Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

2. Analyse féministe de l’économie

Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique

Anne-Marie Daune-Richard et Anne-Marie Devreux

Note de l’éditeur

Référence papier : Daune-Richard, A.-M. et A.-M. Devreux, ‘Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 149-152. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

[…] Sur le concept de production

1En définissant l’activité domestique comme une activité productive, les féministes françaises des années 1970 (Delphy 1970 ; 1984) avaient commencé à rompre avec la représentation dominante dans les sciences sociales selon laquelle il n’est de travail productif que le travail effectué dans la sphère professionnelle, et de production que la production de biens économiques.

2Grâce à ces analyses, le concept de production débordait donc le champ de la production marchande.

3Relevant de cette activité et de cette production domestiques, les tâches liées à l’entretien des enfants, soins, élevage et éducation, sont reléguées dans le « hors travail », dès lors qu’elles sont assurées par la mère, tandis qu’elles contribuent au bilan de la production socialement reconnue dans le produit national brut (PNB) si elles sont effectuées hors de la famille par des spécialistes de l’éducation ou de la santé, ou remplacées par des services payants (Delphy 1970). Dans la famille, le statut tout autant économique que symbolique de ces tâches est une conséquence tenue pour logique du fait que seules les femmes sont à même de produire la vie en mettant les enfants au monde, l’idéologie naturaliste de l’instinct maternel venant justifier la division inégalitaire du travail parental entre les hommes et les femmes. Ainsi, de la fonction première de reproduction biologique découlerait la fonction secondaire d’entretien du produit de cette reproduction.

4Une étape supplémentaire de la critique des effets de la séparation, par les sciences sociales, du travail professionnel dit productif et du travail domestique et parental dit reproductif a consisté, à travers l’étude des conditions sociales dans lesquelles s’effectue la fonction de reproduction biologique, à analyser le statut social et sociologique de la gestation comme phase spécifique de l’activité maternelle (Devreux 1988). […]

5Si l’activité humaine de travail peut être définie comme le procès qui transforme de la matière en un produit, vivant ou non, par l’intermédiaire des moyens de travail, parmi lesquels le corps humain et l’énergie humaine (la force de travail) sont au premier rang, alors nous disons que la gestation présente toutes les caractéristiques d’une telle activité : intentionnalité, mise en œuvre de moyens énergétiques et de moyens intellectuels. […]

6Pour que l’on puisse parler de production à propos du produit de cette activité de reproduction biologique, il faut encore, d’une part, qu’il puisse être considéré comme utile à la société et à la survie de celle-ci et, d’autre part, que cette activité s’inscrive dans des règles de fonctionnement social qui l’organisent. Ce qui est le cas pour la gestation qui, en tant que phase de la reproduction physique de la vie humaine, est « managée » et contrôlée par tout un système de normes (Langevin 1981) : normes de quantité, plus ou moins strictes selon les moments du développement démographique de la société, normes plus ou moins rigides selon l’idéologie et les « modes » notamment en matière médicale concernant la « bonne naissance ». Ces normes, dont le respect est assuré par la présence d’« experts » tout au long de la grossesse et plus largement de la vie féconde des femmes (Ehrenreich et English 1982) sont l’expression directe des rapports sociaux qui encadrent la maternité.

7Ainsi, nous parlons maintenant de production à propos de la reproduction de la vie humaine et de travail productif pour le travail du corps et le travail mental qui produisent cette vie humaine. Et nous disons que cette production est gérée et contrôlée par les rapports sociaux de sexe (Combes 1988). Cependant, cette production d’enfants ne bénéficie pas d’un statut de production sociale, ou plus précisément socialement utile : la façon dont la maternité est rejetée en particulier du monde du travail et dont tout est fait pour que seules les femmes en assument les choix, les motivations et les contraintes objectives témoigne de cette absence de statut social pour la gestation et l’ensemble de la fonction reproductive (Devreux 1991).

Travail domestique et la théorie de la valeur de Marx

Ce n’est pas « tout le travail » qui produit de la valeur, mais le travail effectué dans le cadre de rapports sociaux de production de marchandises qui se manifeste sous la forme d’un travail socialement nécessaire, abstrait et social, et il convient d’étudier dans quelle mesure le travail domestique effectué au sein de formations sociales dominées par le mode de production capitaliste se conforme à ce cadre.

Le travail domestique peut être considéré de deux façons : soit comme un ensemble de services eux-mêmes consommés en partie (production immatérielle) et qui produisent en partie des valeurs d’usage (par exemple des repas cuisinés) pour une consommation immédiate ; soit comme des activités amenant à un produit précis, une force de travail, qui, dans les rapports de production capitalistes, est une marchandise. Aucune raison évidente ne permet d’affirmer un modèle plus que de l’autre.

Source : Smith P. 1978. Domestic Labour and Marx's Theory of Value. In Feminism and Materialism. A. Kuhn, A. Wolpe. 201. London : Routledge and Kegan Paul.

8À ce point de la réflexion, comment la définition de la production d’enfant comme production sociale remet-elle en question le concept de production tel que le définit et le met en œuvre la sociologie du travail ?

9Dans un premier temps, si l’on part des acteurs et des actrices et de leur propre construction du social, ce qui est un temps de la recherche nécessaire mais non suffisant, on s’aperçoit que, par leurs pratiques et par leurs représentations, les femmes remettent en cause la notion de travail. Ce concept n’est pas le leur, il va à l’encontre de leur expérience et de leur façon de s’inscrire dans la société : la définition sociale et sociologique du travail et du travailleur et de la travailleuse contraint les acteurs et les actrices à découper leur participation à la vie sociale en « travail » et « hors travail ». Or le travail productif et le travail reproductif s’effectuent souvent simultanément et dans le même espace lorsqu’on est une femme. Par ailleurs, les femmes affirment leur volonté de participer tout à la fois à la production de biens économiques et à la production de vie humaine, témoignant par là du caractère global de leur contribution à la reproduction de la société. Produire la vie, l’entretenir, et produire ce qui est nécessaire à sa subsistance relève d’une même logique et ces fonctions, séparées pour les besoins de l’économie marchande, sont pour les femmes un même support identitaire en tant qu’actrices du social.

  • 1 Daune-Richard, A.-M. et A.-M. Devreux. 1992. Rapport sociaux de sexe et conceptualisation sociologi (...)

10L’enjeu de cette séparation théorique de la production et de la reproduction est la division sexuelle du travail : considérer la production d’enfants comme une production sociale nécessaire à la reproduction de la société obligerait à lui faire une place de choix et à prendre en considération les besoins des (re)productrices dans l’organisation du travail et dans la hiérarchie des statuts sociaux. Cela nécessiterait une redéfinition des critères sociaux d’évaluation du travail et de la production et renverserait les valeurs attachées au travail productif. Partir de l’idée que la vie humaine est le premier moyen de production et le premier besoin d’une société humaine obligerait à reconstruire les objets de recherche et à élargir les contours de la sociologie du travail qui est centrée sur le travail salarié industriel masculin. […]1

Bibliographie

Combes, D. 1988. Reproduction de l’espèce et oppression des femmes : la production-reproduction des êtres humains est-elle l’enjeu des rapports sociaux de sexe ? In Les rapports sociaux de sexe : problématiques, méthodologies, champs d’analyse. Cahiers de IAPRE. 7(1). Paris : PIRTTEM-CNRS.

Delphy, C. 1970. L’ennemi principal. Partisans. 54-55.

Delphy, C. 1984. Close to home : a materialist analysis of women’s oppression. Londres : Hutchinson and Co.

Devreux, A.-M. 1988. La double production – Les conditions de vie professionnelle des femmes enceintes. Collection du Centre de sociologie urbaine. Paris : CNRS.

Devreux, A.-M. 1991. La production d’enfants peut-elle avoir un statut social ? In Femmes et questions démographiques. Québec : Les Publications du Québec.

Ehrenreich, B. et D. English. 1982. Des experts et des femmes. Québec : Les Éditions du remue-ménage.

Langevin, A. 1981. Planification des naissances : de l’idée de nombre à l’idée de moment. Dialogue. 72.

Notes

1 Daune-Richard, A.-M. et A.-M. Devreux. 1992. Rapport sociaux de sexe et conceptualisation sociologique. Recherches féministes. 5(2) :15-18.

Auteurs

Sociologue, Centre national de la recherche scientifique, France.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search