Versión clásicaVersión móvil

Vents d'Est, vents d'Ouest

 | 
Christine Verschuur

Présentation de l’école doctorale suisse en études genre 2008-2011

Janine Dahinden

Texto completo

1Je suis aujourd’hui conviée à inaugurer notre École doctorale suisse Romande en études genre et c’est avec un grand honneur que j’assume cette tâche au nom de tous ceux et toutes celles qui ont participé à la mise en œuvre de notre programme doctoral. Mon plaisir est d’autant plus grand qu’on m’a demandé d’assumer cette tâche dans le cadre de ce colloque tellement inspirant – un colloque qui évidemment nous amène directement au cœur des préoccupations de ce programme de formation.

2Vous demandez peut-être ce qu’est cette École doctorale en études genre et ce qu’elle pourrait apporter de nouveau en termes scientifique, thématique ou méthodologique. Avec vous – un public intéressé au genre parce que vous participez à ce colloque – ces questions se posent peut-être d’une manière moins évidente que pour d’autres publics. Je me permets néanmoins de brièvement esquisser ce que nous voulons développer dans le cadre de notre École doctorale.

3Il faut d’abord dire qu’il s’agit d’un programme de formation pour des doctorants et des doctorantes. Un programme qui met les études genre au centre de la formation et de la recherche interdisciplinaire. Nous nous sommes donné la tâche de réunir notre programme doctoral autour de la problématique des nouveaux paradoxes d’égalité – d’où le titre de l’école doctorale : Pratiques et perspectives de genre : les paradoxes de l’égalité. Ceci parce que nous sommes convaincues – en tant que féministes et qu’intellectuelles – que malgré les acquis formels des dernières décennies et malgré une quarantaine d’années d’analyse féministe, l’égalité dans les faits est encore loin d’être atteinte. De plus, nous postulons que l’égalité obtenue dans différents segments de la société, par exemple le fait que les femmes suisses puissent voter depuis 1971 – dans certains cantons comme celui d’Appenzell seulement depuis 1990 –, a produit de nouvelles formes d’inégalités, raison pour laquelle nous parlons des paradoxes de l’égalité.

4À travers quatre axes thématiques, nous nous intéressons à ces paradoxes que j’aimerais brièvement soulever.

5Le premier concerne l’imbrication qui caractérise les appartenances identitaires et les positions sociales, donc l’intersectionnalité des catégories de sexe, race/ethnicité, ou classe qui structurent les vies des femmes et hommes d’une manière complexe combinant domination et subordination. Ces appartenances catégorielles peuvent engendrer des paradoxes de natures différentes, j’aimerais en soulever un seul. En lien avec la progression de l’instruction et de l’activité rémunérée des femmes des pays du Nord, on observe une entrée massive des femmes sur le marché de travail. Ce processus « d’égalité » a déclenché une demande auprès des femmes migrantes puisqu’une partie du travail de reproduction sociale a été transférée à ces migrantes – ce sont elles désormais qui s’occupent des enfants ou des personnes âgées dans les ménages. Or, ces bouleversements contribuent à la progression des inégalités sociales entre les femmes elles-mêmes. Ceci nous fait comprendre qu’il faut non seulement utiliser la référence commune aux catégories « hommes » ou « femmes », mais aussi faire une analyse conjointe avec d’autres catégories si nous voulons saisir et comprendre les pratiques genrées et les rapports de pouvoir.

6Le deuxième axe est celui des migrations et des mobilités. Ici, également, on peut identifier un paradoxe et le résumer de la manière suivante : jamais les femmes n’ont été aussi mobiles – ont-elles obtenu un statut plus égalitaire pour autant ? On parle de la féminisation de la migration et des formes circulaires de mobilité, mais cette augmentation de la mobilité rime-t-elle avec un gain de pouvoir pour les femmes ? Ainsi s’ouvre un immense champ de recherche portant sur les stratégies et les structures de genre dans la nouvelle économie mondialisée et caractérisée par des flux migratoires.

7L’aspect paradoxal de l’égalité s’observe tout particulièrement lorsque l’on étudie des questions liées au travail, à l’emploi et au chômage, qui constituent le troisième axe thématique de notre programme de formation. Malgré l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, il s’avère qu’une ségrégation horizontale et verticale entre les sexes reste une dimension structurante du marché du travail. Comprendre ce phénomène et s’y opposer restent des défis pour le futur.

8Le quatrième axe thématique est construit autour des thématiques du corps, des sexualités et de la procréation. Là encore, les paradoxes ne manquent pas. Les femmes maîtrisent plus que jamais leur sexualité et leur fécondité, mais le corps des femmes continue à être l’objet et le vecteur privilégié des rapports de pouvoir – il suffit de regarder la publicité à la télévision pour vous en donner une illustration.

9Je ne peux pas développer davantage ces paradoxes, mais j’espère vivement qu’il est apparu de manière claire que ces développements contradictoires représentent un véritable défi théorique et méthodologique pour les études genre que cette école doctorale romande ambitionne de relever.

10Au sein de cette École, nous réunissons des doctorants et doctorantes sélectionnés issus de quatre institutions universitaires de Suisse romande. Font partie de ce programme doctoral : l’Université de Lausanne (le LIEGE est d’ailleurs à la tête du programme), les Universités de Genève, de Neuchâtel et finalement, notre institution hôte d’aujourd’hui, l’Institut de hautes études internationales et du développement.

11En outre, notre école fait partie de l’École doctorale suisse en Études Genre avec les écoles de Bâle, Berne/Fribourg et Zurich. Ce réseau national de formation doctorale est issu du projet de coopération « Études Genre en Suisse » soutenu financièrement par la Conférence Universitaire Suisse (CUS). Et comme nous parlons de finances, je mentionne avec plaisir le fait que le FNS soutient notre programme de formation pour la période 2008-2011 dans le cadre de ses programmes doctoraux ProDoc. J’ose également ajouter que nous sommes tout de même assez fières d’avoir reçu ce financement prestigieux.

12Dans cette perspective, ce programme permet de réunir quatre institutions universitaires romandes et plus de dix professeures dans le but de promouvoir l’excellence dans la formation doctorale en études genre.

  • 1 Deux candidates ont obtenu une réponse favorable du FNS début 2009.

13Même si, personnellement, je suis depuis longtemps convaincue qu’une approche genre nous est très utile pour comprendre des phénomènes sociaux, nous avons été agréablement surprises du succès de l’appel à candidature que nous avons lancé en juin 2008 pour trouver des doctorants et doctorantes. Nous avons reçu 47 demandes de participation à l’École doctorale, parmi lesquelles 37 demandes de salaire CanDoc – donc 37 demandes pour des bourses. Le comité scientifique de l’École a procédé à une sélection stricte, et aujourd’hui 21 doctorants participent au programme de formation. La sélection a été très dure, car les projets étaient très prometteurs. Deux doctorantes bénéficient déjà d’un salaire CanDoc, 13 autres doctorants ont déposé une demande dans le cadre de cinq Modules de recherches que nous avons soumis le Ier octobre au FNS1.

14C’est avec ce modèle que nous commençons donc aujourd’hui et cette semaine ce programme doctoral.

15L’expérience de la mise en place de cette école doctorale en réseau avec mes collègues des quatre universités a été unique : nous avons travaillé dans une atmosphère stimulante et très agréable, même lorsque nous étions toutes sous pression car les délais s’approchent toujours plus vite qu’on ne le souhaiterait. Je suis véritablement heureuse de pouvoir participer à ce réseau genre intéressant et aimerais en remercier mes collègues.

16Finalement, j’aimerais aujourd’hui surtout remercier les organisatrices et organisateurs de ce colloque de nous offrir l’opportunité de lier notre programme doctoral avec cet événement qui aura lieu aujourd’hui et demain et dont le programme est très prometteur. Ceci nous donne l’opportunité de nous immerger toute de suite au cœur d’une des problématiques du programme doctoral.

Notas

1 Deux candidates ont obtenu une réponse favorable du FNS début 2009.

Autor

Université de Neuchâtel, Suisse.

Leer

Open access

Comprar

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search