Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

4. Réinvention du politique

Plus que les armes des faibles : l’organisation des travailleuses dans l’économie informelle

Naila Kabeer, Kirsty Milward et Ratna Sudershan

Note de l’éditeur

Référence papier : Kabeer, N., K. Milward et R. Sudarshan, ‘Plus que les armes des faibles : l’organisation des travailleuses dans l’économie informelle’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 191-208. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1La participation des femmes au marché du travail progresse dans de nombreuses régions du monde et cette tendance va de pair avec la croissance d’un secteur informel associé à l’économie formelle. Parallèlement, les organisations de travailleur-euses structurées selon un modèle conventionnel se heurtent à des difficultés maintenant bien connues pour défendre les travailleur-euses du secteur informel : elles déterminent généralement leur stratégie, leur forme et leur mode d’organisation en fonction de lieux de travail, de tâches et d’employeurs précis, et en se fondant sur l’archétype du travailleur masculin soutien de famille, alors que les employé-es du secteur informel travaillent dans des lieux physiquement dispersés, accomplissent des tâches très diverses, n’ont pas d’employeur identifiable et, le plus en plus souvent, sont des femmes. Pourtant, et de façon peut-être surprenante, les économies en développement comptent de nombreuses organisations qui ont réussi à se mobiliser pour défendre les intérêts des travailleuses du secteur informel malgré les limites que leur imposent les modèles conventionnels. Il semble donc indispensable de comprendre les déterminants de cette réussite.

  • 1 [L’ouvrage dont ce texte est extrait a été] publié dans le cadre d’un projet de recherche mené sous (...)

2La recherche1 a certes montré que les femmes qui exercent un travail rémunéré voient leur degré d’empowerment s’améliorer, comme en attestent certains indicateurs, mais les effets du travail rémunéré sont plus manifestes et plus réguliers pour les femmes qui occupent un emploi formel. Or cette catégorie ne représentait qu’une petite minorité des travailleuses dans les pays étudiés. Dans ces pays, comme dans la plupart des pays en développement, l’écrasante majorité des femmes mènent des activités économiques informelles caractérisées par des revenus de nature irrégulière et imprévisible et par des conditions de travail difficiles qui relèvent souvent de l’exploitation. En outre, il s’est avéré que les changements constatés se limitaient le plus souvent aux niveaux individuel ou familial. Peu d’éléments permettent de penser que l’accès à un emploi rémunéré favorise une quelconque forme d’organisation collective des femmes qui leur permettrait de lutter contre la structure fondamentale particulièrement dense des injustices de genre que les femmes vivent au quotidien, notamment dans leur vie professionnelle.

  • 2 Sur la distinction entre empowerment et émancipation, voir l’aperçu thématique élaboré par Kabeer ( (...)

3Les recherches portant sur la relation entre emploi rémunéré et empowerment ont donc montré que l’accès à un emploi rémunéré régulier renforce certes le pouvoir des femmes en ce sens qu’il leur donne une meilleure estime d’elles-mêmes et un meilleur pouvoir de négociation sur des aspects importants de leur vie et des relations qui leur tiennent à cœur. Mais, au-delà, le potentiel émancipateur de cet accès reste limité2. Il n’a que peu d’influence sur le statut juridique des citoyennes, sur les possibilités qui leur sont offertes de bénéficier d’une égalité de droits en tant que femmes, travailleuses et êtres humains. Il ne favorise pas non plus leur capacité à s’organiser pour lutter pour que leurs droits soient reconnus et respectés.

4La portée émancipatrice de l’accès des femmes au travail rémunéré est précisément limitée par le fait que les femmes n’ont pas la possibilité de s’organiser pour provoquer le changement. Cet obstacle condamne nombre d’entre elles à n’exercer que des emplois qui les placent en situation d’insécurité économique et de marginalisation politique. [L’ouvrage dont ce texte est extrait] déplace donc le centre de l’analyse : au lieu d’étudier les femmes en tant que personnes engagées dans ces formes de travail informelles, il analyse les organisations travaillant avec des femmes qui mènent des activités économiques informelles. Il explore les raisons pour lesquelles ces organisations ont été créées, les stratégies qu’elles ont élaborées pour répondre aux besoins et intérêts de leurs groupes cibles et ce que cela nous révèle sur les processus d’interaction entre l’empowerment des femmes au niveau individuel et les luttes de plus grande envergure pour la justice de genre.

Les défis de l’organisation dans l’économie informelle

5Le plus célèbre défenseur de l’engagement des femmes dans l’économie rémunérée comme point de départ de leur émancipation a été Friedrich Engels (1942). À une époque de production de masse en usine, il a affirmé que l’entrée des femmes dans la sphère publique du marché du travail allait les libérer des contraintes patriarcales de l’économie domestique et leur permettre de s’engager, aux côtés des travailleurs, dans une action collective visant à défendre des intérêts de classe communs. Le mouvement syndical né à l’époque de la production standardisée à la chaîne a certes mené une action collective au nom des personnes de la classe ouvrière qu’il représentait, mais ce groupe de membres était et demeure dominé par des hommes.

6La capacité du mouvement syndical à défendre les intérêts de ses membres était fondée sur son pouvoir structurel et associatif (Silver 2003). Le pouvoir structurel des syndicats provient de la position stratégique qu’occupent des sections privilégiées de la classe ouvrière masculine dans le système économique capitaliste. Grâce à cette position, certaines stratégies collectives – par exemple le monopole d’embauche, les négociations collectives et les menaces de grève – ont permis à leurs membres de conquérir un certain nombre d’acquis qui ont à leur tour renforcé la capacité d’organisation des syndicats. Ceux-ci ont pu compter sur la loyauté et le soutien financier de leurs membres pour élargir leurs revendications.

7Il a été relativement aisé de transposer la forme d’organisation du syndicalisme dans les grandes entreprises du secteur public ainsi que dans les modes de production à forte intensité de capital qui ont caractérisé la première phase d’industrialisation par substitution aux importations dans les pays en développement. Mais les syndicats n’ont pas réussi à impliquer la grande majorité des travailleurs et travailleuses dans les pays où les activités informelles étaient faciles d’accès, peu rémunérées et marquée par une relation floue entre employeurs et employé-es. En outre, les syndicats dominants ont adopté et conservé une attitude souvent empreinte de crainte et d’hostilité envers des travailleur-euses du secteur informel considérés comme une menace contre les avantages acquis grâce à l’action organisée des syndicats (Breman 1996 ; Spooner 2004 ; Chhachhi et Pittin 1996 ; Gandhi 1996 ; Horn 2002). En conséquence, dans la plupart de ces pays, moins de dix pour cent des ouvriers étaient syndiqués, ce pourcentage étant encore plus bas parmi les ouvrières.

8De nombreux facteurs permettent d’expliquer la faiblesse de la proportion d’ouvrières syndiquées. Le marché du travail était fortement segmenté selon le genre et les femmes qui travaillaient étaient proportionnellement surreprésentées dans des activités informelles le plus souvent ignorées par les syndicats. Toute forme de protestation organisée par les femmes constituait, dans tous les cas de figure, une activité à haut risque puisqu’elles avaient des perspectives très limitées sur le marché du travail et que les emplois informels ne leur offraient le plus souvent ni protection juridique ni sécurité sociale. Trois autres facteurs ont contribué à la quasi-absence des femmes dans les rangs des syndicats : le fait que ceux-ci étaient dominés par des hommes ; la lutte de ces organisations pour que les ouvriers obtiennent un « salaire familial », fondée sur le présupposé que les hommes sont les principaux soutiens de famille ; et l’imposition de diverses restrictions « protectrices » limitant la capacité des femmes à travailler.

9Depuis les années 1970, les changements intervenus dans l’économie mondiale ont érodé les fondements du pouvoir des organisations syndicales et réduit le nombre de leurs membres. La nouvelle hypermobilité du capital – qui permet l’adoption de stratégies de réduction des coûts à l’échelle mondiale – donne aux sociétés multinationales la possibilité de délocaliser leurs activités, ou de jouer de cette menace, pour mettre au pas les travailleur-euses syndiqué-es sous la pression des vastes réserves de main-d’œuvre que constituent les travailleur-euses sans emploi ou sous-employé-es. De plus, du fait de la fragmentation des processus de production et de la mise en œuvre de stratégies de flexibilisation du marché du travail, la main-d’œuvre autrefois concentrée et stable est supplantée par une main-d’œuvre désagrégée, dispersée, le plus souvent informelle – et de plus en plus fréquemment féminine. La structure de cette main-d’œuvre est un obstacle à la constitution d’une identité et d’intérêts collectifs. Les difficultés que rencontraient les travailleuses désireuses de se syndiquer parce qu’elles occupaient des emplois précaires semblent s’être accrues suite à l’évolution de l’environnement des organisations.

10Cependant, d’autres changements, dont certains trouvent leur origine dans les processus de globalisation eux-mêmes, ont donné aux groupes de travailleur-euses pauvres jusqu’à présent exclus du mouvement syndical de nouvelles occasions de s’organiser. En premier lieu, le mouvement des femmes s’est internationalisé et a commencé à défendre les droits des femmes dans différentes sphères et à créer des liens entre le militantisme de la base, l’État et la communauté internationale du développement. Ensuite, les organisations d’envergure et d’orientation diverses se sont multipliées dans le but explicite de satisfaire les besoins et de servir les intérêts des travailleuses qui avaient auparavant été négligés par le mouvement syndical officiel. En outre, plus récemment, devant le recul du nombre de travailleur-euses syndiqué-es, de nombreux syndicalistes ont compris que la survie de leur mouvement résidait dans le processus organisationnel des travailleur-euses du secteur informel, une main-d’œuvre très majoritairement constituée de femmes (Gallin 2001 ; Chun 2008).

11Les exemples figurant dans [l’ouvrage dont provient cet article] mettent en lumière un sous-groupe de ces organisations essentiellement composé des femmes qui peuplent les sections de l’économie informelle les plus difficiles à atteindre. Pour reprendre l’idée de Kanbur (2009), l’économie informelle se situe certes en dehors du champ réglementaire étatique, mais l’informalité se présente sous des formes diverses : certain-es travailleur-euses sont employé-es dans des entreprises formelles qui ne se conforment pas aux réglementations ; d’autres dans des entreprises qui ont choisi l’informalité pour échapper aux règles en vigueur ; d’autres encore dans des entreprises totalement exclues du champ d’application de la réglementation.

12Certaines des organisations évoquées […] s’adressent à des travailleur-ses qui se rangent dans la première catégorie : ceux et celles qui travaillent dans des entreprises formelles, parfois incluses dans la chaîne de valeur globale, mais dans des conditions informelles. Toutefois, la plupart des organisations représentent des travailleur-euses relevant de la catégorie « complètement informelle ». Les liens entre leur travail et l’économie formelle sont multiples bien que généralement irréguliers et le plus souvent invisibles. Ces travailleur-euses mènent des activités occasionnelles, dispersées, isolées, à temps partiel, irrégulières et souvent à domicile, des activités situées dans les marges invisibles de l’économie urbaine informelle ou dans des zones rurales reculées. Ils-elles sont souvent des travailleur-euses indépendant-es ou n’ont pas d’employeur clairement identifié et sont parfois en concurrence directe les un-es avec les autres – pour obtenir un travail, une commande de produits, un espace de vente pour les biens et services qu’ils-elles proposent. Et ils-elles se situent souvent à l’intersection de différentes inégalités – de classe, de race, d’emploi, de statut juridique –, de sorte que la construction d’une identité et d’intérêts communs s’avère encore plus difficile.

13Le processus de création d’organisations dans l’économie informelle est encore plus complexe dans les cultures qui inculquent aux femmes, dès l’enfance, la docilité qu’elles doivent adopter pour se conformer aux normes culturelles et qui confère aux membres dominants de la famille la possibilité de contrôler la plus grande partie de l’existence des femmes. Celles-ci peuvent alors difficilement puiser dans leur éducation pour trouver le courage de résister aux puissants acteurs de la sphère publique. Pour décrire les difficultés auxquelles se heurtent les travailleuses indiennes pauvres désireuses de mener une action collective en leur propre nom, Sinha (2006, 11) écrit que « l’un des obstacles les plus puissants à l’organisation est la peur. Les femmes ont été éduquées dans la peur de leurs hommes, de leur employeur et de leur communauté. Elles vivent dans la peur constante de perdre leurs moyens de subsistance, d’avoir faim, de perdre leurs enfants de maladie et d’être chassées de leur maison ». Elles sont en quasi-totalité privées de la protection juridique ou sociale qui pourrait leur permettre d’affronter les déséquilibres de pouvoir profondément ancrés dans leur foyer et dans l’économie. Toutes les stratégies susceptibles d’améliorer le revenu qu’elles tirent de leurs activités ou leurs conditions de travail relèvent nécessairement des traditionnelles « armes des faibles » : des subversions masquées et une résistance individualisée (Scott 1990).

14Il est évident que les organisations qui cherchent à favoriser l’action collective des femmes de l’économie informelle se heurtent à des difficultés considérables. Comme l’a noté l’Organisation internationale du travail (OIT 2004, 45), « [l]es besoins et problèmes de cette main-d’œuvre disparate sont aussi divers que les obstacles et les contraintes auxquels elle se heurte dans ses tentatives de syndicalisation ». Pourtant, durant ces dernières décennies, différents types d’organisations ont été créées pour pallier précisément ces difficultés. Certaines ont été créées en collaboration avec les mouvements syndicaux dominants, ou dans le cadre de ces mouvements ; d’autres agissent en dehors de ce cadre syndical dominant mais peuvent trouver un soutien en s’associant avec les syndicats, les mouvements sociaux, certaines organisations non gouvernementales (ONG), etc. On compte donc un nombre croissant d’organisation menées par des groupes de femmes qui travaillent dans des segments peu accessibles de l’économie informelle, mais peu de tentatives de synthèse et de réflexion sur les enseignements à tirer de ces expériences. […]

15Comment ces travailleuses précaires ont-elles trouvé l’élan et le courage de s’organiser ? Quels sont les principaux obstacles auxquels leurs organisations se sont heurtées dans leur action contre ce que Nancy Fraser (1997 ; 2005) nomme les injustices de répartition, de reconnaissance et de représentation ? Ces obstacles sont liés aux injustices qui caractérisent le système économique et aux rapports d’exploitation que celui-ci instaure dans le travail. Ils découlent également du fait que le respect dû à certains groupes de travailleuses ainsi que leur dignité sont bafoués en raison de leur identité et du travail qu’elles effectuent. Enfin, ils trouvent leur origine dans l’absence d’une expression organisée des revendications relatives à leurs besoins et à leurs droits en tant que femmes, travailleuses et citoyennes. Nous nous intéresserons en outre aux spécificités des stratégies dont ces organisations se sont inspirées pour transcender la position structurellement défavorisée des travailleuses dans l’économie. Notre analyse met en lumière différentes stratégies qui transcendent les formes d’organisation et nourrissent un sentiment d’identité commune malgré les nombreuses inégalités susceptibles de diviser les travailleuses : appropriations culturelles, stratégies discursives, activisme dans le domaine du droit, diffusion de l’information et utilisation des technologies de l’information, soutien pratique au quotidien, recherche d’une forme de sécurité sociale, engagement politique et construction d’alliances. Grâce à notre analyse des obstacles que rencontrent les organisations dans différents contextes et pour différents groupes de travailleuses, mais aussi des stratégies mises en œuvre pour surmonter ces obstacles, nous commencerons à distinguer un arsenal très différent de celui dont disposaient auparavant ces travailleuses : les armes des personnes organisées.

Le choix stratégique du modèle d’organisation

16Il est frappant – mais pas surprenant – de constater que les organisations dont il est question [ici] sont nées de projets menés par des actrices issues de classes sociales autres que celle des travailleuses. Au quotidien, les femmes appartenant aux groupes les plus pauvres de leur société luttent pour leur survie et leur sécurité, et exercent des activités qui ne leur apportent ni reconnaissance sociale ni estime d’elles-mêmes. Par conséquent, il est très improbable que ces travailleuses s’organisent spontanément. Faute d’élan révolutionnaire général, les processus organisationnels ont été le plus souvent déclenchés à l’initiative d’actrices de la classe moyenne membres d’ONG. Dans la plupart des cas, ces actrices externes ont facilité ces processus sans toutefois y prendre activement part. Elles souhaitaient par-dessus tout permettre aux femmes d’apprendre à formuler leurs propres priorités et à identifier les voies du changement. Cet objectif tranche radicalement avec l’approche des organisations qui travaillent avec des objectifs prédéterminés et cherchent avant tout à accueillir de nouvelles membres.

17[…] En général, la forme d’organisation a été choisie après d’intenses délibérations visant à déterminer celle qui pourrait le mieux servir les objectifs de l’organisation. Dans une certaine mesure, cette forme a aussi été calquée sur les modèles d’organisation connus dans un contexte précis. […]

La construction d’une identité commune

18La pérennité des organisations dont nous traitons [ici] ainsi que l’efficacité de leurs actions collectives reposent en grande partie sur l’existence d’une communauté d’identité et d’intérêts. Du fait de la dispersion géographique des travailleuses du secteur informel, de leur isolement social et de leurs conditions de travail souvent précaires – tous ces facteurs étant la cause de leur exclusion sociale –, leur identité commune peut difficilement être tenue pour acquise et doit souvent être construite. Si les organisations avaient à l’origine conscience des identités multiples caractérisant leurs membres, elles ont apparemment adopté une forme pragmatique de politique de classe en choisissant de placer les questions liées aux moyens de subsistance en tête de leurs priorités. Elles ont ainsi admis le fait que la sécurité des moyens de subsistance était une préoccupation très importante pour les travailleuses occupant des emplois précaires, mais également le fait que cette approche était susceptible d’exercer la force d’attraction nécessaire pour rassembler les travailleuses. De plus, en privilégiant l’identité de travailleuse, elles ont pu transcender les autres identités – liées à la race, à la caste, à l’appartenance ethnique et au statut juridique – qui divisaient les travailleuses pauvres et freinaient leur lutte pour de meilleures conditions de vie.

19Outre les multiples formes d’exclusion subies par les travailleuses dans l’économie informelle, ces organisations ont dû affronter une autre difficulté plus spécifiquement due aux inégalités de genre. En effet, ces femmes considéraient généralement leurs activités comme relevant plus ou moins de la survie et de la subsistance plutôt que comme un véritable « travail ». Il n’existait pas nécessairement de distinction nette entre leurs activités marchandes et domestiques, ou entre les différents rôles qu’elles assumaient en tant que travailleuses, mères, épouses et membres de leur communauté. De plus, nombre de ces femmes avaient intégré les perceptions sociales qui n’accordaient que peu de valeur à leur travail.

20[L’ouvrage dont ce texte est extrait] décrit les différents discours utilisés ainsi que les pratiques mises en œuvre par les organisations pour construire cette communauté d’identité, et montre en quoi ces processus ont ensuite été au fondement de la formulation de leurs revendications. Pour certaines de ces organisations, une part importante du processus de construction d’une identité à la fois commune et digne de valeur a consisté à améliorer le statut accordé au travail des membres – ou à faire en sorte que ce même travail soit moins stigmatisé. […]

Les ressources du soft power

  • 3 Le terme a été inventé par Joseph Nye et désigne la capacité à attirer, persuader et récupérer au l (...)
  • 4 Nous nous inspirons ici des travaux de Keck et Sikkink (1998).

21La rédaction de cet ouvrage a notamment été motivée par la volonté d’explorer les différents types de ressources exploitées par les organisations agissant avec, et pour, des travailleuses dont la position stratégique dans l’économie ne permettait pas de remettre en cause le pouvoir du capital. Les chapitres montrent qu’au lieu de recourir aux tactiques proches de la confrontation traditionnellement associées au mouvement syndical, ces organisations ont souvent cherché à atteindre leurs objectifs par le biais du soft power3, en utilisant les ressources de la culture, du discours, de l’information et de la communication, et du droit4.

Appropriations culturelles

22Les organisations ont habilement conçu leurs actions autour de références et symboles culturels reconnus dans le but d’en subvertir le sens, ou de se les approprier, pour servir les intérêts de leurs membres ou attirer l’attention du public sur leur lutte. […]

Stratégies discursives

23Tout en exploitant la symbolique de divers objets et événements pour modifier le regard porté sur les travailleuses et leurs activités, les organisations ont également fait un usage habile des stratégies discursives. […] L’analyse des différents discours tenus par ces organisations montre que la plupart d’entre elles ont cherché à faire évoluer les contraintes structurelles – du moins à court terme – dans des proportions suffisantes pour donner à leurs membres une plus grande « marge de manœuvre » et leur permettre d’obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail, des revenus plus justes en contrepartie de leurs activités et une plus grande sécurité de leurs moyens de subsistance. Mais dans certains cas, les discours reposaient sur une vision différente, celle d’une société fondée sur des orientations économiques, sociales et de gouvernance visant à favoriser le progrès sans bouleverser les communautés ni détruire l’environnement.

Politique de l’information

24Ces organisations ont également axé leurs stratégies sur l’utilisation pragmatique et politique de l’information et des technologies de l’information. Elles ont ainsi recueilli des données dans le but de mieux connaître leurs propres membres […] et pu prendre contact avec des travailleuses isolées et dispersées. […]

25Mais, outre cet usage interne, les organisations se sont servi de ces informations pour attirer l’attention du public sur leur cause et faire en sorte que leurs revendications soient soutenues. […]

Activisme dans le domaine du droit

26La majorité des organisations [étudiées ici] ont souligné l’importance des actions visant à informer leurs membres sur les droits que leur accorde déjà la loi, mais certaines ont placé l’activisme dans le domaine du droit au cœur de leur stratégie. […]

Soutien pratique au quotidien

27La mise en œuvre des ressources du soft power avait souvent comme objectif ultime d’obtenir des acquis pratiques. […] Compte tenu de la précarité des moyens de subsistance des personnes qui travaillent dans le secteur informel, de la faiblesse de leurs revenus et de l’obligation qui leur est faite de privilégier les impératifs de survie, il était essentiel que les organisations prennent en compte les problèmes pratiques quotidiens que rencontraient leurs membres. Naturellement, ce soutien pratique s’est décliné en différentes modalités puisque les travailleuses de l’informel évoluent dans des contextes différents et sont engagées dans des formes de travail elles aussi différentes. De plus, les travailleuses avaient plus particulièrement besoin d’un soutien pratique à la fois dans leur vie professionnelle et dans leur vie familiale.

28Dans certains cas, le soutien pratique avait une visée tactique. […] D’autres organisations, ont utilisé cette possibilité de procurer certains avantages plus immédiats et plus visibles pour prouver leur utilité et donner à leurs membres un « répit » suffisant pour commencer à entrevoir des objectifs à plus long terme. […]

La lutte pour une sécurité sociale

29Outre les préoccupations quotidiennes les plus immédiates – diverses en fonction des groupes de travailleuses et les différents contextes dans lesquels elles évoluaient –, les problèmes liés à l’absence de sécurité sociale se posaient pour tous et toutes par-delà les différences. Si cette question relève clairement de la pratique par certains aspects, elle a aussi une portée stratégique à plus long terme. Pour les personnes engagées dans des activités précaires dont les revenus sont imprévisibles d’un jour à l’autre, d’un mois à l’autre ou d’une saison à l’autre, l’accès à une forme de protection sociale peut être la condition nécessaire à la prise de risque que supposent les stratégies de changement à plus long terme. De plus, pour les travailleuses dont l’activité et le statut ont longtemps été ignorés par l’État, la lutte pour une sécurité sociale était aussi, dans une certaine mesure, une lutte pour la reconnaissance de leur statut de citoyennes.

30Cette mobilisation pour une protection sociale a emprunté des voies diverses. Pour certains groupes, ce droit a été acquis après des années de combat, parfois dans le cadre d’une lutte de plus grande ampleur en faveur de la démocratie. […] D’autres groupes de travailleuses ont encore un long chemin à parcourir pour pouvoir accéder à la sécurité sociale. […]

Participation politique

31En axant leurs activités sur les droits, le droit et la protection sociale, un certain nombre d’organisations sont logiquement entrées dans la sphère politique. […]

Dépasser les inégalités

Des divisions entre les travailleur-euses

  • 5 NdT : Une organisation de pêcheuses de la région indienne du Tamil Nadu.

32Bien sûr, les divisions entre travailleur-euses fondées sur les inégalités de genre sont l’un des principaux obstacles à la bonne représentation des femmes au sein des syndicats dominants, et elles expliquent également pourquoi d’autres organisations ont évolué. La création d’organisations ne semble pas contribuer à la réduction de ces inégalités qui continuent au contraire à déterminer la nature des interactions entre hommes et femmes dans le cadre des luttes menées par les travailleuses. Les pêcheuses de l’organisation Social Need Education and Human Awareness5 (SNEHA) en ont fait l’expérience : les hommes les ont soutenues tant qu’elles luttaient pour leur subsistance, mais ils se sont opposés à elles lorsqu’elles ont cherché à défier l’autorité patriarcale des panchayats de caste ou à contester les rôles de genre établis dans le secteur de la pêche. De même, les hommes actifs dans la récupération des ordures se sont montrés peu disposés à accepter le fait que le logo de leur syndicat représente des femmes – alors même que ce syndicat avait été fondé par des femmes et comptait une écrasante majorité de femmes parmi ses adhérent-es. Dans le domaine privé, ces inégalités persistent également et se manifestent notamment dans la réticence des hommes à partager les tâches domestiques avec leurs épouses quand celles-ci occupent un emploi, mais aussi dans le fait que certains maris prennent le contrôle des revenus de leur femme même quand ils sont eux-mêmes sans emploi et, enfin, dans la violence de genre qu’évoquent les travailleuses dans la quasi-totalité des contextes dont il est question dans cet ouvrage.

33Toutefois, les inégalités de genre ne sont pas les seules sources de division entre les travailleur-euses. Les organisations qui ont cherché à construire une communauté d’identité et d’intérêts parmi les travailleuses se sont heurtées à d’autres hiérarchies qui créent des divisions non seulement parmi les travailleuses mais aussi entre travailleuses et organisations. Dans certains cas, l’organisation du travail est elle-même génératrice de divisions. […]

Inégalités de classe : leadership et membres

34Nombre de ces organisations ayant été créées par des militantes issues de la classe moyenne, les divisions de classe qui existent dans leurs rangs sont une difficulté avec laquelle il leur faut composer. […]

Construire des alliances : du global et du local

  • 6 Depuis sa création en1997, le réseau mondial WIEGO a favorisé la création d’organisations dans l’éc (...)

35Comme nous l’avons vu en introduction, les mêmes processus de globalisation qui ont permis la flexibilisation du travail et l’expansion de l’économie informelle ont ouvert de nouvelles possibilités d’organisation pour certains groupes de travailleur-euses pauvres jusque-là exclus du mouvement syndical. Le fait que les organisations de travailleur-euses aient pour la plupart commencé à apparaître à la fin du vingtième siècle, au début de cette phase de globalisation, est tout sauf une coïncidence (Bonner et Spooner 2012). La création par des travailleur-euses d’organisations du secteur informel d’envergure globale est un phénomène encore plus récent. Ces organisations prennent le plus souvent la forme de réseaux, parmi lesquels Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing (WIEGO, fondé en 1997)6, des réseaux de travailleuses à domicile (créés dans le milieu des années 1990), de vendeuses de rue (en 2002) et l’International Domestic Workers’ Network (en 2011) (Bonner et Spooner 2012, 18). Il est intéressant de noter que les réseaux internationaux de travailleur-euses du secteur informel sont le plus souvent dirigés par des associations de travailleuses.

36Les organisations représentées dans ces réseaux internationaux ont réussi à trouver des terrains d’entente par-delà leurs préoccupations nationales, par exemple pour plaider en faveur d’une protection sociale. Ces initiatives conjointes de plaidoyer se sont avérées efficaces malgré les différences entre la situation des travailleur-euses du secteur informel dans les pays en développement et celle des travailleur-euses en situation précaire dans le monde développé. Selon Chandhoke, même les pays démocratiques sont « imparfaitement justes » et ces projets collectifs permettent d’« arracher » la justice à un État puissant. Le discours en faveur d’une protection sociale en témoigne, dans une certaine mesure (Chandhoke 2012, 153-154).

37Ces réseaux globaux ne représentent qu’une fraction des travailleur-euses de l’économie informelle, même si cet état de fait n’est pas un facteur déterminant de leur influence. Particulièrement dans les économies plus puissantes – comme celles du Brésil ou de l’Inde –, les activités menées par des sections importantes de la population active sont destinées au marché intérieur. Et parfois même, les liens entre les travailleur-euses qui produisent pour le compte des marchés mondiaux ne sont que ténus. Si les chaînes globales de valeur sont profondément enchâssées dans les économies, leur structure de production n’est directement composée que d’une faible proportion des travailleur-euses et de la production. L’échelon le plus bas des chaînes globales de valeur se compose souvent d’un ensemble informel de nature invisible, fluide et non comptabilisé – les travailleuses à domicile accomplissent les tâches nécessaires à la finition des vêtements destinés au marché mondial sans jamais connaître les acteur-trices de la chaîne de valeur autres que le sous-traitant local par lequel leurs commandes leur parviennent. Bien entendu, le secteur informel s’étend bien au-delà et hors de l’influence des chaînes globales de valeur. […]

38Ces organisations se sont souvent alliées avec d’autres organisations pour essayer de résoudre le problème de l’isolement de leurs membres, mais toutes n’ont pas conclu les mêmes alliances. Certaines ont choisi une orientation plus locale que d’autres. Elles se sont également distinguées les unes des autres en axant leur travail commun plutôt sur des problèmes ou des courants de pensée de portée globale ou plutôt sur des stratégies pertinentes et judicieuses dans un contexte local. […] Au sein de certaines organisations, le « global » peut être ressenti comme une menace plutôt que comme une chance. […]

39La majorité des organisations dont il est question ici conjuguent une orientation locale avec un certain engagement régional ou international. [Selon certaines auteures], l’utilité des réseaux internationaux tient surtout à leurs potentiels « effets locaux ». En privilégiant à l’excès une appréhension et une compréhension des différentes questions à l’échelle globale, on risque de compromettre la possibilité d’une formulation locale de ces mêmes questions. […] D’autres organisations ont adopté une approche sélective et créative des connexions et alliances internationales dans le but de faire connaître plus largement leurs problèmes et d’élargir les réseaux de solidarité. […]

Conclusion : quelques enseignements généraux

40Le travail accompli par certaines organisations pour développer les compétences collectives de certains des groupes les plus défavorisés de travailleur-euses pauvres est source d’inspiration et d’enseignements pour ceux et celles qui se préoccupent des inégalités de redistribution, de reconnaissance et de représentation propres à l’économie informelle. Le fait que la majorité des syndicats dominants ne représentent pas les intérêts de ces travailleur-euses traduit la présence numériquement plus forte des hommes parmi leurs membres et leurs dirigeants, mais aussi la force de l’influence des intérêts patriarcaux sur l’évolution des organisations, sur les organisations elles-mêmes et sur leurs stratégies. Cette conclusion va nous permettre de dégager quelques enseignements généraux des points que nous avons discutés.

41Notre analyse montre combien il est important de partir des expériences et des réalités vécues par les travailleur-euses. Cette approche suppose donc une politique de représentation très différente de celle qui prévaut dans les syndicats de par le monde, lesquels ont élaboré un ensemble de stratégies visant à servir des priorités communes le plus souvent fondées sur des revendications d’ordre économique. Cet ouvrage montre clairement que le processus d’organisation des travailleuses de l’économie informelle repose sur le traitement concomitant de deux types très différents de questions. L’un coïncide avec les préoccupations habituelles des syndicats pour les salaires et les conditions de travail – même si les travailleur-euses les plus marginalisé-es (les ramasseur-euses d’ordures, les travailleur-euses domestiques, les travailleur-euses du sexe et les migrant-es) sont tout autant demandeur-euses de dignité que de revenu.

42L’autre type de questions porte sur l’identité, sur les contraintes qui pèsent sur les membres de ces organisations parce qu’elles sont des femmes, souvent issues de groupes très marginalisés, et enfin sur les institutions et pratiques contre lesquelles elles doivent, de ce fait, se battre au quotidien. Cet ouvrage évoque un certain nombre de contraintes liées au genre : le fait que les femmes doivent en premier lieu effectuer les tâches domestiques et prendre soin des enfants et de la famille ; le fait que leurs revenus soient dotés d’un statut secondaire (statut qu’elles ont souvent elles-mêmes intégré) ; la résistance qu’elles rencontrent chez les hommes de leur famille, qui se traduit souvent par des violences physiques ; les restrictions relatives à leur mobilité dans le domaine public et prescrites par leur culture ; le harcèlement sexuel dont elles sont souvent la cible pendant le trajet qu’elles effectuent vers ou depuis leur lieu de travail ; et le manque de reconnaissance sociale et de prise de conscience personnelle du fait que leurs activités constituent bien un « travail ». L’acte politique qui vise à faire en sorte que ces travailleuses puissent s’exprimer et être représentées doit donc conjuguer politique de reconnaissance et politique de redistribution – de façon simultanée ou séquentielle, en fonction de ce qu’imposent les réalités du terrain.

43La structure des inégalités de genre est très différente d’une zone géographique à une autre. Les processus d’organisation, le mode d’évolution des groupes ainsi que leurs stratégies et priorités sont donc dotés d’une forte dimension locale et seront mieux compris s’ils sont replacés dans leur contexte local. Ainsi – contrairement aux syndicats sectoriels –, les groupes de femmes ont souvent un ancrage géographique et se développent dans un périmètre donné. Ils peuvent ensuite être fédérés et acquérir une présence régionale, nationale voire mondiale. Mais il est extrêmement important d’en comprendre le fondement local.

44De plus, les processus visant à constituer des organisations qui œuvrent au plus près du contexte local plutôt que de mettre en application un programme de travail prédéterminé s’opéreront à un rythme beaucoup plus lent que ceux qui sont propres aux formes plus standardisées de travail. Comme nous l’avons vu, de nombreux éléments interviennent dans le processus d’organisation des groupes de femmes les moins accessibles de l’économie informelle : il faut du temps pour que la valeur du travail de ces femmes soit reconnue, aussi bien socialement que par les femmes elles-mêmes ; pour organiser ces femmes et les lier par un sentiment de loyauté ; pour construire une communauté d’identité et d’intérêts composée de femmes dont la position dans la structure économique et dans la hiérarchie sociale est pourtant un facteur de division ; pour faire naître une force collective à même de remporter des succès, modestes ou importants, susceptibles de stimuler l’implication des membres dans cette organisation et dans la lutte pour le changement. Les organisations actives au niveau local et axées sur des problèmes locaux évoluent très probablement à une échelle et à un rythme bien différents de celui des organisations créées sous la pression d’agences externes comme le gouvernement, les bailleurs de fonds, les syndicats ou les ONG. Pour autant, les apports des intervenants externes ne doivent pas être considérés comme inutiles – pour mener à bien un processus d’organisation pour le changement dans les conditions décrites ici, il est souvent nécessaire de recourir à un catalyseur externe susceptible d’introduire et nourrir les idées relatives au changement. Mais les groupes évoluent bel et bien à leur propre rythme et selon des priorités qu’ils définissent eux-mêmes à mesure qu’ils évoluent.

  • 7 Kabeer, N., K. Milward et R. Sudarshan. 2013. Introduction. Beyond the weapons of the weak. Organiz (...)

45Troisièmement, les stratégies évoluent et changent avec le temps. Le travail visant à faire évoluer les aspects structurels de la position des femmes dans leur communauté – et, plus généralement, dans la société – est inévitablement soumis à une « longue boucle de rétroaction ». De ce fait, il semble peu réaliste d’envisager en première intention de mobiliser les femmes en faveur de revendications très politisées. Mais, à mesure que les femmes se rassemblent pour résoudre les problèmes plus pratiques qu’elles rencontrent au quotidien, à mesure que le sentiment d’une identité collective se fait jour et se renforce, elles se montrent davantage disposées à s’emparer de ces questions politiques.7

46chelle structure écononique ete grandes différences de rythme et de un intérituation à la fois dans la structure écononique et

Bibliographie

Bonner, C. et D. Spooner (Eds.). 2012. The only school we have : learning from organizing experiences across the informal economy. Cambridge : Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing (WIEGO), http://wiego.org/sites/wiego.org/files/resources/files/Bonner_Spooner_The_Only_School_We_Have.pdf

Breman, J. 1996. Footloose labour : working in India's informal economy. Cambridge : Cambridge University Press.

Chandhoke, N. 2012. Who owes whom, why and to what effect ? In Global justice : critical perspectives. (Eds.) S. Maffettone et A. Singh Rathore. Londres : Routledge.

Chhachhi, A. et R. Pittin. 1996. Introduction. In Confronting state, capital and patriarchy : women organising in the process of industrialisation. (Eds.) A. Chhachhi et R. Pittin (eds), Londres : Macmillan Press.

Chun, J. J. 2008. The limits of labour exclusion : redefining the politics of split labour markets under globalisation. Critical Sociology. 34(3) : 433-452.

Engels, F. 1942. The origin of the family, private property and the state. New York : International Publishers. Parution originale en 1884.

Fraser, N. 1997. Justice interruptus : critical reflections on the « postsocialist » condition. Londres : Routledge.

Fraser, N. 2005. Reframing justice in a globalizing world. New Left Review. 36 : 1-19.

Gallin, D. 2001. Propositions on trade unions and informal employment in times of globalisation. Antipode. 33(3) : 531-549.

Gandhi, N. 1996. Purple and red banners. Joint strategies for women workers in the informal sector. in Confronting state, capital and patriarchy : women organising in the process of industrialisation. (Eds.) A. Chhachhi et R. Pittin (eds), Londres : Macmillan Press.

Horn, P. 2002. Voice regulation and the informal economy. Communication présentée lors de la consultation informelle de re-conceptualisation du Programme focal de L’OIT sur la sécurité socio-économique. Genève : Organisation internationale du travail.

Kabeer, N. 2008. Paid work, women's empowerment and gender justice : critical pathways to social change. Pathways Working Paper. 3, http://www.pathwaysofempowerment.org/archive_resources/paid-work-women-s-empowerment-and-gender-justice-pathways-brief-3 (consulté le 6 octobre 2012).

Kabeer, N. 2011. Contextualising economic pathways to women's empowerment : findings from a mufti-country research programme. Pathways policy paper. Octobre. http://www.pathwaysofempowerment.org/archive_resources/contextualising-the-economic-pathways-of-women-s-empowerment (consulté le 6 octobre 2012).

Kanbur, R. 2009. Conceptualising informality : regulation and enforcement. Indian Journal of Labour Economics. 52(1) : 33-42.

Keck, M. et K. Sikkink. 1998. Activists beyond borders : advocacy networks in international politics. Ithaca : Comell University Press.

OIT (Organisation internationale du travail. 2004. Organising for social justice. Communication préparée à l’occasion de 92e session de la Conférence internationale du travail. Genève : Organisation internationale du travail.

Scott, C. 1990. Domination and the arts of resistance : hidden transcripts. New Haven : Yale University Press.

Silver, B. J. 2003. Forces of labour. Workers' movements and globalisation since 1870. Cambridge : Cambridge University Press.

Sinha, S. 2006. Building visibility and voice : documenting lesson and learnings in home-based workers. Rapport préparé pour le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). New Delhi.

Spooner, D. 2004. Trade unions and NGOs : the need for co-operation. Development in Practice. 14(1 et 2) : 19-33.

Notes

1 [L’ouvrage dont ce texte est extrait a été] publié dans le cadre d’un projet de recherche mené sous l’égide du consortium de recherche Pathways of Women’s Empowerment. Une recherche approfondie menée dans différents pays (le Bangladesh, le Ghana, l’Égypte, le Brésil, le Pakistan, l’Afghanistan, la Palestine, le Nigeria et la Sierra Leone) et portant sur les conséquences de l’exercice d’un emploi rémunéré sur divers aspects des conditions de vie des femmes a montré que celui-ci permet effectivement d’améliorer leur empowerment, mais avec certaines réserves (Kabeer 2011). Le programme de recherche est financé, entre autres, par le DfID et le ministère norvégien des Affaires étrangères, et rassemble des partenaires basés à l’Institute of Development Studies (Université du Sussex), à la School of Oriental and African Studies (Université de Londres), au Centre for Gender and Social Transformation (BRAC Development Institute, Université BRAC, Bangladesh), au Social Research Centre (Université américaine du Caire), à l’Université fédérale de Bahia (Brésil) et au Centre for Gender Studies and Advocacy (Université du Ghana). Pour plus d’informations, consulter http://www.pathwaysofempowerment.org

2 Sur la distinction entre empowerment et émancipation, voir l’aperçu thématique élaboré par Kabeer (2008) sur le potentiel de transformation du travail rémunéré.

3 Le terme a été inventé par Joseph Nye et désigne la capacité à attirer, persuader et récupérer au lieu de recourir à la force ou à l’argent.

4 Nous nous inspirons ici des travaux de Keck et Sikkink (1998).

5 NdT : Une organisation de pêcheuses de la région indienne du Tamil Nadu.

6 Depuis sa création en1997, le réseau mondial WIEGO a favorisé la création d’organisations dans l’économie informelle en travaillant particulièrement avec des membres et des leaders féminines, et a permis de construire et de renforcer, aux plans national, régional et international, des réseaux sectoriels rassemblant des organisations de travailleuses informelles de quatre secteurs : le travail domestique, le travail à domicile, la vente de rue et le ramassage des détritus. Pour plus d’informations, voir http://wiego.org/wiego/core-programmes/organization-representation

7 Kabeer, N., K. Milward et R. Sudarshan. 2013. Introduction. Beyond the weapons of the weak. Organizing women workers in the informal economy. In Organizing women workers in the informal economy. Beyond the weapons of the weak. 1-48. Londres : Zed Books. Traduit de l’anglais par Emmanuelle Chauvet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search