Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Créativité, femmes et développement

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Marie Thorndahl

Ouverture

Jean-Luc Maurer

Texte intégral

1Ce recueil de textes résulte des travaux du Colloque annuel de l'IUED sur les questions de genre qui s'est tenu a Genève fin novembre 1996. Il a regroupé une centaine de participant(e)s venu(e)s d'une vingtaine de pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et du Monde Arabe. Comme les deux années précédentes, il débouche dans un délai très bref sur une publication dont le principal objectif est de contribuer à faire avancer la réflexion sur un sujet crucial pour le développement. Ni cette manifestation ni l'ouvrage qui en est issu n'auraient pu être réalisés sans le généreux soutien intellectuel et financier de la Commission suisse pour l'Unesco et de la Direction du développement et de la coopération suisse. Enfin, rien de tout cela n'aurait jamais eu lieu sans l'énergie et le dévouement de notre collègue Yvonne Preiswerk, véritable cheville ouvrière de ce colloque annuel depuis son origine.

2C'est la troisième année consécutive que le "Colloque Femmes" est organisé à l'IUED et donne lieu à une publication. En 1995, nous avons sorti un premier fascicule intitulé "Questions de genre" dans notre collection des Itinéraires et en 1996 nous avons réalisé un volume plus ambitieux sur le thème de "Femmes, villes et environnement". Ce troisième ouvrage qui paraît en 1997 sous le titre de "Créativité, femmes et développement" atteste donc du fait qu'une tradition est en train de s'établir dans ce domaine à l'IUED. A une époque où les traditions ont plutôt tendance à disparaître, l'Institut, qui s'est surtout renforcé depuis 1962 en faisant fructifier celles très riches que lui ont légués ses fondateurs, est fermement décidé à en perpétuer ainsi une nouvelle. Il s'efforcera par conséquent de continuer à organiser chaque année un colloque scientifique suivi d'une publication sur la problématique de genre dans le développement.

3Cette problématique est en effet de plus en plus importante pour promouvoir un développement équitable et durable à l'échelle planétaire. Plutôt que de la confiner dans une sphère séparée, nous avons fait le choix de l'inscrire de manière transversale à travers les trois disciplines de base (économie, sociologie et anthropologie) qui structurent le champ des études de développement à l'IUED et de pousser à ce qu'elle investisse de plus en plus les différents espaces sectoriels ou géographiques qui s'y rattachent. C'est une approche alternative qui prend du temps, mais elle nous semble plus valable et viable que celle qui consiste à reléguer les études de genre dans un ghetto où elles courent le risque de s'enfermer et de péricliter. Le " Colloque Femmes " annuel de l'Institut a aussi pour objectif de faire avancer les choses dans ce sens. Raison de plus pour en perpétuer la tradition.

4En cette fin de XXe siècle incertaine et difficile, la Femme est peut-être plus que jamais l'avenir de l'Homme, comme l'a si bien écrit Aragon pour les beaux yeux d'Elsa. Sur qui d'autre en effet pouvoir compter pour ramener un peu de bon sens dans la fuite en avant éperdue vers la globalisation où nous précipite une pensée néo-libérale qui est non seulement "unique" sur le plan intellectuel mais également de par son expression essentiellement masculine. En effet, en dehors de personnes comme Margaret Thatcher, dont on sait ce qu'elle peut inspirer depuis que Renaud lui a consacré une chanson dévastatrice, ce sont surtout les hommes qui mènent le bal de la globalisation. Il suffit pour s'en convaincre de voir qui fréquente chaque année les couloirs du célèbre Forum de Davos. De sensibilité différente et naturellement plus proche des valeurs fondamentales, les femmes incarnent largement l'espoir de pouvoir inventer une autre voie de développement plus solidaire et garante d'un avenir meilleur pour tous les enfants de la planète Terre au XXIe siècle.

5Ces derniers temps plus que jamais peut-être, sur les nombreux fronts où l'intolérance et la violence se déchaînent, les femmes incarnent cet espoir avec courage, persévérance et dignité. C'est le cas en Afrique des Grands Lacs où les femmes, premières victimes des tueries perpétrées par les hommes, continuent à lutter pour sauver leurs enfants de l'immense drame humain qui ravage la région. C'est le cas en Algérie où les femmes luttent à visage découvert contre la barbarie intégriste qui s'acharne contre elles et veut les réduire au silence en les voilant de noir. C'est le cas en Birmanie où une femme, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991, symbolise à elle seule la lutte de tout un peuple contre une junte militaire sinistre et pour la démocratie. De nombreux autres exemples en provenance des quatre coins du globe pourraient ainsi être évoqués, du Guatemala à l'Indonésie et du Zimbabwe à l'Irlande.

6Ces maints exemples doivent convaincre les hommes, qui gouvernent encore trop exclusivement les affaires du monde avec le succès mitigé que l'on sait, de l'urgence d'associer plus largement les femmes à la gestion de ces dernières. Voilà pourquoi, parmi tant d'autres raisons, la problématique de genre s'inscrira de manière croissante dans le champ interdisciplinaire des études de développement à l'IUED. Pour conclure, j'aimerai dédier cet ouvrage à la mémoire d'Anne Marie Gay, femme de coeur et d'action qui a consacré sa vie à l'Afrique et à l'Institut et qui nous a quittés voilà déjà cinq ans, en plein milieu du beau mois de mai 1992, avant que ne s'instaure formellement la tradition du "Colloque Femmes", au renforcement de laquelle elle aurait contribué avec enthousiasme.

Lire

Open access