Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes armés, femmes aguerries

 | 
Fenneke Reysoo

Les douleurs invisibles après conflit

Impact d’un conflit sur les relations hommes-femmes : cas du Burundi

Impact of Conflict on the Men-Women Relation. The Case of Burundi

Impacto del conflicto sobre las relaciones hombres-mujeres. El caso de Burundi

Goretti Ndacayisaba

Résumé

Burundi’s recent history is punctuated with political crises and violent conflicts. Armed conflicts deeply alter human relations. Women, children and elders who are not fighting are continually on the road in search of quiet places. In this exodus, the traditional relations between men and women are altered. Mainly with NGOs are women – most of whom have to ensure their families’ survival without a man in a good condition – able to set up support structure.

Burundi tiene una historia reciente marcada por las crisis políticas y los conflictos violentos. Los conflictos armados afectan profundamente las relaciones humanas. Las mujeres, niños y ancianos, en tanto no forman parte del efectivo de combatientes, se encuentran continuamente sobre la ruta buscando espacios de tranquilidad. En este éxodo, las relaciones tradicionales entre hombres y mujeres se ven transformadas. Particularmente, es por intermedio de las ONGs que las mujeres –de las cuales la mayoría debe asegurar la supervivencia de su familia sin la presencia de un hombre trabajador– son capaces de instaurar las estructuras de apoyo.

Le Burundi a une histoire récente jalonnée de crises politiques et de conflits violents. Les conflits armés affectent profondément les relations humaines. Les femmes, enfants et vieillards, ne faisant pas partie des effectifs des combattants, sont continuellement en route pour chercher des espaces de tranquillité. Dans cet exode, les rapports traditionnels entre hommes et femmes se voient transformés. C’est notamment par la filière des ONG que les femmes – dont la plupart doivent assurer la survie de leur famille sans la présence d’un homme vaillant – sont à même d’instaurer des structures de soutien.

Texte intégral

1Afin de vous donner un bref aperçu de l’impact du conflit sur les relations hommes-femmes au Burundi, ma présentation va s’articuler autour des points suivants :

  • Contexte général

  • Nature et sources du conflit

  • Perceptions et effets du conflit sur les rapports de genre

  • Rôles et implications des hommes et des femmes dans les conflits et dans la construction de la paix.

I. Contexte général

2Ces dernières années, le monde a connu des conflits dont la nature a profondément changé. Près de 95 % des conflits armés se produisent non plus entre Etats mais à l’intérieur d’un même pays (guerre civile). Parmi ces pays, il y a le Burundi qui vit, depuis bientôt huit ans, une guerre civile qui n’en finit pas.

3Le Burundi est un pays de l’Afrique centrale situé dans la région des Grands Lacs aujourd’hui devenue l’objet de violences cycliques et ininterrompues. Seules les armes à feu et les armes traditionnelles ont la parole.

4Le Burundi a connu au cours des différentes périodes (1959-1961-1965-1969-1972-1988-1991-1993) une histoire jalonnée par des crises politiques et sociales s’exprimant par des violences de toute sorte : l’exclusion, l’exil, les génocides répétitifs, les coups d’Etat. Tous ces phénomènes ont engendré et perpétué des violences interethniques récurrentes marquées par des tueries fratricides généralisées entraînant la mort de milliers de gens et la déchirure du tissu social.

5Malgré que le virus des antagonismes ethniques fût déjà inoculé dans la société burundaise depuis l’époque coloniale, le Burundi avait survécu aux sirènes du divisionnisme régional et tribal. Les trois principales ethnies vivant au Burundi (Hutu, Tutsi et Twa) avaient réussi à réguler de manière positive leurs différends et cohabitaient pacifiquement (en témoignent de nombreux mariages mixtes).

6Ce n’est qu’en octobre 1993, avec l’assassinat du président Ndadaye, démocratiquement élu, que tout s’effondre. Au son de la cloche, partout dans le pays on assiste à des massacres de milliers de populations innocentes tutsi, qui seront suivis par des actes de vengeance et de répression à l’endroit des innocents Hutu. On compte par plusieurs centaines de milliers des victimes emportées par cette folie meurtrière. On assiste aux déplacements massifs des survivants en désarroi à la recherche d’un minimum de sécurité aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays (déplacés internes : 359’095 ; réfugiés : 421’256).

7Dès lors, le Burundi sombre dans une crise politique et sociale sans précédent qui at dégénéré en frustrations individuelles et collectives : actes de vandalisme, division selon les groupes d’appartenance, impunité et confirmation de l’injustice sociale.

8Le peuple burundais attend avec impatience les changements véritables qu’apportera la mise en application des accords signés à Arusha le 28 août 2000, date historique pour la majorité de la population.

II. Nature et sources du conflit

9Les conflits armés affectent fortement les relations humaines et provoquent des sentiments et comportements violents. Quand ils sont encore à l’état latent (gestation), ils peuvent déjà produire des tensions importantes. Quand ils émergent en surface (donc ouverts), ils peuvent s’exprimer de manière violente.

10Au cours de l’évolution de tout conflit, on peut détecter des moments particuliers, « des seuils critiques » pour lesquels diverses solutions sont possibles. Ces solutions peuvent avoir une issue positive, ou bien entraîner une démarche négative pouvant induire un échec pro fond.

11En faisant l’analyse de diverses situations de conflit, on pourrait tenter de comprendre pourquoi, comment et d’où la plupart des conflits naissent :

  • du refus d’accepter la divergence de perception ou d’interprétation des faits historiques. Ces perceptions sont engendrées par un certain contexte, s’expriment sous forme de sentiments et se manifestent sous forme de comportement ;

  • de l’insatisfaction des besoins élémentaires tels que la sécurité, la dignité, l’alimentation, etc. ;

  • des préjugés qui ont été maintenus et renforcés par les systèmes éducatifs et politiques, et qui contribuent à diviser les groupes ethniques. Certains proverbes kirundi par exemple le confirment : « Le Burundais te cache qu’il te hait et tu lui caches que tu le sais » ;

  • des croyances populaires négatives, de l’intolérance des perceptions des uns et des autres néfaste aux bonnes relations entre populations ;

  • d’un pouvoir centralisé et illimité qui exclut une grande partie de la population en se servant de concepts à caractère régional, tribal, religieux, traditionnel, ethnique… ;

  • de fortes implications d’autres pays ; pour le cas du Burundi, la sous-région influence énormément l’aboutissement du processus de paix et la cessation des hostilités en particulier ;

  • d’un manque de communication avec autrui ;

  • de la globalisation ;

  • de la lutte pour le pouvoir et du partage inégal du pouvoir ;

  • des structures politiques (système électoral).

12Cependant, tous les conflits ne se manifestent pas toujours de façon destructrice ; ils peuvent être positifs. Pour le cas du Burundi, le processus de négociation à Arusha a forcé la classe politique à dévoiler certains faits historiques qui faisaient l’objet de discorde. Le fait qu’il y a eu consensus sur certains événements et dates historiques a diminué les tensions et permis de franchir une étape positive.

III. Perceptions et effets du conflit sur les rapports de genre

13Les hommes et les femmes perçoivent le conflit de manière différente du fait qu’ils ont des besoins et des intérêts différents. En période de conflits armés, la situation des femmes et des enfants est particulièrement délicate. Faisant très rarement partie des effectifs des combattants, les femmes, les enfants et les vieillards sont les plus en mouvement, à la recherche des espaces de tranquillité. Au cours de cet exode, les populations sans armes, apeurées, affamées et fatiguées sont confrontées à de nombreux problèmes touchant notamment l’intégrité physique et l’exploitation sexuelle… C’est pourquoi cette catégorie de population mérite une attention particulière.

14La guerre détruit l’ensemble de la société, tant les hommes que les femmes. Mais les conflits armés, l’instabilité politique, les tensions civiles infligent des souffrances aux femmes sous forme de tueries, de torture, de viol et agressions sexuelles, d’enlèvement… Le viol a été utilisé par les rebelles au Burundi comme une arme de guerre. Les femmes et les petites filles endurent cette souffrance qui se répercute sur toute leur vie : la prolifération des maladies sexuellement transmissibles et le VIH/sida, les grossesses non désirées et précoces, les déformations physiques, la marginalisation sociale, les traumatismes psychologiques, etc.

15Comme tous les rapports structurels, les rapports entre les hommes, et les femmes ont été gravement endommagés par la guerre et crée une situation de tension permanente dans le pays.

16Mon analyse des rapports genre va se concentrer beaucoup plus sur l’entité familiale, parce que les perspectives de construction de la paix commencent dans le ménage pour s’étendre ensuite à tout le pays.

17Bon nombre de couples mixtes se sont dissolus et les enfants se sont retrouvés déstabilisés, ne pouvant choisir entre les deux parents. Les conséquences qui s’ensuivent sont nombreuses : enfants de la rue, prostitution, propagation des maladies sexuellement transmissibles (MST) et du VIH/sida, traumatismes, etc.

18Aujourd’hui, l’homme n’est plus le seul garant de la survie familiale du fait que les femmes sont devenues des chefs de famille suite au décès, à la fuite ou à la disparition pure et simple du mari. La femme fait face aux nouvelles et doubles responsabilités qui l’amènent à s’organiser pour subvenir aux besoins de la famille (de manière à rendre honneur à son foyer).

19On remarque que pour pallier les problèmes de pauvreté, beaucoup de femmes se sont réunies dans des systèmes associatifs qui leur permettent de développer de petites activités mais aussi de se soutenir dans les expériences difficiles.

20Les initiatives associatives sont nombreuses. Je citerai le cas du CAFOB (Collectif des associations et ONG féminines du Burundi), qui regroupe plus de 45 associations de femmes et dont l’objectif a deux points d’entrée stratégiques :

  • d’abord, amorcer le dialogue et la solidarité entre les femmes des groupes ethniques et politiques différents afin d’avoir la même vision du conflit burundais ainsi que les mêmes approches de construction de la paix ;

  • ensuite, soutenir cette dynamique de solidarité et de cohésion sociale entre les femmes par des activités génératrices de revenus.

21A l’heure actuelle, la capitale compte plus de 800 organisations et groupements de femmes qui militent pour la paix et assurent l’autonomie économique. Ces réseaux s’étendent également sur d’autres parties du pays.

22Cette adaptation des femmes au conflit influe sur les rapports entre les hommes et les femmes. Le dialogue change parce que la femme réclame plus de reconnaissance, d’autonomie, de prise de décision. Les hommes de son entourage sont quant à eux sensibilisés aux compétences « hors ménage » de la femme. Cependant, malgré cette sensibilisation, l’homme burundais reste déstabilisé par le conflit qu’il utilise parfois comme prétexte pour fuir les responsabilités familiales.

23Les femmes dont les époux sont décédés ou absents se heurtent à de nombreux problèmes de subsistance face aux nouvelles et doubles responsabilités de chef de famille. Elles doivent apprendre à gérer, à décider, à se défendre publiquement.

24Dans certains cas, on a vu des enfants de moins de 15 ans quitter l’école primaire pour devenir chef de famille. Le taux d’enfants non accompagnés a atteint les limites. Bon nombre d’entre eux n’ont pas de logis ; ils sont dans la rue toute l’année et apprennent à piller pour subvenir à leurs besoins. Ils sont exposés aux maladies, à la drogue, à la douleur. Le taux de scolarisation au Burundi a considérablement chuté. Les enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour de la malnutrition, de la malaria, des maladies parasitaires et virales étant donné qu’ils n’ont pas d’accès facile à l’aide humanitaire distribuée par les ONG.

25Au niveau politique, les hommes s’enferment dans leurs positions et ne tiennent pas compte des intérêts des populations. Il y a un grand fossé entre gouvernants et gouvernés et le leadership local est affaibli. La population en général est manipulée par l’opinion politique ; les jeunes sont particulièrement désabusés par les politiciens qui les enrôlent de force dans les milices, ils deviennent des objets de propagande. Ils apprennent à tuer, à piller et à violer avec le silence complice des adultes qui n’ont plus de contrôle sur leurs propres enfants.

IV. Implication des hommes et des femmes dans les processus de conflits et de la construction de la paix

26Les hommes paraissent toujours en agresseurs et les femmes en victimes passives. On pourrait se demander comment les belligérants peuvent réussir s’ils n’ont pas l’appui des populations civiles.

27Au Burundi, bien qu’en nombre moins important, nous savons que les femmes et les filles combattent aux côtés des hommes rebelles. Ce sont elles qui leur préparent à manger, les soignent quand ils sont blessés, leur offrent toute l’attention sexuelle et psychologique. Elles jouent le rôle d’informateur en infiltrant tous les milieux politiques et professionnels.

28Cependant, pouvons-nous affirmer que ces hommes et ces femmes combattants ont les mêmes motivations ? On voit que dans le processus de négociation, ce sont les hommes qui occupent les places importantes. Quelle est alors la vraie place de la femme dans les guerres et dans la construction sociale de la paix ? Les femmes sont uniquement des intermédiaires et propagandistes. Les hommes foncent dans les guerres pour leur propre satisfaction et se servent des femmes pour y arriver. En effet, la femme est dans une situation de dilemme et n’a pas le courage de dénoncer les hommes, car le rebelle est soit le mari, le frère, le fils, etc.

29Dans la plupart des cas, les femmes revendiquent la paix après avoir tout perdu. Aujourd’hui, elles se rendent compte qu’elles ont subi les mêmes conséquences quelle que soit leur ethnie : hutu, tutsi ou twa. Certaines organisations de femmes sont conscientes que la résolution du conflit burundais ne pourra pas être l’affaire des hommes uniquement, mais qu’elles doivent tout faire pour d’abord l’analyser, comprendre tous les enjeux et contribuer de manière significative à la recherche d’une paix durable. Pour que cette lutte pour la paix soit une réalité, les femmes doivent être représentées dans toutes les sphères où se prennent les décisions, c’est-à-dire là où on décide pour la paix ou contre la guerre.

30En temps de crise, les femmes ont contribué à la réhabilitation de l’économie nationale et à la redynamisation de tous les secteurs de production. Cependant, malgré tous les efforts fournis, l’Etat ne leur accorde pas encore la place voulue dans les accords de paix qui ont été signés le 28 août 2000 à Arusha, ni dans le processus de la mise en application de ces accords. Elles doivent elles-mêmes se frayer un chemin pour participer à tout ce processus.

V. Conclusion

31Nous venons de montrer les difficultés de dialogue entre les hommes et les femmes. Ces difficultés ont été accentuées par la guerre certes, mais leur soubassement reste traditionnel et culturel.

32Le problème du manque de dialogue est crucial au Burundi. La position sociale des femmes ne leur permet pas de jouer pleinement un rôle influent dans la prévention et la gestion des conflits. C’est encore une autre lutte que la femme doit mener par le renforcement du dialogue afin de clarifier son agenda pour la promotion de l’équité entre les genres.

33Grâce au processus d’Arusha, une lueur d’espoir s’allume. Quelle que soit l’issue de la crise burundaise, la femme aura quelque part gagné sur le plan de son identité, de son indépendance, car elle aura fait preuve de sa capacité comme chef de ménage et contribué aux perspectives de la paix.

Auteur

International Alert et Unifem, Bujumbura, Burundi.

Lire

Open access