Version classiqueVersion mobile

Tant qu’on a la santé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Mary-Josée Burnier

Postface

Anne Zwahlen

Texte intégral

1Yvonne Preiswerk, dans le débat final, relève qu’il est plus facile de parler des relations sociales hommes-femmes dans le domaine de la santé que dans le domaine de l’économie par exemple. Le fait que les études et professions de la santé sont ouvertes aux femmes depuis longtemps n’y est sans doute pas étranger ; en outre, dans ce domaine, la prise en compte des différences hommes-femmes apparaît comme une évidence. Mais va-t-on toujours au-delà du biologique ? Ne limite-t-on pas la différenciation à la sphère de la santé reproductive ?

2Sur le plan de l’approche conceptuelle, le colloque fait apparaître de grandes avancées. Le sujet des inégalités et des déséquilibres y est clairement abordé. Dans maintes sociétés, hommes et femmes n’ont pas le même accès aux services de santé, reflet d’un déséquilibre social plus profond qui touche au statut des hommes et des femmes, à leur pouvoir économique et politique, au temps dont ils disposent pour soi, pour se former et s’informer, pour se reposer… Le colloque a ainsi, à très juste titre, insisté sur un point central de l’approche genre, qui est la mise en évidence des relations de pouvoir.

3D’autres aspects, également importants, sont abordés mais demandent à être encore plus profondément explorés. On a beaucoup dit que le genre, c’est le « féminin » et le « masculin » tels que construits socialement et beaucoup d’efforts ont été faits dans ce sens pour déconstruire le prétendu « naturellement féminin », pour en montrer les aspects variables et arbitraires, soumis aux aléas de l’évolution des sociétés. Mais qu’en est-il donc des hommes ? Lesley Doyal a présenté un cadre d’approche « genre et santé » qui s’efforce d’interroger le « masculin » comme le « féminin ». C’est une voie à suivre, qui n’est encore qu’amorcée. On peut par exemple se demander comment la santé des hommes en Europe et ailleurs a pu être influencée par le fait que dès le XIXe siècle ils furent considérés comme les principaux breadwinners, comme les soutiens essentiels de la famille sur le plan matériel, la femme jouant un rôle surtout sur le plan affectif et moral ? Rejetés de la sphère domestique, ils sont exclus de la culture des soins et de la prévention, supposées relever de la « nature féminine ». Ainsi, le « masculin » lui aussi gagnerait à être vu sous un autre angle. La situation des hommes n’est pas forcément une norme indiscutée et indiscutable.

4Si l’on considère maintenant les présentations qui touchent plus à des expériences pratiques qu’à l’élaboration d’un cadre théorique, on retrouve à nouveau cette préoccupation centrale, liée au problème du pouvoir et des déséquilibres sociaux. Chez les gens du Sud, actifs dans leur propre société, cette approche est plus directement politique et militante. Et il est bien qu’il en soit ainsi. Toutefois, certaines expériences de terrain – plus particulièrement celles qui se situent dans le cadre de la coopération au développement – ont encore quelque peine à se détacher d’une approche strictement « femmes et développement » pour prendre réellement en compte les enjeux d’une approche « genre et développement ». Aucune véritable analyse de la situation respective des hommes et des femmes dans la société concernée ne semble avoir été préalablement menée ; on parle essentiellement des femmes comme d’un groupe spécifique sans prendre suffisamment en considération les relations sociales dans lesquelles elles s’insèrent. Ce faisant, on ne se donne pas les moyens de soutenir un changement réel qui passe par un rééquilibrage des relations, et on court le risque d’accroître encore la surcharge des femmes : elles ont toujours plus de charges et de responsabilités sans pour autant accéder aux mécanismes décisionnels.

5En définitive, le colloque « Tant qu’on a la santé » fait bien ressortir les tendances actuelles : de très fortes avancées dans la théorie et dans certaines pratiques, mais aussi des tâtonnements et des expérimentations qui, certes, manifestent un souci légitime de s’adapter au contexte mais qui, si elles s’appropriaient plus les concepts et les instruments de l’approche genre, gagneraient probablement en force d’innovation et de changement.

6Les colloques sont non seulement un lieu d’échange, mais aussi un lieu de stimulation réciproque. Les expériences présentées se poursuivent et s’approfondissent, et gageons que le colloque de l’an 2000 nous permettra de faire un pas de plus.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search