Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Les chaînes élémentaires l'existentiel au quotidien

Espaces féminins, espaces masculins. L’exemple pachtoune du nord Pakistan

Arlette Ziegler

Texte intégral

  • 1 C’est à Mingora qu’une recherche du Fonds suisse de la recherche scientifique se poursuit depuis de (...)

1Ce qui frappe d’emblée le visiteur (et plus encore la visiteuse !) arrivant dans une ville du nord-ouest du Pakistan est, non pas l’architecture ou l’animation du bazar, mais la quasi absence des femmes dans l’espace public. Ce fait signale ainsi immédiatement une caractéristique fondamentale de l’organisation sociale prévalant dans cette région : la séparation drastique des mondes masculin et féminin. Aux hommes l’usage de l’espace public (la rue, l’espace marchand, la mosquée), aux femmes l’intérieur de la maison. Ainsi la ville, dans ses dimensions politique, économique et d’échange social, est réservée au seul monde masculin. Cette situation prévaut à Mingora1, chef-lieu du district de la Swat, l’une des plus belles vallées de cette région.

  • 2 Les Pachtounes vivent au Pakistan (provinces du Baloutchistan et de la Frontière du Nord-Ouest) et (...)
  • 3 Pouvoir qu’un informateur masculin illustre en expliquant que son épouse peut choisir comment elle (...)
  • 4 Rappelons que les taleban d’Afghanistan sont pachtounes ; leur rigorisme fondamentaliste (obligatio (...)
  • 5 Voir à ce sujet Bénédicte Grima, The Performance of Emotion among Paxtun Women, Oxford Pakistan Pap (...)

2De toutes les sociétés d’Asie du Sud, ce sont les Pachtounes2 qui appliquent le plus rigoureusement la réclusion des femmes, autrement dit la purdah. Cela signifie que celles-ci ne peuvent pas sortir librement de chez elles (et si elles sortent de leur maison, ou plus précisément de la maison de leur époux ou de leur père, c’est voilée au minimum du foulard et plus souvent de la burka, la fameuse « tente » grillagée aux yeux). Elles ne sauraient échanger une parole ou un regard avec un homme, hormis, pour faire bref, leurs pères, frères, époux et fils, mais peuvent rencontrer d’autres femmes sous réserve de l’assentiment des pères, frères et époux. Il y a donc une stricte séparation entre le monde masculin et le monde féminin, entre les espaces dévolus aux femmes et ceux pratiqués par les hommes. Des femmes, les hommes disent qu’elles exercent le pouvoir à l’intérieur de la maison3 alors qu’eux sont responsables de les faire vivre. Comme la place des femmes est la maison, leur rôle clairement assigné est de l’entretenir et d’élever leurs enfants. Les Pachtounes affirment ainsi respecter à la lettre les règles musulmanes dont ils sont fervents zélateurs4 bien qu’ils semblent plutôt obéir au code de l’honneur pachtoune, le pukhtunwali, qui régit notamment les règles de comportement entre hommes et femmes. La règle de la purdah est d’autant plus contraignante et strictement appliquée que la catégorie sociale s’élève. Dans les familles modestes en milieu rural, les femmes iront aux champs, laveront à la rivière, en évitant bien sûr tout contact avec des hommes, alors que l’épouse d’un khan (notable de village) ne sortira pas de sa cour. C’est dans cet étroit carcan que les femmes des villages ont traditionnellement développé leur créativité, selon deux axes : le premier est celui de l’expression, verbalisée et ritualisée, des joies et peines de la vie féminine, expression souvent poétique qui nourrit la sociabilité entre les femmes5 ; le second comprend notamment la décoration des maisons, les broderies, car si le tissage est l’apanage des hommes, la broderie est celui des femmes qui confectionnent aussi bien des coussins pour le charpoi (le lit de cordes tressées), des panneaux brodés, que les plastrons pour les chemises et les bas de pantalon de leurs vêtements. C’est dans ces deux sphères d’expression, verbale et matérielle, que les femmes ont développé leur propre registre symbolique et une forme de sociabilité qui, bien que dénigrés voire déniés par les hommes, n’en constituent pas moins les instruments indispensables de la production et de la reproduction de leur espace.

La maison, espace de créativité des femmes

Illustration : Marie Thorndahl

3Dans le monde rural comme dans le monde urbain, la maison, domaine des femmes, obéit au même plan : c’est une habitation à toit plat sur cour, entourée d’un mur sans ouverture sur l’extérieur à l’exception de la porte. Les différentes pièces ouvrent sur une véranda qui sert souvent de cuisine. Un point d’eau dans la cour, un muret à l’angle de celle-ci délimitant les lieux d’aisance sans évacuation des eaux usées, complètent le confort de la plupart des habitations des classes modestes et moyennes. Enfin, pratiquement toutes les maisons comportent une hujrah, pièce à laquelle les femmes n’ont pas accès lorsque les hommes de la maison y reçoivent les hôtes masculins ; son entrée est conçue de telle sorte que les invités ne puissent entrevoir l’espace des femmes.

4La principale différence entre habitations urbaines et rurales réside dans le choix des matériaux : les premières sont presque toujours construites en briques ou parpaings pour les murs, une dalle de ciment faisant office de couverture. En milieu rural en revanche, on utilise un appareil de pierre et de terre pour les murs, les toits-terrasses étant de terre damée sur charpente de bois. Comme pour toutes les maisons de terre du monde, il est nécessaire de refaire régulièrement les enduits pour protéger les murs des intempéries. Cette tâche est dévolue aux femmes, et elles ont ainsi développé non seulement un savoir-faire, mais également un remarquable registre décoratif utilisant autant la technique du stucage que celle de la peinture. Les maisons doivent être réenduites une ou deux fois par année, mais on peut refaire ou rafraîchir les décors plus souvent, ce que l’on ne manquait pas de faire en cas de fête religieuse, de mariage ou de toute autre célébration. La plupart des motifs sont inspirés par la flore et le décor se nomme alors gulkari, ce qui signifie fleurir. Un autre motif fréquent est un triangle ouvert (un V renversé) qui symbolise le mirhab. À partir de ces thèmes assez simples, les femmes composent des décors très variés. Si tous les murs doivent être enduits, tous ne sont pas décorés. On ornera d’abord les silos à grain et le coin cuisine s’il est aménagé dans la véranda, ensuite la pièce principale, celle de la maîtresse de maison. Notons que l’hujrah, pièce de réception qui est la seule ouvrant sur le monde extérieur, n’est guère l’objet des décorations féminines, renforçant s’il était nécessaire son caractère masculin mais soulignant aussi que la séparation des mondes va jusqu’à y interdire toute évocation des femmes, toute reconnaissance de leur capacité. Lorsqu’on dit que la maison est le domaine des femmes, il faut entendre que la partie féminine de la maison est le domaine des femmes ! Cela étant, les femmes décorent également la mosquée, dans le même registre formel et avec les mêmes techniques, situation d’autant plus paradoxale avec ce qui précède qu’elles n’y ont quasiment pas accès puisqu’elles prient à la maison.

5Les femmes s’entraident pour ces réalisations, elles vont ensemble chercher la terre convenable, et bien évidemment ces savoirs se transmettent de mère en fille ; des réseaux de sociabilité se créent et s’entretiennent par ce biais. On constate ainsi qu’au village les femmes interviennent dans les espaces significatifs de la communauté et qu’en outre, en allant chercher la terre, travailler au champ, en pratiquant la cueillette ou en lavant à la rivière, elles ont accès à des espaces variés. Elles possèdent du bétail et soignent le poulailler dont elles tirent un revenu. Les tâches féminines du monde rural sont sans aucun doute très lourdes mais on peut suggérer que la variété des activités, des espaces de créativité et de sociabilité, ainsi qu’une relative maîtrise de leur environnement, les rendent plus aisément supportables.

Le milieu urbain

  • 6 C’est la taille d’une ville moyenne européenne telle Genève ou Chambéry.
  • 7 Comme dans nombre de villes des pays en développement, la croissance urbaine anarchique entraîne de (...)
  • 8 Ces avantages (primes à l’investissement, franchises d’impôt, etc.) étaient de plus confortablement (...)

6La situation des femmes en milieu urbain diffère assez sensiblement. Il faut donc nuancer ce qui précède. Car si la vallée de la Swat est largement agricole, elle connaît une développement urbain qui est particulièrement marqué dans la ville de Mingora qui compte actuellement 180 000 habitants6. Ce développement urbain7 s’est fait en relation avec l’installation d’industries textiles et cosmétiques induite par des substantiels avantages fiscaux accordés par le gouvernement pakistanais dans le cadre de l’encouragement aux industries8, en créant une bulle de croissance artificielle. L’habitat est plus dense qu’en milieu rural et réduit d’autant l’espace vital de la maison et de sa cour, donc l’espace vital des femmes. On constate néanmoins que le plan traditionnel perdure dans tous les cas, même dans des bâtiments à plusieurs étages : les cours, les vérandas et les chambres sont disposées de façon à interdire tout regard indiscret, que ce soit entre unités de résidence ou depuis l’extérieur.

  • 9 Nessim Barone et Uzma Hashimi, Creativity within Confinement : The Role of Art in the Lives of Pukt (...)
  • 10 Voir à ce sujet Thierry Mauger, Tableaux d’Arabie, Arthaud, 1996.

7Comme le précise une autre contribution de ce même volume9, les nouvelles techniques de construction et l’introduction des peintures industrielles privent les femmes d’un de leurs principaux modes d’expression, la décoration des maisons, qui relève maintenant de la compétence masculine. Cette situation semble spécifique, si ce n’est au monde pachtoune, à tout le moins à la région de Mingora. Car des exemples montrent qu’en Arabie saoudite par exemple, la disponibilité de nouvelles techniques a, au contraire, exacerbé l’art décoratif et que les femmes (dont cela a toujours été le domaine de compétence) décorent plus que jamais leurs maisons, en façade comme à l’extérieur, y compris la pièce de réception, le majlis10. Là, la modernisation a permis, dans ce champ précis, un développement de la créativité des femmes, alors qu’à Mingora elle l’a ruinée.

Un avatar de la tradition

  • 11 Un meilleur accès aux services de base n’est quasiment jamais évoqué parmi les raisons de vivre en (...)
  • 12 Charles Lindholm, Frontier Perspective, Oxford University Press, 1996, p. 31.

8Ce phénomène est aussi ambigu que l’est sa perception car il exprime, simultanément, les transformations profondes et la subsistance des schémas de relation hommes-femmes dans la culture pachtoune lorsqu’elle se confronte aux processus d’urbanisation et à l’intégration à l’économie de marché pakistanaise. Le choix de vivre en ville suppose toujours, et avant tout, le désir d’augmenter ses revenus, d’être plus riche11. Mais s’établir en ville signifie passer d’une logique d’autonomie et d’indépendance où les différences de ressources à l’intérieur du village sont très peu marquées, où « chaque homme consomme le produit de son propre champs et où personne ne s’occupe de ses voisions, la société pachtoune idéale étant celle où il n’y a ni réciprocité ni échange, où chaque homme est autosuffisant et se tient à l’écart »12 à une logique marchande où les différences doivent s’affirmer et où l’autosuffisance n’est évidemment plus réalisable.

  • 13 Ainsi les bijoux sont en or et de même facture que ceux qu’on trouve dans tout le sous-continent al (...)

9Tant les hommes que les femmes rencontrés en conviennent : construire (ou plutôt faire construire) une « maison moderne », c’est afficher un nouveau statut social supérieur, c’est un progrès et un signe de richesse. Dans cette logique, les biens achetés valent plus, symboliquement, que ceux autoproduits. Cela entraîne deux conséquences majeures pour l’espace féminin. D’une part, les femmes sont maintenant exclues d’une participation active à la production de leur espace puisque leur apport est dénié par la logique d’acquisition : elles ne sont plus créatrices mais consommatrices et même, pourrait-on dire, des faire-valoir des biens acquis par le revenu de l’époux. Ce que confirmerait la très forte augmentation des parures féminines (vêtements et bijoux13), comme des biens d’équipement domestiques qui doivent plus être exhibés qu’utilisés. D’autre part, l’environnement urbain les prive de facto de la variété d’espaces qu’elles connaissaient en milieu rural : plus de champ à travailler, possibilités de cueillette réduite, et évidemment plus de bétail produisant un revenu : les espaces féminins sont singulièrement rétrécis en milieu urbain.

10On assiste ainsi à une situation paradoxale qui fait que la purdah se renforce en milieu urbain malgré, ou plutôt à cause de, la modernisation. Comme elle correspond à un idéal dans lequel la femme d’un mari riche reste à la maison et ne travaille pas, n’a pas d’activité physique, fait des enfants et porte sur elle les symboles de la réussite de son époux, elle est évidemment valorisée et revendiquée, tant par les hommes que par les femmes urbanisés.

Une crise porteuse d’espoirs

11Derrière cette image d’accord sur des valeurs tant traditionnelles que de la modernité, il y a une fêlure. Lors des enquêtes sur place, une récurrence est apparue comme troublante : en milieu urbain, toutes les femmes sans exception se plaignaient de leur situation : elles étaient épuisées – et pourtant leurs tâches sont nettement moins lourdes qu’au village –, la vie était chère et bien difficile, l’argent si rare…

  • 14 Situation qui peut s’observer dans tout le Pakistan. La récente destitution de Benazir Bhutto s’exp (...)

12Ce constat ouvre sur deux interprétations possibles qui ne s’excluent d’ailleurs pas. La première voudrait que les femmes sont mal dans leur peau en ville car elles sont privées de la maigre autonomie, du peu de pouvoir et du cadre de sociabilité féminine s’exprimant entre autres par l’espace de créativité qu’elles avaient en milieu villageois. La seconde tendrait plutôt à considérer que, parce que la situation économique s’est dégradée14, et parce que la bulle de croissance de Mingora a explosé, entraînant la fermeture des industries du jour au lendemain, les milliers de chômeurs hommes n’ont plus les moyens d’entretenir leur famille et de permettre à leurs femmes d’assumer le statut social qu’elles occupaient avant la crise. En étant totalement dépendantes du revenu des hommes, elles subissent encore plus fortement ce choc, et à double titre. Les besoins vitaux deviennent plus difficiles à satisfaire, l’éducation des enfants s’en ressent, l’accès aux soins de santé devient illusoire. Mais cette baisse de revenu leur fait également perdre, face au mari et surtout face aux autres femmes, leur rôle de représentation du rang de la famille.

  • 15 Il s’agit notamment des quartiers de Bangladesh, ainsi nommé parce qu’il est construit en zone inon (...)

13Cette situation amène ainsi à une requête qui peut sembler paradoxale dans cette société si traditionnaliste. Face à l’incurie des pouvoirs publics, les habitants des quartiers les plus pauvres15 particulièrement atteints par la crise commencent à s’organiser pour gérer leur environnement et pour demander que des programmes de génération de revenu pour les femmes soient mis sur pied. Bien loin d’être imposée, cette démarche semble largement soutenue par leurs compagnes dont les yeux ont bien souvent brillé en évoquant leur rêve d’une machine à coudre qui devait à coup sûr générer du travail, des revenus, en bref un bien-être retrouvé…

14Certes un travail des femmes pourrait leur rendre une certaine autonomie et les valoriser, mais il faut comprendre qu’il n’est envisagé que dans des entreprises familiales ne les mettant pas en contact avec le monde masculin. On peut cependant redouter que si la situation économique générale s’améliore, les anciens schémas ne reprennent bien vite toute leur force et que les femmes ne se retrouvent à la place que leur assignent les hommes. Cette crainte s’appuie sur le fait qu’à Mingora et dans la Swat, l’émergence des taleban en Afghanistan est perçue comme un fait positif. La plupart des hommes partagent cette idéologie ancrée dans le code d’honneur pachtoune et estiment indispensable l’enfermement des femmes dans la cour familiale et dans un rôle strictement traditionnel.

15Pourtant des expériences positives existent ailleurs au Pakistan, et même en milieu pachtoune. À Karachi par exemple, dans le quartier d’Orangi comptant plus d’un millier d’habitants en majorité pachtounes, se sont développées de nombreuses petites entreprises féminines génératrices de revenus. Des femmes y ont créé des entreprises familiales (environ un millier) de couture, de broderie, de fabrication de glaces et yogourts. Un des aspects les plus positifs de ce vaste programme est que, dans le même temps, des programmes d’éducation ont été mis en place. Ainsi, environ 90% des femmes d’Orangi sont maintenant scolarisées alors que Mingora n’en compte au maximum que 20%. Les premières ont ainsi acquis une autonomie réelle, tant financière que personnelle, ce qui ne serait pas obligatoirement le cas pour les secondes si la création d’emplois ne s’associe pas à l’accès à l’éducation.

  • 16 Charles Lindholm, op. cit., développe la conception pachtoune de la supériorité et de l’infériorité (...)

16Pour conclure, il semble utile de souligner plusieurs points. D’abord, qu’un problème à première vue assez banal – la disparition des décors, traditionnellement créés par les femmes, dans les maisons urbaines – ouvre des interrogations beaucoup plus vastes. Bien loin d’être une question folklorique, c’est toute la relation entre hommes et femmes dans une société en transition qui y est mise en perspective. Elle oblige à s’interroger sur les espaces respectivement féminins et masculins, en termes d’usages certes, mais aussi de pouvoir et d’autonomie. Ces espaces ne sont pas neutres, ni figés immuablement. Ils se modifient dans l’histoire et les tensions relevées à Mingora montrent qu’au moment de la modernisation et de l’urbanisation, le rééquilibrage des rapports entre hommes et femmes se heurte à des résistances certaines. La redistribution des compétences et rôles respectifs est pourtant indispensable, obligeant tant les hommes que les femmes pachtounes à repenser l’idée centrale de la culture pachtoune16 qui affirme que les femmes, comme les enfants, sont « naturellement » incapables de jugement et d’honneur, qualités qui sont « naturellement » l’attribut des hommes. Ensuite, une démarche qui tendrait à ne considérer que l’aspect féminin dans l’analyse, pour ne prendre en compte que le devenir des femmes dans une perspective de développement, serait de facto dépourvue de pertinence et vouée à l’échec. C’est dans ce sens que des programmes générateurs de revenus pour les femmes n’auront de validité que s’ils s’insèrent dans une démarche plus vaste et plus globale qui implique les hommes dans leur perception du monde féminin. Enfin, il faut heureusement convenir que le processus est bel et bien en marche. Partout au Pakistan, dans la province du Nord-Ouest à forte composante pachtoune comme ailleurs, les ONG se préoccupant du devenir des femmes se développent rapidement. Elles promeuvent l’entrepreneuriat féminin, l’éducation des femmes et la santé de base. Si, à Mingora, de telles ONG n’ont pas encore vu le jour, il est vraisemblable que ce sera le cas un jour prochain.

Notes

1 C’est à Mingora qu’une recherche du Fonds suisse de la recherche scientifique se poursuit depuis deux ans (module 7 « La gestion prévisionnelle de l’environnement urbain dans les villes intermédiaires »). C’est dans ce cadre qu’une enquête sur l’environnement des femmes a été menée.

2 Les Pachtounes vivent au Pakistan (provinces du Baloutchistan et de la Frontière du Nord-Ouest) et en Afghanistan.

3 Pouvoir qu’un informateur masculin illustre en expliquant que son épouse peut choisir comment elle préparera les aliments que lui a choisis et achetés au marché.

4 Rappelons que les taleban d’Afghanistan sont pachtounes ; leur rigorisme fondamentaliste (obligation du port de la barbe pour les hommes et interdiction du vêtement occidental, port de la burka et interdiction de travailler pour les femmes) a été suffisamment évoqué pour qu’on ne s’y attarde pas.

5 Voir à ce sujet Bénédicte Grima, The Performance of Emotion among Paxtun Women, Oxford Pakistan Paperbacks, 1993, et Sayd Bahodine Marjou, Le suicide et le chant, Gallimard, Connaissance de l’Orient, 1994.

6 C’est la taille d’une ville moyenne européenne telle Genève ou Chambéry.

7 Comme dans nombre de villes des pays en développement, la croissance urbaine anarchique entraîne de graves problèmes d’environnement. Ainsi l’adduction d’eau potable n’est pas assurée et, le système d’égout étant inexistant, la concentration humaine génère de nombreux problèmes de santé. En outre, l’intrication de l’habitat et des activités se traduit par une forte pollution de l’air, de l’eau, et par des nuisances sonores.

8 Ces avantages (primes à l’investissement, franchises d’impôt, etc.) étaient de plus confortablement augmentés par la contrebande des matières premières, pour ne citer que cet aspect.

9 Nessim Barone et Uzma Hashimi, Creativity within Confinement : The Role of Art in the Lives of Pukthum Women of Pakistan.

10 Voir à ce sujet Thierry Mauger, Tableaux d’Arabie, Arthaud, 1996.

11 Un meilleur accès aux services de base n’est quasiment jamais évoqué parmi les raisons de vivre en ville.

12 Charles Lindholm, Frontier Perspective, Oxford University Press, 1996, p. 31.

13 Ainsi les bijoux sont en or et de même facture que ceux qu’on trouve dans tout le sous-continent alors qu’ils étaient traditionnellement en argent ; les shalwar qamiz reprennent les formes qu’on connaît à Lahore, par exemple.

14 Situation qui peut s’observer dans tout le Pakistan. La récente destitution de Benazir Bhutto s’explique autant, sinon davantage, par une situation économique désastreuse que par une corruption endémique.

15 Il s’agit notamment des quartiers de Bangladesh, ainsi nommé parce qu’il est construit en zone inondable, et de Shagai ; d’autres suivent le mouvement puisque cinq CBO (community-based organisations) ont vu le jour dans les douze derniers mois,

16 Charles Lindholm, op. cit., développe la conception pachtoune de la supériorité et de l’infériorité dans le chapitre 12.

Table des illustrations

Crédits Illustration : Marie Thorndahl
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Lire

Open access