Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Les chaînes élémentaires l'existentiel au quotidien

Femmes, initiatives et citoyenneté. Témoignages et observations

Sarah Khalfallah

Texte intégral

1Mondial Contact est une association genevoise travaillant sur les échanges interculturels et la participation du résident et du citoyen d’origine étrangère à la vie de la cité.

2Dans le cadre de ce forum, il s’agit pour Mondial Contact, de se pencher sur un aspect de la problématique des femmes dans le milieu associatif pluriculturel à Genève. J’ai donc été amenée à me poser cette question que très franchement je ne m'étais jamais posée. Dans le cadre de notre travail, environ la moitié des associations agissant dans le domaine de la pluriculturalité sont gérées par des équipes de femmes, l’autre moitié l’étant par une mixité assez équilibrée. Après une présentation de notre association, j’essayerai de dégager les spécificités féminines dans cette partie de l’associatif genevois.

3Je suis de père tunisien et née à Tunis ; ma mère est franco-anglaise et s’est remariée avec un américain de religion juive. Ma conscience culturelle s’est donc effritée de par le métissage et des événements de ma vie, l’immigration en étant forcément un. Dès la fin de mon adolescence, j’étais souvent confrontée à la question identitaire qui ne facilitait pas mes relations avec Genève. "Ici mais d’ailleurs", c’était bien l’ambiguïté que l’on m’imposait et qui, je l’ai bien compris par la suite, était imposée aux autres étrangers en général. Je suis une tunisienne d'"origine", habitant à Genève, s’y sentant bien même après une période de ras-le-bol qui m’a envoyée au bout de la planète "où l’herbe serait forcément plus verte". Cette image de Tunisienne étant omniprésente dans mes relations avec les autres, j’ai opéré un retour au pays, une redécouverte de mes racines, de ma famille pour laquelle nous étions mon frère et moi les moutons égarés. Sur place, on découvre aussi que l’on est pas non plus tunisienne ; c’est de ces synthèses culturelles qu’est née Mondial Contact. Je suis à Genève, de parcours culturels multiples et j’ai envie de participer à la vie locale tout en revendiquant cette "interculturalité" personnelle. J’ai trois passeports à présent, je suis une pluricitoyenne, et au travers de l’association, j’ai choisi de favoriser, développer, faciliter l’accès à la vie locale, sociale et civique. J’ai donc décidé de ne plus être victime ou de fuir une étiquette, mais bel et bien de l’intégrer dans une réflexion novatrice sur les rapports entre cultures différentes. Ce qui m’aurait bien aidé à l’époque était de prouver en milieu occidental, les apports des personnes d’origine étrangère. Je cherchais à me reconnaître dans des modèles quasi inexistants : présentateurs de télévision d’origine étrangère, professeurs de lycée d’origine étrangère, maire ou élus d’origine étrangère, fonctionnaires d’origine étrangère. J’ai rapidement associé la non-visibilité des personnes d’origine étrangère à une exclusion organisée. Je me suis sentie rapidement aussi exclue de certains systèmes sauf que cette exclusion était d’autant plus difficile à vivre que j’avais grandi dans la région. Encore le poids des étiquettes...

4Devenir suisse n’est pas chose facile. On peut s’instrumentaliser du passeport et devenir actif dans le cadre de la société genevoise sans pour autant intégrer les données culturelles et historiques de la région à laquelle on aimerait contribuer. On devient suisse sans forcément voter, sans adhérer à un parti, sans faire connaître une réflexion qui touche la collectivité.

5Au-delà des instruments légaux, les citoyens d’origine étrangère disposent rarement d’instruments psycho-culturels nécessaires à une véritable identification à la cité d’accueil. La création de Mondial Contact est née de ce constat de vide au niveau des services nécessaires à l’insertion culturelle. Les conditions d’insertion se composent de démarches administratives mais également d’une démarche psychosociale. Les citoyens d'origine étrangère ou les migrants n'arrivent pas toujours à surmonter de manière autonome les chocs culturels issus de leurs situations particulières.

6Le discours sur l'immigration, brut par sa structure extrêmement précise sur les conditions à remplir pour pouvoir vivre à Genève de façon harmonieuse, mène directement au droit de vote. L’espace entre ce discours "administratif" et le droit de vote restait à occuper. Il est de nature interculturelle, intègre les recherches identitaires, les questions relatives aux rapports avec la cité mais surtout doit proposer des instruments participatifs... L’association Mondial Contact a été créée avec l’ambition d’occuper cet espace, ce qui nécessitait de créer de nouveaux instruments de communication interculturelle et de participation. Par exemple, au niveau des médias, c'est très rare, même pour une Vietnamienne qui est née à Genève, de pouvoir s'exprimer en tant que genevoise sur la problématique régionale. Il est encore plus rare de voir un Zaïrois parler d'enjeux locaux, même s’il adhère à un parti politique. Ce manque d'apparitions s’appuie sur des clichés pas toujours identifiés, mais très présents au niveau de l'instrument média. Il était donc indispensable de sensibiliser et faire apparaître des visages et des témoignages nouveaux.

7Les clichés à déconstruire sont très importants. Par exemple, si un Genevois allant s’installer à Bangkok est perçu comme un aventurier, une Thaïlandaise venant s’installer à Genève se confrontera immanquablement à des étiquettes extrêmement violentes. Elle ne pourra mettre en valeur sa culture que si elle s’inscrit dans un groupe associatif la valorisant. Le Club Thai, comme les autres (haitiens, etc.) a des activités communautaires, des regroupements autour d'une fête religieuse, d'un baptême... La volonté parallèle est bien de communiquer avec les autres composantes de la société et de véhiculer d’autres images et connaissances pour lutter contre les stéréotypes mais celle-ci est souvent mal structurée.

8Bien que le citoyen suisse montre de la bonne volonté vis-à-vis de ses co-citoyens d’origine étrangère, cette attention est souvent conditionnée par un sentiment de culpabilisation : "il faut absolument que je parle en son nom, que je l’aide". Cette relation à l’étranger, que l’on pourrait appeler "barrage de l’inconscient", occulte le fait que le citoyen d’origine étrangère dispose de moyens intellectuels, relationnels et de vécus pour exprimer sa situation et ses réflexions. Il faut surtout aujourd’hui faciliter d’une part l’accès à la communication de cette réflexion et sensibiliser d’autre part l’écoute de cette réflexion, l’intégrer dans le fonctionnement de la cité.

La création d’espaces novateurs pour la participation citoyenne

9L’objectif général de Mondial Contact est de promouvoir la participation du citoyen d’origine étrangère et du résident dans la vie de la cité. Les Civic’Cafés et les Cultures Cafés veulent être des lieux de décloisonnement entre les différents milieux de la société genevoise. Ils doivent permettre aux uns et aux autres, étrangers, naturalisés et Genevois, de bénéficier de lieux accessibles et conviviaux de dialogue et de débats traitant de la vie politique, économique et culturelle de la cité.

10Une des ambitions de ces échanges interculturels est de déconstruire l’idée d’étranger comme notion globalisante pour mettre en exergue la diversité des individus, en terme de convictions politiques, d’engagements sociaux... Il s’agit finalement de montrer que les étrangers de Genève constituent une population variée au même titre que tout autre groupe humain. Cette réalité devrait être à la base des restructurations des relations entre les uns et les autres et d’une redéfinition du concept de société multiculturelle dans laquelle nous vivons. De même, les étiquettes qui accompagnent l’interculturel sont généralement les vertus de la tolérance et de la solidarité. L’enjeu est que le rapport culturel soit dénudé de préjugés négatifs ou positifs, afin que les rapports humains puissent se construire sur des bases réelles, des faits.

Photo : Johnathan Watts, Musée d’ethnographie, Genève.

11La promotion associative constitue une importante part du travail de Mondial Contact. Il s’agit de fortifier les nombreuses associations de cultures, d’origines et de religions multiples et leur permettre d’apparaître sur la scène genevoise pour diffuser leurs différentes facettes culturelles mais aussi leurs préoccupations culturelles ou professionnelles. Le développement d’un réseau associatif permet de créer un espace multiculturel pour organiser des manifestations et des séminaires sur des thèmes touchant la vie des différentes communautés étrangères. L’échange et le partage d’expériences doivent aider à évacuer des tensions interculturelles vécues individuellement. Si Mondial Contact n’a pas la faculté de répondre aux tensions psychologiques individuelles, ses permanences contribuent à évacuer des tensions refoulées par les personnes en prise à des contradications interculturelles. Ces interventions font appel à la dimension citoyenne de chaque individu pour le projeter en tant qu’acteur dans la cité et non plus en tant que demandeur/receveur.

12Mondial Contact édite par ailleurs une revue trimestrielle afin d’offrir un média genevois aux personnes d’origine étrangère pour qu’ils puissent y exprimer leurs multiples opinions et activités. Cité-Connexion veut représenter la société multiculturelle dans sa complexité, en évitant les clichés simplificateurs de "Cité internationale, Ville de paix et de tolérance".

La femme dans la vie associative

13La vie associative offre de multiples plates-formes à la femme, pour s’exprimer et mener des projets à bien. C’est un premier pas pour constituer des repères en dehors des "carcans traditionnels" et construire de nouveaux rapports avec la cité.

14Le monde associatif genevois est révélateur de différents aspects. Premièrement, le recours associatif est très important pour les femmes qui désirent s’investir et créer des liens nouveaux avec leur société d’accueil. Dans le nid de l'immigration, il peut y avoir des carcans qui se perpétuent, notamment les carcans religieux. Deux jeunes filles de 17 ans ont récemment témoigné sur ce qu'elles vivent à la fois à l'école et dans la famille, deux mondes, totalement différents. Leur problème est de faire le lien entre ces deux mondes l'un étant fermé, le second véhiculant de nombreux stéréotypes sur ce que doit être l'adolescence féminine à Genève. Elles ont-elles-mêmes spontanément parlé du recours associatif en demandant ce qu'elles pourraient faire pour pallier les tensions interculturelles qu’elles vivent. C'était encore une question que la structure associative peut prendre à sa charge.

Photo : Association Mondial Contact.

15Un autre exemple est une membre sénégalo-malienne, qui a eu d'énormes problèmes pour créer une entreprise dans son pays d’origine à cause de blocages culturels et religieux. Elle a finalement monté son entreprise commerciale à Genève. Bien que cette initiative soit éloignée de la vie associative, le recours à l’activité associative peut offrir des repères aux femmes pour créer et faire valoir leurs idées, notamment par rapport au vécu familial en situation d’immigration.

16Le milieu associatif permet de constater une chaine de tensions, d’ouvertures et de nécessités pour les femmes d’origine étrangère. La première ouverture est le milieu scolaire importé par les enfants au domicile. Ce vécu scolaire injecte des idées, des sensations et des perceptions nouvelles dans la culture familiale. De nombreuses initiatives associatives naissent de cette confrontation à d’autres repères culturels, qui peuvent remettre en question ses propres croyances. Ces expériences individuelles mènent à la création d’écoles de langues pour les générations nouvelles ou la mise sur pied de réseaux de rencontres féminines pour approfondir des problématiques communes. De même, la nécessité de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de la famille confronte la femme avec d’autres milieux et éveille des nécessités de formation. Les types de relations entretenues avec le pays d’origine et la nécessité de faire valoir sa propre culture ou d’aider son pays mènent également à des activités, par des actions de solidarité avec la région d’origine ou par des mouvements ayant des implications plus politiques.

17Toutes cette vie structurée en associations amène les femmes à réfléchir sur leur rôle en général et particulièrement en situation d’immigration. C’est devenu un peu banal de dire que la créativité associative permet d'agir en adéquation avec les véritables préoccupations des femmes. Après avoir repéré les enjeux locaux, l’association permet d'abord d'établir des relations plus ou moins fiables, de s'affirmer et de rencontrer d'autres personnes. L’implication associative facilite en fait la libération de concepts, d'idées, d'impressions, développe l'action collective et permet de se mesurer dans la société d’accueil. Elle favorise également la prise en compte d'éléments sociaux qui expliquent un vécu mal intégré et le développement d’intérêts personnels en relation avec l’association ou la cité. La marge entre ce que l’on défend par l’initiative personnelle et l’expression associative devient alors extrêmement faible.

18Les rôles des associations par rapport à l’immigration sont multiples et ne concernent pas uniquement les femmes. Pendant la crise du Golfe, par exemple, les communautés liées à cette problématique, soit par leur engagement politique, soit par leur appartenance culturelle, avaient un rôle déterminant à jouer afin de lutter contre la montée des clichés dans la conscience collective. L’association doit alors tenir un rôle pédagogique vis-à-vis de la société d’accueil pour maintenir des relations entre les uns et les autres et atténuer les ressentiments.

19Dans le cadre de nos activités, nous avons souvent été amenés à constater à quel point l’action de personnes d’origine étrangère en milieu d’immigration pouvait avoir un impact sur la région d’origine. En effet, en ce qui me concerne par exemple, mes activités m’amènent de plus en plus à me rapprocher de Tunis : la réflexion métisse, "immigrée" soulève de nombreux enjeux et les aller-retour entre Tunis et Genève font de gens comme nous non seulement des médiateurs mais développent notre sensibilité à l’échange adapté de valeurs, d’idées, d’initiatives, etc.

20Quelles que soient les actions que les femmes d’origine étrangère développent ici à Genève, que ce soit dans le milieu associatif ou dans un parti politique, elles y intègrent tous leurs vécus culturels, leurs confrontations religieuses, etc. Ces actions ont parfois des répercussions inattendues sur la cité d’accueil comme sur les régions d’origine, par la création de nouveaux réseaux d’échange.

Table des illustrations

Légende Photo : Johnathan Watts, Musée d’ethnographie, Genève.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Photo : Association Mondial Contact.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 466k

Auteur

Association Mondial Contact, Genève.

Lire

Open access