Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie mondialisée et identités de genre

 | 
Fenneke Reysoo

Globalité et localité

De la division sexuelle du travail en Suisse : entre conformité et solution

Antonio Girardi

Texte intégral

Introduction : division internationale du travail entre femmes

  • 1 Federici Silvia, Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travai (...)
  • 2 Neue Zürcher Zeitung (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Jan (...)

1Ce travail se propose de vérifier une hypothèse présentée par Federici dans son texte sur la lutte féministe dans un contexte de mondialisation économique1. L’auteur part de la division internationale du travail, dont le moteur serait constitué par l’accumulation capitaliste en faveur des habitants des métropoles, c’est-à-dire les pays les plus industrialisés. Cette division internationale du travail exerce une violence structurelle qui, en créant et en renforçant une division hiérarchique entre les femmes de ces pays et celles des pays du tiers-monde, empêcherait une lutte internationale commune d’émancipation de la femme. Bien que son analyse se concentre sur le transfert de la main-d’œuvre du Nord au Sud dans le secteur du travail de la reproduction sociale, Federici mentionne également le phénomène des femmes qui partent du tiers-monde vers les pays industrialisés où elles travaillent comme domestiques pour gagner de l’argent. Dans ces pays, il existerait une demande pour ce type d’emploi qui, selon l’auteur, aurait permis de résoudre le problème du travail ménager et de « libérer » des milliers de femmes des classes moyennes qui peuvent ainsi participer au marché du travail. Malgré le fait que les tâches ménagères restent une responsabilité des femmes occidentales, les domestiques leur permettent de se soustraire à un travail qu’elles ne veulent pas accomplir. La travailleuse domestique immigrée est souvent mal payée, éloignée de sa « vraie » famille, vivant dans une situation de solitude, soumise aux dangers d’exploitation liés à une position sociale et légale très vulnérable, d’abord en tant qu’immigrée et (de plus en plus) en tant que travailleuse sans papier2.

2Cette nouvelle division hiérarchique entre les femmes du Nord et celles du Sud empêche de remettre en question le système d’exploitation des femmes au sein des ménages.

3Mon travail entend vérifier l’hypothèse énoncée par Federici pour la situation actuelle en Suisse. A une esquisse descriptive des responsabilités au sein du ménage, succédera une analyse de la dimension symbolique, sociale et individuelle.

Suisse : inégalité dans la répartition sexuelle du travail rémunéré et domestique3

  • 3 Ce chapitre descriptif se base sur les données dans Office fédéral de la statistique, Du travail, m (...)

4La répartition traditionnelle des responsabilités entre l’homme et la femme prévaut toujours dans les couples suisses. Pour 63 % des hommes, l’activité professionnelle constitue l’activité principale contre 37 % des femmes (graphique 1, page suivante). Dans 70 % des couples et 90 % des familles comptant des enfants de moins de 15 ans, c’est la femme qui assume principalement les tâches domestiques et familiales (graphique 2). Seulement un quart environ des femmes qui exercent une activité professionnelle à plein temps peuvent compter sur une contribution équitable de leur partenaire. L’éducation et les soins aux enfants, ainsi que les soins dispensés à d’autres membres du ménage, sont les tâches domestiques et familiales qui prennent le plus de temps (graphiques 3 et 4). Les femmes travaillent en moyenne deux fois plus pour le ménage et la famille (31 heures) que les hommes. Quel que soit leur âge, les hommes n’investissent en aucun cas davantage de temps dans les tâches domestiques et familiales que les femmes (graphique 5).

  • 4 La charge ne diminue pas beaucoup pour les personnes élevant seules leurs enfants.

5Les femmes, avec enfants de moins de 15 ans, accomplissent le plus de tâches domestiques et familiales4 (graphique 6) : 52 heures par semaine contre 22 heures pour les hommes. Dans le même type de famille, les hommes exercent généralement une activité professionnelle à plein temps, tandis que les femmes sont souvent sans emploi ou employées à temps partiel, surtout lorsque les enfants sont en bas âge. Malgré une répartition peu équitable entre le travail domestique et l’activité professionnelle, les hommes et les femmes vivant selon cette division traditionnelle travaillent en fin de compte quasiment le même nombre d’heures (graphique 7).

6Il en va autrement pour les femmes avec des enfants lorsqu’elles exercent une activité professionnelle. Il est démontré que la moyenne des heures consacrées aux activités domestiques ne diminue pas de manière conséquente avec l’emploi (graphique 8). C’est une des raisons pour lesquelles une bonne moitié des mères avec des enfants en bas âge n’exerce aucune activité lucrative, tandis qu’un quart travaille à moins de 50 % (graphique 9). Seulement 20 % concilient les tâches domestiques avec un emploi à plein temps ou à plus de 50 %. Le problème de la réinsertion dans le marché du travail est souligné par le fait que même les mères avec des enfants de 15 à 24 ans cherchent pour la plupart à être employées à moins de 50 % (graphique 9).

1) Activité principale par sexe en Suise en 1997 (en %)

1) Activité principale par sexe en Suise en 1997 (en %)

Source des graphiques 1 à 9 : Office fédéral de la statistique, Du travail, mais pas de salaire. Le temps consacré aux tâches domestiques et familiales, aux activités honorifiques et bénévoles et aux activités d’entraide, Données sociales – Suisse, Neuchâtel, 1999, 64p. Elaboration personnelle.

2) Resaponsabilité principale des tâches domestiques (en %)

2) Resaponsabilité principale des tâches domestiques (en %)

3) Pourcentage de temps par semaine consacré en moyenne aux tâches domestiques et familiales (38,3 h/sem. au total)

3) Pourcentage de temps par semaine consacré en moyenne aux tâches domestiques et familiales (38,3 h/sem. au total)

4) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales

4) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales

5) Nombre d’heures par semaine consacrées aux tâches domestiques et familiales, selon groupe d’âge

5) Nombre d’heures par semaine consacrées aux tâches domestiques et familiales, selon groupe d’âge

6) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales, selon situation familiale et sexe

6) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales, selon situation familiale et sexe

7) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne à l’activité professionnelle et aux tâches domestiques et familiales selon activité principale

7) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne à l’activité professionnelle et aux tâches domestiques et familiales selon activité principale

8) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne par les mères de famille aux tâches domestiques et familiales selon taux d’occupation

8) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne par les mères de famille aux tâches domestiques et familiales selon taux d’occupation

9) Taux d’occupation des mères de famille selon l’âge du plus jeune des enfants (heures par semaine)

9) Taux d’occupation des mères de famille selon l’âge du plus jeune des enfants (heures par semaine)

Analyse des causes de la division sexuelle du travail rémunéré et domestique

  • 5 Mottu-Weber Liliane, Head-Koenig Anne-Lise, Ungleichheiten zwischen Frauen und Männern., p. 39.

7Historiquement, la position de la femme dans la société suisse est le résultat de la combinaison des variables suivantes5 : la représentation culturelle, le développement économique, la pression démographique, la législation et les mentalités. Ce paragraphe analyse la division sexuelle du travail en Suisse à partir d’une perspective de genre.

Dimension symbolique : origines sociales de la division sexuelle du travail

  • 6 Mies Maria, The Social Origins of the Sexual Division of Labour, 49 p.
  • 7 Ibid., p. 42. Exploitation : la séparation plus ou moins permanente et la hiérarchisation entre pro (...)

8Comme Federici, Mies6 considère la division sexuelle du travail actuelle comme étant partie intégrante des relations de production caractérisées par la domination et l’exploitation7 : patriarcat au niveau familial, capitalisme au niveau de la société entière. Le mythe fondateur des deux formes est celui de l’homme-chasseur et guerrier : la viande qu’il procurait au groupe était censée servir de base à la reproduction de la communauté entière. Ce cadre serait à la base de la division sexuelle du travail. Les tâches attribuées aux femmes étaient définies comme naturelles. Ce lien avec la nature implique que le travail domestique et de reproduction n’apparaissait pas comme un travail qui produisait un « surplus » dans le système capitaliste. La femme est de ce fait définie comme non-travailleur.

  • 8 L’invention des instruments de culture détermine la révolution néolitique. Ibid., p. 15.

9Mies démontre, au contraire, que la femme est à l’origine de la première division sexuelle du travail basée sur une activité de récolte, ensuite de culture8, apte à assurer une subsistance régulière tout d’abord aux membres de l’unité sociale de base : mère et enfants.

10Une activité qui se révèle beaucoup plus importante pour la reproduction sociale du groupe que l’activité de chasse de l’homme caractérisée par des résultats irréguliers. Le rapport entre femme et nature s’étend à la capacité de la reproduction sociale, donc au-delà de la reproduction physique : la femme est productive à titre absolu.

  • 9 La première forme de propriété privée a été une femme kidnappée en tant que productrice. Ibid., p. (...)

11Cette structure sociale se serait transformée lorsque les nomades pasteurs ont envahi les communautés agricoles dans lesquelles la femme était la vraie cellule productrice. La nouvelle économie productive est basée sur la domestication et la fécondation coercitive des femelles étendues par la suite à la femme. L’élevage d’animaux induit la réduction du rôle de la femme à celle de procréatrice : il y a un changement dans la division sexuelle du travail qui établit la relation patriarcale. Dans les sociétés agricoles, dites sociétés d’économie domestique, l’appropriation des femmes par l’homme signifiait une source directe d’accumulation et de propriété privée9.

12Ce mode d’appropriation est devenu le paradigme de toutes les relations d’exploitation entre les êtres humains, dont le capitalisme fait partie selon Mies. Sa logique principale est la transformation des producteurs autonomes en producteurs pour les autres. Ils sont ainsi assimilés à des ressources naturelles pour les autres. Lorsque l’accumulation de capital devient le moteur dominant de l’activité productive au détriment de la production de subsistance, le salaire tend à devenir la forme de contrôle dominante. Cependant, ce passage du binôme patron-servant vers une relation contractuelle entre capital et salaire n’aurait pas été possible sans l’expansion d’un système d’appropriation prédateur basé sur l’esclavage et la définition de la nature exploitable.

13Par analogie, la femme bourgeoise est aussi soumise à cette naturalisation. Au niveau du couple, la violence directe, qui a permis d’établir une relation de genre asymétrique, est substituée par les institutions de la famille et l’Etat et par de puissants systèmes idéologiques, surtout les religions patriarcales définissant la femme comme une partie de la nature qui doit être dominée et contrôlée par l’homme. A l’intérieur des limites définies par les lois du mariage et de la famille, l’homme dispose des moyens de coercition. Le foyer et la famille sont définis comme sphère naturelle domestiquée non productive et donc non rémunérée, distincte de la production publique et sociale.

14Selon Mies, la projection du paradigme de l’évolution humaine basé sur l’homme-chasseur sert de légitimation universelle, atemporelle et naturelle de la domination actuelle de l’homme sur la femme. En considérant que la plupart des gens vivent dans une société basée sur le revenu salarial, le fait que le travail domestique ne soit pas payé affecte le statut social et le pouvoir des femmes.

Dimension sociale : interdépendance entre travail domestique et travail rémunéré

  • 10 Nadai Eva, Grenzverschiebungen., p. 7. L’ouvrage traite les différents aspects d’une tendance au pa (...)

15Dans la perspective de la 4e conférence mondiale des femmes au sein des Nations unies, la Commission fédérale a souligné qu’en Suisse la femme a accès à tous les domaines sociaux, mais ce fait n’induit pas pour autant une situation d’égalité des femmes par rapport aux hommes10. Le démantèlement des barrières formelles légales ne change pas de fait les hiérarchies de genre. Il y a passage de la discrimination directe à une discrimination indirecte.

16Une manifestation de cette discrimination indirecte est vécue par la femme dans le monde du travail et de la famille, où un abîme existe entre les femmes qui entendent et peuvent suivre le modèle masculin de l’activité professionnelle continue, et celles dont la participation au marché du travail est limitée par les contraintes familiales.

  • 11 Bauer Tobias, Une analyse économique des interdépendances entre travail domestique et travail rémun (...)

17Le mythe fondateur de l’homme-chasseur est à la base de la conception traditionnelle des rôles entre homme et femme qui, selon Bauer11, joue un rôle fondamental dans la division sexuelle dans le monde du travail et le monde familial en Suisse. La partie empirique de sa recherche confirme et ajoute quelques points de réflexion au cadre descriptif présenté jusqu’ici. Tandis que, lors de la fondation d’une famille, les femmes assument presque la totalité du travail familial en réduisant fortement leur propre travail lucratif, les hommes ne modifient pas leur comportement face au travail. Sur le marché du travail, les femmes gagnent environ 25 % de moins que les hommes par heure de travail. Dans les professions typiquement féminines et à temps partiel, les différences salariales sont particulièrement marquées. Une année supplémentaire d’éducation a plus d’incidence sur le salaire de l’homme (+4 %) que sur celui de la femme.

  • 12 Bauer Tobias, Ibid., p. 7. Parmi les théories utilisées pour expliquer cette inégalité liée au sexe (...)

18La répartition inégale du travail est à la fois conséquence et cause de l’inégalité des salaires et de la segmentation du marché du travail12. Conséquence puisque la différence salariale fait que dans un couple, la femme semble être moins productive que l’homme. Il apparaît donc rationnel que l’homme consacre son temps entièrement à son activité professionnelle (par rapport au travail familial) et la femme d’abord au travail domestique. La discrimination salariale empêche la réduction du partage inégal des tâches familiales. Les conséquences alimentent les causes. Selon Bauer, la conception traditionnelle des rôles et la répartition effective qui en résulte est le facteur essentiel de la différence salariale. La conception traditionnelle des rôles constitue toujours une cause essentielle de la moindre activité de formation des jeunes femmes et de leur concentration sur les professions féminines typiques, où les chances de promotion sont faibles. Les femmes choisissent des travaux typiquement féminins, et ont des conditions de salaire et de promotion moins favorables que les hommes au même poste. La discrimination salariale constitue une barrière considérable pour l’éradication de l’inégalité au sein d’une famille. Les moindres activités des femmes en matière de formation et de vie professionnelle deviennent donc des choix rationnels. Le travail à temps partiel représente souvent la seule possibilité pour les femmes de combiner travail et famille.

19La grande stabilité du partage des rôles est due principalement à ces « interdépendances circulaires » qui se renforcent mutuellement au cours du temps : l’inégalité dans un domaine amène à maintenir l’inégalité dans un autre domaine et perçue comme rationnelle sur le plan économique.

Dimension individuelle : perception de l’inégalité et de la justice dans le couple

  • 13 Mies Maria, op. cit., 40 p.

20Selon Mies, la femme a été suffisamment disciplinée pour travailler comme femme de ménage par le processus de « naturalisation ». Elle a appris à contourner l’injustice réelle subie, exercée par les différentes institutions pendant des siècles, et à l’intérioriser en la définissant comme « amour » selon un processus que Mies appelle « la nécessaire mystification de l’autorépression »13.

  • 14 Roux Patricia, Gerechtigkeit und Ungleichheit in Paarbeziehungen, pp. 245-270. L’auteur présente le (...)

21Cette affirmation introduit la composante subjective dans le rapport de genre concernant la répartition sexuelle entre le travail rémunéré et le travail domestique. Dans sa recherche, Roux14 s’applique à répondre à la question de savoir comment une inégalité objective dans les rapports de genre n’est pas ressentie comme injuste par les femmes. Plusieurs facteurs déterminent la perception et l’expérience individuelles de la discrimination.

22Concrètement, la participation des hommes aux tâches ménagères n’est pas voulue par les femmes. Pour certaines, ces activités sont valorisantes et confèrent une reconnaissance personnelle. Le partage (traditionnel) des rôles attribuant à la femme cette responsabilité n’est pas perçu comme inégal et injuste et contribue donc à un renforcement de ce type de relation.

  • 15 Bien que pas dans la même mesure, les normes dominantes sont bien plus fortes et agissent sur l’ind (...)

23Les concepts d’égalité et de justice sont soumis à des processus d’évaluation et de construction individuels et collectifs (normatifs) qui s’influencent mutuellement15. Le processus de l’acceptation d’être la victime directe d’une situation d’injustice sociale, le passage à une action en faveur de la revendication de ses propres droits demande du temps. Cela affecte les relations personnelles que l’individu veut sauvegarder malgré une situation d’inégalité.

24Le sentiment d’injustice naît généralement de la comparaison. L’inégalité dans les rapports de genre au niveau collectif est plus facilement décelée que dans les relations personnelles. Concrètement, la situation d’inégalité entre homme et femme dans les foyers en général est surévaluée par rapport à son propre foyer. Une première cause de cette minimisation est que les femmes ont des attentes limitées concernant le futur, elles peuvent ainsi juger positivement leur relation et avoir la sensation d’avoir la situation sous contrôle. Un positionnement critique par rapport à l’asymétrie dans les rapports de genre en général n’a aucune incidence sur la construction de la justice dans le quotidien. La perception de la discrimination est socialement ancrée. La femme qui a un travail à l’extérieur évalue plus fortement la double charge comme une forme de discrimination. Le travail rémunéré de la femme ajoute au partage inégal des rôles, et renforce sa conscience de la discrimination qu’elle subit. Concrètement, plus la femme est consciente de l’inégalité du partage des tâches dans le couple, plus elle critique la non-participation du partenaire.

25La perception influe le jugement de la femme quant à la situation d’injustice. Le partage des rôles et l’activité rémunérée de la femme sont deux facteurs qui influencent donc les représentations sociales.

Schéma 1 : Emergence du sentiment d’injustice par rapport à la réparation sexuelle du travail dans le couple

Schéma 1 : Emergence du sentiment d’injustice par rapport à la réparation sexuelle du travail dans le couple
  • 16 Roux Patricia, Ibid., p. 263.

26La répartition choisie entre travail rémunéré et travail domestique a une incidence sur le jugement du partage des tâches et influence en même temps la perception de la discrimination. L’organisation traditionnelle des ménages correspond au modèle dominant où chaque partenaire a son propre domaine d’activité. La complémentarité des contributions est plus importante que l’égalité des rôles et donc le concept de justice dépend de ce que chacun fournit dans son propre domaine. L’apport de l’homme aux tâches ménagères et familiales est jugé suffisant eu égard à son engagement dans l’activité rémunérée. Le principe de justice plus souvent utilisé pour régler les relations du couple est celui de la « conformité »16. Le principe de conformité peut garantir la paix dans le couple puisqu’il permet, d’une part, de gérer l’organisation nécessaire du quotidien, et, de l’autre, de créer pour chacun un équilibre entre attentes normatives et satisfactions vécues.

27Par ce processus, le couple traditionnel est immunisé contre le jugement d’injustice et d’inégalité. Ce manque de recul par rapport à la répartition du travail dans le couple s’explique partiellement par l’incapacité à s’imaginer un changement de ces habitudes. L’inégalité est ainsi voilée et la femme se plie à la situation.

Partage du travail domestique entre femmes dans un contexte de mondialisation économique : analyse socio-économique et anthropologique

  • 17 Bauer Tobias, Ibid., p. 155.
  • 18 Költzsch Ruch Kerstin, Familienkompetenzen – Rustzeug für den Arbeitsmark., p. 31. Dans le cadre de (...)
  • 19 Neue Zürcher Zeitung (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Jan (...)
  • 20 GHI, Marché de l’emploi, 27 sept., 25 oct. et 1 nov. 2001, Genève.

28Dans le chapitre précédent, on a pu constater les barrières symboliques, sociales et individuelles qui empêchent une répartition sexuelle équitable entre le travail rémunéré et le travail domestique. La vie professionnelle des femmes présente trois cas de figure. Tout d’abord, celle qui quitte le marché du travail au moment de créer une famille et qui reprend une activité professionnelle plus tard. Deuxièmement, la femme qui choisit d’interrompre son activité professionnelle à plusieurs reprises, pour la reprendre autant de fois. Troisièmement, celle qui cherche une tierce personne pour accomplir les tâches domestiques et familiales. Bauer nous apprend qu’aujourd’hui le scénario le plus commun est celui où les femmes engagent des tiers pour les travaux domestiques et familiaux. Cela leur permet de poursuivre une activité professionnelle17. Selon Költzsch, 48 % des femmes reçoivent de l’aide d’une autre personne pour le travail domestique18. La Neue Zürcher Zeitung nous apprend qu’en Suisse, il existe une forte demande d’emploi dans le domaine de l’économie domestique19. En Suisse, il y aurait entre 50’000 et 150’000 personnes clandestines, dont une grande partie active dans le domaine mentionné. Quant à l’économie informelle, une analyse rapide des annonces d’offres et demandes d’emploi pour petits travaux dans l’hebdomadaire genevois GHI20, donne les résultats suivants : la plupart des annonces concernent la main-d’œuvre féminine (72 %), dont les offres (50 %) et les demandes (57 %) concernent les travaux domestiques.

  • 21 Du point de vue strictement comptable, elle représente la quantification de la création de la valeu (...)
  • 22 Fox Bonnie (Ed.), Hidden in the Household, p. 20.

29Pour avoir une idée de l’ampleur du phénomène dans l’économie formelle21, on peut comparer les 27’000 personnes employées dans les services de l’économie domestique en Suisse en 1990 avec les 32’000 ménages révélés par l’enquête fédérale sur l’économie domestique en 1995. En suivant le raisonnement de Fox22, la valeur attribuée au travail domestique d’une femme correspondrait à l’équivalent de son éventuel travail rémunéré. Cette valeur met en évidence la quantité du travail domestique fourni par rapport à la quantité d’heures de travail permettant d’accéder aux mêmes services payés. L’engagement d’une aide domestique n’est rationnel que quand le travail domestique est moins payé que ces mêmes services sur le marché du travail (graphique 10).

  • 23 Les données statistiques se réfèrent au groupe « 392 Professions de l’économie domestique » dans Of (...)

30En Suisse, les services de l’économie domestique constituent un secteur économique majoritairement féminin (89 %) (graphique 1123).

  • 24 J’ai choisi une série de trois groupes horaires consécutifs qui constitue le plus grand pourcentage (...)
  • 25 Je calcule la moyenne entre salaire horaire pour une femme de ménage (20 fr.) et une garde d’enfant (...)

31On observe également que les étrangères y sont plus présentes (35 %) que sur le marché du travail en général (7 %). Le taux d’occupation des étrangères est plus élevé que celui des Suissesses en termes de durée de travail (graphique 12)24. De plus, ce secteur occupe la catégorie de main-d’œuvre considérée comme non qualifiée (60 % du total), chiffre supérieur à celui du marché suisse en général (22 %) (graphique 13). Le bas niveau de qualification est reflété par le niveau des salaires mensuels, 3’127 fr. pour les femmes (graphique 10). Dans le secteur informel, l’estimation est de 3’010 fr.25. Le secteur des services domestiques se caractérise donc par une forte concentration de main-d’œuvre non-qualifiée, étrangère et peu payée.

  • 26 Portier Servan Alegre Véronique, La femme émigrée péruvienne à Genève, pp. 86-93. Le cadre décrit p (...)

32C’est l’expérience de beaucoup d’immigrées originaires des pays en voie de développement (PED) qui subviennent aux besoins de leurs familles restées au pays. Portier26 met en évidence le prix très lourd qu’elles payent. Tout d’abord, la « politique des trois cercle s » n’autorise pas les ressortissant-e-s des pays du troisième cercle (PED) à travailler en Suisse. Les immigrées originaires de ces pays ne peuvent pas pratiquer leur profession, sauf s’il s’agit d’un parcours exceptionnel. L’immigrée subit la perte de son statut juridique et social antérieur. Elle exerce un travail peu valorisant par rapport à son niveau d’instruction. Elle est souvent exploitée, car elle n’est pas protégée par des lois et risque de se voir expulser vers son pays. Elle vit dans des conditions précaires en marge de la nouvelle société et loin de sa famille.

10) Salaire mensuel brut au niveau 4 des qualifications requises en Suisse dans les services de l’économie domestique formelle et informelle

10) Salaire mensuel brut au niveau 4 des qualifications requises en Suisse dans les services de l’économie domestique formelle et informelle

11) Personnes actives en Suisse et dans les services de l’économie domestique en 1990

11) Personnes actives en Suisse et dans les services de l’économie domestique en 1990

Sources des graphiques 10 à 13 : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la structure des salaires 1998. Résultats commentés et tableaux, Neuchâtel, 2000, 52p. Elaboration personnelle ; Office fédéral de la statistique, Recensement fédéral de la population 1990. Emploi et vie active. Tableaux thématiques, Berne, 1993, 362p. Elaboration personnelle.

12) Femmes actives occupées dans les services de l’économie domestique selon leur origine et la durée du travail (heures/semaine) en 1990

12) Femmes actives occupées dans les services de l’économie domestique selon leur origine et la durée du travail (heures/semaine) en 1990

13) Personnes actives occupées en Suisse et dans les services de l’économie domestique selon les catégories socio-professionnelles

13) Personnes actives occupées en Suisse et dans les services de l’économie domestique selon les catégories socio-professionnelles
  • 27 Portier Servan Alegre Véronique, Ibid., pp. 52-56.

33D’une façon générale, selon Portier, la condition de la femme immigrée à Genève est un décalage entre le projet qui l’a amenée à émigrer et la possibilité de le réaliser. Il y a des exemples d’immigrées qui se donnent les moyens de progresser. Elles ont pu le faire en passant par l’acceptation d’une étape de régression : « déqualification » professionnelle, exploitation, isolement, perte du statut social et juridique. C’est le cas de Nancy27, Péruvienne arrivée clandestinement à Genève à l’âge de 31 ans. Professeure, diplômée universitaire au Pérou, elle trouve un emploi de femme de ménage par l’intermédiaire d’une annonce en espagnol. Elle travaille du lundi au samedi de 7 à 21 heures ; elle s’occupe des enfants, du ménage, du repassage et de la cuisine pour un salaire de 900 fr. par mois. Cela dure quatorze mois. Puisqu’elle ne parle pas français et qu’elle ne peut sortir que le dimanche, les possibilités de changement sont limitées.

34Cette vie de clandestin-e est faite de grandes souffrances. L’immigré-e ne peut jouir des mêmes droits que les résident-e-s, ne peut vivre librement, sans la peur d’être dénoncé-e, souffre de solitude, ne peut pas trouver un travail à la hauteur de ses qualifications.

  • 28 Portier Servan Alegre Véronique, Ibid., p. 87.

35Grâce à la médiation d’une connaissance, Nancy trouve une autre famille, accueillante et respectueuse. Elle passe donc à ce que Portier appelle la « deuxième étape évolutive »28 de l’immigré-e qui consiste en l’apprentissage de la langue, des études universitaires en lien avec sa profession antérieure, un nouveau statut social et juridique et un travail déclaré.

36Laura 32 ans, originaire de l’Equateur et mère d’un enfant de 4 ans, ne rencontre aucun problème à trouver un travail en tant que fille au pair auprès d’une famille zurichoise, où elle accomplit des travaux domestiques, y compris la garde des enfants pour un salaire mensuel de 600 fr. En plus, elle travaille au noir comme femme de ménage pour 22 fr. de l’heure. Elle peut ainsi épargner 1500 fr. par mois, dont la moitié est envoyée en Equateur. Laura compte continuer cette vie pendant deux ans.

Conclusion : mondialisation économique, relation entre femmes et solutions

37Le cas de la Suisse présenté ici semble confirmer le cadre analytique proposé par Federici. La répartition du travail rémunéré et du travail domestique se fait selon le modèle traditionnel : l’homme pratique l’activité rémunérée, la gestion du foyer est le domaine presque exclusif de la femme, même si elle exerce une activité rémunérée à l’extérieur.

38J’ai essayé de saisir et de déconstruire les barrières symboliques, sociales et individuelles qui empêchent une répartition sexuelle équitable du travail.

39La conception traditionnelle des rôles de l’homme et de la femme, basée sur la mystification de l’homme-chasseur assurant la survie du groupe, joue un rôle fondamental dans la position sociale actuelle de la femme suisse. Le modèle traditionnel est soutenu par le mécanisme de la « conformité » qui structure l’organisation sociale au sein du foyer. Ce mécanisme permet la perception d’une justice dans le couple, mais empêche une vraie justice sociale en ce qui concerne la répartition sexuelle du travail rémunéré et du travail domestique.

40L’ensemble de ces barrières oblige les femmes, qui doivent ou qui entendent exercer une activité professionnelle, et les partenaires qui les soutiennent, à trouver des solutions individuelles. Une des solutions individuelles est l’engagement d’une tierce personne payée pour accomplir les tâches ménagères et familiales. Le marché du travail des services domestiques se caractérise par une forte concentration de main-d’œuvre non qualifiée et par conséquent peu rémunérée. Par rapport à d’autres secteurs du marché du travail en Suisse, il y a une forte concentration d’étrangères. Leurs conditions de travail sont précaires, compte tenu que ce sont surtout des immigrées clandestines qui travaillent dans ce secteur informel.

41Si, au niveau interpersonnel, la relation « madame-servante », c’est-à-dire entre femme suisse et domestique étrangère, peut être vécue comme agréable (aide, échange), au niveau collectif, on peut parler d’un phénomène d’exploitation. Une solution « coloniale » qui empêche une vraie remise en question du modèle dominant de la division sexuelle du travail au sein de la famille et de la société dans un sens plus large.

  • 29 Bauer Tobias, op. cit., p. 155.
  • 30 Fox Bonnie (Ed.), op. cit., p. 20.
  • 31 Roux Patricia, op. cit., p. 263.

42Les mesures proposées par les différents auteurs consultés pour équilibrer les rapports de genre dans la répartition des tâches familiales et du travail rémunéré se situent à des niveaux institutionnel, culturel et politique. Bauer29 envisage une solution institutionnelle pour rompre le processus d’inégalité circulaire décrit ci-dessus. Il s’agit de mesures visant tout d’abord à garantir l’égalité des salaires sur le marché du travail. Selon Fox30, l’attribution d’une valeur au travail domestique pourrait stimuler le mécanisme de redistribution du travail de la femme entre foyer et travail rémunéré. Selon Roux31, l’introduction d’un modèle d’égalité basé sur une solidarité authentique implique des interventions sociales et politiques. Un changement de mentalité qui permet une ouverture envers d’autres modèles d’organisation sociale nécessite une nouvelle définition des rapports sociaux et surtout une stratégie appropriée pour la diffusion de ces idées : école et éducation, médias, mouvements sociaux, etc. Selon Roux, un changement structurel des conditions actuelles concernerait en particulier l’augmentation du nombre de garderies d’enfants, le démantèlement des marchés du travail segmentés et la reconnaissance économique du travail social non rémunéré. Le manque de reconnaissance économique de ce dernier fait également que les femmes au foyer sont désavantagées par le système des assurances sociales.

43De leur côté, les hommes ont encore besoin d’une prise de conscience, ils manquent de la volonté et de la possibilité de structurer leur vie professionnelle d’une manière plus flexible. La discrimination salariale au détriment des femmes n’encourage pas un rééquilibrage de la répartition sexuelle du travail au sein du couple.

44Sans les appuis institutionnel et culturel appropriés, la responsabilité domestique incombera à la femme et une activité professionnelle induira une surcharge. Une réponse à cette situation est l’engagement de tierces personnes, ce qui s’inscrit dans une tendance globale d’exploitation des personnes les plus défavorisées, en l’occurrence les immigrées en situation de clandestinité.

Bibliographie

BAUER Tobias, Une analyse économique des interdépendances entre travail domestique et travail rémunéré pour la population féminine et masculine en Suisse, thèse de la faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève, n° 502, Genève, 2000, 213 p.

FEDERICI Silvia, Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail. Dans DALLA COSTA M., DALLA COSTA G., Women Development and Labor of Reproduction, Struggles et Movements, Africa, World Press, Asmara, Eritrea, 1999, 15 p. FENSTERMARKER BERK Sarah, The Gender factory. The Apportionment of Work in American Households, Plenum Press, New York, 1985, 251 p.

KÕLTZSCH RUCH Kerstin, Familienkompetenzen – Rustzeug für den Arbeitsmarkt. Eine arbeitspsychologische Untersuchung zum Quantifizierungspotential der Familien-und Hausarbeit für die Berufswelt, Projekt Sonnhalbe Worb, Worb, 1997, 211 p.

MIES Maria, The Social Origins of the Sexual Division of Labour, Institute of Social Studies, The Hague – The Netherlands, no. 85, January 1981, 49 p.

MIES Maria, Patriarchat und Kapital : Frauen in der internationalen Arbeitsteilung, Zürich, 1992, 319 p.

MOTTU-WEBER Liliane, HEAD-KOENIG Anne-Lise, Ungleichheiten zwischen Frauen und Männern in der Schweiz aus historischer Sicht (vom Ende des Mittelalters bis zum 19. Jahrhundert), pp. 23-45. Dans NADAI Eva, Grenzverschiebungen. Zum Wandel des Geschlechterverhältnisses in der Schweiz, Verlag Rüegger, Chur/Zürich, 1998, 280 p.

NADAI Eva, Grenzverschiebungen. Zum Wandel des Geschlechterverhältnisses in der Schweiz, Verlag Rüegger, Chur/Zürich, 1998, 280 p.

NEUE ZÜRCHER ZEITUNG (NZZ), Hausarbeit geht auch Väter etwas an. Das Gleichstellungsbüro ruft zu « Fairplay at home » auf, 15. Januar 2002.

NEUE ZÜRCHER ZEITUNG (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Januar 2002.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE, Recensement fédéral de la population 1990. Emploi et vie active. Tableaux thématiques, Berne, 1993, 362 p.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE, Du travail, mais pas de salaire. Le temps consacré aux tâches domestiques et familiales, aux activités honorifiques et bénévoles et aux activités d’entraide, Données sociales – Suisse, Neuchâtel, 1999, 64 p.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE, Enquête suisse sur la structure des salaires 1998. Résultats commentés et tableaux, Neuchâtel, 2000, 52 p.

PORTIER SERVAN ALEGRE Véronique, La femme émigrée péruvienne à Genève. Le travail, la famille, l’environnement, l’identité, travail de recherche à l’Institut d’études sociales, Genève, 1996, 98 p.

ROUX Patricia, Gerechtigkeit und Ungleichheit in Paarbeziehungen, pp. 245-270. Dans NADAI Eva, Grenzverschiebungen. Zum Wandel des Geschlechterverhältnisses in der Schweiz, Verlag Rüegger, Chur/Zürich, 1998, 280 p.

Notes

1 Federici Silvia, Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail, 15 p. Pour la définition de mondialisation économique, je me réfère aux considérations dans Bertrand Maurice, « Les défis conceptuels de la mondialisation », Genève : iuéd, 1994, 14 p., p. 1. L’auteur soutient que toutes les théories sont d’accord sur l’évolution techno-économique qui entraîne la transformation de la société, tandis qu’elles divergent sur la description de ses dangers et ses désavantages d’après leur idéologie. Il envisage la nécessité de trouver une idéologie alternative, comme par exemple le néostructuralisme, pour une explication objective de la mondialisation qui débouche sur un nouveau paradigme. Pour les concepts utilisés, il me semble que l’approche de Federici s’y oriente sans abandonner l’analyse néomarxiste.

2 Neue Zürcher Zeitung (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Januar 2002. Sans-papier, ou clandestin, est le concept qui décrit les hommes et les femmes dont le séjour n’est pas réglé sous le point de vue du droit des étrangers : réfugiés qui ne quittent pas le pays, saisonniers qui restent sans permis, personnes qui n’ont jamais disposé de permis.

3 Ce chapitre descriptif se base sur les données dans Office fédéral de la statistique, Du travail, mais pas de salaire, 64 p. Par « travail non rémunéré » on entend toutes les activités (dont les tâches domestiques et familiales constituent la majeure partie) qu’il serait possible de faire exécuter contre rémunération par des tiers (principe de la tierce personne). Le cadre décrit est confirmé aussi dans la nouvelle publication qui vient d’apparaître en janvier 2002. Voir Neue Zürcher Zeitung (NZZ), Hausarbeit geht auch Väter etwas an. Das Gleichstellungsbüro ruft zu « Fairplay at home » auf, 15. Januar 2002.

4 La charge ne diminue pas beaucoup pour les personnes élevant seules leurs enfants.

5 Mottu-Weber Liliane, Head-Koenig Anne-Lise, Ungleichheiten zwischen Frauen und Männern., p. 39.

6 Mies Maria, The Social Origins of the Sexual Division of Labour, 49 p.

7 Ibid., p. 42. Exploitation : la séparation plus ou moins permanente et la hiérarchisation entre producteurs et consommateurs.

8 L’invention des instruments de culture détermine la révolution néolitique. Ibid., p. 15.

9 La première forme de propriété privée a été une femme kidnappée en tant que productrice. Ibid., p. 27.

10 Nadai Eva, Grenzverschiebungen., p. 7. L’ouvrage traite les différents aspects d’une tendance au passage des mécanismes de la reproduction des rapports de genre directs aux indirects dans différents domaines sociaux.

11 Bauer Tobias, Une analyse économique des interdépendances entre travail domestique et travail rémunéré, 213 p. Le cœur de son analyse, basée sur les données de l’enquête suisse sur la population active de 1995 concernant 32’000 ménages, est les déséquilibres prononcés entre hommes et femmes dans les deux domaines mentionnés. En particulier, les quatre secteurs suivants sont analysés : 1) la situation familiale (partenaire, enfants) ; 2) l’emploi du temps (activité lucrative, travail non rémunéré) ; 3) la constitution du capital humain (formation, expérience professionnelle) ; 4) les chances sur le marché du travail (salaire potentiel, position hiérarchique).

12 Bauer Tobias, Ibid., p. 7. Parmi les théories utilisées pour expliquer cette inégalité liée au sexe, Bauer utilise la théorie de la segmentation du marché du travail d’inspiration sociologique : le marché du travail se laisse diviser par le sexe en segments qui sont caractérisés par différents mécanismes de rétribution et promotion.

13 Mies Maria, op. cit., 40 p.

14 Roux Patricia, Gerechtigkeit und Ungleichheit in Paarbeziehungen, pp. 245-270. L’auteur présente les résultats d’une enquête menée sur 200 hommes et 200 femmes mariés pour connaître leur perception de leur propre situation dans la perspective d’inégalité de genre dans la famille.

15 Bien que pas dans la même mesure, les normes dominantes sont bien plus fortes et agissent sur l’individu.

16 Roux Patricia, Ibid., p. 263.

17 Bauer Tobias, Ibid., p. 155.

18 Költzsch Ruch Kerstin, Familienkompetenzen – Rustzeug für den Arbeitsmark., p. 31. Dans le cadre de la recherche, 102 personnes ont été interrogées (86 femmes [84 %], 16 hommes [16 %]). Ce chiffre doit être relativisé du fait qu’il ne met pas en lumière la différence entre partenaire et une autre personne (payée ou non).

19 Neue Zürcher Zeitung (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Januar 2002.

20 GHI, Marché de l’emploi, 27 sept., 25 oct. et 1 nov. 2001, Genève.

21 Du point de vue strictement comptable, elle représente la quantification de la création de la valeur ajoutée qui rentre systématiquement dans le calcul du produit social national.

22 Fox Bonnie (Ed.), Hidden in the Household, p. 20.

23 Les données statistiques se réfèrent au groupe « 392 Professions de l’économie domestique » dans Office fédéral de la statistique, Recensement fédéral de la population 1990. Emploi et vie active. Tableaux thématiques, Berne, 1993, 362 p. Ce groupe contient deux ensembles différents de professions : a) « 392.01 Intendants de maison » : par exemple conseiller en économie ménagère, gouvernant diplômé, gouvernant de maison, intendant de maison ESEF, maître d'apprentissage ménager, etc. ; b) « 392.02 Employés de maison » : par exemple aide de foyer, aide de maison, aide de ménage, collaborateur d'entretien de maison, employé de maison, employé de ménage, fille au-pair, etc. Le deuxième groupe correspond parfaitement aux professions concernant les tâches domestiques et familiales considérées dans le travail. Pour le groupe des intendants de maison la représentativité est plus faible.

24 J’ai choisi une série de trois groupes horaires consécutifs qui constitue le plus grand pourcentage selon l’origine de la personne active. Les résultats du graphique doivent être relativisés par le taux des « sans indications » assez haut pour le cas des travailleuses suissesses.

25 Je calcule la moyenne entre salaire horaire pour une femme de ménage (20 fr.) et une garde d’enfants (15 fr.). Le premier chiffre est confirmé par (NZZ) Online, Der Preis für die Arbeit ist « ein Leben im Gefängnis », 16. Januar 2002. Le deuxième représente un chiffre vraisemblable pour le marché informel à Genève. L’entité du salaire est confirmée aussi dans Mudry Jean-Paul, Feuz Alec, Clandestines, 2000.

26 Portier Servan Alegre Véronique, La femme émigrée péruvienne à Genève, pp. 86-93. Le cadre décrit par Portier est confirmé par l’enquête de Mudry Jean-Paul, Feuz Alec, Clandestines…, 2000.

27 Portier Servan Alegre Véronique, Ibid., pp. 52-56.

28 Portier Servan Alegre Véronique, Ibid., p. 87.

29 Bauer Tobias, op. cit., p. 155.

30 Fox Bonnie (Ed.), op. cit., p. 20.

31 Roux Patricia, op. cit., p. 263.

Table des illustrations

Titre 1) Activité principale par sexe en Suise en 1997 (en %)
Légende Source des graphiques 1 à 9 : Office fédéral de la statistique, Du travail, mais pas de salaire. Le temps consacré aux tâches domestiques et familiales, aux activités honorifiques et bénévoles et aux activités d’entraide, Données sociales – Suisse, Neuchâtel, 1999, 64p. Elaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 2) Resaponsabilité principale des tâches domestiques (en %)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 3) Pourcentage de temps par semaine consacré en moyenne aux tâches domestiques et familiales (38,3 h/sem. au total)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 4) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 5) Nombre d’heures par semaine consacrées aux tâches domestiques et familiales, selon groupe d’âge
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 6) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne aux tâches domestiques et familiales, selon situation familiale et sexe
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 7) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne à l’activité professionnelle et aux tâches domestiques et familiales selon activité principale
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 8) Nombre d’heures par semaine consacrées en moyenne par les mères de famille aux tâches domestiques et familiales selon taux d’occupation
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 9) Taux d’occupation des mères de famille selon l’âge du plus jeune des enfants (heures par semaine)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Schéma 1 : Emergence du sentiment d’injustice par rapport à la réparation sexuelle du travail dans le couple
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 10) Salaire mensuel brut au niveau 4 des qualifications requises en Suisse dans les services de l’économie domestique formelle et informelle
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 11) Personnes actives en Suisse et dans les services de l’économie domestique en 1990
Légende Sources des graphiques 10 à 13 : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la structure des salaires 1998. Résultats commentés et tableaux, Neuchâtel, 2000, 52p. Elaboration personnelle ; Office fédéral de la statistique, Recensement fédéral de la population 1990. Emploi et vie active. Tableaux thématiques, Berne, 1993, 362p. Elaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 12) Femmes actives occupées dans les services de l’économie domestique selon leur origine et la durée du travail (heures/semaine) en 1990
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 13) Personnes actives occupées en Suisse et dans les services de l’économie domestique selon les catégories socio-professionnelles
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/6182/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Etudiant en diplôme d'études supérieures à l'IUED, économiste de formation.

Lire

Open access