Version classiqueVersion mobile

Effervescences féministes

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

Collectiviser le care, réinventer le travail et solidarité dans les quartiers périphériques de Buenos Aires

Marisa Fournier et Erika Loritz

Note de l’éditeur

Référence papier : M. Fournier et E. Loritz, 2021. ‘Collectiviser le care, réinventer le travail et solidarité dans les quartiers périphériques de Buenos Aires’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (Dir.) Effervescences féministes. Réorganiser la reproduction sociale, démocratiser l’économie solidaire, repenser la valeur, Coll. Éclairage n°2, 119–132. Paris : L’Harmattan. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

  • 1 NdlT: Cuidados en espagnol, care en anglais, ou soins en français. Nous gardons le terme anglais de (...)

1L’étude de cas réalisée en Argentine s’intéresse à des organisations communautaires qui proportionnent des services de care1 – éducation, loisirs et nutrition – à des enfants et des jeunes vivant dans des contextes de précarité. Ces organisations, qui se sont constituées en réseaux, sont des initiatives communautaires non-marchandes. Même si elles ne se définissent pas elles-mêmes comme faisant partie de l’économie solidaire (ES), leurs pratiques répondent aux caractéristiques de l’ES : elles se basent sur l’auto-organisation de femmes de secteurs urbains pauvres et ont pour objectif de répondre aux besoins des enfants et des jeunes dans ces quartiers.

2Le cas étudié révèle une dynamique sociale paradoxale : l’autonomie personnelle augmente grâce au développement d’activités marquées par des stéréotypes de genre. Pour les membres de ces initiatives communautaires de care, le fait de se réunir pour prendre soin de personnes extérieures à leurs foyers génère d’importants changements dans leurs histoires de vie. Cela leur permet également de redéfinir la notion traditionnelle de travail. D’un côté, cette perspective présente des défis car les groupes associatifs sont composés à 90% de femmes de contextes pauvres où la division sexuelle inégale du travail est marquée, avec l'assignation des tâches reproductives et de care aux femmes. D’un autre côté, la défamilialisation du travail de care (Lewis 1997; Rodríguez 2007; Martínez Franzoni 2008 ; Faur 2012) a permis un empowerment important à des femmes pauvres ayant très peu de possibilités de développement personnel.

3L’ES ne considère généralement pas les associations de care comme faisant partie de son champ de réflexion, de recherche et d’action. Afin d’intégrer la question des collectifs de base fournissant du care il faut repenser l’approche mercantile-productive qui domine en ES. On retrouve dans d’autres pays latino-américains des associations de femmes pourvoyant du care (soin des personnes, soin du territoire, soin des identités locales et soin de la reproduction immédiate de la vie). Ces manières de penser le care ont été à la source des organisations de base de femmes, qui luttent pour que la reproduction de la vie se fasse dans les meilleures conditions possibles.

  • 2 Le Conurbano Bonaerense est un territoire qui comprend vingt-quatre districts et dans lequel vit pr (...)
  • 3 Les auteures utilisent le concept de « dé-cloisonnement », ou le moment de communautarisation et d’ (...)

4La croissance démographique rapide des dernières décennies dans le deuxième et troisième cercle périphérique du Conurbano Bonaerense2 a pour conséquence une forte insuffisance des services publics pour la population. Ces besoins spécifiques ont conduit à une sorte de « dé-cloisonnement » 3qui a encouragé les femmes à sortir de la sphère domestique et à mettre en commun un certain nombre de ressources matérielles, sociales, affectives et symboliques afin de répondre à des besoins reproductifs, entendus comme un bien commun, qui demandent dès lors une approche communautaire (Gago, Quiroga 2014). Les caractéristiques de ces centres communautaires ont varié au cours des années. Au début, les femmes se sont organisées entre elles afin de répondre au besoin d’avoir un endroit dans les communautés pour s'occuper des enfants lorsque les parents travaillent à l'extérieur. Après cela, de nouvelles organisations ont été créées suite à la crise alimentaire engendrée par les deux hyperinflations de 1989 et 2001. Lors de ce deuxième moment, des organisations de base se sont centrées sur les politiques publiques alimentaires, dans un contexte de pauvreté extrême. Au-delà de l’existence de ces politiques publiques, la manière dont ces organisations communautaires ont commencé à répondre à ce problème reflète une logique d’organisation collective « à partir d’en bas ».

5Inter Redes est un important réseau qui réunit six réseaux de centres d’accueil communautaires situés dans dix-sept des vingt-quatre quartiers du Conurbano Bonaerense. Le nombre total de personnes impliquées dans Inter Redes est de 2 850 – dont une majorité de femmes – . En termes d’âge, les jeunes de dix-huit à trente-cinq ans sont majoritaires (42%). Au sein d’Inter Redes coexistent différentes idéologies, trajectoires d’organisation et positionnements politiques. Ce réseau s’organise par le biais d’assemblées périodiques au cours desquelles les membres partagent leurs expériences de gestion et des informations sur la situation dans les centres. Les membres développent également des stratégies ayant des incidences politiques, sur des questions touchant à l’enfance et à la jeunesse. Elles ont également élaboré des stratégies pour influencer les politiques en matière d'enfance et de jeunesse. Elles ont aussi élaboré des projets de politiques publiques pour la reconnaissance des personnes travaillant dans ces centres en tant que travailleuses et travailleurs. Le travail réalisé dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse a permis à ce réseau de bénéficier de financements publics ainsi que de financements provenant de fondations privées. Cela a également permis d’avoir un impact sur les politiques publiques réalisées dans ce secteur. Les dirigeantes de chaque organisation de ce réseau participent dans cet espace démocratique et horizontal.

6Dans Inter Redes, les membres partagent et tirent profit des connaissances et des compétences spécifiques de chaque réseau afin d’améliorer les vies des enfants et des adolescent-es ainsi que les conditions de travail des travailleuses communautaires. Chaque réseau amène une compétence spécifique, que ce soient des capacités de gestion ou des capacités d'articulation avec d'autres acteurs sociaux ayant relativement plus de pouvoir. Ce réseau de réseaux est né en 1991 et travaille sans discontinuer depuis vingt-sept ans. On peut dire que cette continuité est rare dans le monde des organisations de l’ES en Argentine. Par le biais de cette mise en réseau, les femmes apprennent à s’organiser, à enseigner et à travailler avec des acteurs plus puissants, à travailler ensemble, etc. Ces apprentissages n'auraient pu être acquis par les femmes dans leurs foyers. Toutes les personnes travaillant dans ce réseau sont considérées comme des éducatrices, des cuisinières au personnel de nettoyage ou aux professeur-es.

  • 4 Littéralement : La Rencontre (Ndlt)

7Le Réseau El Encuentro4 regroupe quinze centres communautaires dans des quartiers périphériques de Courbano Bonaerense. Avec d’autres, ce réseau fait partie d’Inter Redes. Le Réseau El Encuentro est né en 1991 pour répondre au besoin de centres communautaires dans un contexte de crise sociale et afin de recevoir un soutien de la part de l’Etat. Aujourd’hui, 300 éducatrices communautaires travaillent dans ces centres, dont 80% sont des femmes. Par ailleurs, 2 800 enfants et adolescent-es participent dans ces centres. Les centres du Réseau El Encuentro travaillent sur différents aspects en même temps, à partir d’une perspective d’éducation populaire inspirée des principes de Paulo Freire. Dans ces institutions, la nutrition, l’éducation et les jeux sont valorisés de la même manière. Afin de définir les tâches quotidiennes, tous les centres ont un planning annuel qui est évalué au milieu et à la fin de l’année. Cette évaluation collective permet d’introduire des changements. La gestion administrative et économique de chaque centre fait également l’objet d’une évaluation identique.

8Le Réseau El Encuentro est une organisation démocratique et participative. Chaque centre dispose de coordinatrices qui sont généralement les fondatrices ou d’autres membres légitimes. De plus, chaque centre dispose d’une personne déléguée qui est choisie démocratiquement et change tous les deux ans. Les centres ont également des coordinatrices par secteurs (la maternité, l’éducation des enfants, la jeunesse, la cuisine et l’administration). Dans chaque secteur, des réunions de formation se tiennent tous les mois au sein du réseau. Il y a aussi toutes les semaines dans chaque centre des réunions d’équipe. Lors de ces réunions, les personnes partagent des informations et les décisions sont prises de manière collégiale. Ces décisions sont ensuite discutées lors des réunions de réseau. Le processus de prise de décision privilégie toujours le consensus. Faire partie de ce réseau est essentiel pour chaque initiative. Cette forme de gestion et de prise de décisions génère une subjectivité collective, où le sentiment d’appartenance et d’identité collective sont bien ancrés. La constitution de cette identité est un processus qui résulte de cette manière de travailler. Le réseau est financé par l’Etat, ainsi que dans une moindre mesure par des ressources provenant de fondations privées.

9Le Centre communautaire Belén, construit par des voisins avec l’aide de l’Eglise locale en 1984, est un membre et un fondateur avec trois autres centres communautaires du Réseau El Encuentro. Ce centre est situé dans un quartier périphérique de l’un des quartiers les plus pauvres du Conurbano Bonaerense (José C. Paz). Cette organisation accueille 300 bébés, enfants et jeunes (de deux mois à dix-huit ans). Dans ce centre ont été développées diverses propositions pour la promotion des droits des enfants et des jeunes, dans le secteur de la nutrition, des loisirs et de l’éducation. Des activités expressives, récréatives et éducatives sont mises en place dans ce centre.

10Comme d’autres, ce centre est né pour répondre aux besoins de care des enfants dont les parents doivent quitter la maison pour aller travailler. De nouveaux services comme le développement communautaire ont progressivement été rajoutés. Le service est gratuit pour les familles. En 1998, la radio communautaire FM Tinkunaco a été créée à l’étage supérieur du centre et elle fait aujourd’hui partie du réseau national des médias communautaires. En 2010, la bibliothèque publique Paulo Freire a été ouverte à un pâté de maisons du centre, où des jeunes suivent des ateliers et des activités. Toutes ces initiatives sont l’œuvre du Collectif culturel du quartier San Atilio, qui travaille en lien avec le Centre communautaire Belén.

11Trente-deux éducateurs et éducatrices travaillent dans le centre – vingt-sept femmes et cinq hommes – . La plupart de ces personnes vivent dans la communauté ou dans des quartiers voisins. Au fil de son histoire, le centre s'est renforcé sur les thèmes des droits humains et de prise de conscience de l’égalité de genre. Les processus de gestion et de prise de décision ont lieu au cours de réunions qui se tiennent régulièrement (de la même manière que dans le système du Réseau El Encuentro cité plus haut). La démocratie interne a conduit à des conflits avec l’Eglise, menant à une scission vis-à-vis de l’Institution. Les principales sources de financement proviennent de l’Etat, ainsi que dans une moindre mesure de fondations et de contributions privées.

  • 5 L'Asignación Universal por Hijo (attribution universelle par enfant) est un programme social en Arg (...)

12Parmi les familles qui bénéficient de ce service, nous avons identifié un grand nombre de familles monoparentales dirigées par les femmes (50%), ainsi que des familles composées de mères, d'enfants et de grand-mères. De plus, dans la plupart des familles les enfants sont de même mère mais souvent de pères différents et la contribution paternelle est très irrégulière. Il existe très peu de familles dans lesquelles les deux parents sont présents. En termes d’emploi, 85% des personnes ont des emplois précaires. Les faibles revenus que ces personnes touchent sont complétés par L'Asignación Universal por Hijo (AUH)5, un programme social destiné aux familles vulnérables. Quatre-vingt pour cent des familles reçoivent l’AUH en même temps que d’autres aides de programmes sociaux. Dans tous les cas, les tâches reproductives réalisées à l’intérieur des foyers le sont par des femmes, des mères qui reçoivent parfois l’aide d’autres femmes pour répondre à leurs besoins économiques et à leurs besoins en termes de care (par exemple des grands-mères, des tantes, des voisines, etc.).

13En ce qui concerne les politiques publiques, la loi d’éducation nationale 26.206/06 inclut les écoles communautaires dans le système éducatif. La loi d’éducation pour la Province de Buenos Aires adoptée en 2007 permet également la participation d’organisations communautaires dans le système éducatif. Néanmoins, cette loi laisse de côté les centres d’accueil communautaires préscolaires (enfants de zéro à cinq ans) car cela requiert des professeurs titularisés et parce que l’Etat ne peut pas financer d’écoles maternelles communautaires. Fines est une politique publique d'éducation destinée aux jeunes et aux adultes et dont l’objectif est de permettre de reprendre et finir le cursus primaire et secondaire, en tenant compte des besoins et des contraintes de ces populations. Elle a fait l’objet d’un soutien massif et a établi des alliances avec différents acteurs : des écoles, des universités, des syndicats et des organisations sociales. Cela a également permis à des nombreuses éducateurs et éducatrices communautaires de finir leurs études.

  • 6 Dans cette recherche, nous n'avons pas pris en considération les politiques publiques de l’ES desti (...)

14Les politiques publiques dans le domaine de l’ES pour le secteur urbain6 ont surtout mis l’accent sur l’accès au microcrédit et sur les subventions aux petits commerces. Elles promeuvent également des foires populaires et des marques collectives. Dans ces programmes, les entreprises fournissant des services occupent une place secondaire et seules des entreprises individuelles comme la coiffure sont prises en compte. La plupart des bénéficiaires de ces programmes sont des femmes, mais aucune des politiques publiques n'a une perspective de genre. Ces politiques publiques n’intègrent pas la question du care et ne questionnent pas l’impact qu’ont les responsabilités de travail domestique sur le développement de ces entreprises. De plus, elles ne considèrent pas que les centres communautaires de care soient des initiatives à promouvoir.

15Une politique publique nationale d’ES importante est le Programme de revenu social avec travail Argentina Trabaja  (l’Argentine travaille). Ce programme se base sur la création de coopératives et est né en 2009 de l’articulation de deux institutions : le ministère du Développement social et de l’éducation et l’Institut national d’économie solidaire (INAES). Il s’adresse à des personnes considérées vulnérables et véhicule l’idée que le travail collectif est un outil important pour améliorer leurs vies. Les membres des coopératives reçoivent un petit montant d'argent (la moitié du salaire minimum) et bénéficient de droits sociaux précaires. Ces personnes sont encouragées à finir leurs études. De plus, chaque coopérative doit choisir une personne déléguée., qui suit généralement des cours sur l’ES, sur les associations, le genre et les projets de développement –parmi d’autres thématiques.

16A l’intérieur d’Argentina Trabaja un sous-programme a été créé afin de travailler avec des femmes victimes de violences. Ce programme s’appelle Ellas hacen (Elles font). Les membres d’Ellas hacen suivent des ateliers sur le genre, finissent leurs études et suivent des formations spécialisées, ce qui leur permet d’acquérir différentes compétences dans des domaines comme la plomberie, la menuiserie ou l’électricité. Pourtant, malgré tous ses aspects positifs, le programme excluait le travail de garde d’enfants réalisé par des associations en refusant de soutenir les organisations qui existaient déjà sur le territoire, et n’a ainsi pas permis de répondre à ce besoin collectif. Grâce aux négociations et aux luttes politiques, certaines organisations communautaires de care ont réussi à faire inclure certains de leurs membres dans des coopératives. Ces membres continuent à réaliser leurs tâches habituelles dans les organisations de care et elles reçoivent l’argent prévu dans le cadre du programme.

17Une des principales sources de financement des organisations communautaires est le Programme national de sécurité alimentaire (PNSA), chapeauté par le ministère du Développement social dans le cadre d’un accord avec le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD). La principale ressource est de l’argent donné pour acheter de la nourriture ; parfois le programme inclut des financements occasionnels pour des équipements et des infrastructures. Il n’y a dans le PNSA aucun type de rémunération pour les travailleuses et le contrôle sur l’allocation des fonds est strict. Le programme se base ainsi sur le principe que les femmes qui cuisinent, nourrissent, enseignent et prennent soin des enfants doivent le faire gratuitement. Bien qu’il existe de nombreux programmes pour les enfants et les jeunes dans le pays, le programme principal permettant à ces centres de perdurer est le Programme Unités de développement infantile (UDI) qui dépend du ministère du Développement social de la province de Buenos Aires. Le programme UDI est une politique publique conçue pour soutenir et renforcer les crèches gérées par les quartiers, par la communauté ou par l’Eglise.

18Ce n’est qu’en 2015, peu de temps avant la fin du mandat présidentiel de Cristina Fernández de Kirchner, qu’Inter Redes a présenté un projet de loi appelé Loi des travailleuses socio-communautaires de la province de Buenos Aires. Ce projet affirme que l’Etat doit garantir les droits des travailleurs et travailleuses communautaires. Il défend le droit des personnes chargées des tâches éducatives à recevoir un salaire équivalent à celui que reçoivent les enseignants dans les écoles privés des écoles de la province de Buenos Aires (idem pour les personnes en charge de la cuisine, de l’administration et de l’entretien). Cette loi n’a toujours pas été discutée au sein du Parlement. Néanmoins, elle montre que ces organisations sociales élargissent la catégorie de travail en y incluant le travail communautaire et qu’elles considèrent que l’Etat est le garant des droits des travailleurs et travailleuses.

19Le travail réalisé dans ces centres est un travail très féminisé qui comporte une forte approche maternaliste. Les personnes qui enseignent, nourrissent et s’occupent affectivement des enfants et des jeunes sont surtout des femmes. Par ailleurs, elles finissent également par s’occuper des problèmes familiaux. Cela fait que l’engagement dans l’association et vis-à-vis des enfants entre généralement en tension avec les besoins et les aspirations personnelles des travailleuses. Dans le processus associatif, les femmes commencent graduellement à construire une vision de la situation sociale différente de celle de l’ordre domestique. Elles ont également réussi à acquérir davantage d’autonomie : la mobilité sociale et la sphère publique ne peut pas être imaginée à l'intérieur des barrières imposées par le foyer. Ce changement de perspective à propos des tâches liées aux care a favorisé un processus d’empowerment des femmes, à un niveau personnel, familial, communautaire et politique. En ce sens, le fait de passer d’un statut de « mère qui prend soin » à celui de « travailleuse communautaire » constitue un saut qualitatif.

20Dans les secteurs populaires, les femmes qui sont mères ont des opportunités personnelles très limitées. La collectivisation du care a permis d’importantes transformations dans les subjectivités de ces femmes. De plus, la nature associative de ces organisations communautaires a permis une sorte de prise de conscience du care, désormais considéré comme une question qui concerne l’Etat et la société dans son ensemble.

21Le fait de vouloir en permanence résoudre les problèmes d’autrui a constitué un problème pour les femmes car cette envie peut avoir des coûts élevés. En ce sens, les personnes qui font partie de ces organisations montrent de la solidarité envers d'autres familles et groupes sur le territoire. L’engagement qu’elles ont vis-à-vis des enfants et de leurs familles se traduit par de longues heures de travail qui dépassent leurs horaires. Comme le disent les femmes, elles ajoutent aux heures payées les horas corazón (heures du cœur). Elles travaillent plus qu’elles ne sont supposées le faire et reçoivent une rétribution économique très faible. Malgré cela, elles continuent à aller de l’avant, à s’impliquer dans des luttes pour demander davantage de droits et à participer à des réunions et à d’autres événements dans la communauté. La solidarité prend la forme d’un activisme dans lequel les besoins personnels sont mis de côté afin de chercher des solutions aux problèmes de l’organisation ou de la communauté en général. Dans ces situations, la réciprocité ou les bénéfices personnels ne sont pas toujours clairs. La frontière entre travail et activisme est floue.

22Le féminisme soulève également une question essentielle liée à la solidarité entre les femmes. Plus précisément, cela nous amène à questionner les pratiques de solidarité qui ont cours entre des personnes du même genre qui subissent la même situation d’oppression et travaillent ensemble afin de se libérer de cette oppression. Nous avons constaté que le fait de s’organiser de manière communautaire dans le travail du care crée de forts liens de solidarité entre les femmes. Il s’agit de comprendre l’oppression d’autres femmes à partir de leurs propres expériences et de se réunir entre femmes pour tenter de sortir de cette situation d’oppression. S’associer aide ainsi les femmes à analyser leur situation en termes d’oppression de genre.

  • 7 Les Rencontres nationales et régionales des femmes sont des réunions annuelles où participent des m (...)

23La solidarité entre femmes n’est pas quelque chose que l’on peut prendre pour acquis, il s’agit d’un processus qui peut être expliqué par la collectivisation du care et par la participation des organisations à différents espaces, en particulier aux Rencontres régionales et nationales des femmes7. Les liens entre les initiatives communautaires dans le domaine du care et le mouvement féministe ont été déterminantes dans la construction de cette solidarité.

24La solidarité ne signifie pas uniquement mettre de côté ses intérêts personnels, cela implique également d’avoir la capacité de développer de l’empathie envers les personnes qui vivent sur le même territoire et qui appartiennent à la même classe sociale. Néanmoins, pour certaines des personnes interviewées, la solidarité est un mot utilisé par ceux qui ont de l’argent pour faire preuve de charité envers ceux qui en ont moins. Selon une des personnes interrogées, « la solidarité n’est pas ce qui nous définit, ce que nous faisons c’est du travail communautaire. Nous nous réunissons pour résoudre des problèmes, pour améliorer les vies de chacun. Pour d'autres, la solidarité peut être activée ou désactivée. Mais, pour nous, la solidarité c’est la communauté et la communauté est un mode de vie, et nous l’emportons partout avec nous ».

25Dans tous les cas, la solidarité croît lorsque les problèmes communs sont partagés, que les décisions sont prises de manière collective et que les besoins sont également abordés de manière collective. Finalement, il a été constaté que les fêtes, les événements et les célébrations font partie de la construction d’une identité collective qui soutient à son tour la communauté et la solidarité –comprise non pas comme de la charité mais comme une lutte commune. Le fait de participer et de travailler de manière collective et horizontale dans l’association crée une subjectivité partagée et une expérience commune. C’est ainsi que les femmes comprennent le travail communautaire.

26En ce qui concerne les liens avec l’Etat et comme l’ont montré de nombreuses études, dans un contexte de capitalisme globalisé les expériences d’ES ne peuvent pas être financièrement durables sans le soutien de l’Etat. Que cela soit par des subventions directes, par des politiques publiques de promotion et de protection ou par le biais d’autres politiques publiques, les organisations d’ES ont besoin d’un soutien public pour pouvoir exister. L’échec systématique de beaucoup d’expériences d’ES le montre clairement. Si le financement public constitue un aspect important pour des microentreprises commerciales, il est encore plus important pour les centres d’accueil des enfants que nous étudions.

27Les centres communautaires qui font partie du Réseau El Encuentro ne font pas payer les services qu’ils procurent aux familles et c’est grâce à des financements publics qu’ils peuvent fonctionner quotidiennement. Leur durabilité dépend de ces ressources publiques dont ils sont dépendants. Un des principaux résultats de cette recherche est que la dépendance financière ne constitue pas un facteur rédhibitoire pour l’autonomie idéologique et politique de ces organisations. Celles-ci ont pu continuer à réaliser des projets autonomes vis-à-vis de l’Etat, de différentes manières, en créant des espaces de travail basés sur l’associativité et le travail communautaire. Néanmoins, le manque de financements publics limite la croissance de ces organisations et la consolidation de leur projet politique et pédagogique. Tout comme dans d’autres expériences d’ES, ces organisations demandent des financements intégraux et de la reconnaissance. Pourtant, à la différence des expériences commerciales, ces organisations remplissent des fonctions que l’Etat ne garantit pas. Elles fournissent des services qui sont socialement nécessaires et qui sont très demandés par les populations locales. Dans leurs tâches quotidiennes, ces centres garantissent l’accès aux droits (nourriture, éducation, loisirs, etc.) que l’Etat ne garantit pas ou seulement partiellement. Les rapports avec l’Etat font l’objet de tensions et de négociations permanentes.

28Pour conclure, on peut dire que le care fourni aux enfants et aux jeunes constitue un travail qui est socialement nécessaire. Le care comprend des besoins qui ne sont pas entièrement assurés par l'Etat, les familles ou le marché. Ceci est encore plus important dans les zones périphériques du Conurbano Bonaerense. Les politiques publiques sociales et les législations sur l’ES n’intègrent pas le care ni l’égalité de genre dans leurs cadres institutionnels. Le biais productif de l’ES invisibilise le travail de care réalisé par des associations ainsi que la contribution des femmes à la reproduction de la vie dans les meilleures conditions possibles. Cela limite le potentiel de l’ES à constituer un champ contre-hégémonique. Enfin, les expériences d’ES de centres communautaires d’accueil des enfants contribuent de manière importante à alléger le fardeau des tâches de care d’autres femmes dans les communautés.

29Nous avons également constaté des processus d'empowerment et des changements dans les vies et les subjectivités des femmes travailleuses communautaires à quatre niveaux : personnel, familial, communautaire et politique –ainsi que, dans une moindre mesure, économique. La collectivisation du care et l’organisation de travailleuses communautaires en réseaux leur a permis de politiser le travail qu’elles réalisent. Cela a permis d’infléchir le biais maternaliste de ce type de tâches et de générer des propositions législatives visant à pousser l’Etat à reconnaître le travail de care. En ce sens, le care commence à ne plus être considéré comme quelque chose que les femmes font par nature et qu’elles doivent réaliser gratuitement. Nous avons ainsi constaté une intégration progressive d’hommes au sein de ces organisations, bien qu’ils représentent toujours moins de 20%.

30Nous souhaitons préciser que cette étude de cas n’est pas complètement représentative des organisations communautaires de care. Elle montre néanmoins que ce type d’organisations a la capacité de transformer les vies des femmes. Cette transformation, alors même qu'elles réalisent des activités marquées par des stéréotypes de genre, conduit à un saut qualitatif en termes d’autonomie personnelle et collective.

31Un premier niveau d’analyse nous permet d’affirmer que le fait de s’organiser de manière associative et solidaire a conduit ces femmes qui partagent une même classe sociale et un même territoire à développer des manières concrètes de reproduire la vie qui ne soient pas dominées par le capitalisme et les normes patriarcales. A un deuxième niveau d’analyse, nous considérons qu’il est nécessaire de repenser les rapports – de coexistence, de conflit, d'interdépendance – avec la reproduction sociale considérée comme un tout, dans le contexte du capitalisme, du patriarcat et des inégalités. Etudier la reproduction sociale comme un tout nous permet d'identifier des formes de vie émergentes, comme les organisations étudiées dans cette recherche, et leur potentiel de construction de nouveaux rapports de reproduction sociale non capitalistes. Néanmoins, en raison de l’hégémonie globale du capitalisme, la question de savoir dans quelle mesure les initiatives de l’ES constituent des formes subsidiaires à la reproduction du capital ou une alternative systémique reste ouverte.

Notes

1 NdlT: Cuidados en espagnol, care en anglais, ou soins en français. Nous gardons le terme anglais de care. Voir la discussion sur care et reproduction sociale au chapitre théorique.

2 Le Conurbano Bonaerense est un territoire qui comprend vingt-quatre districts et dans lequel vit presque un tiers de la population argentine. Il est caractérisé par un très fort taux d’inégalité. Sur les 12 millions d’habitants, 34,1% ont un revenu inférieur au panier alimentaire de base. De plus, 49,6% des personnes de moins de dix-huit ans sont sous le seuil de pauvreté, et 11,3% sous le seuil d’indigence (Beccaria 2017).

3 Les auteures utilisent le concept de « dé-cloisonnement », ou le moment de communautarisation et d’appropriation collective de services, de biens, de savoirs et de sentiment dans des moments exceptionnels de crise sociale comme celui vécu en Argentine en 2001. Dans cette recherche, nous tentons d’expliquer ce qu’il se produit après ces épisodes (1989 et 2001).

4 Littéralement : La Rencontre (Ndlt)

5 L'Asignación Universal por Hijo (attribution universelle par enfant) est un programme social en Argentine, versé par enfant de moins de 18 ans (pas de limite d'âge pour les enfants handicapés) aux familles qui ne bénéficient pas de services sociaux et qui sont en situation de vulnérabilité. Pour bénéficier du programme, les familles doivent montrer qu’elles effectuent les contrôles de santé et que leurs enfants fréquentent régulièrement l’école.

6 Dans cette recherche, nous n'avons pas pris en considération les politiques publiques de l’ES destinées aux secteurs ruraux.

7 Les Rencontres nationales et régionales des femmes sont des réunions annuelles où participent des milliers de femmes de différentes organisations, universités, syndicats, coopératives, etc. Elles sont autonomes, démocratiques, massives et plurielles. Des Rencontres nationales de femmes se tiennent en Argentine depuis 1986.

Auteurs

Marisa Fournier est socio-économiste et chercheure à l'Instituto del Conurbano (ICO) de l'Universidad Nacional General Sarmiento (UNGS), en Argentine. Ses recherches portent sur l'économie solidaire et les questions féministes. Elle dirige le programme sur genre, politiques et participation de l’UNGS et coordonne le Conseil régional de planification de l’éducation supérieure (CPRES) métropolitain du Réseau universitaire sur le genre (RUGE).

Erika Loritz est sociologue et travaille comme assistante de recherche à l'Instituto del Conurbano (ICO) de l'Universidad Nacional General Sarmiento, en Argentine. Ses recherches portent sur l'économie solidaire et l'éducation, le féminisme et les organisations communautaires, en Bolivie et en Argentine.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search