes de Juárez », identifiées comme les filles de toutes et tous, rassemble, autour de la sensation de perte et de la demande de justice, une « communauté de sentiment » :

Plus que d’identification, on pourrait parler du sentiment d’appartenance qui unit les membres d’un même groupe et qui fait que les allocutaires peuvent se sentir immédiatement à l’unisson avec le locuteur, vibrant aux mêmes accents. Ils peuvent éprouver de la sympathie pour lui, au sens fort du terme, lorsqu’ils ont le sentiment de sentir avec lui […] la douleur de la perte (Amossy, 2008, 119).

34Chiara Calzolaio confirme l’existence d’une communauté de souffrance autour des « mortes de Juárez » :

Parler des « mortes » à Ciudad Juárez est devenu presque une évidence, quelque chose qui fait sens en soi. Pour n’en donner qu’un exemple, dans une école technique de la ville visitée en 2008, l’un des autels décorés de photos, fleurs et offrandes aménagés pour le 2 novembre – fête très importante au Mexique – était dédié « aux mortes de Juárez » (Calzolaio, 2012, 98).

3. Des « mortes de Juárez » aux « mortes de l’État », l’usage vindicatoire de la formule (2010–2018)

35Face à la continuité de la violence létale contre les femmes de Juárez, une nouvelle phase militante s’ouvre. Il s’agit de mettre à l’épreuve les institutions étatiques en retournant l’offense subie par les victimes de manière publique et frontale. Ces formes de mobilisation relèvent d’un militantisme vindicatoire (Lapalus, 2017) au sens où il s’agit, dans un contexte d’impunité, d’obtenir justice de manière symbolique en confrontant les autorités coupables ou complices à la honte des meurtres commis. L’usage vindicatoire de la formule « les mortes de Juárez » prend corps au tournant des années 2010 au moment du jugement prononcé par la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CoIDH) contre l’État mexicain. C’est aussi un contexte marqué par plusieurs assassinats de défenseures des droits des femmes à Juárez et plus largement par la visibilisation de l’institutionnalisation de l’impunité sur l’ensemble du territoire.

Le jugement du Campo algodonero

36En 2009, les plaintes portées par plusieurs familles de victimes de Ciudad Juárez devant la CoIDH aboutissent à la tenue d’un procès qui marque un tournant dans la mobilisation. Les titres de presse annoncent la confrontation entre les victimes et l’accusé : « Les Mortes de Juárez : Jugement contre l’État mexicain » (Gutiérrez, 2009). Quand la condamnation est prononcée, ils relaient abondamment la culpabilité de l’État mexicain : « Le Mexique responsable des femmes mortes à Ciudad Juárez » (Europa press, 2009). La journaliste Carmen Aristegui écrit :

Il est désormais avéré que le Mexique sera condamné au travers de ce qui sera une décision historique et sans appel. Il est désormais avéré que l’État sera jugé responsable de ne pas avoir procédé aux enquêtes ni aux jugements nécessaires pour poursuivre les faits de violence de ce cas emblématique qui appartient à l’histoire sinistre de morts, d’outrages, de tortures et de disparitions de centaines de femmes enregistrés dans cette ville frontalière, au moins depuis 1993. […] Qui se chargera d’assumer cela face à cette condamnation ? Au vu de l’étendue, de la gravité et de la multiplicité des atteintes, sûrement plusieurs instances mais une avant tout : le Bureau du Procureur général de la République, aujourd’hui – foutue histoire – dirigé par celui qui a été procureur, justement, de l’État de Chihuahua quand le monde entier a été saisi d’horreur face au phénomène criminel baptisé « Les mortes de Juárez ». Le même fonctionnaire qui a été sévèrement mis en cause par les experts de l’ONU en commission spéciale et ceux de la Comisión Nacional de los Derechos Humanos du temps de Mireille Roccati, pour les mêmes choses, pour les mêmes cas, pour les mêmes agissements que pour lesquels aujourd’hui on est sur le point de condamner l’État national (Aristegui, 2009).

37Le ton est grave, à la hauteur de la défaillance de l’État mexicain et de ses agents, ici Arturo Chávez. La décision du Campo algodonero condamne la violence institutionnelle exercée par l’État mexicain, dans le cas des mortes de Juarez. L’assignation langagière qui avait historiquement réduit les victimes au silence devient la preuve même de la culpabilité des autorités du fait de leur négligence, leur indifférence et leur inaction complice. La formule « les mortes de Juárez » entre dans le champ sémantique de la reconnaissance : « On inaugure un mémorial dédié aux mortes de Juárez » (Excélsior, 2011) ou encore :

Le gouvernement mexicain a demandé pardon pour « les mortes de Ciudad Juárez » par la voix du sous-secrétaire aux affaires juridiques et aux droits humains du Ministère de l’intérieur qui a déclaré : « nous demandons pardon, nous avons l’obligation d’enquêter sur ces délits et nous ne parlons pas seulement des homicides mais aussi des incohérences, des erreurs et des actes de négligence commis par les fonctionnaires en charge des dossiers » (Animal Político, 2011a).

38L’affaire du Campo algodonero a permis de mettre en évidence les responsabilités de l’État mexicain dans la continuité des meurtres de femmes mais également les pressions et les menaces de mort exercées contre les familles et la défense des victimes de Juárez. C’est dans ce contexte que plusieurs agressions contre des défenseures de victimes viennent allonger la liste de la honte des « mortes de Juárez ».

Assassinats contre les défenseures des « mortes de Juárez »

39L’assassinat de Marisela Escobedo, mère d’une victime assassinée à Ciudad Juárez en 2008, provoque la colère des organisations de la société civile dans tout le pays. En effet, cette mère est exécutée le 16 décembre 2010 alors qu’elle demande justice pour l’assassinat de sa fille Rubí Marisol. Comme d’autres mères avant elle, face à l’inaction des autorités, Marisela Escobedo avait décidé de prendre elle-même en charge l’enquête. Elle avait retrouvé l’assassin de sa fille, Sergio Barraza, et avait obtenu son arrestation. Barraza avait reconnu avoir tué la jeune fille et brûlé le corps dans une décharge au nord de Juárez. Malgré ces aveux, les juges le déclarèrent innocent. Marisela avait alors repris le combat contre l’impunité et menait diverses actions pour exiger justice. Alors qu’elle manifestait seule devant le palais du gouverneur de Chihuahua, elle fut assassinée d’une balle dans la tête par un dénommé José Enrique Jiménez.

40Ce féminicide a mis en évidence l’existence d’un continuum d’impunité institutionnelle dans la violence contre les femmes6. Il relie entre elles les femmes assassinées à Juárez depuis les années 1990, les filles puis les mères, toutes laissées pour compte de la justice mexicaine, toutes des « mortes de Juárez ».

« Les Mortes de Juárez » ont réussi à attirer l’attention internationale en raison de la cruauté avec laquelle elles ont été assassinées, de la passivité des autorités locales et de l’impunité de leurs assassins. L’histoire de Rubí Marisol et de sa mère, Marisela Escobedo, est l’une de ces anecdotes dont on doit se souvenir chaque 8 mars, pour rendre hommage à ces femmes dont le courage et la soif de justice ont changé le sens de ce que signifie être femme au Mexique et qui, à leur tour, ont été victimes d’un système injuste, coupable du fait que le cas de Marisela Escobedo soit devenu encore plus tragique que ce qu’il était déjà. […] La faute, les mains tâchées de sang, sont autant celles de Sergio Barraza que celles de José Enrique Jiménez. Ce sont celles des lois qui permettent qu’un assassin qui reconnaît sa culpabilité puisse ressortir libre, juridiquement innocent (Arias, 2018).

41Le 6 janvier 2011, moins d’un mois après ce féminicide, Susana Chávez, l’activiste de Ciudad Juárez à l’origine de la consigne militante « Ni una muerta más » [Pas une morte de plus] est assassinée. Là encore, les autorités mettent en doute les mœurs de la victime. Manuel Salas, le représentant du ministère public écarte le fait que la mort de l’activiste ait un lien avec son engagement pour éclaircir les assassinats des femmes de Ciudad Juárez :

Manuel Salas a affirmé que Susana Chávez est sortie ivre de chez elle au matin du 6 janvier pour se rendre dans un bar. Sur le chemin elle a croisé trois garçons et « elle est allée s’amuser avec eux ». Le procureur a ajouté que les jeunes « étaient ivres et drogués et qu’ensuite ils ont décidé de la tuer et ont abandonné le corps au coin de la rue » (Animal político, 2011b).

42Face à l’entreprise de déqualification des victimes, l’avocate Luz Castro Rodríguez, qui a porté le cas de Marisela Escobedo devant la Commission interaméricaine des droits humains, explique que l’une des stratégies pour obtenir justice consiste à utiliser le fait que le Mexique soit très attentif au regard que la communauté internationale porte sur lui et à présenter les cas devant les cours internationales, dans la lignée des cas du Campo algodonero (Espinosa, 2014). La honte qui pesait sur les victimes de Juárez et qui a construit l’usage dépréciatif des « mortes de Juárez » se retourne désormais contre l’État mexicain pour pointer l’inconsistance de l’action publique.

« Les mortes de l’État »

43Depuis les années 2010 et la visibilisation du féminicide sur l’ensemble du territoire mexicain et en particulier dans l’État de Mexico, aux portes de la capitale, la formule « les mortes de Juárez » rassemble au-delà des victimes de la frontière nord et est utilisée de plus en plus fréquemment comme un procédé de mise à l’épreuve de l’État mexicain, une modalité de résistance et d’autodésignation face à la corruption à laquelle est associé le phénomène.

« Les Mortes de Juárez » [est] le nom de l’une des manifestations les plus importantes de féminicide dans tout le pays, un fait présent dans nos vies depuis de nombreuses années et qui continue sans que rien ne se passe, un fait qui n’affecte pas seulement Ciudad Juárez mais d’autres États de la république, une problématique sociale qui cessera d’exister le jour où l’argent, le pouvoir et la politique cesseront d’être impliqués (Reinas de la selva, 2017).

44Verónica Cruz témoigne de cette inaction des autorités locales et nationales face à la violence contre les femmes :

Nous pouvons toutes nous sentir menacées, la vie des femmes n’est pas protégée, n’est pas en sécurité et personne n’en a rien à faire. Pas seulement moi en tant que défenseure, n’importe quelle femme peut être tuée chez elle et personne ne fait rien et personne ne dit rien. Je crois que le plus grand obstacle ce sont nos gouvernements qui ont des lois et de l’argent pour faire ce qu’ils ont à faire et qui ne font rien (Cruz 2015).

45La leader de Las Libres fait ici référence à la politique de simulation mise en place par l’État mexicain et qui consiste, selon les enquêtées, à voter des lois ou à créer de nouvelles catégories pénales, comme celle du féminicide en 2011, mais sans jamais se donner les moyens de les faire appliquer.

46L’arrivée au pouvoir présidentiel en 2012 d’Enrique Peña Nieto, ancien gouverneur dont le mandat local avait été mis en cause dans la hausse continue des féminicides dans l’État de México, provoque d’importantes manifestations à travers le pays et la colère des organisations de la société civile, des mouvements de femmes et des mouvements féministes. Le livre de Padgett et Loza qui paraît en 2014 sous le titre « Les mortes de l’État » et qui dénonce la complicité des autorités dans les féminicides de l’État de México, reprend à son compte la formule désormais célèbre en jouant sur la polysémie de l’expression, « État » désignant à la fois l’État de Mexico et le Mexique, le « de » pouvant indiquer la provenance géographique des victimes mais aussi la responsabilité du Mexique dans le féminicide. La référence à la formule historique « les mortes de Juárez » est lourde de sens. La structure dérivée « les mortes de l’État » rappelle, en un énoncé, le féminicide de Juárez et tous les autres, le traitement méprisant réservé aux victimes dans les années 1990 comme de nos jours, la volonté persistante de négation des assassinats et la culpabilité des autorités locales et nationales dans la continuité de la violence extrême contre les femmes.

47Malgré la volonté des autorités de continuer à décrédibiliser les organisations de la société civile, les mortes sont devenues « une honte nationale » (Los Tigres del Norte7, 2004) pour reprendre les paroles de la chanson « Mujeres de Juárez» [Femmes de Juárez], en son temps censurée sur les ondes locales.

Conclusion

48L’analyse du destin formulaire des « mortes de Juárez » donne à voir les rapports de force qui sous-tendent l’interprétation de la violence contre les femmes au Mexique sur une vingtaine d’années. L’usage dominant de la formule assigne les victimes à un espace discursif et social qui naturalise la violence et agit comme un puissant acte de catégorisation qui « signifie à quelqu’un son identité, mais au sens à la fois où il la lui exprime et la lui impose en l’exprimant à la face de tous (kategoristhai, c’est, à l’origine, accuser publiquement) et en lui notifiant ainsi avec autorité ce qu’il est et ce qu’il a à être » (Bourdieu, 2004, 126). Néanmoins d’autres usages relevant d’actes oppositionnels ont émergé et soulignent la capacité des acteur.rice.s à se réapproprier des énoncés et des catégories malgré une charge sémantique qui leur était adverse.

49Par ailleurs, l’identification de ces nouveaux usages permet de rendre visible les effets de circulation du nouveau cadre interprétatif de la violence contre les femmes qui s’est opéré via l’entrée du concept de féminicide dans l’arène définitionnelle des assassinats contre les femmes. En effet, le potentiel critique du concept de féminicide ne se limite pas à l’usage du concept en lui-même mais influe sur les schèmes de pensée des locuteur.e.s et leurs pratiques langagières dans un mouvement de co-construction du langage. Ainsi, la portée critique et vindicatoire liée au concept de féminicide a-t-elle gagné la formule « les mortes de Juárez » puis son dérivé « les mortes de l’État ». La productivité lexicologique engendrée par la formule est plus vaste encore si l’on pense aux dénominations actuelles que l’on retrouve dans les espaces militants comme « les vivantes de Juárez » [las vivas de Juárez], les « apparues » [las aparecidas] etc.

50Faire exister la réalité des assassinats contre les femmes et de l’impunité qui les entoure à Juárez comme partout au Mexique demeure, pour les jeunes générations, un acte de résistance nécessaire. Une résistance dans laquelle l’autodésignation se dresse contre les tentatives, toujours renouvelées, de revictimisation, à l’instar des jeunes rappeuses féministes de Batallones femininos qui politisent leur discours en affirmant :

C’est à travers l’art que nous voulons donner des outils aux femmes pour s’exprimer, dire ce que cela provoquait en nous, ce que nous ressentions à Ciudad Juárez, la ville des « mortes de Juárez » et nous voulions consigner ce que nous, les vivantes de Juárez, nous disions. Sans jamais oublier nos sœurs assassinées, mais nous avons quelque chose à dire et nous devons profiter de la vie pour le faire et les nommer et les rendre présentes (Silva Londoño, 2017, 166).

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Animal político – Gobernación pide perdón por feminicidios en Juárez, 2011a ; https://www.animalpolitico.com/2011/11/gobernacion-pide-perdon-por-feminicidios-en-juarez/ (consulté le 23 octobre 2018).

Animal políticoSusana Chávez no fue asesinada por su activismo: Fiscal, 2011b; https://www.animalpolitico.com/2011/01/susana-chavez-no-fue-asesinada-por-
su-activismo-fiscal/

Amnesty International – Mexique. Des assassinats intolérables. Depuis dix ans, à Ciudad Juárez et Chihuahua, des femmes sont enlevées et assassinées. Résumé et cas d’appel; Les Éditions Francophones d’Amnesty International, 2003.

Amossy, R.  – Dimension rationnelle et dimension affective de l’ethos ; in Rinn, M.Émotions et discours: L’usage des passions dans la langue, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

10.4000/books.pur.30405 :

Arias, L.Marisela Escobedo: feminicidio e impunidad; Monda Observanto en español, 2018.

Aristegui, C.Campo algodonero, Las tres y un cuarto; 2009,
2018.
https://lastresyuncuarto.wordpress.com/2009/11/20/carmen-aristegui-f-campo-algodonero/ (consulté le 30 novembre).

Bourdieu, P. – Ce que parler veut dire. l’économie des échanges linguistiques; Paris, Fayard, 2004.

Calderón, J.-A. ; Cohen V. (eds.) – Qu’est-ce que résister? Usages et enjeux d’une catégorie d’analyse sociologique; Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014.

Calzolaio, C. – « ‘Toi aussi, tu es venue pour les mortes ?’ Figures de l’horreur et de la compassion autour de la violence à Ciudad Juarez » ; in Fassin, D. et Eideliman J.-S. (ed.) Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, 2012, pp. 95 – 114.

Chateauraynaud, F. – Les asymétries de prise. Des formes de pouvoir dans un monde en réseaux, Paris, Documents du GSPR, EHESS, 2006.

Cortés, L.Diversas organizaciones han vivido del tema de Las Muertas de Juárez;
Cimacnoticias, 2015. https://www.cimacnoticias.com.mx/noticia/diversas-organizaciones-han-vivido-del-tema-de-las-muertas-de-ju-rez (consulté le 7 mars 2014).

Cruz V.Entretien semi-directif; México, 1h27, 2005.

Devineau, J. – Autour du concept de Fémicide/Féminicide : entretiens avec Marcela Lagarde et Montserrat Sagot ; Problèmes d’Amérique Latine, n°84, 2012, p. 77 – 91.

10.3917/pal.084.0077 :

Dorlin, E. – Se défendre. Une philosophie de la violence; Paris, Zones, 2017.

Espinosa, V.Llevarán caso Marisela Escobedo a la Corte Interamericana de Derechos Humanos; Proceso, 2014. https://www.proceso.com.mx/390879/llevaran-caso-marisela-escobedo-a-la-corte-interamericana-de-derechos-humanos (consulté le 12 décembre 2018).

Europa PressMéxico, responsable de las mujeres muertas en Ciudad Juárez; Europa Press; 2009. https://www.europapress.es/internacional/noticia-mexico-responsable-mujeres-muertas-ciudad-juarez-20091119180032.html

ExcélsiorInauguran memorial dedicado a las muertas de Juárez; Excelsior; 2011. https://www.excelsior.com.mx/2011/11/07/nacional/781279 (consulté le 22 octobre
2018).

Fernandez, M. ; Rampal, J.-C. – La ville qui tue des femmes. Enquête à Ciudad Juarez, Paris, Hachette, 2005a.

Fernandez, M. ; Rampal, J.-C. – La cité des mortes: webdocumentaire sur l’affaire des mortes de Ciudad Juárez ; 2005b. http://www.lacitedesmortes.net/ (consulté le 2 décembre 2018).

Godínez Leal, L.Critican uso periodístico de los asesinatos en Ciudad Juárez,
Cimacnoticias; 2002a. https://cimacnoticias.com.mx/noticia/critican-uso-period-stico-de-los-asesinatos-en-ciudad-ju-rez (consulté le 13 septembre 2018).

Godínez Leal, L.Mitin de mujeres de negro contra la impunidad en Ciudad Juárez, Cimacnoticias; 2002b https://cimacnoticias.com.mx/noticia/mitin-de-mujeres-de-negro-contra-la-impunidad-en-ciudad-ju-rez (consulté le 14 mars 2014).

González Rodríguez, S.Huesos en el desierto, Barcelona, Editorial Anagrama, 2005 [2002].

Gutiérrez, A.Muertas de Juárez: Juicio contra el Estado mexicano, Proceso; 2009. https://www.proceso.com.mx/85659/muertas-de-juarez-juicio-contra-el-estado-mexicano (consulté le 10 août 2015).

Kian-Thiébaut, A. – Structures d’oppression et stratégies de résistance. La réinvention de soi dans un contexte de contraintes concrètes ; Tumultes, n°43, 2014, pp. 123 – 138.

Krieg-Planque, A. – La notion de «formule» en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique; Presses Universitairse de Franche-Comté, 2009.

Lagarde, M. – Feminicidio, conferencia de la Universidad de Oviedo, 12 de mayo, Ciudad de Mujeres ; 2006. http://www.ciudaddemujeres.com/articulos/article.php3?id_article=77 (consulté le 30 juin 2013)

Lagarde, M.Por los derechos humanos de las mujeres: la Ley General de Acceso de las Mujeres a una Vida Libre de Violencia, Revista Mexicana de Ciencias Políticas y Sociales, vol. XLIX, n°200, 2007, pp. 143 – 165.

Lapalus, M. – Feminicidio / femicidio : les enjeux théoriques et politiques d’un discours définitoire de la violence contre les femmes, Enfances Familles Générations, n°22, 2015, pp. 85 – 113.

10.7202/1031120ar :

Lapalus, M.– Le scratche, une stratégie de résistance à la violence masculine. Réplique militante contre le féminicide à Mexico, Nouvelles Questions Féministes, vol. 36, n°1, 2017, pp. 66 – 81.

Linding Cisneros, E.Discurso y violencia. Elementos para pensar el feminicidio; in: Martínez de la Escalera, A. M. (éd.), Feminicidio: actas de denuncia y controversia México, Pueg, UNAM, 2010, pp.7788.

Loza, E.; Padgett, H.Las muertas del Estado. Feminicidios durante la administración mexiquense de Enrique Peña Nieto, México, Grijalbo, 2014.

Luz González, M.En Los Pinos no quisieron escuchar su reclamo, Cimacnoticias; 2005. https://www.cimacnoticias.com.mx/noticia/en-los-pinos-no-quisieron-escuchar-su-reclamo (consulté le 10 novembre 2018).

Mari, J.P. – Ciudad Juárez, la ville où meurent les jeunes filles ; 1988. http://www.grands-reporters.com/LA-VILLE-OU-MEURENT-LES-JEUNES.html (consulté le 12 septembre 2018).

Monárrez Fragoso, J. E.Trama de una injusticia. Feminicidio sexual sistémico en Ciudad Juárez, Tijuana, El Colegio de la Frontera Norte, 2009.

Pérez Espino, J.Homicidios de mujeres en Ciudad Juárez: invención de mitos en los medios y la lucrativa teoría de la conspiración; in: Gutiérrez Castañeda, G. (ed.)Violencia sexista. Algunas claves para la comprensión del feminicidio en Ciudad Juárez, México, Pueg, UNAM, 2004, pp.85102.

Radford, J.; Russell D.Femicide: the politics of woman killing; New York, Macmillan, 1992.

Reinas de la selvaEsther Chávez Cano: ni una muerta más; 2018. https://reinasdelaselva.wordpress.com/2018/03/07/esther-chavez-cano-ni-una-muerta-mas/ (consulté le 11 décembre 2018).

Reinas de la selvaLas Muertas de Juárez; 2017. https://reinasdelaselva.wordpress.com/2017/09/04/las-muertas-de-juarez/ (consulté le 12 décembre 2018).

Rioux, C. – Dans l’indifférence générale – Les mortes de Juárez, Le Devoir ; 2002.
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/15932/dans-l-indifference-generale-
les-mortes-de-juarez

Romito, P. – Un silence de mortes. La violence masculine occultée; Paris, Syllepse, 2006.

Ronquillo V.Las muertas de Juárez, Proceso; 1999. https://www.proceso.com.mx/181269/las-muertas-de-juarez-de-victor-ronquillo (consulté le 4 février 2016).

Ruiz, M.Demandan que la Federación atraiga investigaciones de Juárez,
Cimacnoticias; 2002. https://cimacnoticias.com.mx/noticia/demandan-que-la-federaci-n-atraiga-investigaciones-de-ju-rez (consulté le 10 avril 2016).

Scott, J. – Genre : Une catégorie utile d’analyse historique ; Les Cahiers du GRIF, n°37 – 38, 1988, pp. 125 – 153.

10.3406/grif.1988.1759 :

Silva Londoño, D. A.«Somos las vivas de Juárez»: hip-hop femenino en Ciudad Juárez; Revista Mexicana de Sociología, n°79, 2017, pp.147174.

Tigres del norte 2004.Mujeres de Juárez, Pacto de sangre; México

Torrea Oiz, J.Las muertas de la frontera; El País; 2003. https://elpais.com/diario/2003/07/13/domingo/1058068356_850215.html (consulté le 23 octobre 2018).

Notes de bas de page

1 L’association civile Red Mesa de Mujeres a comptabilisé près de 1600 assassinats de femmes pour des raisons fondées sur le genre entre 1993 et 2017 à Ciudad Juárez. À ce chiffre s’ajoutent des milliers de disparitions de fillettes et de femmes.

2 Toutes les traductions des citations en langue étrangère sont du fait de l’autrice.

3 Mots prononcés par Patricio Martínez, gouverneur de l’État de Chihuahua en 1998.

4 Arbres épineux caractéristiques des zones semi-désertiques du Mexique.

5 Las Libres est une association féministe créée en 2000 à Guanajuato pour défendre les femmes emprisonnées pour avoir avorté. Son domaine d’action s’est progressivement élargi à la lutte contre le féminicide et à la défense des droits des femmes dans l’État de Guanajuato et dans le reste du pays.

6 Parmi les tentatives d’assassinat contre les mères de victime, on notera les deux attaques contre Norma Andrade, mère de Lilia Alejandra assassinée en 2001 à Ciudad Juárez, le 2 décembre 2011 à Ciudad Juárez puis le 3 février 2012 dans la capitale.

7 Los Tigres del Norte est un groupe de musique très populaire dans la région nord du Mexique. Leurs chansons mettent en scène les histoires et les personnages tirés du monde du narcotrafic. Désormais installés en Californie, ils produisent aussi des textes critiques, par exemple contre les abus commis contre les migrant.e.s.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.