Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes en mouvement

 | 
Fenneke Reysoo
, 
Christine Verschuur

La migration pour ou contre le développement ? Des perspectives disciplinaires à l'interdisciplinarité

Ecologie, développement, migration, genre. Problématique des cas des sociétés agraires traditionnelles

Valentina Liakhova

Texte intégral

1Parmi les nombreuses pistes de réflexion qui peuvent être soulevées en liaison avec l’écologie, j’ai décidé de vous présenter une réflexion sur l’interaction entre les projets de développement, l’écologie, la question du genre et la migration dans les sociétés basées sur l’agriculture traditionnelle, telles souvent les sociétés africaines.

2L’agriculture traditionnelle est basée sur une technologie qui utilise les ressources biotiques. Le but de cette technologie est d’assurer la reproduction de l’ensemble de plusieurs cultures. Ce qui est important, c’est que non seulement ces cultures assurent la satisfaction des besoins physiologiques fondamentaux (nourriture), mais qu’elles représentent aussi des éléments importants dans la structure des valeurs culturelles d’une société traditionnelle. Afin d’assurer la reproduction de telles cultures, l’agriculture traditionnelle essaie d’imiter un écosystème naturel où différents types de cultures sont en étroite interrelation, ce qui assure d’un côté la satisfaction des besoins de plusieurs niveaux de la société et, de l’autre, la protection naturelle de processus de reproduction contre différentes agressions extérieures.

3Ce qui nous intéresse dans ce cas, c’est que le travail sur les différentes cultures dans le système agraire traditionnel entraîne aussi une division sexuelle du travail, avec une définition précise de qui s’occupe de quelle culture et à quelle fin. Notamment, dans une organisation qu’on peut appeler « jardin tropical », les diverses cultures sont cultivées les unes à côté des autres à différents niveaux verticaux. Les cultures vivrières se trouvent au niveau inférieur et représentent traditionnellement l’occupation principale des femmes.

4Au-dessus il existe aussi d’autres niveaux de plantes – moyens et supérieurs –, qui fournissent également des fruits variés et du bois pour le foyer et pour la vente. Ce sont traditionnellement les hommes qui s’occupent de ces strates supérieures. En plus, sur le plan écologique, ces strates supérieures protègent les niveaux inférieurs contre les forts changements saisonniers du climat, par exemple contre le rayonnement trop intense du soleil pendant la période de sécheresse ainsi que contre l’érosion du sol provoquée par les précipitations abondantes durant la saison des pluies.

5Envisageons à présent ce qui arrive à cette organisation du travail lorsque les projets de développement introduisent les nouvelles technologies dans la société traditionnelle. Il s’agit de technologies modernes, qui permettent d’augmenter considérablement la production de certaines cultures, ce qui d’après les experts fournira plus de nourriture aux sociétés concernées. Il s’ensuit qu’une seule culture sera privilégiée, au détriment des autres cultures traditionnelles, et sera protégée par des pesticides. Comme il s’agira ici de satisfaire uniquement les besoins fondamentaux en nourriture, le fait d’avoir de l’argent deviendra encore plus important pour que la population puisse acheter ailleurs les autres produits nécessaires.

6Ainsi, sur le plan écologique, les populations vont faire face à la destruction des écosystèmes construits dans le cadre de l’agriculture traditionnelle, du fait de l’introduction des pesticides. Cela entraînera aussi des modifications en termes d’occupation des femmes et des hommes. L’introduction des nouvelles technologies impliquera davantage les hommes que les femmes. Comme les hommes travailleront moins sur les cultures réservées pour eux dans l’écosystème local traditionnel, et plus sur les cultures commerciales, les conditions favorables aux cultures vivrières – celles réservées aux femmes – seront détruites, et les femmes perdront leur occupation principale. En outre, comme les cultures traditionnelles étaient également les porteurs de certaines valeurs culturelles, l’identification d’une femme dans cette nouvelle société sera mise en question, avec le risque de générer un processus de marginalisation des femmes.

7Que feront alors les femmes ?

8Quand il s’agit d’une famille avec des parents et des enfants, les femmes – les mères – vont probablement revenir à la maison pour s’occuper d’avantage du foyer, car leurs maris auront toujours leur emploi dans le domaine agricole exploitant les nouvelles technologies. Par contre, on peut envisager que les filles partiront travailler ailleurs pour gagner de l’argent et avoir accès aux différents produits et services. Ainsi, ce processus de modification des écosystèmes locaux pourrait provoquer l’exode rural des jeunes femmes.

Auteur

Etudiante, IHEID, Genève.

Lire

Open access