Version classiqueVersion mobile

Quel genre d’homme ?

 | 
Christine Verschuur

Introduction

Christine Verschuur

Texte intégral

Les approches femmes-hommes dans le développement

1J’ai eu la chance de travailler ces dernières années avec Yvonne Preiswerk sur des projets de recherche intégrant la perspective de genre. Avec Anne Zwahlen, je peux témoigner que, tant dans ces projets de recherche que dans les colloques que l’IUED organise depuis 1995 sur les relations de genre, sous l’impulsion d’Yvonne Preiswerk (et avec la longue complicité d’Anne Zwahlen), la préoccupation d’avoir une approche équilibrée, intégrant les hommes et les femmes, dans la réflexion sur genre et développement, est présente : « la démarche qui divise le monde en opposant les hommes et les femmes est choquante (…). Il faut passer d’une dichotomie des genres à la notion de solidarité » (Yvonne Preiswerk, 1999). Encore fallait-il réfléchir : avec quel genre d’homme ? L’analyse de genre, et l’approche « genre et développement », sont apparues en réponse aux analyses critiques des approches « femmes et développement ». En effet, en centrant leurs analyses sur la seule catégorie de femmes, les approches antérieures, non seulement aboutissaient à une analyse partielle et erronée de la réalité, mais finissaient par pénaliser les femmes en encourageant des politiques et des mesures qui les surchargeaient sans pour autant remettre en question les structures de reproduction des inégalités.

2L’approche « genre et développement » et celle de l’« empowerment » apparaissent plus appropriées pour aller dans le sens d’un développement équilibré hommes-femmes. L’approche « genre et développement » considère qu’il faut prendre en compte, dans l’analyse et le processus de développement, les rapports sociaux entre hommes et femmes ; que les relations de genre sont traversées par d’autres variables comme les différences d’âge, de classe sociale, de race ; que, par conséquent, les femmes ne sont pas une catégorie homogène ; et, fondamentalement, comme le dit Joan Scott (1988), que « le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir ». Cette approche implique un déplacement d’une description des rôles féminins et masculins vers une analyse des rapports sociaux entre hommes et femmes.

3Mais il faut bien avouer que, malgré les intentions déclarées, la plupart des observations, des analyses et des recommandations en terme de genre se centrent prioritairement sur les femmes. Et, ainsi que le dit Sarah White, il y a comme une sur-visibilité de l’identité féminine comme construit social alors que l’identité masculine apparaît comme un donné, une norme que l’on questionne peu.

4Cela peut être une compensation au fait que, pendant longtemps, les femmes ont été oubliées dans le processus de développement. Le lancement de la Décennie « Femmes, Egalité et Paix », avec la Conférence de Mexico en 1975, a marqué le début officiel de cette prise de conscience et a permis de faire sortir les femmes de leur « invisibilité », dans le but de faire cesser ce développement « au masculin ». Certains (comme Pronk, ministre de la Coopération néerlandaise, leader dans la révision des approches de développement vis-à-vis des femmes) y dénonçaient déjà trois causes principales de l’inégalité entre hommes et femmes : l’invisibilité sociale et économique des femmes, le confinement des femmes à la sphère domestique et l’introduction d’une politique productive occidentale masculine (male-oriented).

5Mettre l’accent sur les femmes était indispensable, car il fallait combler le retard et réunir des informations, des données, des études de cas, il fallait (et il faut encore) mettre en place des systèmes de recueil d’informations, encourager et engager des recherches approfondies sur ce thème. Cette étape a permis de mettre en lumière l’importance du rôle des femmes dans le domaine productif et reproductif et communautaire, de le comparer à celui des hommes, de montrer et dénoncer les inégalités de genre dans le développement ; de déconstruire le genre féminin dans différentes cultures, prenant en compte d’autres variables comme l’âge, la race, la classe sociale. Cette étape, nécessaire, montre également des limites, car, comme le rappelle Sarah White : « si des changements positifs doivent être recherchés pour les femmes, les hommes aussi doivent changer ». « Si seules les femmes doivent travailler à une plus grande égalité dans les relations de genre (…), il s’agirait à nouveau d’une espèce de double journée, où les femmes devraient prendre la responsabilité non seulement de changer leurs propres idéologie et pratique, mais également celles de leurs hommes. »

Evolution des approches vis-à-vis des femmes dans le développement, mais aussi : identité masculine en crise ?

6« Parce que les femmes ont entrepris de se redéfinir, elles ont contraint les hommes à en faire autant » (E. Badinter, 1992). Aux Etats-Unis, en Australie ou dans certains pays nordiques, l’urgence de repenser la masculinité a été perçue plus rapidement qu’ailleurs, Badinter dénombrait, en 1992, plus de 200 départements de « men’s studies » dans des universités américaines… Il est significatif que Susan Faludi, journaliste féministe ayant publié un best-seller en 1992, traduit en douze langues (« Backlash, the undeclared war against american women »), publie un pavé sur les hommes et la crise de l’identité masculine : « Stiffed » (Floués, la trahison des hommes américains).

7« Il suffit de dire d’un homme, pour le louer, que c’est un homme », dit Bourdieu, et Norman Mailer (cité par Badinter) de son côté remarque : « être un homme est la bataille sans fin de toute une vie ». La plupart des études montrent la masculinité comme quelque chose de fragile, de provisoire, quelque chose qui doit être gagné puis défendu, quelque chose sous menace constante d’être perdu. Il n’est pas facile d’être un homme !

8Les hommes ne trouvent plus dans le travail de quoi mettre en valeur leurs qualités [traditionnellement] reconnues. Ni force, ni initiative, ni imagination [attributs de l’homme] ne sont plus nécessaires pour gagner sa vie (E. Badinter). Le chômage de l’homme provoque une crise d’identité et une souffrance, mais le monde masculin du travail, exigeant des modèles de virilité et de domination, en provoque également. Christophe Desjours a analysé ces difficultés dans son dernier livre (« La Souffrance au travail »).

9Trois auteurs américains, Carrigan, Connell & Lee (1985), ont développé une théorie de la masculinité qui a fait date : « malgré le fait qu’il y ait de nombreuses manières d’être un homme, certaines sont plus valorisées que d’autres et les hommes subissent une pression sociale pour être conformes aux idées dominantes sur l’identité de l’homme ». C’est « la masculinité hégémonique ».

10La masculinité hégémonique peut être aussi oppressante pour les hommes qui refusent, ou qui n’arrivent pas, à s’y conformer. Tous les hommes ne possèdent pas les attributs de la masculinité, tous les hommes n’ont pas le pouvoir.

11C’est ainsi que, lors de la Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, des hommes aussi étaient présents, se définissant comme des alliés : « comme les femmes, les hommes sont des êtres humains qui vivent dans des structures sociales qui limitent leurs possibilités. En remettant en cause les structures sociales qui affectent négativement les vies des hommes, nous pouvons aider les hommes à retrouver leur capacité à jouer un rôle coopératif dans le progrès de l’humanité » (International Re-evaluation counseling Communities à Washington).

12Andrea Cornwall argumente également : « c’est en démontrant que beaucoup d’hommes ne correspondent pas aux formes idéalisées de la masculinité que des espaces peuvent être ouverts pour réfléchir comment les hommes sont privés de pouvoir ou marginalisés ». Et « en reconnaissant que les hommes aussi peuvent se sentir impuissants, il est possible de provoquer chez eux une réflexion sur leur comportement avec ceux (celles) sur lesquels ils sentent qu’ils ont du pouvoir ».

13L’analyse de genre peut donc apporter un éclairage nouveau sur ces questions, dans la mesure où elle ouvre et approfondit notre compréhension du pouvoir et des inégalités.

14Bien entendu, travailler au changement dans les relations de genre provoque des résistances, de la part d’hommes et de femmes qui défendent leur statut du point de vue de l’âge, des classes, ou des races, et non simplement du point de vue de leur genre.

15Notre intérêt pour le thème des hommes et de la masculinité ne correspond pas à une stratégie opportuniste pour gagner à la cause du « genre » des hommes non convaincus. Elle se base sur la conviction qu’il y a des intérêts communs entre des hommes et des femmes pour transformer les structures qui perpétuent les inégalités, et que les hommes (un genre d’hommes) peuvent et doivent être des alliés dans cette transformation. Ceci dit, les hommes n’ont pas, comme les femmes, un intérêt commun structurel à changer les relations de genre (…). Ils bénéficient encore, de manière générale, du système existant.

16C’est pourquoi Connell propose : « les hommes seront plus passibles de changer d’une manière qui aille également en bénéfice des femmes si les relations de genre sont remises en question dans le contexte d’une autre lutte commune ».

17Sarah White conclut en disant que « s’intéresser à la masculinité ne signifie pas seulement se centrer sur les hommes mais également sur les institutions, les cultures et les pratiques qui soutiennent l’inégalité de genre parallèlement à d’autres formes de domination comme la race ou la classe. Cela implique de remettre en question tant les dimensions symboliques que matérielles du pouvoir. »

18Deux mouvements se rejoignent donc : le souhait de repenser le développement au féminin-masculin par des approches et avec des outils nouveaux ; et la crise de l’identité masculine avec la critique de la masculinité hégémonique. Ce colloque se donne cette ambition : porter un regard croisé sur la construction de la masculinité et le développement.

Pour nous centrer sur le thème qui est celui du colloque : masculinité et développement

19« L’une des failles dans les études genre et développement, où de nouveaux outils et approches sont nécessaires, concerne les hommes.(…) Les écrits sur les hommes et sur les questions liées à la masculinité sont relativement récents, et reflètent une reconnaissance tardive que les hommes eux aussi ont des identités de genre (culturellement construites). » (Andrea Cornwall, 1997). Si ces études sont récentes, datant d’une dizaine d’années, celles sur « genre et développement » incluant cette approche sont encore rares.

20A l’idéal de soi que les hommes sont censés poursuivre, (ce que Connell appelle donc la « masculinité hégémonique ») se superpose – dans les programmes de développement – un modèle masculin occidental. En quoi l’interrogation sur la construction sociale du modèle masculin dans les différentes sociétés permet-elle d’ouvrir le débat sur la possibilité de repenser et de reconstruire différemment les modèles masculins et féminins et les rapports hommes-femmes ? Et comment pourront, dans ce débat, être abordées et négociées les questions de pouvoir, inhérentes à la notion de rapports sociaux ?

21Je finirai cette introduction en rappelant l’objectif de ce colloque, qui est double :

  • présenter les recherches récentes et initier de nouvelles pistes de réflexion sur les différentes manières dont l’identité masculine se construit dans les sociétés et sur ce que cela implique du point de vue des rapports sociaux hommes-femmes (ou relations de genre) ;

  • réfléchir aux conséquences possibles d’une démarche qui prenne en compte aussi bien le masculin que le féminin sur la manière de penser le développement et les modes de coopération.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search