Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

5. Division sexuelle du travail et mobilisations

Les chemins de la prolétarisation : organisation de la production, division sexuelle du travail et action collective des femmes

Louise A. Tilly

Note de l’éditeur

Référence papier : Tilly, L. A., ‘Les chemins de la prolétarisation : organisation de la production, division sexuelle du travail et action collective des femmes’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 267-276. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette introduction a été publiée dans la revue Signs en 1981 (Tilly 1981).

1Le 25 octobre 1880, les ouvrières françaises de la manufacture des tabacs de Lyon – l’une des usines du monopole d’État du tabac – sont restées assises à leur place de travail les bras croisés1. Le directeur de l’usine et le préfet du département ont rencontré une délégation de grévistes pour leur proposer un compromis. Mais les travailleuses ont rejeté cette possibilité et poursuivi leur mouvement de grève. Leur action s’est intensifiée jusqu’à ce que la police évacue de force la cour de l’usine dans laquelle elles s’étaient rassemblées pour manifester.

2Le directeur et le préfet ont ensuite demandé au gouvernement de faire intervenir un inspecteur-ingénieur parisien investi par l’État des pleins pouvoirs pour mener la négociation. L’envoyé de la capitale a garanti aux ouvrières qu’aucune nouvelle mesure n’allait être mise en œuvre pour réduire directement ou indirectement leur salaire et qu’aucune d’entre elles n’allait être exposée à des représailles suite au mouvement. Les ouvrières du tabac ont donc repris le travail.

3Charles Mannheim (1902, 420), un universitaire français dont la thèse portait sur les conditions de travail des ouvriers-ères des manufactures des tabacs de l’État, a noté que l’usine de Lyon avait connu un état de « constante effervescence » entre 1880 et 1883. Une grande partie de son étude est en fait consacrée aux trente-sept grèves qui ont agité l’industrie du tabac entre 1870 et 1900 et dans lesquelles les femmes ont systématiquement joué un rôle prépondérant. Dans sa magistrale étude des grèves en France, Michelle Perrot souligne le fait que, « bien que [les ouvrières du tabac] ne constituent que 0,5 % de la main-d’œuvre féminine [entre 1870 et 1890], elles ont représenté 16 % des femmes grévistes » (Perrot 1974, 329).

  • 2 Purcell (1979) aboutit à des conclusions similaires dans l’Angleterre actuelle, mais elle développe (...)

4Ces faits s’inscrivent en opposition avec la nature supposée passive des travailleuses ! Perrot ne fait pas des femmes grévistes le cœur de ses recherches et évalue de manière impartiale le rôle des femmes dans les mouvements de grève. Elle arrive toutefois à la conclusion que, dans le contexte d’une grève, les femmes se montraient généralement « timides et peu résolues » (Purcell 1979)2. On peut donc se demander pourquoi les ouvrières du tabac ont à ce point fait mentir la croyance selon laquelle les femmes, comparées aux hommes, sont peu susceptibles de s’engager dans un mouvement de grève. Que peut-on apprendre sur les conditions qui favorisent la participation des femmes aux grèves en analysant l’action des ouvrières du tabac ?

5Ce chapitre porte sur les actions collectives menées par les femmes françaises en réaction à un processus multidimensionnel de prolétarisation ainsi qu’à l’évolution connexe des modes d’organisation de la production et de la division sexuelle du travail dans les ménages. Il est exclusivement axé sur les femmes de la classe ouvrière des zones urbaines et, en premier lieu,  mais pas exclusivement, sur les actions collectives organisées au travail. En procédant à une analyse comparative systématique des variations dans l’organisation de la production et dans la division sexuelle du travail au sein du ménage, nous répondrons partiellement à la question qui constitue le cœur de cette réflexion : quelles sont les conditions qui favorisent ou entravent la participation des femmes à une action collective ? Ce chapitre propose tout d’abord une réflexion sur le concept d’« action collective » ainsi que sur son utilité dans l’analyse des actions de classe menées à bien par des femmes. La seconde section décrit le phénomène de prolétarisation propre au contexte historico-économique français ainsi que les activités économiques des femmes à cette période. La suite du chapitre est consacrée à de brèves études de cas portant sur des situations typiques de prolétarisation, chacune d’entre elles étant caractérisée par la présence, à divers degrés, des deux facteurs que sont l’organisation de la production et la division du travail au sein du ménage. Les cas étudiés illustrent tout le spectre des situations sociales dans lesquelles peuvent se trouver les femmes, depuis l’organisation de la production au sein du foyer – l’environnement supposé le moins favorable à l’action collective des femmes – jusqu’au travail salarié dans l’industrie – qui, dans certaines circonstances, facilite cette action collective. Dans chacun des contextes évoqués, les formes classiques de l’action collective des femmes ainsi que les modes de participation qu’elles adoptent sont identifiés. La conclusion propose quelques éléments de réflexion plus généraux sur les liens qui unissent l’organisation de la production, la division du travail au sein du foyer et la propension des femmes à agir, mais aussi les modalités de cette action.

L’action collective

6De nombreux historiens et historiennes de la politique considèrent comme négligeables les femmes – et les hommes – qui n’ont jamais joué de rôle formel dans les structures politiques. Ils et elles consacrent leur réflexion aux capitales, les centres de pouvoir des régimes gouvernementaux, et restreignent le champ de leurs analyses à la vie politique formelle, aux activités quotidiennes de l’administration ou du gouvernement, aux agent-es de l’État et enfin aux politiques et à leur mise en œuvre. Dans cette perspective, ceux et celles qui n’occupent pas de fonction définie sont marginaux-ales ; ils et elles ne sont que des acteurs secondaires dont l’existence n’est rapportée que pour rendre compte de leurs interactions avec les acteurs formels de la vie politique. Au cours de l’histoire, les femmes ont mené leurs actions politiques hors de cette arène centrale dans la mesure où elles étaient des citoyennes privées d’obligations et de droits formels. Pour analyser le rôle politique des femmes, il est nécessaire de s’aventurer au-delà de l’espace politique formel pour procéder à une analyse plus exhaustive. Celle-ci repose sur un cadre théorique organisé autour du concept d’« action collective », que l’on peut définir comme une lutte opposant différents groupes pour le contrôle de certaines ressources. (Parmi ces groupes, on peut par exemple identifier le gouvernement et les membres de la classe politique ou encore les différentes groupes sociaux ; peuvent également être pris en compte différents fragments des classes sociales, des groupes d’intérêt, des communautés, des régions, des sectes religieuses, etc.)

7On définit l’action collective comme l’utilisation de ressources mutualisées pour atteindre un objectif commun. En agissant pour leur propre compte, les groupes concernés orientent leurs ressources vers d’autres groupes ou des institutions publiques de différents niveaux. En contrepartie de l’utilisation des ressources à destination du gouvernement, ils acquièrent une part du pouvoir politique. Dans ce cadre, la violence survient quand un gouvernement ou d’autres groupes sociaux s’opposent à l’action collective menée par un groupe mobilisé ou quand un groupe mobilisé choisit délibérément de recourir à des actions violentes (C. Tilly 1978). […]

L’industrie du tabac

8Pendant les grèves et les manifestations de la fin du dix-neuvième siècle, les femmes sont apparues comme des actrices résolues. Les facteurs déterminants de leur présence dans ces mouvements, du moment choisi pour participer et de leurs modes d’action étaient au nombre de deux : le statut dont elles bénéficiaient dans leur famille et l’organisation de la production dans le secteur où elles travaillaient. Qu’elles apportent leur soutien à leur mari en grève, qu’elles manifestent contre des prix à la consommation trop élevés ou qu’elles décident de se mettre en grève (ou, au contraire, de ne pas le faire) en leur propre nom, leurs motivations était souvent de nature familiale. Dans le cas de l’industrie du tabac, les ouvrières ont dû mettre de côté leurs préoccupations familiales à cause de leur situation professionnelle ; elles ont donc fait l’expérience d’un rapport différent avec leur travail.

9Les manufactures du monopole d’État du tabac – qui produisaient des cigarettes, des cigares, du tabac en vrac et des allumettes – rassemblaient au sein d’une seule et même institution des milliers d’employé-es, dont la majorité étaient des femmes. Les ouvrières de cette industrie travaillaient quotidiennement dans des ateliers éloignés de leur domicile. Comme la plupart des ouvrières de France, elles étaient généralement célibataires, mais, en proportion, elles étaient plus nombreuses à être mariées parce que les emplois offerts par l’industrie du tabac étaient relativement sûrs et qualifiés. En France, la main-d’œuvre de l’industrie du tabac se voyait offrir un apprentissage et une formation de plusieurs années et, contrairement à celle employée dans l’industrie américaine du tabac, elle était en majorité féminine (Mannheim 1902, 22). En outre, les privilèges conquis par ces ouvrières qualifiées l’avaient été à leur profit mais aussi à celui de leurs collègues. Souvent, les filles des ouvrières du tabac tentaient de trouver un emploi dans l’usine où travaillait leur mère ; les conditions de travail et les salaires y étaient meilleurs que ceux qu’elles auraient pu espérer trouver dans d’autres secteurs ouverts aux femmes (ibid. 63 ; voir aussi Perrot 1974, 329-30 ; Guilbert 1966, 93-99). Comme les artisans et les ouvriers qualifiés dans d’autres secteurs, les travailleuses de l’industrie du tabac ont pu développer certaines formes de solidarité et d’association grâce aux avantages dont elles bénéficiaient : l’apprentissage, le fait que les filles puissent prendre la suite professionnelle de leur mère et la possibilité d’occuper un poste à vie.

10De fait, à l’instar des ouvriers qualifiés ou des artisans, les ouvrières du monopole d’État du tabac ont tout d’abord fondé des sociétés mutuelles ou amicales avant de constituer des syndicats. Dans le cas lyonnais décrit en introduction de ce chapitre, le mouvement de grève a été précédé par la création d’une mutuelle dont les leaders sont devenues les représentantes des ouvrières (Mannheim 1902 : 421). Le premier syndicat a été constitué deux jours après une grève menée avec succès en janvier 1887 à Marseille. Les ouvrières du tabac se sont organisées pour améliorer leurs conditions de travail et revendiquer certains avantages, notamment les congés de maternité payés. L’assurance dont ces femmes ont fait preuve pour identifier et défendre leurs intérêts découle en partie de la spécificité de leur situation professionnelle. En outre, les inégalités salariales entre hommes et femmes étaient moins marquées dans cette industrie que dans tous les autres secteurs de l’économie. Le pouvoir d’achat des ouvrières du tabac augmentait tout au long de leur vie professionnelle puisqu’elles étaient en mesure de conserver leur emploi sur le long terme. (Il est entendu que les conditions décrites peuvent être vues aussi bien comme une cause que comme le résultat de leur militantisme).

11Par son mode d’organisation et son envergure, l’industrie du tabac a favorisé l’éclosion de processus associatifs. Elle a en effet regroupé de très nombreuses femmes et les a cantonnées à certaines fonctions ; les équipes de travailleuses étaient rémunérées en tant qu’équipes. Il n’est donc pas étonnant que les ouvrières du tabac se soient rassemblées au sein de groupes exclusivement ou majoritairement féminins. Les syndicats de ce secteur comptent parmi les rares organisations de ce type au sein desquels les femmes ont joué un rôle important. Ces ouvrières s’engageaient dans l’action militante de façon régulière et pas seulement lors de grèves ou de mouvements occasionnels. Devant ce constat, un chef d’atelier a d’ailleurs déploré le fait que « ni les privilèges dont jouissent les ouvrières d’État, ni les concessions, ni la générosité dont elles ont bénéficié ne les [aient] incitées à modérer leurs revendications » (cité dans Zylberberg-Hocquard 1978). Ces femmes savaient ce qu’elles voulaient et étaient prêtes à se battre pour l’obtenir.

Conclusion

12Ce texte étudie un certain nombre d’actions menées par des ouvrières placées dans différents contextes de prolétarisation – le filage du lin à domicile dans le Cambrésis, l’industrie de la soie à Lyon et dans le Lyonnais, l’industrie textile à grande échelle dans le Nord, les industries minière et sidérurgique et l’industrie du tabac – et montre que ces actions collectives ont été plus ou moins fréquentes selon le contexte. Cette analyse ne traite pas directement des questions relatives aux modes d’organisation et d’action des femmes mis en œuvre pour satisfaire leurs besoins spécifiques. Elle montre plutôt en quoi le capitalisme industriel a modifié et façonné le travail salarié, les ménages, les rapports entre hommes et femmes et les formes de l’action collective.

13Les caractéristiques de l’organisation de la production et la division du travail au sein des ménages ont été des variables déterminantes de la participation des femmes aux actions collectives. Celles qui travaillaient à domicile ne côtoyaient que les membres de leur famille et se trouvaient donc isolées des autres travailleur-euses. Le chef de famille contrôlait également l’organisation de la production domestique. Aussi, lors des grèves dans les industries reposant sur le travail à domicile, les chefs de famille ont-ils représenté leur foyer, comme ils le représentaient vis-à-vis des autorités publiques et des employeurs.

14Dans l’industrie de la soie présente à grande échelle dans la région lyonnaise, certaines femmes vivaient dans des dortoirs aménagés sur leur lieu de travail et étaient donc séparées de leur famille. Pourtant, ces femmes travaillaient, pour la plupart, dans le but de subvenir aux besoins de leur famille ou pour constituer une épargne avant de se marier. Ces objectifs les plaçaient dans une situation d’extrême vulnérabilité et les exposaient particulièrement aux représailles de leur employeur si elles s’avisaient de se plaindre ou de mener des actions collectives. Cependant, quand les membres de leur classe sociale se sont massivement mobilisé-es, ces femmes se sont jointes aux mouvements de grève. Avec le temps, les ouvrières de l’industrie de la soie ont obtenu des « postes permanents » et gagné en ancienneté. Elles ont donc consacré davantage de temps à leurs activités professionnelles, même si celles-ci n’étaient pas nécessairement continues. Cette évolution leur a permis de constituer des réseaux de solidarité et des associations. Je pense également que ce contexte a été plus propice à des actions collectives de classe sur leur lieu de travail. En outre, les syndicats de l’industrie de la soie ont favorisé le mouvement associatif des femmes en créant des comités de femmes.

15Dans le Nord, durant les premières années d’existence de l’industrie textile du coton et de la laine, les ouvrières étaient pour la plupart jeunes et célibataires. Sur leur lieu de travail, leurs tâches différaient de celles accomplies par les hommes du fait de leur moindre niveau de qualification. Quand les employeurs tentaient de confier à des femmes certaines tâches habituellement réservées aux hommes, ces derniers le reprochaient aux femmes et ne pouvaient envisager comme solution à leur problème que le fait de supprimer ou de limiter les emplois féminins. Les femmes ont été exclues des organisations de travailleur-euses bien plus fréquemment que les hommes. Les liens que ces ouvrières entretenaient avec leur famille avaient le plus souvent comme conséquence une prise de distance avec les ouvrières célibataires qui défendaient les mêmes intérêts de classe. Ces femmes étaient parfois incitées par leur famille à (ou à ne pas) s’engager dans un mouvement de grève. D’autres facteurs déterminaient également leur décision de se mettre en grève : des intérêts de classe ou une inclination personnelle. Dans tous les cas, elles avaient peu d’associations indépendantes à leur disposition et peu d’occasions de renforcer des liens de solidarité. Il n’est donc pas surprenant de constater que les jeunes femmes hésitaient à se joindre aux mouvements de grève et étaient peu nombreuses à y prendre part. Pour les ouvrières mariées, la division sexuelle du travail au sein du foyer était un facteur dissuasif dans la mesure où elles étaient contraintes de mener de front les tâches ménagères et leurs activités salariées. Dans certains cas, les maris intervenaient pour empêcher leur femme de faire grève. Mais, quand les industries du coton et de la laine ont, à l’instar de l’industrie de la soie, commencé à employer davantage de femmes mariées, celles-ci ont été placées dans un contexte plus favorable à l’action collective puisqu’elles ont pu bénéficier d’une garantie de l’emploi et de possibilités nouvelles de constituer des associations.

16Paradoxalement, il semble que l’existence d’une stricte division du travail dans les foyers – comme c’était le cas dans les familles des ouvrières de l’industrie minière et sidérurgique – ait encouragé les femmes mariées à prendre activement part aux luttes ouvrières dans la mesure où elles étaient dépendantes du salaire du chef de famille. Dans ces industries, les femmes appartenaient à la communauté des travailleurs-euses même si elles ne faisaient pas partie des employés salariés. Dans ces circonstances, les femmes – et notamment les épouses dont la principale préoccupation était la gestion de leur foyer – sont passées à l’action pour protéger leurs intérêts en tant que consommatrices.

17L’industrie du tabac est le seul secteur à avoir connu une forte participation des femmes aux actions collectives fondées sur les intérêts de classe. Cette implication a été permise par le caractère spécifique des postes de travail qu’elles occupaient, le type d’organisation de la production et la garantie de l’emploi dont elles bénéficiaient.

18Les faits historiques montrent donc que les femmes prolétaires sont davantage susceptibles de mener des actions collectives quand, dans le cadre de leur travail, elles ont la possibilité de :

  • s’associer avec d’autres travailleur-euses qui défendent des intérêts similaires ;

  • constituer des associations structurées pour défendre leurs intérêts ;

  • disposer de ressources qu’elles peuvent mobiliser et répartir ;

  • travailler dans un contexte où leurs employeurs sont dépendants du travail régulier de leurs employé-es ;

  • travailler dans un climat économique favorable, ce qui signifie que les grèves sont susceptibles de peser réellement sur les employeurs et donc de permettre aux travailleur-euses d’obtenir des avantages réels grâce à leur action ;

  • ne pas de se trouver dans une situation d’extrême vulnérabilité ;

  • travailler dans un climat économique globalement propice aux revendications ; et

  • évoluer dans un foyer au sein duquel la division du travail leur permet d’agir de manière autonome.

19En outre, en tant que membres d’un foyer, les femmes prendront plus souvent part aux actions collectives quand :

  • le foyer est lui-même mobilisé pour défendre les intérêts du foyer tout entier et pas seulement ceux de ses membres à titre individuel.

  • 3 Tilly, L. 1986. Paths of proletarianization: organization of production, sexual division of labor, (...)

20Les facteurs identifiés ne diffèrent pas fondamentalement de ceux qui déterminent l’existence d’une forte participation des hommes aux actions collectives. Ils s’en distinguent essentiellement par la présence d’un facteur spécifique : la défense des intérêts du foyer par les femmes en tant que consommatrices. Dans les cas étudiés, les femmes étaient beaucoup plus susceptibles que les hommes de prendre part aux mouvements fondés sur des revendications relatives à la consommation. Dans les économies industrielles concernées, la prise en charge de la consommation du ménage était rarement du ressort des hommes. En théorisant de manière globale la propension de la classe ouvrière à prendre part aux actions collectives – par exemple à des grèves ou encore à des manifestations contre des pénuries alimentaires –, on comprend mieux les femmes. Pour comprendre pourquoi elles sont en proportion moins nombreuses à se joindre à ces mouvements, il n’est pas nécessaire de recourir à des explications spécifiques d’ordre psychologique ou liées au genre. Quand leur statut et leur situation le leur permettaient, les femmes se sont impliquées dans l’action collective. Les différents processus de prolétarisation ont défini la structure du travail salarié des femmes et leurs responsabilités familiales, et ainsi déterminé à la fois leur propension à l’action collective et les types d’actions qu’elles étaient susceptibles de choisir.3

Bibliographie

Guilbert, M. 1966. Les femmes et l’organisation syndicale avant 1914. Paris : Éditions du Centre national de la Recherche scientifique (CNRS).

Mannheim, C. 1902. De la condition des ouvriers dans les manufactures de l'État (tabacs-allumettes). Paris : Giard et Brière.

Perrot, M. 1974. Les ouvriers en grève, 1871-1890. Paris ; La Haye : Mouton.

Purcell, K. 1979. Militancy and acquiescence amongst women workers. In Fit work for women. (Ed.) S. Burman. New York : Saint Martin’s Press.

Tilly, C. 1978. From mobilization to revolution. Reading, Mass. : Addison-Wesley.

Tilly, L. 1981. Paths of proletarianization : organization of production, sexual division of labor, and women’s collective action. Signs. 7(2). Hiver.

Zylberberg-Hocquard, M.-H. 1978. Les ouvrières d’état (tabac-allumettes) dans les dernières années du XIXe siècle. Le Mouvement social. 105 : 87-170.

Notes

1 Une première version de cette introduction a été publiée dans la revue Signs en 1981 (Tilly 1981).

2 Purcell (1979) aboutit à des conclusions similaires dans l’Angleterre actuelle, mais elle développe un modèle qui explique la faible participation des femmes aux grèves par des facteurs conjoncturels plutôt que par des caractéristiques personnelles.

3 Tilly, L. 1986. Paths of proletarianization: organization of production, sexual division of labor, and women’s collective action. In Women’s work. Development and the division of labor by gender. (Eds.) E. Leacock E. et H. I. Safa. 25-40. New York: Bergin and Garvey Publishers. Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud.

Auteur

Historienne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search