Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

5. Division sexuelle du travail et mobilisations

Consubstantialité du sexe, de la race et de la classe dans l’économie solidaire : une analyse à partir du cas de l’usine Catende (Brésil)

Carolina Orquiza Cherfem
Traduction de Caroline Sordia

Note de l’éditeur

Référence papier : Cherfem, C. O., ‘Consubstantialité du sexe, de la race et de la classe dans l’économie solidaire : une analyse à partir du cas de l’usine Catende (Brésil)’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 289-304. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au Brésil, la dénomination negros est utilisée dans les enquêtes officielles de l’Institut brésilie (...)

1Au Brésil, l’économie solidaire (ES) s’est développée à partir des années 1990 alors que le pays connaissait un taux de chômage élevé et une vague de flexibilisation du droit du travail, deux fruits de la restructuration de la production et des politiques néolibérales de cette époque. Cette politique a renforcé la division sexuelle et raciale du travail, laquelle s’est manifestée par de multiples formes d’exclusion : les travailleuses ont été exclues du secteur formel ; les inégalités entre hommes et femmes, mais aussi entre personnes blanches et noires1, se sont accentuées dans l’emploi, dans les niveaux de salaire, dans les conditions de travail et l’accès à la formation et aux promotions ; les politiques qui ont favorisé la tertiarisation de l’économie et l’augmentation du chômage ont frappé de plein fouet la population noire et les femmes, en particulier celles dont les revenus et le niveau d’éducation étaient peu élevés.

2Dans ce contexte, différents syndicats, ONG et mouvements sociaux et religieux ont commencé à s’organiser. L’ES est venue s’ajouter à ces initiatives, inaugurant ainsi, dans le cadre d’une lutte des classes, une période d’exploration de nouvelles stratégies de génération de revenu sous la forme de coopératives, d’associations, de banques communautaires, etc.

3En pleine vague de flexibilisation du travail, l’ES a permis la mise en pratique d’un « nouveau coopérativisme » inspiré d’expériences existantes d’autogestion, dans le but de construire des alternatives ancrées dans l’organisation sociale et susceptibles de pallier la déstructuration du marché du travail. L’ES s’est développée jusqu’à être institutionnalisée par un Secrétariat national à l’économie solidaire (SENAES) intégré au ministère brésilien du Travail. Elle a également été incorporée dans le programme gouvernemental Brasil Sem Miséria (Un Brésil sans misère), et plus précisément dans ses volets consacrés à l’inclusion sociale des populations les plus pauvres du pays.

4De très nombreuses femmes et Noir-es, qui comptent parmi les plus affecté-es par les modifications de l’organisation du travail mises en œuvre dans les années 1990, se sont impliquées dans ces pratiques sociales. Ce constat montre à quel point il est nécessaire d’analyser le monde du travail à partir de la consubstantialité des catégories de classe, genre et race qui structurent les rapports sociaux.

5En résumé, le concept de consubstantialité souligne le caractère coextensif de la classe, de la race et du genre pour affirmer que ces trois composantes des rapports sociaux, prises individuellement, ne suffisent pas à définir ces derniers dans leur entièreté. Elles sont en interrelation dans la structure sociale et imprègnent les rapports sociaux et le monde du travail par des contenus concrets (Kergoat 2009 ; 2012).

6Bien que ces catégories soient distinctes dans l’analyse sociologique, elles forment une unité de substance et agissent simultanément sur les rapports sociaux dont elles structurent les fondements à la fois idéologiques et sociaux. Le genre, la classe et la race ne sont donc pas seulement des catégories unificatrices étant donné qu’« il n’existe pas de contradiction principale et de contradictions secondaires » (Kergoat 2009, 118). Les rapports sociaux de classe, de genre et de race « se reproduisent et se coproduisent mutuellement » (Kergoat 2009, 112).

  • 2 Le concept français de consubstantialité diffère du concept nord-américain d’intersectionnalité. Se (...)

7Les rapports de production – soit le travail (productif et reproductif) et sa base matérielle – constituent le cœur des systèmes de domination et d’exploitation, dans la mesure où ladite domination est rendue effective par l’« appropriation du travail d’un groupe social par un autre » (Kergoat 2009, 119). Cette logique fonde l’oppression et l’exploitation qui opèrent dans la structure sociale2.

8Ainsi, bien que l’organisation collective et la réflexion sur la division sociale du travail propres à l’ES présentent des particularités qui reposent sur la construction d’une forme démocratique et coopérative de travail, les pratiques solidaires ne sont pas entièrement détachées du mode inégalitaire de division du travail ancré dans la domination de classe, de race et de genre.

9Dans le champ du genre, différentes recherches en économie solidaire ont été menées pour identifier les raisons de la présence importante des femmes dans ces organisations et la place qu’hommes et femmes y occupent (Guérin 2005 ; Faria 2011 ; Cherfem 2014). Les recherches en économie féministe ont notamment démontré la nécessité d’appréhender le concept de travail dans toute sa complexité, en tenant compte des processus de production et de reproduction, et de contribuer ainsi à ce que les femmes entrent en toute autonomie dans les différents espaces politiques et sur le marché du travail (Faria 2011).

10Mais, dans les travaux qui appréhendent l’ES comme un phénomène social, les questions raciales ne sont pas aussi visibles que celles relatives au genre. Quelle est la couleur/la race des personnes impliquées dans l’économie solidaire ? Ya-t-il une corrélation entre le nombre de personnes noires impliquées dans ces projets et le statut de cette population sur le marché du travail ? Quelles sont les raisons qui expliquent la présence importante des personnes noires dans ces pratiques ? (Cherfem 2014).

11Partant de ce contexte et de ces interrogations, cet article analyse les rapports de travail propres à l’ES en utilisant le cadre théorico-méthodologique de la consubstantialité entre les formes de domination de classe, de sexe et de race (Kergoat 2009 ; 2012). À cette fin, certaines questions fondamentales doivent être posées. Sous quelles formes les différents rapports de domination apparaissent-ils dans l’ES et comment cette domination est-elle appréhendée, compte tenu de la hiérarchie fondée sur les divisions sociale, sexuelle et raciale du travail ? Quels sont les fondements idéologiques et matériels de chacun des systèmes d’oppression/exclusion (de race, de genre et de classe) qui opèrent dans les projets d’économie solidaire ?

  • 3 Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat écrite entre 2010 et 2014 et intitulé (...)

12Pour mener cette réflexion, cet article s’appuie sur une étude de cas3 menée au Brésil au sein de l’entreprise Catende-Harmonia, une usine reprise par ses propres employé-es. Dans la première partie, nous présenterons le contexte de cette récupération d’usine ainsi que certaines des contradictions observables dans sa structure et l’histoire de cette entreprise. Nous évoquerons ensuite le processus d’organisation collective des travailleur-euses en soulignant la coextensivité des questions de genre, de classe et de race. Enfin, dans la troisième partie, nous proposerons une synthèse des intersections entre les différents rapports sociaux de domination présents dans le cas étudié, dans le but de construire un raisonnement qui mettra en lumière la priorité relative accordée par l’ES aux questions de classe au détriment des inégalités de genre et de race.

L’usine récupérée Catende-Harmonia : première approche

Aucune entreprise d’économie solidaire ne naît d’un projet. Ces entreprises naissent de la résistance que les travailleurs opposent à la grande injustice que représente la concentration des richesses entre les mains de l’État et des élites brésiliennes. Les grandes entreprises capitalistes, quant à elles, naissent de projets. Elles sont autofinancées ou financées par l’État […] Les enfants de l’exclusion sociale ou des politiques publiques en faveur des exclu-es de la société naissent dans la rue, dans les grèves, dans la résistance, dans les occupations. C’est le cas de Catende. C’est un processus à la fois beau et injuste. (Ribeiro 2010, 85).

13Située dans la zone de Mata, une région de l’État du Pernambouc dans le Nordeste brésilien, l’usine Catende était active dans le secteur du sucre et de l’alcool de canne. Elle a été récupérée par ses travailleur-euses suite à une faillite. Cette expérience a été menée par un groupe de personnes qui, après la faillite de l’usine, a lancé la procédure légale indispensable à sa récupération en association avec les syndicats et les mouvements sociaux et religieux de la région.

  • 4 NdT : logements réservés aux esclaves dans les plantations de canne à sucre.

14En 1993, en pleine période de restructuration de la production et de triomphe du néolibéralisme dans le pays, l’État a drastiquement réduit ses investissements dans la filière du sucre et de l’alcool de canne. De ce fait, de nombreuses usines de la zone de Mata ont fait faillite et la région, totalement dépendante de ce secteur, a été frappée par un chômage massif. Les 2 300 personnes qui travaillaient à l’usine Catende ont été licenciées et expulsées des anciennes senzalas4 dans lesquelles elles vivaient, un événement qui a révolté et effrayé ceux et celles qui avaient encore un emploi. La majorité des personnes licenciées étaient des femmes. Comme le rapporte l’un des leaders du mouvement, « les femmes ont presque toutes été renvoyées des champs ». En se demandant pourquoi les femmes avaient été les premières victimes, il est lui-même arrivé à la conclusion que l’« on imagine que les hommes produisent davantage ».

15Certains groupes, notamment les femmes et les Noir-es, ont été plus atteints que d’autres par les processus nationaux de restructuration qui ont mené à la réorganisation du capital et à l’avènement des politiques néolibérales. Ces groupes ont davantage souffert du chômage. Les travaux de Gardey (2003) montrent que le chômage des femmes est un phénomène mieux toléré par la société que celui des hommes. Parce que les femmes sont associées à une fonction sociale et à un travail spécifique – le travail reproductif –, leur exclusion de la sphère productive n’est pas considérée comme grave. Dans l’imaginaire social, le fait que les femmes licenciées disparaissent de certains espaces publics n’a pas le même caractère de gravité qu’une éventuelle absence des hommes.

  • 5 NdT : le terme usineiros désigne les patrons ou les propriétaires dans l’industrie du sucre.

16Après ces licenciements massifs, les travailleur-euses ont réussi à faire déclarer l’usine en faillite et à la maintenir en état de fonctionnement sous le statut d’usine récupérée. En 1995, ils et elles ont lancé une demande de dépôt de bilan baptisée massa falida. La massa falida d’une entreprise est engagée dès sa faillite et concerne l’ensemble des biens et intérêts de l’entité en faillite. Au cours d’un processus de ce type, l’administration de l’usine passe généralement sous le contrôle du pouvoir judiciaire (donc de l’État) et le juge est représenté par un syndic chargé d’administrer le projet. En 2000, cette fonction de syndic a tout d’abord été assumée par un travailleur nommé par l’ensemble des salarié-es de l’entreprise récupérée qui, à ce moment, a pris le nom de Catende-Harmonia. L’usine a vécu une phase particulièrement faste entre 2004 et 2009 mais, sous la pression des usineiros5, le pouvoir judiciaire a pris la décision de remplacer le syndic choisi par les travailleur-euses. Le nouveau syndic n’était pas animé par les idéaux de l’économie solidaire et servait les intérêts des usineiros de la région. Il a donc progressivement abandonné les principes qui avaient présidé à la récupération de l’usine, la conduisant à sa faillite définitive en 2010.

  • 6 NdT : un assentamento désigne une occupation de terres, dans une perspective de lutte pour la réfor (...)

17L’expérience de Catende-Harmonia a impliqué 450 ouvrier-ères d’une usine située en zone urbaine, mais aussi près de 3 800 familles salariées installées à la campagne, des travailleuses et travailleurs ruraux dont le travail dépendait étroitement de la coupe de la canne à sucre et qui étaient depuis longtemps exploités à l’extrême par les usineiros. Grâce aux terres reçues en paiement des dettes de l’usine à leur égard – soit 26 000 hectares de terre appartenant au patrimoine des usineiros en faillite –, ces familles ont créé un assentamento6 rural.

18Cette expérience est considérée comme le projet solidaire le plus important d’Amérique latine. Pourtant, elle visait bien plus à préserver les emplois, à faire respecter les droits des travailleur-euses et à éviter un drame social dans la zone de Mata qu’à mettre en œuvre intentionnellement un projet autogéré. Les travailleur-euses de l’usine et de la campagne environnante souhaitaient mettre un terme à la famine qui sévissait dans la région et lutter contre les inégalités entre les usineiros et la classe ouvrière. Ils et elles n’ont que progressivement adopté les idéaux de la participation et du travail collectif. L’une des membres de l’équipe, chargée de la formation au sein du projet Catende-Harmonia, décrit ainsi cette évolution :

Je me souviens bien de la première assemblée du projet Catende. Nous avons décidé que plus personne n’aurait faim sur notre territoire et que nous allions combattre l’analphabétisme. Je pense que c’était déjà symptomatique du fait qu’il se passait ici quelque chose de différent, quelque chose qui allait changer la relation entre l’usine et ses travailleurs... Ce jour là, j’étais très émue.

  • 7 L’Associação Nacional de Trabalhadores em Empresas Autogestionárias e de Participação Acionária (AN (...)

19Au début des années 2000, l’équipe repreneuse de Catende a noué des contacts avec l’association nationale des travailleurs des entreprises autogérées (ANTEAG)7 et a compris que son projet s’inscrivait dans un courant qui prenait progressivement forme dans le pays, un courant appelé « économie solidaire ». Ce dialogue avec l’ANTEAG a été déterminant dans le développement du processus collectif de Catende.

20Le projet Catende-Harmonia a été imaginé et vécu par un groupe d’hommes blancs et noirs employés dans l’usine Catende elle-même, mais aussi par des mouvements sociaux, religieux et syndicaux de la région. Il visait initialement à préserver l’emploi et à faire respecter les droits des travailleur-euses après la faillite de l’usine. Ce projet a aussi impliqué de nombreux ouvriers agricoles, en majorité noirs, qui n’avaient jamais été scolarisés et qui ont progressivement été alphabétisés et formés dans certains domaines techniques et politiques pendant la construction de l’usine récupérée. Leur objectif premier était de conserver leur emploi salarié.

21Mais ce projet a également été l’œuvre de nombreuses femmes, noires et blanches. Certaines étaient membres des mouvements sociaux impliqués, d’autres compagnes ou épouses des leaders du mouvement et d’autres encore travailleuses agricoles dans les champs de canne à sucre. En majorité noires et analphabètes, elles ont été les premières à être licenciées de l’usine au moment de sa faillite. Nombre de ces femmes sont restées invisibles tout au long de cette aventure, mais elles n’en ont pas été moins importantes à chaque étape de la construction de l’usine récupérée.

Les processus collectifs d’organisation du travail

22Les rapports de profonde dépendance qui unissaient les travailleur-euses et les usineiros avant la faillite étaient empreints du passé esclavagiste de la zone de Mata. Bien que les rapports de pouvoir aient évolué depuis la période coloniale, les administrateurs de l’usine n’hésitaient pas à recourir à la violence dans leurs interactions avec les salarié-es agricoles dont ils cherchaient la soumission. Dans le Nordeste, en raison de la faiblesse de l’industrialisation et donc de l’immigration blanche vers la région, les emplois subalternes offerts par les usines, et particulièrement par les ateliers, ont été occupés par des travailleur-euses salarié-es pour la plupart métis-ses. Les postes administratifs ont été confiés aux fils des anciens propriétaires blancs des plantations de canne à sucre ou à d’autres membres de leur famille qui se sont transformés en usineiros, mais aussi aux quelques immigrés venus s’installer dans la région. Ainsi s’est constituée la division raciale et sexuelle du travail dans la région. Les ouvrier-ères agricoles exploitaient des surfaces plus importantes que celles qui étaient légalement déclarées et vivaient une existence précaire dans les anciennes senzalas. La récupération de l’usine visait notamment à transformer ce système de domination et de rapports d’oppression extrême grâce aux principes de l’économie solidaire.

23Il est important de souligner que tout projet de récupération d’usine se heurte en premier lieu aux problèmes juridiques et financiers hérités de la faillite. Ainsi, le projet Catende-Harmonia est né alors que l’entreprise connaissait d’importantes difficultés administratives et financières et ces obstacles ont d’emblée entravé toute volonté de mettre en œuvre un projet social et collectif fondé sur le renforcement de la participation des travailleur-euses.

24En outre, ni les administrateurs, ni les travailleur-euses ni les autres personnes impliquées dans le projet ne possédaient les connaissances nécessaires à la gestion collective d’un projet aussi singulier que celui qui était envisagé. L’ancien personnel de l’usine, devenu le nouveau personnel de l’usine récupérée, avait construit son expérience professionnelle dans des entreprises soumises à la rigidité de la division sociale hiérarchisée du travail.

25Le personnel de l’usine récupérée Catende-Harmonia était divisé en au moins quatre groupes : i) les leaders, en majorité des hommes blancs, qui ont constitué l’administration et la tête pensante du projet collectif ; ii) les employé-es et technicien-nes de l’usine, qui travaillaient dans les laboratoires, les projets éducatifs, le secrétariat, etc. – un groupe en majorité composé d’hommes et qui incluait quelques femmes très qualifiées ; iii) les ouvriers et travailleurs des ateliers de l’usine, principalement des hommes en majorité noirs ; iv) les ouvrier-ères agricoles coupeur-euses de canne à sucre, qui étaient des hommes et des femmes noir-es. Ce sont les membres de ce quatrième groupe qui ont pu bénéficier des terres de l’assentamento rural et qui se sont progressivement organisé-es en petites associations pour prendre part aux assemblées et avoir une voix dans les processus décisionnels de l’usine récupérée.

26Le principe du travail collectif a été proposé principalement par les personnes qui ont pris en charge l’administration de l’usine récupérée. Les travailleuses et travailleurs agricoles qui coupaient la canne à sucre ont, pour la plupart, mis un certain temps à s’impliquer dans cette lutte malgré leur participation aux grèves et aux mobilisations qui ont permis la récupération de l’usine. En outre, le dialogue avec les ouvriers des ateliers s’est avéré difficile puisque leur seule préoccupation était de faire respecter leurs droits et de conserver leur emploi ainsi que leur culture du salariat. La participation des travailleur-euses des champs et de l’usine au projet Catende-Harmonia s’est donc mise en place progressivement.

27Avant la faillite, les rapports entre ces groupes étaient marqués par des inégalités salariales et par un certain nombre de conflits. Ces difficultés ont certes perduré, mais dans une moindre mesure. Les ouvriers des ateliers ne disposaient d’aucun organe de représentation politique. Pour leur part, les ouvriers et ouvrières agricoles souhaitaient améliorer leurs conditions de vie et avaient pris part à la lutte pour leurs droits, mais ils et elles ne croyaient pas en la possibilité d’un changement radical leur permettant de jouer un véritable rôle dans le fonctionnement de l’entreprise et de s’en sentir propriétaires. Ce clivage montre que le système de division sociale du travail établit une hiérarchie entre travail manuel et travail intellectuel et qu’il produit des inégalités de classe fondées sur les différences de savoir et de salaire. En outre, il met en évidence un premier lien entre la classe, le genre et la race qui se traduit par le fait que les femmes, principalement les femmes noires, étaient moins bien rémunérées que les hommes du simple fait qu’elles n’étaient pas présentes dans les mêmes espaces de pouvoir et de leadership. Selon une employée de Catende-Harmonia, responsable des projets éducatifs, toute l’équipe chargée de l’élaboration, de la direction et de la formulation politique du projet collectif de l’usine récupérée a toujours été composée d’hommes.

28Comme l’explique Gardey (2003), on considère que les femmes n’ont pas la même capacité que les hommes à intervenir dans les espaces de pouvoir et de prise de décision parce qu’elles ont longtemps été exclues de la sphère productive. Leurs compétences, considérées comme innées, paraissent insuffisantes pour occuper certaines fonctions, particulièrement dans l’industrie et dans les espaces où le pouvoir masculin s’est longtemps cristallisé. Cette réalité se trouve reproduite dans différents projets d’économie solidaire.

29On peut également noter que des différences existent entre les femmes, toutes n’occupant pas les mêmes emplois selon leur niveau d’études et de qualification (Hirata 2001-2002), mais aussi selon leur appartenance raciale. Au sein de l’usine, le groupe des femmes instruites est parvenu à se faire confier certaines tâches valorisées, alors que les femmes les plus vulnérables, notamment les femmes noires, sont restées cantonnées dans les espaces les plus précaires, aux côtés des hommes noirs. Comme l’explique Hirata (Hirata 2001-2002), l’emploi des femmes a connu une forte croissance dans certaines professions et secteurs spécifiquement réservés aux femmes, comme le secrétariat, la santé et l’éducation. Mais, à l’autre extrémité du spectre de l’emploi, la situation des travailleuses dites « peu qualifiées », principalement des femmes noires, n’a pas évolué. Leur rémunération est restée très faible et elles ne se sont vu confier que des tâches peu reconnues et peu valorisées par la société.

30Progressivement, le projet collectif s’est attiré les faveurs de certain-es travailleur-euses des champs et de l’usine qui n’étaient, pour la plupart, pas satisfait-es du mode d’exploitation auparavant pratiqué par les usineiros et hérité de la période coloniale. Ces travailleur-euses considéraient l’emploi comme un facteur primordial. Mais en constatant les changements amenés par l’organisation collective, ils et elles ont noté des améliorations en comparaison avec les rapports d’exploitation qui leur avaient été imposés pendant toute leur vie.

31Au cours du processus de récupération de l’usine, les dirigeants, associés aux travailleur-euses les plus engagé-es, ont lancé des cycles de débats dans le but d’analyser la situation de Catende et de poursuivre la construction de leur projet collectif en se fondant sur une conception plus large des droits des travailleur-euses.

32La constitution d’associations a été encouragée pour permettre à leurs membres d’être représenté-es dans l’administration de l’usine récupérée. Un conseil de gestion composé des représentant-es des associations de travailleur-euses agricoles, des syndicats et des administrateurs a été créé. Le projet a également adopté une stratégie d’investissement dans les compétences du personnel.

33Ces mesures ont conduit à une chute du taux d’analphabétisme dans la région, qui est passé de 82 % à 16,5 % entre 1995 et 2002 (Kleiman 2008). Elles ont aussi permis aux dirigeants de mieux connaître les ouvrier-ères agricoles et d’encourager la constitution de nombreuses associations. Ce processus a donné son identité au projet coopératif.

34Ainsi, malgré les limites associées à l’histoire de la région, ces stratégies ont permis la construction graduelle d’un projet collectif dont les dirigeants ont progressivement mis en œuvre des processus démocratiques de participation des travailleur-euses.

35Des directives relatives au fonctionnement de l’usine ont été élaborées sous la forme d’un document établissant le bien-être et l’amélioration des conditions de vie de la population comme principaux objectifs du projet. Les réunions du conseil de gestion et des associations se sont multipliées dans le but de clarifier et de préciser les modalités de fonctionnement de l’usine et du secteur. Celles-ci portaient par exemple sur le prix du sucre, sur la nécessité de procéder au remboursement des prêts et sur la logistique de l’usine dans son ensemble.

36Le volet social et économique de ce projet a indéniablement connu des avancées. On soulignera en particulier certains changements dans la division sociale du travail, une meilleure circulation de l’information au sein de l’usine récupérée ainsi que l’élévation du niveau de qualification technique et politique des travailleurs et des travailleuses, un progrès susceptible de leur garantir une plus grande autonomie. Néanmoins, les inégalités de race et de genre n’ont que peu évolué dans cette expérience.

La consubstantialité des rapports sociaux dans le contexte de l’usine de Catende

37Comme en témoignent les propos tenus par certain-es travailleur-euses de l’usine, l’absence des femmes dans l’industrie s’explique par la représentation du féminin et du masculin dans la région : « Beaucoup de femmes ont dû arrêter de travailler parce qu’elles ont eu des enfants » ; « Les hommes ont arrêté leurs études parce qu’ils devaient travailler, parce que des camions sont arrivés des usines du Brésil tout entier pour les emmener au travail » ; « La femme doit s’occuper de son mari » ; « L’homme doit ramener de l’argent pour sa famille » ; « Imaginez donc un homme au chômage incapable de nourrir sa famille ! ».

38On peut noter la persistance d’un imaginaire associant le travail productif, celui qui a une valeur sociale, financière et politique, aux caractéristiques masculines. Les femmes, elles, ne seraient simplement pas aptes à assumer des fonctions de ce type, inaptitude qui serait par exemple justifiée par l’impossibilité de mener de front vie personnelle, vie familiale et vie professionnelle. Les femmes sont donc censées demeurer invisibles et s’en tenir au travail reproductif (Bruschini et Puppin 2004). Cette représentation constitue le fondement de l’oppression et de la domination qui prévalent dans la structure sociale de genre et renforce la différence des statuts sociaux des hommes et des femmes.

39Cette absence des femmes se double de l’invisibilité du travail qu’elles accomplissent, ces tâches reproductives qui ont par exemple permis aux hommes d’assumer le rôle de leaders de la récupération de l’usine mais qui ne sont pourtant pas perçues comme un travail aussi important.

40Les dirigeants de l’usine ont élaboré des projets spécifiquement destinés aux travailleuses agricoles, par exemple des coopératives de fleurs, des associations de quartier, des activités relevant du domaine de l’alimentation – notamment la préparation de repas pour le personnel de l’usine –, des activités artisanales ainsi que d’autres travaux conformes à la division sexuelle du travail.

41Ces projets étant toujours formulés de manière à montrer l’intérêt que les dirigeants portaient aux femmes, ils n’ont pas été remis en cause par les travailleuses de l’usine récupérée. La plupart d’entre elles ont accepté ces activités sans les contester, ces propositions comptant parmi les rares possibilités qui leur étaient offertes. Celles qui souhaitaient travailler dans l’usine et y occuper des fonctions de représentation dotées d’un certain prestige considéraient ces activités comme un obstacle, mais elles n’avaient à leur disposition que des espaces restreints pour exprimer leur indignation.

42Cette politique a elle aussi renforcé la division sexuelle du travail et la séparation entre le travail productif valorisé d’une part et le travail reproductif et ses activités de moindre valeur sociale sur le marché du travail d’autre part. On considère encore que les compétences des femmes sont innées et non socialement acquises, et on leur réserve les activités de moindre utilité sociale, celles qui n’exigent pas de compétences particulières et qui sont moins bien rémunérées.

  • 8 NdT : La citation originale en français est tirée de Kergoat (1982).

43Les qualités requises pour mener à bien ces activités sont par exemple la droiture, la minutie, la délicatesse, etc. Si elles étaient interprétées comme des constructions sociales, ces compétences pourraient modifier la valeur accordée au travail accompli par les femmes en leur permettant d’accéder à d’autres formations et d’occuper de nouveaux espaces. Tant que l’on considérera que ces compétences sont innées, le travail des femmes sera vu comme « naturel » et continuera à être exploité. Comme l’explique Kergoat (1986, 84), les femmes « ont une formation parfaitement adaptée aux emplois industriels qui leur sont proposés », et ce « parce qu’elles sont bien formées par l’ensemble du travail reproductif »8.

44Un autre projet a été mis en œuvre pour renforcer les compétences générales et politiques des fils et des filles du personnel par le biais de stages au sein de l’usine. Il a lui aussi été mis en œuvre conformément à la division sexuelle du travail, puisque les garçons ont occupé des fonctions spécifiques d’administration et accompli les tâches techniques de l’usine, alors que les filles ont travaillé dans les laboratoires pour procéder aux analyses du sucre – une activité considérée comme plus simple – ou dans le service de secrétariat. Ces fonctions étaient encore une fois conformes à l’un des piliers de la division sexuelle du travail, celui de la séparation des fonctions masculines et féminines en fonction de caractéristiques supposées propres à chacun des sexes.

45Ces exemples montrent qu’il aurait été nécessaire d’intégrer les questions de genre dans les activités de formation de l’usine récupérée, mais ils illustrent aussi la difficulté bien réelle à rompre avec les barrières créées par la division sexuelle du travail qui caractérisent le marché du travail dans son ensemble. Dans les entreprises récupérées, les femmes constituent une minorité peu audible puisque, conformément au dit pilier de la séparation, elles ne sont que peu présentes dans les activités industrielles. L’ES a très peu changé cet état de fait.

46La population noire a rencontré des obstacles similaires dans les espaces qu’elle a occupés. Un certain nombre de personnes noires, notamment des hommes, ont obtenu des postes de direction dans les associations ou au sein même de l’usine et ainsi fait leur entrée dans de nouveaux espaces. Mais il semble que la conscience de l’importance du facteur racial dans les inégalités sociales existant au sein de l’usine ait été lacunaire.

47Dans la région, la population noire a toujours été considérée comme qualifiée pour un seul et unique travail, la coupe de la canne à sucre. Ses membres ont donc été peu nombreux-euses à accéder à un emploi de type intellectuel dans les usines. Dans le cas étudié, les Noir-es constituaient un sous-groupe de travailleur-euses qui n’avaient pas accès aux secteurs administratifs de l’ancienne usine et restaient cantonnés dans la coupe de la canne à sucre et dans les ateliers. In fine, cette configuration a été reproduite dans l’usine récupérée.

48Les mesures tenant compte de la présence et de l’implication des personnes noires dans le travail collectif/associatif ont été très peu nombreuses alors même que la majorité de la population de la région est afro-descendante et a des origines liées à l’esclavage. Comme l’expliquent Hasembalg et Silva (1999), le mythe de la démocratie raciale brésilienne fait désormais partie intégrante du schéma illusoire d’intégration des races qui opère dans l’imaginaire populaire et justifie l’absence de débat sur ce thème et sur la position occupée par la population noire dans les espaces de travail. Au Brésil, il faudrait que l’existence du racisme soit reconnue pour que soient mises en œuvre des actions visant à le combattre. Dans le cas de l’usine étudiée, les questions raciales ont simplement été passées sous silence.

Considérations finales

49L’usine récupérée Catende-Harmonia est l’exemple concret d’une organisation qui a tenté d’unir les travailleur-euses autour d’un projet social commun dont la vocation n’était pas strictement économique. Ce projet a progressivement amélioré le degré de participation du personnel, limité les formes d’oppression par le travail et renforcé l’écoute des besoins des travailleur-euses. S’il a tenté de prendre en compte la complexité des rapports sociaux dans leur ensemble, il a finalement mis l’accent sur l’un des piliers constitutifs de la structure sociale, en l’occurrence la classe, en reléguant la race et le genre à la marge. Dans le cadre d’une expérience pourtant très aboutie d’organisation collective des travailleur-euses, l’utilité sociale du travail accompli par les femmes et les Noir-es est restée sous-valorisée.

50Dans cet article, nous avons montré que l’importance accordée par l’économie solidaire aux rapports sociaux de classe trouve son origine dans la raison d’être même des coopératives et associations, lesquelles se sont développées dans le cadre de la lutte contre les structures et groupes de pouvoir perpétuant les inégalités sociales. L’histoire justifie donc le fait que l’ES accorde une attention plus grande à certains aspects, parmi lesquels la création de revenu ainsi que l’accès au logement, à la terre, à l’alimentation, etc. Mais le fait que cette lutte des classes ait une couleur et un sexe qui la rendent plus complexe n’est pas toujours pris en compte.

51Dans nombre d’expériences d’économie solidaire, les rapports sociaux de race et de genre ne sont jamais devenus aussi visibles que les rapports de classe, alors même qu’ils sont présents dans différents aspects des organisations collectives et sous diverses formes : la reproduction de la division raciale et sexuelle du travail ; les rapports de pouvoir qu’illustre la faiblesse de la représentation et de la participation des femmes et de la population noire ; le fait que les questions raciales soient passées sous silence, ce qui renforce la violence symbolique exercée à l’encontre de la population noire ; ou encore le caractère invisible du travail reproductif qu’ont accompli les femmes dans ce processus organisationnel.

52Cette recherche montre que l’étude de la contribution des pratiques solidaires aux luttes féministes et antiracistes est un champ de réflexion fertile. Mais, si l’ES ne mène pas cette réflexion en intégrant la notion de consubstantialité, et donc en considérant le genre et la race comme des catégories tout aussi structurantes que la classe, elle continuera, par ses pratiques, à exclure certains groupes, dont les femmes et la population noire. Il est donc urgent que les projets démocratiques et autogérés appréhendent la société en termes consubstantiels et tiennent compte de la classe, de la race et du genre pour élaborer leurs propositions et politiques d’organisation collectives et démocratiques.

Bibliographie

Bruschini, C. et A. B. Puppin. 2004. Trabalho de mulheres executivas no Brasil no final do século XX. Cadernos de Pesquisa. 34(121). Janvier/avril.

Cherfem, C. O. 2014. Consubstancialidade de gênero, classe e raça no Trabalho coletivo/associativo. Thèse de doctorat. Campinas : UNICAMP.

Faria, N. 2011. Mulheres Rurais na Economia Solidária. In Cartilha Feminismo, Economia Solidária e Soberania Alimentar: construindo estratégias para a autonomia das mulheres no campo e na cidade. Cajamar : SOF.

Gardey, D. 2003. Perspectivas históricas. In As novas fronteiras da desigualdade: homens e mulheres no mercado de trabalho. M. Maruani et M. Hirata. São Paulo : editora SENAC.

Guérin, I. 2005. As mulheres e a Economia Solidária. São Paulo : Edições Loyola.

Hasenbalg, C. et N. Valle Silva. 1999. Cor e Estratificação Social. Rio de Janeiro : Contra Capa.

Hirata, H. 2001-2002. Globalização e divisão sexual do trabalho. Cadernos Pagu. (17/18) :139-156.

Kergoat, D. 1982. Les ouvrières. Paris : Le Sycomore.

Kergoat, D. 1986. Em defesa de uma sociologia das relações sociais. Da análise crítica das categorias dominantes à elaboração de uma nova conceituação. In O sexo do trabalho. A. Kartchevesky-Bulport. Rio de Janeiro : Paz e Terra, 1986.

Kergoat, D. 2009. Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux. In Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination. (Dir.) E. Dorlin. Paris : Presses Universitaires de France.

Kergoat, D. 2012. Se battre, disent-elles... Paris : La Dispute.

Kleinman, F. 2008. Lições de Catende. A construção de uma autogestão em Pernambuco. São Paulo ; Recife : Annablume ; FETAPE.

Singer, P. 2000. Economia Socialista. São Paulo : Editora Fundação Perseu Abramo.

Notes

1 Au Brésil, la dénomination negros est utilisée dans les enquêtes officielles de l’Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE). L’IBGE classe la couleur/race en trois catégories : brancos (les Blancs), pretos (les Noirs) et pardos (les métis), les pretos et les pardos constituant le catégorie des negros. Ce regroupement méthodologique se justifie par deux raisons principales : 1) l’utilisation du terme negro est plus adaptée au plan statistique, dans la mesure où la population afro-brésilienne se désigne elle-même par des termes variés, parmi lesquels morena (marron), morena escura (marron foncé), de pele escura (de peau foncée), parda (mulâtre) ou preta (noire). L’agrégation des données dans la catégorie negros (pretos et pardos) a permis de procéder à des analyses statistiques plus précises. 2) ce regroupement est une suggestion politique des mouvements sociaux noirs qui souhaitaient donner ainsi plus de poids à leur lutte et à leurs revendications. Avant l’établissement de cette classification, les Noir-es étaient en effet sous-représenté-es dans les statistiques nationales.

2 Le concept français de consubstantialité diffère du concept nord-américain d’intersectionnalité. Selon Kergoat (2009), les études postcoloniales qui ont influencé la théorie de l’intersectionnalité sont un versant important de la réflexion sur le croisement entre la race et le genre, mais elles n’ont pas accordé la même importance à la classe sociale. Le terme d’intersectionnalité a été utilisé à partir des années 1970 – lorsque le mouvement noir a commencé à revendiquer de multiples formes d’identité – pour analyser les rapports de genre dans la sexualité, la procréation, la religion, etc. Mais, selon Kergoat (2012), cette multiplicité de catégories non fixes est susceptible de masquer l’importance des rapports de domination de genre, de classe et de race et, par conséquent, d’exclure le fondement matériel des rapports sociaux.

3 Cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat écrite entre 2010 et 2014 et intitulée « Consubstantialité du genre, de la classe et de la race dans le travail collectif/associatif ». Elle rend compte de l’évolution de l’usine récupérée Catende-Harmonia suivant une méthodologie qualitative fondée sur la réalisation et l’analyse d’entretiens ainsi que sur la rédaction d’un carnet de terrain à partir des observations et du vécu des personnes étudiées.

4 NdT : logements réservés aux esclaves dans les plantations de canne à sucre.

5 NdT : le terme usineiros désigne les patrons ou les propriétaires dans l’industrie du sucre.

6 NdT : un assentamento désigne une occupation de terres, dans une perspective de lutte pour la réforme agraire.

7 L’Associação Nacional de Trabalhadores em Empresas Autogestionárias e de Participação Acionária (ANTEAG) a été créée en 1994 en réponse à à la vague de faillites d’entreprises que connaissait le pays. Le chômage massif qui en a résulté a incité de nombreux travailleurs et travailleuses à entreprendre la récupération de ces usines. L’ANTEAG a donc été créée pour soutenir et renforcer la formation des entreprises autogérées.

8 NdT : La citation originale en français est tirée de Kergoat (1982).

Auteur

Sociologue, université fédérale de Santa Catarina, Brésil

Caroline Sordia (Traducteur)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search