Version classiqueVersion mobile

Indonésie : l'envol mouvementé du Garuda

 | 
Jean-Luc Maurer

Préambule. Origines d’une vocation pour l’étude du développement indonésien

Texte intégral

1L’Indonésie est une nation importante à tout point de vue. C’est le plus grand archipel de la planète, composé de milliers d’îles s’étendant depuis l’océan Indien jusqu’en direction du Pacifique et situées dans un axe stratégique crucial entre l’Asie et l’Océanie. Sur le plan démographique, c’est aussi le quatrième pays le plus peuplé du monde. Ses ressources naturelles sont immenses et variées, sa diversité ethnique et culturelle sans équivalent. Toutes les principales religions y sont pratiquées, en premier lieu l’islam, très largement majoritaire. Cela en fait d’ailleurs le plus grand pays musulman du monde et, à ce jour, la plus grande et la seule démocratie du monde islamique. Incidemment, c’est aussi le troisième plus grand pays démocratique de la communauté internationale par la taille de sa population. Malgré tout cela, l’Indonésie demeure la plus méconnue des principales nations de la planète. La littérature qui lui est consacrée reste bien mince, comparée à toute celle traitant des autres pays dits « émergents ». Cette lacune est particulièrement frappante en langue française.

2Ce livre a donc pour objectif premier de contribuer à combler ce vide en proposant sous une forme claire et accessible une large synthèse, issue de cinquante ans d’études personnelles sur l’évolution de ce grand pays. Il s’agit de rassembler ici et de mettre à disposition des lecteurs une somme de connaissances, témoignant de ce que l’auteur a vu, entendu, vécu et compris. Mais cet ouvrage se fixe aussi un autre objectif plus ambitieux : à travers l’analyse du cas emblématique indonésien, permettre au lecteur de mieux comprendre la dynamique du développement, ce processus complexe de changement global qui entraîne la transformation économique, sociale, politique et même culturelle des sociétés concernées. Bref, ce que nous offrons au lecteur, c’est une histoire du développement de l’Indonésie.

3Il me faut tout d’abord replacer ce livre dans le parcours professionnel et intellectuel qui a fait de l’auteur un membre de la « tribu » académique des « indonésianistes », cette singulière internationale cosmopolite et pluridisciplinaire de chercheurs passionnés par l’étude du grand archipel insulindien, sous toutes ses composantes. C’est en effet en novembre 1972 que je suis arrivé à Java, où j’ai séjourné une première fois dix-huit mois, jusqu’en juin 1974, pour y mener ma recherche de terrain dans le cadre d’une thèse de doctorat sur la modernisation agricole et le développement économique et social du pays. Le développement du Tiers-Monde était alors la grande affaire de ma génération et c’est à son étude que j’avais décidé de me consacrer. Je suis ensuite revenu pratiquement chaque année en Indonésie (parfois plusieurs fois par an, pour quelques semaines voire, deux ou trois mois) dans le cadre de missions d’identification ou d’évaluation de projets de développement. Ces missions ont été surtout effectuées pour la DDC (Direction du développement et de la coopération, l’agence suisse de coopération au développement), mais aussi pour le Centre de développement de l’OCDE, le BIT, la FAO ou la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement. Ces retours réguliers en Indonésie m’ont permis de poursuivre mes recherches sur divers aspects du développement économique, social et politique du pays, d’en découvrir et comprendre la diversité, en y faisant des séjours ailleurs qu’à Java : à Sumatra, Kalimantan, Sulawesi, mais encore à Bali, Lombok, Timor, Flores et jusqu’aux Maluku et en Papua.

4Pendant ces cinq décennies, ne pas revenir dans « mon pays d’adoption » au moins une fois par an me semblait impensable. Quand d’aventure la chose s’est produite (assez rarement il est vrai), je ressentais comme un manque jusqu’au prochain voyage. Toutefois, bien des choses ont changé en Indonésie depuis mon arrivée initiale à Java en 1972 et mes premières impressions, quand je me suis alors retrouvé, par une nuit étouffante, à l’aéroport de Jakarta - encore situé en plein centre-ville - avec mon épouse et notre petite fille âgée de deux ans. Au fil du temps, l’atmosphère si particulière et envoûtante du premier contact s’est estompée sous l’effet de la modernisation, de la globalisation et de l’uniformisation souvent désolante qui les accompagne. Cette longue fréquentation d’un demi-siècle avec l’Indonésie explique pourquoi cet ouvrage, qui est d’abord et surtout un travail de nature académique à l’intention d’un public aussi large que possible, revêt parfois des accents autobiographiques et un ton plus personnel, ne dédaignant pas un langage vivant et imagé.

5On me demande souvent pourquoi avoir choisi l’Indonésie et y avoir consacré avec passion autant d’années et d’énergie. J’y vois plusieurs raisons objectives mais aussi, plus subjectives.

6Au tout début des années 1970, lorsque j’étais encore étudiant en relations internationales me spécialisant sur les questions de développement à l’IUHEI de Genève, mon intérêt pour l’histoire de l’Asie du Sud-Est s’expliquait principalement en raison de la guerre du Vietnam, contre laquelle j’étais engagé - comme tant d’autres jeunes de mon âge. En cette période de guerre, il était bien évidemment impossible de réaliser au Vietnam le genre d’enquêtes de terrain de nature socio-économique et anthropologique que je voulais faire. L’alternative de prendre l’Indonésie comme objet d’étude s’est alors rapidement imposée. Le pays sortait à peine du premier quart de siècle troublé de son indépendance.

7Le lecteur apprendra dans ce livre que peu après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis avaient fait pression sur les Pays-Bas pour les obliger à libérer en 1949 leur précieux empire colonial. Les dirigeants américains avaient en effet l’espoir de faire de l’Indonésie le grand pays démocratique allié du bloc occidental en Asie du Sud-Est, qui ferait contrepoids au communisme ayant récemment triomphé en Chine et gagnant du terrain en Indochine. Dans cette perspective, ils avaient beaucoup investi pour mieux comprendre la complexité de la société indonésienne. Les principales fondations privées Ford et Rockefeller avaient soutenu de grands projets de recherche, dont émergeront plus tard certaines des figures de proue des sciences sociales américaines, comme l’anthropologue Clifford Geertz et l’historien Benedict Anderson. Mais à partir de la fin des années 1950, la situation politique et économique s’était détériorée sous le régime de « Démocratie dirigée » mis en place par Sukarno de 1959 et 1965. L’Indonésie s’était alors rapprochée du bloc socialiste. On parlait même de la constitution d’un « axe Djakarta-Pékin ». Puis le pays avait sombré dans les terribles massacres anti-communistes de 1965-66. La recherche en sciences sociales, surtout menée par des chercheurs étrangers, avait été interrompue pendant plus de dix ans.

8Au début des années 1970 et à la suite du coup d’État militaire du général Suharto ayant établi en 1966 son régime dictatorial baptisé « Ordre nouveau », l’Indonésie était peu à peu revenue dans le giron du bloc occidental. L’aide publique au développement et les investissements privés commençaient de nouveau à affluer dans l’archipel. Une nouvelle génération de jeunes chercheurs en sciences sociales se précipita alors sur ce grand pays fascinant, resté dans l’ombre depuis une décennie. Je fus au nombre de ceux-là. La CTS (Coopération technique suisse, qui deviendra plus tard la DDC) avait alors décidé de faire de l’Indonésie son pays prioritaire dans la région et était intéressée à financer la thèse de doctorat d’un jeune chercheur helvétique. Elle m’octroya une bourse qui me permit de faire mon terrain pendant un an et demi. C’est donc sur le terrain, une fois installé à Jogjakarta, que j’ai appris à parler le bahasa indonesia, alors que j’entendais causer le javanais toute la journée dans les villages et que les conversations du soir se déroulaient plutôt en anglais ou en français. Connaissant bien la situation sociale, économique et politique du pays et en parlant correctement la langue, j’allais devenir, pendant près de trente ans, consultant régulier de la DDC sur l’Indonésie. C’est ainsi que j’ai participé à de nombreuses missions d’évaluation et d’identification de projets dans le domaine de l’irrigation en milieu rural ou de l’adduction d’eau en ville, du renforcement des coopératives agricoles, de la formation professionnelle et technique pour le secteur industriel voire, sur l’impact socio-économique et socio-culturel du tourisme.

9Deux autres éléments plus subjectifs ont également joué un rôle dans mon choix de l’Indonésie comme pays de spécialisation. Le premier d’entre eux est certainement ma fascination pour les milieux insulaires. On ne pouvait pas trouver mieux dans ce domaine que le grand archipel. Il me faut aussi mentionner un autre élément, certainement plus ambigu. Je dois en effet avouer que la personnalité de Sukarno, premier président du pays, n’y a pas été pour rien. Certes, non pas l’autocrate vieillissant, malade et pathétique, englué dans ses contradictions et obsessions, entraînant inexorablement l’Indonésie dans une impasse et vers la violence… Mais sans nul doute, le jeune leader nationaliste inspiré, affrontant avec courage les autorités coloniales, exilé pendant des années dans divers lieux éloignés de l’archipel ; et, aussi, le père de l’indépendance indonésienne, intellectuel brillant et orateur flamboyant, maîtrisant l’histoire et la littérature, à l’aise dans plusieurs langues. Sukarno a aussi été l’un des architectes du non-alignement, l’hôte de la Conférence de Bandung en 1955 et le porte-parole inlassable de la lutte des peuples colonisés contre le néocolonialisme et l’impérialisme. Son parcours ne pouvait pas laisser indifférent un jeune chercheur dont la motivation principale était de contribuer modestement au développement des pays alors dits du « Tiers-Monde » et à la cause d’une plus grande justice économique et sociale sur terre.

10Tels sont les principaux facteurs qui ont dirigé mes pas vers l’Indonésie. Je n’ai jamais regretté ce choix. C’est une chance précieuse que d’avoir pu ainsi suivre l’évolution d’un pays aussi magnifique et diversifié, se réjouir de ses progrès et de ses succès, mais aussi, parfois, s’inquiéter devant ses dérives et ses crises. J’en mesure toute la portée.

11Le lecteur l’aura donc compris : cet ouvrage n’est pas basé sur les résultats d’une recherche spécifique et ponctuelle récente, mais il est le fruit de l’expérience d’une vie entière de chercheur, consacré à l’analyse du processus de développement de l’Indonésie. Il porte sur un pays en particulier, peu connu de surcroît, mais dont l’étude peut constituer un exemple utile à beaucoup d’autres. La fréquentation régulière et assidue des campagnes et des villes du grand archipel m’a permis de suivre attentivement sa trajectoire de développement économique, social et politique, de pouvoir comprendre et même parfois anticiper ses problèmes de modernisation, d’en analyser les causes et conséquences. Or, cette trajectoire me semble emblématique à plus d’un titre, et représentative des écueils auxquels de nombreux pays du Sud ont été, sont ou seront confrontés.

12Ce travail doit beaucoup aux nombreux séjours que j’ai encore effectué depuis 2012, notamment à Jogjakarta et à Jakarta, où j’ai rencontré de nombreuses personnes de tous horizons - académiques, gouvernementaux, privés ou des médias - mais aussi, des citoyens ordinaires des villes et des campagnes. J’ai eu avec toutes ces personnes des discussions approfondies sur des sujets nombreux et divers qui ont beaucoup alimenté ma réflexion. De même, j’ai mené des entretiens avec la plupart des membres les plus connus de la « tribu » académique des « indonésianistes » de l’Australian National University de Canberra, qui abrite le plus important centre d’études sur l’Indonésie dans le monde, ainsi qu’avec quelques-uns de mes principaux collègues européens spécialisés sur ce pays, en Hollande, en France et en Angleterre. Nous avons eu de fructueuses discussions sur plusieurs des aspects de l’expérience de développement du pays pour lequel nous partageons un intérêt commun et une égale passion. Je les cite, les remercie et leur rend hommage en fin d’ouvrage, ainsi que mes parents, mon épouse, mes enfants, ma famille et mes proches, toutes les personnes qui ont rendu possible la réalisation de ce gros travail.

13Enfin, publier le livre que je préparais depuis longtemps sur l’histoire du développement de l’Indonésie est aussi pour moi une manière de rendre en partie à ce pays et à ses habitants tout ce qu’ils m’ont donné de bonheur et de satisfaction depuis bientôt cinquante ans.

14J’espère que sa lecture vous intéressera.

15Jean-Luc Maurer, Genève, 20 janvier 2021

L’auteur en juillet 1973 avec le lurah (chef de village) de Wukirsari (Kecamatan Imogiri, Kabupaten Bantul, Daerah Istimewa Jogjakarta)

Table des illustrations

Légende L’auteur en juillet 1973 avec le lurah (chef de village) de Wukirsari (Kecamatan Imogiri, Kabupaten Bantul, Daerah Istimewa Jogjakarta)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/7919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search