Version classiqueVersion mobile

Polyphonie sur l’identité de l'Europe communautaire

 | 
Sophie Huber

Troisième partie – Affirmer l'identité européenne sur la scène internationale (1969-1973)

Chapitre 7 – Définition du pôle européen dans un monde multipolaire

Texte intégral

  • 1 Eyskens, Gaston, discours lors de la première conférence au sommet de la Communauté élargie, Bullet (...)

« L’effort que nous poursuivons de donner à notre Communauté une personnalité propre implique des responsabilités accrues dans le domaine de la politique extérieure. En effet, une individualité propre s’affirme vis-à-vis des autres et par rapport aux autres1. »

  • 2 L’intégration de la République populaire de Chine à l’ONU intervint le 25 octobre 1971 suite au vot (...)

1Si le triangle formé par les Etats-Unis, l’Union soviétique et le Tiers-Monde restait un référent essentiel pour l’Europe communautaire, celle-ci se vit contrainte de se positionner par rapport à des régions qui émergeaient nouvellement ou à nouveau sur la scène internationale. Servi par une croissance économique soutenue, le Japon suscitait un regain d’intérêt ; la République populaire de Chine remplaçait à l’ONU la Chine nationaliste2 ; et, en passe d’accueillir la Grande-Bretagne parmi ses membres, l’Europe communautaire voyait s’agrandir le nombre des Etats associés. Elle se trouvait interpellée par l’Amérique latine et la Méditerranée, soucieuses de ne pas être en reste.

2Alors que se renouvelait le cadre d’analyse des relations internationales, la bipolarité de la guerre froide laissant place à une multipolarité déclinée en trois ou cinq pôles, en fonction des analystes, les Européens s’employèrent à actualiser l’image de l’Europe communautaire dans ce nouvel environnement. L’identité européenne qu’ils se faisaient fort d’affirmer sur la scène internationale fut ainsi articulée non plus en seule fonction des voisins immédiats (à l’Est et à l’Ouest, au Sud le Tiers-Monde), mais précisée également en fonction de ces pôles nouveaux apparus au début de la décennie 1970.

7.1. Situer l’Europe communautaire dans un monde multipolaire

  • 3 Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés (...)

3Au printemps 1970, le Parlement européen débattait du bilan de l’activité des Communautés en 1969. Le libéral néerlandais Cornélis Berkhouwer introduisit dans son analyse des relations extérieures une nouvelle puissance, la Chine : « Quelle position occupe l’Europe dans ce monde où, nous le constatons, l’antagonisme bipolaire entre les deux géants se mue, maintenant qu’émerge la grande puissance chinoise, en un rapport tripolaire3 ? » L’interpellation du parlementaire une transformation de la perception des relations internationales que l’on retrouve chez les principaux responsables européens. Le système international, toujours caractérisé par la guerre froide entre les Etats-Unis et l’Union soviétique, est analysé comme évoluant vers une configuration à plusieurs pôles de puissance. Le Tiers-Monde est absent de ce schéma centré sur la notion de puissance. L’Europe communautaire elle-même n’apparaît pas comme puissance, ni même comme puissance en devenir, ce qui amène l’intervenant à s’interroger sur la place qu’elle pourrait occuper.

  • 4 Nixon, Richard, “Asia after Vietnam”, Foreign Affairs, oct. 1967, vol. 46, no 1, p. 111-125.

4En faisant le constant d’une complexité croissante des relations internationales, les Européens rejoignaient l’analyse faite par les Américains. Dans un article publié dans le magazine Foreign Affairs en 1967, Richard Nixon faisait partager au lecteur son analyse de l’échiquier international. Il mettait en avant la position nouvelle de l’Asie : « Depuis la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle Asie a émergé avec une étonnante rapidité ; en effet, l’Asie est en train de changer plus rapidement que n’importe quelle autre région du monde. Le Japon se hissera certainement bientôt à la place de troisième puissance économique, devancé seulement par les Etats-Unis et l’Union soviétique […] Le Japon voudra certainement jouer un rôle plus important tant sur le plan diplomatique que militaire pour maintenir l’équilibre en Asie. […] Toute politique américaine envers l’Asie doit urgemment tenir compte de la Chine4. » Enoncée en pleine guerre du Vietnam par un observateur déjà sensible au déclin de la puissance américaine, cette analyse mettait en évidence la rapidité du changement en cours en Asie, sans encore en tirer de conséquences pour l’équilibre des autres régions du monde.

  • 5 Kissinger, Henry, “Central Issues in American Foreign Policy”, in Agenda for the Nation, Washington (...)

5Ces conséquences furent exposées par Henry Kissinger, alors professeur à l’Université Harvard, dans un article publié en 1968 Central Issues of American Foreign Policy. S’appuyant sur ses études antérieures consacrées à la créativité d’un Metternich ou d’un Bismarck dans un jeu complexe de puissances, Kissinger préconisait pour l’Amérique une diplomatie créative dans un monde politiquement multipolaire, mais militairement bipolaire5. Pour dépasser ce paradoxe et tenir compte des conséquences de la vigueur nouvelle de pôles politiques (dont l’Europe occidentale n’était pas des moindres), les Etats-Unis se devaient, selon lui, de repenser le système international.

  • 6 Remarks to Midwestern News Media Executives Attending a Briefing on Domestic Policy in Kansas City, (...)
  • 7 Voir notamment Osgood, Robert, “Introduction”, in Osgood, Robert (ed.), Retreat from Empire? The Fi (...)

6Le président Richard Nixon articula cette nouvelle vision du système international dans un discours aux médias américains le 6 juillet 1971 : « Quand nous pensons en termes économiques et en potentialités économiques, il y a cinq grandes puissances dans le monde aujourd’hui […] Il y a bien sûr les Etats-Unis d’Amérique. Il y a en second l’Europe occidentale […] Dans le Pacifique, il y a le Japon qui connaît un nouvel essor. […] L’Union soviétique vient aussi à l’esprit […] et la Chine continentale6 […]. » Le système pentagonal décrit par le président américain ressemblait à un complexe système d’équilibre, cherchant à gérer des puissances de nature différente. Sur le plan stratégique, seules deux puissances devaient parvenir à un équilibre stable, en l’occurrence les Etats-Unis et l’Union soviétique. Sur le plan économique, cinq pôles (Etats-Unis, URSS, Japon, CEE et Chine) devaient se contrebalancer. La coexistence en parallèle de ces deux systèmes d’équilibre devait créer une « structure stable » pour des relations mesurées entre les grandes puissances7.

  • 8 Malfatti, Franco Maria „Eine neue Realität: Das Europa der Neun”, in Das Ringen um die Zukunft Euro (...)

7Cette vision d’un système international pentagonal se généralisa dans les années qui suivirent, devenant également une référence pour les Européens. La présence nouvelle de la Chine et du Japon fut ainsi soulignée par le président de la Commission européenne, Franco Maria Malfatti : « De nouveaux êtres entrent sur la scène politique mondiale, comme la Chine et le Japon8. » Dans la formulation de Malfatti, l’Europe communautaire est considérée, sans qu’il soit besoin de le préciser, comme une présence marquante dans le système international. La Chine et le Japon ne sont mentionnés que comme exemples de nouveaux acteurs. Le président de la commission n’alla jamais au-delà de cette analyse succincte dans aucun des discours de la période. Ce relatif silence de Malfatti pourrait s’interpréter comme une volonté de constater les mutations en cours sur la scène internationale, tout en s’affranchissant du modèle d’analyse américain, centré sur les seuls USA, URSS, CEE, Japon et Chine. Ceci permettrait à Malfatti d’articuler l’identité européenne également en fonction du Tiers-Monde et d’autres grands ensembles, telles l’Amérique latine ou la Méditerranée.

  • 9 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 17 n (...)

8Le parlementaire Cornélis Berkhouwer reprit lui aussi le concept d’un système international à cinq pôles lors de l’échange de vues entre institutions européennes le 17 novembre 1971 : « Le monde d’aujourd’hui présente une nouvelle configuration pentagonale […] Quels changements en cent années à peine ! Le plus remarquable, c’est que dans le courant de ce seul siècle de l’histoire de l’Europe, celle-ci s’est, au fond, toujours caractérisée par l’existence d’une configuration d’environ cinq puissances. Il y a un siècle, en 1870, cinq puissances européennes prenaient les décisions dans le monde ; quatre monarchies continentales, dont l’une devint peu après une république, et le Royaume de Grande-Bretagne. Trois quarts de siècle plus tard, par suite de deux guerres civiles qui dégénérèrent en guerres mondiales, ce furent cinq autres puissances : les Etats-Unis, l’Union soviétique, l’Angleterre, la France et l’autre Chine. Aujourd’hui, moins de 25 ans plus tard, soit en un laps de temps beaucoup plus court, une nouvelle configuration pentagonale est en voie de formation, qui se compose du Japon, de la Chine, de l’Union soviétique et des Etats-Unis d’Amérique, et, entre ceux-ci, de cette Europe dont nous espérons que, d’une Communauté à Six, elle évoluera en une Communauté à Dix9. » On reconnaît la sensibilité historique dont faisait montre Berkhouwer dans chacune de ses interventions. En novembre 1971, il inscrivit pour ses collègues l’histoire de l’Europe dans l’histoire du monde, y compris la plus récente. Au-delà des césures profondes de cette histoire, qui vit l’Europe passer de continent central à continent périphérique (et que Berkhouwer n’occulta pas), c’est la continuité de la présence au monde qui fut mise en avant. L’Europe faisait toujours partie des cinq décideurs. Le schéma pentagonal de Nixon n’était certainement pas inconnu de Berkhouwer, même s’il ne cita pas le président américain. Tout comme Malfatti, Berkhouwer semble vouloir s’affranchir du modèle américain en s’abstenant de classer les cinq ensembles qu’il citait en termes de puissance, fut-elle économique ou militaire. Il est intéressant de noter que Berkhouwer plaçait l’Europe communautaire entre les Etats-Unis et l’Union soviétique. S’agissait-il d’une référence purement géographique ou d’une indication sur le rôle que l’orateur souhaitait voir jouer à l’Europe communautaire dans un contexte de guerre froide qui se poursuivait malgré la détente ?

  • 10 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1614/1, Petrilli, Giuseppe, discours d’ouverture, Euro (...)
  • 11 Younger, Kenneth, “Europe in the New World Power System”, Außenpolitik, version anglaise, no 1, 197 (...)

9Giuseppe Petrilli, président de l’Institut italien de reconstruction industrielle et du Conseil italien du Mouvement européen, se référa quant à lui exclusivement à Nixon lors de la conférence du Mouvement européen consacrée aux rapports entre les Etats-Unis et l’Europe : « Dans le cadre plus vaste de l’équilibre mondial, une nouvelle situation s’est dessinée progressivement. A côté des Etats-Unis et de l’Union soviétique, considérées jusque-là comme les pivots de cet équilibre, d’autres centres d’attraction se manifestaient à différents égards : la Chine et le Japon en Extrême Orient et, tout au moins en puissance, les pays de notre Communauté. C’est bien le président Nixon lui-même qui a reconnu cette évolution en parlant de la naissance d’un nouvel équilibre “multipolaire”10. » On remarquera la prudence de Petrilli au sujet de l’Europe communautaire, considérée comme un centre d’attraction « en puissance » et non déjà pourvu de ces qualités. Cette même prudence, teintée d’ambition, se retrouvait dans l’analyse du politicien britannique Sir Kenneth Younger : « L’Europe doit se rendre compte que l’architecture de pouvoir qui émerge au niveau international actuellement n’est pas affectée par l’influence européenne ou par les intérêts européens. Si les Européens estiment cette situation non satisfaisante et souhaitent la modifier, c’est à eux-mêmes de faire quelque chose, car personne ne le fera pour eux11. » Dans le cas de Petrilli, comme de Younger, le constat de la position incertaine de l’Europe communautaire semblait devoir amener à une certaine dramatisation, en vue de provoquer la réaction politique adéquate qui placerait sans hésitation l’Europe dans le groupe des cinq.

  • 12 Pedini, Mario, Une chance pour l’Europe. Programmes d’une intégration, Bruxelles : Editions de l’Un (...)

10Pour Mario Pedini aussi, alors sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères : « Une époque s’achève. Une nouvelle ère historique s’ouvre dans un climat d’incertitude. On constate que, à côté des Etats-Unis d’Amérique, il y a maintenant d’autres centres mondiaux, parmi lesquels l’Europe, qui ont des responsabilités politiques à l’échelle du globe. Il faut que ce nouveau cours se déploie avec un caractère non pathologique, mais le plus naturel possible. Les locomotives du progrès mondial, Etats-Unis, Europe, Japon, devront instaurer une vaste coopération sans barrière et harmoniser, à cette fin, leurs instruments financiers et monétaires. A cause de ses propres difficultés, l’Amérique diminue son engagement à l’égard du monde […] L’Europe possède, en fait, une telle force économique, qu’elle peut faire face à ses responsabilités mondiales. Comme le Japon d’ailleurs. Ces deux pays peuvent concourir à édifier un nouvel ordre économique et politique. La guerre nucléaire étant aujourd’hui impossible, fatalement cette action obligera à s’acheminer sur la même voie l’Union soviétique et la Chine, les grandes puissances encore étrangères aux responsabilités mondiales dans le domaine de l’économie12. » Sans parler explicitement de monde pentagonal, Pedini cite les mêmes cinq puissances que ses contemporains. Plutôt que de les séparer en deux groupes, regroupant respectivement anciens et nouveaux pôles de puissance, il les différencie en fonction de leur rôle dans le système international : locomotives et wagons. L’Europe est considérée comme « locomotive » au même titre que les Etats-Unis et le Japon, alors que l’URSS et la Chine faisaient figure de suivants, du moins dans le domaine économique. Pedini ne différencie guère les domaines économiques et politiques dans son analyse – ce en quoi il divergeait de manière conséquente par rapport aux dirigeants américains, pour lesquels le monde pentagonal ne valait que pour le domaine économique, la bipolarité restant de mise dans le domaine politique et militaire. La présentation de Pedini lui permettait de conférer à l’Europe communautaire un rôle actif dans ce jeu à cinq. On remarquera que dans son propos, Europe et Japon sont souvent mis sur un même niveau, avec des responsabilités similaires et des possibilités similaires aussi, notamment celle de contribuer à construire un nouvel ordre économique et politique. Pedini fut le seul à effectuer cette comparaison.

7.2. Réalité de l’Europe communautaire face à l’Est

11Les deux superpuissances conservaient, malgré l’émergence de nouveaux acteurs, leur statut de référents premiers pour l’Europe communautaire. La multiplication des contacts et des accords entre Américains et Soviétiques à la fin des années 1960, l’invitation renouvelée de l’URSS pour la tenue d’une conférence pan-européenne visant à traiter de la sécurité et de la coopération en Europe, la politique d’ouverture à l’Est (ci-après Ostpolitik) du chancelier ouest-allemand Willy Brandt suscitèrent un regain d’intérêt et de défiance des Européens envers leurs voisins soviétiques. Craignant de voir l’Europe soumise aux desiderata d’un condominium américano-soviétique, voire entraînée dans le giron soviétique, les Européens se penchèrent à nouveau attentivement sur ces caractéristiques qui leur paraissaient propres à leur entreprise et indispensables d’affirmer face à l’URSS. Au début des années 1970 s’engagea un nouveau dialogue entre Européens et Soviétiques. Quoique incertain et le plus souvent indirect – puisque essentiellement nourri par les bribes de discours et opinions relayés par les médias –, ce dialogue devait permettre à l’Europe communautaire de conforter son image d’entité autonome, havre de liberté.

  • 13 Riedel, M., Parlement européen, séance du 7 octobre 1970, Journal officiel des Communautés européen (...)

12Le parlementaire allemand M. Riedel rapporta, à l’attention de ses collègues du Parlement européen, une conférence de Youri Joukov – présenté comme parlementaire par Riedel – à laquelle il avait assisté lors d’un séjour à Bonn en septembre 1970 : « Les passages de cette conférence relatifs à la CEE avaient à peu près la teneur suivante : Un tiers des pays de l’Europe, reliquat des structures féodales anciennes, vit encore sous un régime d’économie privée et de droit privé, alors que les deux autres tiers pratiquent déjà avec succès l’économie socialiste. Les “petits six” de la CEE sont tout particulièrement rétrogrades et appliquent un régime horriblement démodé que l’orateur a désigné sous le terme “d’autarcie”. Cette petite Europe ne se rend pas du tout compte à quel point elle est en retard sur les Etats-Unis avec ses tentatives d’autarcie. Quant aux Etats-Unis, a déclaré le conférencier, ils sont actuellement à l’aube du “siècle de la technotronique” […] et lancent un véritable défi à l’ensemble de l’Europe. Et comme il fallait s’y attendre, M. Joukov a aussitôt cité M. Servan-Schreiber comme principal témoin. Mais ce réquisitoire ne s’est pas arrêté là. D’après M. Joukov, il est terrifiant de voir combien d’Europes il y a en Europe. Les vieux nationalismes ont empêché de créer une Europe unique. La preuve la plus récente en est la frontière sociale classique que les Etats membres de l’OTAN ont tracée entre eux et les Etats signataires sur pacteNathalie Tanner2013-11-18T12:29:00 Nathalie Tanner2013-11-18T12:29:00de Varsovie. M. Joukov a même eu l’audace de dire que nous en particulier, les pays membres de la CEE, avions érigé un mur au milieu de l’Europe13. »

13Dans le portrait que rapporte Riedel, l’Europe communautaire apparaît comme atteinte de nombreuses tares, la reléguant au Moyen Âge du développement politique et social, puisque ses structures, « reliquats » du féodalisme, sont encore de droit privé et ses objectifs réduits à une volonté d’autarcie dépassée. L’exaspération de Riedel est perceptible lorsqu’il restitue le deuxième argument de Joukov, lequel désigne l’Europe comme perdante dans sa course au progrès avec les Etats-Unis. Enfin, au grand dam du parlementaire allemand, l’Europe est déclarée coupable, coupable de céder encore aux démons du nationalisme et coupable de se transformer en un bloc, accusation qui transparaît de l’amalgame fait par Joukov entre la CEE et les Etats membres de l’OTAN, ainsi que de la fermeture, l’étanchéité et l’intangibilité relayée par l’image du « mur » que la CEE est accusée d’avoir érigée sur le continent.

14L’exaspération, voire l’indignation, qui transparaissent des propos de Riedel peut s’expliquer : les traits que Joukov prêtait à l’Europe communautaire étaient l’exact contraire de ceux que cette dernière avait esquissés, depuis une dizaine d’années. L’Europe communautaire se voulait une nouveauté historique, un dépassement de toutes les formes d’organisation politique ayant existé jusqu’alors – et non « un reliquat de structures féodales ». Elle avait affiché son rejet du nationalisme, et voilà que l’Union soviétique considérait ses initiatives comme guidées par ce même nationalisme. Elle avait certes admis le défi américain sur le plan technologique, mais comme facteur d’émulation et non de compétition féroce entre Etats capitalistes. Enfin, alors qu’elle avait fait de son mieux pour se présenter comme une communauté ouverte, les Soviétiques la qualifiaient d’autarcique et emmurée.

  • 14 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Jahn, Parlement européen, séance du 17 novembre 1971, p. (...)

15L’inquiétude des parlementaires se traduisit par un regain d’intérêt pour les positions soviétiques. Quelques mois après l’intervention de Riedel, un autre parlementaire allemand, Hans Edgar Jahn, rapporta divers éléments complémentaires, tirés de ses lectures de publications soviétiques : « Aujourd’hui, la position officielle de la politique soviétique à l’égard de la CEE peut encore se caractériser par les mots de “non-reconnaissance” ou de “refus fondamental”, les attaques lancées contre la Communauté ayant toutefois diminué en ampleur par rapport au passé. L’Union soviétique reprend toujours, à l’égard de la CEE, les arguments suivants : la dépendance de la CEE à l’égard des Etats-Unis dans le cadre du GATT et de l’OCDE ; les liens étroits de la CEE avec l’OTAN, la situation géographique du quartier général de l’OTAN et de la CEE, toutes deux implantées à Bruxelles, étant souvent mise en évidence ; le cloisonnement de la zone économique ainsi constituée14. »

16En somme : l’Europe des Six n’était même pas reconnue par les Soviétiques. Telle était l’image de l’Europe communautaire en URSS : une chimère.

  • 15 AHCE Malfatti, Franco-Maria, Bruxelles 1971, op. cit., p. 5.
  • 16 Malfatti, Franco Maria, Parlement européen, séance du 10 février 1972, Journal officiel des Communa (...)

17Le déni de reconnaissance des Soviétiques devint le point récurrent des discours européens dans les années qui suivirent. Ainsi, au printemps 1971, lors d’une conférence à l’Institut royal des relations internationales à Bruxelles, Malfatti consacra un court paragraphe à l’identité que l’Europe communautaire devrait afficher face aux pays de l’Est : « Il importe de montrer que notre Europe, notre Communauté, est ouverte vers le monde extérieur, œuvrant ainsi pour la détente, le bien-être et la paix. Voilà pourquoi je crois qu’il est de l’intérêt même des pays de l’Est de prendre acte de la réalité communautaire15. » Dans ce court portrait, le président de la commission contre l’image de bloc fermé et agressif véhiculée par les Soviétiques et leur enjoint de reconnaître l’Europe qu’il représente. Il insista à nouveau sur ces aspects quelques mois plus tard devant le Parlement européen, lors de la présentation du programme d’activité de la commission pour l’année 1972 : « Au moment où il importe de définir la position de cette Communauté européenne, qui apparaît sur le plan mondial, et où se dessine la perspective d’un sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement qui devra nous permettre de définir cette position à l’égard de l’étranger, de l’Ouest et de l’Est et aussi des pays en voie de développement, je crois qu’un point particulier […] mérite d’être étudié par la suite. J’ai parlé d’une Communauté qui se définit à l’égard de l’Est et de l’Ouest parce que, quelles que puissent être les évolutions verbales et tactiques des pays de l’Est et de l’Union soviétique, nous connaissons leur attitude fondamentale à l’égard de la réalité communautaire, de la construction européenne. C’est précisément pourquoi nous sommes fermement résolus à amener les pays de l’Est, et en particulier l’Union soviétique, à pratiquer une Realpolitik, car nous voyons qu’en effet, dans les rapports avec l’Est, nous nous présentons non seulement comme une réalité juridique et un système politique, mais comme une volonté politique, et que c’est donc précisément sur ce plan que pourra se modifier une situation dominée actuellement par l’incompréhension et le refus16. »

18Malfatti réitère son souci de parvenir à une reconnaissance soviétique de la réalité communautaire. Il détaille cette « réalité » et en distingue trois volets distincts : la « réalité juridique » des Communautés fondée sur les traités de Paris et de Rome instituant chacune des Communautés ; le « système politique » des Etats membres démocratiques, réunis de leur plein gré en une organisation à vocation supra étatique ; enfin, la « volonté politique » de l’Europe communautaire d’être un sujet autonome et pacifique des relations internationales.

  • 17 AHCE Collection des discours « Willy Brandt », « Pour une Europe plus grande », discours prononcé d (...)

19Cette obsession de la reconnaissance présente chez Malfatti et les parlementaires européens fut tancée par Willy Brandt au printemps 1972. « Cette Communauté émane d’elle-même ; elle n’a pas besoin d’être reconnue de l’extérieur pour continuer à exister. Les exigences de “reconnaissance” ne doivent pas conduire à la possibilité d’établir un rapport de dépendance à l’égard de tiers ou à ce qu’on s’embrouille inutilement dans une nouvelle interdépendance17. » Brandt avait utilisé la tribune exceptionnelle que lui offrait en avril 1972 la réception du Prix Nobel de la paix pour tenter de transformer le discours communautaire, en posant l’existence non conditionnelle de l’Europe : celle-ci « était » de par la volonté de ses membres et non pas de par celle de l’Union soviétique. Son développement ultérieur sur l’indépendance de l’Europe se rapporterait plutôt aux critiques exprimées à l’encontre de son Ostpolitik, qui avait suscité des craintes parmi les partenaires européens de la République fédérale allemande, les uns et les autres redoutant de voir la RFA subordonner l’unification européenne à sa propre unification.

  • 18 Paragraphe basé sur Ransom, Charles, The European Community and Eastern Europe, Londres : Butterwor (...)

20Le contenu du discours soviétique fut perçu comme s’infléchissant au printemps 197218. En effet, lors du 15e congrès des syndicats, le 20 mars 1972, Brejnev sembla atténuer ses propos. Il nota que l’URSS observait avec intérêt les activités et le développement du Marché commun et précisa que les relations soviétiques avec les pays membres de la CEE dépendraient de leur reconnaissance de « la réalité de ce qui existe dans la partie soviétique de l’Europe et plus particulièrement des intérêts des pays membres du Comecon. » Qualifiant d’absurde l’idée selon laquelle l’URSS souhaitait saper les fondations de la CEE, Brejnev affirma que le Marché commun faisait partie de la réalité de l’Europe occidentale.

  • 19 Mansholt, Sicco, Parlement européen, séance du 19 avril 1972, Journal officiel des Communautés euro (...)

21Ce discours ne passa guère inaperçu à l’Ouest du continent. Sicco Mansholt, qui succédait à Franco Maria Malfatti comme président ad interim de la commission, fit le point de la situation au Parlement européen en avril 1972 : « La deuxième catégorie de problèmes est celle des relations avec les pays étrangers à la Communauté. L’an dernier surtout, on a pu se rendre compte, à la lumière de divers indices, que notre Communauté est en train de devenir une réalité politique dans le monde. Un peu partout dans le monde, on y réagit. C’est le cas pour la Russie et la Chine […] La première manifestation du fait que l’on reconnaît dans la Communauté quelque chose de nouveau consiste dans la déclaration du secrétaire général du parti communiste russe, M. Brejnev, qui a déclaré notamment que la Russie suit attentivement les activités et l’évolution du Marché commun. Il a ajouté que les relations entre la Russie et les membres de ce Marché commun seront fonction de la mesure dans laquelle la Communauté reconnaîtra, de son côté, les réalités qui existent dans la partie socialiste de l’Europe, et en particulier de l’intérêt que les Etats membres porteront au Comecon19. »

  • 20 Constat également fait par Ransom, Charles, op. cit., p. 33.

22La réalité politique de l’Europe des Six avait ainsi entraîné des manifestations d’intérêt, « la première manifestation », première en importance sans doute, étant celle de Brejnev. Mansholt reprit fidèlement les propos de Brejnev, notant bien que ce dernier avait conditionné la reconnaissance de la CEE à celle du Comecon. Plusieurs points sont ici à soulever. Tout d’abord, à aucun moment Mansholt ne jette un regard en arrière pour considérer les prises de position antérieures de l’Union soviétique, alors même qu’il est le membre le plus ancien de la commission et que cette perspective historique lui permettait de relativiser l’ouverture amorcée par Brejnev. En effet, la position des Soviétiques n’avait pas bougé par rapport aux trente-deux thèses de 1962, document dans lequel la réalité de l’Europe communautaire avait déjà été reconnue20… Par ailleurs, il est frappant de constater combien Mansholt est affirmatif quant à la reconnaissance de la CEE par les Soviétiques.

  • 21 Lücker, Hans-August, Parlement européen, séance du 19 avril 1972, Journal officiel des Communautés (...)

23Hans-August Lücker, qui intervint au cours du débat qui suivit, était bien moins optimiste que Mansholt, notamment à cause de cette condition finale mise par Brejnev à la reconnaissance de la CEE : « M. Mansholt a donné une appréciation politique des déclarations faites par le secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique, M. Brejnev, sur le problème de la reconnaissance de la Communauté. […] Je dois attirer l’attention sur le fait qu’il résulte clairement des déclarations de M. Brejnev […] qu’à la reconnaissance formelle de la CEE répond la reconnaissance du Comecon avec toutes les divergences qui existent entre notre Communauté et le Comecon qui n’est pas une Communauté mais un système hégémonial [hégémonique, erreur dans l’original] sous la prédominance du plus puissant des pays de cette organisation21. » Dans la logique de Lücker, l’Europe communautaire devrait donc faire sans la reconnaissance de l’URSS, le prix à payer étant trop élevé.

24La position soviétique n’avait rien de fondamentalement nouveau par rapport à celle adoptée en 1962. L’analyse soviétique avait néanmoins été mise à jour, comme le rapporta le quotidien Le Monde du 18 novembre 1972. Se référant à un document préparatoire de la conférence européenne des instituts de relations internationales, qui se tint à Varna en octobre 1972, le journal citait un passage du document dans lequel les auteurs intégraient la présence nouvelle du Japon dans leur analyse des relations internationales. Le triangle formé par l’Europe communautaire, les Etats-Unis et le Japon, y était vu comme le centre de la lutte économique du monde capitaliste. D’après ce document, la conception soviétique de l’Europe restait pan-européenne : la gestion de la sécurité et des relations économiques sur le continent devait être dévolue à un organe pan-européen, dont les Etats-Unis seraient exclus. A l’opposé des desseins européens, les Soviétiques esquissaient ainsi l’image d’une Europe neutralisée entre les deux grands, voire passant sous la coupe soviétique.

  • 22 Mouvement fondé en 1968 par Georges Gorse, gaulliste, membre des gouvernements Debré, Pompidou et M (...)
  • 23 Ravenne, Alain, « Que peut faire l’Europe de l’Ouest, enquête », Esprit, novembre 1972, p. 778.
  • 24 Vaïsse, Maurice, « Changement et continuité dans la politique européenne de la France », in Georges (...)

25C’était bien la place de l’Europe communautaire sur le continent et entre les deux grands qui était en jeu. Les Soviétiques ne furent pas les seuls à envisager une Europe davantage tournée vers le continent. En parlant d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural, le général de Gaulle envisageait l’Europe de manière géographique, avec dans sa forme la plus aboutie d’organisation politique, un concert de puissances incluant la Russie. Son successeur, Georges Pompidou, ne partageait pas cette vision (voir encadré), vision qui ne fut pas non plus reprise par les gaullistes rassemblés au sein du mouvement pour l’indépendance de l’Europe22. Dans une interview accordée au magazine Esprit à la fin de l’année 1972, Alain Ravenne, délégué général du mouvement, n’en esquissait pas moins le portrait d’une Europe davantage enracinée sur le continent qu’ancrée dans l’Atlantique : « Il est souhaitable que la CEE équilibre son existence dans “l’espace atlantique”, par le développement d’un autre espace de coopération, celui-ci continental-européen. En d’autres termes, l’Europe occidentale appartient à l’Occident et à l’Europe. Défendre ses intérêts et affirmer son identité dans le monde occidental, établir sa coopération avec les Etats-Unis en des termes plus équitables, doit s’accompagner d’un effort pour resserrer et organiser les liens pan-européens23. » En évoquant la double « appartenance » de l’Europe, Ravenne semble vouloir quitter l’analyse purement politique pour introduire un élément culturel dans sa réflexion. Cet aspect est également présent chez Georges Pompidou, lequel concevait l’Europe comme une civilisation et non comme un simple espace géographique24. Sans développer ce point, Ravenne en tire néanmoins des conclusions quant aux démarches politiques à entreprendre, en l’occurrence prêter une attention égale aux dialogues avec l’Ouest et avec l’Est.

ENCADRE 12 – Une Europe encore limitée par l’Atlantique et l’Oural ?

  • 25 Pompidou, Georges, allocution prononcée lors du dîner offert au Kremlin au cours du voyage en URSS, (...)

« Si nous [la France] sommes résolus à développer les échanges économiques, techniques, culturels et humains, nous répondrons à la volonté des peuples de réaliser progressivement une interpénétration donnant naissance à un sentiment européen authentique. C’est de cet état d’esprit que procède la construction, à laquelle participent la France, de la Communauté économique européenne et les négociations qui se déroulent pour son élargissement. Qu’il s’agisse d’intégration économique ou de coopération politique, nous pensons que l’établissement de liens étroits entre un certain nombre de pays de l’Ouest européen renforce la position générale de l’Europe dans le monde et élimine de surcroît définitivement quelques-unes des querelles qui ont pour une bonne part été à l’origine des deux guerres mondiales. Mais nous n’avons cessé d’affirmer que la poursuite de cette œuvre de longue haleine doit s’accompagner d’un effort accru de rapprochement avec tous les autres pays de notre continent. L’objectif n’est pas de transposer la politique des blocs à l’intérieur de l’Europe mais de rendre à notre continent tout entier conscience de sa personnalité et confiance dans son avenir25. » Georges Pompidou, allocution au Kremlin, 6 octobre 1970

Pompidou rappelle patiemment dans quel esprit est construite Europe, en l’occurrence pour répondre aux besoins des peuples, quels en sont les objectifs – mise en avant du souhait de repositionner l’Europe dans le monde – avant d’aborder la question des relations avec l’Europe de l’Est.

  • 26 Soutou, George-Henri, “The linkage between European integration and détente. The contrasting approa (...)

Le portrait bienveillant de l’Europe qui ouvre le paragraphe offre de solides fondations aux propositions finales de Pompidou. Sans doute espérait-il avoir l’oreille de son auditoire au moment où il soulignait, comme l’avaient fait avant lui les responsables communautaires et nationaux (par ex. Willy Brandt), que l’Europe occidentale ne se construisait pas contre le groupe des Etats soviétiques, ni ne visait à se transformer en un bloc fermé. A la différence du général de Gaulle, Pompidou ne partageait pas l’idée d’une pan-Europe incluant la Russie26. Il ne souhaitait qu’un rapprochement entre l’Europe communautaire et l’URSS et non un nouveau concert pan-européen. Il semblerait par contre qu’il envisageait positivement la perspective d’une ouverture aux pays de l’Europe de l’Est sur la base d’une proximité culturelle. Là encore contrairement à De Gaulle, Pompidou entendait l’Europe comme une civilisation particulière, un « continent conscient de sa personnalité ».

  • 27 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception d (...)
  • 28 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception d (...)

26Le chancelier ouest-allemand Willy Brandt avait également échafaudé une vision pan-européenne soutenue par la conviction qu’Europe de l’Ouest et de l’Est appartenaient à une même civilisation : « L’Europe a grandi comme une communauté culturelle ; elle devrait redevenir ce qu’elle était27. » Pour Brandt, « l’Europe, qui démontra que ses forces vives étaient intactes après la guerre, n’a pas son avenir derrière soi. A l’Ouest, elle se développera au-delà de la Communauté économique – fidèle à l’esprit de Jean Monnet – en une union, qui peut également endosser une part de responsabilité à l’échelle mondiale, indépendante des Etats-Unis, mais – et j’en suis certain – fermement liée à eux. En parallèle, il existe une chance pour assurer la paix et la coopération pan-européenne, peut-être sous forme d’un partenariat européen pour la paix ; si je n’étais pas conscient de tous les obstacles pratiques et idéologiques qui restent encore à surmonter, je parlerais même ici d’un pacte européen de sécurité. […] J’aimerais par ailleurs souligner que je suis convaincu que la sécurité et la coopération pan-européenne ne souffriront pas de la progression de l’unification ouest-européenne. L’Europe de l’Ouest et la Grande-Bretagne, en somme la Communauté qui s’élargit, ne se forme pas en tant que bloc contre l’Est, mais peut – aussi par un renforcement de ses composantes sociales – devenir une pièce importante dans la construction d’une sécurité européenne équilibrée. Une étroite cohésion en interne n’est pas antithétique à une grande ouverture dans la coopération vers l’extérieur28. » Articulé autour des conditions d’une paix durable en Europe, le discours que Brandt prononça à Oslo à la fin de l’année 1971 dessinait une Europe différente de celle des gaullistes, ouverte à l’Est, mais tout en restant fortement ancrée à l’Ouest et étroitement liée aux Etats-Unis.

  • 29 AHCE Mansholt, Sicco, Aix-la-Chapelle 1972, op. cit., p.5.

27Le caractère ouvert de l’Europe communautaire, notamment envers les pays de l’Europe de l’Est et l’Union soviétique était aussi prôné par le président de la Commission européenne, désireux de ne pas abandonner le terrain aux seuls hommes politiques nationaux : « Le développement d’une communauté européenne ne saurait d’ailleurs jamais être dirigé contre quiconque mais il devra être une base permettant d’entreprendre des actions en commun. Et cela est vrai aussi en ce qui concerne l’Europe de l’Est ! La Communauté ne devra jamais être un bloc ! Elle ne devra jamais s’opposer à qui que ce soit ! Bien au contraire : le renforcement de notre Communauté doit la mettre en mesure de coopérer plus étroitement avec l’Est. Je me demande par exemple si une politique d’ouverture à l’Est aurait été possible en Allemagne si la Communauté européenne n’avait pas existé. Et je suis persuadé qu’au cours de la prochaine conférence européenne sur la sécurité et la coopération, la Communauté dans sa forme actuelle et surtout dans sa forme future sera un élément positif29. »

  • 30 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1734/4, Hallstein, Walter Discours d’investiture à la (...)

28Au même moment, le Mouvement européen, par la voix de son nouveau président, Walter Hallstein, évitait de formuler une solution européenne pour l’Europe de l’Est : « Pour ce qui concerne l’Europe de l’Est, il me semble aujourd’hui inopportun de formuler des plans à longue portée ou même de se livrer à des spéculations. Etablir des contacts multiples avec les peuples et les hommes vivant de l’autre côté de l’ancien rideau de fer afin de leur donner avant tout le sentiment d’une solidarité à l’échelle de l’ensemble de l’Europe devrait être notre premier but. Au reste, notre maison sera d’autant plus attirante que nous aurons su la bien construire. Plus les liens que nous avons établis entre nous seront solides et plus les conversations politiques seront un jour facile. Préparons-nous donc à une rencontre de l’ensemble des pays européens après 1980 et réjouissons-nous de chaque jour qui nous en rapproche30. » L’ancien président de la Commission européenne continuait de donner la priorité à la construction de l’Europe occidentale sur toute initiative pan-européenne. Son discours n’était pas pour autant muet sur l’image de l’Europe qui était la sienne : celle d’une Europe de l’Est promise à être intégrée à terme dans l’union de l’Europe, dans la « rencontre de l’ensemble des pays européens ».

  • 31 Coudenhove-Kalergi, Richard, Europe puissance mondiale, Paris : Stock, 1972 p. 49.
  • 32 Ibidem, p. 37.

29A près de 80 ans, le comte de Coudenhove-Kalergi prenait encore part au débat européen. Il exprimait un rejet catégorique de considérer la Russie comme européenne : « Seule la Petite Europe sans la Russie est en mesure de préserver l’avenir de la liberté européenne et de l’individualisme européen, alors qu’une Grande Europe, dominée par la Russie, verrait inéluctablement triompher le principe communiste de l’idéal de liberté européen31. » Suivaient ensuite quelques pages où toute l’histoire de l’Europe, de l’Antiquité au xxe siècle, était interprétée comme une lutte permanente pour la liberté. Dans cette pensée, quid de l’Europe de l’Est ? Cette dernière est désignée par le terme d’ « Inter-Europe », qui ne se retrouve que chez cet auteur. Coudenhove-Kalergi fut également le seul à se risquer à définir le caractère européen des neuf pays membres de cette InterEurope – en préconisant lui aussi de s’abstenir de tout « irrédentisme », qui « équivaudrait au suicide ». A la place, le comte suggérait que « c’est dans le domaine culturel et là seulement que la “Petite Europe” devrait tenter un rapprochement aussi étroit que possible avec l’Inter-Europe et ses peuples, dont la culture fut, depuis mille ans, partie intégrante de la culture européenne32. »

  • 33 Hassner, Pierre, « L’Europe de l’Est, vue de loin », Esprit, novembre 1972, p. 743-744 et 767.

30Malgré ces ouvertures positives, le politologue français Pierre Hassner tirait un bilan négatif de la sensibilité de l’Europe communautaire face à l’Europe de l’Est : « Si l’on met à part les Allemands, les Européens de l’Ouest fixent leur attitude envers l’Europe de l’Est surtout en fonction de l’organisation de l’Europe occidentale elle-même et de ses rapports avec les Etats-Unis et avec l’URSS. Ceux qui mettent l’accent sur la construction européenne pensent avant tout à l’Europe occidentale. Ceux qui mettent l’accent sur la détente pensent avant tout à l’URSS. Dans les débats entre Occidentaux sur la nature des rapports Europe-Etats-Unis ou sur celle des rapports Est-Ouest, l’Europe de l’Est n’apparaît qu’à titre d’argument subordonné, invoqué comme témoin de la persistance du danger soviétique ou, au contraire, de la transformation du communisme. Pour les Européens de l’Ouest, l’Europe de la prospérité et, pour la plupart, de la liberté, est l’Europe atlantique ou du moins celle du défi américain ; pour certains d’entre eux encore, l’Europe de l’idéologie, et pour un nombre croissant, celle de la puissance, est représentée par l’URSS. Entre les deux, quelle conception de l’Europe les Occidentaux pourraient-ils avoir, qui mette au premier plan leurs liens avec leurs voisins ni prospères ni puissants de l’Est ? On n’en voit idéalement que deux : l’Europe des petites et moyennes puissances, que ce soit dans la version d’une Europe des indépendances nationales dressée contre les hégémonies, ou dans celle d’une Europe troisième force ; et l’Europe troisième voie, dans la version de la synthèse du capitalisme ou du socialisme, ou dans celle de leur refus et de leur dépassement par un modèle original qui serait un modèle européen de civilisation autant que d’organisation sociale. […] Une troisième voix. […] C’est le troisième plan. […] Emergence à l’intérieur de leurs alliances et de leurs systèmes respectifs, d’une Europe de l’Ouest et d’une Europe de l’Est dont le dialogue produirait moins une troisième force ou une troisième voie qu’une troisième voix33 ? »

  • 34 Hassner, Pierre, “Europe’s Eastern Limits”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixteen Europ (...)

31Hassner confirme ainsi notre intuition : pour lui, l’Europe regroupait l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est, cela ne faisait aucun doute. « L’Europe ne s’arrête pas à l’Elbe. Au-delà des divisions sociales et idéologiques, un sentiment d’identité culturelle et historique traverse tout le continent, nourri par de vieux souvenirs et de nouvelles communications34. » Repoussant l’image d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural menant une politique d’indépendance, voire de confrontation à l’égard des deux blocs (soit l’Europe Troisième Force du général de Gaulle), rejetant de même l’image d’une Europe fondée sur la fusion des deux blocs antagonistes (une Europe troisième voie), il proposait une Europe troisième voix : une nouvelle Europe, fondée sur dialogue entre les deux Europe et leur rapprochement, mais sans disparition des blocs.

  • 35 Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 15 mars 1972, Journal officiel des Communautés (...)

32Au printemps 1972, Cornélis Berkhouwer introduisit la Chine dans ce face-à-face avec l’URSS : « En ce qui concerne notre position à l’égard de l’Est, on constate un phénomène remarquable : Pékin se réjouit de l’élargissement de la CEE et souhaite établir des contacts et avoir des relations d’affaires avec la Communauté élargie, tandis que la Pravda a publié des articles venimeux contre l’élargissement et tout ce qu’il implique. Les motifs de la satisfaction des uns et du mécontentement des autres sont aisément concevables : dans un camp, celui-là même qui réclame une conférence de la sécurité, notre division serait bien accueillie, tandis qu’en Extrême Orient on se réjouit de ce que nous formions un bloc compact en raison des préoccupations supplémentaires que cela peut causer à Moscou. J’estime donc que lors de la conférence au sommet, il faut affirmer clairement que, si l’Union soviétique entend négocier avec nous, elle doit à tout le moins reconnaître la CEE de facto et de jure35. »

  • 36 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1739/2, Petrilli, Giuseppe, « Les relations extérieure (...)

33Dans l’analyse du parlementaire, l’Est est élargi pour englober l’Orient. Le statut de nouvelle grande puissance de la Chine communiste générait depuis la fin des années 1960 un intérêt soutenu en Europe. Ce n’est pourtant pas cet aspect qui retenait l’attention de Berkhouwer à la veille d’un important face-à-face avec les Soviétiques, au sein de la conférence pour la sécurité et la coopération en Europe. Le parlementaire se réjouissait de pouvoir trouver en la Chine un allié inattendu, estimant que la RPC avait en effet adopté une attitude très positive face à l’Europe communautaire. Giuseppe Petrilli soulignait ce même aspect dans son rapport au Conseil fédéral du Mouvement européen de Rome, en juin 1973 : « Bien qu’étant dictée par des considérations évidentes de “raison d’Etat”, l’attitude très favorable de la Chine à l’égard de la Communauté européenne et de son renforcement politique n’est pas, à l’heure actuelle, un élément négligeable de la situation internationale36. » Les deux observateurs s’accordaient pour expliquer la bonne volonté chinoise par les tensions et la compétition existant entre la RPC et l’URSS depuis la cristallisation du schisme sino-soviétique en 1963 et les incidents de frontières de 1969. Berkhouwer entendait d’ailleurs tirer profit de cet antagonisme pour obtenir de l’URSS la reconnaissance de la CEE.

  • 37 Kux, Stephan, “The People’s Republic of China’s Perception of West Europe 1960-1981 – A Content Ana (...)

34S’il nous est impossible de se plonger dans les sources chinoises pour éclairer les dires de Berkhouwer et Petrilli, il est cependant possible de se reporter, comme dans le cas soviétique, à des sources secondaires. L’étude publiée en 1984 par Stephan Kux permet ainsi de corroborer la perception des Européens contemporains des événements. Kux met en effet en évidence un changement de la position chinoise dès le 9e congrès du Parti communiste chinois en avril 1969, évolution perceptible dans les médias chinois à partir de 1972 seulement. A titre d’exemple, Kux cite alors un extrait du quotidien People’s Daily du 23 octobre 1972 : « Malgré les heurts et les différences d’opinion […] ces pays [membres de la CEE] sont déterminés à prendre des mesures pour poursuivre leur union, renforcer la coopération économique et politique, et construire une Europe indépendante qui “affirmera sa personnalité” et se débarrassera de l’interférence et du contrôle des deux superpuissances37. »

35Le ton assez neutre de l’extrait atteste des dispositions relativement bienveillantes de la RPC. Le journaliste avait ici repris les principaux points de la déclaration adoptée par les chefs d’Etat ou de gouvernement européens à l’issue de la conférence de Paris, y compris le souhait qu’ils y exprimaient d’affirmer l’identité européenne entre les USA et l’URSS.

36L’analyse complète offerte par Kux sur les années précédant le virage pragmatique de 1969 et les années qui suivirent confirme, en la nuançant, celle de Berkhouwer et Petrilli, lesquels voyaient dans le schisme sino-soviétique la cause principale du revirement chinois. Kux suggère en effet que l’Europe communautaire était perçue comme un allié potentiel de la RPC, en contrepoids à l’influence de l’URSS. L’auteur met toutefois également en avant le rapprochement avec les Etats-Unis et l’entrée de la RPC à l’ONU, intervenus en 1971. La position chinoise à l’égard des efforts de l’Europe communautaire reflète en fait la théorie des Trois mondes articulée au début des années 1970 pour organiser les relations que la RPC pouvait entretenir avec chaque puissance ou groupe de puissances. Selon cette théorie, les Etats se groupaient en trois cercles concentriques représentant trois mondes. Le cercle central, le premier monde, comprenait les deux superpuissances. Ne pouvant contrer les deux à la fois, la RPC avait opté pour un rapprochement avec les Etats-Unis. Dans le deuxième cercle (soit le deuxième monde), se regroupaient les alliés des superpuissances : Europe occidentale, Japon, Europe de l’Est. La RPC y entretenait avec tous des relations positives, de manière à disjoindre les alliances avec les deux grands. Dans le troisième cercle (troisième monde), se trouvaient tous les autres pays, les non-alignés, dont la RPC espérait devenir le leader.

ENCADRE 13 – Vers la définition d’une identité culturelle de l’Europe communautaire ?

  • 38 Pompidou, Georges, conférence de presse tenue à l’Elysée le 16 mars 1972, Entretiens et discours 19 (...)

« Il suffit de lire la liste des pays qui vont composer la nouvelle Communauté pour voir qu’ils ont tous en commun une même tradition de civilisation à la fois chrétienne et rationaliste, même si chacun d’eux y a mis sa marque particulière. Je disais en d’autres lieux qu’il n’y a plus depuis longtemps de patrie européenne, mais il y a un homme européen, il y a une civilisation européenne et il s’agit de la préserver38 […] » Georges Pompidou, conférence de presse, Paris, 16 mars 1972

  • 39 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception d (...)

« L’Europe a grandi comme une communauté culturelle ; elle devrait redevenir ce qu’elle était39. » Willy Brandt, réception du Prix Nobel de la paix, Oslo, 1971

  • 40 Coudenhove-Kalergi, Richard de, Europe puissance mondiale, op. cit., p. 74, 98 et 109.

« La culture mondiale n’est qu’un vernis. Sous ce vernis, s’annoncent cinq cultures historiques : l’européenne, l’arabe, l’indienne, la chinoise et la japonaise ; une sixième n’est encore qu’en devenir : la bolchevique. […] Les Croisades exprimèrent la communauté de destin et de civilisation de l’Europe, car tous les Européens se sentaient solidaires face aux Sarrasins. […] L’Europe, dont la commune civilisation et la consanguinité sont séculaires, acquiert une communauté de destin en raison de la menace bolchevique40. » Richard de Coudenhove-Kalergi, 1971

  • 41 Hassner, Pierre, “Europe’s Eastern Limits”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixteen Europ (...)

« L’Europe ne s’arrête pas à l’Elbe. Au-delà des divisions sociales et idéologiques, un sentiment d’identité culturelle et historique traverse tout le continent, nourri par de vieux souvenirs et de nouvelles communications41. » Pierre Hassner, 1972

Les arguments relevant de la culture européenne se font beaucoup plus présents qu’auparavant dans les écrits et les réflexions des hommes politiques sur l’identité de l’Europe communautaire. Les intellectuels avaient certes conservé une approche de la construction européenne mettant en exergue l’héritage spirituel, intellectuel, juridique. Ce n’était pas le cas des responsables politiques, qu’ils soient communautaires ou nationaux.

Dans les discours se rapportant à la personnalité de l’Europe occidentale par rapport à l’Est, seuls ceux émanant de responsables politiques nationaux avaient des références à certains éléments d’une identité culturelle européenne. Mais, aucun élément culturel ne vint soutenir les propos de la Commission européenne, qui se concentrait sur des arguments économiques et politiques propres aux domaines de compétence des Communautés.

Pour Pompidou et Brandt, l’identité culturelle de l’Europe est une évidence, nourrissant une nostalgie et un désir de la préserver. Coudenhove-Karlergi en fait le socle d’une « communauté de destin » qui s’exprime surtout face au danger soviétique. Chez Hassner, entre autres, l’existence affirmée d’une identité culturelle européenne permet à l’auteur de plaider pour une attention accrue au sort des pays d’Europe centrale et orientale.

7.3. Le Tiers-Monde et son développement : nouvelle raison d’être de l’Europe communautaire

37L’avènement d’un monde multipolaire ne conduisit pas l’Europe communautaire à ignorer le Tiers-Monde pour se concentrer sur les puissances nouvelles. Le dialogue avec les Etats associés, les pays du Commonwealth « associables » suite à l’adhésion de la Grande-Bretagne et l’ensemble des pays en voie de développement dans divers fora internationaux vit l’Europe communautaire camper toujours davantage le rôle de bienfaitrice ouverte et sans prétentions néocolonialistes.

  • 42 Buchmann, Jean, « Une fédération européenne pour quoi faire ? Le sens de notre combat », L’Europe e (...)

38Signant un article engagé pour la revue L’Europe en formation, le belge Jean Buchmann concevait l’Europe des Communautés comme un « instrument de développement solidaire de l’humanité et de promotion du “Tiers-Monde”. » « L’Europe naissante, écrivait-il, ne peut absolument pas apparaître au “Tiers-Monde” comme une coalition d’intérêts conservateurs, comme un nouveau membre d’un club de riches et de puissants, cherchant à maintenir le statu quo. Elle doit résolument et tout de suite s’attacher prioritairement à la tâche de promotion du “Tiers-Monde”. […] Une Europe unifiée et forte apparaît assez bien placée pour prendre des initiatives de cet ordre. D’abord parce que, le colonialisme liquidé, l’expérience humaine de la colonisation et de la coopération, la connaissance approfondie des problèmes du sous-développement, les liens particuliers qui demeurent sur le plan culturel deviennent des atouts précieux. Ensuite, parce que l’émergence d’un “troisième grand”, capable d’apporter une aide efficace, produit par elle-même un effet libérateur sur des peuples qui redoutent autant l’alignement sur Washington ou Moscou que d’être abandonnés à eux-mêmes42. »

39C’était l’une des inquiétudes majeures de Buchmann : que l’Europe ne renvoie pas à ses partenaires du Sud l’image de l’entité progressiste et ouverte. Pour s’assurer que telle serait la perception que l’on aurait d’elle, l’universitaire préconisait une politique d’aide au développement que serviraient ses liens passés. La lecture positive que l’universitaire adoptait de l’héritage colonialiste de certains des Etats membres l’avait encouragé à le transférer à l’Europe communautaire. Héritière de cette expérience, l’Europe communautaire pouvait en faire la base de son expertise et se poser comme partenaire alternatif face aux Etats-Unis et à l’Union soviétique. On voit ici se dessiner, sous la plume d’un fédéraliste engagé, une Europe Troisième Force que n’aurait sans doute pas reniée le général de Gaulle.

  • 43 AHCE Collection des discours « Jacques Durieux », « L’Europe élargie face au Tiers-Monde », confére (...)

40Directeur à la Commission européenne, Jacques Durieux s’exprima en termes similaires lors d’une conférence tenue à Bruxelles à la fin de l’année 1971 : « Pendant les premières années de son existence, la Communauté économique européenne [est] apparue aux yeux de nombreux pays en voie de développement comme une entité assez mercantile et égoïste, plus préoccupée de ses propres problèmes et intérêts que soucieuse de rendre son développement solidaire de celui du Tiers-Monde et cela malgré les efforts de coopération entrepris dès l’origine par la Communauté en faveur des EAMA. Cette première image était sans doute inévitable dans la mesure où elle résultait largement des contraintes internes propres à une entité nouvelle encore dépourvue de moyens et à la recherche d’elle-même. […] Il est permis de dire que, grâce à ces efforts, la crédibilité de la Communauté dans le Tiers-Monde s’est sensiblement améliorée au cours des dernières années et que l’Europe exerce désormais une attraction croissante sur les pays en voie de développement, en dépit de ses moyens limités et du caractère inachevé de son unification. Je serais même tenté de dire qu’aux yeux des maints pays en voie de développement, la Communauté apparaît de plus en plus comme une espérance, comme le seul recours contre une subordination excessive à l’égard des géants américain, soviétique ou chinois43. »

  • 44 Par exemple, AHCE Dahrendorf, Ralf, Bonn 1971, op. cit., p. 1, 2 et 5.

41Adoptant une stratégie de justification des manquements et errements de l’Europe dans les premiers temps de son existence, Durieux tente de battre en brèche l’image d’une Europe « mercantile » et « égoïste ». En anthropomorphisant l’Europe, décrite comme une entité « à la recherche d’elle-même », Durieux semble vouloir s’allier la clémence de son auditoire. Il résume ainsi la décennie de batailles idéologiques et politiques qui avaient marqué les débuts de l’association de certains pays en développement avec la nouvelle Europe. Le fonctionnaire souligne le « caractère inachevé » de l’intégration européenne, lequel apparaît également en 1973 dans la déclaration sur l’identité européenne comme trait marquant de l’Europe communautaire. Sous couvert de rapporter les opinions et sollicitations des pays tiers, Durieux en vient également à esquisser le portrait d’une Europe Tierce Force entre les USA, l’URSS et la RPC. Sans doute n’est-il pas erroné de penser que Durieux, en présentant l’Europe comme un « recours », faisait référence à la déclaration de Buenos Aires, adoptée à la suite de la réunion extraordinaire des ministres de la Commission spéciale pour la coordination latino-américaine (CECLA) le 29 juillet 1970. Les vingt-deux pays réunis ce jour-là indiquèrent en effet dans le document leur volonté d’indépendance vis-à-vis de leur voisin américain en nouant des liens plus étroits avec l’Europe communautaire. Cette déclaration fut également souvent citée en exemple par le commissaire Ralf Dahrendorf, désireux lui aussi de mettre en évidence la perception positive de l’Europe communautaire dans le monde, les sollicitations dont elle faisait l’objet, les réactions qu’elle engendrait et l’autonomie politique dont elle se devait de faire preuve pour y répondre44.

  • 45 AHUE Fonds EM-Edoardo Martino, dossier EM 153, « La Communauté européenne et les pays en voie de dé (...)

42Soucieux de corriger la perception négative que pouvaient avoir certains pays tiers des Communautés européennes, le commissaire en charge de l’aide au développement Edoardo Martino s’attacha lui aussi à en dresser un portrait plus flatteur : « Pendant les douze premières années de son existence, la Communauté s’est surtout préoccupée d’asseoir les bases de son unité. […] Par ailleurs, il était indispensable que la Communauté définisse sa place dans l’économie mondiale par rapport au géant américain, au géant soviétique et bientôt au géant japonais. […] Pourquoi l’unité européenne : pour relever le défi américain, soviétique et bientôt japonais… ou le défi du Tiers-Monde ? Ce dernier est pourtant le véritable défi de notre génération. Quel est donc le nerf de l’unification européenne : la compétition ou la coopération ? […] “Europe, prends garde de perdre tes raisons de vivre, tes racines, ton âme”, pourrait-on répondre à ceux qui ne voient dans l’unification européenne qu’un moyen de relever le défi américain par la seule voie de la compétition, pour importante qu’elle soit45. »

43Si Martino adopte comme Durieux une stratégie de justification des priorités de l’Europe, il cherche également à dépasser ce discours. Il veut le transformer en ajoutant le désir de solidarité dans le développement aux causes premières de l’unification européenne. Pourquoi l’unité européenne ? Quel est le nerf de l’unification européenne ? Réponse : la coopération à l’échelle internationale, en faveur du développement de tous. Pour le commissaire Martino, la confrontation au Tiers-Monde semble agir comme un miroir, mettant à jour les véritables raisons d’être de l’Europe communautaire. La composition de l’auditoire de Martino (des figures syndicales européennes) peut éclairer les envolées de l’orateur en faveur du caractère progressiste de l’Europe. Notons un dernier point qui se retrouve chez d’autres à cette période : le caractère premier ou prioritaire du « défi du Tiers-Monde » par rapport aux challenges posés par les grandes puissances internationales.

  • 46 Westerterp, T.E. Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés europ (...)

44Le parlementaire néerlandais Theodorus Engelbertus Westerterp considérait de même le dialogue avec le Tiers-Monde comme prioritaire et fondamental pour l’Europe communautaire. Prenant la parole lors de la séance du 16 juin 1970 au Parlement européen, il rappela à ses collègues : « Tout d’abord, il faut que la Communauté ait un sens pour la jeune génération, qui est très sceptique à l’égard de ses objectifs. Peut-être a-t-on trop insisté par le passé sur la nécessité pour la Communauté européenne d’améliorer le bien-être et la prospérité de ses habitants. A mon avis, il ne peut s’agir là de l’objectif final de la Communauté européenne, qui doit avoir conscience également de sa responsabilité à l’égard de l’extérieur, et par extérieur je n’entends pas seulement les pays qui s’efforcent actuellement d’adhérer ou de s’associer à ce “club riche”, mais également les pays en voie de développement46. »

45Jusqu’alors absentes des discours européens sur le Tiers-Monde, des raisons internes sont invoquées pour justifier la politique d’aide au développement menée par la CEE : pour Westerterp, les relations avec le Tiers-Monde devaient permettre à la jeunesse européenne de donner sens à la construction communautaire. Il est intéressant de voir que, lorsque Franco Maria Malfatti développait un discours sur la prospérité comme raison d’être de l’Europe (voir chapitre 6), le président de la commission le considérait comme novateur, alors que Westerterp le jugeait, en juin 1970, d’ores et déjà dépassé.

  • 47 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Triboulet, Raymond Parlement européen, séance du 17 nove (...)

46L’aide au développement devenait ainsi l’une des principales raisons d’être de l’Europe communautaire, pour répondre aux aspirations idéalistes de la jeunesse européenne et symboliser le caractère responsable de la nouvelle puissance européenne. Le gaulliste Raymond Triboulet développa une argumentation similaire à celle de Westerterp en novembre 1971. S’adressant aux parlementaires et représentants du conseil et de la commission réunis à l’occasion du colloque interinstitutionnel, il rappela : « Aujourd’hui la jeunesse à qui nous avons su jusqu’ici assurer la paix, n’en comprend plus la valeur. Elle n’a pas connu la guerre. Alors, qu’est-ce que cette paix dont elle jouit sans en comprendre le prix ? Elle cherche donc un idéal, et peu à peu, un déséquilibre se crée entre ses aspirations, très généreuses, comme celles de toute jeunesse, et le fait qu’on lui offre comme idéal de gagner sa vie, de s’assurer un bon salaire, de prendre des loisirs le dimanche, de se marier et d’avoir des enfants. Cela lui paraît borné. Il lui faut d’autres dévouements. Elle désire pouvoir se dévouer. Eh bien, nous en avons le moyen : l’aide aux pays en voie de développement47. »

47Dans ce long paragraphe dévolu à la discussion de l’équilibre émotionnel, mental, voire moral de la jeunesse communautaire, paragraphe au ton volontiers cynique, Triboulet défend un argument sensiblement identique à celui de Westerterp : il pose lui aussi l’aide au développement comme autre raison d’être de l’Europe communautaire, au-delà de l’assurance de prospérité et de bien-être.

  • 48 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », discours devant les deux c (...)

48Franco Maria Malfatti, présent lors l’intervention de Triboulet, semble l’avoir retenue. Il, proposa lors de sa tournée africaine à la fin de l’automne 1971 une synthèse des deux lignes argumentatives, celle de Triboulet et la sienne : « Certes, c’est d’abord pour eux-mêmes, pour effacer les anciens clivages, pour améliorer leur mieux-être, que les peuples d’Europe travaillent à leur unité. Certes aussi, l’évolution de la technique souligne dans maints domaines l’exiguïté des économies nationales et la nécessité de constituer de plus vastes ensembles. Pourtant, on n’accomplira pas ce changement historique sans précédent que serait une Europe pacifiquement construite dans la simple perspective d’avantages matériels accrus. Un projet mobilisateur qui dépasse les égoïsmes nationaux et la plate logique de l’économie est indispensable. Dans un monde confronté à des inégalités de tous ordres, où les écarts de croissance, loin de s’atténuer, s’aggravent avec le temps, une politique de coopération au développement, sans cesse plus hardie, peut et doit être – j’en suis convaincu – l’un de ces projets mobilisateurs de l’effort communautaire48. »

49Malfatti emploie lui aussi une grande partie de son discours à revoir les raisons d’être de l’Europe communautaire. Les antinomies (guerre/paix, Etat/continent et déclin/prospérité) résument dans sa bouche l’histoire de la construction européenne, les Communautés ayant systématiquement permis les évolutions.

ENCADRE 14 – Le développement, nouvelle raison d’être de l’Europe communautaire

“Dobbiamo la nostra existenza al rifiuto delle esasperazioni autarchiche o nazionaliste, all’opposizione a qualsiasi politica che sia basata sulla forza, sulla interferenza nelle altrui decisioni, e nella egemonia, alla disponibilità a qualsiasi sforzo diretto ad approfondire i vincoli d’amicizia e di distensione tra i popoli. Sono tali caratteri ad identificare la nostra personalità internazionale. E’ infatti questo patrimonio che impedisce alla Comunità di presentarsi sull’arena internazionale come forza impegnata al semplice mantenimento dello status quo ; è questo stesso patrimonio che le impone di non contentarsi di une gestione ordinaria e per ciò stesso fragile della pace ma di inserirsi come soggetto attivo per un migliore equìlibrio internazionale. [...]

Io rappresento una realtà nuova e giovane che non è mai esistita nel passato, l’Europa Unita, espressione della irrevocabile fine dell’ egoismo nazionale, della guerra, del colonialismo, elemento nuovo per un migliore equilibrio internazionale fondato sulla comprensione tra i popoli, sul diritto, sulla giustizia e sulla pace.

  • 49 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », discours prononcé à l’Univ (...)

Ho voluto ricordare questi elementi perché essi spegiano la scelta ideale che anima il nostro impegno nei confronti della cooprazione allo sviluppo. In un mondo in cui sussistono disparità di ogni genere, in cui le differenze di sviluppo si accentuano con il passare del tempo, la cooperazione allo sviluppo rappresenta per la Comunità, prima che un dovere, una scelta naturale suscettibile di qualificare la nostra presenza internazionale e di mobilitare all’interno e all’esterno la nostra costruzione49.” Franco Maria Malfatti, 6 décembre 1971, Mogadiscio

Le président de la commission se fait didactique, présenter l’Europe communautaire, expliquer son parcours, clarifier les valeurs qui la guident, justifier ses objectifs et en somme, consolider le portrait de l’Europe communautaire en devenir.

Dans la synthèse proposée par Malfatti se retrouvent, en termes identiques aux nombreux discours européens précédents, les raisons d’être historiques de l’Europe : refus de l’autarcie, du nationalisme, de la politique de puissance et des tentatives hégémoniques. Plus clairement que jamais auparavant, Malfatti fait de ces motivations historiques des traits de caractère essentiels de l’identité internationale de l’Europe communautaire (“Sono tali caratteri ad identificare la nostra personalità internazionale). Ces mêmes éléments éclairent, selon Malfatti, le désir de l’Europe d’être un sujet actif sur la scène internationale.

Malfatti mettait un point d’honneur à différencier l’Europe communautaire de l’Europe des états-nations. Dans sa bouche, l’Europe communautaire est nouvelle, jeune, sans précédent historique (“realtà nuova e giovane che non è mai esistita nel passato). Cette différenciation lui permet d’opérer une césure historique entre les agissements des états-membres de l’Europe communautaire et les valeurs guidant les actions de la nouvelle Europe unie, qui se déclinent en quelques notions clé : relations amicales entre les peuples, état de droit, justice et paix.

Une fois tous ces éléments d’éclaircissement apportés, Malfatti aborde enfin le sujet des relations entre l’Europe et les pays en développement. Le dessein de l’Europe est présenté comme universaliste, concernant tous les pays en développement et non seulement les pays africains et malgache associés.

Malfatti articule les motivations de l’Europe de manière classique lorsqu’il fait référence au sentiment de devoir, mais se montre créatif en parlant d’un choix naturel susceptible de mobiliser aussi les énergies « internes » (“di mobilitare all’interno e all’esterno la nostra costruzione), sous-entendu : motiver la population et plus particulièrement la jeunesse des états-membres.

50Pour les responsables européens, l’Europe ne se définissait pas seulement par son souci de coopération avec les pays du Tiers-Monde, mais également par l’originalité des mécanismes mis en place. Cette argumentation fut développée dès les débuts de la politique d’association en 1963, puis maintenue et enrichie pour répondre aux importants changements intervenus tant sur le plan international (avec la pérennisation de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement – CNUCED), que sur le plan européen (avec l’élargissement de la Communauté à trois nouveaux membres).

  • 50 Rochereau, Henri, Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés euro (...)

51Le commissaire Henri Rochereau en charge de la politique de développement rappela aux parlementaires européens « le caractère exemplaire de cette politique. Cette politique est exemplaire dans la mesure où elle prend les problèmes des pays en voie de développement dans leur ensemble et tente de leur apporter des solutions qui sont, elles aussi, globales. […] Cette politique est exemplaire aussi dans la mesure où elle est paritaire et la seule – à ma connaissance – qui groupe dans des institutions communes les pays qui donnent et les pays qui reçoivent50. » Le discours de Rochereau développait des arguments classiques : d’une part l’accent mis sur l’égalité entre tous les participants à la politique (parité), qu’ils soient donneurs ou récepteurs de l’aide au développement, lui permettait de saper toutes les accusations de néocolonialisme ; d’autre part, en soulignant le caractère global de la politique européenne, Rochereau définissait une Europe ouverte, non discriminatoire et soucieuse de s’inscrire dans le chœur des solutions internationales.

  • 51 AHCE Malfatti, Franco Maria, Tananarive 1971, op. cit., p. 16.

52Ce dernier point restait sujet à polémique, d’où l’insistance des responsables communautaires. A ses hôtes malgaches, Franco Maria Malfatti assurait en novembre 1971 : « Dans un monde confronté au problème global du sous-développement, la recherche de solutions a vu s’opposer plusieurs approches. Deux types de critiques ont ainsi été formulés à l’égard de la construction euro-malgache et euro-africaine. L’une, générale, tend à mettre en opposition solutions “régionales” et solutions mondiales pour condamner les premières. L’autre, plus spécifique et émanant essentiellement de certains grands pays industrialisés, porte sur des aspects partiels de l’Association, principalement sur son volet commercial. […] La querelle du “mondialisme” et du “régionalisme” repose sur un faux problème. Il ne s’agit en aucun cas d’opter pour l’une ou l’autre des deux approches mais de les combiner afin d’assurer à la coopération au développement son maximum d’efficacité51. »

  • 52 Palayret, Jean-Marie, « Mondialisme contre régionalisme : CEE et ACP dans les négociations de la co (...)

53Usant des mêmes ressorts que ses prédécesseurs (voir chapitre 5), Malfatti mettait l’accent sur la complémentarité existant entre l’approche européenne (privilégiant les relations entre la région Europe et la région formée par les EAMA) et les approches globales développées dans un cadre onusien. Succédant au premier accord d’association entre la CEE et les EAMA, la convention de Yaoundé II, signée en juillet 1969, entra en vigueur le 1er janvier 1971. Construite sur le modèle de la première convention du même nom, elle offrait aux partenaires africains de l’Europe un accès privilégié au Marché commun. Les pays membres de l’Europe communautaire participaient tous en parallèle aux forums internationaux – dont la CNUCED, qui tint sa deuxième session en 1968. Les débats à la CNUCED avaient amené l’Europe communautaire à mettre en place, en juillet 1971, le système de préférences tarifaires généralisées. Dès lors, l’ensemble des pays en voie de développement (PVD) bénéficiait de facilités pour écouler leurs produits sur le marché européen52. Salué par le secrétaire général des Nations Unies comme historique, le geste des Européens réduisait considérablement les avantages particuliers des EAMA. La CEE semblait ainsi saper sa politique régionale en participant à la politique mondiale. La complémentarité entre les approches régionale et mondiale, tant vantée par Malfatti, ne résistait pas à l’analyse des faits.

  • 53 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », allocution lors du dîner o (...)

54Outre l’élargissement de sa politique à tous les pays en développement, l’Europe devait aussi expliquer et rassurer ses partenaires quant à son propre élargissement. Malfatti se voulut rassurant et optimiste à la veille de l’élargissement des Communautés : « La Communauté qui s’élargit est tout naturellement appelée à assumer de plus grandes responsabilités sur la scène mondiale. En particulier, elle se doit d’approfondir sa politique de coopération à l’égard des pays en voie de développement jusqu’à en faire une composante essentielle de sa présence dans le monde. Dans cette perspective, notre association constitue un modèle original et un complément nécessaire aux solutions de portée mondiale53. » La Communauté restait donc la même face à l’association après l’élargissement, celui-ci ne faisant que renforcer l’investissement européen pour le développement, « tout naturellement ». A écouter Malfatti, l’aide au développement devenait même l’un des traits « essentiels » de l’identité européenne dans le monde après l’adhésion de la Grande-Bretagne. Lorsque intervint l’élargissement, le 1er janvier 1972, les pays du Commonwealth ne furent pas automatiquement intégrés à la convention de Yaoundé II, mais eurent la possibilité de négocier leurs relations avec la CEE en des termes similaires. Ce fut chose faite dès 1973. La convention de Lomé fut signée en février 1975 par les dix-neuf Etats africains et malgache associés, ainsi que les vingt pays du Commonwealth.

  • 54 Pedini, Mario, Une chance pour l’Europe, op. cit., p. 141.

55L’évolution du discours enregistrée au fur et à mesure des interventions amenait à l’esquisse d’une Europe communautaire résolument au service de ses prochains moins prospères. D’abord concentrée sur les Etats africains et malgache associés, l’Europe fit bientôt profiter tous les PVD de ses libéralités. L’élargissement progressif du cercle des bénéficiaires de l’aide européenne fit naître en Amérique latine (voir chapitre 8) le souhait d’établir aussi des relations stables avec l’Europe communautaire. Du côté européen, il était évident pour Mario Pedini que « [l]a Communauté économique européenne doit se préparer à un tel dialogue [avec l’Amérique latine], auquel elle est tenue, en partie à cause de ses principes de base, en tout cas à cause de ses responsabilités internationales. Le processus d’intégration européenne en dépend. La vocation extérieure de la Communauté ne saurait se borner à l’expression de son dynamisme économique et de son élan commercial. Elle ne saurait être envisagée comme la projection de son type particulier “de développement économique à l’intérieur.” Cette vocation extérieure, c’est une “fonction” qui lui appartient en propre, c’est l’essence même de la Communauté, c’est l’aboutissement logique de ce modèle de développement économique à caractère communautaire. A quoi servirait le développement, s’il n’aidait la société internationale à “grandir”, dans la signification entière de ce mot54 ? »

56Ses « principes de base », en d’autres termes son ouverture et l’universalité des contacts noués, faisaient de l’Europe communautaire un partenaire potentiel de l’Amérique latine, laquelle appelait de ses vœux l’établissement d’un dialogue étroit. Pedini dressait ici de l’Europe un portrait ambitieux. Elle avait vocation à intervenir sur la scène internationale, mais pas de n’importe quelle manière : elle n’était ni une simple entité économique, ni un bloc imposant son modèle économique à ses partenaires et alliés. Au contraire, l’Europe devait servir de modèle, d’émulateur, de soutien.

57Au-delà de l’esprit de solidarité qui les animait, les Européens mettaient également en avant l’image d’une Europe facteur de stabilité et de paix dans un monde en proie à de multiples turbulences politiques et économiques.

7.4. Face à tous, un facteur de paix

58Répondant à des sollicitations et à ses propres motivations, l’Europe communautaire en vint peu à peu à s’engager envers des régions dont elle avait jusqu’à présent été absente. Ces engagements politiques s’accompagnèrent d’un important effort discursif pour justifier ses actions. Les motivations avancées dans ces discours se recoupaient, pour donner de l’Europe nouvelle l’image d’une faiseuse de paix.

  • 55 Hallstein, Walter, L’Europe inachevée, Paris : Robert Laffont, 1970, p. 281.

59La région de la Méditerranée offrit aux Européens l’opportunité de se montrer sous leur meilleur jour. Se faisant l’interprète des besoins des pays riverains de la Méditerranée, Walter Hallstein fit remarquer dans L’Europe inachevée : « [L]es nombreux hommes politiques arabes qui pensent de façon rationnelle ne devraient pas se dissimuler que, pour assurer un avenir pacifique à leur région, ils doivent la soustraire au champ d’action brûlant des supergrands et l’orienter vers les zones plus calmes de l’Europe55. » Hallstein dessinait là une Europe presque neutre, médiane, troisième voie entre les Etats-Unis et l’URSS.

  • 56 Ces accords de coopération ne furent signés que les 25, 26 et 27 avril 1976 respectivement dans le (...)
  • 57 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », considérations exposées à (...)

60Sans aller aussi loin, le président de la Commission européenne Franco Maria Malfatti se saisit également de l’espace méditerranéen, propice à l’éclosion des penchants pacifiques de l’Europe communautaire. A l’occasion d’un dîner en son honneur à Washington, Malfatti tenta de se justifier devant ses hôtes américains : « Nous comprenons mal les critiques dont fait l’objet la politique de la Communauté dans le bassin méditerranéen. Récemment le ministre tunisien des Affaires étrangères a déploré l’absence de l’Europe dans cette partie du monde. En vérité, s’il est une critique légitime, c’est celle qui consiste à dire que la présence de l’Europe dans le bassin méditerranéen a été jusqu’ici, compte tenu de ses possibilités et de ses intérêts, trop peu évidente. […] Il est évident que ces accords [de coopération économique avec la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Egypte56] constituent une première étape vers un renforcement de la présence européenne dans le bassin méditerranéen, présence qui est un facteur d’équilibre et de paix. Je ne crois pas que qui que ce soit puisse contester le rôle constructif que l’Europe peut jouer pour l’apaisement des tensions et des pressions ressenties par les pays qui bordent la Méditerranée57. »

61Malfatti se défendait alors contre les virulentes critiques américaines par rapport aux accords de coopération en cours de négociation entre la CEE et les pays du Maghreb, y compris l’Egypte. Ces accords avaient en effet été jugés contraires aux règles du GATT. Malfatti ne revint pas sur l’argumentation juridique de la politique européenne, mais déplaça le débat sur le terrain politique. Ce faisant, il montrait l’Europe comme acteur méditerranéen légitime, vu sa proximité géographique et ses intérêts économiques. Malfatti alla encore plus loin, posant l’Europe comme « facteur d’équilibre et de paix » pour la région. Forte de son expérience depuis 1950, l’Europe communautaire se voulait-elle experte en résolution des conflits ?

  • 58 AHCE Dahrendorf, Ralf, transcription d’une interview donnée à la revue Europaïsche Gemeinschaft, 19 (...)

62Quelle que fût la région concernée, les Européens se présentaient volontiers comme faiseurs de paix. Le commissaire Ralf Dahrendorf se prêta au printemps 1972 au jeu des questions réponses avec la revue spécialisée Europaïsche Gemeinschaft : « J : Une dernière question : vous parlez de la raison de l’Europe. Le rôle de la raison est-il celui que l’Europe doit jouer sur la scène mondiale ? RD : Oui, l’Europe doit jouer ce rôle pour le bien-être et la liberté, sans en même temps revendiquer, exiger et espérer une suprématie mondiale58. » L’identité internationale que souhaitait Dahrendorf pour l’Europe unie s’avérait fort ambitieuse. Comme il semblait loin, le temps où cette même Europe s’étonnait de l’intérêt que lui accordait le monde ! Comme il semblait à nouveau proche, le temps où l’Europe croyait en sa mission civilisatrice et voulait endosser le rôle de la Raison dans l’Histoire ! Le discours de Dahrendorf ne retombait cependant pas dans les écueils de l’universalisme européen. « Raison » s’entendrait plutôt dans sa bouche dans le sens de raisonnable : l’Europe communautaire pourrait ainsi être un modèle de modération. Cette interprétation se heurte pourtant aux garde-fous que place Dahrendorf autour de l’ambition européenne : elle ne doit en aucun cas dégénérer en volontiers d’hégémonie internationale.

  • 59 AHCE Malfatti, Franco Maria, Paris 1970, op. cit., p. 5.

63Franco Maria Malfatti avait proposé quelque temps plus tôt un portrait tout aussi ambitieux, mais moins problématique : « J’ai dit que nous devions agir de façon cohérente en sorte que notre Europe puisse de plus en plus jouer son rôle pour la paix, la détente, le développement de tous les peuples, la liberté et la dignité de l’homme. Je crois que les possibilités objectives existent aujourd’hui de donner ce rôle à l’Europe que nous construisons59. » L’Europe de Malfatti projetait à l’extérieur les valeurs qui guidaient sa propre construction : humanisme, libéralisme politique, solidarité et désir de paix.

  • 60 Buchmann, Jean, « Une fédération européenne pour quoi faire ? Le sens de notre combat », L’Europe e (...)

64Du côté des observateurs, extérieurs au cercle décisionnel des Etats membres et des Communautés, l’image d’une Europe « faiseuse de paix » attirait une certaine sympathie. L’universitaire belge Jean Buchmann écrivait pour la revue l’Europe en formation en mars 1970 que l’Europe devrait se concevoir comme « instrument de paix universelle » : « Une Europe politiquement unifiée pourrait immédiatement – grâce à sa puissance, à sa position géographique et à ses composantes socio-culturelles – jouer un rôle médiateur entre les deux superpuissances industrielles actuelles. Parce qu’elle serait évidemment l’égale des Etats-Unis et de l’URSS avant la fin du siècle, et supérieure au Japon, la fédération européenne pourrait coopérer avec ces autres puissances majeures sur une toute autre base que ce que l’on peut imaginer aujourd’hui. […] Mais dès à présent, l’existence d’une Europe politiquement intégrée aiderait fortement les autres puissances majeures à se rapprocher et à coordonner leurs efforts pour des projets communs. En particulier, on imagine fort bien que le Japon – qui est d’ores et déjà la deuxième puissance économique du monde non communiste devant l’Allemagne fédérale, et qui a peur de la domination américaine – accepterait plus volontiers de collaborer si l’Europe était partie prenante60. »

65Plus volontiers normatif, le discours de Buchmann proposait également de décliner l’identité internationale de l’Europe en termes pacifiques, mais enserrait celle-ci dans le contexte de la guerre froide. Si l’Europe pouvait être un instrument de paix universelle, c’était en offrant ses bons offices aux Etats-Unis et à l’URSS, de manière à réduire leurs différends en Europe et ailleurs. Buchmann le fédéraliste posait cependant indirectement un certain nombre de conditions à l’émergence de cette Europe médiatrice : celle-ci devrait être politiquement unifiée et aussi puissante que les Etats-Unis ou l’Union soviétique.

  • 61 Duchene, François, “Europe’s Role in World Peace”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixtee (...)

66François Duchêne, directeur de l’International Institute for Strategic Studies de Londres depuis 1969 et proche de Jean Monnet, proposa en 1972 de considérer l’Europe comme une puissance civile : « Si l’équilibre sécuritaire pouvait être maintenu et perdre de son importance dans les prochaines années, un système régional de facto, incluant les Etats-Unis, pourrait émerger en Europe. L’Europe serait la première grande région du Vieux Monde où le processus séculaire de la guerre et de la violence indirecte pourrait être transformé en un processus plus en accord avec la notion de politique civilisée qui est celle du citoyen du xxie siècle. Dans un tel contexte, l’Europe occidentale pourrait être la première puissance civile. […] Il n’y a pas de précédent. Cependant, une puissance civile de l’importance de l’Europe occidentale, responsable d’un cinquième de la production mondiale et de près d’un tiers du commerce international, pourrait jouer un rôle très important et potentiellement constructif. De plus en plus aujourd’hui, même pour les superpuissances, les politiques de sécurité consistent à modeler le milieu international dans des domaines qui ont à première vue peu de lien avec la sécurité. […] l’Europe occidentale sera une puissance moyenne géante, avec des intérêts à mi-changements entre les producteurs et les consommateurs et un intérêt particulier dans la promotion d’une organisation internationale pour codifier droits et garanties61. »

  • 62 Déclaration sur l’identité européenne, Bulletin des Communautés européennes, décembre 1973, no 12, (...)

67En pariant sur une stabilisation de l’équilibre stratégique entre Etats-Unis et Union soviétique, Duchêne voyait pour l’Europe la possibilité de développer une nouvelle forme de puissance détachée de la puissance militaire, conventionnelle ou nucléaire. C’était ce que Duchêne appelait une puissance civile. Dans le contexte d’un système international où les questions de sécurité relevaient autant de l’économie que du militaire, l’Europe pouvait montrer la voie. Ce portrait d’une Europe puissance bienfaisante, médiatrice entre les intérêts concurrents des uns et des autres et soutien d’un ordre international basé sur le droit, était ambitieux. Cette ambition, bien que formulée de manière moins structurée et bien moins claire, se retrouvait pourtant dans la déclaration sur l’identité européenne de décembre 1973 : « Les Neuf sont convaincus que leur union sera bénéfique pour la communauté internationale toute entière, en constituant un élément d’équilibre et un pôle de coopération avec toutes les nations, quels que soient leur dimension, leur culture et leur système social62. »

Notes

1 Eyskens, Gaston, discours lors de la première conférence au sommet de la Communauté élargie, Bulletin des Communautés européennes, 11-1972, p. 43.

2 L’intégration de la République populaire de Chine à l’ONU intervint le 25 octobre 1971 suite au vote favorable de l’Assemblée générale (résolution A/RES/2758/XXVI).

3 Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 126, p. 45.

4 Nixon, Richard, “Asia after Vietnam”, Foreign Affairs, oct. 1967, vol. 46, no 1, p. 111-125.

5 Kissinger, Henry, “Central Issues in American Foreign Policy”, in Agenda for the Nation, Washington: Brookings Institution, 1968, p. 593. Hanhimaki, Jussi The Flawed Architect. Henry Kissinger and the American Foreign Policy, Oxford: Oxford University Press, 2004, p. 8.

6 Remarks to Midwestern News Media Executives Attending a Briefing on Domestic Policy in Kansas City, Missouri., 6 juillet 1971. Disponible en ligne : John T. Woolley and Gerhard Peters, The American Presidency Project [online]. Santa Barbara, CA: University of California (hosted), Gerhard Peters (database) http://www.presidency.ucsb.edu/ws/index.php?pid=3069 (dernière consultation : 21 novembre 2013).

7 Voir notamment Osgood, Robert, “Introduction”, in Osgood, Robert (ed.), Retreat from Empire? The First Nixon Administration, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1973, p. 1-27 ; Litwak, Robert, Detente and the Nixon Doctrine: American Foreign Policy and the Pursuit of Stability, Cambridge : CUP, 1984, p. 75-78.

8 Malfatti, Franco Maria „Eine neue Realität: Das Europa der Neun”, in Das Ringen um die Zukunft Europas, Zurich : Schulthess Polygraphischer Verlag, 1974, p. 122.

9 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 17 novembre 1971, p. 126.

10 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1614/1, Petrilli, Giuseppe, discours d’ouverture, Europe-America Conference, Amsterdam, 24-26 mars 1973, p. 1.

11 Younger, Kenneth, “Europe in the New World Power System”, Außenpolitik, version anglaise, no 1, 1973, p. 31.

12 Pedini, Mario, Une chance pour l’Europe. Programmes d’une intégration, Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles, 1974, p. 180.

13 Riedel, M., Parlement européen, séance du 7 octobre 1970, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 129, p. 90-91.

14 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Jahn, Parlement européen, séance du 17 novembre 1971, p. 153.

15 AHCE Malfatti, Franco-Maria, Bruxelles 1971, op. cit., p. 5.

16 Malfatti, Franco Maria, Parlement européen, séance du 10 février 1972, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 146, p. 169-170.

17 AHCE Collection des discours « Willy Brandt », « Pour une Europe plus grande », discours prononcé devant le Congrès internationale de la Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, 13 avril 1972, p. 6.

18 Paragraphe basé sur Ransom, Charles, The European Community and Eastern Europe, Londres : Butterworths, 1973, p. 32-33 ; Cartou, Louis, « La Communauté européenne devant les deux grands », L’Europe en formation, juillet 1973, p. 6-7 ; et Neumann, Iver B., Soviet Perceptions of the European Community, 1950 – 1988, Oslo : Norvegian Institute of International Affairs, 1989, NUPI rapport no 131, p. 53-56.

19 Mansholt, Sicco, Parlement européen, séance du 19 avril 1972, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 149, p. 108.

20 Constat également fait par Ransom, Charles, op. cit., p. 33.

21 Lücker, Hans-August, Parlement européen, séance du 19 avril 1972, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 149, p. 112.

22 Mouvement fondé en 1968 par Georges Gorse, gaulliste, membre des gouvernements Debré, Pompidou et Messmer et ancien représentant permanent de la France auprès des Communautés européennes. Mouvement regroupant de nombreux gaullistes (dont Pierre Messmer) et considéré comme précurseur du mouvement souverainiste des années 1990.

23 Ravenne, Alain, « Que peut faire l’Europe de l’Ouest, enquête », Esprit, novembre 1972, p. 778.

24 Vaïsse, Maurice, « Changement et continuité dans la politique européenne de la France », in Georges Pompidou et l’Europe, interventions du colloque, Paris : Complexe, 1995, p. 31-32.

25 Pompidou, Georges, allocution prononcée lors du dîner offert au Kremlin au cours du voyage en URSS, 6 octobre 1970, Entretiens et discours 1968-1974, Paris : Plon, vol. II, p. 175.

26 Soutou, George-Henri, “The linkage between European integration and détente. The contrasting approaches of De Gaulle and Pompidou 1965 to 1974”, in Ludlow, Piers (ed.), European integration and the Cold War, Ostpolitik-Westpoliltik 1965-1973 Londres, Routledge, 2007, p. 11-35.

27 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception du Prix Nobel de la Paix, Université d’Oslo, 11 décembre 1971, texte disponible en allemand sur le site http://www.willy-brandt.de (traduction de l’auteur - dernière consultation : 21 novembre 2013).

28 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception du Prix Nobel de la Paix, op. cit.

29 AHCE Mansholt, Sicco, Aix-la-Chapelle 1972, op. cit., p.5.

30 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1734/4, Hallstein, Walter Discours d’investiture à la présidence du Mouvement européen, Rome, 20 janvier 1968, p. 19.

31 Coudenhove-Kalergi, Richard, Europe puissance mondiale, Paris : Stock, 1972 p. 49.

32 Ibidem, p. 37.

33 Hassner, Pierre, « L’Europe de l’Est, vue de loin », Esprit, novembre 1972, p. 743-744 et 767.

34 Hassner, Pierre, “Europe’s Eastern Limits”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixteen Europeans Look Ahead, Chatham House, Londres: Fontana/Collins, 1972, p. 14.

35 Berkhouwer, Cornélis, Parlement européen, séance du 15 mars 1972, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 148, p. 75.

36 AHUE Fonds ME-Mouvement européen, dossier ME 1739/2, Petrilli, Giuseppe, « Les relations extérieures de la Communauté européenne », rapport au Conseil fédéral, Rome 15-16 juin 1973, p. 16.

37 Kux, Stephan, “The People’s Republic of China’s Perception of West Europe 1960-1981 – A Content Analysis of the People’s Daily”, Kleine Studien zur Politischen Wissenschaft, 1984, no 228-229, p. 60.

38 Pompidou, Georges, conférence de presse tenue à l’Elysée le 16 mars 1972, Entretiens et discours 1968-1974, Paris : Plon, vol. II, p. 145.

39 Brandt, Willy, « Une politique de la paix à notre époque », discours à l’occasion de la réception du Prix Nobel de la Paix, Université d’Oslo, 11 décembre 1971, texte disponible en allemand sur le site http://www.willy-brandt.de (traduction de l’auteur - dernière consultation : 21 novembre 2013).

40 Coudenhove-Kalergi, Richard de, Europe puissance mondiale, op. cit., p. 74, 98 et 109.

41 Hassner, Pierre, “Europe’s Eastern Limits”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixteen Europeans Look Ahead, op. cit., p. 14.

42 Buchmann, Jean, « Une fédération européenne pour quoi faire ? Le sens de notre combat », L’Europe en formation, mars 1970, p. 23-24.

43 AHCE Collection des discours « Jacques Durieux », « L’Europe élargie face au Tiers-Monde », conférence à la Société royale d’économie politique de Belgique, p. 21-22.

44 Par exemple, AHCE Dahrendorf, Ralf, Bonn 1971, op. cit., p. 1, 2 et 5.

45 AHUE Fonds EM-Edoardo Martino, dossier EM 153, « La Communauté européenne et les pays en voie de développement », déclaration au Colloque syndical européen sur les pays en voie de développement et la Communauté, Luxembourg, 21 mai 1970, p. 5-6.

46 Westerterp, T.E. Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 126, p. 56.

47 AHPE dossier PE0 AP DE.1971 DE-1971/11/17, Triboulet, Raymond Parlement européen, séance du 17 novembre 1971, p. 132.

48 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », discours devant les deux chambres de l’Assemblée nationale malgache, Tananarive, 23 novembre 1971, p. 7.

49 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », discours prononcé à l’Université de Mogadiscio, Somalie, 6 décembre 1971, p. 5.

50 Rochereau, Henri, Parlement européen, séance du 16 juin 1970, Journal officiel des Communautés européennes – Annexe 126, p. 79.

51 AHCE Malfatti, Franco Maria, Tananarive 1971, op. cit., p. 16.

52 Palayret, Jean-Marie, « Mondialisme contre régionalisme : CEE et ACP dans les négociations de la convention de Lomé 1970-1975 », in Varsori, Antonio (ed.), Inside the European Community. Actors and Policies in the European Integration 1957-1972, Baden-Baden : Nomos, 2005, p. 369-398.

53 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », allocution lors du dîner offert par M. Rabamananjara, vice président du gouvernement et ministre des Affaires étrangères, Tananarive, 20 novembre 1971, p. 3.

54 Pedini, Mario, Une chance pour l’Europe, op. cit., p. 141.

55 Hallstein, Walter, L’Europe inachevée, Paris : Robert Laffont, 1970, p. 281.

56 Ces accords de coopération ne furent signés que les 25, 26 et 27 avril 1976 respectivement dans le cas de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc et le 18 janvier 1977 avec l’Egypte. Textes des accords disponibles en ligne sur le site de l’Union européenne http://eeas.europa.eu/ (dernière consultation : 21 novembre 2013).

57 AHCE Collection des discours des commissaires « Franco-Maria Malfatti », considérations exposées à l’occasion d’un dîner offert par le Overseas Writers Club, Washington D.C., 8 avril 1971, p. 9.

58 AHCE Dahrendorf, Ralf, transcription d’une interview donnée à la revue Europaïsche Gemeinschaft, 1972, op. cit., p. 13.

59 AHCE Malfatti, Franco Maria, Paris 1970, op. cit., p. 5.

60 Buchmann, Jean, « Une fédération européenne pour quoi faire ? Le sens de notre combat », L’Europe en formation, mars 1970, p. 23.

61 Duchene, François, “Europe’s Role in World Peace”, in Mayne, Richard (ed.), Europe Tomorrow: Sixteen Europeans Look Ahead, op. cit., p. 43-45. La notion de puissance civile est encore fréquemment utilisée par les chercheurs et par les acteurs européens eux-mêmes, attestant la longévité exceptionnelle de la notion introduite par Duchene.

62 Déclaration sur l’identité européenne, Bulletin des Communautés européennes, décembre 1973, no 12, p. 128-129.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search