Version classiqueVersion mobile

Indonésie : l'envol mouvementé du Garuda

 | 
Jean-Luc Maurer

Chapitre 5. Démocratisation dans la douleur : les débuts de l’ère de la Reformasi (1998-2004)

5.1. 1998–99 : réformes dans l’urgence et risques d’implosion sous B.J. Habibie

Texte intégral

1Quand Habibie se retrouve investit du pouvoir le 21 mai 1998, la situation de l’Indonésie est explosive et la tâche qui l’attend semble insurmontable. L’économie est en profonde récession. Une crise sociale dévastatrice ravage le pays : la pauvreté a fait un grand bond en arrière de vingt ans en doublant en quelques mois. L’agitation politique est à son comble au sein d’une population qui exige des réformes de fond, notamment l’abolition du rôle privilégié de l’armée et une décentralisation du pouvoir, ainsi que le jugement de Suharto et de ses proches. De plus, profitant du chaos qui règne à Jakarta, les conflits régionaux à Aceh, Timor Est et en Irian Jaya se rallument et les tendances centrifuges se réveillent dans d’autres régions, mettant le feu aux quatre coins du grand archipel.

Un réformateur improbable pour relancer l’économie et rétablir la paix civile

  • 1 Voir Graphique 1 en annexe.
  • 2 Sur le moment, certaines analyses trop rapides et très alarmistes, dont celle du BIT de Genève, ont (...)

2Sur le plan économique, le nouveau président ne peut pas faire grand-chose dans un premier temps. En effet, pour enrayer la dégringolade, il envisage quelques mesures qui demandent que l’accord de renflouement avec le FMI soit finalisé et qui ne peuvent pas avoir un effet immédiat. L’année 1998 est donc celle où l’Indonésie touche le fond en matière économique. Elle se solde en effet par une récession de plus de 13%1, une rupiah au plus bas, un taux d’inflation de 65%, un chômage énorme et une pauvreté qui a plus que doublé, passant de 11,3% en 1996 à près de 25% en 1999, et affecte donc alors quelque 50 millions de personnes2. De nombreuses entreprises grandes et petites continuent d’ailleurs à faire faillite et à licencier leur personnel. La débâcle la plus retentissante est celle du Groupe Astra, un des plus importants conglomérats sino-indonésiens et le plus grand constructeur d’automobiles et de motocyclettes du pays. En fait, la majorité des entreprises manufacturières sinistrées et les plus touchées par cette récession sans précédent sont concentrées sur l’île de Java et surtout dans ses trois principales grandes villes, Jakarta, Surabaya et Bandung. Comme toujours en cas de crise semblable, les campagnes javanaises, surpeuplées mais fertiles, ont absorbé comme elles le pouvaient la multitude des gens ayant perdu leur emploi et se sont repliées sur l’autosuffisance pour survivre. Mais la situation économique est d’autant plus difficile que El Niño a choisi cette « annus horribilis » pour déchaîner ses effets sur l’archipel, ce qui affecte principalement la récolte de riz, dont les prix flambent sur le marché. Cela constitue une véritable bombe à retardement pour le gouvernement au sein d’une population dont les couches les plus pauvres se rabattent sur la consommation de maïs ou de manioc pour remplacer le riz et éviter la disette. Les îles les plus sèches et défavorisées d’Indonésie orientale comme Sumbawa, Flores ou Timor sont tout particulièrement touchées. En revanche, la crise a du bon pour certaines des provinces exportatrices de matières premières agricoles et minérales de Sumatra, Kalimantan et Sulawesi. Là les grandes entreprises et plantations publiques ou privées, mais aussi de très nombreux petits producteurs d’huile de palme, de caoutchouc, de café ou de poivre, profitent de manière inespérée de la hausse des cours et de la dépréciation de la monnaie nationale pour écouler leurs produits sur le marché international. Enfin, piètre consolation vu l’ampleur du désastre économique et social, les inégalités de revenus ont quant à elles sensiblement diminué à cette époque du fait que la CFA a fortement grevé les fortunes de certaines des plus riches familles du pays et appauvri la classe moyenne.

  • 3 Voir Graphque 2 en annexe.

3Pressé par l’urgence de la situation, le nouveau gouvernement mixte, dans lequel Habibie a gardé plusieurs des principaux ministres du dernier cabinet de Suharto mais a aussi intégré certains de ses fidèles proches de l’ICMI, arrive enfin à négocier un accord crédible avec le FMI et la Banque mondiale. Cet accord lui permet d’une part de lancer la restructuration du secteur bancaire, à travers la création de l’IBRA (Indonesian Bank Restructuring Agency), et d’autre part de mettre en place un certain nombre de « filets sociaux » (jaringan sosial) dans les domaines de lalimentation, de la santé et de l’éducation. Début 1999, la situation commence à s’améliorer, la récession et l’inflation sont en voie d’être jugulées et l’année se solde par une croissance plus que timide mais au moins positive de 0.8%3.

Photo 34 : B.J Habibie (1936-2019), président de 1998 à 1999

Photo 34 : B.J Habibie (1936-2019), président de 1998 à 1999

Source : Wikipedia (photo officielle)

  • 4 Pour donner une meilleure idée de la réputation deHabibie dans l’opinion publique, on ne peut, à ce (...)

4Mais c’est sur le plan politique que B.J. Habibie a un impact décisif, faisant preuve d’audace et imposant des décisions qui vont lancer l ‘Indonésie sur la voie de la démocratisation. Ainsi, le nouveau président surprend tous les observateurs par la détermination avec laquelle il entreprend les premières réformes4. Ces décisions font démentir sa réputation d’homme fantasque et peu fiable. Sans conteste très intelligent mais aussi clairvoyant, il avait compris que c’était là sa seule chance de survie politique à court terme et l’unique possibilité de pouvoir acquérir la légitimité minimale dont il était totalement dépourvu en tant que suppôt de Suharto. Conscient que le temps est compté, il annonce donc, dès juin 1998, la tenue d’élections législatives et présidentielles anticipées pour l’année suivante. Dans cette perspective, il rétablit surtout une totale liberté d’association et d’expression, fait symbolique et majeur par excellence. Débarrassée de la chape de plomb qui avait pesé sur elle, la vie politique du pays entre alors en effervescence. On assiste à la création de plus de 150 partis de toutes dénominations et obédiences, certains défendant des intérêts très catégoriels, voire totalement fantaisistes. C’est une véritable prolifération semblable à celle des champignons après un orage. De nouveaux syndicats sont créés. La liberté de presse rétablie donne aussi le jour à une floraison de quotidiens et hebdomadaires d’opinions diverses, et aussi bientôt de chaînes de radio et de télévisions libres. Pour faire bonne mesure, Habibie libère aussi sur le champ la majorité des prisonniers politiques encore détenus, notamment ceux du FRETILIN, y compris son chef Xanana Gusmão, qui est juste assigné à résidence à Jakarta. Par ailleurs le nouveau président annonce d’emblée sa volonté de trouver une solution négociée au conflit du Timor Est. À cet effet, il reçoit également, à peine un mois après son arrivée au pouvoir, Mrg. Belo, l’archevêque de Dili, qui loue ensuite son humanité et son ouverture d’esprit. Ces libérations et cette visite contribuent à rassurer la communauté internationale sur ses intentions et redore un peu son blason auprès d’elle.

5Toutefois, les choses sont plus compliquées au plan interne car Habibie n’arrive pas à gagner la confiance des étudiants et de tous les gens souhaitant un « changement de cap à 100% ». Ces derniers exigent d’abord que Suharto et ses affidés soient poursuivis et jugés, ensuite que la funeste règle de la dwifungsi, consacrant le contrôle de l’armée sur la vie politique, soit abolie et, enfin, que les militaires rentrent définitivement dans leurs baraques. Il est évidemment impossible de pouvoir satisfaire immédiatement des revendications aussi radicales. Pour asseoir son pouvoir fragile, Habibie a en effet scellé une alliance étroite avec Wiranto, le chef des forces armées. Ce haut gradé l’a aidé, dans la perspective de prochaines élections assurément difficiles, à faire nommer en juillet 1998 l’un de ses fidèles, Akbar Tanjung, à la tête du GOLKAR. De plus il a aussi promis de protéger Suharto et sa famille. La pression sur le nouveau président ne se relâche donc pas et l’agitation sociale s’amplifie. Elle donne lieu à de nombreuses manifestations quotidiennes organisées un peu partout dans le pays et à des revendications diverses véhiculées par les nouveaux media.

6Pour ne rien arranger, les scènes de violence se multiplient aux quatre coins de l’archipel. Parmi elles, plusieurs sont vraisemblablement attisées par certains des adversaires politiques de Habibie, notamment par l’armée, qui ne lui pardonne pas ce qu’ils considèrent comme une trahison de l’héritage de l’Ordre nouveau. Ces gens-là sont sans nul doute prêts à jouer la carte du chaos pour se donner une chance de reprendre le pouvoir par la force. C’est ainsi qu’en juin 1998, de mystérieux assassinats déciment les rangs des notables islamiques traditionnels du NU à Java Est, peut être liés à la rivalité croissante et acerbe qui oppose ce dernier et son leader Gus Dur à leurs coreligionnaires modernistes de la Muhammadiyah et à son chef Amien Rais. Entre juin et septembre 1998, les troubles se multiplient à Java, où des églises sont aussi attaquées et parfois brûlées dans des villes comme Jepara et Malang, alors que des émeutes s’en prennent aux magasins chinois à Jember ou Cilacap. Phénomène hélas bien connu en période de crise sociale profonde, une véritable phobie de la magie noire se développe même en parallèle à Java Ouest, où des dizaines de personnes, pour beaucoup de pauvres vagabonds ou des handicapés mentaux qualifiés de ninjas, sont lynchées par la foule à Ciamis et ailleurs. Dès la seconde moitié de 1998, la chasse ouverte un an plus tôt à Kalimantan Ouest par les Dayak(s) contre les immigrés, venus principalement de Madura, repart de plus belle à Sambas et va bientôt gagner la province voisine de Kalimantan Central. Elle y prend pendant deux ans, autour de Sampit, la forme d’une sorte d’amok collectif, faisant des centaines de victimes, massacrées de manière atroce, et entraînant la fuite de dizaines de milliers de personne dans des camps de réfugiés, dont elles seront rapatriées bien plus tard vers leur île natale. Puis, dès début 1999, les premières rixes entre musulmans et chrétiens éclatent à leur tour à Ambon, capitale de la province des Maluku. Elle vont s’y étendre et aussi dégénérer en une véritable guerre civile qui fera des victimes par milliers les trois années suivantes.

Photo 35 : Combattant de l’OPM en Irian Jaya

Photo 35 : Combattant de l’OPM en Irian Jaya

Source : Wikipedia, Socialist Aotearoa (Giorgio Neus).

7Tout aussi préoccupante est la dégradation progressive de la situation dans des provinces qui affichent des velléités séparatistes comme Aceh ou l’Irian Jaya. En Aceh, où les exactions atroces commises envers la population civile du temps de Suharto par l’armée, en lutte contre la guérilla indépendantiste du GAM, sont révélées au grand jour à travers la découverte de plusieurs charniers, la violence se rallume et fait des centaines de victimes supplémentaires entre mai et juillet 1998. À l’autre extrémité de l’archipel, en Irian Jaya, dont le passé n’est pas moins tragique, le vieux mouvement séparatiste de lOPM, bien que très isolé et bien mal équipé, reprend de la vigueur et pense pouvoir tirer avantage de la situation troublée qui règne à Jakarta en hissant, en juillet 1998, le drapeau indépendantiste à Biak. L’armée y tire sur la foule et fait plusieurs morts. Mais ces deux provinces font de longue date partie intégrante de la République d’Indonésie, Aceh, depuis la déclaration d’indépendance en 1945, et l’Irian Jaya, suite au triste simulacre de referendum organisé en 1969, et sont considérées comme inséparables du pays par la vaste majorité de la population. Leur sécession pourrait donner des idées à d’autres régions et ouvrir la porte à une véritable implosion de l’archipel. Il n’est pour l’instant pas question de transiger et la répression s’y perpétue.

8Il n’en va pas de même aux yeux de Habibie pour Timor Est, pièce rapportée n’ayant jamais fait partie de l’empire des Indes néerlandaises et intégrée par la force en 1974. Pragmatique et conscient du fait qu’il ne peut pas lutter sur tous les fronts en même temps, il décide donc de lâcher du lest de ce côté-là et déclare, à la stupeur générale, fin janvier 1999, qu’il est prêt à octroyer l’indépendance à la province rebelle, si tel est le souhait de sa population. Sûrement est-il préférable dans son esprit de prendre le risque d’amputer un membre gangrené que de laisser la maladie se propager à l’ensemble du corps. Annonce est donc faite qu’une consultation d’autodétermination, offrant le choix entre une intégration à l’Indonésie, assortie d’une autonomie élargie, ou l’indépendance, sera organisée pour permettre aux Timorais de trancher. Mais il garde certainement bon espoir qu’ils voteront en faveur de la première alternative. Les négociations sur l’organisation de cette consultation s’engagent alors à New York, sous l’égide des Nations unies, entre l’Indonésie et le Portugal, toujours considéré comme puissance tutélaire. Elles débouchent le 5 mai 1999 sur un accord en bonne et due forme précisant que les Timorais se prononceront sur leur avenir avant la fin août de la même année et que la consultation sera organisée sous l’égide de l’UNAMET (United Nations Mission in East Timor), dont le déploiement commencera à partir de la mi-juin.

9Dans l’entretemps, Habibie a aussi fait avancer les choses de manière assez rapide sur le plan des réformes politiques internes. La pression et la contestation permanentes dont il fait l’objet n’y sont bien sûr pas étrangers, mais il faut mettre à son crédit le fait d’y répondre de manière substantielle. De fait, malgré son passé discutable, il faut bien reconnaître que c’est lui qui va léguer au pays deux des trains de réformes les plus fondamentaux sur lesquels va se fonder par la suite la construction de la démocratie indonésienne. Le premier porte sur la composition du parlement, la loi électorale et les règles de formation des partis politiques ; le second sur la décentralisation, la gouvernance régionale et son financement par la répartition fiscale.

10C’est dans un climat quasi insurrectionnel marqué par des émeutes, qui vont encore faire plusieurs victimes, que se réunit, en novembre 1998, une session spéciale de l’Assemblée de délibération du peuple (MPR). Son objectif majeur est d’adopter les décrets concernant le premier train de mesures évoqué, sur la base de propositions élaborées par une commission spécifique de sept sages nommés par le président. Le résultat qui en ressort en janvier 1999 n’est de loin pas négligeable et constitue un premier grand pas dans la bonne direction. Cette réforme réinstaure notamment le multipartisme et constitue un progrès significatif dans la réduction du poids du gouvernement et de l’armée dans la vie parlementaire, ainsi qu’un véritable début de séparation plus claire entre l’exécutif et le législatif. Concernant le multipartisme, le système des grandes coalitions de l’époque Suharto est évidemment aboli et une très large liberté est laissée à la création de nouveaux partis politiques. Toutefois, ils doivent, pour pouvoir être enregistrés et participer aux élections générales programmées, faire la preuve qu’ils ont une assise nationale réelle en disposant d’une branche dans au moins un tiers des 27 provinces que compte alors le pays et des bureaux dans plus de la moitié des districts ruraux et des municipalités urbaines. Cette règle a pour objectif d’éviter la prolifération de toutes petites formations défendant des intérêts particuliers ou catégoriels régionaux, voire locaux, qui alimenteraient les tendances centrifuges déjà fortes à l’œuvre dans l’archipel. Elle vise à éliminer les partis n’ayant pas une envergure nationale et s’applique d’ailleurs aussi aux élections régionales et locales.

  • 5 Pour donner une idée précise de la logique du système, la distribution des sièges réservés aux 65 r (...)
  • 6 Pour ce chapitre sur les six années d’une transition démocratique complexe et mouvementée allant de (...)

11Pour ce qui est de la composition du parlement, il est décidé que le Conseil représentatif du peuple (DPR) conservera le même nombre de 500 représentants qu’avant. Toutefois, après d’âpres discussions, il est aussi décidé que le nombre de sièges réservés à l’armée sera réduit progressivement et, à ce stade, seulement de moitié, de 75 à 38, au grand dam des plus radicaux qui souhaitaient l’élimination complète et immédiate de ce système antidémocratique. Les 462 autres sièges seront pourvus par élection directe, non plus au niveau provincial, mais à celui, plus proche du peuple, des districts électoraux nouvellement formés - dont 75 sur une base proportionnelle à partir des listes de partis. Par ailleurs, le MPR est réduit de 1 000 à 700 membres, les 500 du DPR et seulement 200 de plus - contre 500 à l’époque de l’Ordre nouveau, alors choisis en grande partie par Suharto -, 135 étant désignés directement par les parlements provinciaux et 65 proposés par les groupes fonctionnels de la société5. À côté de cela, il est également décidé de limiter désormais à deux le nombre de mandats présidentiels possibles et de créer une commission indépendante dite KPU (Komisi Pemilihan Umum ou Commission des élections générales) pour superviser le bon déroulement des différents scrutins6.

  • 7 Pour plus de détails sur la décentralisation, outre plusieurs des ouvrages cités dans la note précé (...)

12Quelques semaines après l’adoption de ces nouvelles règles de fonctionnement du jeu politique national, le DPR adopte les deux lois sur la décentralisation qui transforment profondément la vie démocratique du pays et les relations centre-périphérie : la loi No 22/1999 sur l’autonomie régionale et la loi No 25/1999 sur l’équilibre financier entre les gouvernements central et locaux7. Formé en Allemagne, où il avait vécu longtemps et dont il connaissait bien le système fédéral, Habibie tenait beaucoup à cette réforme. Cependant, il savait que le thème du fédéralisme était pratiquement tabou en Indonésie depuis les tentatives des Hollandais, lors des négociations de 1949 sur l’indépendance, de l’imposer pour diviser et mieux continuer à régner. En outre, une décentralisation au niveau des provinces risquait d’attiser un séparatisme régional toujours latent. C’est pourquoi le président, malgré sa faible légitimité, avalisa un projet beaucoup plus poussé et audacieux, descendant jusqu’à l’échelon administratif inférieur, qui donnait un poids déterminant aux municipalités (kotamadya) et aux districts ruraux (kabupaten).

Les lois de décentralisation et les premières élections libres depuis 1955

13C’est dans ce contexte à la fois tendu et troublé, mais malgré tout prometteur, qu’ont lieu les élections générales anticipées de juin 1999, les premières à être entièrement libres depuis celles de 1955. Des plus de 140 partis politiques qui ont sollicité leur reconnaissance, seuls 48 sont finalement autorisés à y participer, sur la base des règles de validation adoptées. Pas moins d’une vingtaine sont en effet considérés comme ayant été créés dans le seul but de défendre les intérêts du clan Suharto et de semer le doute et la confusion au sein de l’électorat ! Seuls cinq d’entre eux disposent en fait d’un véritable ancrage national et des moyens financiers de leurs ambitions. Trois ne sont finalement que le nouvel avatar des coalitions qui avaient rythmé la vie électorale de l’Ordre nouveau. En tête des sondages et issu du PDI, on trouvait le PDI-P (Partai Demokrasi Indonesia-Perjuangan ou Parti démocratique indonésien de lutte) présidé par Megawati Sukarnoputri, fille de Sukarno et figure emblématique de l’opposition à Suharto depuis les élections de 1992. Son parti, hériter direct du vieux PNI de son père, s’était toutefois adjoint le qualificatif de perjuangan pour se différencier d’un autre PDI, représentant l’aile moins réformiste du mouvement, issu des divisions attisées en 1996 dans ses rangs par les intrigues de l’Ordre nouveau. Face à lui, on retrouvait les deux autres formations ayant participé à la vie politique du pays du temps de Suharto, le GOLKAR et le PPP. Le GOLKAR est sorti certes très affaibli par la chute d’un régime dont il était la création et avait été l’instrument pendant trente ans. Mais ce parti demeurait toutefois encore très puissant, avec un ancrage de terrain solide et des moyens financiers importants. Il tentait de regagner une légitimité sous la houlette de son nouveau président, Akbar Tandjung, un ressortissant de Sumatra habile et expérimenté. Quant au PPP, il a été fortement prétérité par la création de nombreux autres partis d’obédience islamique, mais restait néanmoins une formation bien organisée avec une assise toujours forte, notamment en dehors de Java. Il essayait de survivre aux bouleversements de la Reformasi en comptant sur l’expérience et la duplicité dont va faire preuve son président, Hamzah Haz, originaire de Kalimantan.

14Les deux derniers partis, le PKB (Partai Kebangkitan Bangsa ou Parti national du réveil) et le PAN (Partai Amanat Nasional ou Parti du mandat national), également d’obédience islamique, avaient quant à eux été nouvellement formés. Même s’ils n’étaient aussi qu’une réincarnation de formations existantes avant la réorganisation de la vie politique imposée par l’Ordre nouveau, ils étaient bien en même temps issus de cette période de Reformasi. Par ailleurs, leurs leaders respectifs avaient largement contribué à l’avènement de cette époque d’ouverture. Le PKB s’appuyait sur la puissance de l’ancienne formation politique du Nahdlatul Ulama (NU). En effet, ce nouveau parti islamique dirigé par Abdurahman Wahid (Gus Dur), partisan libéral du pluralisme, de la tolérance et d’une démocratie non-religieuse, était l’héritier direct du NU qui avait participé sous son nom propre aux élections de 1955. Le PAN était dirigé par Amien Rais, un universitaire musulman moderniste favorable à une démocratie capitaliste séculariste. Il était soutenu par la non moins puissante Muhammadiyah qu’il dirigeait et ressemblait beaucoup au MASJUMI qui avait alors représenté cette tendance moderniste de l’islam. Tout cela donnait un peu l’impression d’un retour à la case départ. En effet, après 44 ans de bouleversements où les partis représentant les grandes tendances politiques traditionnelles indonésiennes avaient été malmenés, amalgamés, suspendus ou même définitivement interdits, comme le PKI, ce sont les mêmes, à l’exception de ce dernier, qui se retrouvaient face aux électeurs en 1999.

  • 8 Voir le Tableau 9 en annexe comparant les résultats des deux élections législatives de 1999 et 2004 (...)

15En dépit des violences qui avaient ensanglanté plusieurs régions du grand archipel depuis la chute de Suharto et des troubles qui continuaient à s’y manifester et même y prendre de l’ampleur, la campagne électorale bénéficia magiquement d’un calme relatif. Le moment était évidemment grave et l’enjeu crucial. Le 7 juin, 1999, plus de 93% des Indonésiens se rendirent tranquillement aux urnes, donnant ainsi une indication claire sur leur niveau de conscience démocratique et leur aspiration au changement. Le dépouillement prit beaucoup de temps à cause de l’immensité du pays, des contraintes de la géographie insulaire et des mécanismes de contrôle complexes mis en place par la Commission des élections générales (KPU) pour assurer la surveillance du scrutin. Les observateurs nationaux et internationaux s’accordèrent toutefois sur la validité de ces élections et sur leur caractère démocratique, malgré quelques cas d’irrégularités relevés ici ou là. Les résultats définitifs furent proclamés le 26 juillet. Comme on pouvait s’y attendre, les cinq principaux partis recueillaient à eux seuls près de 87% des voix, dont par ordre décroissant : 33,7% pour le PDI-P ; 22,4% pour le GOLKAR ; 12,6% pour le PKB ; 10,7% pour le PPP ; et 7,1% pour le PAN. Parmi les 43 autres formations en lice, seules 16 obtenaient des voix et se partageaient les miettes des quelques 13,4% restants8.

16Avec presque 25 millions de voix en faveur de son parti, le verdict des urnes semblait accorder à Megawati une victoire éclatante relativement attendue. La surprise venait plutôt de la très belle résistance du GOLKAR qui obtenait plus de 13 millions de suffrages. En raison du système de représentation proportionnelle partielle adopté pour favoriser les régions moins peuplées, la distribution des sièges était beaucoup plus serrée que ne l’indiquait les résultats en valeur absolue : le PDI-P, principalement ancré à Java, et Bali, en obtenait 153, contre 120 pour le GOLKAR, qui résistait surtout dans les autres grandes îles comme Sumatra ou Sulawesi, 58 pour le PPP, 51 pour le PKB, grâce à son fief surpeuplé de Java Est, et 34 pour le PAN. Les seize autres formations ayant obtenu des voix se partageaient les 46 sièges restant. Aucun parti n’ayant obtenu la majorité, la formation d’un gouvernement de coalition était inévitable, correspondant bien d’ailleurs en cela à la préférence marquée pour la recherche du consensus sinon de l’unanimité dans la culture politique indonésienne. Dans ces conditions, les 38 sièges du DPR encore attribués à l’armée allaient naturellement faire l’objet de toutes les convoitises de la part des deux partis dominants. En outre, et peut-être encore plus important, l’élection du chef de l’État étant encore du ressort des 700 membres du MPR, dont près d’un tiers seraient toujours désignés et non élus, les chances de Megawati d’accéder à la présidence étaient d’autant plus incertaines. À l’évidence, une période riche en manœuvres et tractations de toutes sortes allait s’ouvrir jusqu’à la réunion du MPR prévue en octobre.

17Deux leçons majeures peuvent être tirées de ces élections législatives d’un point de vue socio-politique. La première est que les grands courants politiques traditionnels indonésiens (aliran) réapparaissaient de manière presque identique plus de quarante ans après que Sukarno ait imposé en 1958 au pays sa Démocratie dirigée et au terme de plus de trente années de domination sans partage du parti gouvernemental créé par l’Ordre nouveau de Suharto pour les mettre sous l’étouffoir. Nés à l’aube du siècle, au moment de l’émergence du mouvement nationaliste, ces grandes organisations politiques s’étaient affirmés dans la lutte anticoloniale et retrouvaient en 1999 la place qui avait été la leur en 1955. Sur les trente et quelques partis qui avaient alors pris part au scrutin, rappelons que quatre s’étaient en effet partagés l’essentiel des voix : le PNI du président Sukarno avec 22,3%, le MASJUMI représentant la tendance moderniste de l’islam avec 20,5%, le NU porteur des couleurs des musulmans plus traditionnalistes avec 18,4% et enfin le PKI des communistes avec 16,4%. Bien que ce dernier, interdit depuis 1966, ne fût plus du tout dans la course, les deux scrutins de 1955 et 1999 ne présentaient pas moins de fortes similitudes. Le PDI-P de Mega n’avait perdu que 5% par rapport aux 38,7% du suffrage nationaliste et populaire s’étant porté sur le PNI de son père et sur son allié le PKI, tandis que les différentes tendances de l’islam regroupaient 30,4% des voix, soit 8,5% de moins que les 38,9% enregistrés alors. Le GOLKAR, créé dans l’intervalle, avait apparemment forgé son score en empiétant de part et d’autre du clivage politique traditionnel entre nationalisme séculariste et islam nationaliste.

18La seconde leçon est que les loyautés politiques régionales n’avaient guère changé non plus. Pour sa part, le PDI-P l’emportait dans 11 des 27 provinces du pays et recueillait, comme le PNI jadis, la majorité de ses voix à Java et Bali, les îles centrales les plus peuplées. Il frôlait même les 40% à Jakarta, les dépassait à Java Central, et obtenait presque 80% des suffrages à Bali, l’île natale de la grand-mère paternelle de Mega. Le GOLKAR, quant à lui, s’imposait dans 14 provinces, toutes situées en dehors de Java, y compris à Timor Est et en Irian Jaya, chose plus que surprenante au vu des velléités séparatistes locales. Cela traduisait probablement la totale mainmise de l’armée sur ces deux provinces et la crainte des populations autochtones à son égard, mais aussi peut être la moindre méfiance de ces dernières envers le réformisme proclamé de B.J. Habibie, par rapport au nationalisme intransigeant de Megawati. Toutefois, c’est à Sulawesi, l’île dont Habibie était originaire, que le GOLKAR faisait son meilleur score. En ce qui concerne les trois partis d’obédience islamique, le PKB arrivait en tête avec plus de 35% des voix dans une seule province, Java Est, fief des musulmans traditionnalistes du NU, pendant que le PPP l’emportait avec presque 29% des suffrages à Aceh, championne nationale d’un islam conservateur plus rigoriste, le PAN ne gagnant nulle part mais faisant son meilleur score avec 22% à Sumatra Ouest, vieille terre de tradition islamique moderniste.

19Ces élections législatives ont été organisées dans l’urgence pour éteindre le feu se propageant à grande vitesse dans le pays. Elles constituaient donc non seulement un pas décisif vers la démocratie mais se soldaient aussi, malgré la victoire du PDI-P de Megawati, par un assez beau succès personnel pour Habibie et le GOLKAR, qui soutiendrait sa probable candidature à la présidence. Néanmoins, beaucoup de chemin restait à parcourir en matière de démocratisation de la vie politique nationale, car le mode de désignation du chef de l’État restait en effet toujours dans les mains du MPR. Cela rendait pratiquement impossible une élection de Megawati. Son propre parti ne contrôlait en effet que 154 des 700 sièges du MPR et, même si tous les députés aux couleurs de ses alliés réformateurs a priori naturels du PKB et du PAN devaient soutenir sa candidature - ce qui était loin d’être acquis -, elle arriverait péniblement au chiffre de 240. Pour atteindre la majorité requise de 351 voix, il lui fallait donc s’assurer encore du soutien d’au moins 111 membres nommés, auprès des représentants de l’armée, des régions ou des groupes fonctionnels. La tâche s’annonçait plus que difficile.

Le référendum d’autodétermination de Timor Est et ses conséquences

20L’épreuve des élections une fois franchie, il restait à Habibie à gérer la délicate question de Timor Est et à organiser le référendum d’autodétermination avant la fin du mois d’août, suivant sa promesse. Les choses n’allaient hélas pas se passer aussi bien. Si elle lui avait valu une certaine reconnaissance de la part de la communauté internationale, sa proposition avait soulevé d’emblée une opposition quasi générale sur le plan national. D’abord c’était le cas de l’armée, toute puissante dans cette province : elle n’avait nullement l’intention de perdre cette juteuse source de profits ni de courir le risque de voir mettre à jour toutes ses exactions et turpitudes passées. Au fil des années, Timor Est était en effet devenu pour elle une véritable chasse gardée, une poule aux œufs d’or et un terrain d’exercice privilégié où s’étaient aguerris nombre de ses officiers supérieurs. C’est notamment là que Prabowo Subianto, désormais exilé, y avait fait ses armes et acquis sa réputation d’extrême fermeté à la tête d’un commando de choc des redoutables KOPASSUS. En plus de vingt ans de confrontation, l’armée avait aussi subi des pertes importantes face à la guérilla indépendantiste, évaluées tout de même à plus de 5 000 hommes, et n’acceptait pas l’idée d’abandonner soudainement le champ de bataille à l’ennemi. La classe politique était elle aussi largement opposée à l’indépendance du Timor Est, à commencer par Megawati, digne héritière de son nationaliste de père. Même un humaniste partisan des valeurs démocratiques et libérales comme Gus Dur n’y était pas favorable. Seul parmi les principaux leaders politiques du pays, Amien Rais avait émis un avis positif sur le sujet. L’opinion publique indonésienne était aussi majoritairement hostile à cette initiative. Elle estimait que le gouvernement avait fait de grands efforts financiers pour faciliter le développement de cette province parmi les plus pauvres et qu’une sécession risquait de constituer un dangereux précédent et de déclencher une sorte de balkanisation dans un archipel agité par d’autres tendances centrifuges.

21Dès l’annonce surprise de Habibie, il semble donc que certains des partisans les plus acharnés du statu quo commencèrent à se mobiliser pour « préparer » à leur façon le référendum promis. C’est ainsi que plusieurs milices locales favorables à l’intégration furent créées, armées, encadrées et entraînées pour intimider, et parfois assassiner, les partisans de l’indépendance. Elles ont semé la terreur dans la province. Bien qu’elles aient comporté un certain nombre de voyous et de délinquants, recrutés pour l’ccasion dans d’autres îles et régions de l’archipel, ces milices étaient principalement composées de Timorais d’origine qui avaient appartenu aux groupes paramilitaires formées par les KOPASSUS pour lutter contre le FRETILIN. C’était le cas notamment du sinistre Eurico Gutteres, chef de la milice Aitarak de Dili, qui va s’illustrer de manière atroce. On estime en général que les milices ont compté jusqu’à 10 000 hommes, parmi lesquels ont sûrement été infiltrés des soldats indonésiens camouflés. Quoi qu’il en soit, la violence avait repris dès février 1999, faisant à nouveau de nombreuses victimes, et n’était retombée qu’à l’approche des élections législatives de juin. Les Timorais étaient d’ailleurs allés aux urnes dans le calme et avaient même voté en masse, affichant un taux de participation étonnamment élevé de 94% et donnant même, avec 48% des voix, une large victoire au GOLKAR, le parti de Habibie, celui qui avait eu le courage ou la folie de leur offrir un referendum d’autodétermination, contre 34% au PDI-P, qui y était opposé.

22C’est donc dans un climat chargé que le gouvernement s’attela à l’organisation de la consultation avec le soutien de l’UNAMET, déjà présente sur place. Cependant, malgré les efforts désespérés des Nations unies et l’implication personnelle de son secrétaire-général Kofi Annan, Jakarta ne fit pas beaucoup d’efforts pour honorer les engagements qui avaient été pris de veiller aux conditions de sécurité nécessaires au bon déroulement du scrutin, et se refusa surtout à désarmer les milices crées par son armée. Cette dernière en avait pourtant les moyens, puisqu’elle comptait près de 25 000 soldats sur place, dont 6 à 7 000 recrues locales, mais aussi un bon quart faisant partie des troupes d’élite. C’est au moment où les listes d’enregistrement des électeurs furent ouvertes, à la mi-juillet, que les violences redoublèrent, faisant plusieurs victimes. Bravant le danger, les Timorais s’inscrivirent malgré tout en masse pour voter, mais les Nations Unies furent contraintes de repousser le scrutin par deux fois. Il fut même envisagé de l’annuler, ce qui était probablement l’objectif des milices, en attendant que les conditions de sécurité soient assurées. Toutefois, depuis sa résidence surveillée à Jakarta, Xanana Gusmão, certain que l’issue du référendum serait favorable, insista pour qu’il ait lieu, en dépit des risques évidents de « dérapage ». La « fenêtre de tir » offerte à son peuple pour décider enfin de son avenir pouvait fort bien se refermer si Habibie était remplacé à la présidence par un adversaire de ce référendum comme Megawati ou même Gus Dur. Finalement, la consultation se déroula dans le calme le 30 août, marqué par une participation incroyablement courageuse, sereine et impressionnante de 98,6% de l’électorat, qui refusa l’offre d’autonomie élargie au sein de la république indonésienne, ne recueillant que 21,5%, et se prononça pour l’indépendance par une énorme majorité de 78,5% des suffrages exprimés.

Photo 36 : Mobilisation pour le referendum d’indépendance à Dili en août 1999

Photo 36 : Mobilisation pour le referendum d’indépendance à Dili en août 1999

Source : commons.wikimedia.org

23Le 3 septembre 1999, les résultats de la consultation furent annoncés officiellement par Kofi Annan en personne et dûment reconnus par le président Habibie. Celui-ci prit l’engagement solennel, au nom de l’Indonésie, de respecter l’issue du scrutin et, pour preuve de sa bonne foi, il libéra définitivement Xanana Gusmão le jour même. Le lendemain, les milices déclenchèrent la terreur sur tout le territoire. L’armée indonésienne, censée garantir l’ordre d’après les accords passés, les laissa faire, quand elle ne leur prêta pas main forte en tombant l’uniforme. Le petit Timor Est, qui avait osé défier l’immense Indonésie, allait vivre trois semaines de cauchemar et payer son courage et son indépendance au prix fort. Des dizaines de militants favorables à cette dernière furent assassinés, notamment dans les rangs du FRETILIN et au sein du clergé catholique, considéré comme un pilier majeur de la cause. Les populations civiles furent chassées des villes et villages où, dans une rageuse et hallucinante politique de terre brulée, tout fut saccagé, les églises, les maisons, les magasins, les bâtiments publics, y compris les écoles et les dispensaires construits par les Indonésiens eux-mêmes, et tout ce qui était nécessaire à la vie de la communauté fut pillé, démoli et incendié. Il ne fait guère de doute, aujourd’hui, que cette opération. - dont on apprendra bientôt qu’elle avait été baptisée « Sapu Jagat », qui signifie « coup de balai », - avait été préparée de longue date. En fait, il semble que certains responsables particulièrement remontés parmi les hautes sphères de l’armée aient décidé que si la population votait pour l’indépendance, tout serait démoli et que l’Indonésie rendrait la province dans l’état de dénuement où elle l’avait trouvée après le départ des Portugais. Au-delà de la vengeance et de la frustration envers les Timorais, c’était aussi sûrement un message adressé à ceux qui ailleurs dans l’archipel, de Aceh à l’Irian Jaya, seraient enclins à les imiter. Au bout du compte, cette politique de la terre brûlée fit au moins 1 300 morts et plus de la moitié des 800 000 Timorais durent fuir les violences. Beaucoup cherchèrent à se mettre à l’abri dans les montagnes et un quart d’entre eux au moins, contraints et forcés, franchirent la frontière, afin de trouver refuge dans la partie indonésienne de Timor ou embarquèrent pour d’autres îles proches comme Alor, Florès ou Sumba. Il allait falloir des années pour résorber ce problème de réfugiés et reconstruire ce petit pays.

24Comment expliquer que Habibie ait pu laisser se produire un semblable désastre qui le déshonorait aux yeux de la communauté internationale et risquait de mettre un terme définitif à ses espoirs présidentiels ? Selon l’hypothèse la plus vraisemblable, il n’était pas au courant de ce plan de dévastation et n’avait pas suffisamment d’autorité sur l’armée. De plus les troupes sur le terrain n’auraient pas voulu, ni même peut être pu, rétablir l’ordre quand le contrôle des milices qu’elles avaient fabriquées leur a échappé et qu’elles ont entrepris leur funeste besogne. Même si l’armée indonésienne s’est souvent montrée capable du pire dans son histoire, tout porte à croire que le général Wiranto, alors son chef suprême, a lui-même été dépassé par l’ampleur des événements. Quand Jakarta décida enfin le 7 septembre, face aux pressions des Nations unies, d’imposer la loi martiale, l’irrémédiable avait déjà été commis. Preuve supplémentaire que la hiérarchie militaire a été débordée : les milices continuèrent néanmoins à perpétuer leur œuvre de destruction de pillage et de mort. En fait, tout au long de cette terrible et consternante affaire, le gouvernement indonésien a surtout été obnubilé par la crainte de perdre la face en voyant la communauté internationale empiéter sur sa souveraineté. Cette obsession se manifestait déjà clairement dans les termes formels de l’accord signé en mai sous l’égide de l’ONU, qui stipulait, qu’en cas de victoire des partisans de l’indépendance en août, il faudrait attendre la réunion du MPR, prévue en octobre, pour annuler le décret d’annexion de Timor Est adopté en 1976 ! En l’occurrence, le respect de la forme a toujours primé sur celui des principes. Ajoutons que le pouvoir n’avait guère à se soucier d’une opinion publique très peu sensible au drame des Timorais. L’homme de la rue considérait en effet généralement ces derniers comme des ingrats, crachant dans la main qui les avait généreusement nourris depuis plus de vingt ans.

  • 9 Il m’est impossible de ne pas rendre hommage ici au grand serviteur de la communauté internationale (...)
  • 10 Il faut aussi souligner ici la remarquable personnalité de Xanana Gusmāo, leader politique et milit (...)

25Lorsque le Conseil de sécurité des Nations unies, plus soucieux de ne pas froisser la grande Indonésie que de se porter au secours de la petite province martyr, se décida enfin, le 15 septembre, après maintes tergiversations, à envoyer une force d’interposition internationale sous commandement australien, des manifestations haineuses éclatèrent à Jakarta. Cinq jours plus tard, les éléments avancés de lINTERFET (International Force on East Timor) débarquaient à Dili. Bientôt forte de 7 000 à 8 000 hommes et chargée de rétablir la sécurité et d’assurer le retour des réfugiés, elle y prit le relais de l’armée indonésienne, dont le dernier contingent quitta le Timor Est le 30 octobre 1999. Les casques bleus de l’ONU resteront sur place pour permettre à l’UNTAET (United Nations Transitory Administration on East Timor) de s’installer dans de bonnes conditions afin de préparer la pleine indépendance du pays9. Cette dernière sera finalement proclamée le 20 mai 2002 par Xanana Gusmão10, élu président au terme des élections organisées en avril 2001 et remportées haut la main par son parti le FRETILIN. Selon les estimations les plus fiables, près de 200 000 personnes avaient perdu la vie depuis 1975 dans le conflit de Timor Est, le quart de la population de ce nouveau petit pays indépendant qui deviendra immédiatement membre de l’ONU sous le nom de Timor Leste.

26Pendant que la violence se déchaînait à Timor et enflait dans plusieurs autres régions du pays, notamment à Aceh ou Ambon, les trois mois qui ont séparé l’annonce du résultat des élections au DPR fin juillet 1999 et l’ouverture à la mi-octobre de la session du MPR, programmée principalement pour procéder au choix d’un président, furent marqués par des tractations et manœuvres diverses dans les arcanes du pouvoir à Jakarta. Pour la fonction suprême, la partie se jouait a priori essentiellement entre Habibie et Megawati. En tant que président sortant, mais aussi en raison du score plus favorable que prévu obtenu aux législatives par le GOLKAR, qui demeurait une redoutable et puissante machine politique, Habibie conservait bien entendu toutes ses chances. Même s’il était honni par les leaders étudiants et par le petit peuple javanais, notamment parce qu’il refusait de poursuivre Suharto et sa clique en justice, il pouvait se targuer d’avoir initié le processus de démocratisation et avait le soutien non négligeable d’une bonne partie des autres îles de l’archipel. Au MPR, outre les 120 voix des élus du GOLKAR, Habibie espérait pouvoir compter sur un bon nombre des 235 représentants nommés et rallier de nombreux députés des partis islamiques. En effet, ces derniers préféreraient voter pour lui, bon musulman et fondateur de l’ICMI, plutôt que pour Megawati. Il faut dire qu’en dehors du PKB, qui semblait prêt à suivre le mot d’ordre de Gus Dur pour soutenir cette dernière, 50% des élus réformateurs du PAN rejoignaient leurs coreligionnaires conservateurs du PPP et des autres petits partis islamiques en refusant obstinément qu’une femme puisse se retrouver à la tête de l’État. Ces élus des partis islamiques étaient d’autant plus hostiles envers la fille de Sukarno qu’elle était considérée comme une mauvaise musulmane, soupçonnée même de nourrir des sympathies pour l’hindouisme du fait de ses origines balinaises partielles. Ils l’accusaient de s’entourer de trop nombreux conseillers chrétiens et sino-indonésiens. Au-delà de ces appréciations subjectives et en dépit de la victoire indiscutable de son parti aux élections législatives, Megawati était objectivement handicapée par son manque d’expérience et l’absence d’un programme politique clairement défini. Ses alliés islamiques réformateurs, Gus Dur et Amien Rais, sans programme beaucoup plus précis mais tous deux aguerris et respectés, constituaient donc pour beaucoup une alternative crédible et un recours possible. Certains observateurs, - prédisant un blocage au MPR face à la rivalité entre Habibie et Megawati -, envisageaient même l’émergence d’un consensus autour de la figure du général Wiranto, bien que l’on soupçonna qu’il devrait rendre tôt ou tard des comptes sur ses responsabilités dans le drame de Timor Est. En tout les cas, ce haut gradé négocia très durement, en sous-main, le soutien de l’armée à chacun des deux principaux candidats, en échange de la vice-présidence, de quelques postes ministériels, du maintien de la dwifungsi et de la protection de Suharto et de sa famille.

27Au cours de ce trimestre de négociations ardues, la cote de Habibie fluctua énormément. Au début, elle fût plutôt à la hausse, grâce aux réformes initiées et à une situation économique en nette amélioration avec la baisse de l’inflation et la stabilisation du taux de change de la rupiah en dessous de 7 000 pour 1 US$. Ensuite, elle fléchit en raison de la recrudescence de la violence dans le pays, avant de s’effondrer littéralement sous le poids de deux événements de nature très différente. Le premier est bien sûr lié au drame de Timor Est. Il a été accusé d’avoir parlé et agi trop vite en promettant d’organiser un référendum d’autodétermination, sans vraiment consulter quiconque ni réfléchi sérieusement aux répercussions de son initiative sur ce terrain miné. La classe politique et l’opinion publique l’ont jugé seul responsable de l’éruption de violence et, surtout, de la débâcle qui s’en suivit, ainsi que de la perte de face pour l’Indonésie. Second coup dur pour le candidat à la présidence : l’affaire du « Baligate ». Ce nouveau scandale financier éclata au pire moment pour lui. Des personnes de son entourage furent accusées d’avoir ponctionné environ 70 millions de US$ sur les fonds de la Banque Bali alors en pleine restructuration, qui était sur le point d’être rachetée par la Standard Chartered Bank de Londres. Le but de la malversation aurait apparemment été de renflouer les caisses du GOLKAR pour faciliter l’achat de votes en sa faveur lors de la session du MPR. Ces deux événements firent pâlir un peu plus l’étoile de Habibie et n’auguraient rien de bon pour lui. Cela était d’autant plus le cas que l’enregistrement formel de sa candidature à la présidence serait soumis, selon la tradition établie, au vote de confiance que le MPR devrait lui accorder, après la lecture de son rapport sur la gestion des affaires du pays depuis qu’il avait succédé à Suharto. À l’approche du moment décisif, il semblait de plus en plus hors-jeu. Fin septembre, la Far Eastern Economic Review de Hong Kong titrait même en page de couverture, au-dessus de la photo de Habibie : « No way out ! », « Pas d’issue possible ! »

28De son côté, Megawati ne profita guère des malheurs de son principal rival pour marquer un quelconque avantage décisif. Résolument muette face aux attaques sur ses compétences, son manque d’expérience et son appartenance à la gent féminine, elle refusa systématiquement de participer au débat politique et, surtout, de donner la moindre précision sur son éventuel programme de gouvernement. Certains mirent cette attitude sur le compte d’une subtile stratégie de conquête du pouvoir. D’autres, plus critiques, y virent le comportement suicidaire d’une femme hautaine, imbue de son statut d’héritière du père de l’indépendance, qui estimait que le pouvoir présidentiel lui revenait de droit, sans devoir s’abaisser à lutter contre ses adversaires ni à négocier des alliances. Son silence entêté désespéra jusqu’à ses plus fidèles partisans. L’un d’entre eux poussa même un pathétique cri du cœur fin juillet dans un quotidien de premier plan en intitulant son article : « Bicaralah Mbak Mega ! », ce qui signifie « Parle soeur Mega ! ». Pendant ce temps, les partis islamiques, toutes tendances réformatrices et conservatrices confondues, ne restèrent pas inactifs. En septembre, à l’initiative de Amien Rais, ils formèrent une coalition flexible contre le GOLKAR et le PDI-P. Baptisée « axe central », elle était censée soutenir sa propre candidature à la présidence du MPR et surtout celle de Abdurahman Wahid à la tête du pays. Malgré cela, le PKB, membre de cette coalition, a priori totalement fidèle à son leader Gus Dur, annonça en même temps qu’il continuait à soutenir la candidature de Mega au poste suprême. Il s’agissait là d’un double jeu qui ne contribuait pas à clarifier la situation ! À subtil théâtre d’ombre politique chers aux Javanais et destinés surtout à masquer les cartes de chacun sans faire perdre la face à personne, il faut ajouter les discrètes mais intenses tractations entre les principaux partis concernés et l’armée (pourtant occupée à d’autres tâches plus pressantes et dramatiques à Timor Est). Le PDI-P aurait même envisagé une alliance contre nature avec les militaires et le GOLKAR pour constituer un bloc laïc anti-islamique. Bref, tout restait possible pour le jour J, fixé au 20 octobre.

  • 11 B.J. Habibie se retirera alors de la vie politique active et se consacrera à diverses tâches dans l (...)

29Quand la session parlementaire s’ouvrit début octobre, il apparut d’emblée que des alliances et des compromis aussi complexes qu’obscurs avaient été passés. Ainsi, Akbar Tanjung, secrétaire-général du GOLKAR, fut élu sans problème président du DPR, avec le soutien logique de son parti et du PPP, mais aussi, chose plus surprenante, de nombreux députés du PKB et même du PDI-P ! Quant à Amien Rais, le patron du PAN, il battait d’une courte tête son adversaire du PKB pour s’emparer de la présidence du MPR. Une semaine avant la date fatidique de l’élection présidentielle, trois candidats étaient encore officiellement en lice : Habibie, soutenu par le GOLKAR et le PPP, Megawati, par le PDI-P et Gus Dur par la coalition islamique formée précédemment. À partir du lundi 18, les coups de théâtre allaient se succéder, tandis que les partisans de Megawati envahissaient les rues de Jakarta pour manifester en masse leur soutien à l’idole du petit peuple et faire pression sur les membres du MPR. Au soir de cette journée, les chances de Habibie s’amenuisèrent brutalement quand le général Wiranto fit savoir qu’il déclinait son offre pour la vice-présidence, sûrement soucieux de ne pas miser sur le cheval perdant. Lâché par l’armée, il prononça le mardi 19 son discours bilan de président sortant, qui fut rejeté dans la nuit, au terme d’un long suspense, par une très courte majorité de 355 voix contre 322 et 9 abstentions. Aussitôt, Habibie annonça son retrait de la course à la présidence et, après moult hésitations, le GOLKAR renonça finalement à présenter Akbar Tanjung à sa place11.

30Il ne restait plus en course que les deux alliés dans la lutte contre l’Ordre nouveau mais rivaux en la circonstance : Megawati Sukarnoputri et Abdurrahman Wahid. Le vote du mercredi 20 octobre consacra finalement la victoire du second sur la première par 373 voix contre 313 et 5 abstentions. Non sans quelques raisons, Mega considéra toujours qu’elle avait été trahie et s’exclamera même, en pleurs, sur le moment, qu’elle n’arrivait pas à comprendre « comment son frère l’avait poignardée dans le dos ». Furieux, ses partisans déclenchèrent de grandes manifestations à Jakarta, tandis que des émeutes éclataient dans son fief de Bali ainsi que dans certaines villes comme Medan. À coup sûr, la pression de la rue pesa sur la manière dont se déroula l’élection à la vice-présidence le jeudi 21. L’un après l’autre, le général Wiranto, nominé par un parti mineur, et Akbar Tanjung, candidat du GOLKAR, déclarèrent, après avoir rencontré le nouveau président, qu’il se retiraient de la compétition dans l’intérêt supérieur du pays. Restaient, face à face, la fille de Sukarno et Hamzah Haz, président du PPP, le parti islamique conservateur le plus hostile à son égard. Pour des raisons typiquement asiatiques visant à lui éviter de perdre la face, Megawati avait été nominée non pas par son propre parti mais par celui de Gus Dur, son vainqueur de la veille ! Élue assez largement par 396 voix contre 284 à son adversaire, elle vint donc compléter le tandem présidentiel. Cessant sur le champ leurs violentes manifestations, les partisans de Megawati fêtèrent dans la liesse ce prix de consolation et ce gage de réconciliation nationale.

Notes

1 Voir Graphique 1 en annexe.

2 Sur le moment, certaines analyses trop rapides et très alarmistes, dont celle du BIT de Genève, ont alors estimé que la pauvreté avait fait des ravages encore plus importants et qu’elle se serait étendue à plus de 50% de la population indonésienne en 1999. Avec le recul, elles ont été démenties et ce sont les chiffres susmentionnés, déjà suffisamment graves, qui font désormais foi.

3 Voir Graphque 2 en annexe.

4 Pour donner une meilleure idée de la réputation de Habibie dans l’opinion publique, on ne peut, à ce stade, résister au plaisir de raconter deux des principales blagues politiques qui circulaient alors à son sujet et dont les Indonésiens sont friands. La première peut se traduire ainsi : « Nous n’avons eu que trois présidents depuis l’indépendance du pays. Le premier, Sukarno, était fou des femmes ; le deuxième, Suharto, était fou d’argent ; le troisième, Habibie est complètement fou ! ». La seconde consiste en un jeu de mot, sport intellectuel favori en Indonésie, sur le nom même de HABIBIe que ses opposants traduisent par « HAbis BIcara BIngung », ce qui signifie à peu près: « Une fois qu’il a fini de parler, tout le monde est dans la confusion ! » 

5 Pour donner une idée précise de la logique du système, la distribution des sièges réservés aux 65 représentants de ces « groupes fonctionnels » était la suivante : 20 pour les groupes religieux, 5 pour les anciens combattants, 9 pour les organisations économiques, 5 pour les groupements de femmes, 9 pour les intellectuels, scientifiques, artistes et journalistes, 5 pour les organisations non-gouvernementales, de jeunesses ou d’étudiants, 5 pour les fonctionnaires, 5 pour les représentants des minorités ethniques et 2 pour les personnes handicapées.

6 Pour ce chapitre sur les six années d’une transition démocratique complexe et mouvementée allant de 1998 à 2004, je me suis essentiellement appuyé sur la quinzaine d’ouvrages suivante, par ordre chronologique de parution: Donald K. Emmerson (Ed.), Indonesia beyond Suharto, Polity Economy, Society, Transition (1999); Richard W. Baker, M. Hadi Soesastro, J. Kristiadi and Douglas E. Ramage (Eds.), Indonesia, The Challenge of Change (1999); Geoff Forrester (Ed.), Post-Soeharto Indonesia, Renewal or Chaos ? (1999) ; Adam Schwartz and Johnathan Paris (Eds.), The Politics of Post-Suharta Indonesia (1999); Chris Manning and Peter van Diermen (Eds.), Indonesia in Transition, Social Aspects of Refomasi and Crisis (2000); Anthony L. Smith (Ed.), Gus Dur and the Indonesian Economy (2001); Damien Kingsbury and Arief Budiman (Eds,), Indonesia : the Uncertain Transition (2001); Grayson Lloyd and Shannon Smith (Eds.), Indonesia Today : Challenges of History, Singapore (2001); Kees van Dijk, A Country in Despair: Indonesia between 1997 and 2000 (2001) ; Kevin O’Rourke, Reformasi, The Struggle for Power in Post-Soeharto Indonesia (2002); Henk Schulte Nordholt and Irwan Abdullah, Indonesia in Search of Transition (2002); Hadi Soesastro, Anthony L. Smith and Han Mui Ling, Governance in Indonesia, Challenges Facing the Megawati Presidency (2003); Richard Robison and Vedi R. Hadiz, op.cit. (2004); Aris Ananta, Evi Nurvidya Arifin, Leo Suryadinata, Emerging Democracy in Indonesia (2005); Ross H. McLeod and Andrew MacIntyre (Eds.), Indonesia: Democracy and the Promise of Good Governance (2007); Harold Crouch, Political Reform in Indonesia after Soeharto (2010). Par ailleurs, le lecteur francophone peut aussi se reporter avec profit au remarquable numéro spécial de la revue classique française d’études insulindiennes Archipel paru en 2002 intitulé « Retour sur la crise ».

7 Pour plus de détails sur la décentralisation, outre plusieurs des ouvrages cités dans la note précédente qui abordent évidemment la question, voir l’article spécifiquement consacré à cette question co-écrit par l’auteur qui a paru dans le numéro spécial susmentionné de la revue Archipel : Alexandre Dormeier-Freire et Jean-Luc Maurer, « Le dilemme de la décentralisation en Indonésie » (2002 : 255-287).

8 Voir le Tableau 9 en annexe comparant les résultats des deux élections législatives de 1999 et 2004 qui se sont tenues pendant la période de transition démocratique. Il est intéressant de comparer le résultat des élections de 1999 avec celui du scrutin 1955 dont les détails sont donnés dans le Tableau 4 se trouvant également en annexe.

9 Il m’est impossible de ne pas rendre hommage ici au grand serviteur de la communauté internationale et de la paix dans le monde qui dirigea pendant plus de deux ans cette mission de l’ONU à Timor : Sérgio Vieira de Mello. Natif du Brésil et formé en France, où il obtint un doctorat en philosophie de la Sorbonne, il fit toute sa carrière à l’ONU, principalement au sein du HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés). Dans un contexte difficile, il fit un travail exemplaire à Dili, sachant faire preuve de toute la diplomatie nécessaire dans un pays dévasté et dans un contexte tendu où s’affrontaient déjà de farouches adversaires politiques luttant pour la conquête du pouvoir lors des élections à venir. Le connaissant à titre personnel, j’ai pu visiter, grâce à lui, le nouveau petit pays et constater de visu l’ampleur des dévastations de l’armée indonésienne ainsi que comprendre la profondeur des divisions politiques traversant son élite. C’est sur la base de son bilan remarquable à Timor Est que le secrétaire-général des Nations unies, Kofi Annan, le nomma en 2002 à la tête Haut commissariat aux droits de l’Homme. Il était alors d’ailleurs vu comme son possible successeur à la tête de l’ONU. Toutefois, devant la dégradation désastreuse de la situation politique et sécuritaire en Irak, après la funeste décision prise par Georges W. Bush d’envahir le pays, - au prétexte fallacieux de détruire des « armes de destructions massives » inexistantes -, pour y abattre le régime de Saddam Hussein, il le dépêcha en tant que représentant personnel pour diriger la mission de l’ONU à Bagdad. C’est là que Sérgio trouva la mort, dans l’horrible attentat-suicide perpétré par al-Qaeda le 19 août 2003 contre le quartier général de l’organisation, qui fit 22 victimes.

10 Il faut aussi souligner ici la remarquable personnalité de Xanana Gusmāo, leader politique et militaire hors pair, mais aussi intellectuel subtil et tolérant, belle synthèse entre Amilcar Cabral et Nelson Mandela. Après avoir pris la tête du FRETiLIN en 1978, suite à l’assassinat de Nicolau Lobato par Prabowo et ses sbires, il fut arrêté en 1992 et passa sept années en prison à Jakarta jusqu’en 1999, avant d’amener son pays à l’indépendance en 2002, d’y être alors élu à la présidence, qu’il occupera jusqu’en 2007, et d’en devenir le premier ministre de 2007 à 2015.

11 B.J. Habibie se retirera alors de la vie politique active et se consacrera à diverses tâches dans la société civile ainsi qu’à des activités académiques et caritatives. Comme cela était prévisible, son image s’améliorera énormément avec le temps. Il décèdera en 2019 avec le respect de toute la nation envers un homme qui avait évité le pire à l’Indonésie en 1998-99 et eu le courage d’entreprendre certaines des réformes difficiles qui font encore aujourd’hui la spécificité et la force de sa démocratie.

Table des illustrations

Titre Photo 34 : B.J Habibie (1936-2019), président de 1998 à 1999
Crédits Source : Wikipedia (photo officielle)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/7999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Photo 35 : Combattant de l’OPM en Irian Jaya
Crédits Source : Wikipedia, Socialist Aotearoa (Giorgio Neus).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/7999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Photo 36 : Mobilisation pour le referendum d’indépendance à Dili en août 1999
Crédits Source : commons.wikimedia.org
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/7999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search