Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Une transition éditoriale. Remerciements à Christine Verschuur


Texte intégral

1Christine Verschuur a été chargée d’enseignement et de recherche à l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève. Elle est anthropologue et a obtenu un doctorat en socio-économie du développement, à l’Université de Paris IPanthéon-Sorbonne. Membre du corps enseignant à partir de 2002, elle est associée à des recherches en genre et développement à l’Institut universitaire d’études du développement après 1996. Ses domaines de recherche et d’enseignement concernent les inégalités de genre dans le développement, les théories féministes postcoloniales. Elle s’intéresse également à la manière dont les thématiques d’égalité de genre sont intégrées dans les organisations internationales, les organisations de coopération ou les mouvements sociaux. Elle a travaillé durant huit ans sur les mouvements paysans (en particulier au Mozambique), sur les inégalités de genre (en particulier au Mali). Elle a dirigé durant dix ans une recherche sur le genre et les mouvements populaires urbains en Amérique latine, en Afrique de l’Ouest et en Europe de l’Est, dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO. Elle a été responsable du Pôle Genre et développement de l’Institut de hautes études internationales et du développement. Elle fut directrice des ouvrages Les Cahiers genre et développement, qui paraissent depuis 2000 chez L’Harmattan, Paris. Parmi ses publications, Du grain à moudre. Genre, développement rural et alimentation (2011; 2017), Genre, postcolonialisme et diversité des mouvements de femmes (2010), Mouvements de quartier et environnements urbains (2006), Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations (2005), Le Genre, un outil nécessaire (2000), Mozambique, dix ans de solitude (1986).

2Cette nouvelle livraison de Les Cahiers genre et développement, fait œuvre de transition. En 2021, notre collègue Christine Verschuur, chercheuse et responsable du pôle genre à l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), nous en a confié la direction éditoriale. La collection comprend trois formats : les Cahiers eux-mêmes, Éclairages, et Rencontres. C’est ainsi un honneur que de pouvoir reprendre le flambeau d’un engagement éditorial au long cours, lancé il y a vingt-trois ans à partir des approches féministes de la socio-économie du développement.

3L’effort de transmission de ces savoirs critiques a compté pour toute une génération de lectrices et de lecteurs francophones. Ces dernier.es, étudiant.es, chercheur.ses, membres d’associations féministes, se souviennent notamment du numéro inaugural, « Le genre, un outil nécessaire. Introduction à une problématique ».ß

4Publié en 2000, dirigé par Christine et par Jeanne Bisilliat – avec le soutien de deux associations, Espace femmes international en Suisse, et Association femmes et développement en France –, le corpus se faisait en quelque sorte le témoin d’un moment charnière, post-guerre froide.

5Le paradigme néolibéral du développement économique était désormais celui au travers duquel il s’agissait de documenter et d’analyser le phénomène de multiplication des financements, par les pays dits « du nord », vers ceux « du sud », de programmes censés promouvoir « l’empouvoirement » (empowerment, en anglais) des filles et des femmes. Plus encore, cette nouvelle acception du développement était censée accompagner un nouveau langage de l’égalité, sous-tendu, à différentes échelles, par une poussée des revendications pro-démocratiques, notamment autour de la liberté associative, de la prise en considération des droits individuels à côté des droits collectifs, bien souvent à la suite de ruptures avec des régimes autoritaires. Enfin, dernière inflexion rhétorique et politique cruciale de l’époque, le genre devenait une catégorie de pensée incontournable, tant pour la praxis du développement que pour nombre d’approches intellectuelles historiennes, sociologiques ou philosophiques.

6Refusant de l’utiliser en remplacement de « femmes », ou pour « décrire des rôles différents culturellement et socialement attribués aux [deux sexes] », J. Bisilliat et Ch. Verschuur entendaient employer le terme comme un outil d’analyse des rapports sociaux, « reconnaissant que les relations de pouvoir entre les hommes et les femmes au sein des différentes instances de la société (famille, communautés, marchés, Etat-nation, monde) [étaient] responsables d’une distribution inégale des ressources, des responsabilités ».

7Or, affirmaient ensemble les deux chercheuses, le monde francophone de l’analyse et des acteur.ices du développement, accusait un retard certain tant pour l’emploi de la notion, qu’à propos de leur compréhension des rapports sociaux de sexe, comparativement à un mouvement critique sur ce thème, stimulé avec les travaux précurseurs d’Esther Boserup, dans les pays nordiques et le monde anglo-saxon, re-contextualisé et intensifié à partir des années 1980 en Amérique latine et en Asie.

8À partir de l’année 2000, ce travail éditorial a dès lors consisté à traduire en langue française autant de textes de référence sur le genre, et sur le genre de la socio-économie du développement depuis des contextes géopolitiques variés, mais aussi, tâche fort importante aux yeux des chercheuses, à publier des inédits pour amplifier et pluraliser les conditions de la pensée critique en incluant « des francophones du Nord comme du Sud exclus de la réflexion globale sur ces thèmes ».

9Le premier numéro est alors une sorte d’instantané photographique de certains supports de pensée de la dernière décennie du XXe siècle : le genre comme une catégorie d’analyse historique et de pouvoir (J. Scott), le passage d’un discours féministe-marxiste des « intérêts pratiques et stratégiques » des femmes (M. Molyneux) à celui, piloté par la Banque mondiale de leurs « besoins pratiques et stratégiques » (C. Moser), entre autres chapitres. Après le deuxième numéro inaugural rassemblant plusieurs références majeures sur le genre de l’économie, ont suivi vingt-six collectifs en vingt ans, véritable tour de force éditorial, réunissant des dizaines d’autrices autour de thèmes aussi variés et complémentaires que le féminisme et l’économie solidaire, la figure des expertes sur le genre, les changements agraires et l’alimentation, les migrations et la globalisation de la reproduction sociale, les migrations et la nouvelle division internationale du travail, les pouvoirs et la justice sociale, le genre et la religion, mais aussi deux numéros respectivement sur les mouvements populaires urbains dans leur rapport à la question environnementale, ainsi que sur la diversité des actions collectives féministes dans une perspective postcoloniale. Christine les a quasiment tous dirigés ou co-dirigés1, assurant la continuité de ce chantier mémorable, à mi-chemin entre le strict manuel en sciences sociales, et l’essai collectif à plusieurs voix. Conçue comme autant d’outils thématiques pour les praticien.nes de l’action associative, pour les étudiant.es ou les chercheur.ses plus confirmé.es, cette entreprise a ainsi tenu son pari initial de traduction, de mise en articulation de travaux épars et de bilans bibliographiques. Elle a d’ailleurs évolué vers la mise en commun d’études de cas, issus d’espaces géographiques divers, pour une approche critique de l’approfondissement des inégalités à l’échelle planétaire, et pour une réflexion féministe autour des alternatives économiques et politiques à cet état de fait (voir les dernières parutions sur l’économie solidaire).

10Nous poursuivons donc cette mission éditoriale, par la publication de trois ouvrages, dont celui-ci, dans la collection « Éclairages », dirigé par Delphine Lacombe (CNRS), avec les révisions éditoriales de Garance Robert (Université de Montréal), corpus réunissant des autrices du réseau de recherche international fondé en 2017 à propos des violences de genre « VisaGe ». Deux autres numéros thématiques suivront, grâce à l’engagement de l’IHEID et de Christine, qui ont mis tout en œuvre pour la continuation de ces parutions chez l’Harmattan.

11Que l’Institut et notre chère collègue soient remerciés pour leur confiance.

Notes de bas de page

1 Christine Verschuur a dirigé ou co-dirigé vingt des vingt-huit livres qui ont nourri la collection. Elle a notamment collaboré avec Fenneke Reysoo, Isabelle Guérin, Isabelle Hillenkamp, Christine Catarino, Françoise Grange Omokaro, François Hainard et Jeanne Bisilliat.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.