Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

5. Luttes et politiques

Travail domestique, du care, du sexe et migrations dans le contexte de la restructuration néo-libérale : de la politisation du travail reproductif

Camille Barbagallo et Silvia Federici

Note de l’éditeur

Référence : Barbagallo, Camille, et Silvia Federici. “Travail domestique, du care, du sexe et migrations dans le contexte de la restructuration néo-libérale : de la politisation du travail reproductif” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 421-430, DOI : 10.4000/books.iheid.6005 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Dans [la revue] The Commoner, nous engageons une discussion sur le travail de care et plus largement sur le travail reproductif, par lequel nous désignons l’ensemble des activités et des services qui reproduisent les êtres humains ainsi que la « marchandise force de travail », à commencer par la garde des enfants, le travail domestique, le travail du sexe et les soins aux personnes âgées, que ce travail soit rémunéré ou non. Notre objectif est d’explorer en quoi la restructuration néo-libérale de l’économie mondiale opérée au cours des trois dernières décennies a remodelé l’organisation de ce travail. En particulier, nous étudions comment elle a transformé nos corps et nos désirs, reconfiguré nos foyers, nos familles et nos rapports sociaux et, plus important encore, quelles sont les luttes auxquelles se livrent les femmes en réponse aux nouvelles conditions de travail reproductif et aux nouvelles formes de coopération qui émergent dans ce contexte. Tout en nous concentrant sur le travail reproductif, et le travail de care en particulier, nous revisitons également le corpus de connaissances féministes et marxistes que nous avons produits ou dont nous avons hérité sur ce sujet, testant son utilité face aux développements survenus dans le domaine de la reproduction avec la croissance de la mobilité des femmes qui traversent les frontières, vont s’installer en villes, quittent leurs mariages, entrent dans l’emploi rémunéré, s’extraient des rôles de genre traditionnels, avancent en âge, entrent ou non dans la maternité. Nous explorons également l’intersection entre travail reproductif/travail de care et migration, genre, race, rapports de travail ; et la nature changeante du travail effectué dans la sphère « privée » mais aussi des sujets qui l’accomplissent.

2Cette analyse nous semble importante parce que la lutte pour la « reproduction » est centrale à toutes les autres luttes et au développement de « mouvements auto-reproductifs », c’est-à-dire qui ne séparent pas le travail politique des activités nécessaires à la reproduction de notre vie car aucune lutte n’est soutenable si elle ignore les besoins, expériences et pratiques nécessaires pour notre reproduction. En outre, l’intensification et l’institutionnalisation de la crise économique mondiale soulignent avec une nouvelle urgence la nécessité de construire une alternative à la vie sous le capitalisme, en commençant par créer des formes plus autonomes de reproduction sociale, puisqu’il devient plus évident chaque jour que ni l’État ni le marché ne peuvent garantir notre survie. Ainsi, en tant qu’individu-es impliqué-es dans le travail reproductif (ce que nous sommes toutes et tous), nous désirons vivement partager des idées, des questions et des recherches avec toutes celles et ceux qui s’engagent dans des mouvements sociaux mobilisés pour transformer non seulement le travail reproductif mais aussi le travail en général et le foyer. […]

3Observons pour commencer que le concept de « travail de care » – qui souligne le caractère relationnel des activités reproductives – est, dans une large mesure, artificiel puisque tout travail de care requiert du travail domestique et tout travail domestique requiert, à divers degrés, du travail de care. Mais cette distinction, qui trouve son origine dans la marchandisation de nombreuses tâches reproductives, a un objectif pratique. Elle aide les travailleuses et travailleurs domestiques, dans leurs négociations avec leurs employeurs, à trouver un accord sur les tâches et activités pour lesquelles ils sont employés et à fixer des limites à ce qui peut leur être demandé dans le cadre de leur travail. Par exemple, si je suis engagée pour nettoyer votre maison, mon cahier des charges de femme de ménage n’inclura pas de m’occuper de votre enfant de six ans malade resté à la maison le jour où je nettoie. La définition du travail de care comme étant distinct du travail domestique met également en évidence les diverses compétences requises pour les différents emplois liés à la reproduction, et augmente vraisemblablement la valeur sociale des activités reproductives.

4Mais la distinction ne devrait pas être interprétée en termes restrictifs comme elle l’est souvent dans la littérature sociologique actuelle. En effet, cela n’a aucun sens, ni empiriquement ni théoriquement, de discuter des soins, de l’affection et de la « relationnalité » requis pour s’occuper d’un enfant ou d’une personne malade sans penser également aux tâches consistant à laver, étendre et plier ses vêtements ou passer l’aspirateur ou le balai sur le sol où il joue ou se repose. En fait, le « travail de care » montre très clairement l’impossibilité de séparer travail matériel et immatériel, qu’il soit effectué contre rémunération ou non.

5L’impossibilité de séparer le care du travail domestique est d’autant plus évidente quand ce travail est effectué par des membres de la famille, lesquels ne peuvent pas limiter leur travail aux aspects communicatifs et affectifs de la reproduction et déléguer à d’autres les aspects plus matériels. En fait, c’est seulement dans les classes supérieures que des parents ne passent que des moments privilégiés avec leurs enfants, c’est-à-dire du temps libre de toute tâche matérielle. En concentrant l’analyse sur le seul « travail de care », nous risquons également de contribuer à la dévalorisation du travail domestique et des activités matérielles, et de rendre à nouveau invisible le travail domestique non rémunéré effectué dans la maison.

6C’est pourquoi nous traitons le « travail de care » comme un aspect particulier du travail reproductif, qui regroupe des tâches comme : nettoyer la maison, faire les courses, préparer les repas, faire la lessive, payer les factures, apporter une certaine intimité et un soutien affectif (par exemple par une écoute et un réconfort) ; donner naissance à des enfants, les éduquer et leur inculquer la discipline constituent également une part importance du travail reproductif. À cela s’ajoute le travail – qu’aucun terme ne désigne et qui est impossible à dénommer – requis pour anticiper, prévenir ou résoudre les crises, maintenir de bonnes relations avec les parents et voisins et gérer les menaces toujours plus grandes qui pèsent sur notre santé – que ce soit à travers la nourriture que nous mangeons ou l’eau que nous buvons. Cette description ne rend toujours pas compte du travail de millions de femmes et d’enfants à travers la planète qui, en plus des tâches citées plus haut, passent de longues heures à aller chercher de l’eau, du bois pour se chauffer, à faire du feu dans des fourneaux à foyer ouvert. […] Une composante clé du « travail de care » est le travail du sexe, une activité […] qui reproduit la vie sociale de la même façon que d’autres services corporels, qui passe souvent par une compagnie, des conversations stimulant l’estime de soi, et qui est aussi essentielle à notre reproduction que manger ou garder un environnement sain.

7L’une des révolutions théoriques et politiques entraînées par le mouvement féministe des années 1970 a été d’amener ce travail – traditionnellement invisible, considéré comme acquis, effectué sans rémunération en dehors de tout contrat social – sur le premier plan de la théorie et de l’organisation politiques. De façon ironique, c’est au moment même où elles refusaient un destin voué au travail domestique que de nombreuses féministes ont découvert la fonction sociale cruciale de ce travail, et l’ont redéfini comme du travail producteur de force de travail et, en tant que tel, comme une condition préalable de toute autre forme de production capitaliste. […]

8Cette nouvelle perspective féministe a réfuté les hypothèses courantes qui tiennent le travail domestique/de care pour un service personnel ou une forme de travail précapitaliste ; elle a au contraire redéfini ce travail comme étant un aspect clé de la reproduction sociale dans la société capitaliste, et de la création de valeur. Le postulat qui pose le travail domestique comme un travail qui re/produit la main-d’œuvre a fait apparaître au grand jour l’immense quantité de travail non payé existant au cœur de la relation salariale et a eu un effet libérateur, en particulier pour les femmes. Révéler la fonction capitaliste de ce travail, montrer que le travail domestique nous reproduit, bien qu’il soit accompli en majeure partie dans des conditions que nous n’avons pas fixées, a permis de dissiper le sentiment de culpabilité que les femmes ont éprouvé si souvent quand elles ont voulu refuser ce travail. Fait tout aussi important, elle a dévoilé un champ entier de luttes, de relations et de connections méconnues auparavant, comme la relation entre le « refus de procréer » des Européennes après la Seconde guerre mondiale et l’émigration […]. Pour ces raisons, malgré l’opposition initiale à laquelle elle s’est heurtée, venant de différents milieux (féministes, de gauche, libéraux), cette approche féministe-marxiste a eu une influence si profonde sur le discours radical, et même académique, que ses principes essentiels sont devenus des notions communément admises. L’exigence d’une « rémunération pour le travail domestique » continue à séduire […]. Aujourd’hui, cependant, on se demande souvent si cette perspective est toujours pertinente compte tenu des changements survenus dans l’organisation du travail reproductif au cours des dernières décennies, avec l’entrée massive des femmes dans le marché du travail salarié, l’ethnicisation et la marchandisation de nombreuses tâches domestiques et la renégociation féministe de tous les aspects de la vie familiale.

9Pouvons-nous nous accrocher à une perspective qui considère le monde, le capital et les rapports hommes-femmes sous l’angle du travail domestique non rémunéré des femmes alors que tant de femmes travaillent actuellement contre un salaire, et quand une part si importante du travail reproductif est accomplie en dehors du domicile sur une base commerciale ou à domicile mais par des « aides » domestiques rémunérés ? Le travail domestique n’est-il pas déjà « valorisé » ? Par ailleurs, comment pouvons-nous continuer à prétendre que le travail reproductif non rémunéré est un point commun entre les femmes quand la mondialisation et l’ethnicisation des soins ont institué entre nombre d’entre elles une relation « maîtresse-domestique » ? Le temps n’est-il pas venu de dépasser les distinctions de genre et même les distinctions entre production et reproduction, entre travail salarié et non salarié ? […]

10Il est indéniable que la situation à laquelle nous nous trouvons confrontés est très différente de celle qu’ont connue et combattue les féministes des années 1970. Un changement crucial a résulté de la crise de l’« État-providence », c’est-à-dire de la réduction drastique de toutes les formes d’investissement dans la reproduction de la main-d’œuvre qui, combinée à la migration massive des femmes vers le travail salarié, a généré une crise reproductive et politique. Le dilemme – souvent présenté par les mouvements pour la justice sociale/anticapitalistes – a été de savoir s’il fallait lutter pour reconstituer l’État-providence tel que nous l’avions connu ou accepter sa crise comme étant irréversible, voire l’accueillir positivement comme un fondement sur lequel construire des formes plus indépendantes de reproduction sociale qui ne soient pas liées à un accord de productivité ou à la représentation médiatrice de syndicats ou de partis.

11Toutefois, cela […] pourrait ne pas être une alternative réalisable dans un contexte où une grande partie de la richesse que nous avons produite est toujours retenue en otage par l’État. La question […] n’est pas de savoir si nous devons ou non défendre le « salaire social », mais comment accéder aux ressources détenues par l’État – argent, actifs, services – et se les approprier sans subordonner leur acquisition et leur utilisation au contrôle de l’État sur nos vies. […]

12Le témoignage de Liliana Caballero (2012) sur les Mères Communautaires (Madres Comunitarias ) en Colombie illustre la situation difficile des personnes qui se chargent des soins à la famille, et des employées domestiques/travailleuses du care rémunérées dans presque tous les pays. Caballero dénonce le fait qu’en Colombie les Mères Communautaires ont été pratiquement abandonnées par les employeurs et par l’État et sont tellement sous-financées qu’elles doivent même acheter sur leur maigre salaire le matériel nécessaire aux soins des enfants dont elles s’occupent, alors que leur agrément peut être résilié à tout moment si leurs soins sont jugés insatisfaisants.

13Le témoignage de Caballero est important parce que, d’un côté, il confirme que toute initiative visant à transformer la garde des enfants en une activité créative et en un « bien commun » aux enfants et aux adultes doit avoir pour prémisse une valorisation du travail de care/travail reproductif par une rémunération et une reconnaissance sociale ; de l’autre, il démontre que, en tant que telle, la commercialisation du travail domestique, c’est-à-dire son organisation en travail salarié – l’autre innovation majeure dans l’organisation du care/travail reproductif –, n’est pas suffisante pour mettre fin à la dévalorisation de ce travail.

14Le fait que ce travail ait été pendant des siècles, et soit encore aujourd’hui, considéré comme un « non travail », qu’il a été accompli sans rémunération et considéré comme relevant naturellement du « travail des femmes », conjugué à ses liens avec l’histoire de l’esclavage, du colonialisme et de la migration, pèse lourdement sur le statut social qui lui est reconnu.

15Mais si la condition des travailleuses domestiques demeure effroyablement précaire, les mouvements de travailleuses domestiques/du care se développent à travers le monde dans une mesure telle qu’ils constituent actuellement l’une des forces principales du féminisme international et de la lutte contre la dévalorisation du travail reproductif.

16[…] Les femmes qui s’expriment viennent de différentes régions mais les problèmes qu’elles rencontrent sont fondamentalement identiques. Tout d’abord, la nature individualisée du travail de care /travail reproductif, et l’isolement dans lequel il est effectué, créent une situation chargée émotionnellement et potentiellement explosive qui, en particulier dans le cas où l’employée est logée chez son employeur, peut rapidement donner lieu à des abus. Il est également très difficile pour les travailleuses domestiques/du care de fixer des limites claires entre le travail et les relations personnelles puisqu’elles travaillent au domicile de leurs employeurs et que leurs tâches incluent de s’occuper des enfants et d’autres personnes. Prenez le cas où l’employeur – vraisemblablement une autre femme – rentre à la maison le soir et traite l’employée de maison qui loge chez elle comme une compagne de substitution, lui racontant ses problèmes professionnels, alors que l’employée pourrait souhaiter aller se coucher. Imaginez aussi ce que cela signifie d’exercer un travail qui vous demande de vous attacher aux enfants dont vous vous occupez sans avoir le pouvoir d’intervenir si leurs parents commettent des erreurs, et tout en sachant que votre relation avec ces enfants peut être rompue à tout moment. […]

17Cela est particulièrement vrai pour les employées de maison en Amérique latine […]. Leur tendance croissante à prendre le statut de « travailleuses externes » plutôt que celui d’employées logées au domicile de leur employeur montre le pouvoir nouveau qu’elles ont construit dans cette région. Ce mouvement leur a permis d’obtenir un espace autonome, de s’intégrer dans des réseaux sociaux plus larges (de voisinage, d’amis, de groupes politiques) et de participer aux débats de société et aux luttes sociales. Mais le signe le plus évident du nouveau pouvoir social que les travailleuses domestiques ont acquis en Amérique latine est la reconnaissance légale qu’elles ont gagnée dans plusieurs pays (comme le Brésil, l’Uruguay et la Bolivie), qui va de l’inclusion dans les législations du travail en vigueur à la reconnaissance de droits spécifiques, comme un salaire minimum, des congés payés, une retraite, un congé maternité et des indemnités de licenciement. […]

18La même transformation politique est visible parmi les travailleuses domestiques migrantes à travers le monde. Dans tous les pays où elles se sont installés, les travailleuses domestiques migrantes ont formé des communautés et des associations transnationales apportant aux nouvelles arrivantes différentes formes d’assistance ; elles se sont également battues pour obtenir les mêmes droits que d’autres travailleurs et ont créé des espaces sociaux où se retrouver, échanger des informations, rompre leur isolement et discuter de leurs revendications. […]

19S’il était payé correctement et dissocié des politiques économiques dévastatrices qui provoquent actuellement la migration des femmes, le travail de care rémunéré serait une option de travail acceptable comparativement aux alternatives qui s’offrent actuellement aux femmes. Si les féministes ont parfois critiqué les femmes qui emploient des travailleuses domestiques et du care, Dalla Costa (2012), tout comme Gonzalez (2012), pose les bases d’une politisation de la relation entre les travailleuses domestiques et leurs employeurs et d’une recomposition politique parmi les femmes, celles-ci prenant conscience du fait que la dévalorisation du travail reproductif est un problème pour toutes, et du besoin, pour toutes, de forcer l’État à mettre un large éventail de ressources à la disposition de ce travail.

20Tout comme le travail domestique et les autres formes de care, le travail du sexe a connu une restructuration majeure depuis les années 1970, que les mouvements féministes et de travailleurs du sexe commencent seulement à analyser et à intégrer à leur mobilisation. Toutefois, nous pouvons dire avec certitude qu’un aspect de cette restructuration a été la multiplication des travailleurs du sexe et la diversification des types de services commerciaux disponibles, ainsi que l’internationalisation de la main-d’œuvre du sexe. Ces développements s’expliquent par plusieurs facteurs, notamment la réorganisation du travail, des rapports de genre et de la sexualité produite par les politiques néolibérales. Il est clair que davantage de recherches doivent être menées sur ces développements. Mais il est certain qu’aujourd’hui la majorité des travailleurs du sexe sont des femmes migrantes ainsi que des hommes et des transsexuels originaires d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Europe de l’Est.

21Les statistiques sur le nombre de travailleurs du sexe sont controversées dans tous les pays et régions, en raison de la nature clandestine du travail du sexe et de la stigmatisation dont il est l’objet. Cependant, si l’on considère que l’industrie du sexe inclut non seulement les personnes travaillant dans la prostitution, mais aussi les danseurs et danseuses, les modèles et acteurs ou actrices de films pornographiques, les employées de peep-shows et de bar de striptease, les opératrices de téléphone rose et les cyber-stripteaseuses, les réceptionnistes, les gardiens, les chauffeurs, le nombre de femmes, de transsexuels et d’hommes employés mondialement dans l’« industrie du divertissement pour adultes » est sidérant. […]

22Dans l’ensemble, les conditions du travail du sexe se sont dégradées en comparaison avec celles des débuts du mouvement des travailleurs du sexe à la fin des années 1970. En raison de la détérioration du contexte économique et de l’intensification de la concurrence dans l’industrie du sexe, il est devenu plus difficile pour les travailleurs de ce secteur d’exercer le type de contrôle que les prostituées avaient établi auparavant sur leurs conditions de travail. De nombreux travailleurs du sexe migrants sont en situation irrégulière et, en raison du durcissement du contrôle des frontières et des politiques d’immigration en Europe, ont dû compter sur des intermédiaires criminels pour financer et organiser leur voyage à l’étranger ; par conséquent, la violence et la coercition à l’encontre des travailleurs du sexe se sont aggravées. En fait, les travailleurs du sexe, en particulier celles et ceux qui travaillent dans la prostitution, sont aujourd’hui pénalisés à trois niveaux : en tant que travailleurs du sexe, en tant que travailleurs sans papiers et en tant que victimes de la servitude pour dette et de l’exploitation. Depuis les années 1980, la question du « trafic sexuel » divise l’analyse féministe de la prostitution en deux camps opposés et marque une ligne de fracture importante parmi les féministes. D’un côté, les personnes convaincues que la prostitution est une activité non volontaire qu’aucune femme ne peut choisir librement proposent de définir tous les cas de prostitution comme des violences à l’encontre des femmes. De l’autre, celles qui affirment qu’en considérant la prostitution, sous quelque forme qu’elle soit, comme intrinsèquement violente, on menace la sécurité des travailleurs du sexe, et qu’en outre cette position infantilisante et moraliste nie la violence inhérente aux autres perspectives d’emploi qui s’offrent aux travailleurs du sexe, et généralement aux femmes, notamment s’ils et elles sont originaires de pays qui ont subi des formes drastiques de libéralisation économique. […]

23Il n’est pas possible de transformer la situation des travailleurs du sexe en se concentrant exclusivement sur la domination et l’esclavage sexuels, et en différenciant les travailleurs du sexe des autres travailleurs, de la même façon que nous ne pouvons pas aborder la question du travail reproductif en nous concentrant sur le travail du care. Précisément parce que le travail du sexe est souvent du travail non libre, le travailleur du sexe devient le paradigme du travailleur de l’économie mondiale, de la même façon que la main-d’œuvre féminine sous-payée, précaire et « informelle » devient le paradigme de toute forme d’exploitation. Comme dans les années 1970, la question est aujourd’hui de savoir si cette prise de conscience sera à la base d’une recomposition parmi les différents secteurs de la main-d’œuvre féminine. Car le travail du sexe, à l’instar du travail domestique et du care, pose l’un des défis les plus importants aux féminismes actuels.

  • 1 Extraits de : Barbagallo, C. et S. Federici. 2012. Introduction. The Commoner. Care work, domestic (...)

24Une autre question consiste à se demander quels peuvent être aujourd’hui les fondements d’une recomposition entre les femmes et les hommes. On prétend souvent que la commercialisation du travail domestique/de care a dans bien des cas été la « solution » au refus des hommes d’accomplir les tâches domestiques, qui demeure un point de friction dans de nombreuses relations. Il est également vrai que la relation entre les hommes et les femmes a été reconfigurée dans une certaine mesure ou, du moins, va vraisemblablement l’être. Alors que les luttes des femmes et leur entrée sur le marché du travail salarié ont mis à mal la structure de la famille nucléaire, et alors que la part la plus importante du travail reproductif est encore accomplie par les femmes, il est vrai que la relation des hommes d’aujourd’hui avec les activités reproductives est différente de celle de leurs pères qui rentraient à la maison, ouvraient le journal et attendaient que le repas leur soit servi. Comparativement à leurs pères, de nombreux hommes vivent une situation contradictoire : on attend d’eux qu’ils fassent leur part du travail domestique quand, parallèlement, ils occupent des emplois plus précaires mais aussi plus exigeants. Leur « crise identitaire » a fait l’objet de nombreuses analyses psychologiques, mais on ne sait pas encore si ce changement va nourrir des idées politiques fondées sur le ressentiment ou contribuer à ébranler les hiérarchies du travail fondées sur le genre. Dans ce contexte, Gonik (2012) […] préconise la socialisation du travail domestique par la création de réseaux associatifs, coopératifs et autogérés, et sa politisation, c’est-à-dire sa mise au premier plan des débats politiques, alternative « au combat épuisant pour le partage des tâches au niveau du couple ». […]1

Bibliographie

Dalla Costa, M. 2012. Women’s autonomy and remuneration of care work. The Commoner. N° 15 : 198-234. Accessible en ligne sur http://www.commoner.org.uk/wp-content/uploads/2012/02/09-dallacosta.pdf

Caballero Velasquez, L. 2012. Interview with Liliana Caballero Velasquez. The Commoner. N° 15 : 413-416. Accessible en ligne sur http://www.commoner.org.uk/wp-content/uploads/2012/02/23-caballerovelasquez.pdf

Gonik, V. 2012. Is housework soluble in love ? The Commoner. N° 15 : 278-286. Accessible en ligne sur http://www.commoner.org.uk/wp-content/uploads/2012/02/12-gonik.pdf

Gonzalez, P. 2012. Interview with Priscilla Gonzalez. The Commoner. N° 15 : 360-385. Accessible en ligne sur http://www.commoner.org.uk/wp-content/uploads/2012/02/18-gonzalez.pdf

Notes

1 Extraits de : Barbagallo, C. et S. Federici. 2012. Introduction. The Commoner. Care work, domestic labour and social reproduction. N ° 15. Accessible en ligne sur http://www.commoner.org.uk/ wp-content/uploads/2012/02/01-introduction.pdf Traduit de l’anglais par Laetitia Houlmann

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site