Version classiqueVersion mobile

Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires

 | 
Christine Verschuur
, 
Isabelle Guérin
, 
Isabelle Hillenkamp

2. Analyse féministe de l’économie

Étudier le choix ou étudier l’approvisionnement social ? Genre et définition de l’économie

Julie A. Nelson

Note de l’éditeur

Référence papier : Nelson, J. A., ‘Étudier le choix ou étudier l’approvisionnement ? Genre et définition de l’économie’, in C. Verschuur, I. Guérin et I. Hillenkamp (dir.), Genre et économie solidaire, des croisements nécessaires, Cahiers Genre et Développement, n°10, Genève, Paris : L'Harmattan, 2017, pp. 103-114. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

Je remercie vivement Paula England, Nancy Folbre, Marianne Ferber, Linda Lucas, Ann Jennings, Julie McCarthy, Don McCloskey et Diana Strassmann pour leurs commentaires sur les versions préliminaires de cet article.

1[…] Qu’est ce que l’économie ? La question n’est pas anodine quand elle pèse sur les décisions relatives à des publications, des nominations et des contenus de programmes académiques. Les études sur la création et la distribution des « nécessités et commodités de la vie », pour reprendre les termes d’Adam Smith en 1776, relèvent-elles toutes de l’économie ? Doit-on plutôt estimer que les biens et services n’appartiennent au champ de l’économie que dans la seule mesure où ils sont une contrepartie dans un processus d’échange ? Doit-on définir l’économie comme une discipline ayant pour objet fondamental les modèles mathématiques qui décrivent les choix individuels, lesquels sont susceptibles d’aboutir à des échanges ? Cette dernière définition est indéniablement celle qui prévaut actuellement dans les recherches les mieux valorisées. Elle constitue le cœur des programmes universitaires dans ce domaine, même si des recherches de nature différente peuvent trouver leur place en marge de ce courant dominant. Je pense que ce rétrécissement de la définition de l’économie traduit un certain nombre de biais de genre et que, malgré les avancées indéniables permises par l’étude mathématique des échanges, les approches féministes peuvent élargir et enrichir le champ de cette discipline.

Le genre et l’idéal cartésien

2Les féministes utilisent des techniques inspirées de la critique littéraire, de l’interprétation historique et de la psychanalyse « pour “lire la science comme un texte” dans le but de révéler les significations sociales – les objectifs symboliques et structurels cachés – d’hypothèses et de pratiques prétendument dénuées de jugement de valeur » (Harding 1986, 23). De nombreuses recherches utilisent désormais ces outils pour explorer les liens historiques entre les idéaux sociaux propres à la science et ceux relevant du genre dans la société occidentale. […]

3Certains éléments de langage utilisés par les scientifiques du début du dix-septième siècle pour décrire leurs travaux associent clairement les notions de science, de détachement et de domination à la masculinité et celles de nature, de subjectivité et de soumission à la féminité. […]

4La littérature traitant de la nature genrée de la pensée cartésienne est particulièrement intéressante dans le cadre des discussions sur la définition prédominante de l’économie. Dans le modèle cartésien du monde, le cosmos est divisé entre la « res cogitans (une chose pensante sans extension spatiale) et la res extensa (une chose étendue dans l’espace et dépourvue de capacités psychiques) » (Stern, 1965, 76). La science et plus généralement le savoir font partie du cogito, ce dernier étant considéré comme fondamentalement détaché de la matière passive. […]

5Le modèle de l’objectivité cartésienne, fondé sur l’absence de passion et le détachement, a été interprété par Susan Bordo (1986) et d’autres auteur-es comme la conséquence de l’anxiété résultant de la perte du sentiment de connexion avec la nature qui existait à l’époque médiévale. […]

6Dans la perspective cartésienne, la pensée scientifique est assimilée à une approche abstraite, générale, détachée, dénuée d’émotion et « masculine » qui se distingue radicalement d’une réalité de la vie matérielle vue comme concrète, spécifique, incarnée, passionnée, « féminine » et clairement inférieure.

La définition prédominante de l’économie

7Progressivement, on a défini l’économie non plus par son objet d’étude mais par la vision du monde spécifique qui la caractérise. Par exemple, on parle fréquemment d’« approche économique » pour se référer au traitement d’une question par le prisme du choix, plus spécifiquement par le prisme des choix opérés par des agents autonomes et rationnels dans le but de maximiser leur bien-être ou leur profit. […]

8Cette définition prédominante n’est pas dépourvue de liens avec l’idéal cartésien genré. Quand le choix individuel est érigé en objet de l’économie, le cogito détaché devient le cœur de la recherche, aux dépens du monde matériel et des personnes qui y évoluent. Séparés des préoccupations « masculines » par la division cartésienne du monde, la nature, l’enfance, les besoins physiologiques et les interconnexions entre êtres humains sont précautionneusement laissés à l’écart de la réflexion. En insistant sur la « rareté des moyens », cette approche dépeint une nature statique, avare et hostile. Cette conception repose sans doute encore sur une vision de l’homme dominant une nature féminine qui, bien que dominée et passive, n’en reste pas moins effrayante.

9Si l’approche par le choix peut sans doute s’inscrire dans un raisonnement verbal, elle présente l’avantage certain de faciliter l’expression mathématique de certains aspects. Depuis l’adoption par l’économie des concepts de la physique du dix-huitième siècle, les hypothèses de ce modèle entretiennent des liens étroits avec la forme de l’analyse (Mirowski 1991). Dès 1924, W. Stanley Jevons décrivait l’économie comme l’étude « des mécanismes qui régissent l’utilité et l’intérêt personnel » (cité dans Georgescu-Roegen 1971, 40). Quand on suppose que l’économie repose sur les modèles mathématiques régissant les choix individuels, les hypothèses relatives au comportement humain se voient conférer le statut d’axiomes (Becker 1976) et la nature devient un « espace marchand » mathématique (Debreu 1991). L’étude des marchés réels tend à laisser place à l’analyse de marchés abstraits et d’hypothèses spéculatives. Dans les faits, les recherches gagnent en prestige à mesure qu’elles prennent leur distance avec les économies réelles : on considère que les modèles strictement abstraits sont « plus intellectuels », qu’ils approchent une « Vérité » plus absolue ou encore qu’ils appartiennent à une théorie économique dite « pure ». En revanche, les modèles qui introduisent des paramètres d’ordre institutionnel sont vus comme « ayant peu de prétentions intellectuelles », comme des théories économiques visant à établir une « vérité » minuscule ou comme de « simples recherches appliquées ». Les travaux qui visent à expliquer un phénomène sans recourir à une interprétation mathématique du choix individuel sont purement et simplement exclus de ce que l’on appelle la théorie économique. En 1990, Gérard Debreu, lauréat du prix Nobel d’économie, a déclaré dans son discours présidentiel à l’Association américaine d’économie que les articles relevant de la théorie économique devaient réussir « l’épreuve décisive » qui consiste à se voir « vider de toutes leurs interprétations économiques pour laisser leur infrastructure mathématique fonctionner en toute autonomie » (1991, 3). Ainsi, la pensée cartésienne traverse les siècles. […]

10Bien sûr, l’emprise de cette définition sur la structure contemporaine de l’économie n’est pas unanimement approuvée. Certaines économistes féministes ont réussi à infléchir le modèle dominant pour y inclure certaines de leurs préoccupations, mais d’autres considèrent que le champ d’application de ce modèle est trop limité – et que les tentatives visant à y introduire à tout prix une analyse de questions comme la discrimination, la valeur comparable, les inégalités au sein des ménages et les réformes politiques non sexistes n’apportent aucune réponse à la plupart des questions fondamentales. Toutefois, les féministes sont loin d’être le seul groupe que cet état de la discipline pourrait importuner. […]

11Ces critiques sont-elles révélatrices d’un renversement de tendance visant à remettre en cause ce détachement radical vis-à-vis de l’objet d’étude ? Les faits historiques laissent penser que ce n’est pas le cas. Le recours excessif au formalisme mathématique et le peu d’importance accordé à la correspondance entre modèles économiques et monde réel ont fait l’objet de nombreuses critiques émanant de plateformes tout aussi prestigieuses. Il semble que ces critiques n’aient eu aucune influence sur la prédominance toujours plus marquée des mathématiques, tendance que Debreu qualifie de « courant apparemment irrésistible » (1991, 5).

12Pourquoi cette évolution a-t-elle toujours semblé inéluctable ? Sous l’angle analytique de la psychologique féministe, on peut émettre l’hypothèse suivante. L’attrait du mentalisme et du formalisme se serait confirmé et amplifié sous l’effet combiné de la croyance en une supposée supériorité masculine et de l’association entre idéal cartésien et masculinité. En refusant de se conformer aux règles de ce courant, tout-e chercheur-e court le risque de voir ses futurs travaux considérés comme peu dignes d’intérêt car insuffisamment scientifiques et assimilables aux sciences sociales. Le fait de reconnaître le caractère genré du prestige scientifique ne signifie pas en soi qu’il existe une meilleure approche. Une fois ce constat effectué, il convient de comparer la situation actuelle avec les possibilités qu’offrirait un contexte dans lequel féminité et infériorité ne seraient plus associées.

Penser une alternative à l’économie masculine

13Imaginer un autre fonctionnement économique est un exercice difficile quand on n’a jamais connu que l’économie masculine. En l’état actuel des idées communément admises sur le genre, la seule alternative à l’économie machiste serait apparemment une économie émasculée et impuissante. En s’en tenant aux croyances actuelles sur la science et la masculinité, l’économie fondée sur la rigueur, la scientificité et la rationalité ne pourrait être remplacée que par une économie qui ferait la part belle à la négligence, la subjectivité et l’émotivité. Si l’on renonçait à la primauté de la théorie du choix individuel, l’économie ne pourrait que se muer en une théorie dogmatique du déterminisme sociologique ou en une pratique reposant sur une utopie mathématique prosaïque et sans fondement théorique. Le masculin est bon ; le féminin ne peut qu’être mauvais (quand il outrepasse les frontières de son domaine propre pour empiéter sur celui la science). C’est en tout cas l’opinion qui prévaut habituellement.

  • 1 Dans la suite de ce texte, je m’appuie sur les idées exposées dans Nelson (1992) en les approfondis (...)

14Pour imaginer des solutions qui ne soient taxées ni de faiblesse ni de sentimentalisme, il est impératif de recourir à une nouvelle vision du genre, de la valeur et du savoir1. La théorie féministe, les travaux récents en philosophie et sociologie des sciences ainsi que les recherches menées dans le domaine de la cognition et du langage ont permis de développer des idées qui, toutes, jouent un rôle dans la construction de cette vision. Commençons par les concepts de valeur et de genre et imaginons que les associations entre masculinité et supériorité et entre féminité et infériorité soient injustifiées. Mais plutôt que de tenter de substituer à ces associations des idées comme « le féminin est bon lui aussi » ou d’inverser la logique en affirmant que « le féminin est bon et le masculin mauvais », imaginons que nous brisions simplement le lien entre genre et valeur. Si le genre et la valeur sont pensés comme des dimensions indépendantes l’une de l’autre, il devient possible d’étudier la nature – positive ou négative – des caractéristiques cognitivement associées à la masculinité ou à la féminité dans notre culture. Au plan cognitif, le sexisme peut donc être conçu comme un processus de blocage sélectif qui rend aveugle à la force de la féminité et aux dangers d’une masculinité exacerbée. Pour construire une économie meilleure, il serait inapproprié de ne faire que purger l’économie existante de toutes ses caractéristiques distinctement masculines pour y ajouter, sans discernement aucun, des caractéristiques typiquement féminines. Dans ce nouveau cadre économique, nous examinerions toutes les approches – celles considérées comme « féminines » autant que celles considérées comme « masculines » – pour choisir soigneusement celles qui donnent les meilleurs résultats au plan scientifique.

15Prenons par exemple l’idée qui veut que l’économie dite « dure » soit préférable à une économie « douce ». Ce jugement est fondé sur l’association de la dureté avec la force, cette dernière étant considérée comme une valeur masculine positive. En revanche, la douceur est associée à la faiblesse, une caractéristique supposée féminine et négative. Mais la dureté pourrait aussi être mise en relation avec la rigidité et la douceur avec la flexibilité. On peut estimer que la recherche d’une dureté masculine excluant toute connotation féminine – et donc toute notion de flexibilité – peut mener à la rigidité. Tout aussi certainement, on associera à la faiblesse la quête d’une douceur féminine excluant tout recours à la force. Une économie plus équilibrée et plus résiliente ne pourrait-elle pas se caractériser à la fois par sa flexibilité et par sa dureté ?

Les méthodes alternatives

  • 2 NdT : Margolis (1987) définit la cognition comme un processus combinant le raisonnement (reasoning- (...)

16Renforcée par la perspective cartésienne, la conviction que seuls les théorèmes démontrables sont constitutifs du savoir (comme en géométrie) forme un écran qui dissimule les autres types de savoir. Certains travaux récents rattachés à la théorie féministe, à la philosophie des sciences, à l’étude de la cognition et du langage mais aussi à l’économie ont contesté la mise en avant de ce type de vérité axiomatique et détachée qui suppose une dévalorisation du langage, de la notion de communauté, du corps et des émotions. Ces travaux affirment que la rationalité n’exclut pas les raisonnements construits à partir d’analogies, de métaphores, de la reconnaissance des formes, de l’imagination et, selon les mots d’Einstein, de « l’intuition, fondée sur une compréhension compatissante de l’expérience » (cité dans Georgescu-Roegen 1966, 14). Pour désigner ces conceptions fondées sur un raisonnement défiant la logique, l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen (1966) choisit le terme de « pensée dialectique » ; Howard Margolis (1987) utilise la notion de seeing-that2 ; le linguiste George Lakoff et le philosophe Mark Johnson (1980) se réfèrent à la « rationalité imaginative » ; et la théoricienne féministe Evelyn Fox Keller (1985) évoque une quête « d’objectivité dynamique ».

17Quel que soit le terme utilisé pour la décrire, cette forme de raisonnement présente l’avantage crucial d’admettre l’interconnexion ou le chevauchement des concepts puisqu’elle repose sur l’expérience et sur le contexte. Georgescu-Roegen distingue les concepts qu’il qualifie d’« arithmomorphiques » – c’est-à-dire ceux qui sont « distincts et discrets » et qui peuvent être soumis aux manipulations des lois de la logique – de ceux dits « dialectiques » qui se superposent à leurs opposés « dans une zone de pénombre aux contours indéfinis et d’une ampleur variable » (1971, 14). Selon lui, les concepts appartenant à cette seconde catégorie sont loin d’être triviaux et constituent « l’essentiel de notre pensée ». Lakoff et Johnson affirment que l’élévation au rang de fondement du savoir objectiviste d’une classification relevant de la théorie des ensembles laisse de côté des pans importants du mode réel de compréhension du monde utilisé par les êtres humains : ceux-ci emploient des catégories bien plus souples, ouvertes et adaptables à leurs besoins spécifiques. Ces catégories sont souvent fondées sur des similitudes ou des prototypes familiaux (1980, 122-125). Selon Lakoff et Johnson, la compréhension humaine repose sur des métaphores, elles-mêmes fondées sur les expériences corporelles. Elle est indissociable de l’imagination et des émotions. Ce lien entre compréhension et expérience apparaît également dans la définition de l’objectivité donnée par Keller : « [l’objectivité est] la quête de la compréhension la plus authentique, et par conséquent la plus fiable, du monde qui nous entoure. Cette quête est un processus dynamique dans la mesure où elle utilise activement les similitudes entre l’esprit et la nature pour les transformer en une source de compréhension… En cela, l’objectivité dynamique ne diffère pas fondamentalement de l’empathie » (1985, 117). Les modes de raisonnement qui défient la logique utilisent l’expérience et les connexions plutôt que de les éliminer ou de les nier. […]

18Même dans les conférences ou les séminaires économiques les plus abstraits et les plus techniques, les intervenant-es sont souvent amené-es à évoquer l’« intuition » qui a donné naissance au modèle ou au résultat décrit, ce qui revient à utiliser des analogies ou des exemples pour expliquer et rendre évidente la valeur de l’exercice. Généralement, le modèle formel est considéré comme le cœur de la discussion, les autres informations se voyant attribuer le statut de matériel complémentaire. En revanche, si l’on se réfère à la notion de compréhension telle que nous l’avons précédemment décrite, le véritable raisonnement est au contraire celui qui prend sa source dans les mots : le cadre conceptuel, les applications, les métaphores et la détermination des priorités. Dans ce contexte, la logique et l’abstraction jouent un rôle plus limité : elles « rendent l’argumentation plus aisée et les résultats plus clairs et, de ce fait, permettent de se prémunir contre les erreurs de raisonnement. Leur rôle s’arrête là » (Wicksell 1954 cité dans Georgescu-Roegen 1971, 341). Cette conception ne suppose en aucun cas que les arguments de nature mathématique ou analytique doivent être abandonnés – ils ont leur place dans le processus de compréhension dans la mesure où ils permettent un approfondissement de la réflexion. […]

Les définitions alternatives du sujet

19Pour Robbins, Jevons et leurs émules, la question du choix entre différentes alternatives – un choix déterminé par les ressources disponibles – constitue l’axe central de l’économie. Depuis quelques décennies, la théorie économique et la théorie du choix sont devenues synonymes. Mais on peut encore observer de solides réminiscences d’une définition plus ancienne de l’économie : l’étude des fondements du bien-être matériel des êtres humains. Dans cette optique, et pour reprendre les propos d’Alfred Marshall, « l’économie est une étude de l’humanité [sic] dans l’activité ordinaire de la vie. Elle étudie ce qui, dans l’action individuelle ou sociale, est relié à la recherche et à l’utilisation des moyens matériels nécessités par le bien-être » (1920, 1). Ici, l’économie n’est plus un regard spécifique porté sur le comportement humain, son champ d’analyse porte sur les biens matériels. Bien sûr, cette définition fondée sur le bien-être matériel présente elle aussi un certain nombre de faiblesses, comme le souligne justement Robbins en défense de la définition fondée sur la rareté. Adam Smith (et Karl Marx) distinguent le travail productif du travail non productif – le premier aboutissant, contrairement au second, à la production d’un objet matériel­. Cette distinction a fait l’objet de débats aussi interminables qu’inutiles (Robbins 1952, 7). Au sens littéral, la définition matérialiste suppose que les biens intangibles – même les prestations spécifiques comme les soins de santé­ – soient exclus du champ de l’économie.

20La théorie féministe propose des définitions de l’économie autres que celles fondées sur le choix et sur le bien-être matériel – la première examinant les décisions humaines hors de toute contrainte physique et sociale et la seconde négligeant les sources non physiques de satisfaction des êtres humains. Cette dichotomie renforce la séparation entre les êtres humains et le monde dans lequel ils évoluent, entre la res cogitans et la res extensa. Nous avons au contraire besoin d’une définition qui prenne en compte les êtres humains en tant qu’entités reliées au monde.

  • 3 NdE : Ensemble des pratiques et relations sociales déployées pour assurer la satisfaction des besoi (...)

21Il est possible d’élaborer une définition de ce type en axant l’économie sur l’approvisionnement social3, c’est-à-dire sur les biens et processus nécessaires à la survie des êtres humains. À l’opposé de l’économie du choix proposée par Robbins, prenons en considération l’affirmation suivante de Georgescu-Roegen : « Quelle que soit notre capacité à faire abstraction de la réalité, l’objectif premier de toute activité économique est la préservation de l’espèce. Pour préserver l’espèce, certains besoins fondamentaux doivent être satisfaits quotidiennement – ces derniers étant toutefois susceptibles d’évoluer » (1966, 93). Cette définition ne se limite pas à de simples concepts physiques. Georgescu-Roegen note que « les activités désintéressées et les plaisirs de la vie », qui font partie de sa définition de la préservation de l’espèce, ne sont pas des variables matérielles. En outre, quand la survie humaine – notamment par le biais de la procréation – est placée au cœur de l’économie, les services non matériels comme la garde et la surveillance des enfants, les soins de santé et la transmission des compétences revêtent un caractère aussi essentiel que le fait de bénéficier d’un toit et d’une alimentation suffisante. La réflexion d’Amartya Sen (1984) sur les « capabilités » est également fondée sur la relation entre les besoins humains et le monde.

22Bien sûr, le concept de besoins ou de nécessités est en lui-même dialectique et fluide. Et ce n’est pas nécessairement un désavantage : la reconnaissance de cet état de fait préserve d’un glissement vers un formalisme trop rigide. Pour utiliser ce concept, il convient de parfaire les compétences logiques que les pratiques économiques actuelles ont contribué à atrophier. La différence entre besoins et désirs n’est pas clairement délimitée mais on peut certainement estimer qu’un-e orphelin-e guatémaltèque a davantage besoin d’un bol de soupe quotidien qu’une personne nord-américaine suralimentée d’une seconde part de gâteau. En refusant de reconnaître cette distinction parce qu’elle est logiquement ambiguë, on se dirige inexorablement vers une abdication de la responsabilité éthique humaine. Cette définition de l’économie n’exclut en rien l’étude du choix ou des échanges, mais elle ne lui confère pas une place centrale. Sans toutefois leur accorder la même importance, elle n’exclut ni l’étude de la mise à disposition des produits et services de luxe ni celle des produits et services plus fondamentaux. Les échanges volontaires font certes partie du processus d’approvisionnement, mais seulement au même titre que les dons et la coercition. Les activités économiques sont menées dans le cadre des marchés organisés et impersonnels, mais elles sont tout autant le fait des ménages, des gouvernements et d’autres organisations humaines plus personnelles ou plus informelles. Les questions relatives à l’organisation de la production, au pouvoir et à la pauvreté, au chômage et aux contraintes économiques ainsi qu’à la santé et à l’éducation – en bref, les « problèmes économiques réels » auxquels fait référence la Commission on Graduate Education in Economics – cessent d’être une part connexe d’une théorie axiomatique spécifique du comportement humain pour devenir la raison d’être des économistes. La racine grecque des mots « économie » et « écologie » est le mot oikos, qui signifie « maison ». L’économie pourrait donc être définie comme l’étude de la manière dont nous vivons dans notre maison, la Terre.

Conclusion

23Selon l’économie féministe, les divisions que la pensée cartésienne crée entre rationalité et incarnation et entre humanité et nature sont le reflet d’une vision du monde spécifique, dotée d’un caractère masculiniste et clivé. Dans ce [texte], j’ai montré que la perspective cartésienne sous-tend la primauté accordée aux modèles mathématiques du choix rationnel individuel dans la définition actuelle de l’économie. Dans sa version enrichie, l’économie pourrait être axée sur l’étude de l’approvisionnement et utiliser pleinement les outils de la « rationalité imaginative », tout en n’excluant ni les modèles formels ni l’étude du choix. Cette économie ne serait ni masculine ni féminine et deviendrait une science humaine au service des besoins de l’humanité.

24Pour éviter toute mésinterprétation, je tiens à préciser que je ne revendique ni ne prône ici le fait que les hommes mènent des activités économiques d’un certain type et les femmes des activités d’un autre type. Je ne pense pas non plus que nous puissions résoudre le problème en demandant aux économistes en quête d’une approche plus riche de devenir des sociologues (comme cela a plus d’une fois été suggéré). Il serait indéniablement utile qu’économistes et sociologues s’enrichissent mutuellement mais, dans l’état actuel de la discipline, la sociologie a ses propres problèmes (comme les sociologues féministes ont été promptes à le montrer). En outre, elle traite de phénomènes sociaux plus généraux que la simple fourniture des biens et services nécessaires à la vie. La version matérielle de la définition de l’économie fondée sur l’approvisionnement trouve son origine dans les travaux de plusieurs économistes, parmi lesquels Adam Smith et Alfred Marshall, et survit sous la forme d’un courant sous-jacent – plutôt que prestigieux – de la pensée économique. Je pense que nous devons nous réapproprier le mot économie au lieu de tenter de conserver les idées économiques prestigieuses en l’état et de mettre de côté les opinions dissidentes. Peut-être pourrions-nous commencer par cesser de faire de la « théorie mathématique du choix individuel » et de la « théorie économique » des termes substituables et de ne plus considérer l’« approche économique » comme synonyme de « l’approche par la théorie du choix ».

  • 4 Nelson, J. 1993. Beyond economic man. (Eds.) M. A. Ferber et J. A. Nelson. Chicago et Londres : Uni (...)

25Est-il trop prosaïque ou trivial de définir l’économie comme une discipline principalement axée sur l’étude des modalités selon lesquelles les êtres humains, en relation avec leurs congénères et leur environnement, garantissent leur propre survie et veillent à leur propre santé ? Une réponse affirmative à cette question en dirait plus long sur le regard que nous portons sur notre propre existence physique (et genrée) que sur la considération que nous devrions accorder aux différentes définitions de l’économie.4

Bibliographie

Becker, G. S. 1976. The economic approach to human behavior. Chicago : University of Chicago Press.

Bordo, S. 1986. The cartesian masculinization of thought. Signs. 11 : 439-456.

Debreu, G. 1991. The mathematization of economic theory. American Economic Review. 81 : 1-7.

Georgescu-Roegen, N. 1966. Analytical Economics. Cambridge : Harvard University Press.

Georgescu-Roegen, N. 1970. The economics of production. American Economic Review. 60 : 1-9.

Georgescu-Roegen, N. 1971. The entropy law and the economic process. Cambridge : Harvard University Press.

Harding, S. 1986. The science question in feminism. Ithaca : Cornell University Press.

Keller, E. F. 1983. A feeling for the organism : the life and work of Barbara McClintock. New York : Freeman.

Keller, E. F. 1985. Reflections on gender and science. New Haven : Yale University Press.

Lakoff, G. et M. Johnson. 1980. Metaphors we live by. Chicago : University of Chicago Press.

Margolis, H. 1987. Patterns, thinking, and cognition. Chicago : University of Chicago Press.

Marshall, A. 1920. Principles of economics. 8e édition. Londres : Macmillan.

Merchant, C. 1980. The death of nature. San Francisco : Harper & Row.

Mirowski, P. 1991. The when, the how and the why of mathematical expression in the history of economic analysis. Journal of Economic Perspectives. 5(1) : 145-157.

Nelson, J. A. 1991. Quality variation and quantity aggregation in consumer demand for food. American Journal of Agricultural Economics. 73(4) : 1204-1212.

Nelson, J. A. 1992. Gender, metaphor, and the definition of economics. Economics and Philosophy. 8(1) : 103-125.

Nelson, J. A. 1993. Value-free or valueless ? Notes on the pursuit of detachment in economics. History of Political Economy. 25(1).

Nelson, J. A. 1996. Feminism, objectivity and economics. Londres et New York : Routledge.

Robbins, L. 1952. An essay on the nature and significance of economic science. 2e édition. Londres : Macmillan. Parution originale 1935.

Sen, A. 1984. Resources, values, and development. Cambridge : Harvard University Press.

Smith, A. 1986. An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations. In The essential Adam Smith. (Ed.) R. L. Heilbroner. New York : W. W. Norton. Parution originale 1776.

Stern, K. 1965. The Flight from woman. New York : Noonday Press.

Notes

1 Dans la suite de ce texte, je m’appuie sur les idées exposées dans Nelson (1992) en les approfondissant.

2 NdT : Margolis (1987) définit la cognition comme un processus combinant le raisonnement (reasoning-why), soit une analyse critique menée étape par étape, et la reconnaissance de schémas connus (seeing-that), qui suppose la perception non moins importante d’une logique de fonctionnement plus générale (traduction de Nelson 1996, 28).

3 NdE : Ensemble des pratiques et relations sociales déployées pour assurer la satisfaction des besoins matériels et non matériels.

4 Nelson, J. 1993. Beyond economic man. (Eds.) M. A. Ferber et J. A. Nelson. Chicago et Londres : University of Chicago Press. 23-36. Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud.

Auteur

Département d’économie, Université du Massachussetts, Etats-Unis.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search