Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des brèches dans la ville

 | 
Christine Verschuur
, 
François Hainard

Mouvements de quartier, recherche-action et rapports de genre

Bénéficiaires actives ou citoyennes critiques ? La participation des femmes pauvres dans la gouvernance locale, Kerala, Inde

Sandra Walter

Résumé

Dans les années 1990, l’Etat du Kerala a mis en œuvre plusieurs réformes institutionnelles qui ont transformé, dans une certaine mesure et à différents niveaux, le processus de décision concernant le développement des infrastructures et des services environnementaux dans les quartiers défavorisés. Par l’une de ces réformes, les femmes pauvres se sont vu confier un rôle majeur dans la lutte contre la pauvreté et pour le développement de leur quartier. Cet article présente brièvement les implications du renforcement de la participation des femmes pauvres au niveau local et les contraintes auxquelles ces dernières se retrouvent confrontées. Il se base sur les résultats préliminaires de notre recherche de terrain dans la ville de Thiruvananthapuram au cours des années 2004 et 2005.

In the 1990s the state of Kerala implemented several institutional reforms that transformed, to a certain extent and at various levels, the decision-making process about infrastructure and environmental services development in the poorer neighbourhoods. Following one of these reforms, women have been assigned a major role in the fight against poverty and for development in their neighbourhoods. This article briefly presents the implications of the strengthening of poor women’s participation at local level and the constraints that these women have to face. It is based on the preliminary results of my field research in the city of Thiruvananthapuram during 2004 and 2005.

En los años 90, el Estado del Kerala puso en marcha varias reformas institucionales que transformaron, en cierta medida y a distintos niveles, el proceso de decisión relativo al desarrollo de las infraestructuras y servicios medioambientales en los barrios desfavorecidos. A través de una de estas reformas, las mujeres pobres han sido elegidas o priorizadas (confiadas) para ejercer un rol principal en la lucha contra la pobreza y el desarrollo de su barrio. Este artículo presenta brevemente las implicancias del fortalecimiento de la participación de las mujeres pobres a nivel local y las dificultades a las cuales estas últimas se encuentran enfrentadas. El artículo se basa en los resultados preliminares de nuestra investigación en el terreno, en la ciudad de Thiruvananthapuram durante los años 2004 y 2005.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce terme inclut l’eau, l’assainissement, les égouts et le ramassage des ordures, tous ayant une inf (...)
  • 2 Government of Kerala, 2002, Economic Review, State Planning Board, Thiruvanathapuram.

1Dans les années 1990, le Kerala a connu plusieurs réformes institutionnelles qui visaient notamment à transformer la prise de décision et la planification du développement au niveau local. Dans le cadre de cette recherche, nous nous intéressons plus particulièrement aux implications de ces réformes pour le développement des infrastructures et services environnementaux dans les quartiers défavorisés1. Selon le Gouvernement du Kerala, le processus de décentralisation a contribué à améliorer l’accès des populations démunies aux infrastructures et services de base2. Cependant, il est aussi dit que si le processus de décentralisation a été un tant soit peu favorable aux pauvres, cela est dû à l’intervention des femmes, membres de Kudumbashree, dans les assemblées de circonscription et de village. Kudumbashree est le nom de la mission étatique de lutte contre la pauvreté, une lutte qui repose essentiellement sur l’activisme des femmes pauvres. Ces dernières, en plus de jouer un rôle clé dans la mise en œuvre des programmes de développement financés par le Centre et l’Etat, auraient donc aussi investi en force les assemblées de circonscriptions, la première étape du processus de planification. Ce qui n’est pas rien dans un contexte où les nouveaux espaces politiques n’échappent généralement pas aux hiérarchies locales, notamment celle de caste, de classe et de genre. Avant de pouvoir parler d’une reconfiguration sociale du processus de participation, il est cependant nécessaire d’observer de plus près la qualité et le sens de cette participation et la nature des nouveaux espaces démocratiques créés par le processus de décentralisation.

2Notre recherche a lieu dans la ville de Thiruvananthapuram, la capitale du Kerala. En 2004 et 2005, nous avons effectué plusieurs dizaines d’interviews avec les conseillers municipaux et membres de Kudumbashree dans les diverses circonscriptions de la ville, afin d’obtenir une vue d’ensemble des transformations occasionnées par les réformes. Puis nous avons sélectionné un quartier comme étude de cas où nous poursuivons nos interviews depuis. Le terrain devrait se compléter en 2006.

Les réformes et le développement des quartiers défavorisés

  • 3 Jeffrey Robin, 2001 (1992), « Politics, Women and well-being : How Kerala Became “A Model” » Oxford (...)
  • 4 Le 74e amendement constitutionnel visait à renforcer l’autonomie politique et administrative des au (...)

3L’Etat du Kerala a longtemps été perçu comme un modèle, pour avoir atteint un niveau de développement social élevé, sans pour autant être accompagné par un développement économique équivalent. Ces résultats sont attribués par de nombreux chercheurs à la mobilisation politique et sociale de la population et aux politiques publiques qui s’ensuivirent.3 Cependant, depuis le milieu des années 1980, de plus en plus de voix s’élèvent pour souligner que le modèle du Kerala est un modèle en crise, voire un échec. Et, malgré les réformes mises en œuvre, le Kerala des années 1990 reste confronté au taux de chômage le plus élevé de l’Inde et à une crise fiscale qui remet en question le rôle de l’Etat en terme de développement humain et de redistribution. Dans ce contexte, le Front de Gauche, de retour au pouvoir en 1996, a saisi l’opportunité présentée par les 73e et 74e amendements constitutionnels4 pour chercher à résoudre la crise structurelle de l’Etat. L’objectif de la réforme engagée était non pas de diminuer le rôle de l’Etat, mais de renforcer le secteur public en déléguant la responsabilité de la provision des services et du développement aux gouvernements locaux. Cette tentative, connue sous le nom de « People’s Plan », consistait à instaurer un processus de planification participatif.

  • 5 La décentralisation en tant que processus politique ne se fait pas sans résistance. Dans le cas du (...)
  • 6 Ces comités sont composés d’au moins 50 membres sélectionnés par le conseiller élu. Ils doivent êtr (...)

4En ce qui concerne les développements des infrastructures et services environnementaux dans les quartiers défavorisés, ces réformes ont plusieurs implications. Premièrement, la lutte contre la pauvreté et le développement des quartiers défavorisés sont devenus des fonctions municipales, dans le cadre des nouvelles législations municipales. Deuxièmement, 35 à 40 % des fonds du budget alloué à l’Etat sont dévolus aux gouvernements locaux. Il y a donc une réelle augmentation des moyens financiers de ces derniers, même si cela ne se fait pas sans résistance5. Par ailleurs, des mesures ont été prises pour s’assurer que les populations marginalisées jusqu’à présent dans le processus de développement ne soient pas laissées pour compte. Un pourcentage est donc réservé à ces catégories, notamment : 10 % pour le développement des bidonvilles et la réinstallation des populations délogées des quartiers insalubres ; 5 % pour les SC/ST, dans des quartiers où au moins 50 % de la population appartient à ces catégories ; 2 % pour la cellule locale de Kudumbahsree et 10 % pour des projets concernant les besoins spécifiques des femmes. Et, troisièmement, on assiste à la création de comités6 et de conventions de circonscription qui sont à la base du processus de planification. Les comités prévus par le 74e amendement constitutionnel ont notamment pour fonction d’établir les priorités concernant le développement local et de sélectionner les bénéficiaires des programmes d’aide. Les conventions, elles, sont liées à la Campagne pour une planification populaire. Elles visent à donner l’opportunité à tous les citoyens d’exprimer leurs besoins, au lieu de laisser cette tâche aux experts du comité. Les besoins exprimés par les participants sont ensuite traités en priorité par les membres du comité de circonscription puis envoyés aux échelons supérieurs du processus de planification.

5Dans le cas de la colonie choisie comme étude de cas, un des leaders politiques résume l’impact de ces réformes en ces termes :

  • 7 Interview, octobre 2005.

« La différence est qu’auparavant, nous devions réclamer les services et infrastructures désirés. Comme lorsqu’il n’y avait pas de toilettes, nous allions les réclamer. Réclamer signifie que nous en avons besoin et que vous devez nous les donner. Mais aujourd’hui, au travers du “People’s Plan”, c’est différent. Ils disent que si c’est un bidonville, ils doivent donner. Nous n’avons donc plus besoin d’aller et de demander. Le gouvernement a une provision que les gens ont un droit, donc ils doivent les donner. […] Ceci est la différence »7

Kudumbashree : la lutte contre la pauvreté devient une affaire de femmes

  • 8 Société de développement communautaire (CDS) au niveau municipal, Société de développement zonal (A (...)
  • 9 Kadiyala Suneeta, 2004, « Scaling up Kudumabshree – Collective Action for Poverty Allievation and W (...)

6A l’origine de Kudumabshree, il y a le programme UBSP (services urbains de base pour les pauvres), sponsorisé par le Gouvernement indien et UNICEF. Ce programme, lancé à Thiruvananthapuram en 1992, cherchait à mettre les femmes pauvres, en tant que mères de famille, au centre de la distribution des services de base dans les quartiers défavorisés. Il repose sur une structure spécifique en trois niveaux8 et implique donc une décentralisation du processus de décision concernant l’usage de ces fonds. Les objectifs étaient cependant prédéfinis et la participation des femmes devait permettre surtout d’améliorer la mise en œuvre de ce programme. Il subira plusieurs transformations à partir de 1995, notamment liées au retrait de l’UNI-CEF et à l’intégration d’autres objectifs, sa structure reste cependant utilisée pour la distribution des principaux programmes de lutte contre la pauvreté. En 1999, se crée la nouvelle « mission étatique de lutte contre la pauvreté », nommée « Kudumbashree » (prospérité de la famille) qui conserve cette structure et la propage progressivement à l’ensemble de la ville. Il est bon de noter que depuis le lancement du programme national de développement des bidonvilles en 1997, Kudumbashree contrôle la principale source de fonds pour le développement des infrastructures et services de base dans les quartiers démunis. Cependant, les activités de microcrédit et d’épargne prennent de plus en plus d’importance, en comparaison des enjeux qui étaient à la base du projet : santé, éducation et assainissement.9 Outre, un meilleur usage des fonds et une sélection des bénéficiaires plus juste, des constructions de plus grande qualité (sous l’œil vigilant des femmes) seraient les principaux avantages de ce système. Le sous-usage des fonds existe aussi, principalement lié à la difficulté pour les potentiels bénéficiaires de répondre aux exigences administratives, notamment celle du titre de propriété.

  • 10 Ces termes furent utilisés par le chef de projet responsable du CDS de Thiruvananthapuram pour m’ex (...)
  • 11 Les divisions partisanes, la jalousie et le refus de voir son voisin obtenir davantage, quelle que (...)

7Outre les études concernant les conséquences concrètes de ce programme sur la pauvreté et le statut des femmes dans leur famille, d’autres se sont intéressées aux implications de ce type de réformes pour la citoyenneté des femmes pauvres. Si, un nouveau rôle est offert aux femmes pauvres ou une nouvelle forme d’agency, la question qui se pose est celle de la nature de ce rôle et ses implications pour la citoyenneté des femmes pauvres. Un premier élément est que ce programme repose sur l’idée que les femmes pauvres sont plus vulnérables mais aussi plus responsables vis-à-vis de leur famille et moins corrompues, si ce n’est aussi plus fiables en matière de remboursement. La responsabilisation des femmes fait face à un discours qui justifie l’exclusion des hommes de par le fait qu’ils sont alcooliques, irresponsables et incapables de s’unir au-delà des divisions partisanes.10 L’implication des femmes dans ces programmes a cependant eu, de leur point de vue, plusieurs avantages, outre les potentiels gains matériels. En ce qui concerne plus particulièrement les présidentes ADS, il s’agit notamment de l’augmentation de leur confiance en elle, de l’acquisition d’un certain statut dans la société, de l’amélioration de leur capacité d’interaction avec les autorités. Ce qui n’est pas négligeable dans le contexte indien, où le problème n’est pas tant l’inexistence de programmes d’aide que l’accès à ces programmes par les populations ciblées. Cependant, pour les membres leaders, les coûts sont aussi élevés. Tout d’abord, le travail de présidente ADS implique des dépenses (déplacements, téléphone) mais reste impayé, car basé sur le mode de l’activisme. Il nécessite du temps, ce que les femmes qui doivent travailler pour vivre et s’occuper de leur famille n’ont pas forcément. Par ailleurs, il implique souvent des conflits, parfois même violents, au sein des membres des unités ou de la communauté regardant la distribution des bénéfices. Les injures et accusations sont fréquentes et impliquent pour certaines présidentes ADS une tension et des soucis permanents. Et cela se répercute sur les relations familiales, lorsque les médisances et les rumeurs, atteignent le mari ou les enfants.11 Ce qui pousse parfois les femmes qui en sont victimes à se retirer de l’organisation.

  • 12 Government of Kerala, Economic Review 2003, State Planning Board, Thiruvananthapuram, 170.
  • 13 Devika J, 2005, Modernity with Democracy ? Gender and Governance in the People’s plan Campaign, Ker (...)
  • 14 Devika J, 2005, Modernity with Democracy…, p. 26. L’auteur ajoute que face à l’augmentation des pro (...)
  • 15 Ibid, p. 19.

8Si l’empowerment des femmes est au cœur de ce programme, il est avant tout dans le discours du Gouvernement du Kerala : « un instrument pour résoudre les enjeux complexes de ce secteur (eau et assainissement) »12. Ainsi, comme le souligne plusieurs chercheuses, les femmes pauvres deviennent les agentes de l’Etat pour le développement local et la réduction de la pauvreté.13 Le type d’agency qui leur est offert, par ailleurs, se focalise sur leur rôle de gardienne du foyer et de la communauté et reste dans le domaine du domestique, même si étendu à la sphère communautaire. Ce qui contribuerait à renforcer les normes de genre qui ont prévalu tout au long du XXe siècle. La seule nouveauté est que ce type d’agency est aujourd’hui offert aux femmes pauvres, même si adaptée à leur situation économique par l’ajout d’activités d’épargne et de microcrédit.14 Un autre argument est que la représentation des femmes comme apolitiques aurait aussi pu jouer un rôle dans la volonté de l’Etat de promouvoir la participation des femmes. Ce, dans un contexte où les divisions partisanes affectent le processus de développement de manière conséquente. Pour J. Devika, de telles politiques ne visent donc pas à donner une place aux femmes dans l’espace public en tant que citoyennes, en tant que catégorie politique ayant des droits mais à les utiliser comme agentes pour améliorer l’utilisation des fonds au niveau local. Et, au cœur de ce régime de transformation se trouve non pas un sujet politique – le travailleur homme – mais un agent de développement – la femme travaillant dans le secteur informel.15

9Les tensions avec les conseillers municipaux ou les leaders locaux des partis sont pourtant fréquentes, ce qui souligne le fait que le contrôle de ces fonds est un enjeu de pouvoir. Les leaders politiques locaux ont vu leur monopole sur la distribution de ces fonds remis en question. Comme le souligne la présidente CDS, la signature d’une femme pauvre devient tout aussi importante, si ce n’est plus importante que celle du conseiller élu, ce qui n’est pas facile à accepter pour ce dernier qui cherche de fait à s’immiscer dans le choix des bénéficiaires et à s’approprier le mérite lié à la distribution de ces fonds. Dans certains cas, notre impression était que la présidente ADS était carrément choisie par le parti dirigeant dans la circonscription. Dans d’autres, même si elle parle de coopération avec le conseiller élu, les rapports de pouvoir sont clairement en faveur de ce dernier. Cet extrait d’interview avec une présidente ADS reflète ce point :

Quoi que nous fassions dans la circonscription, nous devons le faire avec l’aide du conseiller élu. Nous ne pouvons pas prendre nos propres décisions. Nous devons faire ce que le conseiller élu nous dit, quoi qu’il dise. Nous ne pouvons pas dire que ce n’est pas juste, lorsqu’il fait quelque chose de mal. Ils sont les représentants du peuple, ils ont le public derrière eux. Même s’il y a des femmes derrière eux, elles ne vont pas forcément nous soutenir. Parce que tout est fonction du parti, nous pouvons seulement faire ce que le conseiller nous dit. Quelle que soit la colonie, c’est le parti qui est important. Même si nous faisons quelque chose, les gens ne sauront pas que nous l’avons fait. Cela sera connu comme quelque chose qui est fait par le parti ou le conseiller élu. Le nom de Kudumbashree n’est pas cité.

  • 16 Pourtant, selon la présidente CDS, Kudumbashree fonctionne mieux à Thiruvananthapuram que dans d’au (...)
  • 17 Interview 10 octobre 2005.

10Dans les cas où le conseiller élu favorise son parti, sa famille ou ses amis, ce rapport de forces peut donc contrer les objectifs de Kudumbashree. Ce rapport de pouvoir a, par ailleurs, été renforcé en faveur du conseiller élu, depuis que la municipalité a exigé que les décisions prises par la présidente ADS soient cosignées par le conseiller élu, ce qui n’était pas le cas auparavant. Ce suite aux plaintes des conseillers élus qui se voyaient exclus de la distribution des programmes d’aide et donc des bénéfices que celui qui les contrôle en retire.16 Les tensions et conflits sont de fait fréquents. Et dans les quelques cas où la présidente ADS s’oppose ouvertement à l’élu ou aux membres locaux des partis, elle est soumise à insultes, menaces et violence. Il est aussi bon de souligner que les présidentes ADS qui semblaient rencontrer le plus de tensions avec les partis ou élus locaux, mais qui s’avéraient capables d’y résister et de dénoncer le mauvais usage des fonds ou la sélection malhonnête des bénéficiaires, étaient celles qui avaient le plus d’expérience. Une des stratégies employées par les partis pour déstabiliser le travail des groupes de femmes était de convaincre les maris, membres du parti, d’empêcher leurs femmes de se rendre aux réunions avec des arguments du type : « si tu es un homme, pourquoi laisses-tu ta femme sortir de la maison et se promener librement dans le public ? »17.

La participation des femmes pauvres au processus de planification

  • 18 Cornwall Andrea, 2002, « Locating Citizen Participation » in IDS Bulletin, Vol. 33, No. 2, p. 51.

11En dehors de Kudumbashree, une autre source de fonds pour le développement des infrastructures et services environnementaux est le processus de planification au niveau local. La participation aux conventions de circonscriptions est la seule façon pour les femmes pauvres d’accéder à ce processus. La création de ces conventions ainsi que celles des comités font partie de ces réformes qui selon les termes de A. Cornwall visent à reconfigurer un certain type d’espace : celui existant entre les institutions et les citoyens, surtout celles de l’Etat. Pour comprendre le potentiel de ces espaces pour la participation citoyenne, il faut se poser des questions sur leur nature et leur dynamique de participation interne. Ces espaces sont, de fait, rarement neutres et ne sont pas toujours utilisés de manière égale par les différents acteurs.18 Nous allons donc nous arrêter sur les conditions d’accès à ces conventions, sur la nature de la participation et le type d’enjeux soulevés, afin de réfléchir à l’identité avec laquelle les femmes entrent dans ces espaces.

  • 19 Government of Kerala, Government Orders (M. S), No. 240/97/LAD.

12En termes de présence, les membres de Kudumbashree sont, comme nous l’avions déjà souligné, souvent dominantes dans les assemblées de circonscriptions. Selon, la présidente CDS, dans certaines conventions, elles représentent jusqu’à 90 % des participants. Cette participation était par ailleurs plus faible au départ, elle aurait progressivement augmenté suite au développement des groupes de Kudumbashree. Parallèlement avec le processus de décentralisation, Kudumbashree aurait pour mission, selon le Gouvernement du Kerala, de faciliter la participation des pauvres dans le processus de décentralisation au travers des CDS, comme sous-systèmes des corps locaux.19 Etre membre de Kudumbashree devient donc une condition pour les femmes pauvres, pour accéder au processus de planification. Seulement celles qui font partie de Kudumbashree seront invitées à participer aux conventions et seront donc informées sur le type de bénéfices distribués. Ce sont, par ailleurs, généralement les leaders qui s’y rendent pour représenter les différentes unités. Ce sont aussi souvent les seules qui sont au courant et connaissent plus ou moins l’objectif de ces conventions. Dans le cas du quartier étudié, à l’exception de ces leaders, la plupart des femmes interviewées ignoraient l’existence de ces assemblées ou les confondaient avec les réunions de partis ou de Kudumbashree. Il ne suffit pas cependant d’être membre de Kudumbashree pour avoir accès à ces conventions. La tenue régulière de ces conventions par le conseiller élu, son invitation à participer sont les principaux facteurs expliquant pourquoi, dans certaines circonscriptions, les présidentes ADS et autres membres ne s’y sont jamais rendues. Les bonnes relations avec le conseiller élu sont donc un élément clé pour être invité à participer. Cependant, un élément positif est que certaines leaders de Kudumbashree osent se plaindre lorsqu’elles n’ont pas été invitées ou se rendent aux conventions malgré leurs mauvaises relations avec l’élu local. Il est cependant le fait d’une minorité de présidente ADS qui ont de longues années d’expérience derrière elles.

  • 20 Il faut souligner cependant que la dynamique à l’intérieur de ces conventions semble varier en fonc (...)

13Si l’on s’intéresse maintenant au mode de participation des membres de Kudumbashree dans ces conventions, l’impression qui ressort est qu’elles s’y rendent avant tout dans l’espoir d’obtenir des bénéfices. Cependant, cela caractérise la plupart des participants. De fait, nous avons souvent entendu lors de nos interviews avec les autorités, les élus, voire les leaders de Kudumbashree que seuls les pauvres se rendent à ces réunions, car eux seuls ont des besoins. Certains concluaient que ces conventions n’étaient de fait pas bien utilisées par les participants qui, au lieu d’engager une discussion sur les besoins collectifs, ne se préoccupaient que de leurs propres besoins. Dans certaines circonscriptions, la diminution progressive des participants était attribuée au fait que les gens ne voyaient plus l’intérêt de venir alors qu’ils n’obtenaient de toute façon jamais rien.20 Les hommes qui participent à ces conventions sont cependant pour la plupart représentants des associations de résidents, des partis, d’organisations de castes ou de syndicats. Selon les circonscriptions, ils peuvent appartenir à différentes classes. Mais, bien souvent, ils sont perçus comme issus majoritairement des classes supérieures. Par ailleurs, ils semblent participer plus pour représenter les intérêts de leur quartier, de leur parti ou de leur caste, que ceux de leur famille. Les participants hommes sont ainsi représentés comme discutant de choses publiques, de politique ou des problèmes importants, pendant que les femmes parlent de problèmes personnels, individuels ou familiaux. Dans certains cas, la distinction se faisait cependant entre les femmes qui discutent des besoins de la communauté et les hommes qui débattent de politique. Comme l’exemple d’une présidente ADS ci-dessous :

  • 21 Interview, octobre 2004.

Y a-t’il des différences entre ce que les hommes et les femmes demandent ?
Oui, les femmes parlent principalement des besoins de la famille et du public, mais les hommes parlent des affaires importantes concernant la politique. Les femmes parleront de leur besoins, quelque chose de bien pour la société. Si la société a besoin d’une salle communautaire, les hommes en parleront. Les femmes demanderont des latrines et ce genre de besoins. Les femmes exprimeront aussi des besoins en rapport avec l’éducation et la santé.21

14Nos interviews semblent cependant suggérer que les membres de Kudumbashree qui occupent des fonctions plus élevées ont aussi plus tendance à parler des besoins de leur quartier et de la collectivité. Dans le cas de la colonie choisie, la présidente ADS et une autre membre, fortement politisée depuis sa petite enfance, semblaient prendre la parole sur les besoins collectifs. Sinon, cela restait en général la prérogative des hommes leaders politiques ou représentants des associations de résidents. Ainsi, les besoins exprimés par les femmes et les hommes diffèrent, non pas seulement de par leur genre, mais aussi de par la fonction qu’ils occupent dans la société et l’identité avec laquelle ils entrent dans ces conventions.

15Si la plupart des femmes participent à ces conventions dans l’espoir d’avoir accès à certains bénéfices, leur présence massive a cependant une autre fonction, celle de s’assurer que la distribution des bénéfices soit faite de manière juste. L’exemple de Narmala, une femme de 47 ans, sur sa participation à la convention reflète ce point :

En fait, je ne sais pas très bien ce qui se passe là-bas. Quelqu’un peut me demander mon opinion sur quelque chose, par exemple les problèmes concernant mon quartier ou les femmes, alors je donne mon opinion. Plus que ça, je ne sais pas. Aussi, quand quelqu’un dit qu’il n’a rien reçu, et la plupart des gens qui ont reçu des bénéfices ou construisent une maison parlent de cette manière, si je sais cela je parle et je dis : j’ai entendu dire par quelqu’un que tu es en train de construire cela avec tel ou tel argent que tu as reçu, n’est-ce pas vrai ?. Comme cela, je parle.

16La présence des membres de Kudumbashree permet de contrôler les abus dans la distribution de certains bénéfices. La présidente CDS soulignait fièrement que la présence des femmes de Kudumbashree, dans les conventions de circonscriptions empêchait les hommes de « tricher ». Selon elle, si auparavant les hommes allaient dans les conventions de circonscriptions, prenaient les décisions et contrôlaient les travaux, aujourd’hui rien ne se passe sans les femmes. Si cela semble optimiste au vu de la situation dans certains quartiers, cela semble effectivement être le cas dans son quartier. Ce qui n’est étranger à sa présence.

Conclusion

  • 22 Muralidharan, Sarada (2003) ‘Gender and Decentralization…, p. 5-6.
  • 23 Ibidem.

17Si la mobilisation des femmes pauvres au travers de Kudumbashree a, dans une certaine mesure, permis d’élargir la participation des femmes dans la gouvernance locale, des doutes restent quant à la capacité de ce programme d’assurer une présence active et critique des femmes.22 Les femmes pauvres semblent être cantonnées à un rôle d’agent de mise en œuvre, plutôt que de participantes critiques du processus de développement.23 L’amélioration de la mise en œuvre des programmes de lutte contre la pauvreté, si elle n’est pas négligeable, n’est par ailleurs pas forcément accompagnée par une meilleure représentation des intérêts des plus démunis dans la gestion et le développement municipal. Les cas de mésusage des fonds réservés aux catégories défavorisées sont fréquents, malgré la participation des membres de Kudumbashree. De fait, la présence de ces dernières es nettement moins forte au niveau des comités de circonscriptions, là où les décisions se prennent vraiment. Les services de base (ramassage des ordures, nettoyage des canaux, des étangs et des canalisations) sont toujours mieux assurés et mieux maintenus dans les quartiers riches que dans les quartiers pauvres. Les habitants de ces quartiers ayant nettement plus de contacts et d’influence auprès des autorités responsables de ces services (municipal ou étatique). Le sentiment que le Gouvernement néglige la situation des quartiers démunis existe ainsi en parallèle avec la reconnaissance des aides reçues. Une conversation entre notre interprète et une présidente ADS reflète ce point :

T : Ce quartier est agréable, il est très vert.
ADS P : Oui, ils cherchent à nous tenir content et silencieux en nous distribuant à chacun quelques petites aides, pendant qu’ils dépensent beaucoup d’argent pour construire des quartiers hi-tech, coupant au passage tous les arbres.
T : C’est vrai, maintenant lorsqu’il faut marcher d’un carrefour à l’autre, il fait tellement chaud, ce n’était pas comme cela auparavant. ADS P : Oui, et c’est qui qui doit encore marcher ?

  • 24 L’opposition entre travailleur social et travailleur politique ou « Pakkha politicien » était souve (...)
  • 25 Un argument que nous avons souvent entendu sous diverses formes. Notamment, à notre question de sav (...)

18L’entrée en politique reste pour plusieurs leaders de Kudumbashree la seule manière de vraiment changer les choses. L’existence d’un quota pour les femmes dans les gouvernements locaux a de fait donné l’opportunité à plusieurs membres de se présenter aux élections. En 2005, un peu moins de 1000 ex-membres de Kudumbashree ont gagné les élections locales. Les leaders qui, de par leur travail, ont gagné une certaine renommée locale, deviennent, de fait, des candidates idéales pour les partis dans les circonscriptions réservées. Cependant, la présidente CDS soulignait qu’il est loin d’être sûr que les nouvelles élues seront plus sincères et moins corrompues dans leur travail. Selon son expérience, si certaines élues restent proches de Kudumbashree après leur élection, d’autres ne pensent qu’à l’argent. Ainsi, une fois élues, leur mentalité de travailleuses sociales disparaît et elles deviennent des travailleuses politiques.24 Ce qui signifie faire passer le développement du parti avant celui de la communauté. Par ailleurs, même si l’élue reste concernée par le social, il faut être conscient que les conseillers locaux ont très peu de marge de manœuvre face aux ordres du parti.25 Une femme pauvre, de caste souvent inférieure, risque d’en avoir encore moins.

Notes

1 Ce terme inclut l’eau, l’assainissement, les égouts et le ramassage des ordures, tous ayant une influence clé sur la qualité de l’environnement dans le foyer et le quartier. In Nunan Fiona and Satterthwaite David, 2000, Governance for Environmental Improvement : A Comparative Analysis of the City Case studies, Urban Governance, Partnership and Poverty, Theme Paper 21, University of Birmingham.

2 Government of Kerala, 2002, Economic Review, State Planning Board, Thiruvanathapuram.

3 Jeffrey Robin, 2001 (1992), « Politics, Women and well-being : How Kerala Became “A Model” » Oxford India Paperbacks, New Delhi ; Ramachandran V. K., 1996, « On Kerala’s Development Achievements » in Sen Amartya & Drèze Jean (Editors), Indian Development : Selected Regional Perspectives, Oxford University Press, New Delhi, pp. 205-356.

4 Le 74e amendement constitutionnel visait à renforcer l’autonomie politique et administrative des autorités urbaines. Il rend aussi obligatoire la réservation d’un tiers des sièges pour les femmes dans les gouvernements urbains. Et, de même, une réservation réserve existe pour les castes intouchables et les populations tribales.

5 La décentralisation en tant que processus politique ne se fait pas sans résistance. Dans le cas du Kerala, depuis le retour du Congrès au pouvoir, les tensions entre l’Etat et la municipalité sont fréquentes et complexes, ce qui affecte souvent le travail des élus et de la municipalité.

6 Ces comités sont composés d’au moins 50 membres sélectionnés par le conseiller élu. Ils doivent être tenus tous les trois mois. Auparavant, les conseillers élus pouvaient prendre les décisions seuls.

7 Interview, octobre 2005.

8 Société de développement communautaire (CDS) au niveau municipal, Société de développement zonal (ADS) au niveau des circonscriptions (parfois 2-3 circonscriptions sont réunies) et unités au niveau du quartier de 10 à 15 femmes. La ville de Thiruvananthapuram, entre 2001 et 2005, contenait 54 ADS présidentes pour 81 circonscriptions.

9 Kadiyala Suneeta, 2004, « Scaling up Kudumabshree – Collective Action for Poverty Allievation and Women’s Empowerment », FCND Discussion Paper No. 180, Washington : International Food Policy Reserach Institutes, 37-8.

10 Ces termes furent utilisés par le chef de projet responsable du CDS de Thiruvananthapuram pour m’expliquer pourquoi Kudumbashree ne travaillait qu’avec les femmes. De nos interviews sur le terrain ressort le fait que bien que la contribution monétaire des hommes à la famille leur donne encore le statut de « chef de famille », elle ne dépasse pas pour autant automatiquement celle des femmes. De fait, dans un contexte de sous-emploi ou d’emploi irrégulier massifs parmi les hommes, la préoccupation de nombreuses femmes est de trouver un emploi pour assurer un revenu régulier. Par ailleurs, une majorité des répondantes ont souligné que les hommes ramènent en général au mieux la moitié de leur salaire à la maison le reste étant utilisé pour leur consommation personnelle, notamment alcool, cigarettes et nourriture. Dans le pire des cas, les femmes doivent cacher leurs économies pour éviter que leur mari n’utilise cet argent pour boire. Nombreuses femmes auraient cependant souhaité que les jeunes hommes, la plupart au chômage, puissent aussi bénéficier de ce programme.

11 Les divisions partisanes, la jalousie et le refus de voir son voisin obtenir davantage, quelle que soit sa situation, sont souvent cités comme causes principales de ces tensions.

12 Government of Kerala, Economic Review 2003, State Planning Board, Thiruvananthapuram, 170.

13 Devika J, 2005, Modernity with Democracy ? Gender and Governance in the People’s plan Campaign, Keralam, Working Paper 368, Centre for Development Studies, Thiruvananthapuram, February ; Muralidharan, Sarada (2003) ‘Gender and Decentralization :
Opportunities and Challenges’,
Kerala Calling, October.

14 Devika J, 2005, Modernity with Democracy…, p. 26. L’auteur ajoute que face à l’augmentation des programmes de microcrédit, certains chercheurs ont souligné la prévalence d’une conception largement économique de l’empowerment. Les questions de violence domestique, de harcèlement sexuel et de viols sont en contrepartie négligées.

15 Ibid, p. 19.

16 Pourtant, selon la présidente CDS, Kudumbashree fonctionne mieux à Thiruvananthapuram que dans d’autres villes où le chef de projet gère tout le programme et les unités sont laissées à l’abandon. Un des avantages d’être situé dans la capitale est que dès qu’elle a des problèmes avec la municipalité, elle peut se rendre au siège de Kudumbashree et obtenir le soutien de l’administrateur en charge.

17 Interview 10 octobre 2005.

18 Cornwall Andrea, 2002, « Locating Citizen Participation » in IDS Bulletin, Vol. 33, No. 2, p. 51.

19 Government of Kerala, Government Orders (M. S), No. 240/97/LAD.

20 Il faut souligner cependant que la dynamique à l’intérieur de ces conventions semble varier en fonction du niveau de développement de la circonscription.

21 Interview, octobre 2004.

22 Muralidharan, Sarada (2003) ‘Gender and Decentralization…, p. 5-6.

23 Ibidem.

24 L’opposition entre travailleur social et travailleur politique ou « Pakkha politicien » était souvent utilisée par les présidentes ADS pour distinguer leur travail de la politique. De même, certains conseillers élus l’utilisaient pour se définir.

25 Un argument que nous avons souvent entendu sous diverses formes. Notamment, à notre question de savoir si la présence d’une femme à la tête de la municipalité changeait quelque chose, la réponse était souvent : « Femme ou homme, ce qui compte c’est le parti. »

Auteur

Sandra Walter a une licence en sciences sociales de l’Université de Lausanne et un DES de l’IUED. Elle prépare une thèse intitulée Genre, citoyenneté et gestion de l’environnement urbain : les implications des réformes institutionnelles au Kerala. Cette thèse est financée par le programme de recherche NCCR Nord-Sud, soutenu par la Direction du développement et de la coopération suisse et le fonds national pour la recherche scientifique suisse.

Lire

Open access