Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes en mouvement

 | 
Fenneke Reysoo
, 
Christine Verschuur

La migration pour ou contre le développement ? Des perspectives disciplinaires à l'interdisciplinarité

Migration des femmes : quelle aide peuvent apporter les organisations de coopération ?

Quynh Thu Tran

Texte intégral

1Le mouvement migratoire, par sa nature, appartient au domaine des relations internationales en général et de la coopération internationale au développement en particulier. Les dynamiques récentes de la mondialisation (communications, transports, intégration économique…) ont non seulement encouragé la migration, mais accélèrent encore le processus de féminisation des flux migratoire s. Depuis 1990, les pays développés reçoivent chaque année environ 1 million de migrants. Selon le Migration World Report 2000 de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) la population étrangère représente aujourd’hui approximativement 10 % de la population totale de ces pays, voire plus pour certains pays comme la Suisse ou le Luxembourg. Le nombre potentiel des migrants est estimé à 10 % de la population totale des pays en voie de développement, soit à 500 millions de personnes.

2Pour enrichir le débat, nous aborderons la question suivante : face à l’ampleur du phénomène migratoire, dans quelle mesure la politique de coopération peut-elle aider les femmes en mouvement à accéder au développement ?

La coopération, la migration et les femmes

3Les femmes constituent aujourd’hui 47,5 % de la population migratoire mondiale (toujours selon le Migration World Report 2000 de l’OIM). Les implications de cet afflux grandissant n’ont pas encore été prises en compte par les organisations de coopération. En effet, à l’ère de communication qui est la nôtre, les facteurs qui déterminent la migration des femmes restent généralement différents de ceux concernant les hommes : si ceux-ci migrent, c’est à la recherche du meilleur ; les femmes migrent pour fuir le pire – hormis les cas où les femmes suivent passivement les hommes migrants. Ainsi, tant qu’existeront la souffrance, la douleur, la violence causées par certaines habitudes culturelles, les femmes migreront. L’industrie du trafic et de la contrebande des migrants a fortement profité de cette tendance. Le phénomène de discrimination et d’exploitation du travail des femmes et des enfants par les contrebandiers et les employeurs inhumains est fréquent. L’industrie du sexe et de la mendicité forcée aux mains des réseaux du crime organisé est en pleine expansion, que ce soit en Asie, en Europe de l’Est ou en Amérique latine. Alors que la dignité des femmes migrantes est ébranlée à cause de l’hypocrisie d’un certain nombre d’Etats, la communauté d’aide internationale a pris à la légère l’existence de cette réalité globale, sans s’attaquer ainsi aux causes de la migration des femmes.

4Un autre point à soulever est la tendance à sous-estimer le rôle économique des femmes migrantes et leur participation à la population active. Or, ces femmes montrent une propension à l’épargne généralement plus grande que celle des hommes. Aujourd’hui que les femmes constituent 47,5 % de la population migrante et que le montant des mandats est gigantesque, que peuvent faire les institutions de coopération pour utiliser efficacement ces ressources ?

5Un autre enjeu qui se pose aux organisations de coopération est d’élargir leur domaine d’intervention aux conflits civils, où les populations en déplacement comprennent principalement des femmes, des enfants et des vieillards. La coopération internationale ne considère pas ces gens comme migrants ou réfugiés car leur déplacement n’est qu’interne ; pourtant, les dimensions démographiques de ce déplacement sont tout aussi profondes et ses incidences sur la santé, la morbidité et la grossesse ainsi que sur la stabilité des couples tout aussi graves que celles de la migration internationale. Dans le contexte de la migration interne, les femmes doivent aussi remplacer les hommes et assumer le rôle de chef de famille. Les organisations de coopération peuvent-elles dépasser leur seul souci de porter secours afin de répondre aux besoins spécifiques des femmes, d’aider ces femmes à endosser leurs nouvelles responsabilités et à renforcer le développement local ? La réponse est oui, pour autant qu’il y ait une politique d’aide ciblée et destinée aux femmes migrantes, qui comporte un programme d’alphabétisation et des cours de langues vivantes, d’initiation professionnelle, de dactylographie, de nutrition, d’hygiène…

6Enfin, les conséquences de la migration ne concernent pas seulement les femmes qui émigrent ; beaucoup de femmes sont touchées par le phénomène de la migration parce qu’elles restent seules au pays avec les enfants, où elles doivent très souvent assumer de nouvelles responsabilités et parfois subir des contraintes diverses de la part de leur environnement. Comment y sont-elles préparées et que peut-on faire pour les soutenir et les affermir ? Voilà aussi un terrain où les « coopérateurs » peuvent apporter leur aide.

Le rapport entre coopération au développement et migration

  • 1 A côté des trois autres que sont les investissements directs étrangers, les échanges commerciaux et (...)
  • 2 Sami NAIR, « Rapport de bilan et d’orientation sur la politique de codéveloppement liée aux flux mi (...)

7Depuis 1992, le BIT et le HCR soutiennent conjointement que l’aide est un moyen efficace1 de réduire l’émigration car elle s’attaque aux causes de celle-ci. Comme l’aide peut réduire les flux migratoires, elle peut protéger aussi les ressources (humaines et financières) au service du développement des pays d’origine (discours de codéveloppement de Samir Nair, 1997)2.

  • 3 67 % des migrants aux Etats-Unis et 88 % des migrants dans les pays de l’OCDE ont le niveau du bacc (...)

8En réalité, cette initiative a été déployée de manière incohérente dans les pays industrialisés. D’une part, les conditions d’octroi de l’aide ont été assorties de conditions liées au retour des migrants dans le pays dont ils ressortissent. La décision de rompre partiellement ou complètement l’aide au développement, pour des raisons de violation des engagements par rapport au problème des réfugiés, est prise de plus en plus fréquemment. La répartition quantitative des aides par pays est aussi en rapport direct avec le potentiel de migrants de ces pays. Ce sont surtout des pays comme les Etats-Unis, la Suisse et l’Allemagne qui recourent à cette pratique. Le problème s’amplifie encore du fait que ce type de marchandage politique est appliqué autant aux cas de migration forcée qu’aux cas de migration volontaire. D’autre part, les pays donateurs bloquent systématiquement l’entrée des travailleurs non qualifiés alors qu’ils réservent un accueil favorable aux professionnels hautement qualifiés, aux sportifs de haute performance, aux étudiants de cycle supérieur et aux stagiaires…3

  • 4 Richard Adams and John Page, December 2002, « International migration, remittances and poverty in d (...)
  • 5 Estimation de Dilip Ratha pour l’année 2002 dans « Workers Remittances : An Important and Stable So (...)
  • 6 Dans « Balance of payment statistics yearbook », IMF rapporte seulement des flux financiers envoyés (...)

9Si l’aide aux PVD est considérée par les pays donateurs comme une compensation contre le manque des mandats à gagner dû au marchandage de reprise et/ou d’interdiction de migrer, cette compensation est loin d’être complète car l’aide publique au développement (APD) fournie par l’ensemble des pays de l’OCDE s’est chiffrée à 52 milliards de dollars seulement en 2001. De nombreux auteurs4 ont montré récemment que contrairement à la vision du BIT et du HCR, la migration exerce une influence positive sur la croissance et encourage l’acquisition d’une formation dans le pays d’origine. Cela tout d’abord parce que les mandats des migrants constituent une source de devises vitale pour l’importation et l’investissement des PVD : environ 80 milliards de dollar arrivent chaque année dans ces pays par le canal officiel5, auxquels on peut ajouter un montant presque équivalent acheminé par le canal non officiel et le transfert de matériels et d’équipement6. D’ailleurs, plus un ouvrier d’un PVD est libre de travailler dans un pays industrialisé, plus l’écart de la rémunération salariale entre ces deux pays se réduit. Enfin, les immigrés s’affirment toujours comme des acteurs du développement car ils transfèrent non seulement des ressources financières, mais aussi des informations, des technologies, des modes de gestion, etc.

Conclusion

10La proposition de lier la coopération au développement et la question de la migration doit faire place à une analyse des situations réelles, qui doit être menée conjointement par les parties en question. Cette analyse ne peut reposer sur le seul intérêt d’une des parties à réduire l’immigration, elle doit prendre en compte l’intérêt des deux parties. A ce niveau, le rôle de la coopération au développement est de répondre à la question suivante : Que faire pour inciter les migrants à rentrer volontairement chez eux et à y rester pour travailler ? L’ironie réside dans le fait que des milliers de diplômés africains quittent leur pays chaque année pour les pays de l’OCDE, il y a en même temps autant de consultants, d’experts, et bénévoles occidentaux viennent en Afrique. Il n’est même pas besoin de comparer le coût d’un expert (ou d’un bénévole) occidental à celui d’un indigène qualifié… Si les organisations de coopération trouvent une politique pour utiliser efficacement et raisonnablement ces ressources humaines indigènes qualifiées, le flux migratoire en général, et celui des femmes en particulier, ne se réduira-t-il pas ?

Notes

1 A côté des trois autres que sont les investissements directs étrangers, les échanges commerciaux et le développement social.

2 Sami NAIR, « Rapport de bilan et d’orientation sur la politique de codéveloppement liée aux flux migratoires (résumé) », Mission interministérielle « Migrations/Codéveloppement », Ministère des affaires étrangères, Paris, 10 décembre 1997.

3 67 % des migrants aux Etats-Unis et 88 % des migrants dans les pays de l’OCDE ont le niveau du baccalauréat.

4 Richard Adams and John Page, December 2002, « International migration, remittances and poverty in developing », World Bank working paper 3719. Et George J. Borjas, février 2000, « Economics of Migration », Harvard university.

5 Estimation de Dilip Ratha pour l’année 2002 dans « Workers Remittances : An Important and Stable Source of External Development Finance », in World Bank, Global Development Finance (Washington, DC : 2003), p. 157.

6 Dans « Balance of payment statistics yearbook », IMF rapporte seulement des flux financiers envoyés à travers des canaux officiaux. Mais dans un papier en 2002 « The Hawala Informal Funds Transfer System » pour IMF, Qorchi, Maimbo et Wilson ont estimé qu’il y a environ 10 milliards de dollars versés par le canal non official. Nous proposons dans ce papier de prendre aussi en compte des transferts non financier, à savoir : équipement, matériel, information des marchés, mode de gestion, technologies…

Auteur

Etudiante, IUED.

Lire

Open access