Version classiqueVersion mobile

Les relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979

 | 
Clément Therme

Chapitre III. Les relations entre Téhéran et Moscou : au-delà des incompatibilités idéologiques ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au sein des écrits légués par l’ayatollah Khomeyni, la Russie et l’Union soviétique occupent une place significative en raison, notamment, de l’opposition du fondateur de la République islamique au colonialisme. Si la Russie n’est pas la principale cible de la vindicte de l’ayatollah qui met l’accent, dans sa lecture contestataire de l’histoire des relations entre les musulmans et les « impérialistes », sur le rôle des « sionistes » perçus ici comme des « agents des Américains, des Anglais ou d’autres puissances étrangères »1 ; le cadre théorique fixé par Khomeyni mérite pourtant notre attention en raison du culte dont font l’objet, à la fois, la personne et l’œuvre de Khomeyni en Iran, depuis l’établissement de la République islamique, il y a plus de trente-trois ans. En ce qui concerne les relations avec Moscou, les analyses et les recommandations de l’ayatollah ont néanmoins dû subir des adaptations pratiques par l’oligarchie islamiste au pouvoir à Téhéran en raison de la désinté...

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search