Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grotius et la doctrine de la guerre juste

 | 
Peter Haggenmacher

Première partie : Le mémoire de 1605 face à la tradition du droit de la guerre

II. Contours généraux et méthode du mémoire

Texte intégral

  • 1 IPC, foll. 2-5 (pp. 1-7). Entre parenthèses seront toujours indiquées les pages correspondantes de (...)
  • 2 IPC, foll. 5-143’ (pp. 7-299).
  • 3 IPC, foll. 144-152 et 152-163 (pp. 299-316 et 316-341).
  • 4 IPC, foll. 5-71’ (pp. 7-162).
  • 5 IPC, foll. 72-95 (pp. 163-204).
  • 6 IPC, foll. 96-163 (pp. 204-341). Le texte du Mare liberum se trouve en tête de cette subdivision.
  • 7 Pour les données de ce plan, cf. W. J. M. van Eysinga, « Quelques observations au sujet du Mare li (...)

1Au but spécifique du Mémoire répondent sa construction et sa méthode. Voici son plan. Après le chapitre introductif où Grotius définit son propos et sa démarche générale,1 on y distingue trois principales divisions, d’importance très inégale du reste : d’abord une discussion du problème sous l’angle du Juste, composée des chapitres ii à xiii ;2 puis une discussion sur l’Honnête et une autre sur l’Utile, formant respectivement, presque en manière d’appendice, les chapitres xiv et xv.3 La discussion du Juste, qui domine en fait l’ensemble, se subdivise à son tour en trois parties : les Dogmatica4 qui posent les principes : les Historica5 qui relatent les faits de l’espèce ; et enfin l’Examen6 qui contient l’argumentation juridique justifiant la prise de la Catharina.7

  • 8 IPC, cap. ii, foll. 5-14 (pp. 7-30).
  • 9 IPC, cap. iii et iv, foll. 14-25’ (pp. 31-57).
  • 10 IPC, cap. v, foll. 25’-26’ (pp. 57-59). Chacun des quatre chapitres qui suivent discute un des cri (...)
  • 11 IPC, cap. x, foll. 56-71’ (pp. 127-162). Par le terme « proye » on cherche ici à rendre le latin p (...)

2De tout cela, c’est avant tout la partie « dogmatique » qui retiendra notre attention. Cette théorie générale comprend les chapitres ii à x et occupe en gros la première moitié du manuscrit. Elle s’ouvre par des prolégomènes qui partent des sources du droit et nous conduisent jusqu’à la notion de guerre.8 Suivent deux chapitres portant sur la licéité de principe du droit de guerre et du droit de prise.9 Puis, un bref chapitre de transition établit le lien entre la juste prise et la guerre juste, ce qui soulève la question-clé des conditions positives de celle-ci. Ces conditions sont réparties en quatre rubriques générales dont chacune fait l’objet d’un chapitre. Du cumul de ces quatre critères naît ce que Grotius appelle la iustitia belli.10 Ce point tranché, un long chapitre finit par examiner la distribution et l’acquisition de la « proye ».11

3Le centre de gravité de ces Dogmatica réside dans la discussion des quatre conditions de la guerre juste. C’est d’elles que nous allons nous occuper surtout, en suivant du reste l’itinéraire tracé par Grotius lui-même. Mais auparavant, il convient de s’arrêter brièvement aux plus importants aspects des chapitres qui précèdent. Il y a lieu de considérer ici la position du problème et la méthode de Grotius, puis sa conception du droit et de la guerre, ainsi que de leur résultante, la iustitia belli.

1. La position du problème, la méthode et l’articulation du Mémoire

4Dans son chapitre introductif, Grotius annonce, outre le plan de l’ouvrage, sa méthode et sa démarche. Au titre initial – De nimia animi in expediendis officiis scrupulositate – il a substitué, après plusieurs hésitations semble-t-il, le sobre énoncé des cinq articulations de ce chapitre : Exordium, Argumentum, Distributio, Methodus, Ordo Operis. Composés d’un seul tenant, ces cinq volets visent à situer le propos général du Mémoire et à y préparer le lecteur.

  • 12 IPC, fol. 3 (p. 3) ; rajout en haut de la page.
  • 13 « Ita fiet ut explorato belli ac potissimum praedae iure omnis res ista patere cuivis possit, qui (...)

5La tonalité de l’ensemble est déterminée par l’idée du Juste : curieuse préfiguration de la dédicace de 1625, qui sera portée, elle aussi, et avec plus d’insistance encore, par l’adjectif iustus adressé à son destinataire royal. C’est au nom de cette idée – définie ici à la suite d’Aristote comme une sorte de « milieu »12 – que Grotius prend position, dès l’Exordium, contre les objecteurs mennonites. Par là même, il indique la nature de son débat qui est essentiellement d’ordre éthique ; le « droit » n’est pas encore dissocié de l’antique vertu de justice. En même temps, Grotius précise d’ailleurs à la fin de l’exorde quelle partie du droit il vise plus spécialement : toute l’affaire, affirme-t-il, sera claire – pour quiconque du moins ne manque pas de « sens commun » — dès qu’on aura examiné le droit de la guerre et en particulier le droit de prise :13 d’emblée il ne laisse donc aucun doute sur le fait que c’est le ius belli qui constitue par excellence l’objet de son étude.

  • 14 IPC, foll. 3’-4 (pp. 4-5).
  • 15 IPC, fol. 4 (p. 5). Pour cette division, cf. M. T. Cicero, Ad C. Trebatium topica, n. 91, ainsi qu (...)
  • 16 IPC, foll. 4-5 (pp. 5-7).

6Aussitôt il relate dans l’Argumentum l’incident de la Catharina.14 Puis c’est la Distributio qui vient justifier le plan général de la composition, évoqué tout à l’heure, à l’aide des trois principaux genres oratoires mentionnés par Cicéron et Quintilien – iudicium, laudatio et deliberatio – et qui président respectivement aux trois discussions du Iustum, du Honestum et de l’Utile.15 Là dessus, Grotius entreprend plus spécialement l’étude du Iustum en exposant tour à tour la Methodus et l’Ordo qu’il entend y observer.16

  • 17 Iacobus Zabarella, De methodis libri quatuor, passim ; in : Opera logica, Venise, 1578, pp. 89 ss.

7Methodus et Ordo : peut-être est-ce sous l’influence de quelques logiciens d’Italie que notre auteur distingue ces deux notions que beaucoup d’autres tendent à confondre. La distinction est bien accentuée en particulier chez Zabarella, le plus important des maîtres padouans : l’ordo n’a trait qu’à la disposition générale des éléments de la démonstration, la methodus désigne en revanche le procédé de démonstration à proprement parler.17 Tel paraît être le cas aussi chez Grotius, encore qu’il ne soit guère possible d’apercevoir dans son introduction, volontairement peu technique, une référence quelconque à l’une des écoles de logique du xvie siècle.

  • 18 IPC, fol. 5 (p. 7). Cf. M. T. Cicero, Pro L. Cornelio Balbo, 15.
  • 19 IPC, fol. 5 (p. 7) ; là encore, il s’agit en partie d’un rajout. Cf. M. T. Cicero, De legibus, i, (...)

8Dans le passage sur la Methodus, Grotius indique les procédés de démonstration auxquels il entend recourir. Ils sont de deux ordres, la ratio naturalis et les auctoritates. La première domine ici de façon si évidente que le recours à cette raison naturelle apparaît comme une sorte d’impératif suprême. Grotius entend par là surtout réagir contre la méthode traditionnelle des juristes qui transposent de manière à son avis inconsidérée les sources familières du droit civil et canonique à une sphère où elles perdent toute validité. Car le litige qui l’occupe déborde le cadre de la Cité, si bien qu’il est vain de vouloir lui appliquer le droit des codes. C’est à un droit non écrit qu’il faut en appeler, tel que nous l’indiquent les mores concordantes des peuples et qui ne font en réalité que manifester la ratio naturalis. Celle-ci est le seul arbitre possible dans ce domaine que déjà notre auteur nomme – en altérant une phrase tirée du discours Pro Balbo – « praestabilis illa scientia, quam Cicero dicit consistere in foederibus, pactionibus, conditionibus populorum regum exterarumque nationum, in omni denique belli iure ac pacis ».18 Bref, il s’agit pour lui selon cette autre injonction de l’Arpinate rappelée en cet endroit, de « puiser le droit du fonds même de la philosophie » en suivant une démarche purement rationnelle.19

  • 20 Ibid.
  • 21 IPC, foll. 14-25’ (pp. 31-57). Pour ce jumelage de démonstrations « artificielles », fondées sur l (...)

9Quant aux auctoritates, leur rôle paraît à première vue singulièrement réduit : de manière significative, Grotius ne leur consacre que la demi-phrase qui clôt ce passage sur la Methodus.20 Qu’il s’agisse de témoignages de l’Ecriture ou d’autorités humaines, il ne veut leur reconnaître qu’un rôle purement confirmatoire des résultats obtenus par la raison. On trouve de cela une illustration parfaite dans les chapitres iii et iv du Mémoire, qui démontrent la légitimité de principe de la guerre et de la proye : sur les deux thèmes nous avons d’abord, selon une terminologie empruntée aux anciens, une demonstratio artificialis, qui représente le raisonnement rationnel ; puis une demonstratio inartificialis qui n’est autre que la confirmation par les autorités.21

10Prenant ainsi position dans le séculaire débat sur l’importance respective de l’auctoritas et de la ratio, Grotius se range donc ici résolument du côté de cette dernière, au rebours de la tendance dominante du moyen âge. Ce renversement, dont on verra encore qu’il est moins absolu, au cours de l’exposé, que ce programme liminaire peut le faire croire, est en soi digne d’être noté. Car si depuis l’antiquité on a invoqué la ratio naturalis, l’on n’y a guère vu d’ordinaire qu’un principe général, voire un simple expédient comblant telle lacune laissée par le droit positif. La prétention de Grotius va bien au-delà : il entend se servir de ce guide pour échafauder de toutes pièces un système strictement rationnel.

  • 22 « Sed quemadmodum Mathematici priusquam ipsas demonstrationes aggrediantur, communes quasdam soien (...)
  • 23 Voir infra, pp. 452 ss.

11Voilà pour la Methodus ; l’Ordo indiqué sitôt après lui répond parfaitement. A l’exemple des mathématiciens, Grotius se propose de partir de quelques notions simples, principes communément reçus et partant irréfutables, pour fonder ensuite sur eux l’ensemble de ses théorèmes.22 De fait, c’est dans les prolégomènes du chapitre ii qu’il posera ces axiomes ; et la suite de l’ouvrage se déroule comme une démonstration géométrique, ostensiblement ponctuée par des conclusions et des corollaires, l’ensemble étant doublé d’un réseau complexe de renvois. Ce certus ordo docendi reparaîtra dans les Prolégomènes de 1625 ;23 mais l’idée s’en exprime déjà dans le manuscrit de jeunesse et s’y trouve même conduite à son terme avec une rigueur bien plus évidente que dans le traité de maturité.

  • 24 IPC, fol. 5 (p. 7).
  • 25 En ce sens W. J. M. van Eysinga, Hugo Grotius, pp. 20 et 26 ss. Cf. aussi F. de Michelis, Le origi (...)
  • 26 « On ignore si Grotius, inscrit à Leyde à la faculté des lettres en 1594, y a également suivi des (...)
  • 27 Rien de tout cela ne justifie cependant le jugement pour le moins cavalier de Stig Jorgensen : « G (...)

12Grotius s’excuse aussitôt de l’impatience que cet ordo insolite menace de causer au lecteur, en l’empêchant d’aborder le sujet de plain-pied ; il estime toutefois que cet inconvénient sera plus que balancé dans la suite par la solidité de sa démonstration.24 A n’en pas douter, il considère donc son entreprise comme nouvelle ; ses expressions suggèrent même qu’il la juge inouïe, voire révolutionnaire. Il y a là une note caractéristique de l’ensemble du Mémoire : c’est bien en novateur que le jeune Grotius se présente, et toute l’œuvre reflète cette volonté de repenser l’acquis juridique pour le présenter sous une forme inédite. En un sens cette attitude radicale n’étonne guère lorsqu’on se rappelle que, malgré son métier d’avocat dont il connaissait toutes les ficelles, Grotius n’était pourtant pas un juriste au sens ordinaire. Son horizon culturel était d’emblée et restera toujours avant tout érasmien : il est dominé au début par la philologie au sens le plus large, incluant en particulier les lettres anciennes et l’histoire ; plus tard, c’est la théologie qui l’emplira de plus en plus.25 Le droit n’a commencé à intéresser notre auteur qu’après ses études, par devoir plus que par goût, semble-t-il, et il ne lui accordera jamais une place absolument centrale ;26 sans cesse il cherche à le transcender en faisant appel à des autorités extérieures, philosophes, orateurs, historiens, poètes et théologiens. Ainsi Grotius sera tout au long de sa carrière porté naturellement à considérer le droit du dehors, à un point de vue inorthodoxe et novateur. Si à cette absence de préjugé on ajoute la liberté juvénile d’un savant déjà en pleine possession de ses moyens intellectuels, on est fortement tenté d’admettre que son dessein méthodologique vise en effet à susciter une petite révolution dans le droit.27

13On cherchera plus loin à apprécier la portée réelle de ces inflexions radicales, presque cartésiennes avant la lettre. Auparavant il convient de s’arrêter à deux chapitres qui montrent comment Grotius met en œuvre la méthode ainsi projetée : à savoir le second et le cinquième, tous deux décisifs dans l’économie du Mémoire.

2. Les prolégomènes du Mémoire : « Ius » et « Bellum »

14Le chapitre ii expose cet ensemble de principes que Grotius vient d’annoncer et qui forment les axiomes de son système. Remarquables à plusieurs points de vue, ces prolégomènes, qui correspondent fonctionnellement au premier chapitre ii du Traité de 1625, mériteraient en eux-mêmes une étude approfondie. Sans doute servent-ils d’abord la démonstration qui suit ; mais leur signification dépasse le cas d’espèce et même le projet théorique qu’ils doivent servir : tant par l’esprit que par leur forme ils représentent un petit monument dans l’histoire du droit. On reviendra plus bas sur l’un ou l’autre des aspects de fond ; pour l’instant, bornons-nous à indiquer leur configuration générale.

  • 28 Cf. infra, pp. 457 ss et 462 ss.
  • 29 Cf. infra, Annexe i.

15Se proposant de parler de la iustitia belli, Grotius, à l’instar de ce qu’il fera au seuil de son maître ouvrage, en définit les principales composantes, Ius et Bellum. Toutefois, distants de vingt ans, les deux exposés diffèrent non seulement par l’ordre dans lequel ces notions sont traitées, mais encore, semble-t-il, par leur teneur.28 Dans le Mémoire, Grotius commence par traiter le Ius aux folios 5 à 14 et ne consacre ensuite au second terme que les quelques lignes qui achèvent les prolégomènes. Le Ius se présente sous les traits d’un système axiomatique fondé sur neuf regulae et treize leges ; celles-là désignent en gros les sources du droit au sens formel, celles-ci les maximes de conduite fondamentales qui en découlent. Le système est complété par une série d’institutions et de concepts de base. L’ensemble forme un édifice régulier et cohérent dont toutes les parties se tiennent par un lien de dérivation logique.29

16Avant d’examiner comment se noue la relation entre Ius et Bellum, il convient de faire une constatation de principe sur le premier de ces termes. Ius désigne ici une entité en apparence univoque : un ensemble de normes, leur mode de création et leur fondement de validité ; bref, ce que nous appelons le droit objectif, et rien d’autre. Or, on sait qu’en 1625 Grotius distinguera au contraire trois acceptions de ius, dont seule la troisième marque le droit objectif. Pourtant, un examen approfondi des deux systèmes révèle que l’écart est moins considérable qu’une première apparence le ferait croire. Car, en dépit de son aspect monolithique, la conception de 1605 comporte bien, semble-t-il, les deux autres idées au moins à titre d’implication.

  • 30 « Quid ius sit vidimus : unde iniuria etiam noscitur, generali scilicet notione ut id significet q (...)
  • 31 Cf. infra, pp. 462 ss.

17C’est ce que font apparaître les quatre lignes du folio 14 qui achèvent le développement sur Ius et amorcent la transition à Bellum. Au moyen de deux phrases, Grotius y introduit non seulement la notion d’iniuria, en tant qu’elle s’oppose à ius, mais encore les concepts d’action juste et injuste qui leur correspondent respectivement.30 Or la confrontation de ces quatre notions suggère ici à tout le moins les deux autres sens que revêtira Ius vingt ans plus tard. On note d’abord que ius et iniuria, bien qu’en apparence des contraires parfaits, ne se trouvent pourtant pas exactement sur le même plan. Etant définie comme quicquid non iure fiat, l’iniuria désigne en fait un type de réalité distinct du ius conçu comme ensemble de norrnes objectives. L’ablatif adverbial iure implique d’une part une relation de convenance ou de disconvenance : peut-être est-il permis d’y voir l’amorce du premier des trois sens du ius de 1625.31 D’autre part, iure trahit un glissement vers l’idée d’action juste ou injuste définie à la phrase suivante : or ius y a pris un sens nouveau, celui de droit subjectif – « perducit ius ad eum, cui secundum regulas ac leges competit » – et partant on se trouve en présence du deuxième sens que Grotius donnera au terme en 1625.

  • 32 Michel Villey, Leçons d’histoire de la philosophie du droit, Paris, 1962, pp. 221 ss ; et, du même (...)

18Il se pourrait qu’en 1605 Grotius n’eut pas encore eu pleinement conscience des distinctions qu’une analyse plus poussée lui fera découvrir plus tard ; cela étonnerait d’autant moins que la figure du droit subjectif demeurait mal articulée et ne portait pas encore de nom spécial en ce début du xviisiècle.32 Pourtant il apparaîtra dans la suite que Grotius recourt en fait dès le Mémoire très abondamment à cette notion ; sans encore poser celle-ci comme telle, il n’en construit pas moins tout un système de droits subjectifs. Dès lors, il est plus probable que sa première position sur le Ius résulte en fait d’un choix délibéré. C’est à dessein, croyons-nous, qu’il confond ici les diverses acceptions de Ius ou les maintient du moins à l’état implicite. Ce n’est là qu’un reflet de la fonction que doit remplir ce passage-charnière : Grotius y opère, on l’a dit, la jonction entre les deux principaux termes de son étude, Ius et Bellum : aussi tient-il à concentrer la complexité de chacun en deux foyers apparemment simples et dont l’ambiguïté même permet de jeter un pont de l’un à l’autre.

  • 33 « Sed actiones ut ab animis incipiunt, ita desinunt in corporibus. haec dicatur exsecutio. Corpus (...)

19C’est du reste bien l’ambiguïté qui prévaut dans toute cette transition couvrant une demi-page du manuscrit. Grotius y use d’un mode de raisonner assez spécial, consistant à établir un jeu d’identités et d’équations, en jouant tour à tour sur l’étymologie, l’homonymie et la synonymie des termes, curieux mélange de mathématiques, de philologie et de philosophie. Cédant au charme algébrique de cette magie verbale, il nous fait glisser de ius et de son contraire iniuria à bellum, en passant par le couple terminologique décisif que représentent actio et exsecutio. Comme ce passage paraît, dans toute sa brièveté, crucial pour la première conception grotienne de la guerre et significatif du climat intellectuel du Mémoire, on en retracera le cheminement.33

20Parti de l’action juste ou injuste, Grotius commence par envisager l’idée plus générale d’action : il constate que celle-ci se conçoit dans l’esprit, pour s’exécuter par le corps : d’où une continuité, une « suite », une « conséquence » naturelles, allant de l’actio à l’exsecutio ; à son tour, celle-ci se poursuit par des instruments extérieurs au corps, à savoir les armes ; enfin, c’est à l’aide de ces éléments que Grotius définit la guerre elle-même, en la qualifiant d’armata in armatum exsecutio : suivant la nature de l’actio sous-jacente, on se trouvera devant une exsecutio iuris et donc un bellum iustum, ou bien en présence d’une exsecutio iniuriae et partant d’un bellum iniustum.

  • 34 On note une ambivalence semblable chez Pierre Grégoire de Toulouse, Syntagma iuris universi, iii, (...)
  • 35 Le jugement de Falchi, « Carattere », pp. 563 ss, qui dénie à Grotius toute dimension et toute int (...)

21L’ensemble est dit sur un ton philosophique et représente donc, semble-t-il, avant tout une énonciation du réel. Pourtant, à ce titre la déduction se révèle plutôt spécieuse et arbitraire : au lieu d’un véritable enchaînement logique, on assiste à un simple glissement, aussi élégant que peu convaincant, d’un terme à l’autre. Si donc on se confinait à la sphère philosophique, on resterait sur sa faim. Mais le tout se double d’un sens juridique, qui, pour n’être de prime abord qu’une harmonique, se révèle tout au long de l’œuvre comme le son fondamental et confère à la relation sa véritable solidité. Ainsi les deux termes qui relient ius à bellum désignent, en plus de leur sens ontologique, 1’« action » judiciaire et 1’« exécution » faite par le magistrat.34 A ce titre-là surtout le couple actio-exsecutio devient décisif pour la conception grotienne de la guerre : envisagée comme fait juridique, celle-ci se fonde sur une action en justice et s’achève sous forme d’exécution judiciaire ; les deux termes impliquent logiquement l’existence d’un jugement ou d’un acte équivalent. Cette conception, qui assimile la guerre pièce pour pièce à la procédure du for, sera développée dans la suite avec une étonnante rigueur : nul doute que c’est elle au premier chef que Grotius entend fixer en cette fin des prolégomènes. Malgré les apparences, la signification juridique prime donc la portée philosophique de son raisonnement.35

  • 36 En ce sens J. ter Meulen parle à bon droit du caractère artificiel de toute la doctrine de la guer (...)
  • 37 Cf. infra, pp. 457 ss.
  • 38 Ibid.

22Plus loin, en examinant le détail de cette conception de la guerre, on montrera tout à la fois ses attaches avec la tradition doctrinale et son caractère problématique ; car ce n’est pas sans quelque artifice que l’on enserre la guerre dans le lit de Procuste de la procédure judiciaire.36 Relevons toutefois dès à présent un important aspect formel. Au point de vue normatif, en effet, la définition est neutre. Elle se borne à parler d’une exécution armée à l’égard d’un adversaire armé : la qualité juste ou injuste de l’exécution demeure en suspens, elle ne s’y ajoute que dans un temps distinct, après l’examen des conditions de la guerre juste. On sait que Grotius demeurera fidèle à ce parti méthodologique, en énonçant vingt ans plus tard sa fameuse définition de la guerre qui, au rebours de celle non moins célèbre de Gentili, ne comporte a priori aucune implication normative.37 Malgré une divergence dans leur contenu – on cherchera plus loin à en mesurer l’importance38 – les deux définitions que donne Grotius de la guerre en 1605 et en 1625 se ressemblent donc à ce point de vue formel. Les deux ne représentent que des cadres juridiquement indéterminés et les deux semblent devoir constituer des instruments de recherche destinés à saisir le phénomène étudié dans toute son ampleur. N’est-on pas tenté de voir dans cet instrument conceptuel, obtenu à partir d’un enchaînement de plusieurs notions fondamentales, une sorte d’hypothèse scientifique dont l’auteur entend faire usage dans la suite de sa recherche ?

3. La méthode des quatre causes et la « iustitia belli » du Mémoire

  • 39 IPC, foll. 25’-26’ (pp. 57-59).

23Laissons là, pour l’instant, cette question et quittons l’allée formée par le chapitre ii pour pénétrer dans le vestibule que représente le chapitre v, donnant sur les quatre pièces principales qui suivent. Ce bref chapitre, couvrant à peine deux pages du manuscrit,39 forme une véritable plaque tournante au sein de l’ouvrage ; il livre en effet in nuce toute la conception de la iustitia belli développée dans le Mémoire de 1605.

  • 40 IPC, fol. 26 (p. 58).
  • 41 IPC, fol. 26’ (p. 59).

24Résumons brièvement ce chapitre. Grotius pose d’abord une relation directe entre la juste proye et la guerre juste, en faisant dépendre la première de la seconde : omnis praeda ivsta est qvae ivsto ex bello oritvr.40 Voilà qui le renvoie aussitôt aux conditions de la guerre juste. Il évoque sommairement quelques tentatives faites en ce sens par ses devanciers, sans ordre, en y introduisant peut-être même à dessein un peu de confusion, afin de mieux faire éclater la rigueur de sa propre analyse, dont il finit par dévoiler le principe. Celui-ci n’est autre, on l’a vu, que la familière division des quatre causes aristotéliciennes : la guerre étant une action, nous dit Grotius, elle doit, comme tout autre phénomène, pouvoir se ramener à ce quadruple fondement. La cause efficiente en est le belligérant. La cause matérielle est représentée par l’objet de la guerre — la « cause » au sens étroit et usuel – ainsi que par l’adversaire qui en constitue l’objectif. La cause formelle indique les modalités qui régissent son ouverture et les bornes qui s’imposent à sa conduite. La cause finale détermine son but et la disposition intérieure qui doit y présider. La guerre sera juste, conclut Grotius, lorsque ces quatre causes seront « justes » toutes ensemble : omne ergo bellvm ivstvm est qvod omnes cavsas ivstas habet.41

25Cette formule, et plus spécialement l’emploi de l’adjectif iustum appellent plusieurs observations ; mais au préalable il faut s’arrêter à l’ensemble du procédé démonstratif.

  • 42 Stintzing a bien montré que si l’on a fait de la méthode des quatre causes très tôt déjà une carac (...)
  • 43 Cf. H. Ratjen, Vom Einfluss der Philosophie auf die Jurisprudenz, besonders von der Bedeutung der (...)
  • 44 Ioannes de Lignano, De bello, cap. cxxiv.
  • 45 Albericus Gentilis, De iure belli, i, 7, i. f., p. 56.
  • 46 Des deux références indiquées en marge du manuscrit, c’est donc moins celle à la Métaphysique d’Ar (...)

26Procédé scolastique d’origine aristotélicienne, perpétué par diverses branches de l’enseignement au xvie siècle et repris en particulier par le ramisme,42 le schéma des quatre causes était couramment appliqué aux sujets les plus divers. A ce titre, il avait trouvé bon accueil aussi dans le droit, dès l’époque des glossateurs.43 En matière de ius belli, Jean de Lignano l’avait appliqué bien avant Grotius dans son Traité des représailles ;44 plus près dans le temps, elle avait servi de principe de division au grand ouvrage de Gentili.45 Dans les deux cas, elle était cependant restée un simple moyen d’exposition, sans incidence véritable sur le fond : hormis les étiquettes nouvelles, l’ordre adopté par Gentili suit en gros l’arrangement scolastique de la materia belli, tel qu’il s’était fixé à travers saint Thomas et Vitoria. Cela vaut certes aussi, en partie du moins, pour notre auteur.46 Mais par ailleurs l’usage qu’il fait des quatre causes conditionne aussi le fond de son exposé, comme on le montrera dans la suite.

  • 47 Cf. supra, p. 64, notes 50 et 51.
  • 48 Cette metabasis jusnaturaliste se trouve réalisée dans le Mémoire grotien en dépit de l’apparente (...)
  • 49 Cf. supra, p. 64, note 51.

27A vrai dire, cela ne va pas sans de nouvelles ambiguïtés. En effet, demandera-t-on, la méthode ne devient-elle pas, ici, problématique dans son principe même ? Tirée de la métaphysique en tant que science de l’être, elle s’applique tout naturellement aux objets les plus divers, dans la mesure où l’on cherche à saisir leur essence ; et pourquoi ne servirait-elle pas en ce sens à connaître des phénomènes tels que le droit ou la guerre, surtout si l’on donne au préalable de celle-ci une définition neutre, comme le fait Grotius ? En tant qu’action humaine, la guerre n’est-elle pas « effectuée » par un « agent »-belligérant, au sujet d’un « objet » donné, selon une certaine « forme » et en vue d’une « fin » ? Mais en va-t-il encore ainsi lorsque la valeur morale de l’objet étudié est d’emblée déterminée ? Car, en passant de la sphère ontologique à la sphère normative, l’objet de la recherche se modifie. Or c’est précisément ce glissement qui survient au chapitre v : Grotius y abandonne la définition neutre énoncée à la fin des prolégomènes, pour ne retenir que la guerre juste.47 Cela s’explique sans peine au regard de sa visée particulière ; mais la méthode est-elle encore bien adaptée à son objet ? Car au lieu des quatre causes tout court, Grotius parle de quatre causes « justes », rapprochant ainsi jusqu’à les confondre l’ontologique et le normatif. L’ensemble du Mémoire oscille d’ailleurs entre ces deux pôles ; peut-être cela est-il plus généralement vrai de toute étude qui prétend tirer de la « nature des choses » directement des conséquences juridiques. En ce sens les réserves que nous adressons à la méthode grotienne mettent en cause la base même de toute construction jusnaturaliste, dont le propre est précisément, en faisant dériver le Sollen du Sein, de confondre deux sphères que nous tendons à cloisonner nettement.48 Toutefois, notre but n’est pas de critiquer, mais de comprendre le cheminement grotien ; or, l’emploi particulier de l’adjectif iustum dans les deux formules conclusives du chapitre v49 paraît de nature à nous livrer une clé de son intention.

  • 50 Cf. infra, pp. 299-300.
  • 51 IPC, fol. 26 (p. 58).

28Le contexte indique que Grotius est déjà pleinement conscient de l’équivoque du mot iustum qui désigne tantôt la justice intrinsèque et matérielle, tantôt la simple adéquation formelle à une norme. Déjà, notre auteur renvoie, pour cette dernière acception, à Guillaume Budé, qui y avait rendu attentifs les juristes, et à Ayala, qui en avait tiré un important parti.50 Or, sans la contester en soi, Grotius juge cette acception insuffisante pour fonder la iustitia belli : à son avis, celle-ci ne se réalise pleinement que si, en plus des conditions formelles, se trouve réalisée la justice matérielle de l’Ictio sous-jacente, « sans qu’aucune des exigences du droit divin ou humain lui fasse défaut ».51

29Voilà ce qu’exprime le cumul des quatre causes « justes », tel qu’il est posé en ce chapitre v. La notion de guerre juste implique ici la réalisation d’un ensemble de conditions, non seulement de compétence et de procédure, mais aussi de fond. Or, chose remarquable, ce postulat vaut, semble-t-il, pour tous les types de guerres possibles. On en conclura que la première conception grotienne de la iustitia belli se présente ici sous forme moniste. Notre auteur reste-t-il fidèle à ce parti dans le cours de sa démonstration ? Tout l’examen des quatre causes va nous le confirmer : de part en part, sa démarche traduit une ferme volonté d’enserrer la matière dans une robuste charpente formée de quelques principes et de soumettre la diversité des solutions particulières à l’emprise globale d’un régime juridique homogène.

30Ainsi se dévoile aussi le projet méthodologique que traduit l’emploi du schéma des quatre causes dans la démonstration grotienne ; c’est par quoi s’achèveront nos considérations sur cette partie du Mémoire.

4. L’originalité relative de la méthode grotienne : aspects « galiléens »

  • 52 Une telle relation est admise par Ernst Cassirer à propos du IBP ; cf. infra, 522, note 418 ; à su (...)
  • 53 IPC, fol. 5 (p. 7) ; rajout en bas de page.

31On a déjà relevé le ton novateur et presque révolutionnaire qu’affiche l’introduction du De iure praedae. De fait, l’entreprise pouvait sembler hardie, voire extravagante, dans la corporation des juristes habitués à raisonner sur des textes de loi ou des coutumes établies, plutôt qu’en fonction d’un système imaginaire, si rationnel fût-il. Car, trois décennies avant le Discours de la Méthode, notre auteur paraît, à travers sa construction mathématique, vouloir transposer dans ce domaine, traditionaliste s’il en fut, l’idéal scientifique bruyamment « préconisé » par certains, plus discrètement appliqué par d’autres dans les sciences naturelles. La démarche de Grotius ne fait-elle pas songer, par plusieurs aspects, à la méthode résolutive-compositive de Galilée, son aîné de près de deux décennies ?52 N’annonce-t-elle pas aussi à sa manière la méthode analytique-synthétique de Descartes, qui n’était alors qu’un garçon de neuf ans ? Dans les trois cas, il y a, dirait-on, une volonté commune de réduire à leurs principes une matière/un phénomène donnés, afin de les recomposer ensuite à partir de leurs éléments, substituant ainsi à l’autorité des textes une procédure tirant sa validité de sa cohérence intrinsèque et garantissant par elle-même la valeur des résultats. N’est-ce pas là qu’il faut voir le sens de la phrase rajoutée à la fin du chapitre introductif, où Grotius déclare superflu de traiter en détail toutes les questions du ius belli, puisqu’il sera facile au lecteur de les résoudre « ex iisdem… principiis et eadem docendi ratione » ?53 Plus que simple mode d’exposition, cette docendi ratio semble être un véritable mode de preuve et de démonstration. Si cette interprétation était correcte, c’est à raison de son œuvre de jeunesse surtout qu’on devrait, semble-t-il, considérer Grotius comme le pionnier de l’école moderne du droit naturel. Dans quelle mesure est-il donc permis de considérer sa démarche « mathématique » comme « galiléenne » ou « cartésienne » ?

32Comme partout ailleurs, l’attitude de notre auteur appelle, en ce point, une réponse nuancée. Car, s’il n’est certes pas permis d’assimiler sa méthode à celle des sciences naturelles, s’il faut reconnaître au contraire qu’elle plonge ses racines dans le terroir du xvie siècle, elle n’en présente pas moins des aspects originaux et novateurs qui lui donnent non seulement un caractère spécifique et irréductible, mais autorisent à tout le moins certains rapprochements avec l’esprit galiléen et cartésien.

33Il est certain, tout d’abord, que la méthode grotienne, envisagée d’un point de vue global et général, ne satisfait ni aux principes ni à la rigueur des procédures scientifiques mises au point par un Galilée ou un Descartes. Les sciences exactes n’ont du reste jamais occupé qu’une place marginale dans l’univers de Grotius, et il ne songeait pas à transposer leur démarche dans le domaine du droit.

  • 54 Iacobus Zabarella, Liber de regressu, in : Opera omnia, Venise, 1578, pp. 322-334. Sur l’ensemble (...)
  • 55 Ernst Cassirer, Descartes’ Kritik der mathematischen und naturwissenschaftlichen Erkenntnis, Marbu (...)

34Le Mémoire n’offre pas vraiment une application de la démarche caractérisant, chacune à sa manière, la pensée de Galilée et de Descartes. Développée, semble-t-il, dès le xivsiècle par l’Ecole padouane sous l’inspiration d’Aristote, d’Euclide, de Pappus, de Galien et d’Averroës notamment, cette méthode avait trouvé un fervent défenseur en l’éminent maître que fut Jacques Zabarella, le collègue aîné de Galilée à Padoue, et qui la préconisait sous la forme du regressus.54 C’est là qu’on voit en effet se profiler cette démarche qui, afin d’obtenir une connaissance certaine d’un phénomène connu seulement de manière imparfaite, cherche à remonter d’abord à ses causes, pour revenir ensuite, après une réflexion approfondie sur ces causes et leurs effets généraux, au phénomène initial dont elle livre alors une connaissance assurée. Cette double méthode résolutive et compositive se combinera chez Galilée, sous l’influence d’Archimède surtout, avec les mathématiques et deviendra ainsi le puissant instrument de recherche que Descartes saura consacrer par ses magistrales formules.55

  • 56 W. Röd, Geometrischer Geist und Naturrecht, Methodengeschichtliche Untersuchungen zur Staatsphilos (...)
  • 57 C’est ce que fait apparaître, presque malgré elle, l’étude citée dans la note précédente.
  • 58 A. Dufour, Le mariage, p. 102.

35Or, de tout cela on ne trouve aucun correspondant véritable dans le Mémoire grotien. S’il comporte certes une réflexion méthodologique, ce n’est pas vers les sciences exactes qu’elle s’oriente ; la fascination que celles-ci exerceront sur un Hobbes, un Pufendorf ou un Leibniz n’a guère de prise sur Grotius.56 L’exemple de ces auteurs montre d’ailleurs que la transposition de la méthode galiléenne, issue des sciences naturelles, au domaine des sciences morales semble devoir présenter des difficultés presque insurmontables : car la spécificité de cette méthode réside dans le recours à l’hypothèse. Or, au lieu de s’aider d’une construction hypothétique, les auteurs mentionnés tendent en fait à échafauder plutôt des systèmes axiomatiques prétendant à une valeur absolue : et, dans cette mesure, Grotius se trouve autant dans leur ligne qu’ils sont tous ensemble éloignés de l’esprit authentique des sciences naturelles.57 Transposer la méthode galiléenne aux sciences morales était du reste d’autant plus étranger à notre auteur que cette méthode n’avait pas encore trouvé à son époque l’expression achevée que lui prêtent nos manuels d’histoire des sciences. Enfin on constate de façon plus générale que, si Grotius accentue beaucoup l’idée du certus ordo docendi en vue d’aboutir à une nouvelle certitude, il ne semble pas, en revanche, considérer cette démarche pour elle-même. Malgré certaines apparences, il ne fait pas de la méthode en soi un sujet de réflexion autonome ; la méthode demeure la servante des questions de fond qui lui importent en fait seules : Grotius est ici avocat avant d’être philosophe. Son épistémologie reste pour ainsi dire « naïve », relevant pour l’essentiel d’un « univers précartésien, et à certains égards même prégaliléen ».58

  • 59 Cf. supra, p. 59, note 32.
  • 60 Cf. cependant aussi IPC, cap. iv, fol. 21 (p. 45), où un principe mathématique sert à étayer une r (...)
  • 61 Cf. supra, p. 57, note 26.
  • 62 Ibid.

36Cette impression ne fait que se confirmer lorsqu’on serre de plus près le passage même qui fait allusion aux mathématiciens :59 il importe de ne pas lui faire dire plus que Grotius n’y a mis en fait. On note d’abord qu’il s’agit presque de la seule allusion explicite aux mathématiques dans tout le Mémoire60 et qu’elle ne consiste qu’en une période comparative. Cette comparaison a certes son importance : nul doute que notre auteur entend bien prendre modèle sur la démarche des mathématiciens, comme en témoignent les formules déjà mentionnées, ces « démonstrations », « conclusions » et « corollaires » qui font en effet songer à un traité de géométrie. Pourtant, le fait qu’il s’agit d’une simple comparaison marque à l’évidence que Grotius ne songe pas à une transposition pure et simple de cette méthode au domaine qui l’occupe. Ce qu’il en retient surtout, c’est une disposition générale de la matière : voilà pourquoi le passage en cause figure sous la rubrique Ordo et non pas sous Methodus.61 Les excuses qui suivent aussitôt ont pour objet précis non pas toute la partie théorique du Mémoire, mais uniquement le chapitre des prolégomènes, ces « anticipations » qui n’ont en effet pas de relation directe avec la materia belli et risquent ainsi de gêner le lecteur pressé d’entrer dans le vif du sujet. Le surcroît de certitude que Grotius en escompte est dû essentiellement à l’inclusion, en tête de la démonstration, de ces principes généraux, « fondement sur lequel pourra s’édifier en toute sécurité le reste ».62 Et il n’y a guère de doute que, à comparer le Mémoire avec les ouvrages oui ont traité avant lui la materia belli ce système général de droit fait ici figure de nouveauté. Telle est, croyons-nous, la portée réelle de ce renvoi aux mathématiques ; s’il faut certes y voir plus qu’une simple affirmation programmatique, l’objet précis en est cependant plus limité que les expressions en apparence aussi radicales que générales de notre auteur pourraient le suggérer.

  • 63 Poemata omnia, 4éd., Leyde, 1645, pp. 164-166 et 278-287 ; cf. aussi W. S. M. Knight, The Life, (...)
  • 64 A. Dufour, Le mariage, p. 86, note 15.
  • 65 F. Sassen, « Grotius philosophe aristotélicien », Grotiana, IX (1941-1942), pp. 38-53.
  • 66 Il convient d’être sceptique face au lien que d’aucuns, à commencer par Barbeyrac, ont voulu établ (...)
  • 67 Cf. supra, p. 57, note 25.

37Dès lors, il est certain que Grotius n’a pas songé à reprendre telle quelle la méthode des sciences exactes. Rien, ni dans sa formation, ni dans son tempérament intellectuel ne l’y prédisposait du reste. Certes, il avait côtoyé dès son enfance des savants tels que Simon Stevin, grand ami de son père, auteur, entre autres, d’une Dialectike, ofte Bewysconst et inventeur du fameux char à voiles auquel Grotius consacrera plusieurs poèmes ;63 et, plus tard, il ne cachera pas son admiration pour Galilée.64 Pourtant, tout cela demeure secondaire. L’enseignement de Leyde le portait vers les lettres classiques bien plus que vers les sciences naturelles. Dans ce dernier domaine, cet enseignement était largement tributaire d’Aristote. La lecture des deux séries de thèses soutenues par le jeune Grotius en physique et en logique nous convainc de son attachement quasi-exclusif au texte même du Stagirite.65 Et si par la suite il est loin de se fermer à la nouveauté, il répugnera toujours à toute rupture radicale avec la tradition. Grotius se distingue à cet égard considérablement d’un Bacon,66 d’un Descartes ou d’un Hobbes, chez qui le goût de l’innovation devient presque une fin en soi et se reflète jusque dans leur manière d’ignorer à dessein une tradition à laquelle ils sont pourtant redevables sur de nombreux points. La visée fondamentale de Grotius, éclectique au meilleur sens,67 sera au contraire toujours de concilier les divergences en les dépassant vers la commune vérité qu’elles expriment. Les accents novateurs qu’on a relevés au début du Mémoire ne vont pas au-delà de cette intention : la seule prétention de notre auteur est d’avoir mieux mis en lumière par sa méthode une vérité qui demeurait enfouie ou implicite chez ses prédécesseurs – à aucun moment de sa vie Grotius n’a été « progressiste » ou « révolutionnaire ».

38Aussi est-ce dans un terroir plus traditionnel que nous croyons devoir rechercher les véritables origines de sa démarche. De fait, c’est par rapport à certains développements survenus dans la province même du droit au xvie siècle qu’il faut la situer. Il y a lieu de distinguer à cet égard le chapitre des prolégomènes du reste de la démonstration.

  • 68 Sur l’ensemble de la question, W. Risse, Die Logik der Neuzeit, i, Stuttgart-Bad Canstatt, 1964, p (...)
  • 69 Pour cette évolution, voir en particulier R. Stintzing, Rechtswissenschaft, i, pp. 139 ss et 241 s (...)
  • 70 Dig., 1, 1, 10.
  • 71 IBP, Proleg., n. 30. Cf. infra, pp. 454-455.

39Le système axiomatique des prolégomènes s’inscrit assez naturellement dans le courant de réflexion synthétique et systématique qui connut un puissant essor parmi les juristes du xvie siècle. Ce mouvement n’est sans doute à son tour qu’un reflet, dans le domaine du droit, des controverses que se livrèrent alors logiciens et dialecticiens, au point que peut-être nul autre siècle n’aura tant réfléchi à ces problèmes ; les questions de méthode occupèrent dans ces débats une place croissante, tant chez les ramistes ou chez les aristotéliciens de Padoue que chez les scolastiques de la péninsule ibérique.68 Le ius in artem redigere cicéronien, qui traverse le xvie siècle à la façon d’un cri de guerre, n’est que l’expression juridique de cette soif de méthode et de système. C’est ainsi que l’attachement rigoureux des bartolistes à l’ordre légal du Corpus iuris l’avait cédé chez les juristes humanistes à une liberté croissante, de plus en plus critique à l’égard des compilations byzantines. Il en naîtra plusieurs tentatives de présenter le droit romain – ou même le droit tout court – selon une logique différente et mieux appropriée que celle des Institutes ou des Pandectes. Aux efforts des Coras, des Douaren ou Connan en France, répondent en Allemagne ceux de Derrer, Apel, Lagus et Kling ; même préoccupation aux Pays-Bas chez un Hopper, au Danemark chez un Hemmingsen ; plus tard dans le siècle, ils seront suivis par Wesenbeck, Vigelius, Vulteius, Althusius, Pierre Grégoire de Toulouse, Bodin et, le plus important sous cet aspect, Hugues Doneau.69 Partout se manifeste le besoin de repenser le droit et ses assises : terrain favorable aux tentatives d’édifier des systèmes axiomatiques, qui en effet commencent à s’esquisser dès avant le milieu du xvie siècle, leur lointain ancêtre étant sans doute, en plus du Décalogue, le honeste vivere, alterum non laedere, suum cuique tribuere d’Ulpien70 C’est bien de ce mouvement que procédé aussi le système général de droit consacré par les prolégomènes de notre auteur ; visée constante et fondamentale chez lui, puisqu’elle se prolonge jusque dans le artis formam imponere iurisprudentiae de 1625.71

  • 72 Cette méthode, caractéristique de Grotius, indique bien à quel point il représente une figure de t (...)

40Voilà pour les prolégomènes. Quant à la démonstration qu’ils introduisent, elle est plus difficile à situer par rapport à la tradition, du moins tant qu’on envisage celle-ci d’un point de vue général, comme on vient de le faire pour les prolégomènes. En soi, le schéma des quatre causes, on l’a vu, correspond aux meilleurs usages scolastiques. On ne trouve cependant pas, à notre connaissance, de modèle précis à l’emploi particulier qu’en fait Grotius dans ce contexte, en combinaison avec le mos geometricus. Il importe du reste de noter que ce style mathématique, bien que maintenu tout au long de la démonstration, n’en demeure pas moins en partie une façade. Certes on a vu que dans les chapitres iii et iv Grotius réussit à appliquer à la lettre la méthode projetée au début, en commençant par la démonstration rationnelle et déductive qu’il confirme ensuite par les autorités, les deux choses restant parfaitement distinctes. Mais il n’en va plus ainsi dans la suite, au cours des chapitres consacrés aux « causes » de la guerre juste et de la juste proye ; en effet, les deux types d’argumentations s’y rapprochent et s’enchevêtrent au point d’en devenir indissociables.72 On se trouve là devant une démarche très typique de notre auteur. Il s’agit en dernière analyse d’un reflet, au niveau de la méthode, de l’éclectisme caractérisant toute son attitude scientifique. A ce titre, il serait vain de vouloir trouver des ancêtres précis à cette méthode. Elle est sans doute le fruit de multiples influences issues du climat culturel ambiant ; mais le visage particulier que nous offre le Mémoire est avant tout le résultat du tempérament intellectuel de Grotius lui-même et relève donc, plutôt que de quelque modèle externe, de sa personnalité profonde.

41Quelles que soient d’ailleurs les filiations générales pouvant s’établir entre l’univers intellectuel du xvie siècle et la méthode du jeune Grotius, il nous paraît autrement plus significatif d’envisager celle-ci sous l’angle plus restreint de la doctrine du ius belli. De cette doctrine, dont la formation a été décrite dans ses grandes lignes, Grotius a commencé par faire un inventaire assez complet : opération de défrichage nécessaire à l’apologie qu’il allait livrer et qui restait son but essentiel. C’est uniquement en vue de rendre son plaidoyer irréfutable et péremptoire qu’il recourt à une argumentation plus générale. Partant, les développements généraux du Mémoire et leurs aspects méthodologiques n’ont qu’une valeur instrumentale ; ils ne sont qu’un moyen parmi d’autres de convaincre les adversaires mennonites ; si Grotius leur a conféré l’ampleur que l’on sait c’est par goût sans doute mais surtout pour ne plus laisser de prise à la moindre réplique. Et comme, de l’aveu même de l’auteur, c’est le ius belli qui apparaît comme le terrain du débat, c’est par rapport à lui, par rapport à ce dossier doctrinal patiemment rassemblé qu’il nous faut apprécier la méthode de Grotius.

  • 73 Significative nous paraît à cet égard la phrase qui achève le chapitre v : « Operam autem hanc non (...)

42Son but, clairement proclamé, n’est pas de battre en brèche cette doctrine. Tout ce qu’il entend faire est, d’une part, de mettre en lumière ses vrais fondements : c’est la principale fonction des prolégomènes ; et, d’autre part, d’en indiquer l’ordre véritable et « naturel », son instrument de choix étant ici le schéma des quatre causes aristotéliciennes. Voilà ce qui confère sa signification spéciale à l’emploi qu’il fait de ce schéma. A la manière d’une grille, il l’applique à l’ensemble du matériau doctrinal, véritable instrument de mesure lui permettant de soupeser et d’évaluer, élément par élément, toute la tradition relative au ius belli. Et c’est en fonction de ce propos central que doit également s’apprécier la démarche « mathématicienne » de notre auteur.73

43Cela nous montre en effet pourquoi la méthode grotienne n’est ni galiléenne, ni cartésienne à proprement parler ; et en quoi elle s’y apparente néanmoins par certains de ses aspects.

  • 74 Pour cette distinction, J. H. Randall, « The Development of Scientific Method », p. 186.

44L’objet de la démonstration du jeune avocat de Delft est d’un autre ordre que celui du savant de Florence. Galilée cherche à expliquer des phénomènes naturels par un recours à l’hypothèse, à lire la trame mathématique du grand livre de la Nature ; Grotius ne se sert du raisonnement déductif more geometrico que pour donner une nouvelle assise à une doctrine juridico-morale issue de la tradition. Si Galilée fait de la recherche au sens moderne de l’expression, Grotius se borne à fournir un mode de preuve nouveau en une matière par ailleurs acquise.74 Si les déductions galiléennes se détachent totalement du phénomène à expliquer, cette rupture n’est jamais consommée chez notre auteur, dont les déductions ne sont en définitive qu’un reflet abstrait et généralisé du « phénomène » considéré, à savoir la doctrine traditionnelle de la guerre.

  • 75 Les concepts de « résolution » et de « composition », qui n’ont rien de spécifiquement galiléen, é (...)

45Il n’en demeure pas moins, à notre avis, que la démarche de Grotius, envisagée à un point de vue structurel, présente certaines analogies avec celle de Galilée ; ces analogies, il convient de les relever ici d’autant plus qu’elles seront moins apparentes dans le Traité de 1625. C’est dans sa relation spécifique à la materia belli que l’on peut déceler, croyons-nous, une certaine parenté avec la méthode galiléenne. La manière grotienne d’aborder cette masse doctrinale n’est pas sans rappeler les opérations de la résolution et de la composition. En effet, le schéma des quatre causes, combiné avec la définition neutre de la guerre, lui sert à la fois d’instrument d’analyse et de reconstruction : à ce titre, sans constituer une hypothèse scientifique au sens propre, elle en remplit du moins dans ce contexte la fonction.75 Ce qui chez ses devanciers était demeuré confondu, Grotius le dissocie, le décompose, pour en extraire des éléments simples, irréductibles. Ces « natures simples » il les recompose ensuite à l’aide du même schéma pour en faire naître une sorte de mécanisme légal dont les pièces et les articulations demeurent aussi perceptibles que son fonctionnement devient évident. Par sa combinaison avec le système des sources du droit, l’ensemble obéit à une nécessité interne qui lui confère une validité indépendante de l’autorité des textes. Certes, on a déjà fait remarquer – et on le constatera encore dans l’examen détaillé des quatre causes – que le poids des autorités demeure considérable et que Grotius reformule en fin de compte plutôt la doctrine acquise qu’il ne s’en affranchit véritablement. Pourtant ce poids n’en devient pas moins en quelque manière conditionnel et relatif par le simple fait que les autorités sont revues à travers une construction rationnelle. C’est dans cette distance critique face à l’acquis, dans ce détour par une construction « artificielle », que nous voyons une parenté avec l’esprit des sciences exactes.

  • 76 IPC, fol. 96 (pp. 204-205).
  • 77 Cf. infra, p. 144.
  • 78 IPC, fol. 13’ (p. 29).
  • 79 M. Villey, La formation, pp. 524 ss.

46L’intention de notre auteur de constituer un modèle conceptuel et abstrait, cohérent par lui-même en dehors de ses applications concrètes, est patente. Les effets du procédé nous sont illustrés par exemple dans la troisième partie du Mémoire, au début de l’Examen, où s’établit précisément le contact entre les Historica, qui viennent d’être longuement relatés, et la construction normative des Dogmatica.76 Il s’agit certes avant tout d’un cas de subsomption juridique ; mais cette application successive de la théorie à deux états de fait différents77 fait songer aussi à l’homme de science vérifiant expérimentalement un théorème. Sans doute est-il permis de voir un autre témoignage du même esprit mécaniste dans la règle de conflit par laquelle Grotius conclut la série des leges posées dans les prolégomènes ;78 cette volonté d’édifier un système clos et autonome, valant par lui-même, en dehors des cas d’espèces qu’il doit régir, implique une division radicale entre le droit et le fait, dont on a souligné avec raison la relative nouveauté à cette époque.79 Rappelons enfin, dans un ordre d’idées voisin, la définition grotienne de la guerre que nous avons comparée tout à l’heure à une sorte d’instrument heuristique normativement neutre et que Grotius manie en effet par moments comme une hypothèse de travail scientifique.

47Telle est, croyons-nous, la part « galiléenne » du Mémoire de 1605. Répétons que cela ne doit s’entendre qu’en relation avec le cadre restreint de la materia belli ; à ce titre cependant l’analogie est bien réelle et n’a, semble-t-il, aucun véritable antécédent. – Ce n’est là pour l’instant qu’une conclusion provisoire ; elle demande à être vérifiée par un examen plus serré des chapitres relatifs aux quatre causes.

Notes

1 IPC, foll. 2-5 (pp. 1-7). Entre parenthèses seront toujours indiquées les pages correspondantes de l’éd. Hamaker.

2 IPC, foll. 5-143’ (pp. 7-299).

3 IPC, foll. 144-152 et 152-163 (pp. 299-316 et 316-341).

4 IPC, foll. 5-71’ (pp. 7-162).

5 IPC, foll. 72-95 (pp. 163-204).

6 IPC, foll. 96-163 (pp. 204-341). Le texte du Mare liberum se trouve en tête de cette subdivision.

7 Pour les données de ce plan, cf. W. J. M. van Eysinga, « Quelques observations au sujet du Mare liberum », pp. 62-63.

8 IPC, cap. ii, foll. 5-14 (pp. 7-30).

9 IPC, cap. iii et iv, foll. 14-25’ (pp. 31-57).

10 IPC, cap. v, foll. 25’-26’ (pp. 57-59). Chacun des quatre chapitres qui suivent discute un des critères de la guerre juste. IPC, cap. vi, foll. 26’-29 (pp. 59-66) ; cap. vii, foll. 29-36 (pp. 66-84) ; cap. viii, foll. 36’-53’ (pp. 84-122) ; cap. ix, foll. 53’-56 (pp. 122-127).

11 IPC, cap. x, foll. 56-71’ (pp. 127-162). Par le terme « proye » on cherche ici à rendre le latin praeda, dont le sens déborde à la fois « butin » et « prise ». Quant à l’orthographe, cf. supra, p. 33, note 160.

12 IPC, fol. 3 (p. 3) ; rajout en haut de la page.

13 « Ita fiet ut explorato belli ac potissimum praedae iure omnis res ista patere cuivis possit, qui modo sensu communi non careat. » IPC, fol. 3’ (p. 4). Le début de la phrase, allant de Ita à ista, est rajouté en haut de la page.

14 IPC, foll. 3’-4 (pp. 4-5).

15 IPC, fol. 4 (p. 5). Pour cette division, cf. M. T. Cicero, Ad C. Trebatium topica, n. 91, ainsi que M. F. Quintilianus, Institutionum oratoriarum libri duodecim, Lyon, 1580, iii, 4. Cette manière de Grotius de faire coïncider le plan de son propre exposé avec une trichotomie attestée par des auteurs classiques, mais qui n’est en fait guère destinée à cet usage, est un exemple de ce que nous appellerons « coïncidence éclectique » (ou « concordance éclectique ») dont on trouvera encore plusieurs exemples dans la suite. Malgré le sens péjoratif qui s’attache parfois de nos jours au terme « éclectisme », il peut s’appliquer à Grotius dans le meilleur sens possible. Comme l’a fait observer V. Hély, Grotius n’aurait probablement pas dédaigné de se voir qualifier d’éclectique, puisqu’aussi bien il se déclare implicitement partisan d’une telle attitude ; cf. IBP, Proleg., n. 42, ainsi que V. Hély, Etude sur le Droit de la guerre de Grotius, Paris, 1875, p. 116.

16 IPC, foll. 4-5 (pp. 5-7).

17 Iacobus Zabarella, De methodis libri quatuor, passim ; in : Opera logica, Venise, 1578, pp. 89 ss.

18 IPC, fol. 5 (p. 7). Cf. M. T. Cicero, Pro L. Cornelio Balbo, 15.

19 IPC, fol. 5 (p. 7) ; là encore, il s’agit en partie d’un rajout. Cf. M. T. Cicero, De legibus, i, 5.

20 Ibid.

21 IPC, foll. 14-25’ (pp. 31-57). Pour ce jumelage de démonstrations « artificielles », fondées sur la logique, et « inartificielles », fondées sur le témoignage et l’autorité, cf. M. Fabius Quintilianus, Institutionum oratoriarum libri duodecim, Lyon, 1580, v, i ss. Ce jumelage est du reste symbolique pour ce qu’Ambrosetti appelle la Zwiespältigkeit de notre auteur ; I presupposti, p. 37.

22 « Sed quemadmodum Mathematici priusquam ipsas demonstrationes aggrediantur, communes quasdam soient notiones de quibus inter omnes facile constat praescribere, ut fixum aliquid sit in quo retro desinat sequentium probatio, ita nos quo fundamentum positum habeamus, cui tuto superstruantur caetera, regulas quasdam et leges maxime generales indicabimus, velut anticipationes, quas non tam discere aliquis quam meminisci debeat. » IPC, fol. 5 (p. 7).

23 Voir infra, pp. 452 ss.

24 IPC, fol. 5 (p. 7).

25 En ce sens W. J. M. van Eysinga, Hugo Grotius, pp. 20 et 26 ss. Cf. aussi F. de Michelis, Le origini, pp. 62 ss ; Johan Huizinga, « Grotius and his time », in : Men and Ideas, New York, 1970, pp. 327 ss ; Denis van Berchem, « Grotius et l’Université de Leyde », in : Hommage à Grotius, Lausanne, 1946, pp. 19 ss ; Cornelis van Vollenhoven, « Grotius and Geneva », AJIL, 18 (1925), pp. 1 ss ; A. Corsano, U. Grozio, l’umanista, il teologo, il giurista, Bari, 1948, pp. 3 ss ; Johannes Spörl, « Hugo Grotius und der Humanismus des 17. Jahrhunderts », HJ, 55 (1935), pp. 350 ss ; J. Hashagen, « Gesicht », pp. 35 ss ; plus généralement, Paul Dibon, La philosophie néerlandaise au siècle d’or, i, Amsterdam, 1954.

26 « On ignore si Grotius, inscrit à Leyde à la faculté des lettres en 1594, y a également suivi des cours de droit. » W. J. M. van Eysinga, « Quelques observations sur Grotius et le droit romain », Grotiana, x (1942-1947), La Haye, 1947, p. 18. Il s’engagea cependant à fond dans l’étude et dans la pratique du droit dès l’époque de sa visite à Orléans, et il semble avoir été un excellent avocat ; cf. W. S. M. Knight, The Life, p. 67.

27 Rien de tout cela ne justifie cependant le jugement pour le moins cavalier de Stig Jorgensen : « Grotius war in erster Linie kein gelehrter Wissenschaftler sondern zunächst ein kühner und fantasievoller Rechtspolitiker, der in grossem Umfange seine Quellen teils missverstand, teils misshandelte, wenn es gelegen war. » Vertrag und Recht, Privatrechtliche Abhandlungen, Copenhague, 1968, p. 163.

28 Cf. infra, pp. 457 ss et 462 ss.

29 Cf. infra, Annexe i.

30 « Quid ius sit vidimus : unde iniuria etiam noscitur, generali scilicet notione ut id significet quicquid non iure fiat. Qua igitur actione ius ad eum, cui secundum regulas ac leges competit, perducitur, haec iusta est : quae secus iniusta. » IPC, fol. 14 (p. 30).

31 Cf. infra, pp. 462 ss.

32 Michel Villey, Leçons d’histoire de la philosophie du droit, Paris, 1962, pp. 221 ss ; et, du même, Seize essais de philosophie du droit dont un sur la crise universitaire, Paris, 1969, pp. 140 ss.

33 « Sed actiones ut ab animis incipiunt, ita desinunt in corporibus. haec dicatur exsecutio. Corpus autem homini tributum est debile et infirmum, unde instrumenta extra corpus adiecta sunt quae corpori inservirent. Arma haec vocamus : quibus iustus ad tuendum et acquirendum, iniustus ad offendendum et eripiendum utitur. Armata in armatum exsecutio, bellum dicitur : iustum quidem iuris, iniustum autem iniuriae. » IPC, fol. 14 (p. 30).

34 On note une ambivalence semblable chez Pierre Grégoire de Toulouse, Syntagma iuris universi, iii, cap. 1 : De actionibus, seu actibus humanis.

35 Le jugement de Falchi, « Carattere », pp. 563 ss, qui dénie à Grotius toute dimension et toute intention philosophiques (en parlant, il est vrai, du IBP) nous paraît cependant par trop absolu. Si G. Ambrosetti, I presupposti, pp. 8 et 36, a raison de voir en lui une « figure mineure » en matière de philosophie, il n’en demeure pas moins que son intention philosophique est réelle et constante.

36 En ce sens J. ter Meulen parle à bon droit du caractère artificiel de toute la doctrine de la guerre juste et notamment de la forme qu’elle prend dans le Mémoire grotien : « Wie verdienstlich diese Schrift aber auch sein möge, Grotius hat hier in ungefähr derselben gekünstelten Weise wie die spanischen Juristen den Krieg begrifflich darzustellen versucht. Auch er betrachtet ihn als den verhängnisvollen Schluss eines Verfahrens zur Verwirklichung eines Rechtes. » Der Gedanke, i, p. 154.

37 Cf. infra, pp. 457 ss.

38 Ibid.

39 IPC, foll. 25’-26’ (pp. 57-59).

40 IPC, fol. 26 (p. 58).

41 IPC, fol. 26’ (p. 59).

42 Stintzing a bien montré que si l’on a fait de la méthode des quatre causes très tôt déjà une caractéristique décisive du ramisme, leur liaison n’est cependant pas essentielle dans la pensée de Pierre de la Ramée lui-même, qui la concevait seulement comme accessoire, et il n’y a pas de doute qu’elle est bien antérieure à ses spéculations dialectiques. Rechtswissenschaft, i, pp. 145-150, ainsi que pp. 357 ss, et en particulier p. 358, i. pr. Chez le même auteur il apparaît que plusieurs juristes systématiciens du xvie siècle, et en particulier Doneau lui-même, ne se trouvent nullement sous la dépendance du ramisme, ibid., p. 148. Il en va différemment d’un Althusius, qui invoque expressément cette méthode dans le titre même de son premier ouvrage : Iurisprudentiae Romanae libri duo ad leges Rameae conformati et tabellis illustrati, Bâle, 1586. Dans l’ensemble, le ramisme nous paraît plutôt un symptôme, un point de cristallisation, qu’une véritable force motrice, au sein du vaste mouvement systématique du xvie siècle qui se communiquera aussi à Grotius. Bien qu’il ne le mentionne nulle part, notre auteur connaissait probablement les thèses de Ramus. Peut-être celui-ci est-il pour quelque chose dans l’emploi de la méthode des quatre causes dans le Mémoire. Relevons aussi, en ce sens, la prédilection de Grotius pour les dichotomies, comme l’indique de façon frappante, en plus de maint passage des deux ouvrages que nous examinons, la lettre du 18 mai 1615 à son frère Guillaume, Briefwisseling, i, n° 405, pp. 389 ss ; à l’instar de la méthode des quatre causes, et avec aussi peu de justification au regard des intentions de Ramus, celle des dichotomies a en effet vite passé pour essentielle au ramisme, Stintzing, op. cit., p. 149. Toutefois, le ramisme ne nous paraît pas décisif pour la pensée grotienne : Ramus et Grotius relèvent plutôt ensemble d’un mouvement intellectuel plus vaste, commun à cette époque. Pour le ramisme en général, ses origines « gutenbergiennes » et ses implications épistémologiques (en particulier le passage d’un univers intellectuel à prédominance auditive vers un univers visuel, géométrique, spatial) cf. notamment Walter Ong, Ramus. Method and the Decay of Dialogue, From the art of discourse to the art of reason, Cambridge, Mass., 1958, en particulier pp. 306 ss.

43 Cf. H. Ratjen, Vom Einfluss der Philosophie auf die Jurisprudenz, besonders von der Bedeutung der vier Arten des Grundes oder der Ursächlichkeit, Kiel, 1855. Cf. aussi R. Stintzing, Ulrich Zasius, Ein Beitrag zur Geschichte der Rechtswissenschaft im Zeitalter der Reformation, Bâle, 1957, pp. 112-113.

44 Ioannes de Lignano, De bello, cap. cxxiv.

45 Albericus Gentilis, De iure belli, i, 7, i. f., p. 56.

46 Des deux références indiquées en marge du manuscrit, c’est donc moins celle à la Métaphysique d’Aristote (iv, 2 ; cf. aussi I, 3) que celle à la Sylvestrine, v° Lex, 5°, qui paraît décisive pour l’emploi particulier qu’en fait notre auteur. C’est dans sa détermination de la justice d’une loi que Sylvestre recourt à un raisonnement qui préfigure de toutes pièces, et jusque dans certaines tournures, celui du jeune Grotius : « … leges dicuntur iustae vel iniustae, secundum quadruplex genus causarum. quod sic intellige, quia requiritur ad iustitiam earum iustitia secundum omnes causas simul : ad iniustitiam vero sufficit iniustitia secundum vnam : quia secundum Dio. bonum ex totali & integra causa, malum ex singulis defectibus. » Le procédé se trouve esquissé déjà chez saint Thomas, S.T., i, ii, 96, 4, auquel renvoie Sylvestre. Au passage de Denys l’Aréopagite visé par Sylvestre (De divinis nominibus, 4, 4, 22 ; cf. aussi Thomas, S.T., ii, ii, 110, 3, corp.), Grotius, tout en en retenant l’idée, substitue une citation d’Aristote (Ethique, ii, 6), beaucoup moins adaptée à son propos. On se trouve là devant un procédé typique pour lui, consistant à voiler ses sources réelles par des références ornementales.

47 Cf. supra, p. 64, notes 50 et 51.

48 Cette metabasis jusnaturaliste se trouve réalisée dans le Mémoire grotien en dépit de l’apparente rupture provoquée par les regulae entre la natura rerum et les leges ; car ces regulae sont en fait conçues comme lois de l’être autant que comme sources formelles du droit.

49 Cf. supra, p. 64, note 51.

50 Cf. infra, pp. 299-300.

51 IPC, fol. 26 (p. 58).

52 Une telle relation est admise par Ernst Cassirer à propos du IBP ; cf. infra, 522, note 418 ; à supposer ce jugement correct, il devrait valoir à plus forte raison pour le IPC, qui accentue bien davantage l’aspect « mathématique » que le IBP. L’influence de l’esprit scientifique est aussi affirmée par G. Ambrosetti, I presupposti, pp. 57 ss.

53 IPC, fol. 5 (p. 7) ; rajout en bas de page.

54 Iacobus Zabarella, Liber de regressu, in : Opera omnia, Venise, 1578, pp. 322-334. Sur l’ensemble de la question, cf. en particulier John H. Randall, « The Development of Scientific Method in the School of Padua », JHI, 1 (1940), pp. 177-206 ; Edward W. Strong, Procedures and Metaphysics, A Study in the Philosophy of Mathematical-Physical Science in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Berkeley, 1936 ; Ernst Cassirer, Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit, 3e éd., Berlin, 1923, vol. i, pp. 136-144 et 377-418.

55 Ernst Cassirer, Descartes’ Kritik der mathematischen und naturwissenschaftlichen Erkenntnis, Marburg, 1899, en part. pp. 3-18 ; Wolfgang Röd, Descartes’ Erste Philosophie, Bonn, 1971 (Kantstudien, Ergänzungsheft 103), passim.

56 W. Röd, Geometrischer Geist und Naturrecht, Methodengeschichtliche Untersuchungen zur Staatsphilosophie im 17. und 18. Jahrhundert, Munich, 1970, passim.

57 C’est ce que fait apparaître, presque malgré elle, l’étude citée dans la note précédente.

58 A. Dufour, Le mariage, p. 102.

59 Cf. supra, p. 59, note 32.

60 Cf. cependant aussi IPC, cap. iv, fol. 21 (p. 45), où un principe mathématique sert à étayer une règle juridique.

61 Cf. supra, p. 57, note 26.

62 Ibid.

63 Poemata omnia, 4éd., Leyde, 1645, pp. 164-166 et 278-287 ; cf. aussi W. S. M. Knight, The Life, pp. 44-46. Cet auteur souligne également les liens entre Simon Stevin et Jan Grotius, le père d’Hugo, dont il fait un précurseur de Galilée à raison de certains expériments relatifs à la chute des corps ; op. cit., pp. 20-22. La Dialectike, ofte Bewysconst de Stevin parut en 1585 ; mais il n’est pas certain que Grotius la connaissait ; cf. W. Risse, Die Logik der Neuzeit, Stuttgart-Bad Canstatt, 1964, pp. 66-67.

64 A. Dufour, Le mariage, p. 86, note 15.

65 F. Sassen, « Grotius philosophe aristotélicien », Grotiana, IX (1941-1942), pp. 38-53.

66 Il convient d’être sceptique face au lien que d’aucuns, à commencer par Barbeyrac, ont voulu établir entre Grotius et Bacon. J.-L. de Burigny, Vie de Grotius, Amsterdam, 1754, pp. 171-172. Cf. aussi E. Landsberg, Geschichte der Deutschen Rechtswissenschaft, III, Munich et Leipzig, 1898, pp. 2 ss, ainsi que J. Hashagen, « Gesicht », p. 46.

67 Cf. supra, p. 57, note 25.

68 Sur l’ensemble de la question, W. Risse, Die Logik der Neuzeit, i, Stuttgart-Bad Canstatt, 1964, passim.

69 Pour cette évolution, voir en particulier R. Stintzing, Rechtswissenschaft, i, pp. 139 ss et 241 ss ; M. Villey, La formation de la pensée juridique moderne, Paris, 1968, pp. 397 ss et 513 ss ; P. Stein, Regulae Iuris, From Juristic Rules to Legal Maxims, Edinbourg, 1966, passim.

70 Dig., 1, 1, 10.

71 IBP, Proleg., n. 30. Cf. infra, pp. 454-455.

72 Cette méthode, caractéristique de Grotius, indique bien à quel point il représente une figure de transition. Il participe en ce sens de ce qu’on a nommé la « scolastique humaniste » ; Ernst Lewalter, Spanisch-jesuitische und deutsch-lutherische Metaphysik des 17. Jahrhunderts, Darmstadt, 1967, en particulier p. 22, note 3.

73 Significative nous paraît à cet égard la phrase qui achève le chapitre v : « Operam autem hanc non eo insumsimus, quod aliorum nobis labores de Iure Belli displiceant, quippe quorum etiam auctoritas nobis usui futura sit : sed quia ex adminiculis, quae nobis iam comparavimus, aliquantum nos ad earundem rerum, quas illi tradiderunt, certitudinem, aut saltem ad ordinis perspicuitatem collaturos existimavimus. » IPC, fol. 26’ (p. 59). Confirmation décisive de l’essentielle Zwiespältigkeit signalée plus haut, p. 58, note 31.

74 Pour cette distinction, J. H. Randall, « The Development of Scientific Method », p. 186.

75 Les concepts de « résolution » et de « composition », qui n’ont rien de spécifiquement galiléen, étaient sans doute familiers à Grotius, à travers l’un ou l’autre des innombrables manuels de logique ou de dialectique qui en font état. Cf. p. ex. Petrus Molinaeus, Elementa logica, Leyde, 1598, ii, Appendix ad demonstrationem, pp. 106-219, ou encore Augustinus Hunaeus, Dialectica seu Generalia logices praecepta omnia, Louvain, 1566, pp. 184 ss ; de même, Ioannes Corasius, De Iuris Arte liber, Genève, 1601 (1ère éd., Lyon, 1560), i, 7, pp. 21 ss.

76 IPC, fol. 96 (pp. 204-205).

77 Cf. infra, p. 144.

78 IPC, fol. 13’ (p. 29).

79 M. Villey, La formation, pp. 524 ss.

Acheter

Volume papier

amazon.fr