Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

5. Division sexuelle du travail et mobilisations

Résistance déguisée et reproduction sociale : la lutte des femmes pauvres pour accéder aux services urbains à Bangalore

Kaveri Thara
Traduction de Caroline Sordia

Note de l’éditeur

Référence papier : Thara, K., ‘Résistance déguisée et reproduction sociale : la lutte des femmes pauvres pour accéder aux services urbains à Bangalore’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 305-318. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Accès aux services de base

1Les femmes pauvres jouent un rôle crucial dans le développement des zones urbaines, notamment pour l’obtention d’un accès à l’eau, à l’assainissement et aux autres services indispensables à la vie humaine (Bapat et Agarwal 2003 ; Haritas 2013 ; Patel et Mitlin 2007). Fréquemment, les populations urbaines pauvres sont expulsées du centre des villes pour être « réinsérées » dans des zones périphériques sous-développées et dépourvues de services publics. Pour ces populations commence alors le pénible travail nécessaire à l’obtention et à la mise en place effective des services de base dans un processus par lequel elles deviennent des agents indispensables au développement. Par exemple, les 22 quartiers pauvres de Bangalore dans lesquels je me suis rendue en 2009 et 2010 existaient depuis plus de dix ans mais aucun ne bénéficiait d’un accès régulier à l’eau, qu’elle soit potable ou non. Des collectifs de femmes étaient par conséquent contraints de négocier quotidiennement leur approvisionnement en eau auprès des responsables politiques locaux, des ONG ou des représentants du conseil de développement des bidonvilles (Ishwar Haritas 2014).

2Cet article parle de ces mobilisations souvent cachées car elles se déploient au niveau micro, dans des quartiers, et se traduisent par des actes banals du quotidien visant à accéder, même temporairement, à ces services. En me fondant sur la recherche de terrain que j’ai menée dans une zone de réinsertion à Bangalore, j’affirme que, bien que les femmes perçoivent leur travail comme se situant dans la continuité de leurs responsabilités domestiques, ces mobilisations cachées permettent d’assurer la reproduction sociale des populations pauvres des zones urbaines. De plus, les femmes revendiquent l’accès au service comme un droit, et résistent ainsi à la marchandisation des services en négociant un accès temporaire gratuit et en se servant de leur genre pour s’attirer la sympathie des représentants de l’État. Ces stratégies ne sont certes pas radicales, mais elles n’en constituent pas moins une forme déguisée et subtile de résistance à la privatisation et à la marchandisation des services. Vues sous cet angle, ces formes quotidiennes de résistance, qui à la fois repoussent et utilisent les normes dominantes (Weitz 2001), viennent mettre en doute les postulats mêmes sur lequel se fonde l’État pour refuser de leur fournir les services : leur incapacité à les payer.

  • 1 NdT : sont rassemblées sous le terme dalits (littéralement : « opprimés, rejetés ») les personnes e (...)

3L’analyse de l’insuffisance des services est une tâche complexe qui implique que la question soit replacée dans la problématique plus vaste des rapports existant entre l’État post-colonial et les populations pauvres des zones urbaines. Lorsque je me suis entretenue avec un leader dalit1 local de Laggere, la zone de réinsertion dans laquelle j’ai mené ma recherche, celui-ci a accusé l’État de favoriser la pauvreté et de l’aggraver par son incapacité à assurer l’accès aux services :

Pourquoi le gouvernement agit-il de cette façon ? Par exemple, quand il y a un millier de maisons, ils vont mettre un puits et quatre robinets. Pourquoi ? Parce que comme cela, les femmes et les filles qui habitent là devront consacrer tout leur temps à se battre les unes contre les autres à ces robinets et n’auront pas une minute pour penser à ce qui se passe ailleurs. (Ganesh, Slum Janara Kriya Vedike, 26 décembre 2012)

  • 2 Les habitant-es des bidonvilles de Laggere y ont été relogé-es au début des années 1980. Depuis, le (...)

4Cette incapacité à assurer un accès aux services de base a des conséquences genrées qui seront traitées en détail dans la suite de cet article. Mais il convient tout d’abord de mentionner que, dans le cadre des actions dites de réinsertion, les populations pauvres se voient couramment proposer des logements par l’État sans toutefois que ce dernier ne fournissent les services nécessaires à leur installation dans les zones concernées. Dans ce sens, la « réinsertion » n’entraîne pas de modification radicale des conditions de vie des populations urbaines pauvres qui doivent relancer le laborieux processus qui leur avait permis de bénéficier de certains services dans le quartier où ils résidaient auparavant. Le conseil de développement des bidonvilles refuse, sous différents prétextes, d’accorder aux habitant-es un accès légal aux services2, les contraignant ainsi à s’approvisionner de nouveau par des biais non autorisés. À Laggere comme ailleurs, les populations pauvres négocient leur approvisionnement en eau auprès des conseillers municipaux ou de leur représentant à l’assemblée législative. L’eau n’est que rarement fournie directement dans les maisons ; elle est distribuée au moyen de robinets publics à certaines heures de la journée, chaque famille du quartier se voyant attribuer un quota.

5À Laggere, 60 à 80 familles s’approvisionnent en eau à chacun des robinets. L’eau est fournie irrégulièrement en fonction de différents facteurs comme le débit dans les tuyaux. Parfois, notamment quand les quartiers de la ville haute s’approvisionnent en eau, les zones les plus basses de la villes en sont privées et sont contraintes d’attendre un autre moment de la journée pour s’approvisionner à leur tour. Les horaires d’ouverture des robinets sont imprévisibles et varient en fonction de la disponibilité des responsables locaux mais aussi de la pression de pompage de l’eau. Pendant les étés où les coupures de courant sont fréquentes, les pompes à eau ne peuvent pas être utilisées et les communautés subissent des pénuries d’eau. Les robinets publics sont principalement gérés par les dirigeants locaux : eux seuls sont autorisés à les ouvrir et ils sont chargés de faire en sorte que les personnes ne prennent que la quantité d’eau à laquelle elles ont droit pour leur famille. En période de pénurie, l’approvisionnement en eau est souvent assuré par le biais de citernes financées par le conseiller municipal ou les familles du quartier – et là encore, les réserves d’eau sont réglementées par les responsables locaux. L’approvisionnement en eau est donc une activité qui demande non seulement du temps mais aussi une adaptation à des horaires imprévisibles qui peuvent changer en fonction des circonstances. De ce fait, les femmes sont confinées dans leur quartier, et celles qui travaillent doivent payer les familles de la classe moyenne du quartier pour s’approvisionner auprès d’elles.

  • 3 Ces raccordements illégaux à l’eau permettent des accès hors compteur (donc gratuits) fournis par l (...)

6Les femmes de Laggere ont obtenu un accès à ces robinets publics après des années de négociation et de pénibles marchandages quotidiens. Mais elles ne peuvent pas relâcher leur mobilisation puisqu’elles dépendent encore de robinets que l’État considère comme « illégaux »3. Leur approvisionnement en eau est donc fréquemment interrompu et elles doivent périodiquement se mobiliser pour le rétablir. De la même façon, ces zones sont fréquemment privées d’accès à l’assainissement et à l’électricité. Les mobilisations collectives font donc partie de la vie quotidienne des femmes qui se rassemblent pour rencontrer leur conseiller municipal, leur député, les responsables du conseil de développement des bidonvilles ou encore les administrateurs des conseils chargés de l’approvisionnement en eau et en électricité ou de l’assainissement, et pour tenter, par ce biais, de pallier les multiples pénuries auxquelles elles sont confrontées. Dans ce contexte, la mobilisation collective ne peut pas être considérée comme une activité temporaire : il s’agit d’un travail permanent, continu et indispensable à la reproduction même de la vie.

7Cette tendance, observable dans de nombreuses zones de réinsertion de la ville, traduit l’existence d’une forme persistante de marginalisation, d’une accusation d’illégalité qui poursuit les populations des bidonvilles. Avant leur réinsertion, elles vivaient dans des « empiètements illégaux » et, bien qu’elles se soient déplacées vers des zones où elles occupent légalement les logements mis à leur disposition par le conseil de développement, elles restent dans l’illégalité aux yeux des autres puisqu’elles ont accès à des services sans avoir à les payer. Selon une certaine idée reçue, les populations pauvres des zones urbaines refusent de payer les services dont elles bénéficient et veulent être approvisionnées gratuitement en eau et en électricité. Mais il s’agit là d’une perception de la situation à la fois bien commode et ancrée dans une vision consumériste de l’accès aux services (Urs et Whittell 2009). Dans un temps où les services sont de plus en plus souvent privatisés, les biens communs que devraient être l’eau, l’assainissement et l’électricité deviennent des marchandises. La résistance qu’opposent les populations urbaines pauvres vise principalement cette marchandisation. L’accès aux services qu’elles revendiquent n’est que le prolongement des droits fondamentaux dont ces personnes devraient jouir du simple fait de leur citoyenneté. Dans son analyse du travail accompli à Bangalore par l’organisation Janaagraha, Simanti Dasgupta (2012) compare le discours fondé sur la marchandisation à celui fondé sur les droits et montre que les perceptions des classes moyennes susceptibles de connaître une ascension sociale sont bien différentes de celles des populations urbaines pauvres. Alors que, pour les classes supérieures, l’efficacité et la désignation d’un prestataire responsable de l’approvisionnement en eau sont primordiales, et ce même si cela entraîne une marchandisation de l’eau et une augmentation des prix, les populations pauvres des zones urbaines résistent à la marchandisation de l’eau.

  • 4 Pour une description de la résistance opposée par les ONG dans ce domaine, voir Urs et Whittell (20 (...)

8Dans ce contexte capitaliste de marchandisation des services de base, les populations urbaines pauvres résistent et remettent en cause ce processus en adoptant un discours politique fondé sur le fait que leur droit à être approvisionnées en eau découle non seulement du fait qu’elles sont citoyennes mais aussi de leur statut de population défavorisée. À Laggere, j’ai constaté que les femmes contestent le fait de devoir payer des services alors qu’elles subissent une très forte marginalisation économique. Elles dénoncent et rejettent la perspective selon laquelle les pauvres seraient censé-es payer des services au même tarif que les classes moyennes alors même qu’ils-elles disposent de revenus bien plus faibles. Mais cette opposition ne se manifeste pas de manière ouverte. Elle ne ressemble en rien au mouvement explicite de protestation et de résistance mené par les ONG de Bangalore depuis de nombreuses années4. Ces femmes s’opposent de manière plus déguisée et déploient des stratégies et méthodes qui, a priori, ne semblent pas relever de la notion de résistance. Elles se contentent de prendre contact avec les autorités locales – en personne ou par téléphone – pour négocier un accès même temporaire à ces différents services. Mais, par leur simple refus de payer pour obtenir de l’eau, elles s’opposent à sa marchandisation. Comme d’autres femmes pauvres des zones urbaines, les femmes de Laggere mènent ainsi une lutte politique quotidienne pour leur survie (Kerkvliet 2009).

Femmes, travail et quartier

9Les femmes entretiennent avec leur quartier des rapports divers et contradictoires. Si toutes se conforment habituellement à la division sexuelle du travail, celles qui ont un emploi salarié perçoivent leur quartier très différemment de celles qui n’en ont pas. La plupart des femmes employées dans les usines de vêtements avoisinantes et qui ont participé aux groupes de discussion perçoivent la zone de réinsertion du bidonville comme un espace transitoire qu’elles occuperont jusqu’à ce qu’elles puissent se permettre de payer un logement hors de cette zone. Sur ce point, la classe – la classe relative des femmes interrogées parmi celles vivant dans le même quartier – apparaît clairement comme un facteur déterminant de leur degré d’implication dans la vie du quartier. Les ouvrières du vêtement ne s’engagent pas activement dans les actions collectives visant à améliorer leur accès aux services. Elles mettent en œuvre des stratégies alternatives pour assurer leur propre approvisionnement en eau : elles l’achètent à des familles de la classe moyenne ou comptent sur les femmes plus âgées de leur foyer pour aller en chercher. Pour ces familles qui projettent d’acheter ou de louer un logement hors de la zone de réinsertion, le quartier apparaît clairement comme un espace transitoire. En fonction de la classe à laquelle elles appartiennent, les femmes adoptent donc des stratégies de vie différentes qui ne supposent pas toutes une organisation collective.

10Au-delà la classe, l’implication des femmes dans la lutte pour l’accès aux services varie également selon leur caste. Il est toutefois à noter que je n’ai pas identifié de différence significative selon la caste dans le mode de mobilisation des 50 femmes que j’ai interrogées à l’occasion de cette recherche. À l’évidence, toutes considèrent que l’accès aux services et à l’éducation est important. Toutefois, celles qui louent leur logement ne participent pas aux mobilisations, à l’inverse de celles à qui un logement a été attribué. Ces dernières pensent qu’elles resteront dans ce quartier et tentent donc d’améliorer leur accès aux services. Elles perçoivent leur logement comme un espace permanent et non transitoire.

11Parmi les femmes qui ne perçoivent pas leur quartier comme un espace transitoire, des différences marquées sont apparues en fonction de leurs responsabilités de care. Celles qui ont la charge de jeunes enfants, de leurs petits-enfants ou d’adultes âgé-es ou handicapé-es sont dans l’impossibilité de s’engager collectivement. Ainsi, les femmes qui se mobilisent effectivement pour l’accès aux services sont principalement des femmes plus âgées dont les responsabilités de care sont moindres. Mais la composition de cette mobilisation est dynamique et changeante. Durant les trois phases de ma recherche – qui se sont réparties sur quatre ans –, la composition de ce groupe de femmes a continuellement évolué. Certaines des membres ont modifié l’intensité de leur engagement, des femmes plus âgées ont été remplacées par d’autres et d’anciennes membres se sont à nouveau impliquées suite à une évolution de leurs responsabilités de care. Mais, malgré les changements de membres et l’évolution des mobilisations – plus ou moins fréquentes en fonction du contexte et de la qualité des services –, le processus de négociation collective de l’accès aux services ne s’est jamais interrompu. Ces mobilisations ont ceci de commun qu’elles ont été menées par des groupes de femmes, occasionnellement accompagnées d’un homme pour des rencontres avec leur conseiller municipal ou un représentant de l’État. Ces femmes ne perçoivent pas leurs actions comme bénéfiques pour les autres mais il est évident que le travail qu’elles ont accompli a aidé toutes les autres femmes du quartier ainsi que les membres de leur propre famille.

12Pourquoi les femmes adoptent-elles ces formes apparemment insignifiantes de mobilisation collective quotidienne alors que les hommes ne le font pas ? De toute évidence, le lien logique entre l’insuffisance des services et l’engagement collectif des femmes est déterminé par la division sexuelle du travail. La plupart des femmes avec lesquelles j’ai travaillé considèrent que l’approvisionnement de la famille en eau relève intrinsèquement de leurs tâches domestiques. Quand je les ai interrogées sur leur statut professionnel, elles ont le plus souvent affirmé que la charge que représente la gestion de leur foyer – notamment l’approvisionnement en eau – ne leur permettait pas de consacrer de temps à une autre activité. L’une d’elles a par exemple expliqué qu’elle avait un temps travaillé à l’usine de vêtements pour rembourser une dette familiale. Mais, une fois la dette payée, son mari avait décidé qu’il n’était plus nécessaire qu’elle travaille dans la mesure où elle devait faire en sorte que leur foyer soit correctement approvisionné en eau potable et non potable.

13Le transport de l’eau est une activité clairement assignée aux femmes. Durant l’année que j’ai passée sur le terrain – répartie sur les quatre ans de ma recherche –, j’ai pu observer de nombreux groupes de personnes en train de s’approvisionner en eau, et tous étaient exclusivement féminins. Dans les files d’attente des points d’eau, j’ai occasionnellement aperçu quelques jeunes garçons ou adolescents parmi l’écrasante majorité de femmes et de filles. Lorsque les femmes parlent du transport de l’eau, elles disent se mobiliser résolument contre un État qu’elles considèrent comme oppresseur, mais elles ne remettent pas en question la division sexuelle du travail. Même les femmes qui ont un emploi ou sont cheffes de famille rentrent chez elles pour prendre en charge l’approvisionnement en eau. Certaines d’entre elles partagent la charge du travail domestique avec leur mari, mais ce ne sont que de rares exceptions à la règle. Dans la plupart des cas, la sphère domestique – qui, pour les populations urbaines pauvres, inclut l’accès aux services indispensables à la bonne gestion du foyer – est incontestablement le domaine réservé des femmes de la famille. Celles qui travaillent se trouvent donc dans l’obligation d’assumer un double rôle : pourvoir aux besoins de la famille en dehors du foyer et prendre en charge la plus grande partie du travail domestique.

14L’analyse des récits recueillis sur le terrain démontre donc un point important : les rôles sexuellement déterminés au sein de la famille ne sont pas remis en cause. Dans ce contexte où la répartition du travail au sein du foyer ne fait jamais – ou au mieux rarement – l’objet de négociations, l’accès aux services est une tâche supplémentaire qui incombe principalement aux femmes. La division sexuelle du travail est un fait incontesté, mais elle est aussi utilisée comme une stratégie pour obtenir un accès aux services. Par exemple, selon les membres de différentes ONG et d’une organisation dalit œuvrant à la mobilisation locale pour l’accès au logement et aux services, les femmes jouent un rôle extrêmement important dans le succès des actions collectives. Quand les femmes somment les fonctionnaires de s’expliquer et se plaignent de leurs difficultés, ces derniers ne peuvent pas les éconduire aussi aisément que des hommes. De toute évidence, la division sexuelle du travail est utilisée pour susciter la sympathie des représentants de l’État et garantir l’accès aux services.

15En accompagnant des femmes de Laggere lors de deux de leurs visites à la branche locale du conseil de développement des bidonvilles de Bangalore, j’ai pu constater la nature indéniablement genrée de leurs interactions avec les fonctionnaires. Ceux-ci adoptent en effet une attitude condescendante vis-à-vis d’elles : ils s’adressent à elles sur un ton méprisant, leur donnent des ordres, les réprimandent, les rabaissent en leur reprochant leur ignorance, etc. Cette condescendance est révélatrice des rapports de pouvoir qui prévalent entre les représentants de l’État et les femmes pauvres, mais elle est également un outil stratégique que les femmes utilisent pour susciter la sympathie des autorités et opposer une résistance subtile à leur assujettissement en insistant sur la nécessité d’agir et de satisfaire leurs besoins. On peut estimer que le fait de rendre fréquemment visite aux autorités et de les sommer de tenir leurs promesses sans toutefois remettre en question les rapports de pouvoir existants est une forme pragmatique de résistance. En renégociant subtilement les normes plutôt qu’en les remettant ouvertement en cause, les femmes créent ainsi un ensemble de précédents sur lesquels reposeront leurs négociations futures.

16Le genre est donc un facteur important lorsqu’il s’agit de susciter la sympathie et de contraindre l’État à réagir. Compte tenu du caractère genré de ces mobilisations quotidiennes, les femmes sont devenues des actrices importantes du développement de quartiers entiers, même si celui-ci a demandé du temps. Pourtant, les femmes souffrent de la marginalisation qu’entraîne le déroulement de ces négociations qui ne peuvent pas être menées par les hommes. Celles qui prennent part aux mobilisations collectives analysent le travail qu’elles accomplissent dans la perspective de l’économie capitaliste dominante et n’ont donc pas conscience de l’importance de leur action sur un plan plus général. Elles la considèrent comme indispensable à leur survie sans lui accorder la même valeur qu’à un travail rémunéré. Dans la plupart des cas, ces femmes dépendent des revenus des hommes et ne disposent pas du temps nécessaire pour exercer l’emploi rémunéré auquel elles aspirent. Bien que leurs activités collectives leur permettent d’accéder à des connaissances, à des réseaux et à un certain pouvoir de représentation de la communauté auprès des autorités, elles n’améliorent pas autant leurs conditions de vie personnelles que le leur permettrait un emploi dans une fabrique de vêtement. En tant que représentantes dont les autorités dépendent pour obtenir des informations sur leur quartier, ces femmes occupent une position de pouvoir qui a une grande valeur à leurs yeux, mais l’impossibilité de transformer ce pouvoir en un gain monétaire susceptible d’améliorer leurs conditions de vie est source de frustration et de désillusion. En outre, cette recherche montre clairement qu’en se rassemblant, les femmes procèdent à une meilleure analyse de leur propre situation et créent un espace de dialogue social. Dans un précédent article, j’ai par exemple décrit le fonctionnement d’un groupe de femmes dont les membres ont commencé par discuter de leurs vécus respectifs avant d’exiger de leur conseiller municipal qu’il leur rende des comptes (Haritas 2013).

17Les femmes entrent dans le domaine public par le biais de ces activités, mais l’espace dans lequel elles agissent reste très local et elles évoluent le plus souvent dans les limites étroites de leur rue ou des quelques rues qui constituent leur quartier. Leur travail passe donc généralement inaperçu. Les entretiens que j’ai menés ainsi que mes observations de terrain ont montré l’importance de ce travail pour les personnes qui évoluent dans les sphères économiques rémunérées et informelles de la ville. Les femmes considèrent leurs activités liées à l’approvisionnement en eau et à la bonne marche du foyer comme essentielles au travail de leur mari ou à celui d’autres membres de leur famille. En revanche, elles ne tiennent pas compte de l’aide et de l’intense soulagement qu’elles procurent par ce biais aux autres femmes de leur quartier ainsi qu’à leur famille.

18Il convient de rappeler que ces femmes prennent en charge une mission de l’État. Si celui-ci assumait son rôle en permettant aux populations urbaines pauvres de bénéficier des services de base, aucune d’entre elles n’auraient à lutter pour les obtenir. Dans ce cas précis, seules les actions et négociations quotidiennes des femmes ont permis d’obtenir ce que l’État ne voulait pas mettre à leur disposition. Ces interactions entre les femmes et l’État sont un point de rencontre entre les préoccupations domestiques qui s’expriment dans la sphère privée et les services publics fournis par l’État. Les femmes s’impliquent dans les affaires publiques parce que leurs corvées domestiques en dépendent. Ce faisant, elles endossent la responsabilité de ces services dans leurs communautés, assumant donc de facto le rôle de l’État.

Genre et solidarités intersectionnelles

19Quand les femmes interrogées parlent de « mobilisation », elles désignent en réalité le fait de se réunir entre voisines pour se rendre au bureau local du conseil de développement des bidonvilles ou pour rencontrer un responsable politique. Sur le terrain, cette mobilisation implique principalement de rassembler les femmes, un travail fastidieux et habituellement accompli par celles qui possèdent les aptitudes sociales nécessaires. Cela représente un véritable défi alors que les femmes sont surchargées et consacrent une grande partie de leur temps aux tâches domestiques. Mais les mobilisations et négociations avec les responsables de l’État risquent d’échouer si les femmes qui les mènent sont trop peu nombreuses. La solidarité collective est mise à l’épreuve par la présence d’autres projets menés par des ONG dans le quartier. À Laggere, aucun de ces projets développés par des ONG ne traite des questions d’accès à l’eau, à l’assainissement ou aux autres services essentiels. Ils portent plutôt sur d’autres questions telles que l’éducation et l’accès aux programmes publics de protection sociale. Ils font très souvent appel au travail bénévole des femmes et paient des honoraires minimes à une des femmes du quartier pour qu’elle joue un rôle de coordinatrice. Les femmes se font donc concurrence pour l’attribution de ce poste, ce qui rompt les relations de solidarité existant entre les femmes du quartier et porte préjudice non seulement aux projets des ONG, mais aussi aux mobilisations collectives pour l’accès aux services car celles-ci ne peuvent plus se fonder sur la solidarité nécessaire.

20Même s’il est souvent difficile de faire perdurer la solidarité, le travail de mobilisation est indispensable à la survie des habitant-es des quartiers urbains pauvres. Ma recherche montre que, même si le nombre des femmes impliquées activement dans ces collectifs est limité, ces rencontres sont devenues des espaces alternatifs au sein desquels les femmes pauvres des zones urbaines peuvent exprimer leur désir de vivre une existence décente. Mais ce travail n’est ni rémunéré ni valorisé dans un contexte où les luttes sociales sont dominées par des mobilisations plus conséquentes et plus visibles de populations urbaines pauvres, souvent menées à l’échelle de la ville par des organisations pour la plupart dirigées par des hommes. Les femmes sont inévitablement amenées à collaborer entre elles parce que leur action est indispensable à leur vie dans la ville. Grâce à ces mobilisations locales, elles améliorent considérablement leur accès à l’information, à divers réseaux et aux ressources. Mais, malgré ces avantages considérables, les femmes ne peuvent ou ne souhaitent pas toutes s’engager dans un collectif. Certaines considèrent en effet que les négociations qu’elles mènent font partie de leur stratégie de survie en zone urbaine plutôt que d’une forme de mobilisation ou de résistance. Les hommes rassemblés dans les organisations dalits de Bangalore organisent et mènent des mobilisations formelles pour l’accès au logement, alors que les femmes se chargent le plus souvent des mobilisations quotidiennes locales pour l’accès aux services et l’amélioration de leurs quartiers.

21Même si les actions que mènent les femmes au sein de leur communauté ne sont pas estimées à leur juste valeur dans les rapports qu’entretiennent ces populations pauvres avec l’administration urbaine locale, elles détiennent un certain pouvoir dans leurs communautés respectives où elles sont souvent les représentantes du quartier et y déterminent de ce fait l’allocation des ressources. Par exemple, lorsque les logements de réinsertion délabrés du bidonville ont dû être reconstruits, les femmes leaders ont joué un rôle primordial en établissant la liste des personnes vivant dans les différents bâtiments et en négociant l’accès au logement pour la seconde génération de résidents. Il s’agit d’un pouvoir important qui creuse de profondes divisions dans la communauté dans un contexte où les femmes du même quartier se font concurrence pour les positions de leadership et s’allient alternativement avec les unes ou les autres. Du fait de ces divisions mais aussi des inégalités entre femmes, il leur est parfois difficile de conserver intactes leur solidarité et leur cohésion.

Conclusion

22Ce travail de mobilisation collective est essentiel à la survie des populations urbaines pauvres et apporte une immense contribution au développement des quartiers. Les femmes pauvres des zones urbaines sont ainsi devenues des actrices importantes du développement, mais aussi des actrices politiques. Leur travail collectif leur permet d’accéder à l’information, de nouer des contacts et d’entrer dans des réseaux, mais aussi d’avoir le sentiment d’exercer un contrôle sur leur vie et d’être capables de réussir, autant de facteurs qui contribuent de toute évidence à leur bien-être. Mais le travail qu’elles accomplissent est non rémunéré et souvent sous-évalué, et cela perpétue des rapports de genre qui renforcent le modèle de l’homme pourvoyeur de revenu et de la femme bénévole dans un contexte capitaliste plus général. Les femmes ne remettent pas cette situation en cause et, en fait, elles se servent de leur position pour, de façon stratégique, exprimer leurs revendications auprès des fonctionnaires politiques masculins. Elles font appel à la compassion de ces derniers et mettent en avant leur rôle de mère et d’épouse chargée de responsabilités domestiques. Bien qu’elles ne conviennent pas des conséquences à long terme de ces rencontres quotidiennes pour le développement de leur quartier, elles reconnaissent que leur travail est essentiel à la reproduction sociale : le travail de leur mari et l’éducation de leurs enfants en dépendent. Par leur résistance à marchandisation de ces services par l’État et par leur refus de payer ces services, les femmes opposent une résistance déguisée à leur propre subordination et contestent la notion de citoyen consommateur que l’État veut leur imposer. Les activités de ces femmes ont des contreparties monétaires, entre autres parce qu’elles évitent à leur famille de payer les factures d’eau et d’électricité. Mais, malgré cela et malgré les retombées économiques plus générales de leur travail pour leur famille et pour leur communauté, leur contribution est souvent invisible. Souvent considérées comme « politiques », les activités qu’elles mènent n’en sont pas moins importantes pour la reproduction sociale. Comment peut-on alors définir ce travail ? Entre-t-il dans le cadre de l’économie solidaire ? Fait intéressant, le travail accompli localement par ces femmes au sein de leur quartier a des conséquences économiques et politiques d’une toute autre ampleur : il est un outil de remise en cause de la marchandisation des services de base mais aussi de résistance au cadre capitaliste dominant. L’analyse de cet exemple de mobilisation des femmes permet pour le moins de comprendre la nécessité de reconnaître le fait que ces activités constituent une partie intégrante de la reproduction sociale et qu’elles sont essentielles à la survie des populations urbaines pauvres.

Bibliographie

Bapat, M. 2003. Our needs, our priorities; women and men from the slums in Mumbai and Pune talk about their needs for water and sanitation. Environment and Urbanization. 15(2) : 71–86. DOI:10.1177/095624780301500221

Dasgupta, S. 2012. Rethinking Participation: Water, Development and Democracy in Neo-Liberal Bangalore. South Asia: Journal of South Asian Studies. 35(3) : 520–545. doi:10.1080/00856401.2012.662212

Haritas, K. 2013. Gender identity in urban poor mobilizations: evidence from Bengaluru. Environment and Urbanization. 25(1) : 125–138. doi:10.1177/0956247813477811

Ishwar Haritas, K. 2014. Mobilisations of Urban Poor Women in Bangalore, India, An Intersectional Analysis. Graduate Institute of International and Development Studies, University of Geneva.

Kerkvliet, B. J. T. 2009. Everyday politics in peasant societies (and ours). The Journal of Peasant Studies. 36(1) : 227-243.

Patel, S. and D. Mitlin. 2007. Gender Issues and Slum / Shack Dweller Federations.

Ramanathan, U. 2006. Illegality and the Urban Poor. Economic And Political Weekly. 41(29) : 3193-3197.

Urs, K. and R. Whittell. 2009. Resisting reform? Water profits and democracy. New Delhi: Sage Publications.

Weitz, R. 2001. Women and Their Hair: Seeking Power through Resistance and Accommodation. Gender and Society. 15 (5) : 667-686.

Notes

1 NdT : sont rassemblées sous le terme dalits (littéralement : « opprimés, rejetés ») les personnes exclues du système de castes de la société indienne.

2 Les habitant-es des bidonvilles de Laggere y ont été relogé-es au début des années 1980. Depuis, le conseil de développement des bidonvilles refuse d’assurer l’approvisionnement en eau et en électricité au motif que certaines familles n’ont pas réglé les sommes dues en contrepartie de l’achat des maisons qui leur ont été allouées. Dans le cadre de la réinsertion, les populations pauvres des zones urbaines financent en partie leur maison par un achat subventionné. Le fait que certaines familles faillissent à leur obligation de paiement est un motif de refus de prestation de services. De ce fait, une grande partie de la zone de réinsertion de Laggere s’approvisionne illégalement en eau et en électricité depuis les années 1980.

3 Ces raccordements illégaux à l’eau permettent des accès hors compteur (donc gratuits) fournis par le conseiller municipal local ou un autre responsable politique. Il s’agit de tuyaux reliés au système d’alimentation en eau du quartier. L’approvisionnement en eau via ces raccordements illégaux est irrégulier et très tributaire des relations entre le groupe urbain pauvre concerné et ses représentants politiques. En contrepartie de ce service, les conseillers exigent un soutien politique sous forme de votes. Voir Haritas (2013).

4 Pour une description de la résistance opposée par les ONG dans ce domaine, voir Urs et Whittell (2009).

Auteur

Kaveri Thara est le nom de plume de Kaveri Haritas, anthropologue, Manipal Centre for Philosophy and Humanities, Manipal, Karnataka, Inde.

Caroline Sordia (Traducteur)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search