Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes armés, femmes aguerries

 | 
Fenneke Reysoo

Dispositifs d'alerte et signes précurseurs

Les situations de conflits armés entre exploitants des ressources naturelles en zone soudano-sahélienne : cas du Mali

Situations of Armed Conflicts between Natural Resources Exploiters in the Sudan-Sahel Zone. The Malian Case.

Las situaciones de conflico armado entre los explotadores de recursos naturales. El caso de la zonas sahelianas, Mali.

Fanta Coulibaly Coumaré

Résumé

This presentation means to present how the anarchic use of natural resources is the main source of conflict in the Sahelian regions. Scarcity and a bad management of natural resources cause conflicts between the different Sahelian countries, and between neighbour communities as well. Some factors (intensive exploitation of combustible materials, endemic drought,…) make the living conditions ever more difficult. The introduction of new energetic technologies, of decentralised management structures, together with women’s involvement may help appease the tensions and prevent conflicts.

Esta intervención se propone reflexionar sobre la utilización anárquica de los recursos naturales como la principal fuente de conflicto en las zonas sahelianas. La escasez e inadecuada gestión de los recursos naturales son causas de conflictos, no sólo entre los diferentes países sahelianos sino entre comunidades vecinas. Un cierto número de factores (explotación intensiva de las fuentes de combustible, sequía endémica, etc.) vuelven de más en más difícil las condiciones de supervivencia. La introducción de nuevas tecnologías energéticas, de estructuras descentralizadas de gestión y la implicación de las mujeres, pueden ayudar a atenuar las tensiones y prevenir el estallido de conflictos.

Cette intervention se propose de réfléchir sur l’utilisation anarchique des ressources naturelles comme principale source de conflit dans les zones sahéliennes. La rareté et la mauvaise gestion des ressources naturelles sont des causes de conflits entre les différents pays sahéliens, mais également entre communautés voisines. Un certain nombre de facteurs (exploitation intensive des sources de combustibles, sécheresses endémiques…) rendent de plus en plus difficiles les conditions de survie. L’introduction de nouvelles technologies énergétiques, de structures décentralisées de gestion et d’implication des femmes peut aider à atténuer les tensions et prévenir l’éclatement de conflits.

Texte intégral

Introduction

1Cette communication est une réflexion personnelle née du constat que l’utilisation anarchique des ressources naturelles est la principale source de conflits en Afrique et plus particulièrement au Mali, qu’il s’agisse du pétrole, du diamant, de l’eau, des terres ou du couvert végétal.

2Les systèmes de gestion des maigres ressources du Mali tiennent peu compte des relations de genre pour leur utilisation. Trop souvent, les projets sectoriels de développement essaient de répondre aux besoins immédiats des populations sans tenir compte de l’équité et il s’ensuit un déséquilibre social et des conflits.

I. Le non-respect de l’équité « genre » dans la gestion des ressources naturelles comme source de conflits armés

3Suite à la disparition des grands blocs Est/Ouest, les conflits armés en Afrique ont aujourd’hui perdu leur caractère idéologique pour ne garder que l’aspect économique. De nos jours, la principale source de conflits est liée à la rareté et à la mauvaise gestion des ressources naturelles.

4Les programmes d’ajustement structurel ont également introduit des jeunes diplômés dans le secteur du développement rural. Ce qui a sûrement contribué à augmenter la pression sur les ressources naturelles. Les émigrations vers le sud et les pays côtiers et la prolifération des camps constituent aujourd’hui une menace pour l’écosystème et la paix.

5L’exploitation anarchique des ressources naturelles est la principale source de conflits armés au Mali, que ce soit avec des pays voisins ou à l’intérieur du Mali. Les Maliens ont des difficultés à gérer les maigres ressources naturelles. Plus de 80 % de la population vivent du secteur primaire : agriculture, élevage, cueillette et pêche. Une bonne partie des activités économiques sont liées directement à ce secteur sous forme d’approvisionnement en intrants agricoles et/ou commercialisation de la production, de transformation.

6Les femmes accèdent peu aux terres cultivables et tirent leurs revenus principalement des produits de cueillette : karité, néré, gomme arabique, bois. La quasi-totalité des familles utilisent le bois et le charbon comme source d’énergie domestique. Avec la création des zones d’irrigation, de pâturage et d’agriculture, certains exploitants sont lésés.

7Il s’ensuit une surexploitation des ressources naturelles, ce qui menace directement notre survie et la paix. Et sans paix il n’y a pas de développement. A deux reprises (1972-1984) une terrible sécheresse a entraîné famine, décimation des troupeaux et exode. La cause du conflit avec le pays frère Burkina Faso a été l’utilisation des bandes de pâturage à la frontière des deux pays.

8Au niveau national, les populations nomades du nord ayant tout perdu dans les terribles sécheresses se sont rebellées contre l’autorité de l’Etat. Ces mouvements terroristes de revendication ont failli déraper vers une guerre civile interethnique entre sédentaires et nomades. Ces conflits ont entraîné un exode massif des femmes et des enfants vers les centres urbains et les pays voisins. Les femmes se sont organisées alors pour exercer des pressions sur les différentes parties impliquées dans le conflit pour les amener à la table de négociations.

9Ensuite, elles ont organisé des manifestations culturelles pour gérer l’après-conflit et amener la paix entre les populations. La gestion de ces conflits a déclenché la politique de décentralisation pour donner plus d’autonomie aux collectivités par la création des communes. Les structures de décentralisation et les ONG sont aujourd’hui les principales actrices du développement de ces zones et de la résolution de conflits.

10Le Mali est également l’objet de conflits armés sporadiques entre communautés pour l’utilisation des ressources naturelles, entre éleveurs et cultivateurs, entre sédentaires et nomades, pour la gestion des points d’eau, le passage des troupeaux, le pâturage et la terre.

11Les familles entrent régulièrement en conflit armé pour la délimitation des champs et des terroirs. Cela se règle généralement par le biais des tribunaux traditionnels ou modernes, mais très souvent après des accrochages meurtriers.

II. Les conséquences de conflits armés sur la société en général

12La famille comme unité sociale de base est la première à souffrir des conflits :

  • dispersion des membres de la famille ;

  • violence sur les plus vulnérables ;

  • perte des repères pour la socialisation des enfants et la maîtrise des rôles de production et de reproduction.

13Les personnes battues, humiliées, injuriées subissent de graves pertes de confiance en soi, d’estime de soi et de confiance en autrui. Avec les déplacements et la précarité des conditions de vie, le sens d’appartenance sociale s’effrite. Il y a plus de difficultés à satisfaire le besoin d’intimité, ce qui engendre la frustration et l’agressivité.

14Les conflits entraînent un état psychosocial de violence permanente. La désorganisation sociale suscite un climat d’impunité favorable aux actes de violence et au chaos. On constate que les femmes sont les principales victimes de ces violences.

III. Comment prévenir les conflits ?

15Le fait d’étouffer le conflit n’est pas toujours rentable à long terme. La désignation d’un médiateur peut réduire le temps de conflit et faciliter sa gestion. Mais pour une paix durable, il faut une approche plus humaine des actions de développement qui tienne compte des intérêts stratégiques de chaque sous-groupe :

  • répartition équitable des ressources naturelles ;

  • mise en œuvre des actions de solidarité et de communication entre les différents sous-groupes ;

  • clarification des règles de gestion pour tous les sous-groupes ;

  • focalisation du système d’organisation vers le bien-être social et la collaboration ;

  • prise de conscience des lois et attitudes discriminatoires ;

  • reconnaissance de l’apport de chacun et valorisation des rôles de solidarité ;

  • plus spécialement au Mali, un programme de diffusion massive des énergies renouvelables.

16Le solaire, la biomasse et l’éolienne pourraient réduire les risques de conflit armé à long terme. Malheureusement, le développement d’un tel programme est freiné par l’extrême pauvreté de la population. La diffusion de l’énergie renouvelable non seulement préserverait les ressources naturelles, mais favoriserait également le développement d’autres activités grâce à l’électrification et diminuerait la pression des hommes et des animaux sur les ressources naturelles.

17Actuellement, les principales sources de revenus des femmes sont menacées par la disparition des forêts. Et il faut noter que plus la pression est forte, plus les récoltes sont rares et plus les plus pauvres n’ont d’autre choix que d’exploiter les maigres ressources de la forêt.

18Les programmes de lutte contre la pauvreté et la diffusion massive des énergies nouvelles et renouvelables ainsi que la décentralisation et l’intégration sous-régionale constituent un espoir immense de prévention de conflits armés dans nos zones fragilisées par la sécheresse et l’économie de marché.

19L’émigration commence à atteindre un seuil d’intolérance dans beaucoup de pays de la sous-région ; les minorités transfrontalières sont très souvent expulsées à seule fin de récupérer leurs terres.

20La prévention des conflits passe nécessairement par des stratégies de lutte contre la faim et la pauvreté, ce qui ne sera possible que si les ressources naturelles sont préservées.

21En matière de conflit, il vaut mieux prévenir que guérir. Les conflits armés ont laissé des plaies ouvertes, des inimitiés entre pays, communautés, ethnies et familles.

22Par ailleurs, les sécheresses ont provoqué une véritable mutation dans les rôles et les responsabilités des hommes et des femmes au Mali. Les fonctions de la femme ont considérablement augmenté pour assumer la survie de la famille et de la communauté.

IV. Conclusion

23L’approche « genre et développement » est une réorientation nécessaire à nos politiques, programmes et projets de développement pour

  • la prévention des conflits et la définition d’indications précoces de prévention et d’alerte ;

  • une approche plus globale et humaine de la problématique du sous-développement, considérant l’être humain dans ses multiples rôles ;

  • une approche plus participative pour un véritable changement durable des comportements qui perpétuent les mauvaises habitudes et pratiques néfastes ;

  • une approche systémique qui prenne en compte les facteurs d’influence.

Auteur

Centre Djoliba, Bamako, Mali.

Lire

Open access