Desktop versionMobile version

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

4. Réinvention du politique

Féminisme, capitalisme et ruses de l’histoire

Nancy Fraser

Full text

[…] Y a-t-il des perspectives d’avenir ?

1Aujourd’hui, […][l]e capitalisme lui-même vit un moment décisif. À n’en pas douter, la crise financière mondiale et la réaction résolument post-néolibérale qu’elle a déclenchée de la part des grands pays – désormais tous keynésiens – marque le début de la fin du néolibéralisme en tant que régime économique. L’élection de Barack Obama indique peut-être le désaveu ferme, jusque dans la tanière du loup, du projet politique incarné par le néolibéralisme. Il n’est pas impossible que nous assistions aux premiers frémissements d’une nouvelle vague de mobilisation qui s’emploiera à formuler des contre-propositions. Et que nous nous trouvions par conséquent sur le point de connaître une fois de plus une « grande transformation », aussi massive et profonde que celle décrite ci-dessus.

  • 1 Cette proposition sur « le féminisme et ses doubles » pourrait être développée à bon escient à prop (...)

2Si tel est le cas, la forme de la société qui va se mettre en place fera l’objet d’une intense contestation dans la période qui s’ouvre. Et le féminisme jouera un rôle important dans cette contestation, à deux niveaux différents : tout d’abord, le mouvement social dont les aléas viennent d’être évoqués et qui fera en sorte que le régime à venir donne un poids institutionnel à l’engagement en faveur de la justice de genre ; et deuxièmement comme construction discursive générale qui, en tant que telle, n’appartient plus aux féministes au sens premier, et qui échappe à leur contrôle : tel un signifiant vide de bien, au même titre sans doute que la démocratie, il sera peut-être invoqué pour légitimer des scénarios très différents, dont certains feront peu de cas de la justice de genre. Directement issu du féminisme, au sens premier de mouvement social, cette deuxième acception, discursive, de « féminisme » est devenue incontrôlable. Plus le discours se développe indépendamment du mouvement, plus ce dernier est confronté à une version de lui-même étrange et insaisissable, sorte de double diabolique qu’il ne peut ni tout bonnement assimiler, ni désavouer complètement1.

3J’ai décrit dans cet article la valse déconcertante dans laquelle le basculement du capitalisme d’État vers le néolibéralisme a entraîné ces deux féminismes. Que faut-il en conclure ? Certainement pas que le féminisme de la deuxième vague a échoué purement et simplement, ni qu’il est responsable du triomphe du néolibéralisme. Certainement pas non plus que les idéaux féministes sont intrinsèquement problématiques, ou toujours d’emblée condamnés à être requalifiés à des fins capitalistes. J’en tire plutôt la conclusion que nous devons, nous pour qui le féminisme est d’abord un mouvement pour la justice de genre, prendre mieux conscience de ce qu’il représente historiquement, alors même que nous travaillons sur un terrain également occupé par notre double diabolique.

  • 2 Je dois cette observation à Eli Zaretsky (communication personnelle). Voir Eisenstein (2005).
  • 3 Historiquement, mais pas toujours. Dans de nombreux contextes, le capitalisme est plus enclin à s’a (...)

4Cela implique de revenir à la question [suivante] : qu’est-ce qui peut bien expliquer notre « liaison dangereuse » avec le néolibéralisme ? Sommes-nous les victimes d’une malheureuse coïncidence qui, parce qu’elles se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment, ont succombé au plus opportuniste des séducteurs, un capitalisme si peu regardant qu’il en vient à instrumentaliser n’importe quelle perspective, y compris celles qui lui sont foncièrement étrangères ? Ou bien y a-t-il, comme je le suggérais plus haut, une affinité élective souterraine entre le féminisme et le néolibéralisme ? Si c’est le cas, ladite affinité se niche dans la critique de l’autorité traditionnelle2. Cette autorité est de longue date la cible du militantisme féministe, qui, depuis Mary Wollstonecraft au moins, a cherché à émanciper les femmes de l’assujettissement personnel aux hommes, tant les pères que les frères, les prêtres, les vieillards ou les maris. Or l’autorité traditionnelle semble aussi, à certaines époques, se poser en obstacle à l’expansion capitaliste, intégrée qu’elle est à la substance sociale dans laquelle, historiquement, les marchés se sont implantés et qui a permis de circonscrire la rationalité économique à une sphère limitée3. À l’heure actuelle, il y a apparemment convergence entre ces deux critiques de l’autorité traditionnelle, féministe pour l’une, néolibérale pour l’autre. À l’inverse, le féminisme et le néolibéralisme divergent à propos des formes post-traditionnelles de la subordination de genre : les contraintes exercées sur les vies des femmes ne correspondent plus à un état d’assujettissement personnel mais découlent de processus culturels ou systémiques venus abstraitement, ou impersonnellement, relayer les actions de nombreuses personnes. Le « cycle de la vulnérabilité socialement provoquée et totalement asymétrique qu’entraîne le mariage », pour reprendre la définition de Susan Moller Okin (1989), illustre parfaitement ce point : la tâche d’élever les enfants, traditionnellement dévolue aux femmes, contribue à la construction de marchés du travail qui désavantagent ces dernières, et l’inégalité des rapports de force ainsi créée dans la sphère d’activité économique vient à son tour renforcer, et exacerber, l’inégalité des rapports de force au sein de la famille (Okin 1989, 138). Ces processus d’assujettissement relayés par le marché sont le moteur du capitalisme néolibéral. La critique devrait par conséquent s’y intéresser au premier chef, aujourd’hui où nous cherchons à nous distinguer du néolibéralisme et à éviter une requalification de son contenu. Il ne s’agit pas, bien sûr, de cesser de combattre l’autorité masculine traditionnelle, et de renoncer ce faisant à une étape toujours nécessaire de la critique féministe. Il s’agit d’empêcher le glissement facile de cette critique vers son double néolibéral, et, en premier lieu, de rattacher les luttes contre l’assujettissement personnel à la critique d’un système capitaliste, qui tout en promettant la libération substitue de fait un mode de domination à un autre.

5J’aimerais pour conclure revenir une dernière fois sur mes quatre axes de la critique féministe, dans l’espoir de servir la cause de ce programme.

L’anti-économisme post-libéral

6Le possible retournement de situation par rapport au néolibéralisme est l’occasion de réactiver la promesse émancipatrice du féminisme de la deuxième vague. L’adoption d’une description vraiment tridimensionnelle de l’injustice nous permettrait maintenant d’intégrer de façon plus équilibrée les dimensions auparavant dissociées de la redistribution, de la reconnaissance et de la représentation. En appuyant ces aspects indispensables de la critique féministe sur une compréhension solide et actualisée de la totalité sociale, nous rétablirions le rapport entre la critique féministe et la critique du capitalisme, et, partant, nous pourrions à nouveau ancrer fermement le féminisme à gauche.

L’anti-androcentrisme post-libéral

7De même, le basculement possible vers une société postnéolibérale est l’occasion de rompre le lien fallacieux entre notre critique du salaire familial masculin et le capitalisme flexible. En se revendiquant de notre critique de l’androcentrisme, les féministes pourraient militer pour une forme d’existence qui ne tournerait plus autour du travail salarié, et où les activités non marchandisées, y compris le travail de care, se verraient valorisées. Ces activités aujourd’hui en grande partie assumées par les femmes deviendraient alors des composantes essentielles d’une vie bonne pour tous.

L’anti-étatisme post-néolibéral

8La crise du néolibéralisme est aussi une chance à saisir pour dégager notre critique de l’étatisme de la dérégulation du marché (marketization). En embrassant le projet de la démocratie participative, les féministes pourraient dès à présent militer pour une autre organisation du pouvoir politique, qui subordonnerait le managérialisme bureaucratique à un renforcement des pouvoirs des citoyens (citizen empowerment). Le but, toutefois, n’est pas d’affaiblir la puissance publique, bien au contraire. Le type de démocratie participative que nous voulons aujourd’hui se sert de la politique pour dompter le marché et gouverne la société dans l’intérêt de la justice.

La dénonciation post-néolibérale du modèle westphalien

9La crise du néolibéralisme nous offre enfin une chance de résoudre, de manière productive, notre vieille ambivalence à l’égard du modèle westphalien. Le capital ayant une portée transnationale, les compétences publiques aujourd’hui nécessaires ne peuvent plus être du seul ressort de l’État territorial. Ici, la tâche consiste par conséquent à casser l’identification exclusive de la démocratie avec une communauté politique territorialisée. En se joignant à d’autres forces de progrès, les féministes pourraient militer pour un nouvel ordre politique post-westphalien qui serait démocratique à tous les niveaux. En combinant la subsidiarité à la participation, la nouvelle constellation de pouvoirs démocratiques devrait être en mesure de redresser des injustices de tous ordres, sur tous les axes, et quel qu’en soit le degré, y compris les injustices transfrontalières.

  • 4 Une première édition en français de cet article est parue dans une revue non académique, Contretemp (...)

10À mon sens, donc, la période que nous vivons devrait pousser les féministes à voir grand. Après l’attaque néolibérale qui a instrumentalisé les meilleures de nos idées, nous avons à présent une ouverture pour nous en ressaisir. Si nous savons mettre à profit cet instant, nous réussirons peut-être à juste infléchir dans la direction de la justice – de genre mais pas seulement – l’arc de la transformation imminente4.

Bibliography

Eisenstein, H. 2005. A Dangerous Liaison? Feminism and Corporate Globalization. Science and Society. 69(3).

Okin, S. M. 1989. Justice, Gender and the Family. New York : Basic Books.

Polanyi, K. 2001. The Great Transformation: The Political and Economic Origins of our Time. Boston : Beacon Press.

Fraser, N. 2010. Féminisme, capitalisme et ruses de l’histoire. Cahiers du Genre. N°50 : 187-191.

Notes

1 Cette proposition sur « le féminisme et ses doubles » pourrait être développée à bon escient à propos de l’élection présidentielle américaine de 2008, où aussi bien Hillary Clinton que Sarah Palin ont tenu le rôle de doubles diaboliques.

2 Je dois cette observation à Eli Zaretsky (communication personnelle). Voir Eisenstein (2005).

3 Historiquement, mais pas toujours. Dans de nombreux contextes, le capitalisme est plus enclin à s’adapter à l’autorité traditionnelle qu’à la contester. À propos de l’implantation des marchés, voir Karl Polanyi (2001).

4 Une première édition en français de cet article est parue dans une revue non académique, Contretemps, n° 6/2010.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search