Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction


Texte intégral

1Ce nouveau corpus « Éclairages », publié dans la collection des « Cahiers genre et développement », est le fruit d’une mise en réseau internationale de chercheuses en sciences sociales, autour du lieu d’échanges et de réflexions VisaGe: Violences fondées sur le genre, données, santé, jeux d’échelles. D’abord « Labo Junior » selon les termes de l’appel à projets de la Cité du Genre (Université Paris-Cité), ce réseau est ensuite devenu un espace indépendant animé par des chercheuses et chercheurs statutaires ou non statutaires1.

2Initié au début de l’année 2017, sa création a précédé de quelques mois le séisme social, transnational, constitué par les dénonciations en chaîne, sur les réseaux sociaux, d’abord de faits de harcèlement sexuel, puis de tous types de violences sexuelles, majoritairement perpétrés par des hommes contre les femmes et les filles. Ce réseau est autrement dit tout à fait contemporain de l’intensification et de l’actualisation des luttes féministes contre les violences machistes telles qu’elles viennent de se manifester dans de très nombreux pays du monde. Cela fut particulièrement le cas autour de #MeToo, expression-dénonciation de violences personnellement vécues, mais qui ne saurait cristalliser en un slogan tout le phénomène, tant d’autres espaces sociaux ont donné lieu à des mobilisations qui feront aussi date. Les mouvements de femmes rassemblés autour des slogan NiUnaMás en Mésoamérique puis NiUnaMenos dans le Cône sud, sont parmi les phénomènes les plus marquants des dernières mobilisations féministes contemporaines.

3VisaGe a entériné le constat d’une multiplication des études effectuées par les plus jeunes chercheuses à propos de l’histoire et de l’exercice de ces violences. Il a aussi permis d’offrir un lieu où nouer des liens entre celles et ceux qui, à la faveur de ce moment de re-politisation, ont lancé plus récemment leurs investigations doctorales sur ce sujet brûlant.

4En raison du centrage initialement nord-occidental de la déflagration provoquée par les prises de parole « #MeToo », et de la localisation en France de VisaGe, les membres du réseau, toutes francophones, ont surtout échangé, réfléchi, et même publié des textes à partir de ces prises de parole et de ces contextes géographiques (Cavalin, et al, 2022). Mais les discussions à propos de l’Amérique latine et de la Caraïbe sur le continuum des violences masculines à l’encontre des femmes ont aussi marqué la naissance de ce « labo » indépendant. Les contre-offensives féministes précèdent #MeToo, et sont impressionnantes par leur inventivité graphique, par le recours à l’action directe, entre autres modalités de résistance.

5Ce livre est donc un premier développement éditorial, depuis ce réseau, pour réunir des études de cas au sujet de la politisation et du caractère politique des violences sexistes et fondées sur le genre en Amérique latine. Il faut rappeler à ce propos combien les chapitres s’inscrivent dans le sillage d’une intense et remarquable histoire féministe et épistémologique latino-américaine, qui non seulement a su analyser et dénoncer fort tôt la dissémination et l’effet de structuration des violences machistes dans toutes les sociétés du continent, mais qui a aussi contribué à fournir ou à conforter ailleurs des clés d’interprétation, un langage, et des répertoires d’action sinon complètement nouveaux, du moins réactualisés et re-contextualisés pour stimuler des revendications au long cours. Par exemple, l’emploi à nouveaux frais de la notion de fémi(ni)cide, initialement forgée par Diana Russel et Jill Radford (1992), par certaines féministes costariciennes et mexicaines dans les années 1990 et 2000 (Devineau, 2012), a à son tour conforté ses usages militants, juridico-judiciaires, politiques voire historiographiques, en Amérique latine mais aussi en Europe. De même, les batailles autour de la libre disposition de soi, telle qu’on a pu les observer au Pérou autour de la mise en visibilité et de la mémoire des stérilisations forcées contre des femmes des peuples autochtones, nous permet de mieux saisir le continuum historique du recours à la violence pour le contrôle démographique, profondément en lien avec les prolongements postcoloniaux du racisme. Les enjeux liés à l’avortement en différents lieux, comme récemment la « marée verte » aux couleurs des foulards des féministes argentines pour légaliser l’interruption de grossesse, renseignent l’histoire de la mise sous tutelle de la population féminine. Dans cette même perspective, les réflexions autour de la marque toujours prégnante de la colonisation et des guerres d’indépendance, invitent en général à saisir les formes de structuration actuelles et passées des sociabilités combinant la question des stratifications sociales, de la race et du genre, et leur empreinte sur le politique. Enfin, les caractéristiques actuelles et passées des régimes institutionnels et économiques, leur régulation de la conflictualité, le recours à la violence armée par les civils et les militaires, sont autant de ressorts d’analyse et de compréhension du caractère politique, et de ce fait systémique, des violences fondées sur le genre.

6Reste que ces repères analytiques ne peuvent se passer de l’exploration et de l’étaiement empiriques. C’est ainsi que ce nouveau corpus « Éclairages » fut conçu, chaque chapitre donnant à voir dans leurs dimensions les plus actuelles et les plus localisées certaines des opérations de reconnaissance des violences vécues par les femmes les filles, par les dissident.es de l’ordre hétéro-normé, par les défenseuses des droits humains. Cet ouvrage rappelle l’importance, dans un contexte où les prises de conscience récentes paraissent saturer l’espace médiatique, de préserver une approche historique et une documentation de première main. Le corpus portant sur l’Amérique latine, nous avons mêlé les langues française et espagnole dans l’économie générale de l’ouvrage.

7Les deux premiers chapitres concernent l’actualité colombienne.

8À l’appui d’un recueil de plusieurs dizaines d’entretiens avec des ex-combattantes des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), Élodie Gamache observe que les tortures intrafamiliales vécues par les anciennes protagonistes du conflit interne, alors qu’elles étaient très jeunes adultes voire enfants, ont été l’un des motifs de leur engagement dans les bataillons de guérilla pourtant dominés numériquement et militairement par les hommes. Elle rejoint là d’autres chercheuses ayant souligné que le basculement dans l’action armée pouvait être une manière pour les femmes de se défendre de leurs agresseurs, tout en pouvant mettre à profit de nouveaux réseaux de protection, certes à dominance masculine et sexiste. Mais ce que veut surtout souligner E. Gamache, c’est combien il paraît erroné de mettre seulement l’accent, dans le cadre de la sortie du conflit, sur les violences sexuelles subies par les femmes civiles ou militaires par les acteurs armés. Au contraire, dans le prolongement de l’un des rapports du Centre National de la Mémoire Historique, elle veut démontrer combien « le viol n’est pas un phénomène exclusif de la guerre, c’est une violence structurelle, qui précède la guerre et qui s’intensifie avec elle » (CNMH, 2018, p. 41 – 42). La sociologue montre ainsi comment la majorité des jeunes femmes enrôlées sont passées d’une violence domestique et extrême subie, à une violence toujours existante mais régulée et susceptible d’être sanctionnée par les acteurs armés en premier lieu pour préserver la discipline dans les rangs militaires. Cela conforte dès lors l’approche proposée par Cynthia Cockburn qui consiste à ne pas séparer et réifier les violences dites domestiques en temps supposé de paix et les violences exercées par les hommes en armes en temps de guerre (Cockburn, 2004).

9Olga L. González s’appuie sur les rapports de la « Juridiction spéciale pour la paix et la Commission de la vérité » ainsi que sur ceux du Centre national de mémoire historique de Colombie pour comprendre les violences dirigées contre les minorités sexuelles par les anciens acteurs armés. Bien que fort minoritaires dans ces rapports, en raison de leur sous-déclaration, ces types de violences subies renseignent toutefois la façon dont la domination territoriale et le contrôle social en zones urbaines comme rurales ont pu passer par l’exercice de la terreur sexualisée contre les personnes gays lesbiennes et trans*, ou par la persécution contre les personnes séropositives, ou stigmatisées comme telles en raison de leur écart vis-à-vis de l’ordre de genre binaire et hétérosexuel. Mais, contre toute attente, nous explique l’autrice, qui se penche ensuite spécifiquement sur les remaniements idéologiques des FARC, cette organisation politico-militaire qui prohibait jusque-là l’homosexualité et toute forme de dissidence sexuelle dans ses rangs, a suivi les orientations partagées entre tous les acteurs anciennement en conflit pour inclure les enjeux de genre tels que mis en avant dans les accords de paix (égalité entre les sexes, reconnaissance de la diversité sexuelle). Les FARC sont alors devenues l’une des organisations de gauche les plus en vue pour promouvoir des candidatures de femmes trans* à des élections locales et nationales. Olga L. Gonzalez interroge ensuite le paradoxe – apparent – consistant à mettre en avant les femmes trans* comme signe d’une conversion à la vie civile, et d’un aggiornamento démocratique, quand par ailleurs aucune démarche politique n’a été entreprise par cette même organisation pour défendre les droits de toutes les femmes, comme le droit à l’interruption libre de grossesse. L’hypothèse de la préservation de l’ordre hétéronormé malgré l’inclusion de certaines femmes trans* candidates est alors bien étayée par la sociologue.

10Marylène Lapalus nous entraîne ensuite au Mexique. Attachée à saisir, dans son enquête doctorale, la sémantique de l’action publique et des revendications sociales, l’autrice note que jusqu’à il y a peu, l’on contournait la désignation des assassinats de femmes à Ciudad Juárez, par l’usage de l’expression euphémisante « les mortes de Juárez », manière d’occulter le système de violence létale à la frontière et de renforcer le spectacle de femmes réduites à l’inertie, victimes pour toujours, « un spectacle imposant d’une certaine façon à toutes les femmes un destin funeste » (Lapalus citant infra : Dorlin, 2017, 159). Ce statu-quo eut cours jusqu’à ce qu’en raison de la persévérance des mobilisations féministes, soit nommé directement le système politico-institutionnel comme principal agent de l’impunité, et par là-même soit déjouée la victimisation perpétuelle des femmes. Ce chapitre nous donne à voir l’état des luttes féministes mexicaines contre l’impunité avant l’intensification de ces dernières à partir de 2018 – 2019.

11Mariana R. Mora adopte ensuite une approche critique des mises en récit journalistiques des fémicides dans la presse costaricienne. Elle décrypte les choix de l’usage ou non du terme « fémicide », terme qui n’apparait jamais dans les gros titres. Or, souligne Mariana R. Mora, ce que l’on ne nomme pas n’existe pas. Elle analyse la façon dont les brèves journalistiques renvoient les crimes à des événements exceptionnels et isolés, ne les inscrivent pas dans une trame sociale susceptible de rappeler l’histoire de la politisation des fémicides au Costa Rica. Cela serait d’autant plus justifié que le Costa Rica fut l’un des premiers pays d’Amérique latine à légiférer sur les fémicides conjugaux. Mais le référent pénal, les peines encourues, la spécification de l’assassinat pour des motifs sexistes et structurels n’interviennent pratiquement jamais. L’autrice donne à voir la façon dont en général les descriptions des crimes, des victimes et des assassins présumés, conforte la violence de genre en continuant de véhiculer des représentations conventionnelles des rôles sexués et familiaux. À l’appui de quelques exemples, l’autrice documente la manière dont les journalistes enferment les victimes dans des portraits soulignant leur passivité, leur bonté, usant de qualificatifs d’inspiration chrétienne pour transformer « leur mort », et non leur assassinat, en sacrifice. Cette victimisation des femmes par la presse entretient et normalise ainsi le spectacle de la cruauté, pour reprendre aussi en substance les écrits de Rita Segato (Segato, 2019).

12Enfin, Valentine Sébile, revient sur l’expérience nommée « Initiative mésoaméricaine des défenseuses (IMD) », dont les pratiques quotidiennes, souvent discrètes, d’(auto)protection des militantes des droits humains, sont actuellement le support d’un très grand nombre d’espaces et de réseaux d’activistes au Mexique et en Amérique centrale.

13Son chapitre rappelle combien l’IMD est le fruit d’un travail ardu de quête de reconnaissance de la vie des femmes engagées politiquement, dans des contextes autoritaires ou de menaces contre les activistes environnementales, ou contre les féministes. La menace du viol, l’humiliation publique sur les réseaux sociaux, sont autant d’actes qui non seulement ont un effet sur la santé des militantes, mais relèvent de plus d’une pratique de terreur – allant jusqu’au meurtre ou « féminicide politique » – visant à dissuader toutes les femmes et toutes les filles de s’engager politiquement. Or jusqu’au milieu des années 2000, alors même que l’ONU reconnaissait déjà le devoir de protection vis-à-vis des défenseurs des droits humains, et ainsi « le droit à défendre ses droits », la prise en compte des conditions de vie des femmes activistes n’avait pas cours. Nombre de mouvements composés d’hommes et de femmes, lieu de la reproduction du sexisme, étaient également dissuasifs. La nécessité de prendre en considération le genre de l’engagement politique, le genre des risques encourus et de la menace, a été portée tout à la fois comme un combat de principe pour l’universalité des droits, principe seulement valable si l’assimilation des minorités symboliques et numériques est effective, et comme une lutte pour la mise en œuvre d’outils précis, financés, de protection des personnes. V. Sébile montre combien c’est l’intégration d’une critique féministe, par des réseaux féministes, pour dénoncer les violences à l’adresse des militantes, qui a permis des mécanismes plus généraux de vigilance, et le soutien à la construction de lieux de protection, de réflexion, de repos. La casa La Serena à Oaxaca est l’espace le plus connu et qui fait aujourd’hui œuvre de référence. D’autres lieux de ce type, soutenus par l’IMD, travaillent eux dans la clandestinité.

Bibliographie

Cavalin C.; Da Silva J.; Delage P.; Despontin Lefèvre I.; Lacombe D.; Pavard B. – Les violences sexistes après #MeToo. Presses des Mines, 2022.

Cockburn C.«The Continuum of Violence. A Gender Perspective on War and Peace», in Wenona Giles et Jennifer Hyndman (.d.), Sites of violence. Gender and conflict zones, Berkeley, University of California Press, 2004, pp.2444.

Devineau J. – Autour du concept de féminicide/fémicide. Entretiens avec Marcela Lagarde et Montserrat Sagot, Problèmes d’Amérique latine, n°84, printemps, 2012, pp. 77 – 91.

Dorlin, E. – Se défendre. Une philosophie de la violence ; Paris, Zones, 2017.

Radford J. et Russell D. H. (.d.) – Femicide. The Politics of Woman Killing, Buckingham, Open University Press, 1992.

Segato R. L.Pedagogías de la crueldad. El mandato de la masculinidad(fragmentos), 2019. https://revistadelauniversidad.mx/download/050fdfa1-d125-4b4b-afb8-b152
79b6f615?filename=pedagogiasde-la-crueldad

Notes de bas de page

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.