Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

4. Réinvention du politique

Économie solidaire, agroécologie et féminisme

Miriam Nobre

Note de l’éditeur

Référence papier : Nobre, M., ‘Économie solidaire, agroécologie et féminisme’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 209-222. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Je remercie Alessandra Ceregatti pour ses commentaires et Alicia Alonso pour sa relecture du texte.

Introduction

1L’économie solidaire se propose de satisfaire les besoins matériels et émotionnels des êtres humains en se fondant sur les principes d’autogestion et de réciprocité. Elle s’inscrit en opposition à l’économie capitaliste dont l’objectif fondamental est de parvenir à sa propre reproduction par le jeu de principes cardinaux : le profit, la propriété privée et l’aliénation du travail. Si l’économie capitaliste n’est par le seul mode d’organisation du travail, de la distribution et de la consommation, elle n’en occupe pas moins une position hégémonique dans notre société. Dans ce contexte, l’économie solidaire peut être vue comme une forme de résistance à l’économie capitaliste.

2L’économie solidaire repose sur les principes de solidarité et de redistribution qui caractérisent notamment certaines communautés traditionnelles (autochtones, afrodescendantes et paysannes) et qui relèvent d’une vision non anthropocentrée des rapports avec la nature. De nombreuses femmes qui vivent dans ces communautés nous invitent à remettre en question les modes hiérarchisés de gestion du territoire et du travail. Quand l’économie capitaliste connaît des périodes de crise ou de rupture ou quand le marché et l’État ne satisfont plus les besoins quotidiens d’une grande partie de la population, les pratiques de l’économie solidaire se propagent dans le monde urbain et en structurent l’organisation. Apparaissent alors, dans certains pays du Sud et du Nord, des expériences comme les cantines populaires, les banques de temps ainsi que les occupations et l’autogestion d’usines récupérées, autant de projets auxquels les femmes sont nombreuses à prendre part.

3Nombre des expériences menées dans le cadre de l’économie solidaire sont animées par des femmes ou leur sont destinées. Celles-ci ne conçoivent pas leur participation à ces projets comme un simple moyen de résoudre leurs problèmes économiques. Elles mesurent la valeur de l’apprentissage, de la convivialité et de la possibilité qui leur est offerte d’aborder des thèmes comme la violence domestique et la santé reproductive. En général, les participantes à ces expériences gagnent en force et en estime de soi et se sentent reconnues pour leur savoir et leur capacité à innover. En combinant l’analyse et les pratiques de l’économie solidaire et l’économie féministe, il devient possible de dépasser le clivage entre production et reproduction, entre politique et économie.

4L’État peut, par son action, renforcer les modes d’organisation alternatifs de l’économie, notamment quand l’existence d’un mouvement social organisé provoque des tensions. Les politiques publiques peuvent conférer un caractère pérenne aux diverses expériences menées et permettre ainsi à différentes forces de converger vers une affirmation des perspectives économiques contre-hégémoniques. Mais, parce qu’il agit à son propre rythme et selon sa propre logique, l’État atténue généralement le caractère radical des projets alternatifs. La force du mouvement social est prépondérante pour déterminer si l’État est plutôt un facteur de renforcement ou de frein à ces projets.

  • 1 Le ministère du Développement social, le secrétariat des Politiques pour les femmes et le secrétari (...)

5Depuis 2003, les politiques publiques brésiliennes sont principalement coordonnées par le secrétariat national à l’Économie solidaire (SENAES). Mais comme de nombreux groupes productifs, associations et coopératives se développent en milieu rural, il convient également de prendre en compte les actions menées par le ministère du Développement agraire (MDA)1. Le MDA, chargé de la « Conférence sur le développement durable » qui est devenue « solidaire » lors de sa deuxième édition, a progressivement adopté le principe de l’économie solidaire. Par cette orientation, il se démarque des politiques d’intégration qui subordonnent l’agriculture familiale à l’agrobusiness.

  • 2 Pour un débat plus approfondi sur le genre et le recrutement, voir Kergoat (2012).

6Pour les exploitations agricoles familiales et les populations traditionnelles du Brésil, l’économie solidaire et la réponse collective qu’elle apporte aux besoins économiques est associée à l’agroécologie, c’est-à-dire à l’adoption de pratiques et de technologies permettant une cohabitation avec la nature et une autonomie vis-à-vis des entreprises productrices d’intrants. Le principe de réciprocité est commun à ces deux approches, mais l’économie solidaire vient ajouter l’idée d’autogestion à l’agroécologie. L’économie solidaire, quant à elle, apprend de l’agroécologie le lien intrinsèque qui unit la technologie et les alternatives économiques. Pour les femmes, la combinaison de ces deux approches est particulièrement pertinente. Grâce au travail associatif, elles acquièrent une capacité à affronter les résistances à la transition écologique qu’elles rencontrent dans leur foyer. Les technologies issues des processus de construction collective des connaissances sont plus favorables à la reconnaissance du savoir que détiennent les femmes et au dépassement des biais de genre qui empêchent cette reconnaissance2. Les politiques publiques sont l’expression d’un dialogue avec les mouvements sociaux. Ainsi, suite à une lutte menée par des femmes, une directive sanitaire spécifiquement destinée à la production domestique et associative a été adoptée grâce au Forum brésilien d’économie solidaire et à l’Articulation nationale d’agroécologie.

7Les femmes construisent leur autonomie en alliant le féminisme, la perspective de l’économie solidaire et celle de l’agroécologie. Ce processus collectif influence l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques, particulièrement à l’échelle fédérale. Le succès de cette stratégie tient à la place centrale qu’elle accorde à l’existence et à l’empowerment d’un sujet politique spécifique : les femmes des zones rurales qui, organisées en mouvements autonomes de femmes et en mouvements mixtes, travaillent en lien avec des professionnelles de l’agroécologie et les autorités publiques. Des groupes de femmes des zones rurales et des techniciennes en agroécologie ont conjointement élaboré des actions destinées à renforcer l’auto-organisation et à construire une analyse féministe susceptible de donner naissance à des revendications et à des outils visant à préserver durablement la vie humaine et l’environnement dans les territoires. Ces femmes ont en outre développé leur propre version du sens et du contenu de l’agroécologie et de la construction des savoirs. Cet objectif a été atteint grâce aux actions de sensibilisation et de mobilisation menées par de nombreuses femmes. En s’impliquant dans la mise en œuvre et l’évaluation des politiques, les femmes membres de ces mouvements font face à d’autres difficultés et élaborent des synthèses nouvelles.

  • 3 NdT : Organisation féministe Sempreviva, sempreviva pouvant être traduit par « immortelle » ou « ét (...)

8Cet article décrit la mise en place de cette stratégie développée par un processus dialectique d’élaboration des politiques publiques visant à renforcer les initiatives productives des femmes des zones rurales au Brésil sur la base des pratiques alternatives expérimentées par les mouvements. Il se fonde sur l’exemple du programme d’Assistance technique et d’extension rurale (ATER), un programme susceptible de contribuer à l’élaboration de nouvelles formes d’imbrication du technique et du politique, lesquelles constituent un aspect essentiel du caractère contre-hégémonique des pratiques de l’économie solidaire. Ce texte prend pour point de référence la trajectoire de la Sempreviva organização feminista (SOF)3. La SOF – dont je suis membre – est une ONG qui dispense des formations féministes depuis les années 1980 et a mis en place en 1996 un processus d’accompagnement systématique des organisations de travailleuses rurales.

9Cet article s’ouvre sur un résumé de l’évolution des mouvements de femmes des zones rurales du Brésil qui montre à la fois leur importance et les oscillations de leurs revendications entre reconnaissance et redistribution. La deuxième section rend compte des débats entre ces mouvements et les technicien-nes des ONG agroécologiques et féministes, des discussions qui ont dépassé le stade de la réflexion sur le lien entre les concepts essentiellement descriptifs que sont le genre et l’agriculture familiale pour traiter du féminisme et de l’agroécologie et tendre ainsi vers un objectif d’autonomie. J’aborderai ensuite les politiques mises en œuvre par le gouvernement fédéral, en particulier celles menées par la direction des Politiques pour les femmes rurales (DPMR/MDA), ainsi que les progrès accomplis grâce aux actions d’empowerment des agricultrices menées dans le cadre du programme ATER. Enfin je présenterai les synthèses de la mise en œuvre des politiques d’ATER élaborées par les différents mouvements, pour conclure en montrant les apports de ce processus à l’économie solidaire et féministe.

L’évolution des mouvements de femmes des zones rurales au Brésil

  • 4 Voir Paulilo et Silva (2007, 400).
  • 5 Membres de communautés rurales afrodescendantes qui ont fui l’esclavage ou se sont libéré-es de l’e (...)
  • 6 Ces femmes récoltent les fruits du palmier babaçu. Elles les ouvrent pour utiliser principalement l (...)
  • 7 Pour une analyse détaillée sur ce sujet, voir Deere (2004).

10Au Brésil, les femmes des zones rurales ne composent pas une catégorie uniforme. Certaines sont des exploitantes agricoles familiales (dont certaines se définissent comme des « paysannes » pour marquer leurs convictions politiques)4, d’autres sont des quilombolas5, ou des autochtones, des pêcheuses ou des quebradeiras de coco babaçu6. D’autres encore pratiquent la cueillette ou l’agriculture urbaine. Ces femmes s’organisent à l’échelle locale et font partie de mouvements et organisations nationales autonomes de femmes ou d’organisations mixtes (en ce sens qu’elles comptent des femmes et des hommes parmi leurs membres). Dans les années 1980, ces femmes ont tout d’abord agi pour que soient reconnues leur profession d’agricultrice ou de productrice rurale ainsi que leur implication dans les différents mouvements7. Elles ont ensuite évolué vers une prise en compte de préoccupations combinant à la fois leur appartenance de genre (éducation, santé, violences contre les femmes) et leurs activités dans la sphère productive (accès à la terre, crédit, assistance technique) pour finalement axer leur réflexion sur les aspects relevant de la production (par exemple la reconnaissance de leur travail dans les jardins potagers) et des modes de production (en affirmant leur intérêt pour l’agroécologie).

  • 8 Elles ont notamment lutté pour faire reconnaître leur droit à se syndiquer puisque, jusqu’au milieu (...)

11Les premières années du mouvement ont été marquées par l’entrée des femmes dans le monde syndical8, mais également par le processus qui leur a permis de s’organiser de manière autonome au sein des mouvements des femmes travailleuses rurales (MMTR), tant dans la région du Nordeste que dans le sud du pays. En 1986, ces divers mouvements se sont rassemblés pour élaborer un plan national de lutte visant à obtenir la reconnaissance du statut d’agricultrice de leurs membres, et plus particulièrement celle de leur droit aux prestations de sécurité sociale relatives au chômage, à la maternité et à la retraite. Suite à de grandes campagnes de collecte de signatures et à des marches sur Brasilia, les droits des agricultrices ont été inscrits dans la Constitution de 1988, puis pris en compte dans un certain nombre de lois complémentaires. Les syndicats et mouvements de femmes soutiennent encore aujourd’hui les agricultrices dans leur combat pour faire reconnaître leurs droits.

12Un des premiers obstacles à la reconnaissance de ces droits est l’absence de documents officiels. Au milieu des années 1990, le mouvement des travailleuses rurales a mené des campagnes visant à permettre aux femmes des zones rurales d’obtenir des pièces d’état civil et des documents professionnels. Depuis 2004, ce travail est accompli dans le cadre d’une politique publique : le Programme national de documents civils de la travailleuse rurale. Entre 2004 et 2013, ce programme a permis à un million deux cent vingt mille femmes d’obtenir satisfaction (Hora et Butto 2014, 30).

13Les femmes du MST (le Mouvement des travailleurs et travailleuses rurales sans terre) ont pris part à ce processus et ont progressivement élaboré des mécanismes permettant de garantir la participation des femmes, notamment grâce à leur intégration dans les divers mouvements internationaux qui se sont constitués au cours de cette période, parmi lesquels la CLOC dans la région Amérique latine et Caraïbes et la Vía Campesina au niveau international. Dans les années 2000, elles ont organisé des actions de masse visant à entrer en confrontation directe avec l’agrobusiness. En mars 2006, par exemple, les femmes de la Vía Campesina ont mené une opération de destruction des plants d’eucalyptus de l’entreprise Aracruz cellulose. Cette dernière occupait notoirement des terres appartenant à des populations autochtones et à des quilombolas du département d’Espirito Santo et avait transformé une grande partie de leur territoire en un désert vert.

14Depuis l’établissement des premières parcelles de la réforme agraire dans les années 1990, l’implication des femmes dans leur gestion représente un défi. Plus récemment, le mouvement a voulu donner une plus grande visibilité au travail accompli par les femmes ainsi qu’à leurs connaissances dans le domaine de la préservation et de la sélection des semences ainsi que dans celui des pratiques agroécologiques. En outre, ces exploitations agricoles issues de la réforme offrent des espaces propices à l’instauration d’autres types de rapports sociaux. Cette réforme agraire a en effet vocation à être un processus populaire visant notamment à « assurer des conditions de participation égalitaires pour les femmes qui vivent à la campagne, en particulier dans les domaines de l’accès à la terre, de la production et de la gestion de toutes les activités, et ce dans le but de mettre fin à l’oppression imposée aux femmes depuis toujours, en particulier à la campagne ».

15Les travailleuses rurales se sont également organisées au sein de mouvements autonomes de femmes comme le Mouvement des femmes paysannes (MMC) qui a tenu son premier congrès en 2004. Membre de Vía Campesina, le MMC propose un projet d’agriculture paysanne qui comprend des campagnes de lutte contre les violences contre les femmes ainsi que des programmes en faveur d’une alimentation plus saine.

16D’autres branches régionales, comme celle du MMTR dans le Nordeste, expriment leur engagement politique dans une collaboration avec les mouvements syndicaux et féministes. Le très audible MIQCB (Mouvement interétatique de Quebradeira de Coco Babaçu) a réussi à faire adopter diverses législations municipales – dont la loi du babaçu libre – permettant le libre accès des ramasseuses de coco aux propriétés privées. Parmi toutes les populations brésiliennes qui réclament la reconnaissance de leurs biens communs, ces femmes ont été les premières à l’obtenir formellement. Elles ont également mené des projets collectifs de commercialisation et de transformation d’huile qu’elles vendent à des entreprises comme The Body Shop et de farine de mésocarpe destinée à l’alimentation scolaire.

17Au sein du mouvement syndical, la Commission nationale des travailleuses rurales a organisé sa première session plénière en 1997. Celle-ci avait pour thèmes l’application effective du droit des agricultrices à la sécurité sociale et l’instauration d’un quota minimum de 30 % de femmes dans tous les comités de direction des syndicats.

18La présence plus marquée des femmes dans la sphère publique a été conditionnée par leur meilleure représentation dans les structures syndicales. Elles ont notamment pu faire connaître leurs priorités dans le cadre de manifestations de masse à Brasilia, les marchas das margaridas (marches des marguerites)9. Organisées en 2000, 2003, 2007 et 2011, ces marches ont rassemblé un nombre croissant d’entités co-organisatrices et participantes, jusqu’à atteindre le nombre de soixante-dix mille participantes lors de la dernière édition. À chacune de ses éditions, la marcha das margaridas a soumis ses revendications au gouvernement fédéral puis effectué un suivi de la mise en œuvre des mesures demandées. Bon nombre de politiques visant au renforcement des compétences des femmes des zones rurales ont été élaborées sur la base de ces propositions, parmi lesquelles la création d’unités mobiles (autobus et bateaux) destinées à venir en aide aux femmes victimes de violences dans les zones rurales ou forestières ou l’amélioration de l’accès au crédit rural. Les femmes se sont massivement mobilisées pour exiger le développement de l’agroécologie et ont ainsi contribué à la création du Plan national d’agroécologie et de production biologique (PLANAPO). C’est en effet en réponse aux revendications exprimées par les femmes lors de la session plénière de clôture de la marcha das margaridas de 2011 que la présidente Dilma Roussef a proposé de constituer les groupes de travail qui ont élaboré ce plan.

19Ces mouvements autonomes de femmes et ces collectifs de femmes appartenant à des mouvements mixtes font partie, comme les ONG féministes et agroécologiques, du Groupe de travail des femmes de l’Articulation nationale de l’agroécologie (GT des Femmes de l’ANA). Tous influencent l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques d’empowerment des agricultrices.

Le parcours des femmes dans l’Articulation nationale d’agroécologie 10

  • 10 Pour un compte rendu détaillé de la participation des femmes dans le mouvement agroécologique au Br (...)

20Il est difficile de déterminer le point de départ précis d’un processus impliquant différents acteurs politiques. Dans le cas de la SOF, j’ai choisi comme point de départ le processus de débat et de formation sur le genre et l’agriculture familiale qui s’est déroulé entre 1996 et 1998 (Menasche et al. 1998).

21À cette période, la catégorie « agriculture familiale » a permis d’organiser les réponses aux revendications des travailleuses et travailleurs ruraux relatives aux politiques publiques, par exemple par le biais du Programme national de soutien à l’agriculture familiale (PRONAF). Formalisée en 2006 par l’intermédiaire d’une loi, cette notion a permis de rendre visible la contribution économique (et par la suite environnementale) de celles et ceux qui étaient auparavant considéré-es comme des « petit-es » producteur-trices. Elle a ensuite été critiquée car elle amalgamait différentes identités (notamment les producteur-trices communautaires, les populations côtières et les quilombolas) et différentes formes d’organisation du travail en commun qui étaient en fait caractéristiques du Sud du pays.

22Durant la même période, la catégorie du « genre » s’est répandue dans les analyses portant sur les rapports sociaux entre hommes et femmes et dans la construction sociale d’identités féminines et masculines séparées et hiérarchisées. Ce terme a été adopté par diverses organisations mixtes, ONG et mouvements sociaux, sous l’influence des femmes activistes mais aussi des agences de coopération internationales qui les ont incités à prendre en compte ce thème d’une manière ou d’une autre.

23L’approche « genre et agriculture familiale » a permis de remettre en question le présupposé de l’unité familiale qui veut que la famille s’exprime, dans la sphère publique, par la volonté du mari ou du père. Il a alors été possible de débattre explicitement de questions telles que les contradictions au sein de la famille patriarcale et la division sexuelle du travail. En outre, les pratiques, les connaissances et les propositions des agricultrices en matière de gestion de l’unité de production ont été prises en compte. Les rapports inégaux de genre au sein des organisations ont été analysés (et pas seulement ceux qui impliquent les bénéficiaires des interventions). Les femmes membres des équipes techniques et administratives des ONG et les agricultrices membres ou directrices de ces mêmes organisations ont forgé une alliance politique qui a constitué le noyau central du futur GT des Femmes de l’ANA.

24Dix-sept années ont été nécessaires pour permettre à l’approche « féminisme et souveraineté alimentaire » de succéder à l’approche « genre et agriculture familiale », une longue période d’élaboration d’analyses et de propositions ainsi que de construction d’un sujet politique solide. En témoignent une série de politiques publiques, mais aussi les changements survenus au sein des mouvements et dans la vie de nombreuses femmes.

25Ces analyses ont donné une orientation à la stratégie visant à faire en sorte que les inégalités de genre ne soient plus considérées comme de l’ordre du naturel. Elles montrent que le travail des femmes est utilisé comme une ressource inépuisable et comme une variable d’ajustement aux tensions du système. Elles mettent en lumière la sagesse et le savoir des femmes et prouvent qu’elles peuvent aller au-delà des projets collectifs d’auto-organisation et des alliances. […]

Le cadre des politiques publiques d’empowerment des femmes rurales

  • 11 La DAP, la déclaration qui statue sur la possibilité de faire partie du PROBAF – le Programme natio (...)

26Les politiques publiques destinées aux femmes des zones rurales sont élaborées ou coordonnées par la direction des Politiques pour les femmes rurales du ministère du Développement agraire (DPMR/MDA). Elles intègrent des aspects ayant trait à la citoyenneté et à la reconnaissance. On peut par exemple évoquer le Programme national d’octroi de documents, les comités territoriaux de femmes par le biais desquels celles-ci sont encouragées à prendre part aux espaces d’élaboration et de suivi des politiques dans les territoires ou encore la possibilité d’inscrire le nom des femmes sur les titres de propriété des terres ou sur des documents attestant de leur statut d’agricultrice familiale11. Dans le domaine de la production, ces politiques publiques ont une influence sur les programmes de crédit, de commercialisation (le Programme d’acquisition d’aliments – PAA – et le Programme national d’alimentation scolaire – PNAE – dont 30 % des ressources sont destinées aux achats auprès d’agriculteurs-trices familiaux-ales et de leurs associations) et d’Assistance technique et extension rurale (ATER). Grâce au Programme d’organisation productive des femmes rurales (POPMR), les femmes des zones rurales mettent également en œuvre leurs propres actions. Elles lancent par exemple des appels publics à former des groupes productifs de femmes, constituent des exploitations ATER dirigées par des femmes et encouragent les groupes de femmes à participer aux marchés de l’agriculture familiale. En 2013, la DPMR/MDA s’est vu attribuer un budget approchant les treize millions d’euros, soit près de la moitié du budget du secrétariat des Politiques pour les femmes, une institution dotée du statut de ministère.

27Les politiques de la DPMR sont élaborées par l’intermédiaire de deux instances de participation populaire : les Conférences nationales des politiques pour les femmes (CNPM), organisées par le secrétariat des Politiques pour les femmes et le Conseil national de politiques pour les femmes – des événements qui se sont tenus en 2004, 2007 et 2011 – ; et les Conférences nationales de développement rural, durable et solidaire (CNDRSS), organisées en 2008 et 2013 par le MDA et le Conseil national de développement rural durable (CONDRAF). Les femmes se sont organisées pour prendre part au processus préparatoire des CNDRSS ainsi qu’aux conférences elles-mêmes, notamment grâce au soutien appuyé de la DPMR. En conséquence, les actions transversales en faveur de « l’autonomie des femmes rurales » sont clairement visibles dans le Plan de développement rural, durable et solidaire élaboré dans ce cadre, ce qui a permis aux intéressées d’en effectuer le suivi plus aisément (CONDRAF 2014). Ce plan se fonde sur la reconnaissance de l’existence de rapports de pouvoir inégaux entre hommes et femmes, dans les familles et dans la société, ces inégalités trouvant leur expression dans le fait que le travail accompli par les femmes est le plus souvent invisible et non rémunéré. Il prévoit des mesures spécifiquement destinées aux femmes et réparties selon trois axes : la citoyenneté, les droits économiques et la socialisation du travail domestique et de care. Ce dernier axe constitue un élément nouveau et met l’accent sur la nécessité de créer des crèches et des écoles de campagne ouvertes toute la journée et fondées sur des pédagogies qui valorisent le monde rural.

28La CNDRSS a été pour la première fois paritaire lors de sa phase finale nationale, les femmes comptant pour la moitié de ses 1 417 participant-es. Les débats organisés dans les États ont permis de recueillir 142 propositions spécifiquement destinées aux femmes, dont 65 ont été regroupées dans un document et discutées pendant la Conférence nationale. Parmi les 100 propositions définies comme prioritaires, « 36 étaient en lien avec les revendications des femmes, dont neuf avaient vocation à renforcer les politiques spécifiquement destinées aux femmes, notamment celles visant à encourager la participation sociale, la lutte contre la violence et le soutien financier à la production » (CONDRAF 2014, 9).

29Pendant la conférence, les autorités publiques ainsi que les militants et militantes des mouvements sociaux ont adopté une stratégie similaire consistant à élaborer des propositions fondées sur une approche féministe (traduite par la volonté de permettre aux femmes de profiter d’une plus grande autonomie) dans des espaces de rencontre entre femmes, qui seraient par la suite susceptibles d’avoir une incidence plus générale. Des actions de mobilisation ont en outre été organisées pour garantir la mise en œuvre d’une participation paritaire et pour que les femmes gagnent en visibilité. Comme l’évoque le Plan, les femmes « ont entonné des chants et des slogans, elles ont créé des slogans et brandi des pancartes, elles ont lu une Déclaration sur les Femmes à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation. Elles sont ainsi devenues un élément fondamental de la stratégie de construction d’un Brésil rural égalitaire » (ibid).

30Parmi les différentes propositions étudiées, certaines ont été intensément débattues, notamment celle qui visait à établir un quota de 50 % de femmes bénéficiaires des actions du programme ATER et des appels d’offres de l’État lancés par le biais d’ATER Agroécologie et à garantir le fait que 30 % de ces actions soient destinées spécifiquement aux femmes et que 30 % de l’équipe technique soit composée de femmes. Cette proposition avait préalablement été formulée par le comité de gestion du POPMR, en accord avec les autorités et les représentantes des mouvements et ONG. Intégrées à la proposition initiale présentée par le ministère du Développement agraire, ces demandes ont déclenché l’opposition de certaines figures du mouvement agroécologique. Celles-ci ont par exemple défendu l’idée que les femmes étaient moins nombreuses que les hommes dans les zones rurales – en 2010, les femmes représentaient 47 % de la population domiciliée dans les zones rurales brésiliennes (IBGE 2011) – et qu’elles étaient également moins présentes dans les formations techniques agricoles ainsi que dans celles destinées aux bénéficiaires de la réforme agraire soutenues par les mouvements sociaux ruraux. Certains des arguments utilisés reposaient toutefois sur des interprétations erronées – comme par exemple le fait d’additionner les quotas de 50 % et 30 % pour dénoncer le fait que le programme ATER soit destiné à 80 % aux femmes. Les femmes de l’Articulation nationale d’agroécologie ont réagi rapidement en publiant une lettre ouverte et en discutant avec des femmes de divers mouvements ainsi qu’avec des hommes solidaires.

  • 12 Le fait d’axer la réflexion sur une seule politique comporte toujours un risque dans la mesure où l (...)

31Pendant la deuxième CNDRSS, les femmes mais aussi certains hommes arboraient des autocollants et des foulards portant l’inscription « Je soutiens les 50 % de femmes bénéficiaires de l’ATER ». Cette proposition a remporté un grand succès pendant la conférence grâce à l’accord politique conclu entre les femmes de ces mouvements et le gouvernement. Cette victoire a alimenté des réactions antiféministes lors du Congrès brésilien d’agroécologie, mais elle a par ailleurs permis aux femmes de gagner en force à l’occasion des troisièmes Rencontres nationales d’agroécologie (ENA). Par la suite, les femmes du mouvement agroécologique ont compris à quel point il était important de réussir ce qu’elles avaient entrepris. Dans cette optique, il convient de distinguer la politique d’Assistance technique destinée aux femmes parmi les diverses politiques mises en œuvre par le gouvernement fédéral brésilien pour renforcer les projets productifs des femmes dans le cadre de l’économie solidaire et de l’écologie12.

32Lancé en 2004, l’ATER sectoriel pour les femmes comptait en 2013 un total de 56 400 bénéficiaires. Entre 2004 et 2010, 65 % des projets financés par le gouvernement fédéral étaient axés sur des activités agroécologiques (Butto et Hora 2014). Par le biais de ces expériences, le potager (l’arrière-cour productive) est devenu un espace important aux yeux des techniciennes. On a également évoqué le développement d’activités destinées aux enfants, qui permettraient à leurs mères de participer aux activités d’assistance technique. Ces mesures ont renforcé les politiques de soutien à la reproduction sociale mises en œuvre par les autorités publiques. Selon ces dernières, l’ATER sectoriel pour les femmes doit encore relever le défi qui consiste à améliorer l’accès des femmes au financement et à la commercialisation, ce qui suppose que les groupes productifs de femmes deviennent plus formels.

33La politique d’ATER mise en œuvre au Brésil à partir des années 1940 était marquée par un caractère diffusionniste (diffusion de la technologie de la « révolution verte » / agriculture industrielle), vertical (visible dans le rapport entre les personnes chargées de la vulgarisation et les agriculteurs-trices mais aussi dans la centralisation à l’échelle nationale) et propice au renforcement de la division sexuelle du travail (des spécialistes de l’économie domestique apprenaient aux agricultrices à devenir des mères meilleures et plus modernes, tandis que les agronomes dispensaient des formations aux hommes). À l’apogée du néolibéralisme, en 1989, le gouvernement fédéral a démantelé le système existant. En 2003, le gouvernement Lula a élaboré une nouvelle politique d’ATER (la PNATER) dans un contexte d’intenses débats qui lui ont conféré des fondements nouveaux : droit public et gratuit, universalité, méthodes horizontales et ouverture graduelle à d’autres approches technologiques comme l’agroécologie. L’un des objectifs de la PNATER est de favoriser l’égalité de genre.

34Le renouveau de cette politique d’ATER commence à porter ses fruits. Les données du recensement agricole de 2006 ont montré que seules 22 % des exploitations dirigées par des hommes ont bénéficié d’une aide tous types confondus, contre 11 % pour les femmes cheffes d’exploitation. Les subventions accordées à des exploitantes agricoles provenaient à 53,5 % d’organes gouvernementaux et à 0,9 % d’ONG, celles accordées à des exploitations dirigées par des hommes provenant à 43,9 % d’entités gouvernementales (fédérales, étatiques ou municipales) et à 0,6 % d’ONG (Nobre 2012, 84)

35La préparation de la Conférence nationale sur l’ATER qui s’est tenue en 2012 a mobilisé près de quarante mille personnes. Les femmes ont pris part à toutes les étapes du processus et ont à cette occasion demandé que 50 % des bénéficiaires des activités collectives de formation soient des femmes, préfigurant ainsi la proposition émise plus tard pour le programme d’ATER (une proposition qui suppose notamment des visites dans chaque unité familiale de production). À l’opposé des décisions adoptées lors de cette conférence, le gouvernement fédéral a décidé de faire primer les intérêts de la Confédération brésilienne de l’agriculture et de la pêche (CNA), un organe de représentation des grands propriétaires terriens et de l’agrobusiness, en entreprenant la création d’une Agence nationale d’ATER (ANATER) fondée sur la volonté de mener à bien des transferts de technologies. La CNA espère contester la légitimité dont bénéficient les mouvements sociaux dans le secteur de l’agriculture familiale tout en conférant à l’agrobusiness une image plus « verte » et plus sociale. L’ANATER est donc actuellement en cours de création, au moment même où l’ATER agroécologie et l’ATER femmes lancent une série d’appels publics.

  • 13 Nobre, M. 2015. Economía solidaria, agroecología y feminismo: prácticas para la autonomía en la org (...)

36Dans ce contexte à la fois ouvert et incertain, les ONG et les mouvements sociaux qui mettent en œuvre l’ATER tentent de défendre leur vision et leur autonomie face à l’État. […]13

Bibliographie

CONDRAF (Conseil national de développement rural durable). 2014. Mulheres no Plano Nacional de Desenvolvimento Rural Sustentável e Solidário. Brasília : MDA/CONDRAF.

Deere, C. D. 2004. Os direitos da mulher à terra e os movimentos sociais rurais na reforma agrária brasileira. Revista Estudos Feministas 12(1). Florianópolis : CFH/CCE/UFSC.

Hora, K. et A. Butto. 2014. Políticas Públicas para Mulheres Rurais no contexto dos Territórios da Cidadania In Mulheres Rurais e Autonomia. Formação e Articulação para efetivar políticas públicas nos Territórios da Cidadania. (Org.) A. Butto, C. Dantas, K. Hora, M. Nobre et N. Faria. 14-45. Brasília : MDA.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 2011. Censo 2010. http://www.ibge.gov.br .

Kergoat, D. 2012. Ouvriers = Ouvrières ? Propositions pour une articulation théorique de deux variables : sexe et classe sociale, In Se battre, disent-elles… D. Kergoat. Paris : La Dispute.

Menasche, R., M. Nobre, E. Siliprandi et S. Quitela (Orgs.). 1998. Gênero e agricultura familiar. São Paulo : SOF.

Nobre, M. 2012. Censo Agropecuário 2006 – Brasil : uma análise de gênero. In As mulheres nas estatísticas agropecuárias. Experiências em países do sul. A. Butto, I. Dantas et K. Hora. Brasília : MDA.

Paulilo, M. I. et C. B. Silva. 2007. A luta das mulheres agricultoras. Revista Estudos Feministas. 15(2). Florianópolis : CFH/CCE/UFSC.

Siliprandi, E. 2009. Mulheres e agroecologia : a construção de novos sujeitos políticos na agricultura familiar. Thèse de doctorat en développement. Brasília : Université de Brasília.

Notes

1 Le ministère du Développement social, le secrétariat des Politiques pour les femmes et le secrétariat des Politiques de promotion de l’égalité raciale – parmi d’autres – mènent également des actions. Celles-ci sont en général coordonnées par diverses institutions, mais les financements alloués et les acteurs impliqués diffèrent selon les institutions.

2 Pour un débat plus approfondi sur le genre et le recrutement, voir Kergoat (2012).

3 NdT : Organisation féministe Sempreviva, sempreviva pouvant être traduit par « immortelle » ou « éternelle ».

4 Voir Paulilo et Silva (2007, 400).

5 Membres de communautés rurales afrodescendantes qui ont fui l’esclavage ou se sont libéré-es de l’esclavage. On estime que ces communautés quilombolas sont au nombre de 2 000 et qu’elles sont présentes dans 24 des États du Brésil.

6 Ces femmes récoltent les fruits du palmier babaçu. Elles les ouvrent pour utiliser principalement les graines et la pulpe. On estime que 300 000 travailleuses vivent de cette activité dans les États de Maranhão, Piauí, Tocantins et Pará.

7 Pour une analyse détaillée sur ce sujet, voir Deere (2004).

8 Elles ont notamment lutté pour faire reconnaître leur droit à se syndiquer puisque, jusqu’au milieu des années 1980, les syndicats n’acceptaient de compter qu’un membre par famille, en général l’homme considéré comme le chef de famille.

9 Voir http://www.contag.org.br/index.php?modulo=portal&acao=interna&codpag=256&nw=1

10 Pour un compte rendu détaillé de la participation des femmes dans le mouvement agroécologique au Brésil, voir Siliprandi (2009).

11 La DAP, la déclaration qui statue sur la possibilité de faire partie du PROBAF – le Programme national de renforcement de l’agriculture familiale –, est un moyen d’accès au crédit ainsi qu’à des programmes de commercialisation, d’assistance technique et d’extension rurale.

12 Le fait d’axer la réflexion sur une seule politique comporte toujours un risque dans la mesure où l’amélioration de l’autonomie des femmes résulte de la combinaison de différentes politiques.

13 Nobre, M. 2015. Economía solidaria, agroecología y feminismo: prácticas para la autonomía en la organización del trabajo y de la vida. In Une économie solidaire peut-elle être féministe ? « Homo œconomicus, mulier solidaria ». (Dir.) C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp. 273-294. Paris : L’Harmattan, collection Genre et développement : Rencontres. Traduit de l’espagnol par Saskia Velásquez.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search