Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Les chaînes élémentaires l'existentiel au quotidien

L'identité par la cuisine des Africaines de Genève. La double maternité biologique et sociale

Kinja Migabo-Mulegwa

Texte intégral

1L’Association des femmes d’origine africaine a été fondée en 1981, suite à la fusion des groupes de femmes francophones et anglophones de Genève. Partant du constat de son absence dans la vie de la cité, l’association a pour préoccupation d’encourager la réflexion concernant la femme africaine à Genève.

2Ce texte intègre une partie de cette réflexion. Il traite de la mémoire et de l’identité de la femme africaine, notamment la transmission des savoirs d’une génération à l’autre à travers le privilège de la maternité.

Illustration : Marie Thorndahl

3"Eduquer un homme, c’est éduquer une personne ; éduquer une femme, c’est éduquer tout un peuple" Cette phrase connue de tous est une vérité quotidienne concernant les femmes africaines. Dans la société africaine traditionnelle, le notable ou le chef propageait ses voeux et les nouvelles à travers les femmes, qui se chargeaient ensuite de les transmettre à toutes les classes d’âges, hommes et femmes. Les normes de comportement familiales étaient véhiculées par les femmes. Les grands-mères conscientisent leurs petits enfants des traditions et du vécu de leur peuple, jusqu’aux traditions très négatives pour les femmes elles-mêmes, comme par exemple la circoncision.

La notion de double maternité

4En octobre 1985, la Société Suisse d’Etudes Africaines avait organisé une conférence-débat sur la faim en Afrique. Le professeur Eya Nchama avait alors introduit la notion de double maternité et du développement. Nous, les femmes africaines alors militantes féministes, étions choquées d’entendre cette notion, en soupçonnant le conférencier de vouloir réduire la femme à sa seule tâche maternelle. Aujourd’hui, et après avoir mené une réflexion sur le thème de la maternité et du développement, nous reconnaissons la valeur de cette notion.

5La maternité donne certains privilèges à la femme : elle est enceinte pendant neuf mois, elle accouche et voit ce petit enfant, ce petit être humain qui grandit en lui donnant une existence concrète. Ce phénomène n’est pas théorique mais fait partie de la vie quotidienne des femmes et que nous considérons comme un privilège.

6La notion de double maternité est difficile à saisir dans le contexte suisse, où l’Etat fonctionne et la sécurité sociale est efficace. Lorsque la paix est rompue, la double maternité prend tout son sens. La femme doit alors se battre, chercher, inventer, trouver les moyens pour assurer la survie de ses enfants et donc de la sienne. J’ai vécu cette situation lors de la révolution de 1967 au Zaïre, dont je suis originaire. Notre mère et nous, enfants, avions dû fuir Goma. Ma mère a lutté pour nous nourrir, pour nous sortir de cette situation. La double maternité jouait alors pleinement son rôle.

7La double maternité est la décision de la femme africaine d’assurer la continuité de la mémoire et de l’identité. Les Noires-américaines, par exemple, sont devenues le centre de la cellule familiale malgré un héritage culturel patriarcal. L’esclavagisme a transformé la société afro-américaine sur des lignes matriarcales. Nous retrouvons un phénomène semblable en Afrique, où la situation économique pousse les hommes à abandonner leurs rôles. La femme remplit ces rôles pour devenir le parent dans sa totalité. D’un mélange de sociétés matriarcales et patriarcales, on tend de plus en plus vers une société totalement matriarcale, situation que l’on peut notamment constater en Afrique du Sud, suite à l’Apartheid.

La cuisine comme lien culturel

8La cuisine - ou l’identité culinaire - a un important rôle de mémoire pour la continuité dans la vie sociale. A partir des années 60, lorsque la plupart des Etats africains ont acquis leur indépendance politique, la Suisse a commencé à établir des contacts avec les populations, par l’intermédiaire de la coopération technique. Beaucoup de mariages mixtes entre Suisses et Africains ont suivi. Nous constatons que dans les ménages où les femmes sont africaines, la nourriture ordinaire est africaine tandis que si la femme est suissesse, les mets de base sont suisses. On retrouve cette même règle dans les mariages panafricains : là où la femme est togolaise et le mari zaïrois, les mets principaux sont togolais, etc.

9Dans les années 60, il n’y avait pas de magasins qui vendaient de la nourriture africaine et les Genevoises africaines se rendaient dans les anciennes métropoles coloniales - Paris, Bruxelles, Londres - pour accéder à ces produits. Aujourd’hui, et grâce à la volonté des femmes de garder leur identité culinaire, plusieurs magasins proposent ces produits à Genève. Ces exemples montrent la volonté de la femme de conserver l’essentiel de la survie biologique et sociale. Cette double maternité biologique et sociale est très dynamique mais est une volonté permanente, que la femme habite dans le milieu urbain ou rural, dans son pays d’origine ou à l’étranger...

Pour une confiance retrouvée

10Le rôle historique de la femme n’est pourtant comptabilisé dans aucun document et nombreuses sont les sociétés qui ne veulent pas en tenir compte. Les Africaines doivent faire savoir que les femmes ont joué un rôle fondamental dans les progrès de développement. Elles ne veulent pas de médailles mais seulement la confiance de leur société.

11La réponse à la question "les femmes ont-elles le pouvoir de transformer leur histoire, sont-elles novatrices ?" se complique du fait de l’histoire coloniale et des invasions des puissances extérieures dans les champs politiques et juridiques. Dans Femmes africaines et pouvoir, Gertrude Mianda écrit :

12"A l'époque pré-coloniale, les épouses n'attendaient pas I'autorisation de leurs conjoints pour entreprendre la production agricole. Celle-ci s'effectuant dans un cadre lignager, était considérée comme une charge traditionnelle des femmes en vertu de la division socio-sexuée du travail. Mais l'intrusion coloniale s'opère avec des bouleversements socioéconomiques et culturels, qui ont eu des incidences autant sur l'organisation de la production agricole que sur la structure familiale traditionnelle.

  • 1 MIANDA Gertrude Femme africaine et pouvoir, Harmattan, Paris, 1996, p. 80

13Je veux dire par là que l'administration coloniale désigna ainsi l'homme comme sujet de droit au point que l'épouse n'avait d'existence légale que par l'intermédiaire de son conjoint. Ce dernier détenait en effet un livret d'identité qui contenait toutes les informations concernant son épouse. L'entreprise coloniale légitima et renforça de cette manière l'autorité économique et morale de l'homme sur la femme."1

  • 2 MIANDA Gertrude, op. cit., p. 24

14"Elle établit l'homme comme le seul et unique pourvoyeur de la famille et relégua la femme au foyer. En fait, elle s'appliqua à transposer dans la colonie, la situation de l'épouse dans la métropole. Elle reproduisait ainsi le code napoléonien"2

15Ce que montre cet extrait est que la femme africaine - et le citoyen africain en général - rencontre aujourd’hui des obstacles à son développement, en rapport avec l’époque coloniale. Sans pour autant affirmer que la société pré-coloniale était un "eldorado", il faut reconnaître que la femme pouvait alors entreprendre des activités de développement puisque la jurisprudence de l’époque lui faisait confiance. Aujourd’hui, nous avons besoin de cette confiance, qui nous est refusée en Afrique comme dans les sphères internationales. Si les femmes africaines avaient reçu la moitié des crédits pour le développement, le continent africain ne serait-il pas plus avancé aujourd’hui ?

Présentation de l'association des femmes d’origine africaine

16L'association des femmes d'origine africaine est le résultat de la fusion des femmes africaines d'expression française et celles d'expression anglaise. Notre Association re-groupe en son sein, com-me son nom l'indique, toutes les femmes africai-nes et d'origine africaine (Afrique, Amérique du Nord, Amérique latine, Haïti, les Antilles). Elle est sans but lucratif, apolitique et se veut culturelle et humanitaire. Notre association a tout particulièrement pour but d'établir le contact, l'unité et la coopération parmi les femmes d'origine africaine, qui veulent garder grâce à ces contacts leur identité culturelle et promouvoir une meilleure connaissance de l'Afrique et de sa culture au sein des communautés helvétique et internationale.

17Notre association vise également à entreprendre et soutenir des actions humanitaires, de secours, sans distinction religieuse, politique, sociale ou nationale en mettant un accent particulier sur l'entraide entre membres.

18Nous, les femmes africaines conscientes que la connaissance de notre culture et de nos traditions est essentielle à tous les aspects de notre vie, nous considérons que la transmission à nos enfants de notre héritage culturel africain est un des principaux objectifs que nous poursuivons, car nous avons compris que l'instruction, I'éducation était la base de tout et, que, lorsqu'une femme est instruite, elle peut arriver à changer et à éduquer son milieu.

19L'existence en Suisse de plusieurs femmes venues du continent africain a permis la rencontre de plusieurs cultures différentes ; c’est un facteur d’union qui nous permet de nous concentrer essentiellement à l'éducation des enfants et à la transmission des valeurs traditionnelles.

20Plusieurs actions ont été déployées dans ce sens depuis la création de notre association en 1981. En voici quelques exemples :

21Il s'agit de manifestations culturelles diverses sur l'Afrique : projection de films, musique traditionnelle, danses folkloriques de tel ou tel pays d'Afrique ou tout simplement invitation d'une personnalité de passage à Genève, ayant dans ses attributions, l'éducation ou les questions sociales dans un des pays africains, à nous parler du développement des femmes dans son pays, de l'éducation et de la scolarisation des enfants y compris la santé.

22De plus, depuis quelques années, l'Association des Femmes d'Origine Africaine a parfaitement intégré la vie culturelle genevoise et a trouvé sa place dans le concert international, en participant activement à plusieurs manifestations culturelles dans le canton de Genève et dans les autres cantons suisses dont notamment :

En Suisse

  1. Fête de la diversité culturelle, organisé par la Ville de Genève, avec la collaboration de l'association Mondial Contact en juin 1995,

  2. Fête de la culture, organisé par la Ville de Genève en collaboration avec l'association Mondial Contact du 28 novembre au 2 décembre 1995,

  3. Participation au 5ème Congrès suisse des femmes du 19 au 21 janvier 1996,

  4. Participation à l'invitation de la Ville de Zurich en collaboration avec l'association Mondial Contact du 13 au 15 avril 1996,

  5. Déjeuner-débat à l'Hôtel Richmond pour la présentation de la nouvelle association " Alliance de Francophonie de Suisse ",

  6. Conférence de Lugano, organisée par l'Institut Panafricain de Lugano du 8 au 9 juin 1996,

  7. Invitation de l'Institut d'Etudes Sociales de Genève, pour présenter l'Association des femmes d'origine africaine et conférence débat sur le rôle de la femme africaine dans l'éducation de leurs enfants à l'étranger,

  8. Participation à la conférence : café-débat, organisé par la Fédération des femmes pour la paix mondiale, sur le thème "Situation de la femme africaine en Afrique" le 22 juin 1997.

A l'Etranger

  1. Participation à la 4ème Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes à Beijing Chine,

  2. Participation en Hollande à l'Assemblée générale de l'Association "South Hope without Barrier in Europa (SHEBA)",

  3. Participanon à Bruxelles à l'Assemblée générale de "Black Women in Europa Network (BWEN)".

Actions futures

23Un programme biennal 1997-1998 a été approuvé. En plus des activités traditionnelles de soutien aux groupes de femmes et des actions de solidarité, ce programme prévoit l'organisation de plusieurs conférences et séminaires sur des thèmes aussi variés que :

  1. femmes et éducation,

  2. situation des femmes migrantes d'origine africaine en Europe,

  3. problèmes de santé spécifiques à la femme,

  4. accès de la femme rurale africaine au droit et à la justice, problèmes des violences faites aux femmes, etc.

Notes

1 MIANDA Gertrude Femme africaine et pouvoir, Harmattan, Paris, 1996, p. 80

2 MIANDA Gertrude, op. cit., p. 24

Table des illustrations

Légende Illustration : Marie Thorndahl
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteur

Association des femmes d’origine africaine, Genève.

Lire

Open access