Version classiqueVersion mobile

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Drôles de genres vieille question, nouveaux enjeux

Pour une approche genre dans les projets de développement au Niger

Chrystel Ferret Balmer

Texte intégral

  • 1 Equipe de formation mandatée par le Programme Femmes de la Coopération Suisse (Section Ressources H (...)
  • 2 Sans perdre de vue le concept et les grilles d’analyse théoriques, il s’agissait de proposer une ap (...)

1Depuis le début des années 1990, le Bureau de la Coopération Suisse au Niger1 s'est penché sur la prise en compte des femmes au sein des projets et des institutions partenaires pour constater que, malgré les tentatives d'intégration, elles restaient le plus souvent des bénéficiaires ou des acteurs de second plan. Il était donc nécessaire de revoir la démarche et de trouver le moyen d'introduire la prise en compte, non seulement des femmes, mais aussi des relations entre les hommes et les femmes dans les projets pour se recentrer vers un développement équilibré hommes-femmes2.

La formation des agents de développement : une démarche originale

2Un premier séminaire est organisé en 1993, avec l'appui de consultants africains et de la Division développement équilibré hommes-femmes. Il s'agit pour les cadres nigériens des institutions partenaires de s'initier au concept et à la grille d'analyse Genre de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC). Si le concept rencontre leur adhésion théorique (à l'image du principe démocratique), chacun ressent fortement l'écart entre les principes de l'approche et la réalité nigérienne. Ils expriment la crainte de prendre des risques, de s'exposer, d'oser bousculer la répartition traditionnelle des rôles entre les hommes et les femmes et de devoir remettre en cause des rapports sociaux davantage fondés sur la dépendance que sur l'équité. Les résistances observées, la difficulté pour les participants de passer à l'acte les amènent, en fin de séminaire, à demander à pouvoir effectuer un travail sur eux-mêmes afin de mieux se connaître, de mieux se situer individuellement par rapport au concept genre avant de pouvoir l'introduire auprès de leurs collaborateurs et partenaires, dans le cadre de leurs activités.

3Un second séminaire, organisé en 1994, regroupe les mêmes participants, mais est animé cette fois par une équipe en majorité nigérienne, composée d'un psychologue, d'un pédagogue comédien, de sociologues. L'objectif est, à partir des expériences concrètes et des vécus personnels, de mieux situer les aspirations des femmes et des hommes dans leur milieu culturel, d'améliorer leur compréhension des relations hommesfemmes. Il s'agit de formuler des propositions pour favoriser les pratiques conciliables, tant au niveau personnel qu'au niveau professionnel, avec un développement équilibré. L'équipe d'animation utilisera pour la première fois la technique des jeux de rôle. Un homme et une femme joue une situation où interviennent les relations hommes-femmes ; dans un premier temps chacun interprète son propre rôle et ensuite les rôles sont inversés (la femme joue l'homme et l'homme joue la femme). A l'issue de cette rencontre, si les responsables de projets et partenaires reconnaissent avoir effectué un important travail sur eux-mêmes et entamé une appropriation du concept, ils restent sceptiques et inquiets quant à la transposition et à l’application de ce concept sur leur terrain d’intervention, dans leur projet et au niveau du village.

4La difficulté réside en ce que, pour beaucoup d’agents de développement, l'approche genre constitue en premier lieu une menace de l'ordre existant entre les hommes et les femmes. Ces craintes ne sont évidemment pas sans fondements dans la mesure où l'approche genre sous-tend la notion de transfert de pouvoir et propose une modification des rôles sociaux. La formation doit les amener à considérer cette nouvelle façon d'envisager les relations entre hommes et femmes comme un apport dans un processus de progrès social, et non comme un bouleversement radical. Elle doit également donner aux agents de développement, les moyens de définir avec les acteurs du développement eux-mêmes, quelle proportion de transfert est acceptable et bénéfique pour la communauté. Compte tenu du contexte culturel, social et religieux, il n'est pas toujours évident pour les agents de développement d'admettre que l'amélioration des conditions de vie et du statut social des femmes conditionne le développement de la communauté. Ces résistances sont comparables à celles rencontrées, au Niger, lors de l'introduction de l'approche participative par des animateurs issus d'une société très hiérarchisée où le pouvoir traditionnel reste fort et où le flux décisionnel s'effectue du haut vers le bas.

5Les leçons tirées de ces deux premiers séminaires nous ont conduit à réfléchir sur la suite à donner à l'expérience pour atteindre l'objectif final qui reste la mise en œuvre de l'approche genre sur le terrain. Pour chaque projet et chaque organisation partenaire, un atelier fut organisé.

La formation de l'ensemble de l'équipe à l'approche genre

6Même si les cadres disposent d'une grille d'analyse genre, il leur est bien difficile d'amorcer les changements nécessaires si les personnes qui sont en contact direct avec la population montrent des réticences par rapport à cette nouvelle approche.

7Il est nécessaire que tout le personnel du projet soit formé et informé. Cela aide à mieux faire comprendre la transversalité de l'approche et évite la marginalisation des femmes. Dans l’organigramme du projet ou de l'organisation, le poste de "chargé/e des questions de genre" ne doit pas remplacer le ou la "chargé/e des questions féminines", ceci ayant pour effet que les autres collaborateurs ne se sentent pas concernés par cette problématique. L'équipe du projet doit comprendre que l'intégration de l'approche genre se fait à toutes les étapes du projet, de la conception à la mise en œuvre et que sa promotion doit être la préoccupation de l’ensemble de l’équipe.

8En dehors de ce fait, il est important que tous, des cadres de direction aux animateurs de terrain, soient au même niveau d'information théorique, mais aussi, en tant qu'individus, pour qu’ils puissent effectuer le travail de réflexion sur eux-mêmes, sur leur perception de l'autre et sur leur relation à l'autre.

Le travail sur soi-même du personnel d'encadrement des projets : l’élément clef pour la promotion de l'approche genre dans les actions de développement

9Dans un contexte culturel et social comme celui du Niger, il permet à chacun de percevoir, d'identifier les différents blocages ressentis par rapport à cette approche et joue un rôle primordial dans l'appropriation de la démarche. Le but de l'équipe, par le biais de différents exercices, est d'ouvrir des brèches dans les carapaces de chacun/chacune afin qu'ils/elles parviennent à prendre un certain recul par rapport aux rôles sociaux auxquels ils se conforment dans leur vie privée et professionnelle. Bien qu'encadré par un psychologue et un comédien, l'exercice présente un risque car il implique une part de destructuration de l'individu. Au contraire, cette partie de la formation qui fait appel aux jeux de rôles et au vécu personnel s'est avérée extrêmement riche et a rencontré un grand succès auprès des participants. Tous se sont impliqués dans ce travail avec spontanéité, franchise et enthousiasme. Ces formations ont permis aux hommes et aux femmes de s’interroger sur le bienfondé, les avantages, les inconvénients des rôles qu'ils sont amenés à remplir (chef de famille, épouse, jeune fille à marier, etc.).

10La mise en confiance obtenue grâce au travail d'animation a donné la possibilité aux participants de verbaliser, face au groupe, les craintes, les aspirations, les frustrations personnelles liées à ces rôles. Les hommes ont pu dire combien ils ressentent lourdement l'obligation qui leur est faite de subvenir aux besoins de la famille ; les femmes avouer que pour elles l'acte sexuel est souvent assorti de violence ; les jeunes hommes célibataires exprimer le sentiment qu’ils ont de "n'être rien" puisque pas encore chef de famille. Dans certains cas, des angoisses profondes liées à des épisodes passés ou actuels de la vie ont pu être verbalisées (récit d'une agression sexuelle vécue par un homme à l'âge de cinq ans, jamais évoqué auparavant ; hommes avouant leur violence avec les membres de leur famille ; femmes se levant pour mimer une scène de violence dont elles ont été victimes). Si ce type de travail est relativement répandu dans les formations dispensées dans le monde occidental, il est tout à fait nouveau pour les agents de développement nigériens.

  • 3 Il a quelquefois fallu une heure de discussion pour faire admettre au groupe des hommes que "l'inte (...)

11Le "portrait type" qui consiste à décrire, par groupes, l’autre sexe, révèle l’image que chacun se fait de l’autre et de luimême. Le portrait est bien souvent surprenant et pas toujours facile à accepter3. La découverte du regard de l’autre s’avère plus difficile pour les hommes car il remet souvent en cause la supériorité qui leur est socialement conférée. La difficulté pour les femmes est plutôt de reconnaître leur potentiel personnel.

12Bien que l'effet à long terme de ce travail reste difficile à évaluer, il est indéniable que des lucarnes se sont ouvertes. Des hommes et des femmes ont élargi leur perception de l'autre genre et comprennent mieux le type de rapports qu'ils entretiennent avec lui.

Introduction de l'approche genre dans une perception dynamique de la société et de la culture

13Les opérateurs de développement, qu'ils soient cadres ou animateurs, bien qu'étant souvent d'origine rurale ont quitté le village pour suivre des études secondaires en milieu urbain, et ne retournent dans leur village que pour de brefs congés. Leur milieu d'origine tel qu'ils l'ont connu dans leur enfance reste leur référence principale et ils se représentent la société de manière figée, ne prenant pas toujours en compte les mutations, les transformations qui ont pu s'y produire en dix ou vingt ans. Lorsqu'ils se retrouvent à titre professionnel dans un milieu autre que leur milieu d'origine, ils ont tendance à interpréter la réalité sociale à travers ce même cadre stéréotypé, pas toujours adéquat.

  • 4 Cette multiplicité de référence est en général défavorable aux femmes. En matière d’héritage, on se (...)

14La remise en question que supposent de nouveaux modes de relation hommes-femmes les pousse à se réfugier dans une tendance à l’uniformisation qui décrit une société où tout le monde fonctionne de la même manière, où les changements sont difficiles, voire impossibles. L’Islam est utilisé de la même façon. Pourtant, les règles sociales sont le résultat d’une alchimie entre de multiples codes sociaux, culturels, légaux et religieux : la tradition et le droit coutumier, l’héritage colonial, l’Etat, son administration, le code civil, l’Islam, le Coran4. L’analyse collective de la réalité sociale, culturelle et historique en terme de genre permet de s’éloigner de ces schémas figés. Elle met en évidence les mutations passées et actuelles et amène à une perception dynamique de la société où les transformations s’opèrent de toutes façons, où les codes se mélangent et s’imbriquent.

  • 5 Pour l’agriculture, la représentation sociale spontanée est "L’homme cultive le champ familial et l (...)

15Pratiquement, l’exercice consiste à passer en revue les différentes activités économiques et sociales de la communauté et à examiner, pour chacune, ce que font les hommes et ce que font les femmes en dépassant le stéréotype pour décrire la réalité5. La prise de conscience des écarts et des similitudes entre la représentation sociale et le fonctionnement réel de la société permet d’envisager la société dans une perspective dynamique positive. Elle favorise la perception du changement social, non plus comme un danger, mais comme un facteur de progrès social. Le groupe observe également que les relations entre les sexes varient d'une société à l'autre et d'une époque à l'autre. Au Niger, les différences entre les multiples groupes qui composent le pays sont notables. En outre dans la même région et dans le même groupe ethnique on peut aussi observer des différences entre villages.

Des exemples concrets de l’approche genre au niveau local

16L’équipe du projet reprend les différentes actions de développement passées ou en cours qui se sont déroulées localement (qu'elles soient de son fait, de celui d’un autre intervenant ou issues d’une initiative locale). Pour chacune on étudie l’impact qu’elles ont eu sur les différents groupes sociaux (hommes, femmes, jeunes, vieux). Cet exercice replonge les agents dans leur cadre professionnel et leur permet de se représenter concrètement ce que signifie genre. L’analyse est plus facile si on reste à un niveau local (village, quartier).

17On attire également l’attention des participants sur le temps dont ne disposent pas les femmes tout au long de l’année, contrairement aux hommes qui sont toujours disponibles en dehors de la période culturale. Cette sur-occupation des femmes explique bien souvent l’échec de certaines actions.

18Les participants réalisent ainsi que des actions pensées à l'origine comme favorables aux femmes n'ont pas eu que des effets positifs sur leurs conditions de vie. Avec des exemples à l’appui, on parvient à démontrer que l'approche genre ne se limite pas aux actions destinées aux femmes : des actions ciblant d'autres groupes peuvent avoir un effet positif sur les femmes et sur l'ensemble de la communauté. Cet aspect reste un des plus difficile à intégrer dans les projets, les exemples étant relativement peu nombreux compte tenu des approches "intégration des femmes" développées jusqu’à maintenant.

Les limites de l'approche genre, le domaine du possible

  • 6 Si le puisage de l'eau peut être fait par un homme, il est inconcevable que l'homme puisse porter u (...)
  • 7 Il semble difficile au Niger qu’une femme dirige des hommes en milieu rural. Une femme sous-préfet (...)

19La dernière étape, c’est de faire l’inventaire des champs du possible pour l’approche genre et d’identifier les actions porteuses de changement qui peuvent être initiées sans entraîner de blocages. Les limites de l’approche sont fixées par le contexte social et culturel en présence. Lors des ateliers nous avons pu constater que certaines tâches ne sont pas transférables d'un sexe à l'autre. Elles restent chargées d’une valeur symbolique encore trop forte pour pouvoir être dépassée6. Ces lieux du genre doivent être définis très localement car les choses peuvent varier d’un village à l’autre, d’un quartier à l’autre, d’un groupe à l’autre. L’approche doit rester modulable au sein du projet ou de l’ONG7.

  • 8 Dans un projet, les villageois ont dû convaincre l’animateur de former des secouristes femmes, les (...)

20Bien souvent les villageois surprennent les animateurs par leur ouverture et leur souplesse. Les animateurs reconnaissent que les freins se situent souvent dans l’équipe de projet. La communauté villageoise qui fait face à une réalité économique de plus en plus difficile est prête à assumer certains changements si elle les juge susceptibles d’améliorer ses conditions de vie8. Les champs du possible sont à délimiter avec les villageois et les actions du projet doivent se situer dans cet intervalle pour progresser vers un développement plus équilibré entre les hommes et les femmes.

Analyse sociale des relations hommes-femmes : tradition, religion, mutations, innovations

21La société nigérienne a été depuis une centaine d’années soumise à de grandes transformations et voit s’opérer en elle des mutations, tant économiques que sociales, culturelles et religieuses. L’analyse sociale à laquelle nous avons procédé au cours des ateliers nous a permis d’étudier l’impact de ces changements profonds sur le groupe social des femmes et sur la communauté dans son ensemble. Nous présentons ici les résultats du travail d’analyse réalisé à partir des activités génératrices de revenu des femmes dans le monde rural haoussa des régions de Tahoua et Maradi.

La répartition traditionnelle des rôles

22Au plan économique, l’homme doit subvenir aux besoins fondamentaux de sa famille (logement, nourriture, habillement). La femme prend en charge les activités reproductives. Les activités génératrices de revenus qu’elle pratique en parallèle sont destinées à fournir à la femme de quoi assurer les dépenses sociales (baptêmes, mariage) et ses dépenses personnelles (soins corporels, soins et éducation des enfants). Cette répartition reste socialement acceptée et correspond aux principes de l’islam mais la réalité est, dans bien des cas, très différente. Depuis une vingtaine d’années l’aggravation des conditions économiques liée à la baisse des rendements agricoles et à la pression démographique a profondément modifié la donne.

L’accroissement de la pression foncière et ses conséquences pour les femmes

  • 9 Champ cultivé par la femme qui lui est prêté par son mari ou son frère.

23Le rendement de la gamana9 des femmes est souvent faible. Le champ prêté n’est alors pas convoité par les hommes. Par contre il est fréquent que lorsqu’une femme obtient de bons résultats dans un champ, il lui soit repris et qu’un autre terrain moins productif lui soit attribué. Les femmes sont les premières victimes de la concurrence qui s’exerce sur les terres cultivables. La production agricole devenant de plus en plus aléatoire et la taille des champs diminuant, les hommes doivent diversifier leurs activités.

  • 10 La première jeune pousse du rônier qui s’obtient en plantant les noyaux des fruits et qui se mange (...)

24On assiste à la récupération par les hommes d’activités rentables jusque-là réservées aux femmes (les cultures de contre-saison, la commercialisation du mirichi10, et plus récemment le commerce de condiments). A l’inverse, les activités devenues non rentables reviennent aux femmes (l’extraction du sel, du kaolin, la collecte de cassitérite) qui n’ont plus que ce seul recours pour pallier leurs propres besoins. Les hommes se lancent dans la commercialisation des ressources naturelles jusque-là collectées par les femmes à des fins domestiques (bois de chauffe). Elles doivent donc marcher de plus en plus loin pour trouver le bois. La pratique de l’exode devient plus courante, ce qui a pour conséquence que de plus en plus de femmes se retrouvent chefs de famille, de facto, sans en avoir les prérogatives sociales ni les moyens économiques.

25L’appauvrissement de la communauté oblige les femmes à pratiquer de plus en plus d’activités génératrices de revenu, ceci afin de pouvoir continuer à faire face aux dépenses sociales qui sont leur lot traditionnel, mais également à assurer une partie toujours plus grande de la satisfaction des besoins de la famille que le mari n’assume plus en totalité. Dans la région de Maradi, il est fréquent que l’homme n’assure la subsistance de la femme et des enfants que pendant les 4 mois de culture, la femme se débrouillant le reste du temps avec les produits de son champ, son petit commerce et ses autres activités.

26Le rôle des femmes dans le maintien de l’équilibre économique de la communauté devient essentiel. Cette nouvelle situation explique la forte demande des femmes pour le petit crédit que l’on retrouve aujourd’hui dans la plupart des projets de développement. Une analyse approfondie du petit crédit féminin montre que s’il joue un rôle important dans le fonctionnement de la communauté c’est davantage au plan social qu’économique.

27Dans une situation économique précaire, les femmes adoptent des stratégies de minimisation des risques et non d’accumulation. En général, la femme s’arrange pour disposer d’un petit capital, en épargnant ou en faisant appel au crédit, qui lui permet de mener les activités génératrices de revenu (vente de beignets, maraîchage). Ce capital ou l’épargne (constituée le plus souvent sous forme d’animaux) sont mis en jeu dès qu’elle doit faire face aux dépenses sociales (baptêmes, mariages). Le recours au crédit lui permet de ne pas toucher au capital nécessaire à son activité et de ne pas vendre ses animaux à perte, si le marché n’est pas favorable. La femme évite aussi les conflits que suscitent les demandes d’argent au mari, la honte de devoir demander un prêt à un parent et elle conserve son indépendance en n’étant pas redevable à un éventuel prêteur.

28Le crédit améliore la capacité de la femme à remplir ses obligations sociales envers la communauté, il permet de maintenir les échanges (biki) et la solidarité matérielle entre femmes qui constituent pour elles la seule assurance sociale. Ceci est d’autant plus vrai que les maris parviennent de plus en plus difficilement à remplir leurs engagements familiaux. Si une femme ne peut assumer ses obligations sociales envers les autres, elle est marginalisée par la communauté.

29Le crédit donne possibilité aux femmes de maintenir leurs revenus à un niveau acceptable, mais ne favorise pas l’accumulation au sens économique du terme. Tous les bénéfices générés par l’activité sont réinvestis dans le ménage. La possibilité d’emprunter leur donne une souplesse financière qui les empêche de retomber en dessous de leur niveau économique initial. Un peu comme un nageur qui se maintient à la surface de l’eau mais qui ne parvient pas à en sortir...

Les effets de l’implication croissante des femmes dans les rôles productifs

Sur la charge de travail des femmes

30Le temps et l’énergie supplémentaires que consacrent les femmes aux activités productives s’ajoutent aux tâches reproductives qui leur sont traditionnellement dévolues. L’allégement des tâches ménagères par la technologie a aussi ses limites qu’il convient de ne pas oublier. Il signifie souvent une monétarisation de l’activité qui transforme en charge financière la charge de travail (moulins privés, adduction d’eau potable où l’eau est payante, achat du bois).

Sur l’éducation

  • 11 L’installation d’une pompe à la place d’un puits rend la tâche moins dangereuse et permet d’envoyer (...)

31Les filles doivent soutenir les mères dans leur double rôle productif et reproductif. Elles sont donc davantage mises à contribution, ce qui incite les mères à ne pas les envoyer à l’école. Les améliorations technologiques apportées aux tâches reproductives ont également un effet pervers sur l’éducation dans le sens où il permet aux enfants d’accomplir des travaux devenus moins pénibles, moins dangereux et jusque-là réservés aux adultes11. Par ailleurs, face aux multiples tâches qui leur incombent, les femmes perçoivent les activités de formation, d’éducation comme une perte de temps.

Sur la structure familiale

32Les petits bénéfices dégagés par les activités sont investis quotidiennement par les femmes dans le ménage, mais ces sommes ne sont jamais comptabilisées avec le mari. On ne peut parler de gestion commune des dépenses familiales. La contribution de la femme doit rester occulte de façon à éviter le désengagement de l’homme par rapport à ces dépenses et à ne pas courir le risque qu’il dispose alors des moyens financiers nécessaires pour prendre une seconde ou troisième épouse. En milieu urbain dans les familles où l’homme et la femme sont fonctionnaires et ont donc un niveau d’éducation secondaire ou universitaire, la situation est identique. L’homme assume la plupart des charges familiales et la femme contribue au coup par coup, sachant que si elle augmente sa prise en charge, elle prépare indirectement l’arrivée d’une co-épouse.

33La polygamie peut également être considérée aujourd’hui par les hommes comme un moyen d’accroître la force productive au sein du foyer, les charges occasionnées par le foyer supplémentaire étant de plus en plus pris en charge par les femmes. De la même façon, en milieu urbain, on tend à choisir une deuxième épouse fonctionnaire pour disposer d’un deuxième salaire dans le foyer.

34On constate dans ce cas l’impact négatif que peuvent avoir sur les femmes des actions initialement destinées à améliorer leur condition, induisant même un renforcement de la position sociale masculine.

Sur le statut social des femmes

35Si la femme nigérienne reste très dépendante de son mari, certains indices sont porteurs d’espoir. Les femmes qui mènent une activité productive commencent à disposer d’une plus grande autonomie financière et sociale à l’égard de leur mari dont elles se sentent moins dépendantes. Certaines perçoivent un changement du niveau de leurs relations. Elles estiment que leur mari les considère plus intelligentes, plus éduquées et leur demande conseil en cas de problème financier depuis qu’elles contribuent aux frais du ménage.

36Par contre, du fait de la montée de l’intégrisme religieux, la claustration devient un phénomène plus répandu, mais en période de crise économique, elle reste un luxe réservé à une classe aisée. Un homme doit disposer de suffisamment de moyens financiers pour se priver de la contribution de sa femme et la cloîtrer.

37L’avenir de la femme nigérienne se trouve-t-il dans l’alternative entre vivre sans soucis matériels cloîtrée avec un mari riche (le plus souvent commerçant) ou vivre de façon plus indépendante en trimant 16 heures par jour ? Même si l’on admet qu’au Niger, comme partout ailleurs, les femmes doivent d’abord payer par la double journée de travail l’accession à un statut plus équitable, seul un transfert des rôles sociaux et une modification des relations entre les hommes et les femmes pourront garantir un développement équilibré à long terme.

Quelques exemples nigériens

38- Lorsque des hommes ont pu bénéficier de crédits-charrettes dans le cadre du projet Maradi, certains se sont mis à faire le transport de l’eau et la collecte du bois pour leurs femmes. Cette action qui ne concernait que le groupe des hommes a eu un impact positif sur le groupe des femmes.

39- A Bani Goungou, près de Kollo, l’ONG Weybi a soutenu un groupe de femmes qui a mené une réflexion intéressante sur le fonctionnement de leur communauté, productrice de riz. L’activité principale des femmes est la transformation du riz paddy qu’elles achetaient aux commerçants au fur et à mesure de leurs besoins, au prix du marché qui varie selon la période. En revanche, les hommes du village vendaient leur production de riz aux commerçants, juste après la récolte, lorsque le taux est le plus bas.

40Grâce au crédit qui leur a été attribué, elles ont pu acheter le riz paddy au moment de la récolte à leurs maris, à un taux supérieur à celui proposé par les commerçants, mais inférieur au prix moyen auquel elles achetaient habituellement. Cette action qui ne concernait que les femmes a eu un impact sur la communauté dans son ensemble et a renforcé la position sociale des femmes au sein de la communauté.

Notes

1 Equipe de formation mandatée par le Programme Femmes de la Coopération Suisse (Section Ressources Humaines de la Direction du Développement et de la Coopération à Berne - DDC).

2 Sans perdre de vue le concept et les grilles d’analyse théoriques, il s’agissait de proposer une approche compatible avec la réalité humaine, culturelle et sociale du Niger. La démarche, relativement nouvelle, s’est construite peu à peu au fil du déroulement de l’expérience et s’est avérée extrêmement enrichissante.

3 Il a quelquefois fallu une heure de discussion pour faire admettre au groupe des hommes que "l'intelligence" que les femmes s'étaient attribuées comme qualité était tout à fait légitime...

4 Cette multiplicité de référence est en général défavorable aux femmes. En matière d’héritage, on se réfère le plus souvent au Coran qui attribue une demi-part à la fille contre une part au garçon. Mais cette règle n’est pas appliquée pour l’héritage foncier qui tombe lui sous la juridiction coutumière qui stipule qu’on ne donne pas la terre à la fille (à l’origine, afin d’éviter le démantèlement de l'exploitation familiale). On lui prête une terre en échange pour qu'elle puisse cultiver, mais elle ne la possède pas, elle ne peut pas jouir comme un propriétaire de sa terre, c'est-à-dire la revendre.

5 Pour l’agriculture, la représentation sociale spontanée est "L’homme cultive le champ familial et la femme s’occupe des cultures de case". La réalité après analyse est moins simple : "La femme effectue les semailles, participe aux sarclages et à la récolte du champ familial ; elle cultive également son propre champ ; elle pratique aussi les cultures maraîchères avec un groupement féminin".

6 Si le puisage de l'eau peut être fait par un homme, il est inconcevable que l'homme puisse porter un canari ou une calebasse sur la tête. De même l'homme peut faire des grillades en public mais ne peut faire la cuisine dans une marmite.

7 Il semble difficile au Niger qu’une femme dirige des hommes en milieu rural. Une femme sous-préfet nommée dans une région où les tribus maraboutiques sont importantes a été rejetée par la population. Mais dans un village proche de Niamey, un groupement féminin particulièrement actif soutenu par une ONG a pu obtenir la construction d’une école alors que le chef du village la réclamait en vain depuis plus de 10 ans. Les villageois ont admis que ce pouvait être un motif suffisant pour qu’une femme soit désignée comme chef de village.

8 Dans un projet, les villageois ont dû convaincre l’animateur de former des secouristes femmes, les secouristes hommes n’ayant pas su assurer une bonne gestion du stock de médicaments ou ayant abandonné leur poste pour partir en exode.

9 Champ cultivé par la femme qui lui est prêté par son mari ou son frère.

10 La première jeune pousse du rônier qui s’obtient en plantant les noyaux des fruits et qui se mange commune friandise.

11 L’installation d’une pompe à la place d’un puits rend la tâche moins dangereuse et permet d’envoyer une fillette.

Auteur

Sociologue, consultante, bureau de coordination de la Coopération suisse, Niamey, Niger.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search