Version classiqueVersion mobile

Indonésie : l'envol mouvementé du Garuda

 | 
Jean-Luc Maurer

Chapitre 1. L’époque précoloniale: une nature généreuse et une grande diversité humaine

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pour ce chapitre, l’auteur s’est donc principalement appuyé sur des ouvrages de géographes qui, com (...)
  • 2 C’est en effet bien de la géographie, la plus interdisciplinaire des disciplines des sciences socia (...)

1L’objectif principal de cet ouvrage est, rappelons-le d’entrée de jeu, d’offrir au lecteur une histoire du processus de développement économique, social et politique de l’Indonésie depuis son indépendance, ainsi qu’une image claire de la situation actuelle du pays sur ces trois registres. En outre, l’auteur espère aussi pouvoir dévoiler la dynamique de l’évolution passée et dresser des perspectives d’avenir possibles à travers l’analyse en filigrane du lien existant ou pas entre le développement, la dictature et la démocratie. Avant d’aborder cette problématique complexe, il est toutefois nécessaire d’acquérir au préalable une idée relativement précise du cadre géographique, démographique et ethnologique dans lequel s’est déroulé ce processus1. C’est ce que nous allons nous employer à offrir dans ce premier chapitre, en nous inspirant de l’approche de géographie humaine de nos principaux maîtres - dans laquelle les études de développement plongent au demeurant leurs racines2. Pour cela, nous allons examiner dans trois parties distinctes le poids du milieu naturel, le rôle du facteur humain et la part de la diversité du peuplement et des influences exogènes précoloniales dans l’histoire du développement indonésien.

Notes

1 Pour ce chapitre, l’auteur s’est donc principalement appuyé sur des ouvrages de géographes qui, comme tous ceux qui seront mentionnées au fil des pages, sont cités de manière complète dans la bibliographie. En arrière-plan, il y a bien sûr ceux, plus généraux mais toujours lumineux, de l’un de nos maîtres, Pierre Gourou : Les pays tropicaux (1948), L’Asie (1964), Terres de bonne espérance (1982) et Riz et civilisations (2000). Du fait que l’on trouve finalement peu de travaux de géographie spécialisés sur l’Indonésie, nous avons aussi eu recours à ceux d’auteurs qui traitent de l’Asie du Sud-Est en général, en consacrant un chapitre particulier à ce pays. C’est notamment le cas des chapitres sur l’Indonésie dans le volumineux ouvrage précurseur de Charles A. Fisher, Southeast Asia, A Social, Economic and Political Geography (1964), mais aussi dans le remarquable travail de synthèse beaucoup plus récent de notre collègue et ami canadien Rodolphe de Koninck, L’Asie du Sud-Est (2005) ou dans l’essai très original d’un autre excellent collègue britannique, Jonathan Rigg, Southeast Asia, The Human Landscape of Modernization and Development (1997). Ajoutons à cela les publications plus ciblées de trois géographes spécialistes de l’Indonésie : l’ouvrage déjà ancien mais très stimulant de Geoff Missen, Viewpoint on Indonesia : A Geographical Study (1972) ; l’excellent chapitre de notre collègue et amie Muriel Charras (hélas trop tôt décédée en 2015), « L’Indonésie, le plus grand archipel du monde », in Benoît Antheaume, Joël Bonnemaison, Michel Bruneau et Christian Taillard (Eds), Géographie Universelle, Volume Asie du Sud-Est et Océanie (1995) ; enfin, le très utile et bel atlas historique de Robert Cribb, Historical Atlas of Indonesia (2000). Pour les questions démographiques, auxquelles on attache une grande importance, on s’est contenté, à ce stade, de puiser dans les statistiques officielles fournies par le BPS (Badan Pusat Statistik ou Office central des statistiques) indonésien, et de s’appuyer sur l’ouvrage de synthèse pionnier de Graeme Hugo, Terence Hull, Valerie Hull and Gavin Jones, The Demographic Dimension in Indonesian Development (1987). Enfin, concernant les aspects ethnologiques et culturels, on s’est principalement inspiré du chapitre qui date passablement mais reste incontournable de la célèbre anthropologue américaine Hildred Geertz, « Indonesian Cultures and Communities » in Ruth T. Mc Vey (Ed.), Indonesia, (1963), ainsi que des ouvrages du plus respecté des anthropologues indonésiens, R.M Koentjaraningrat, Introduction to the Peoples and Cultures of Indonesia and Malaysia (1975) et de James L. Peacock, Indonesia : An Anthropogical Perspective (1973).

2 C’est en effet bien de la géographie, la plus interdisciplinaire des disciplines des sciences sociales, que les études de développement sont le plus proches. Cela leur a donc valu les mêmes déboires que la géographie, accusée d’être une science trop générale et superficielle, quand une frénésie de compartimentation et de spécialisation à outrance s’est emparée du monde académique à partir du début des années 90. Cette dérive a débouché sur une véritable aberration scientifique : pour dépasser les limites d’une approche pluridisciplinaire, stigmatisée pour former des étudiants ayant seulement acquis un certain nombre de connaissances sur beaucoup de choses, on a atteint parfois le comble du ridicule dans la spécialisation, en produisant de brillants technocrates qui savent absolument tout…sur presque rien (de bien important) !

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search