Version classiqueVersion mobile

Des brèches dans la ville

 | 
Christine Verschuur
, 
François Hainard

Mouvements de quartier, recherche-action et rapports de genre

Droit au logement: le mouvement des femmes au Brésil et l’expérience dans la favela Gamboa de Santo André, São Paolo, Brésil

Sonia Alves Calió et Iranilde José Messias Mendes

Résumé

La présence des Brésiliennes pauvres dans les luttes urbaines pour les logements est une réalité qui a forcé, à partir des années 1990, l’apparition des politiques publiques mettant en évidence la priorité de ces femmes au titre de propriété.

Texte intégral

Introduction

1La crise économique et l’endettement accentuent davantage la situation de misère urbaine et d’exclusion sociale des pays pauvres. Le chômage, la chute du pouvoir d’achat et la pénurie des services publics provoquent une détérioration progressive de la qualité de vie. En plus, les problèmes d’environnement deviennent extrêmement préoccupants : de la dégradation des espaces verts des niveaux de pollution de l’air insupportables, en passant par la contamination des sources d’eau, toute une série de méfaits écologiques compromettent la qualité des ressources naturelles utilisées dans la production et la consommation des villes.

2L’accélération du processus d’urbanisation de ces pays a fait de son manque de services et d’équipements sociaux un problème chronique, rendant plus difficiles l’accueil et l’établissement permanent des populations pauvres qui y vivent ou qui y arrivent. Une bonne partie de ce processus se déroule par l’occupation des zones démunies de toute infrastructure et de soutien social. La plupart du temps, c’est grâce aux femmes que ces zones sont rendues habitables. Directement concernées au quotidien par la survie de leur famille, les femmes deviennent de véritables gestionnaires de la configuration urbaine : en mobilisant les gens et en établissant des relations de solidarité mutuelle, elles transforment le quartier en un espace élargi où les carences et les nécessités deviennent des enjeux collectifs.

3De cette façon, les femmes, particulièrement les plus pauvres, sont présentes dans les moments clefs des processus dits de consolidation urbaine : lors des luttes pour des logements, pour des services essentiels de base ou pour la conservation de l’environnement. Pour compenser le manque chronique d’infrastructures et de services sociaux, elles sont obligées de produire un volume considérable de travail quotidien, phénomène essentiel et susceptible d’éviter l’explosion sociale. En agissant de cette façon, les femmes démocratisent non seulement leur propre vie, mais également la vie urbaine. (Cali, 1992)

4De par leur rôle fondamental dans le cycle de reproduction humaine, leurs responsabilités au sein de la sphère domestique et leur contribution au processus de production, elles se voient directement touchées par la crise sociale et économique. En conséquence, l’impact de la dégradation de l’environnement urbain sur leur vie est considérable. Par exemple, lorsque la température baisse brusquement, les enfants mal logés ont rapidement des problèmes respiratoires, et l’on observe de nombreuses femmes faire la queue au service des urgences. Ce sont pour elles des journées où tout va de travers, où l’agenda quotidien est perturbé, ce qui renforce encore leur stress : elles manquent leur travail, elles perdent des heures faire la queue en vue d’une consultation, il y a des dépenses inattendues pour l’achat des médicaments, etc.

5Au Brésil, le modèle néolibéral imposé par les forces du marché et la globalisation crée une situation de crise économique et sociale qui accentue la dégradation des conditions de vie, de l’environnement et des relations sociales. Cette crise touche tout particulièrement la population la plus démunie. Alors, ses effets se manifestent par l’augmentation des invasions de terrains, par le gonflement des favelas déjà consolidées ou par l’apparition de nouvelles favelas, par la multiplication des lotissements illégaux ou irréguliers, et par l’augmentation du nombre des habitants de rue”. Ce qui veut dire environnement insalubre, manque d’infrastructure et services essentiels, chômage, violence, etc. (FNRU, 2003)

6Face aux ajustements économiques que traverse le Brésil, comment les familles pauvres parviennent-elles à survivre ?

7Pour répondre cette question, il est fondamental de penser la place des femmes dans la gestion de la vie familiale car ce sont elles qui supportent le plus directement les conséquences de ces ajustements. Devant cette crise vécue par l’Etat, les femmes se voient obligées d’assumer une partie des tâches quotidiennes qui devraient incomber l’ensemble de la société ; elles cherchent des formes moins chères de gestion du quotidien et elles voient leur fardeau se multiplier par trois. A la maison ou au-dehors, leur travail augmente, leur quotidien devient plus lourd et elles sont, souvent, victimes du stress pour avoir dépassé leurs propres limites. A côté de ces responsabilités des femmes, nous observons dans notre milieu urbain une forte croissance du nombre de femmes chefs de famille de 30 a 40 %. (SPM, 2004)

8Un des thèmes de la recherche MOST — l’exclusion sociale urbaine et ses effets dans les rapports sociaux de genre et l’environnement — met en lumière que cette exclusion a un rapport direct avec la pauvreté et la condition vécue par les habitants d’une favela : leur origine, en majorité du centre-nord du pays, et leur faible niveau de scolarité, contribuent, sans doute, leur discrimination et leur exclusion.

La crise du logement urbain : une question de politique publique de genre ou comment les femmes peuvent accéder au logement et au titre de propriété

9Pour les femmes, l’accès au logement revêt une importance particulière : contrairement aux hommes, elles perçoivent l’habitation comme un abri et un refuge sûr pour la famille et un élément de stabilité face aux incertitudes économiques, un endroit pour soi et pour ses enfants. Il faut que cela permette aux femmes de pouvoir disposer d’un titre de propriété soit du terrain pour construire le logement, soit du logement proprement dit.

10Les stratégies de vie des hommes et des femmes sont totalement opposées car les femmes ont une stratégie d’enracinement et les hommes une stratégie de mobilité. En d’autres termes, quand les hommes, plus inconstants, changent de quartier, de ville, de travail ou bien souvent abandonnent leur famille, la première chose laquelle ils pensent est de vendre leur logement, car pour eux il représente, en règle générale, un investissement. Les femmes, au contraire, s’attachent leur lieu d’habitation comme un élément qui leur permet de structurer leur vie.

11Il convient de rappeler que les difficultés d’accès un logement sont plus importantes pour les femmes qui sont dans les couches les plus pauvres de la population, car elles sont obligées d’accomplir des travaux de basse qualification professionnelle et peu payés, ou d’affronter les incertitudes du marché du travail. En outre, elles disposent de moins de ressources et d’opportunités.

a) La question de la citoyenneté féminine

12Réfléchir au concept de citoyenneté féminine signifie, avant tout, poser la question de la justice sociale et des inégalités qui font partie de l’histoire de la femme. Il est impossible de passer sous silence que la question actuelle des relations sociales entre les sexes requiert une autre définition de la citoyenneté qui intègre la dimension sociale des femmes. (Marques-Pereira, 2003)

13Tout en assurant une autre croissance, les nouvelles générations de politiques publiques doivent garantir, en même temps, l’équité sociale et le renforcement de la démocratie. Cela présuppose la présence d’un Etat promoteur de politiques et des actions avec contrôle social et d’une éducation basée sur des nouvelles stratégies qui réduisent le fossé existant entre riches et pauvres. (Guzm n, 2000) Dans ce contexte, il est important de relever que l’introduction de la perspective de genre doit conduire revoir le rôle de la production, de la reproduction et de la transformation des rapports sociaux et environnementaux car ce n’est que de cette manière que les politiques publiques feront face aux inégalités de genre, de race et d’ethnie.

b) Le rôle du nouveau féminisme depuis les années 1970

14Le nouveau féminisme, apparu dans les années 1970, a remis en question les relations de pouvoir, l’organisation sociale et la vie quotidienne, en tendant la notion de politique. En passant l’égalité juridique des premiers mouvements électoraux, il a élaboré un nouveau concept d’égalité centré sur l’abolition des privilèges de sexe. Il a remis en question l’andro-centrisme social qui considérait l’homme comme le prototype de l’être humain universel. En modifiant les conceptions et les consciences, il a contribué à générer une nouvelle notion d’identité sociale, en cherchant l’individualité des femmes en tant qu’actrices sociales. En politisant le monde privé, il a tendu la notion de sujet : il n’existe plus seulement un sujet transformateur des relations sociales entre le capital et le travail, mais des sujets multiples qui vivent une relation de subordination partir de leur oppression spécifique, et sont ainsi appelés à participer à ce mouvement de transformation par leur diversité et leurs singularités, en produisant de nouvelles alternatives sociales. Autrement dit, le nouveau féminisme a invité la société à apprendre à se conjuguer également au féminin. (Cali, 1991)

c) Le mouvement des femmes et les luttes pour le logement

15La précarité des conditions d’habitation touche principalement les femmes qui, en général, sont les responsables de l’administration de la maison. Etre mal logé signifie vivre confiné dans des espaces minuscules, mal aérés, humides, sans aucune intimité, exposés à des animaux venimeux, des rongeurs, des insectes et autres fléaux. Cela signifie un logement privé d’un assainissement de base, avec des gouts à ciel ouvert, exposée à la saleté et aux maladies. Cela signifie parcourir de longues distances à la recherche de l’eau, très loin de toute assistance médicale et des écoles pour les enfants, des centres commerciaux. La discussion menée par le mouvement des femmes et par des mouvements de logement sur la nécessité d’établir des politiques publiques favorables aux femmes, en leur assurant le droit d’être titulaires d’un logement, se base sur le fait que la femme, en tant que principale responsable de la cellule familiale, est la personne la plus intéressée par cette mesure.

16Cependant, facteurs de haut risque pour les banques privées et pour les investisseurs de logements populaires, les familles très pauvres ne sont pas fiables car elles ont beaucoup de difficultés à prouver leurs revenus. Donc elles n’ont pas accès aux crédits ! Il ne leur reste qu’espérer des politiques publiques qui puissent mettre en place des programmes de logement d’intérêt social.

d) Les politiques de logement appelées d’intérêt social

17La société civile brésilienne a réalisé un long parcours dans le domaine des luttes pour le logement, à partir des mouvements populaires pour le logement, des mouvements des sans-terre, du mouvement des sans-toit, en passant par les centres universitaires de recherche urbaine jusqu’aux organisations non gouvernementales, aux entités syndicales et professionnelles.

18Depuis 1970, cet ensemble de mouvements est parvenu, à travers ses luttes, à améliorer la compréhension des questions urbaines. Articulant les droits civils et politiques avec les droits urbains (habitation, assainissement, santé, éducation, culture), il avance dans le sens d’un nouveau projet de civilisation qui repense la ville démocratique, sur des bases plus environnementales et plus équitables. Il engendre surtout des débats comme la cohésion sociale, la démocratie directe ou représentative, la participation et le contrôle social, l’éducation à la citoyenneté, la culture comme élément de résistance, la déconstruction du modèle de contrôle hégémonique de la violence urbaine, l’insertion des groupes sociaux vulnérables, l’articulation entre le local et le global.

19A partir de 1995, année de la Conférence de l’ONU sur la Femme et le Développement, à Nairobi, qui a abordé la question de la priorité des femmes sur le contrôle du logement, cette notion a été reprise au Brésil. Elle a surtout été évoquée par le mouvement des femmes, qui mettait en évidence que le logement a, pour la femme, une valeur d’utilité et représente la sécurité pour sa famille et ses enfants, alors que le logement a, pour l’homme, une valeur d’échange pouvant faire l’objet de commerce à tout moment et selon son envie. D’ailleurs, les témoignages des femmes “expulsées” de leur maison par leur mari ou leur conjoint étaient (et sont encore) révélateurs de cette problématique, comme le confirme le témoignage suivant:

Nous avons eu cet appartement grâce à un programme social du gouvernement… Comme je n’ai pas de revenu, le logement est au nom de mon compagnon. Maintenant, il pense vendre l’appartement pour faire des affaires. Je lui ai dit qu’on devait penser au futur de notre fils… et que si c’était nécessaire j’allais travailler et l’aider à payer les charges. Il n’a pas voulu discuter… en criant qu’il ferait ce qu’il voulait car tout était à son nom… il a fini par me battre en m’expulsant de la maison. Maintenant, je suis avec mon fils chez ma mère, je suis très déçue et j’ai peur… il est capable de tout! On m’a dit qu’il avait trouvé une autre femme et qu’il a fait tout cela pour me remplacer. Je ne sais pas quoi faire, je ne connais rien, je n’ai jamais travaillé car il m’en a toujours empêchée.
(ex-habitante de la favela)

20C’est à cause de situations comme celle-ci que le mouvement des femmes — dans le cadre de plates-formes d’action définies lors de réunions et de conférences nationales et internationales — a propos de donner à la femme la priorité lors de l’attribution du titre de propriété dans les programmes de logement d’intérêt social et a fait de cette proposition son fer de lance. A partir de là, des propositions de politiques publiques incluant cette revendication sont apparues, mettant en évidence la question du titre de propriété dans les programmes sociaux.

  • 1 Publication du Parti de la Démocratie sociale brésilienne (PSDB), actuel gestionnaire de l’administ (...)

21Le gouvernement de l’Etat de São Paulo a été le premier à approuver cette proposition. Et, jusqu’aujourd’hui, il maintient cette décision dans ses politiques, comme dans le cas de l’entreprise publique Compagnie de développement d’habitation de logement urbain (CDHU). Malheureusement, nous n’avons pas trouvé de documents officiels sur ce sujet. Quelques rares références cette politique de la CDHU ont pu être trouvées dans le Bulletin de l’Institut Teot nio Vilela1 :

Lors de la signature du contrat, il existe une autre nouveauté: le nom de la femme apparaît en première place. En cas de mort du mari, la maison est déjà au nom de la femme, évitant ainsi les habituels problèmes administratifs. C’est également le cas lors d’une éventuelle séparation où, dans la grande majorité des cas, c’est la femme qui reste à la maison et qui garde les enfants.
(Boletim Inst. T. Vilela, 2003: 3)

22La femme apparaît comme titulaire du logement autant que son mari ou son concubin, dans le sens où le contrat contient la signature des deux. Bien que, dans le nouveau Code civil Brésilien approuvé en 2002, la notion le chef de famille disparaisse au profit de l’isonomie conjugale, ce simple acte de signer conjointement le contrat de logement donne un pouvoir symbolique aux femmes, même s’il n’a pas de valeur juridique.

23Une autre loi — proposée en février 2004 par l’ex-maire de la ville de São Paulo, Mme Marta Suplicy — demande également aux programmes de logement de la municipalité de donner la priorité aux femmes. Cette loi spécifie l’adoption des mesures qui favorisent l’insertion des femmes dans le processus de financement et de production des logements, indépendamment de leur participation au revenu familial et de l’état civil. Ses paragraphes établissent non seulement les modalités de ces contrats (financement mutuel, cession de possession, engagement d’achat et de vente, location sociale, bail résidentiel, carte de crédit ou conditions d’utilisation) mais également que, en cas de transfert de propriété, celui-ci soit effectué au nom de la femme. De plus, il signale que soit prévu un service préférentiel pour les femmes victimes de violence, pour les femmes âgées ou handicapées. Cette mesure constituera une défense des femmes battues qui seront ainsi moins vulnérables. (PMSP, 2004)

24Il est certain que de nombreuses municipalités au Brésil adoptent ce type de mesures comme forme de prévention et de soutien aux femmes.

e) L’accès des femmes au logement dans notre terrain de recherche

25En ce qui concerne notre terrain de recherche, la municipalité de Saint André, ces mesures sont en phase d’application avec un relatif succès depuis la fin des années 1990. Et elles ont été bien débattues lors d’un séminaire organisé en janvier 2005 par l’équipe MOST Brésil et l’AMVG — Association des habitants de la favela Gambo.

26En présence de représentants de la municipalité et de divers mouvements de logement, dont le Mouvement en défense des droits des favelados, ce séminaire a aussi discuté l’application des politiques de logement pour les femmes. Interrogé à ce propos, le secrétaire-adjoint au logement, a déclaré :

Il est essentiel de donner la priorité aux femmes dans les politiques de logement d’intérêt social. En général, les femmes ne pensent pas à vendre l’immeuble. Bien au contraire, elles le conservent avec beaucoup de soin. Il est clair qu’il existe des femmes qui n’entrent pas dans cette catégorie, mais il s’agit d’une minorité face à la quantité d’hommes qui insistent pour vendre le logement à n’importe quel prix ou qui veulent expulser leur compagne pour en mettre une autre à leur place. Il arrive même qu’ils deviennent physiquement violents !

Quelques considérations finales

27La question abordée ici n’est pas simple. En réalité, depuis l’approbation du nouveau Code civil, les résolutions donnant la priorité aux femmes n’ont pas de véritable valeur juridique : l’union conjugale a été définie par l’exercice commun des droits et des devoirs. Il a fait disparaître la notion de chef de famille, instaurant effectivement l’isonomie conjugale dans les droits et dans leur exercice. Ce qui signifie que cette isonomie rend inconstitutionnelles toutes les mesures relatives la propriété au nom des femmes, ainsi que nous venons de le voir ci-dessus!

28Comment expliquer l’adoption de ces mesures, alors qu’elles sont inconstitutionnelles ? Nous pouvons l’expliquer surtout par sa valeur symbolique car elle cherche à rompre avec la logique de soumission dans laquelle vivent historiquement les femmes. Dans l’exemple d’une famille dont l’homme veut vendre le logement et retourner à la favela et sa femme refuse parce qu’elle sait qu’elle est également titulaire de l’immeuble, nous pouvons l’interpréter de deux manières :

- d’une part, sans informations suffisantes, les femmes croient que le simple fait de voir écrit leur nom comme première titulaire de l’immeuble leur donne la garantie de propriété. Ignorent-elles ou n’accordent-elles aucune importance au Code civil ? Non. Nous dirons plutôt qu’elles ignorent leurs droits en tant que citoyennes et que cette incompréhension des questions juridiques peut facilement être surmontée par un travail d’éducation sur la citoyenneté et un travail de conscientisation sur les droits économiques, sociaux et politiques.

- d’autre part, il est important d’observer que les mesures prises en faveur des femmes — qu’elles soient concrètes ou symboliques — leur donnent un appui qui leur garantit l’autonomie et renforcent leur estime de soi. Ce sentiment d’autonomie, de ne pas dépendre de l’autre, de comprendre que la vie peut est possible sans l’autre, n’a pas de prix ! L’estime de soi recouvrée est essentielle pour atteindre des niveaux avancés de conscientisation en tant que femme et citoyenne. Tel est le chemin conduisant à une prise de pouvoir qui passe par le recouvrement de son identité via le renforcement de l’estime de soi. Tout mouvement en direction du renforcement de l’estime de soi des femmes est aussi un pas important vers une conscience de genre. (Cali & Silva, 2002)

29Dans ce sens, établir un gouvernement bas dans sur le triple concept “participation de la société civile — inclusion sociale — démocratie” nécessite la construction d’un modèle institutionnel de processus démocratique qui va bien au-delà de la volonté politique et qui passe nécessairement par l’amélioration des conditions de vie de la population pauvre, et tout particulièrement des femmes pauvres.

Favela Gamboa de Santo André, São Paolo, Brésil.

Association des femmes de la Gamboa.

Bibliographie

Bonduki, N., 2003, Projeto de Lei 890/03, C mara Municipal São Paulo, SP.

Cali, S. A., 1991, Rela es de Género na Cidade : uma contribui o do pensamento feminista Geografia Urbana, Thèse de Doctorat, Depto. Geografia, Universidade de São Paulo, SP.

1992, Repensando a Cidade ao Feminino, Prefeitura Municipal de Santo André, SP.

Cali, S. A. & Silva, M. C. V, 2002, Las mujeres de la Gamboa II. Toma de conciencia y límites¨. In: Hainard, F. & Verschuur, C. Empoderamiento de las Mujeres en las Crisis Urbanas : género, medio ambiente y barrios marginado, MOST-UNESCO, Iepala, Madrid.

F rum Nacional Reforma Urbana, 2003, Resolu es do Encontro Nacional FNRU.

Guzm n, V., 2000, A equidade de género como tema de debate e de políticas pùblicas¨. In: Faria, N. & al., Género nas Políticas Publicas, Cadernos Sempreviva, SOF, SP.

Instituto Teot nio Vilela, 2004, Programa Habiteto. In : Boletim — Realiza es, S. Paulo, 14 de abril.

Marques-Pereira, B., 2003, Citoyennet. In : Verschuur, C. & Reysoo, F., Genre, Pouvoirs et Justice Sociale, IUED-EFI, l«Harmattan, Genebra.

PMSP — Prefeitura Municipal de São Paulo, 2004, Boletim Internet.

SPM — Secretaria Especial de Políticas para as Mulheres, 2004, Contribui o da SPM para as Conferéncias Estaduais, Documento base, Brasília, DF.

Notes

1 Publication du Parti de la Démocratie sociale brésilienne (PSDB), actuel gestionnaire de l’administration du gouvernement de l’Etat de São Paulo.

Auteurs

Géographe de formation, elle a un post-doctorat en géographie urbaine à l´Université de São Paulo. Chercheuse en urbanisme, elle travaille actuellement sur les questions de l’habitat à la Companhia de Desenvolvimento Habitacional e Urbano (CDHU), entreprise de l´Etat de São Paulo. Depuis 1997, elle est responsable du projet MOST-UNESCO « Genre, ville et environnement » au Brésil.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search