Version classiqueVersion mobile

Polyphonie sur l’identité de l'Europe communautaire

 | 
Sophie Huber

Interroger le discours sur l’identité européenne

Texte intégral

Une Déclaration sur l’identité européenne énigmatique

  • 1 Déclaration sur l’identité européenne, Bulletin des Communautés européennes. Décembre 1973, no 12, (...)

1« Les neuf pays membres des Communautés européennes ont estimé que le moment était venu de rédiger un document sur l’identité européenne permettant notamment de mieux définir leurs relations avec les autres pays du monde ainsi que les responsabilités qu’ils assument et la place qu’ils occupent dans les affaires mondiales1. » La phrase introductive de la Déclaration sur l’identité européenne de décembre 1973, rédigée dans le cadre de la jeune Coopération politique européenne, offre une entrée en matière pour le moins étonnante et qui soulève au moins trois questions : qu’est-ce que cette « identité européenne » dont parlent les dirigeants politiques ? Pourquoi en parler à ce moment-là ? D’autres déclarations ou discours sur l’identité européenne accompagnaient-ils la Déclaration de 1973 ?

  • 2 Beers, Marloes « L’identité européenne déclarée en 1973 », Richie Europa Newsletter, automne 2007, (...)
  • 3 Huber, Sophie, Milzow, Katrin “Introduction: Taking a Closer Look at Non-State Actors: Challenges A (...)

2L’historiographie sur le processus d’unification européenne ne s’intéresse que depuis peu à la Déclaration sur l’identité européenne2. Il est vrai que la règle des trente ans qui régit l’ouverture des archives nationales et communautaires, et sur laquelle se calquent bien souvent les sujets des recherches universitaires, permet seulement depuis quelques années aux enquêteurs d’assembler le matériau nécessaire à l’éclairage du début des années 19703.

  • 4 Witte, Bruno de “Building Europe’s Image and Identity”, in Rijksbaron, Albert (et al.) Europe from (...)

3D’autres chercheurs, historiens ou non, ont choisi un angle d’analyse plus vaste en s’interrogeant sur l’apparition, à partir des années 1970, du terme « identité » dans le discours des acteurs de la construction européenne. Le juriste Bruno de Witte écrivait ainsi au milieu des années 1980 : « Un nouveau concept apparut à ce moment-là [au début des années 1970] et pouvait sembler une panacée contre tous les maux dont souffrait la construction européenne : celui d’identité4. »

  • 5 Niethammer fait un parallèle entre les Communautés européennes et les nouveaux Etats issus de la dé (...)
  • 6 Passerini, Luisa “The Last Identification: Why some of Us Would Like to Call Ourselves Europeans an (...)

4Quelques chercheurs en histoire contemporaine ont avancé des explications alternatives, résultat d’un cheminement heuristique enrichi d’emprunts aux sciences sociales. Bo Stråth, partant d’un constat empirique sur l’évolution du discours relatif à l’intégration européenne similaire à celui de de Witte, souligne une permutation entre les termes « intégration » et « identité » à partir des premières années de la décennie 1970. Lutz Niethammer, partant du même constat, avance l’hypothèse d’une tentative de l’Europe occidentale de se repositionner sur la scène internationale à partir du début des années 19705. Luisa Passerini, enfin, pose la question d’une crise culturelle et sociale accompagnée d’une remise en cause de la normalité de l’identité européenne, engendrant en réaction un discours positif sur l’identité européenne6.

A la recherche d’une grille interprétative

  • 7 Brubaker, Rogers, Cooper, Frederick “Beyond ‘identity’”, Theory and Society, fév. 2000, vol. 29, no(...)
  • 8 Brubaker, Rogers Nationalism Reframed: Nationhood and the National Question in the New Europe, Camb (...)

5Il n’est en effet guère d’auteur qui ne souligne le caractère surfait, voire aujourd’hui vide de sens, du concept d’identité. Un article de Rogers Brubaker et Frederick Cooper permet cependant de faire sens des multiples théories sur l’identité collective, de séparer le grain de l’ivraie et d’éviter que l’analyse ne s’égare7. Reprenant une réflexion entamée quelques années plus tôt par Brubaker8, les auteurs mettent en évidence une collusion entre l’usage pratique fait du terme « identité » par les acteurs politiques et intellectuels et son usage analytique par les chercheurs. Selon eux, cet amalgame est malheureux en ce qu’il grève la réflexion. En effet, une identité dite, énoncée, affirmée par un acteur politique ou intellectuel ne signifie pas qu’elle existe en dehors du discours qui la formule, ni qu’elle préexiste au discours qui veut la redécouvrir, ni qu’elle est immuable. En utilisant le même vocable, les chercheurs risquent de se laisser enfermer par le discours qu’ils tentent d’analyser.

  • 9 Neumann, Iver B. Collective Identity Formation: Self and Other in International Relations, Florence (...)
  • 10 Guillaume, Xavier “Foreign Policy and the Politics of Alterity: A Dialogical Understanding of Inter (...)

6Qu’ils considèrent politiques ou discours, il est un ressort de la construction identitaire que de nombreux chercheurs ont mis en avant, en l’occurrence le rapport à l’altérité. L’on doit au politologue Iver B. Neumann l’exploration de la polarité Soi/Autre (Self/Other nexus) dans la construction des identités collectives, notamment en Europe en relation avec la Russie/URSS. Explorant le champ des études de l’identité, notamment en théorie des relations internationales, Neumann met en évidence deux grandes approches de la polarité Soi/Autre : l’une dialectique, dans une perspective hégélienne, l’autre dialogique, telle qu’articulée par le linguiste russe Mikhail Bakhtin9. Dans la perspective dialogique de Bakhtin, l’identité d’un sujet se construit en intégrant la conscience de l’Autre par le biais d’un dialogue où se rencontrent les deux consciences distinctes. L’identité naît de cette relation, qui ne vise pas la synthèse hégélienne. Les textes, supports écrits ou oraux, qui se répondent dans le temps et l’espace sont les supports privilégiés du dialogue entre le Soi et son ou ses Autres signifiants. Neumann fit la preuve de l’efficacité de cette approche dans de nombreux articles et ouvrages sur les relations entre l’Europe et l’Est. L’approche dialogique se diffusa plus largement dans la théorie des relations internationales grâce aux travaux de Xavier Guillaume, qui, prenant le relais de Neumann, articula une théorie des relations internationales comme relations entre altérités10.

  • 11 Hallstein, Walter Die Europäische Wirtschaftsgemeinschaft – Ein Element einer neuen Weltordnung“, (...)

7L’approche dialogique se révèle une source d’inspiration pour tenter de faire sens du discours européen sur l’identité européenne, du souci avec lequel des réponses furent apportées aux questions, avis et opinions extérieurs et de la volonté affichée par certains responsables européens d’accueillir les perceptions de l’extérieur comme matériau de construction d’une personnalité internationale de l’Europe communautaire. Aux journalistes de la presse diplomatique venus l’écouter à Paris en juin 1962, Walter Hallstein, président de la commission de la CEE, n’affirmait-il pas que « [l]’une des caractéristiques de la Communauté est qu’elle doit sans cesse être définie, sans cesse être expliquée […] La définition d’une entité en devenir ne peut pas être le résultat d’un monologue, mais plutôt le produit d’un dialogue. […] Nous pouvons tenter de définir la Communauté, en décrivant ce que son environnement voit en elle […] comment le monde nous juge et réagit envers nous11 » ?

8En s’attachant précisément à l’énoncé, au discours qui dit l’identité et la construit, l’approche dialogique est à même de nous aider à dépasser les aspects négatifs de la proximité entre usage pratique et usage analytique du terme « identité » que nous évoquions plus haut. Ces quelques remarques nous amènent à nous pencher plus avant sur l’opportunité pour l’historien de s’inspirer des avancées théoriques dans les autres sciences humaines et sociales.

Du bon usage des outils des autres… Obstacles et limites aux emprunts interdisciplinaires

  • 12 Voir entre autres Elman, Colin, Elman, Miriam Fendius (ed.) Bridges and Boundaries: Historians, Pol (...)

9Historiens et politologues s’accordent à reconnaître qu’ils ne cherchent pas à expliquer la même chose. Pour le dire en simplifiant beaucoup, un historien s’intéresse à un épisode dont il souhaite explorer tous les aspects en répondant aux questions : que s’est-il passé et quand, voire pourquoi ? L’explication à laquelle il aboutit n’a pas vocation à devenir une loi générale à valeur explicative pour tous les cas similaires. Le politologue, lui, cherche à distinguer des lois générales permettant de faire sens de phénomènes récurrents dans le temps et l’espace (guerres, révolutions, déclin des puissances, etc.12) De semblables arguments pourraient être articulés à propos des visées scientifiques des anthropologues et des sociologues en comparaison de celles des historiens. La recherche de lois générales chez les premiers les distingue de leurs confrères historiens, que le passé intéresse pour lui-même.

  • 13 Hobsbawn, Eric On History, Londres: The New Press, 1997, p. 69-70. Plus généralement sur l’évolutio (...)
  • 14 Deighton, Anne “Keynote speech”, HEIRS 3rd Annual Colloquium, mars 2007, Genève, repris dans Huber, (...)

10Bien que ces disciplines se montrent souvent narcissiques à propos de leurs différences, les uns et les autres n’en restent pas moins curieux et perméables aux avancées de leurs collègues des sciences cousines13. L’historiographie de la construction européenne se montre de plus en plus sensible aux travaux menés en parallèle dans les autres disciplines intéressées par le même sujet et de plus en plus disposée à bâtir des passerelles pour enrichir sa propre interprétation du processus d’intégration européenne14. Obstacles et limites sont pourtant nombreux sur la voie de l’ouverture. Tous les historiens ne sont pas en même temps formés en science politique, en sociologie ou en anthropologie. Aussi consciencieux soient-ils, le risque existe qu’ils se saisissent de modèles théoriques sans tenir compte du contexte disciplinaire qui les a vus se développer, sans en distinguer les limites inhérentes. Il nous semble qu’il s’agit du risque le plus important. Le traitement d’un événement comme exemple illustratif d’un modèle théorique ou encore le biais introduit dans la sélection et le traitement des sources par l’historien inspiré par une théorie particulière sont autant de pièges, certes, mais qui existent également en l’absence de recours aux outils des sciences sociales, tant il apparaît que l’historien est souvent guidé par une grille interprétative en amont de son enquête.

Question de recherche et hypothèses de travail

11La Déclaration de 1973, qui avait en premier lieu attiré notre attention, ne s’avère pas l’unique expression discursive relative à l’identité européenne au début de la décennie 1970. Quelle est l’ampleur de ce discours dans le temps et dans la pratique des acteurs de l’époque ? Quelles sont ses motivations ? Nous tâcherons de répondre à ces questions à partir des hypothèses de travail suivantes :

  • Un discours d’auto-identification est présent depuis le début de la décennie 1960 ;

  • Ce discours répond en premier lieu à un stimulus extérieur à l’Europe communautaire ;

  • Ce discours se construit en grande partie sur une dynamique de différenciation par rapport à quelques « Autres » signifiants situés à l’Ouest (Etats-Unis d’Amérique), à l’Est (URSS) et au Sud (Afrique anciennement coloniale et Tiers-Monde) ;

  • Le discours européen n’est pas unique, mais multiple : il existe une bataille discursive entre élites européennes autour de la notion d’identité européenne.

12En d’autres termes, entre 1962 et 1973, les questions adressées à l’Europe communautaire par un nombre croissant de pays tiers ont entraîné en réponse le développement de discours d’auto-identification multiples, non coordonnés et en compétition, visant à construire et à affirmer pour cette nouvelle Europe une (des) identité(s) internationale(s) politique(s) et économique(s) la différenciant clairement des autres acteurs de la scène internationale. La Déclaration sur l’identité européenne de 1973 peut se lire comme le point d’orgue de ces discours d’auto-identification

Méthodologie

13Pourquoi choisir 1962 comme date de départ ? La période allant de 1958, date à laquelle les traités de Rome créant la Communauté économique européenne (CEE) et l’Euratom (ou CEEA, Communauté européenne de l’énergie atomique) entrèrent en vigueur, à 1962, date de leur cinquième anniversaire, est riche en événements qui auraient pu inciter la nouvelle Europe à vouloir poser les premiers jalons d’une auto-identification. En effet, les premiers accords d’association étaient en cours de négociation avec la Grèce et la Turquie, la CEE se voyait contrainte de préciser ses objectifs économiques et politiques face à sa rivale, l’Association européenne de libre-échange (AELE), et le comité Fouchet discutait de plans pour une union politique sur fond de fortes dissensions entre Etats membres au sujet de la relation transatlantique. Autant de moments cruciaux pour la nouvelle Europe communautaire. 1962 apparaît cependant comme une date plus décisive.

14A la suite de la candidature britannique, intervenue en juillet 1961, la confrontation avec l’AELE avait perdu de son urgence, et la discussion fut déviée sur les opportunités d’élargissement de l’Europe communautaire. La cascade de candidatures qui suivit celle de la Grande-Bretagne entraîna une réflexion approfondie sur les conséquences économiques, politiques et en termes d’image internationale des choix de partenariat, d’association ou d’élargissement de l’Europe communautaire. En avril 1962, l’incapacité du comité Fouchet à mettre en place une union politique entre les Etats membres de la CEE fut suivie de près par l’expression d’une volonté américaine de revoir la relation transatlantique. Les cinq ans de l’Europe communautaire correspondaient surtout à une prise de conscience internationale de sa nouvelle stature qui se traduisit par de multiples sollicitations extérieures. Ces expressions d’intérêt sont nouvelles, tout comme les réactions qu’elles suscitent en Europe, et font donc de l’année 1962 une année particulière.

151973, année de la publication de la Déclaration sur l’identité européenne, apparaît comme une date borne pertinente pour clore notre enquête. La Déclaration semble être le point d’orgue du concert européen, traitant de la question de l’identité de l’Europe communautaire au plus haut niveau politique et avec la plus grande publicité, puisqu’elle est dévoilée lors du sommet de Copenhague.

  • 15 François Dosse note une dichotomie entre les définitions données de l’intellectuel dans les pays la (...)

16Quant à notre corpus de sources, il est composé essentiellement de discours, entendus comme productions écrites ou orales ayant un public et susceptibles de susciter une réponse. Sont ainsi prises en compte les communications orales (interventions lors de conférences, conférences de presse, colloques, sessions parlementaires, etc.), mais également les communications écrites (déclarations adoptées à l’issue de réunions ou de conférences, articles dans la presse ou dans des journaux spécialisés, ouvrages). Cette définition large du discours aurait pu conduire à traiter une multitude de textes paraissant dignes d’intérêt. Or, partant du rôle essentiel des élites dans la construction discursive des identités collectives, seuls sont considérés les discours produits par les élites politiques (élites nationales et communautaires, en d’autres termes chefs d’Etat ou de gouvernement, ministres, commissaires, hauts fonctionnaires de la Commission européenne, parlementaires européens) et les élites intellectuelles (« savants » et intellectuels qui interviennent dans une discussion ne relevant pas immédiatement de leur compétence scientifique15, universitaires, centres de recherche), de même que les discours des mouvements militant en faveur de la construction européenne (notamment le Mouvement européen et le comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe). Ces derniers, qui regroupent dans leurs cénacles de nombreux personnages appartenant aux élites politiques et intellectuelles, offrent ainsi des lieux de contact entre élites européennes, voire aussi extraeuropéennes dans le cas notamment de certaines conférences organisées par le Mouvement européen.

  • 16 Preda, Daniela “The Movements for European Unity”, in Varsori, Antonio (ed.) Inside the European Co (...)

17L’inclusion des mouvements de soutien à la construction européenne se justifie, malgré le net recul de leur rôle et de leur influence par rapport aux années précédant les traités de Paris et de Rome16. Le Mouvement européen, association de multiples groupes à la base nationale ou transnationale, reste, tout au long de la décennie 1960, un lieu de rencontre pour de nombreux responsables politiques, économiques et intellectuels. Placé sous la direction de Maurice Faure jusqu’en 1968, puis sous celle de Walter Hallstein, le Mouvement européen réunit encore des personnalités ayant des responsabilités importantes au niveau national ou international. Les débats qui s’y déroulent sont au cœur de l’actualité de la construction européenne, et il semble pertinent de considérer ce mouvement et ses membres comme acteurs du discours sur l’identité européenne.

  • 17 Winand, Pascaline 20 ans d’action du Comité Jean Monnet (1955-1975), Problématiques européennes, ma (...)

18Une argumentation similaire est valable pour le Comité d’action pour les Etats-Unis d’Europe (CAEUE), mis en place en 1955 par Jean Monnet, qui démissionna alors de la présidence de la Haute Autorité de la CECA pour se consacrer à cette activité militante17. Si la portée de la voix du CAEUE doit beaucoup à la personnalité de Jean Monnet, elle bénéficiait également d’une composition toujours plus vaste du Comité qui regroupait pas moins de vingt et un partis politiques, y compris le Labour britannique avant même l’entrée de la Grande-Bretagne, et treize syndicats.

  • 18 Les parlementaires sont présentés au fur et à mesure qu’ils sont cités dans cet ouvrage. L’annexe I (...)

19Le Parlement européen des premières années, avant son élection au suffrage universel direct en 1979, retient généralement très peu l’attention. Privé de tout pouvoir autre que budgétaire jusqu’à la fin des années 1970, composé de membres désignés par les assemblées parlementaires nationales, il apparaît comme un acteur secondaire dans les affaires européennes, dont les discussions et les prises de position restaient sans grande incidence sur les débats et les décisions dans les capitales et à Bruxelles. Or, il compte parmi ses membres de nombreuses personnalités ayant exercé de très hautes fonctions au niveau universitaire (Fernand Dehousse par exemple) ou dans les instances décisionnelles nationales (Hans Westerterp, Hans-August Lücker, Michel Habib-Deloncle), ou qui furent amenées à quitter le Parlement européen pour remplir de telles fonctions (Mario Pedini, Jean de Lipkowski, entre autres18). Le Parlement européen, acteur certes marginal dans le triangle institutionnel créé par le traité de Rome, accueille donc des personnalités influentes. Les idées s’y entrechoquent et y résonnent avec force. L’identité de ses membres, leur mobilité entre instances décisionnelles et leurs liens avec les mouvements de soutien à l’intégration européenne, notamment le Mouvement européen, assurent à leur discours et aux résolutions et déclarations du Parlement européen une audience que les pouvoirs effectifs de l’institution ne sauraient laisser présager.

  • 19 Milliken, Jennifer “The Study of Discourse in International Relations: A Critique of Research and M (...)

20Les premiers discours trouvés ont ensuite guidé la collecte des suivants19. Il s’agissait de faire un choix, aussi systématique que possible, parmi les discours pour ne retenir que les plus pertinents. Une même allocution pouvait en effet être prononcée plusieurs fois avec quelques variantes seulement, une conférence regrouper plusieurs thématiques malgré un titre restrictif. Priorité a été donnée aux discours dont l’ensemble, et pas seulement des extraits, était utile à la progression du récit.

  • 20 Fairclough, Norman Analysing Discourse, op. cit. p. 6.
  • 21 Wodak, Ruth (et al.) Zur diskursiven Konstruktion nationaler Identität, Frankfurt am Main : Suhrkam (...)

21Bien que nous ne soyons pas linguiste, ce qui constitue selon Norman Fairclough un handicap20, la méthode développée par Ruth Wodak et ses collègues dans leur ouvrage sur l’identité nationale autrichienne nous paraît la plus appropriée pour nous saisir du discours européen sur l’identité européenne21. Suivant Wodak, toutes les allocutions et déclarations, faites dans le cadre de visites, de conférences de presse ou de conférences universitaires, ont été soumises à une analyse tridimensionnelle portant sur le contenu du discours, la stratégie d’articulation des arguments et les moyens langagiers mis en œuvre pour les servir.

  • 22 Milliken, Jennifer op. cit. p. 232.

22L’analyse du contenu du discours se rapproche de ce que Jennifer Milliken désigne comme une « predicate analysis », en d’autres termes une analyse de ce qui est dit du sujet et de son Autre22. Comment l’Europe communautaire est-elle désignée ? Comme un sujet agissant ? Comme un objet ? Lui attribue-t-on des qualités particulières ? Que dit-on de son passé, de son futur ? Fait-on un portrait des Européens ? L’étude en parallèle des moyens langagiers employés (mode et temps des verbes, pronoms, adverbes, figures de style, champs lexicaux) permet d’affiner l’interprétation des discours. La combinaison de ces deux niveaux d’analyse a fait ressortir un certain de nombre de thématiques récurrentes dans les discours (l’Europe sujet/objet, l’Europe centre ou périphérie, l’Europe partenaire ou satellite, etc.), lesquelles ont servi de trame pour l’élaboration du plan des chapitres. L’évolution dans le temps de ces thématiques a appelé le maintien d’une trame narrative chronologique.

  • 23 Dosse François op. cit. p. 26-31 ; 85-105.

23Sans pouvoir soumettre les sources de type articles ou ouvrages au même canevas analytique, il était possible, en suivant les propositions de François Dosse, de mettre en évidence des éléments comparables par rapport au contenu, aux stratégies d’argumentation et aux moyens langagiers, tout en inscrivant textes et auteurs dans le contexte historique et politique qui les a accueillis23.

Objectifs scientifiques

  • 24 Rochard, Bertrand L’Europe des Commissaires. Etude sur l’identité européenne des traités de Rome au (...)
  • 25 Le Naëlou, Anne Les effets des politiques de développement à l’égard des pays du Tiers-Monde sur la (...)

24Les discours étudiés ici accompagnent souvent une politique communautaire, telles la politique de développement ou la politique commerciale commune. Seuls les discours sont étudiés ; nous ne tentons pas une interprétation des politiques elles-mêmes. Cette démarche, adoptée pour l’étude de l’identité européenne par l’historien Bertrand Rochard24 et la sociologue Anne Le Naëlou25, ne manque pas d’attrait, mais nous amènerait à emprunter des chemins de traverse nous éloignant de notre propos.

  • 26 Ludlow, Piers “Frustrated Ambitions: The European Commission and the Formation of a European Identi (...)
  • 27 Idem p. 14.
  • 28 AHCE Collection des discours des Commissaires ‘Giuseppe Caron’, « Comment informer l’Europe des pro (...)

25Nous ne faisons pas non plus ici l’histoire de la politique de communication et d’information menée par l’Europe communautaire et en premier lieu par la commission. Piers Ludlow en a offert une étude intéressante il y a quelques années26. L’urgence exprimée au sujet de la définition de la personnalité de l’Europe sur la scène internationale ne le fut jamais aussi clairement en ce qui concerne la nature de l’Europe communautaire par rapport à ses composantes, les états-nations. A en croire le commissaire Giuseppe Caron, le Service de presse et d’information des Communautés, dont il avait la charge, devait avant tout diffuser de l’information portant « sur le sens et les objectifs des Communautés, sur les buts communs, sur la préparation des peuples à une citoyenneté européenne. Le but principal de l’information communautaire est celui de populariser l’Europe, la réalité de l’Europe, l’irréversibilité du processus d’intégration, la connaissance réciproque des Européens 27 », sans pour autant tomber dans la propagande. La diffusion de l’information sur l’Europe était assurée par les porte-parole des Communautés, les séminaires et conférences des fonctionnaires européens, des expositions itinérantes et des bureaux d’information ouverts dans les capitales européennes. Fort des résultats encourageants recueillis lors de la première enquête d’opinion menée au cours de l’année 1962 et qui montrait que près de 80 % des Européens, quel que soit l’Etat membre, voyaient le processus d’intégration comme une chose positive, Caron considérait que « la formation du citoyen européen » qui incombait à ses services « était en bonne voie28. »

  • 29 Réveillard, Christophe Sur quelques mythes de l’Europe communautaire : plaidoyer pour un retour au (...)

26Il n’y a cependant pas de doute qu’une telle étude de la politique de communication européenne, abordée dans une perspective comparative, mettant en parallèle les politiques de communication mises en place par chacun des Etats membres, compléterait de manière pertinente l’étude du discours sur les origines et le futur de l’Europe communautaire. Une telle approche serait à même d’éclairer la naissance de mythes, que tente de déconstruire l’historien français Christophe Réveillard dans un essai paru en 199629.

27Nous espérons démontrer que le discours sur l’identité européenne n’était pas toujours lié, comme il l’est aujourd’hui, aux recettes de colmatage du déficit démocratique et du manque de légitimité de l’Union européenne.

28Nous travaillons par ailleurs à apporter une contribution à l’historiographie de la construction européenne en éclairant les débats d’idées, plutôt que les développements institutionnels, politiques et économiques. Nous espérons ainsi montrer que la décennie allant du début des années 1960 au début des années 1970 fut riche en discussions sur le pourquoi et l’avenir de l’Europe, bien que moins marquante que d’autres en termes d’avancées politiques et institutionnelles.

29Nous espérons surtout mettre en évidence les interactions existantes entre l’Europe communautaire et la scène internationale. Loin d’être isolée, recroquevillée sur elle-même pour mener une vie rythmée par le seul calendrier inscrit dans le traité de Rome ou négocié par ses Etats membres, indifférente au monde autour d’elle, l’Europe communautaire subit les incidences de la vie internationale, fut prise à partie, dut réagir et s’adapter aux évolutions du système international, au niveau tant politique qu’économique et monétaire. Loin d’une lecture téléologique ou volontariste, suspectant les acteurs politiques de suivre un plan établi de longue date, loin d’une vision fonctionnaliste, supposant un processus de croissance incrémental et inéluctable, c’est l’histoire d’une Europe au devenir incertain, sans cesse menacé, sans cesse renégocié entre les Européens et avec les tiers que nous souhaitons conter.

30Enfin, notre recherche aidera peut-être à faire progresser le dialogue entre les disciplines, tout particulièrement entre l’histoire et la science politique.

Notes

1 Déclaration sur l’identité européenne, Bulletin des Communautés européennes. Décembre 1973, no 12, p. 127.

2 Beers, Marloes « L’identité européenne déclarée en 1973 », Richie Europa Newsletter, automne 2007, no 4, p. 5-19. Megens, Ine “The December 1973 declaration on European identity as the result of team spirit among European diplomats”, in Van der Harst, Jan (ed.) Beyond the Customs Union: the European Community’s quest for deepening, widening and completion, 1969-1975. Bruxelles: Bruylant, 2007, p. 317-340.

3 Huber, Sophie, Milzow, Katrin “Introduction: Taking a Closer Look at Non-State Actors: Challenges Ahead”, in European Voices: Actors and Witnesses of European Integration Proceedings of HEIRS 3rd Annual Colloquium, 2007, publication en ligne disponible sur le site http://www.heirs-eu.org/.

4 Witte, Bruno de “Building Europe’s Image and Identity”, in Rijksbaron, Albert (et al.) Europe from a Cultural Perspective: Historiography and Perceptions, Proceedings of a Symposium, La Haye: Nijgh & Van Ditmar Universitair, 1987, p. 133. Traduction de l’auteur.

5 Niethammer fait un parallèle entre les Communautés européennes et les nouveaux Etats issus de la décolonisation, eux aussi à la recherche d’une identité propre, voir Niethammer, Lutz „Konjunkturren und Konkurrenzen kollektiver Identität. Ideologie, Infrastruktur und Gedächtnis in der Zeitgeschichte“, in Passerini, Luisa (ed.) The Question of European Identity: A Cultural Historical Approach, Florence: EUI Working Papers, 1998, HEC no 98/01, p. 42-43.

6 Passerini, Luisa “The Last Identification: Why some of Us Would Like to Call Ourselves Europeans and What We Mean by This”, in Stråth, Bo (ed.) Europe and the Other and Europe as the Other, Bruxelles, Bern: PIE- Peter Lang, 2000, p. 45-65 and Passerini, Luisa “From the Ironies of Identity to the Identities of Irony”, in Pagden, Anthony (ed.) The Idea of Europe, Cambridge, UK: CUP, 2002, p. 193-195.

7 Brubaker, Rogers, Cooper, Frederick “Beyond ‘identity’”, Theory and Society, fév. 2000, vol. 29, no 1, p. 1-47.

8 Brubaker, Rogers Nationalism Reframed: Nationhood and the National Question in the New Europe, Cambridge: Cambridge University Press, 1996, x + 202 p.

9 Neumann, Iver B. Collective Identity Formation: Self and Other in International Relations, Florence: European University Institute, 1995, EUI Working Papers RSC 95/36, 40 p.

10 Guillaume, Xavier “Foreign Policy and the Politics of Alterity: A Dialogical Understanding of International Relations”, Millennium, 2002, vol. 31, no 1, p. 1-26.

11 Hallstein, Walter Die Europäische Wirtschaftsgemeinschaft – Ein Element einer neuen Weltordnung“, Europäische Reden, Stuttgart: Deutscher Verlags-Anstalt, 1979, p. 360.

12 Voir entre autres Elman, Colin, Elman, Miriam Fendius (ed.) Bridges and Boundaries: Historians, Political Scientists, and the Study of International Relations, Cambridge, MA: MIT Press, 2001, p. 7.

13 Hobsbawn, Eric On History, Londres: The New Press, 1997, p. 69-70. Plus généralement sur l’évolution de l’historiographie, l’impact du post-modernisme, la recherche historique sur les nouveaux sujets tels que la mémoire et l’identité, voir Bentley, Michael Modern Historiography: An Introduction, Londres: Routledge, 2004 (1re éd. 1999), 175 p.

14 Deighton, Anne “Keynote speech”, HEIRS 3rd Annual Colloquium, mars 2007, Genève, repris dans Huber, Sophie, Milzow, Katrin “Introduction: Taking a Closer Look at Non-State Actors: Challenges Ahead”, in European Voices: Actors and Witnesses of European Integration, Proceedings of HEIRS 3rd Annual Colloquium, 2007, publication en ligne disponible sur le site http://www.heirs-eu.org/.

15 François Dosse note une dichotomie entre les définitions données de l’intellectuel dans les pays latins (France, Italie, Espagne, Amérique latine) et les pays de tradition anglo-saxonne (Royaume-Uni, Etats-Unis) et allemande (Allemagne, Pays-Bas, Belgique). Pour les premiers, l’intellectuel se définit surtout par son engagement dans les affaires de la cité, qu’elles relèvent ou non de son domaine de spécialisation. Cet engagement doit se faire au nom de la justice et de la vérité. Pour les seconds, l’intellectuel ne se différencie pas des autres citoyens. Il peut être appelé à intervenir dans les affaires politiques en tant qu’expert spécialisé, mais ne cherche pas à s’exprimer systématiquement sur tous les enjeux de la vie sociale. Nous adoptons une définition proche de la définition française, sans insister sur l’engagement des intellectuels, car la génération qui succède à Jean-Paul Sartre en France est bien moins adepte de l’engagement sur la scène politique, mais continue cependant de prendre position de manière plus discrète. Dosse, François La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle, Paris : La Découverte, 2003, p. 9-10.

16 Preda, Daniela “The Movements for European Unity”, in Varsori, Antonio (ed.) Inside the European Community. Actors and Policies in the European Integration 1957-1972, Baden-Baden: Nomos, 2005, p. 177-192.

17 Winand, Pascaline 20 ans d’action du Comité Jean Monnet (1955-1975), Problématiques européennes, mai 2001, no 8, Paris : Association Notre Europe.

18 Les parlementaires sont présentés au fur et à mesure qu’ils sont cités dans cet ouvrage. L’annexe II, qui détaille la composition des gouvernements nationaux entre 1960 et 1973, permet également d’identifier les plus connus d’entre eux.

19 Milliken, Jennifer “The Study of Discourse in International Relations: A Critique of Research and Methods”, European Journal of International Relations, 1999, vol. 5, no 2, p. 234. Rumelili, Bahar Producing Collective Identity and Interacting with Difference: The Security Implications of Community Building in Europe and Southeast Asia, thèse, science politique, Université du Minnesota, août 2002, p. 44.

20 Fairclough, Norman Analysing Discourse, op. cit. p. 6.

21 Wodak, Ruth (et al.) Zur diskursiven Konstruktion nationaler Identität, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1998, p. 71-103.

22 Milliken, Jennifer op. cit. p. 232.

23 Dosse François op. cit. p. 26-31 ; 85-105.

24 Rochard, Bertrand L’Europe des Commissaires. Etude sur l’identité européenne des traités de Rome au traité d’Amsterdam 1958-1997, Bruxelles : Bruylant, 2003, ix + 483 p.

25 Le Naëlou, Anne Les effets des politiques de développement à l’égard des pays du Tiers-Monde sur la construction d’une identité de la Communauté économique européenne, thèse EHESS, 1991.

26 Ludlow, Piers “Frustrated Ambitions: The European Commission and the Formation of a European Identity”, in Bitsch, Marie-Thérèse, Loth, Wilfried, Poidevin, Raymond (dir.) Institutions européennes et identités européennes, Bruxelles : Bruylant, 1998, p. 307-320.

27 Idem p. 14.

28 AHCE Collection des discours des Commissaires ‘Giuseppe Caron’, « Comment informer l’Europe des problèmes du Marché commun », Liège, 28 janvier 1963, p. 3-4.

29 Réveillard, Christophe Sur quelques mythes de l’Europe communautaire : plaidoyer pour un retour au réel, Paris : F.-X. de Guibert, 1998.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search