Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Drôles de genres vieille question, nouveaux enjeux

Vers un "autre genre de développement"

Anne Zwahlen

Note de l’auteur

Le concept relation hommes-femmes ("Gender") développé par la Direction du Développement et de la Coopération (DDC, Berne). Un "autre genre de développement" est le titre donné par des organismes canadiens de développement à leur guide pratique sur les rapports femmes-hommes dans le développement.

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 80, toutes les agences de coopération ou presque ont adopté des approches intégrant la variable relations sociales de sexe, en s'inspirant des sciences sociales et des principaux cadres d'analyse pour les programmes de développement, forgés essentiellement dans le monde anglo-saxon.

2Nous voudrions évoquer la façon dont l'équipe de la DDC, chargée d'élaborer un concept de formation, s'est à la fois inspirée et distancée de ces travaux et recherches, dont nous rappelons ici les traits les plus importants.

"Gender" : un concept déjà ancien dans les sciences sociales et historiques

3Ce sont des spécialistes anglo-saxonnes qui, les premières, vers la fin des années 60, introduisent dans leurs disciplines le terme de gender. Elles le font en réaction à des études féministes centrées de manière trop exclusive, étroite ou séparée sur les femmes.

4En effet, la recherche féministe de l'époque, en plein essor, se donne pour tâche de donner une dignité et un sens historique à l'apport des femmes à la vie sociale, apport considéré comme si naturel et allant de soi qu'il n'était jusqu'alors guère nécessaire d'en souligner la trace. Des études centrées surtout sur le XVIIIe et XIXe s. font sortir de l'anonymat le plus total des mères et des ménagères, des nourrices et des sages-femmes, des bonnes à tout faire et des bourgeoises...

5Parallèlement, des priorités militantes affirmées souvent avec force et panache revendiquent le droit des femmes à se réapproprier leur propre corps et cela détermine force recherches orientées vers la sexualité, la procréation et l'allaitement.

6Paradoxalement, ces approches, qui se voulaient pourtant en rupture par rapport aux perceptions traditionnelles, renforcent des stéréotypes anciens. A savoir qu'il y aurait deux sphères séparées et que les femmes sont spontanément plus proches du corps et de la nature. L'emploi si fréquent alors de l'expression "condition féminine" renvoie à un état prédéterminé, échappant à la construction sociale.

7En se centrant plutôt sur les rapports sociaux de sexe ("gender") que sur un sexe ou sur l'autre, on met en évidence le construit social des rôles féminins et masculins ainsi que le pouvoir et les hiérarchies qui marquent peu ou prou toute forme de relation. Ce faisant, on s'aperçoit que le genre, la relation masculin/féminin, est l'un des éclairages fondamentaux qui structure le monde à tous les niveaux de son organisation, qu'il s'agisse du symbolique, du politique, de l'économique.

"Gender" dans le développement

8Le mot "gender" fait son entrée dans le monde du développement en 1985. Mandaté par l'agence américaine de coopération (USAID) et la Banque Mondiale, l'Institut du développement de l'Université de Harvard élabore le premier cadre d'analyse. Quatre dimensions importantes sont retenues :

  • L'impact différencié selon les sexes du contexte général (politique, économique, social...),

  • La répartition sexuelle des activités,

  • La situation différente des hommes et des femmes par rapport aux principales ressources, à leur accès et à leur contrôle,

  • Les mécanismes de prise de décision.

  • 1 Voir OVERHOLT C. et al., Gender Roles in Development Projects, Kumarian Press, West Harford, Connec (...)

9En réalité si l'on considère attentivement le matériel élaboré par l'équipe de l'Institut de Harvard1, on s'aperçoit que l'accent est mis en premier lieu sur l'observation et la prise en compte de la répartition du travail entre les sexes. Avec comme avantage évident qu'enfin la contribution multiple des femmes est reconnue et qu'elles cessent de n'être présentes que dans des programmes de santé, de planification familiale ou de nutrition, programmes par ailleurs indispensables. Mais avec comme risque tout aussi évident que l'intégration plus grande des femmes dans des projets dits "productifs" tende plus à la réussite des programmes en soi (viabilité) qu'à une recherche d'une plus grande égalité entre hommes et femmes.

  • 2 Voir Assesment of DAC members, WID policies and programmes, Overall Report, December 1994.

10Récemment, les pays-membres de l'OCDE ont fait évaluer, comme contribution à la conférence de Beijing, leurs politiques et programmes Femmes/genre. Les résultats de l'étude montrent clairement que si les femmes participent plus qu'auparavant aux projets, c'est plutôt comme exécutantes, comme partenaires fournissant un travail le plus souvent bénévole que comme actrices ayant prise sur les orientations et les décisions. L'impact des projets sur la position sociale des femmes reste faible2. L'entrée en force de l'approche "gender" dans le développement n'est donc pas exempte d'un certain utilitarisme.

11Le second cadre d'approche marquant est celui de l'Anglaise Caroline Moser. Il reprend les mêmes catégories que celles définies par Harvard mais insiste beaucoup plus sur le renforcement de la position sociale et du statut des femmes. Distinction est faite entre les besoins pratiques des femmes qui sont relatifs à leurs conditions immédiates de vie et leurs intérêts stratégiques qui impliquent des changements dans la répartition des charges et des pouvoirs entre les sexes. Tout processus de planification, sans négliger des actions pratiques, devrait viser des changements stratégiques visant l'égalité entre hommes et femmes.

12Plus récemment, des femmes du Sud ont élaboré leurs proches approches. La Zambienne Sarah Longwe fait de l'"empowerment" une notion centrale. Sont ainsi à privilégier les actions qui permettent aux femmes de peu à peu mieux contrôler leur devenir et les choix qui les concernent. Naïla Kabeer, du Bangladesh, insiste elle beaucoup sur la nécessité de projeter l'éclairage de la relation masculin/féminin sur l'organisation sociale et économique dans son ensemble (communauté, État, marché...) ainsi que sur toutes les institutions concernées.

  • 3 Voir KABEER Naila, Triple Roles, Gender Roles, Social Relations : The Political Sub-Text of Gender (...)

13Sarah Longwe comme Naïla Kabeer interpellent fortement le modèle de Harvard, lui reprochant d'entretenir l'illusion que des planificateurs pourraient trouver des réponses purement technocratiques, grâce à une bonne information, en agissant sur des données qui apparaissent faussement neutres ou fonctionnelles, en particulier celles concernant la répartition des tâches entre les sexes. La prise en compte des conflits, la réflexion sur le pouvoir et ses référents symboliques ainsi que l'analyse des structures sociales profondes sont par trop évacuées. A Moser, on reproche de ne pas s'interroger suffisamment sur les institutions (gouvernementales ou non) impliquées dans les actions de coopération. Celles-ci devraient plus scruter leur structure de classe et de genre. La version de Moser est "éclairée" certes, mais elle reste bureaucratique, "top down" et très institutionnelle.3

L'approche de la DDC

14Lorsque, vers 1990, nous avons commencé à développer notre propre cadre d'analyse pour nos cours de formation dans ce domaine, seuls existaient les modèles de Harvard et de Moser.

15Ceux-ci ont tous deux puissamment contribué à introduire le thème dans les agendas des agences de coopération et dans leurs modes de travail et de réflexion. Grâce à ces approches en grande partie, on pouvait prendre en compte, dans les programmes-projets, les contributions diverses et multiples des hommes et des femmes de manière plus systématique et plus professionnelle.

16Il nous paraissait toutefois difficile de reprendre tel quel l'un ou l'autre des modèles existants. Une apparente objectivité (surtout dans le cas de Harvard) en masquait mal les présupposés et les faiblesses.

17Un problème, voire un préjugé, commun aux deux approches est qu'elles se centrent trop sur la notion de ménage entendu au sens occidental comme une unité réunissant un homme, son épouse, leurs enfants et éventuellement quelques vieux parents. Or, dans maintes sociétés, ce concept de ménage n'est pas forcément pertinent ou n'est pas, en tous cas, suffisant. D'autres unités d'analyse telles que les groupes consanguins, divers groupes communautaires mixtes ou séparés, les classes d'âge etc. pourraient produire des données plus significatives sur la distribution des tâches et des pouvoirs. Le rapport hommes-femmes est un fait anthropologique premier. Pour Georges Balandier, c'est à partir de là que se forme et se conçoit l'imaginaire social et que s'ancrent les rapports d'inégalité. Restreindre ce rapport au seul lien conjugal ou à l'analyse de la famille, nucléaire ou étendue, équivaut à retomber en fait dans les travers que l'on veut dénoncer, c'est-à-dire à limiter la place et la visibilité des femmes à la sphère du domestique et du micro-social.

18Un autre élément qui nous semblait manquer dans le modèle de Harvard et, dans une moindre mesure, dans celui de Moser, plus dynamique, est la dimension du temps et du changement. Dans un cas comme dans l'autre, des experts récoltent des données différenciées selon les sexes et s'en servent pour élaborer des programmes plus performants, plus efficaces. Or, les relations entre les sexes sont une perpétuelle négociation, un bricolage instable même si, au premier abord, nul rapport ne semble plus immuable que celui-ci car, plus qu'aucun autre, on le réfère au biologique et à la nature. En photographiant un seul moment du temps, on risque de le figer et de sous-estimer les processus et dynamismes sociaux. Peut-être sera-t-il ainsi plus difficile de montrer l'aléatoire et l'arbitraire, de suggérer ou de soutenir des possibilités de changement.

19Problématique également dans les cadres d'analyse existants est qu'à force d'insister sur les différences entre hommes et femmes, on perd de vue la notion de relation même si celle-ci est au coeur du concept gender. Les sets d'instruments élaborés par différents spécialistes permettent d'établir des listes d'activités et de ressources différentes selon les sexes mais ne relèvent guère les interactions, les domaines de collaboration, les lieux et intérêts communs. On montre les divisions mais on oublie les échanges. On met l'accent sur la définition des rôles plutôt que sur la façon dont ceux-ci s'établissent. On exacerbe les différences. Or, dans un domaine culturellement et politiquement aussi sensible, c'est en soulignant d'abord ce que partagent les personnes d'un même groupe que l'on peut favoriser des renégociations et permettre de mieux gérer des conflits potentiels. Au Mali, lors d'un premier atelier consacré à ce thème par la DDC, les femmes exprimèrent la crainte de se voir désolidarisées de leur communauté. Les expériences tentées au Niger et dont il est question ailleurs dans cet ouvrage montrent bien à quel point il est important de différencier et rassembler à la fois, de séparer et rapprocher.

20Enfin, le modèle de Harvard comme celui de Moser omettent tous deux complètement de considérer quelle est la vision du rapport hommes-femmes des institutions concernées et leurs propres structures de genre. Naïla Kabeer par contre en fait une donnée essentielle de son approche. Quant à nous, dès le départ, nous avons consacré toute la première partie de nos formations à une interrogation sur la façon dont le rapport masculin/féminin se reflète dans notre histoire, notre imaginaire social ainsi que dans les paradigmes de notre pensée économique et politique. Nous avons essayé de mieux comprendre comment nos modèles conjugaux et familiaux se sont élaborés et quels sont les changements actuels. Une meilleure prise en compte du rapport hommes/femmes sur le terrain passe aussi par nous-mêmes.

Une démarche à poursuivre et approfondir...

Assurer la transversalité du thème

  • 4 Voir BOURDIEU Pierre, "La domination masculine", in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 84/ (...)

21En sciences sociales, des auteurs comme Pierre Bourdieu ont bien montré comment pour les sociétés (celles dites traditionnelles comme celles dites industrielles), le genre agit comme une véritable "division" qui conduit à "classer toutes les choses du monde et toutes les pratiques selon des distinctions réductibles à l'opposition entre le féminin et le masculin"4. Dans la sociologie du développement, on considère certes que ce concept est fondamentalement transversal mais les cadres d'analyse et d'application développés jusqu'à maintenant sont plus aptes à saisir cette relation dans le cadre de la communauté et de la famille qu'au niveau des dimensions macrosociologiques.

22L'un des défis majeurs des toutes prochaines années est de montrer comment le rapport hommes/femmes, masculin/féminin doit éclairer avec pertinence des thèmes et des axes de travail qui passent de plus en plus au premier plan : "bonne gouvernance", démocratisation et décentralisation, gestion et prévention des conflits, mesures de restructuration macro-économique, pauvreté...

23Actuellement, l'Université de Manchester (autour de Diane Elson) soutient des recherches intéressantes interrogeant profondément les paradigmes faussement neutres du point de vue rapport hommes/femmes de l'économie politique.

Et les hommes ?

24La "catégorie hommes" et la "catégorie femmes" se définissent toujours l'une par rapport à l'autre, en termes d'opposition et de réciprocité, de hiérarchies et de complémentarité. Aucune compréhension réelle des uns ou des autres ne peut être acquise par des études séparées ou en adoptant des points de vue exclusifs.

25Parler de relation implique non seulement une nouvelle visibilité des femmes mais aussi une nouvelle visibilité des hommes qui n'apparaissent plus comme la seule norme, comme les représentants de tous, mais comme l'autre genre, le genre masculin lui aussi construit avec ses besoins et ses intérêts propres.

  • 5 "Making men an issue : gender planning for' the other half'", In MACDONALD Mandy (ed.), Gender Plan (...)

26Or, il faut bien avouer que, malgré les intentions déclarées, la plupart des observations, des analyses et des recommandations en termes de genre se centrent prioritairement sur les femmes. Ainsi que le dit Sarah White5, il y a comme une sur-visibilité de l'identité féminine comme construit social alors que l'identité masculine apparaît comme un donné, comme une norme que l'on questionne peu.

  • 6 Voir SCOTT Joan, "Genre : une catégorie utile d'analyse historique", in Les Cahiers du GRIF, 37-38, (...)

27Trop souvent, le mot gender ne fait que remplacer le mot "femmes". Les références aux aspects fondamentaux du concept restent vagues mais la connotation apparemment objective et scientifique de gender donne au travail un aspect de sérieux, confère une certaine légitimité institutionnelle ou permet de se dissocier de la politique féministe que d'aucuns considèrent comme trop agressive et partiale. Ainsi que le dit Joan Scott, "le genre inclut les femmes sans les nommer et paraît ainsi ne pas constituer de menace critique"6.

28Ce biais dans l'utilisation du concept gender pourrait en définitive être défavorable aux femmes que l'on entend pourtant soutenir. Seules elles posent problème, seules elles doivent changer. Comme l'identité et les activités masculines sont insuffisamment questionnées, tout le travail reproductif reste le lot des femmes qui, parallèlement, doivent toujours plus s'engager dans des activités générant des revenus. Au Nord comme au Sud, le problème du temps et de la surcharge des femmes reste lancinant.

29A la DDC, nous n'avons souvent pas échappé à ce piège. Si, dans nos cours de formation, nous nous efforçons de présenter le concept dans sa double dimension, nous avons par contre élaboré des études de cas montrant beaucoup plus clairement les tâches, les responsabilités et les problèmes des femmes que ceux des hommes. Mais il n'y a que peu de temps que les participants nous l'ont fait remarquer.

30Il y a six ans, lorsque nous avons élaboré notre matériel, les contributions des femmes à la vie des sociétés étaient encore trop sous-estimées. Il était donc nécessaire de les souligner plus nettement. Aujourd'hui peut-être celles-ci sont elles mieux reconnues et valorisées et est-il enfin temps de scruter plus précisément l'identité masculine et de faire en sorte que le genre soit vraiment l'affaire de tous.

Bibliographie

- AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT (Pour le groupe évaluation du Comité d'Aide au Développement de l'OCDE), 1994, "Assessment of DAC Members' WID Policies and Programmes, Overall Report".

- BALANDIER Georges, 1985. "Anthropo-logiques", Paris : Librairie Générale Française.

- BOURDIEU Pierre. "La domination masculine", in : Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 84/2 (masculin/féminin), Paris, 1990

- CONSEIL CANADIEN POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE, CENTRE INTERNATIONAL MATCH, ASSOCIATION QUEBECOISE DES ORGANISMES DE COOPERATION INTERNATIONALE, 1991, "Un autre genre de développement : un guide pratique sur les rapports femmes-hommes dans le développement.", Ottawa.

- DUBY Georges., PERROT Michelle., (sous la dir. de...), 1990, "Histoire des femmes", Paris : Plon.

- ELSON Diane, 1991, "Male bias in the development process", Manchester and New York : Manchester University Press

- HERITIER Françoise 1996. "Masculin/Féminin : la pensée de la différence", Paris : Odile Jacob.

- KABEER Naila, 1992, "Triple Roles, Gender Roles, Social Relations : The Political Sub-Text of Gender Training, Institute of Development Studies, Sussex (Discussion Paper).

- KABEER Naila, 1994, "Reversed Realities : Gender Hierarchies in Development Thought", London, New York : Verso

- MACDONALD Mandy (ed.), 1994, "Gender Planning in Development Agencies", Oxford : OXFAM

- MOSER Caroline, 1990, "Gender Planning in the Third World : Meeting Practical and strategic Gender Needs", In : World Development, Vol. 17, No 11, pp. 1799-1825

- MOSER Caroline, 1993, "Gender Planning and Development : Theory, Practice and Training", London and New York : Routledge.

- OVERHOLT C. et al., 1985, "Gender Roles in Development Projects", West Harford, Connecticut : Kumarian Press

- SCOTT Joan, 1988, "Genre : une catégorie utile d'analyse historique", in : Les Cahiers du GRIF, 37-38, éd. Tierce.

- YOUNG Kate, 1992, "Genre et Développement : une approche relationnelle". In : Documents en matière de Genre et Développement, Conseil Canadien pour la Coopération Internationale.

Notes

1 Voir OVERHOLT C. et al., Gender Roles in Development Projects, Kumarian Press, West Harford, Connecticut, 1985

2 Voir Assesment of DAC members, WID policies and programmes, Overall Report, December 1994.

3 Voir KABEER Naila, Triple Roles, Gender Roles, Social Relations : The Political Sub-Text of Gender Training, Institute of Development Studies, Sussex (Discussion Paper), 1992

4 Voir BOURDIEU Pierre, "La domination masculine", in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 84/2 (masculin/féminin), Paris, 1990

5 "Making men an issue : gender planning for' the other half'", In MACDONALD Mandy (ed.), Gender Planning in Development Agencies, OXFAM, Oxford, 1994

6 Voir SCOTT Joan, "Genre : une catégorie utile d'analyse historique", in Les Cahiers du GRIF, 37-38, éd. Tierce, 1988

Lire

Open access

Acheter