Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel genre d’homme ?

 | 
Christine Verschuur

Présentation

Christine Verschuur

Texte intégral

1Nous avons ouvert et fermé ce colloque sur le genre par des exposés d’hommes venant du Sud, tous deux de pays avec des modèles masculins machistes marqués et une histoire politique violente. Ce n’est pas par hasard. Les recherches sur les relations de genre ont été nourries par l’expérience politique et militante des féministes des pays du Sud, notamment latino-américains et indiens, qui ont produit des réflexions théoriques novatrices sur ce thème, souvent reprises par les théoriciennes du Nord. A l’heure actuelle, des « hommes pro-féministes » (comme certains s’appellent) du Nord comme du Sud réfléchissent de concert sur ce thème de la déconstruction de la masculinité et du développement aux relations de genre équitables. Comme le débat sur la masculinité hégémonique est largement ouvert en Amérique latine, que l’écho de celui-ci a d’ailleurs inspiré le thème de ce colloque, nous avons tenu à donner la parole à ces hommes.

2Après une présentation des recherches en cours depuis ces dernières années, le colloque a poursuivi par une réflexion sur les apports de celles-ci aux pratiques de développement, notamment dans le domaine de la reproduction car il est une illustration caricaturale des approches « gender-biased ». Le colloque a terminé par des propositions mises en œuvre, à l’initiative d’hommes, pour engager d’autres formes d’actions contre un modèle masculin remis en question par un nombre croissant d’hommes et de femmes.

3Nous avons invité un nombre limité d’intervenants, afin de per mettre à chacun d’aborder des thèmes nouveaux et complexes avec sérénité et profondeur. Le débat n’est qu’ouvert, de nombreux thèmes liés à cette question n’ont pas été traités durant ces deux journées. Il nous semble que les colloques genre de l’IUED devraient peut-être plus systématiquement déboucher sur des propositions de recherches, par des étudiants ou des chercheurs, pour approfondir les questions évoquées. En effet, ils sont l’occasion d’ouvrir le débat sur un thème lié à la problématique de genre, de susciter des interrogations, mais non de clore un sujet, bien entendu.

4Norberto Inda, psychologue en Argentine, nous a fait une présentation générale des recherches sur la déconstruction de la masculinité, non seulement dans certains pays du Nord, mais aussi dans sa culture où les hommes qui ne peuvent se conformer au modèle dominant très exigeant souffrent et se révoltent intérieurement. Il a par ailleurs présenté ses propres recherches sur la paternité dans des quartiers marginaux de Buenos Aires, faisant dès le début du colloque un lien avec les possibilités ouvertes dans les pratiques de développement par cette nouvelle approche.

5Suzette Heald, anthropologue britannique, nous a exposé ses travaux depuis de nombreuses années sur les Gisu, société d’Ouganda, où un modèle masculin empreint de violence est fortement valorisé, mais va de pair avec une attitude réprobant la violence envers les femmes, contrairement à d’autres sociétés voi-sines. Didier Allagbada, psychologue nigérien, nous a montré ailleurs, au Niger, les difficultés ou souffrances que vivent les hommes pour remettre en question les rôles masculins et féminins et les résistances pour accepter un développement équitable en termes de genre. Par contraste, Barbro Lennéer-Axelson, sociologue, a analysé l’histoire de l’expérience de la Suède, présentée souvent comme un modèle de rapports entre hommes et femmes plus équitables. Le rôle important de l’Etat pour soutenir les mesures en faveur des changements de ces rapports y est apparu avec force, ainsi que les difficultés pour les maintenir et les risques permanents de retour en arrière. Le nouvel homme suédois n’est pas « naturellement » différent et plus équitable…

6Un film clôturait cette première partie sur la déconstruction de la masculinité. Le pouvoir du pagne, du réalisateur malien Adama Drabo, transcrit un mythe du pays dogon où le rôle des hommes et des femmes s’est inversé. En mettant en évidence la construction sociale des rôles, et grâce à son pouvoir à provoquer des rires sur un sujet grave, il a avivé au Mali les discussions sur les inégalités de genre.

7Le thème de la reproduction nous a paru incontournable. Ce domaine était celui où l’on confinait les programmes « femmes » des agences de développement et est encore trop souvent considéré le domaine réservé aux femmes. Claude Meillassoux nous fait d’abord une présentation historique et anthropologique des raisons pour lesquelles s’est instauré ce rapport de domination entre hommes et femmes, lié selon son analyse quelque peu provocatrice à l’incapacité des hommes à accoucher et leur volonté de contrôler la reproduction. Brenda Spencer, travaillant dans le domaine de la santé publique, apporte son point de vue également fort critique sur les programmes de santé de la reproduction qui considèrent les femmes comme des victimes, dont la vie sexuelle est déniée et les hommes comme des « cas désespérés » à la sexualité effrénée. Martine de Schutter, également experte en santé publique, expose son expérience de travail dans le bureau régional pour les Amériques de l’Organisation Mondiale de la Santé, où cette dimension critique de la masculinité et l’approche biaisée dans les programmes de reproduction a été prise en compte. L’influence des terrains, en l’occurrence l’Amérique latine, toujours à la pointe dans la réflexion sur les relations de genre, sur la définition des politiques, apparaît ici de manière intéressante. Ces expériences de développement prenant en compte la nécessaire dimension masculine sont encourageantes.

8Rima Hammami, politologue responsable des « Women’s Studies » à l’Université de Birzeit en Palestine, a présenté ce champ de recherche nouveau dans cette région. Dans ce contexte violent, la construction de la paix ne donne pas leur place aux femmes, qui pourtant jouent un rôle essentiel, et ne favorise pas un autre modèle d’hommes. Malheureusement, en raison du regain des tensions et de la violence en Palestine, l’intervention écrite de Rima Hammami n’a pu nous parvenir. Nous le regrettons, tout comme nous regrettons le désistement de la personne qui devait nous présenter la situation dans le continent indien où la réflexion sur ce thème est également bien engagée.

9Au niveau politique, des propositions ressortent nécessairement de ces analyses critiques. Tant dans les pays du Nord que du Sud, des alternatives sont proposées. Un campagne des hommes contre la violence est coordonnée en Europe, et nous est présentée par Roland Mayerl. Humberto Abaunza, du Nicaragua, nous expose comment dans ce pays aussi les hommes veulent lutter contre la violence, notamment domestique, que les modèles dominants tendent à encourager. Après les mesures légales et répressives, cette nouvelle approche peut à la fois améliorer l’efficacité des programmes de lutte contre la violence envers les femmes et permettre aux hommes de se défaire d’un comportement qui les avilit. Ce dernier exposé fait ainsi bien la synthèse de ce regard croisé des approches critiques de la masculinité et des analyses de genre montrant la nécessaire complémentarité entre les hommes et les femmes. Une touche optimiste…

10Nous avons comme d’habitude présenté les textes dans leur langue originale. Nous avons inclus des résumés des interventions dans les trois langues, en français au début de chaque texte, puis en anglais et en espagnol. Nous proposons également une brève bibliographie d’introduction au thème. Notre souhait serait, comme cela a déjà été dit, que ce colloque encourage certains à développer des recherches sur ce thème ou des pratiques de développement prenant cette approche en compte.

Bibliographie

BADINTER, E., 1992, XY, De l’identité masculine, O. Jacob, Paris.

CARRIGAN, T., CONNELL, R. W., & LEE J., 1985, “Towards a new sociology of masculinity”, in Theory and Society, 14 (5).

CHANT, S., 2000, “Men in Crisis ? Reflections on Masculinities, Work and Family in Northwest Costa Rica”, in European Journal of Development Research, Dec, vol 12, issue 2.

COLTRANE, S., 1994, “Theorizing Masculinities in Contemporary Social Science”, in Theorizing Masculinities, Brod, H. & Kaufman, M. (dir.), Research on Men and Masculinity Series, Sage Publications, London & New Dehli, pp. 39-60.

CONNELL, R. W., 1987, Gender and Power, Polity, Cambridge.

CONNELL, R. W., 1995, Masculinities, Polity Press, Cambridge.

CORNWALL, A, 1997, “Men, Masculinity and ‘Gender and Development’”, in Gender and Development, vol. 5, (2), pp. 8-13.

CORNWALL, A. and LINDISFARNE, N., 1994, Dislocating Masculinity, Comparative Ethnographies, Routledge, London.

DESJOURS, C., 1998, La souffrance au travail, Paris.

FALUDI, S., 1999, Stiffed, the betrayal of the American man, Morrow, New York, 662 p.

JACKSON, C., 1999, “Men’s Work, Masculinities and Gender Divisions of Labour”, The Journal of Development Studies, vol. 36, n° 1, p. 89-108, Frank Cass, London.

MAC AN GHAILL, M., 1996, Understanding Masculinities, Open University Press, Buckingham.

SCOTT, J., 2000, “Le Genre, une catégorie utile d’analyse historique”, in Bisilliat, J. et Verschuur, Ch., Le Genre, un outil nécessaire, introuduction à une problématique, Cahiers Genre et Développement n° 1, Paris-Genève, pp. 41-69.

WERZER-LANG, D., 1997, “Déconstruire le masculin, Problèmes épistémologiques”, in L’Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Sohn, A. -M. & Thelamon, F. (dir.), Editions Perrin, Rouen, pp. 291-303.

WHITE, S., 1997, “Men, masculinities and the politics of development”, in Gender and Development, vol. 5, (2), pp. 14-23.

WHITE, S., 1994, “Making Men an Issue, Gender Planning for ‘The Other Half’” in Mandy Macdonald (ed.). Gender planning in development agencies : meeting the challenge, Oxfam, Oxford.

ZWAHLEN, A. et SAUVAIN, C., 1999, “A la mémoire d’Yvonne”, in Preiswerk, Y. (dir.), Tant qu’on a la santé, Les déterminants socio-économiques et culturels de la santé dans les relations sociales entre les femmes et les hommes, CNSU-IUED-DDC, Berne Genève.

Lire

Open access