Version classiqueVersion mobile

On m'appelle à régner

 | 
Fenneke Reysoo
, 
Christine Verschuur

Synthèse

Résumés des interventions

Isabel Yépez del Castillo

Texte intégral

Le caractère polysémique et conflictuel de la notion de gouvernance

1La contribution de Germán Solinís a présenté le cadre analytique de la notion de gouvernance. Tant au niveau du débat au sein des sciences politiques actuelles, comme au niveau des transformations induites par l’économie néo-libérale, on attribue à la mondialisation la création d’un vide politique. Cela nous confronte avec de nouvelles questions sur la gestion de l’espace public. Selon Solinís la notion de gouvernance constitue un champ d’observation flou, mais pertinent. Elle se réfère tout à la fois à la politique, aux modèles de gestion des affaires publiques et à l’intervention de divers acteurs, y compris de la société civile. Inspiré par les travaux de l’Unesco, Solinís a parlé du défi de la construction d’une « gouvernance mondiale démocratique ». Celle-ci aurait comme horizon une éthique qui donnerait la préséance au politique sur l’économique dans la gestion de l’espace public mondial.

2L’utilisation de la notion de gouvernance dans la coopération suisse (DDC) a été présentée par Jean François Cuénod. Pour cette agence de coopération, la gouvernance doit promouvoir l’accès des groupes marginaux aux opportunités offertes par la mondialisation et renforcer leur capacité de décision. Pour la DDC la notion de gouvernance est entendue comme l’interaction entre l’Etat, le secteur privé et la société civile ; elle permettrait une gestion des affaires publiques participative, transparente, efficace, responsable, équitable, égalitaire entre hommes et femmes

3Jules Falquet a apporté un regard critique sur les politiques « genre » des organisations internationales et des ONG. Selon cette sociologue française, la construction d’une « gouvernance mondiale » s’accompagne d’une neutralisation des mouvements sociaux de base et féministes. Face à la faillite des modèles de développement proposés par les organismes internationaux, certains cherchent à donner une légitimation à la mondialisation néo-libérale en recourant à la société civile.

Face-à-face entre pratiques et programmes de recherche-action

4Le jeu de miroirs entre actions sur le terrain et production de la connaissance universitaire a été l’occasion d’aborder un ensemble de thèmes liés au potentiel d’influence sur les décisions politiques avec ou sans la participation des femmes. Trois études-cas ont été présentés : la guerre de l’eau à Cochabamba (Bolivie), la gestion des déchets à Santhiaba (Sénégal) et le suivi de la qualité des soins de santé au Bangladesh. Ces études-cas s’inscrivent dans des projets de recherche-action en réseau et visent un apport dialectique entre les expériences de terrain et la réflexion sur celles-ci.

5Isabelle Milbert nous a présenté les défis d’un ambitieux projet de recherche-action pluridisciplinaire. Il s’agit d’une démarche d’investigation qui veut rebondir sur l’action, contribuer au renforcement des acteurs et à la création de nouveaux lieux de pouvoir. Dans cette optique la gouvernance est définie comme un processus de négociation entre (nouveaux) acteurs, dans une perspective de renforcement de la citoyenneté. Travailler avec une approche interdisciplinaire, entre chercheurs du nord et du sud, dans le but de produire des connaissances qui sont utiles à la prise des décisions, constitue le défi du projet.

6La rencontre conflictuelle entre divers acteurs sur le terrain a été présentée par Alejandra Flores de la Coordinadora del Agua à Cochabamba. Ce mouvement rejette les politiques de privatisation des services publiques par la défense des formes séculaires de gestion de l’eau. Les communautés locales connaissent de multiples formes de gestion des affaires collectives. Le nouveau modèle de gouvernance – arrivé avec les projets d’aide financés par des organisations multilatérales – est en train de déstructurer les formes traditionnelles de gestion dans lesquelles les femmes jouaient un rôle important. La rencontre de ces deux modèles, l’un exogène, l’autre endogène, a résulté en une véritable guerre à Cochabamba dont l’enjeu était la privatisation de l’eau.

7L’exposé de Christine Verschuur portait sur une recherche-action, dans le cadre d’un programme MOST-UNESCO sur « Villes, environnement et rapports sociaux entre hommes et femmes ». Des questions concernant l’empowerment des femmes au sein d’organisations de base dans des quartiers populaires ont été analysées avec un réseau de chercheurs au Sénégal, au Burkina Faso, en Bulgarie, en Roumanie, en République Dominicaine, en Argentine, au Brésil, et à Cuba. La recherche a porté sur les transformations des identités de genre, les relations de pouvoir au niveau domestique, la présence des femmes dans l’espace public local, l’accès équitable des femmes et des hommes à la définition et à la mise en œuvre des politiques urbaines, etc. L’analyse présentée « en face-à-face » par Mohamadou Abdoul, travaillant dans le quartier de Santhiaba au Sénégal, montre que la présence des femmes dans la sphère publique n’est pas reconnue politiquement. Les femmes sont mises à l’écart des organes de pouvoir et de décision formelle, cependant elles savent peser sur les décisions par des réseaux parallèles. Grâce aux divers bénéfices qu’elles tirent de leurs activités économiques dans des groupements féminins, elles gagnent du pouvoir au niveau domestique, sans toutefois entrer en confrontation directe avec les hommes qui le détiennent formellement. On observe aussi, progressivement, un renforcement de leurs capacités, avec diverses initiatives, comme celle de l’organisation de la collecte des déchets, la mise en place d’une mutuelle de santé autogérée, ou d’autres actions.

8Le troisième projet de recherche-action en réseau présentée par Maitrayee Mukhopadhyay (Institut royal des tropiques, à Amsterdam) a porté sur « genre, citoyenneté et gouvernance ». La réforme administrative en Inde, introduite sur instigation de la Banque Mondiale, a été utilisée par des organisations de femmes comme une « fenêtre d’opportunité ». Cela leur a servi à intégrer les questions de genre pour transformer les institutions et leurs règles de fonctionnement. Une pièce maîtresse de ce programme a été la possibilité de la participation politique des femmes en introduisant le quota obligatoire de 30 % dans les conseils municipaux.

9Rita Sen Gupta, a présenté une recherche-action réalisée au Bangladesh qui a consisté à faire participer les client-e-s des services de santé dans le suivi des qualités des soins. Cet exercice a permis aux femmes de développer une culture de responsabilité au sein des services de santé et des instances politiques locales. Cela a donné une expérience de « pouvoir » aux utilisatrices des services de santé.

Manières de voir, manières de faire

10Trois intervenantes actives dans l’arène politique à différents niveaux ont témoigné de leurs pratiques et ont élaboré la question d’une spécificité féminine dans la façon de faire de la politique et des obstacles et des stratégies propres au sexe féminin.

11Les femmes apportent des valeurs liées à la vie, au bien être social, des valeurs de paix, nous a dit Mme Reusse-Decrey, ancienne présidente du Grand Conseil genevois. A Genève, où les parlementaires ne sont pas salariés et où les réunions se font après les heures de travail, se pose par exemple aux femmes le problème de concilier vie familiale et carrière politique. En politique les femmes rencontrent également d’autres difficultés : certains domaines comme l’économie et les finances leur sont « épargnés » car ils bénéficient d’une connotation masculine. De plus, les femmes ont moins le droit à l’erreur ; elles travaillent davantage pour montrer qu’elles méritent la place qu’elles occupent.

12La contribution de Veronica Zebadua sur les initiatives de budgets genre nous a rappelé que les budgets ne sont généralement pas neutres quant à leur impact sur le bien-être des femmes et des hommes. Elle nous a parlé de l’initiative d’un ensemble d’organisations féministes et de sa propre organisation FUNDAR au Mexique autour des budgets de santé.

13S’il est vrai que toutes les femmes dans les Balkans ne sont pas des pacifistes, la majorité d’entre elles essaient de protéger la vie, nous a dit Sonja Lokar (Network on Gender Issues). L’important projet « Women can do it » a permis de former 13’000 femmes en politique, durant le processus de transition après les guerres qui ont dévasté cette région. Les femmes ont obtenu 15 % des sièges des députés, quelques-unes sont devenues ministres ou maires. Cela a contribué à faire avancer la cause des femmes au niveau local, national et international.

Les interactions entre les acteurs situés à différents niveaux

14Souad Guennoun nous a présenté une action de solidarité entre femmes arabes en parlant d’une visite de huit Marocaines aux camps de réfugiés palestiniens à Beyrouth et à Amman. Il en a résulté une importante campagne de sensibilisation au Maroc sur la difficile situation des réfugiées palestiniennes grâce à un petit film où témoigne une résistante et a permis de renforcer les liens de solidarité entre ces deux mouvements.

15La participation des organisations de femmes dans le mouvement alter-mondialiste a été analysée par Marina Decarro, syndicaliste genevoise. Tout d’abord, elle nous a présenté toute la richesse et l’hétérogénéité des organisations de femmes en Suisse, le contenu de leur plateforme de lutte et leur implication dans la marche mondiale des femmes et le Forum de Porto Alegre.

16Les travaux présentés par les étudiants du séminaire genre à l’iuéd ont permis de mettre en perspective le rôle différencié des femmes et des hommes dans les processus économiques et politiques. La participation politique des femmes et des hommes dépend en grande partie de la construction sociale du genre. C’est ainsi qu’au Bénin toute une classe de femmes guerrières à une époque antérieure sont encore des figures dont s’inspirent les femmes actuelles, qu’au Burundi la féminisation de l’agriculture induit de nouvelles configurations de prises de décision, que dans la République démocratique du Congo, l’émancipation économique des femmes issues des classes moyennes n’implique pas forcément un plus grand contrôle et prise de décision.

17Les débats de l’après-midi nous ont montré toute la complexité des stratégies mises en œuvre par les mouvements de femmes. Un ensemble de thèmes a été débattu, comme par exemple :

  • Faut-il parler le langage du pouvoir pour se faire entendre ?

  • Quels sont les risques d’instrumentalisation et de dépolitisation du mouvement des femmes ?

  • Quel est le bilan de la participation des femmes au système des Nations unies ?

  • Assistons-nous à un recul de la cause des femmes ?

18Pour clore le colloque, Joanna Kerr, du réseau international de femmes AWID, a fait une synthèse claire sur ce qui devrait être fait différemment et comment le faire.

Auteur

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search