Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel genre d’homme ?

 | 
Christine Verschuur

Avant-propos

Anne Zwahlen

Texte intégral

1Il y a bientôt deux ans, au mois d’octobre, Yvonne Preiswerk terminait dans la maison de Zinal la préparation du colloque « Tant qu’on a la santé ». A moi qui étais montée pour lui donner un petit coup de main et surtout pour passer quelques moments précieux avec elle, elle déclara tout à coup : « Pour le colloque de l’An 2000, il faudra vraiment faire quelque chose de spécial ! » Et pourquoi pas nous concentrer cette fois sur les hommes ? L’idée germa rapidement. D’ailleurs, du matériel concret était déjà disponible, en particulier ces recherches faites en Argentine sur le genre masculin dans le cadre d’un projet international de recherche de l’Unesco, projet que dirigeait Yvonne en collaboration avec un confrère suisse. Et puis, il y avait dans cette idée un petit côté un peu provocant, un peu « bousculant ». Trop nombreux en effet étaient encore ceux qui pensaient que ce concept genre n’était qu’une autre manière de parler des femmes et d’elles seulement.

2Et quelques mois plus tard, en été 1999, lorsque l’équipe des colloques se réunit, encore sous le choc de la disparition d’Yvonne, chacun et chacune avait à cœur de reprendre le flambeau, avait plein d’idées et des intervenants à proposer. On décida ainsi de centrer le prochain colloque sur la construction sociale de la masculinité. Quel genre d’homme ? Tel fut le titre proposé. A la même époque, nous nous aperçûmes qu’il y avait une véritable profusion d’articles et d’ouvrages qui, d’une manière plus ou moins approfondie et sérieuse, posaient la même question. Nous étions vraiment dans l’air du temps. Mais notre propos n’était pas de « coller à la mode » ; il était plutôt de répondre à plusieurs types d’exigence.

Une évidence de type sociologique

3En mettant le focus plus nettement sur les hommes, on faisait cette fois l’effort de prendre le concept genre à la lettre et d’explorer la globalité du rapport hommes-femmes. Il faut reconnaître que bien souvent c’était surtout l’élément féminin de l’équation que l’on décortiquait et scrutait, laissant plus le côté masculin dans le vague sans le soumettre à la même analyse précise et attentive. Ce biais conceptuel et méthodologique s’explique aisément par le fait qu’il s’agissait de mieux mettre en évidence les contributions considérables – mais totalement sous-estimées – des femmes à la vie sociale et économique. On ne peut que souscrire à ce souci mais il faut reconnaître que cela a entraîné, dans les études et approches genre, comme une sur-visibilité des femmes. Le féminin, plus nettement que le masculin, apparaît comme un construit social, susceptible de changer, appelé à se transformer. Le masculin reste plus opaque, moins questionné ; il garde l’évidence d’une référence intangible.

Une évidence de type éthique

4Ainsi que le disait Yvonne Preiswerk elle-même dans son introduction au premier colloque genre tenu en 1994 : « Il est urgent que non seulement les femmes soient entendues mais qu’elles aient accès aux droits des personnes les plus élémentaires accordés à tout être humain. Il serait toutefois inconvenant de ne parler que d’elles alors que la guerre, les crises, le mal-développement, la pauvreté, la maladie, frappent un peu partout les enfants, les hommes et les femmes de la planète davantage au Sud qu’au Nord, à l’Est qu’à l’Ouest ».

Une évidence politique

5Un usage méthodologique rigoureux du concept genre qui rende compte aussi bien du masculin que du féminin, qui mette en évidence les rapports de force et de pouvoir, n’a de sens que s’il permet également d’agir sur la réalité, sur la vie des hommes et des femmes et sur les changements que nous sommes toutes et tous en train d’affronter.

Lire

Open access

Acheter