Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

5. Luttes et politiques

Les enjeux féminins de la migration masculine. Le collectif des femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine de Thiaroye-sur-Mer

Emmanuelle Bouilly

Note de l’éditeur

Référence : Bouilly, Emmanuelle. “Les enjeux féminins de la migration masculine. Le collectif des femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine de Thiaroye-sur-Mer” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 409-420, DOI : 10.4000/books.iheid.6003 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

  • 1 Le Rafao est une institution spécialisée de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ou (...)
  • 2 Discours du président Wade à l’ouverture du 3e congrès de la Rafao, Dakar, Université Cheikh Anta D (...)
  • 3 Thiaroye-sur-Mer est un village de pêche lebu situé à 13 kilomètres en banlieue de Dakar sur la rou (...)

1En juillet 2007, lors du congrès annuel de la Renaissance des femmes d’Afrique de l’Ouest (Rafao)1 qui avait pour thème « L’immigration clandestine de la jeunesse ouest-africaine : la voix des femmes », le président sénégalais Abdoulaye Wade a sommé les mères sénégalaises d’arrêter « d’encourager leurs enfants à braver les dangers pour aller chercher fortune en Europe », déplorant qu’elles « n’hésitent pas à pousser leur propre fils à émigrer du fait que celui de la voisine a construit une belle maison, après s’être rendu en Espagne »2. Si cette déclaration n’est guère étonnante dans la bouche du président Wade, pressé par ses partenaires européens de mettre un coup d’arrêt aux départs en pirogue vers les îles Canaries, elle l’est peut-être davantage du côté des actrices de la société civile qui ont repris le thème de la conférence alors même que certaines ont joué un rôle actif dans la migration. […] Les mères tiennent […] une place prépondérante dans les stratégies migratoires, la réussite du fils émigré devant assurer celle de la famille tout entière. Dans ce cas, pourquoi certaines d’entre elles se mobilisent-elles aujourd’hui pour freiner les départs en pirogue, comme c’est le cas à Thiaroye-sur-Mer3, où s’est créé le Collectif de femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine ? Il semble que les morts et les rapatriements toujours plus nombreux aient conduit les mères à reconsidérer les bénéfices du projet migratoire familial, et pour certaines à entreprendre une action collective contre les départs en pirogue.

2Dès lors, ne faut-il pas repenser le rôle des femmes non migrantes, et particulièrement des mères restées au pays, dans le processus migratoire des jeunes hommes ? Les autorités sénégalaises et les acteurs occidentaux du développement ont fait leur cette proposition, en multipliant les partenariats avec le Collectif de Thiaroye, soudain érigé en tête de proue d’un discours anti-émigration clandestine en parfaite adéquation avec l’agenda européen de fermeture des frontières. […]

  • 4 Cet article repose sur un travail d’enquêtes et d’observations ethnographiques réalisées entre janv (...)

3Le changement de position des mères [de Thiaroye]4 témoigne d’une reconfiguration des enjeux féminins et du jeu d’acteurs face à la migration. Ce changement n’est ni évident ni irréversible et il dépend largement d’acteurs externes ; les mères peuvent en effet recourir à deux stratégies de survie, potentiellement rémunératrices et incompatibles : vivre des transferts d’argent d’un fils émigré ou vivre des fonds octroyés sur la base d’un discours antimigratoire par les bailleurs de fonds du Nord. L’étude du Collectif de Thiaroye permet donc d’appréhender comment des « porteurs de cause » du Sud recourent aux diverses ressources de l’extraversion (Bayart 1999), et d’étudier les effets de cette extraversion sur des mobilisations locales. […]

La migration masculine, une stratégie familiale de survie

L’émigré face au pêcheur : l’émergence d’une nouvelle « figure de la réussite »

4[…] À Thiaroye-sur-Mer, on constate un recul des activités de pêche, qui tient à une difficile et tardive adaptation des pêcheurs à la modernisation et à la libéralisation du secteur. Le village est ainsi en proie à une paupérisation croissante. La crise de la pêche relève aussi pour partie d’une crise des vocations : les jeunes aspirent de moins en moins à emprunter la carrière paternelle. En effet, dans un contexte de mutations socio-économiques pouvant faire naître des incertitudes quant à l’avenir de la pêche, l’ostentatoire réussite économique des émigrés fait chanceler l’ancienne « figure de la réussite » (Banégas et Warnier 2001) du pêcheur. Aujourd’hui, les imaginaires de la réussite se cristallisent davantage autour de la figure du migrant (Fouquet 2007) […].

5Dans ce contexte de crise multiforme et de paupérisation croissante, à partir des années 1990, les Lebu ont commencé à envisager la migration comme une alternative […] pour la reproduction sociale et identitaire du groupe et le soutien économique des familles. […]

Mères et fils complices du départ

  • 5 Entretien avec le président du Collectif des jeunes rapatriés, Thiaroye, 22 janvier 2007.

6En raison des fonctions socio-économiques assignées, la migration se révèle largement déterminée par les relations de genre, et particulièrement les relations mères/fils. « Je veux aider ma mère, avoir une maison, une voiture, des enfants », entend-on à Thiaroye5. C’est souvent aux mères que revient l’entretien de la famille à mesure que croissent le nombre d’enfants et l’âge du mariage, de surcroît en cas de polygamie où les revenus du mari sont partagés entre les épouses. Cette charge s’est par ailleurs accrue du fait de l’incapacité croissante des maris à fournir la « dépense quotidienne ». C’est pourquoi les mères comptent beaucoup sur leurs fils et leur inculquent tôt une éthique de la responsabilité qui leur enjoint de venir en aide à leur mère et à leurs cadets.

7Elles ont donc largement encouragé leurs fils à émigrer afin d’assurer leur réussite et celle de leur famille. Ce désir de réussite sociale et économique est, par ailleurs, souvent animé par les rivalités entre coépouses, chacune s’employant à assurer au plus vite la prospérité de son fils, et donc la sienne. […]

  • 6 En 1996, les voyages étaient financés à 62,5 % par les mères et 11,35 % par les pères. Voir Fall (1 (...)
  • 7 Entretien avec la vice-présidente du Collectif, Thiaroye, 6 février 2007.

8De ce fait, les mères organisent fréquemment le départ de leurs fils : elles peuvent désigner l’élu, qui doit incarner certaines « valeurs fondamentales comme le jom [courage], le yermande [la compassion], ou le fonk [l’amour respectueux] » (Fall 2002, 186). Il s’agit bien sûr de s’assurer autant que possible de la fidélité du fils émigré envers sa famille, fidélité que traduira la régularité des transferts d’argent. Les mères aident également au financement du voyage6, souvent par l’intermédiaire de leurs tontines […], et apportent la protection mystique nécessaire au bon déroulement du voyage en recourant aux services de marabouts, lesquels se sont nettement enrichis au plus fort des départs en pirogue. Les mères aussi témoignent de leur investissement dans la migration de leurs fils disparus en mer : « Nous vendions nos bijoux, nos habits pour que nos enfants partent7.» […]

Vers une mobilisation sexuée : des mères-relais aux mères-écran

9Ce sont les relations mères/fils, au cœur du processus migratoire, qui ont logiquement déterminé l’émergence de la lutte contre l’émigration clandestine. L’intérêt des femmes à se regrouper face à une expérience commune de la mort a donné à leur mobilisation un répertoire d’action, un discours et une identité spécifiques.

L’échec du projet migratoire familial ou l’émergence d’un intérêt féminin à agir

10Jusqu’à la formation du Collectif, le soutien des femmes aux départs ne s’est pas démenti, et ce même lorsque les conditions d’émigration ont commencé à se durcir et les parcours migratoires à se clandestiniser […]. Mais la massification des départs en pirogue a signé l’échec de stratégies familiales qui ont eu pour principale conséquence de saigner les quartiers de leurs forces vives.

  • 8 Entretien avec le maire, Thiaroye, 5 mars 2007.

11S’il n’existe aucune statistique officielle, le maire de Thiaroye estimait en mars 2007 « entre 500 et 1000 le nombre de personnes qui ont réussi à débarquer aux Canaries et à 300 le nombre de disparus, même si officiellement il n’y en a que 56 déclarés par les familles à la mairie8 ». […] Une fois calculé par rapport à la classe d’âge concernée et au genre, le taux de mortalité des jeunes hommes (20-35 ans) de Thiaroye serait alors de 3 %. Le naufrage de deux pirogues aurait coûté la vie à 162 jeunes du seul quartier de Lambaye, où est né le Collectif de femmes. […]

12Ces chiffres doivent être pris avec précaution, mais ils laissent deviner la catastrophe qu’a vécue le quartier – la perte de nombreux jeunes actifs et le brusque déséquilibre du sex ratio. Ceci a généré d’importants bouleversements et réaménagements sociaux, notamment dans la division sexuelle du travail : les femmes ont vu leurs responsabilités augmentées d’autant. […]

  • 9 Entretien avec un membre du Collectif, Thiaroye, 5 février 2007.

Depuis ces événements, on n’avait plus personne sur qui compter financièrement. D’habitude, ce sont les hommes qui vont en mer pêcher, ou nos fils qui ont un emploi, mais là, celles dont les enfants ne sont pas arrivés en Espagne, elles n’avaient plus rien9.

13La migration des jeunes hommes s’est donc révélée dramatique pour les familles. Les mères, qui sont les plus touchées par l’échec des projets migratoires qu’elles avaient aidés, se sont rapidement regroupées. […]

14Les nombreuses réunions tenues à la suite des naufrages ont conduit la présidente du Collectif pour le développement intégré de Thiaroye (CDIT) […], Yayi Bayam Diouf, à convoquer en avril 2006 une assemblée générale pour discuter de la massification des départs en pirogue. Lors de cette AG, les habitants du quartier ont convenu qu’il fallait endiguer les départs. Les mères se sont particulièrement interrogées sur leur responsabilité dans ces événements et certaines ont décidé de ne plus encourager leurs fils à partir. Elles ont en outre converti l’ancien CDIT en Collectif des femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine. Ses membres mènent depuis des actions de sensibilisation à l’endroit des jeunes qui veulent partir en leur expliquant les dangers encourus en mer et les difficultés dans les pays d’accueil. Le Collectif oriente aussi ses actions en direction des femmes ayant perdu un parent en leur proposant de participer à des activités de transformation, de commerce (poisson séché, jus de fruit, couscous de mil) ou de microcrédits.

15[…] La mobilisation de ces femmes est une réponse à leur pratical gender needs (Moser 1989, 1803), c’est-à-dire les obligations déterminées par les relations de genre et la division sexuelle du travail (prise en charge de la famille et de la communauté). Les relations de genre qui expliquaient la prégnance des mères dans le processus migratoire des jeunes hommes déterminent de la même manière leur mobilisation contre les effets néfastes de la migration ; les formes de mobilisation autour de la migration sont donc intrinsèquement sexuées. […]

La constitution d’une identité militante : « mères de victimes » ou « mères victimes de » ?

  • 10 Un parallèle peut être établi avec la mobilisation des Mères de la Place de Mai en Argentine, étudi (...)

16[…] C’est d’abord en tant que mères d’une victime, disparue ou rapatriée, que les femmes de Lambaye se sont mobilisées. Elles se sont organisées en tant que mères, reliant ce statut plus à leur expérience commune qu’à une fonction politique10. L’identité « mères de victimes » a ainsi constitué la base de leur regroupement et de leur répertoire d’action. En outre, la rhétorique de la maternité leur a conféré une légitimité pour parler des questions migratoires, et plus globalement des problèmes rencontrés par le quartier (Einwohner, Hollander et Olson 2000).

17Mais si la proximité du drame et l’expérience commune offraient une raison et une légitimité à agir, elles ont également fonctionné comme un outil de « mise en cohérence » des identités (Broqua 2005). Dès l’assemblée générale, les mères ont entrepris un travail de mise à distance vis-à-vis de leur responsabilité dans l’émigration pour se déculpabiliser et pour imputer les responsabilités à des acteurs externes. Elles ont en effet cherché à réduire les dissonances ou les antagonismes qui pouvaient exister entre les différents aspects de leur identité sociale, qui les établissaient à la fois comme instigatrices des départs et responsables des disparitions, et désormais comme remparts contre l’émigration. Les femmes se sont alors employées à éviter l’auto-accusation en dénonçant le chômage, la précarité, la relégation du quartier, l’incurie des pouvoirs publics sénégalais, locaux et nationaux, ou la responsabilité des pays du Nord dans l’exode de leurs fils ; deux femmes du Collectif en témoignent :

  • 11 Entretien avec la présidente du Collectif, Thiaroye, 22 janvier 2007.
  • 12 Entretien avec un membre du Collectif, Thiaroye, 5 février 2007.

Il y a des licences de pêche que nous ne pouvons pas payer, et la concurrence des bateaux coréens ou européens. Nous, on ne peut pas rivaliser. Il y a de moins en moins de poissons, donc à force, on n’a pas pu réparer ou renouveler le parc piroguier. Vous avez vu les pirogues, comme elles sont vétustes. Résultat, plus personne ne voulait partir en mer. Les jeunes se faisaient embaucher soit dans les usines à côté ou alors ils se faisaient embaucher au port de Dakar11.
La mairie, elle ne fait rien pour nous. Regardez comme le quartier est pauvre, on manque de tout, et des écoles surtout, après les inondations de l’hivernage, ils avaient promis de nous aider mais rien n’a été fait. On reste dans la même situation, c’est les mêmes problèmes chaque jour12.

18Progressivement, les mères de Thiaroye ont développé un discours les présentant comme des « mères victimes de l’émigration » et le Collectif a d’ailleurs pris cette appellation en décembre 2006. […]

La carrière médiatique d’une cause

19La médiatisation internationale du Collectif a influencé la représentation qu’il a et qu’il donne de lui-même. Au contact des journalistes, ses membres ont retravaillé leur discours afin de répondre à leurs attentes et à leurs interprétations. L’adaptation du Collectif au travail journalistique a ainsi contribué à produire l’icône de la « mère courage », parachevant le travail de « mise en cohérence » identitaire déjà entamé et offrant un accès privilégié aux acteurs du développement.

La médiatisation, synonyme de marchandisation de l’expérience migratoire

20Le Collectif a vite rencontré le succès auprès des médias occidentaux […]. Il répondait en effet à la fois aux besoins et aux contraintes des journalistes : il cadrait avec des thématiques récurrentes (émigration, développement en Afrique) tout autant qu’avec l’actualité des débats de la campagne présidentielle française (émigration choisie, co-développement). L’histoire des mères et de leurs fils disparus a offert également un sujet consensuel, porteur d’une forte charge émotive, répondant à l’augmentation des soft news, ces reportages usant de procédés de scénarisation visant à restituer le vécu des gens ordinaires. […]

21Les membres du Collectif savent aussi anticiper ou orienter les demandes des journalistes. Lorsque ces derniers arrivent sur le quartier, une quinzaine de membres se rendent au siège de l’association, s’installent sur des nattes ou des chaises dans la cour à l’ombre de l’acacia, et disposent à leurs pieds ou au mur des calebasses où figure le nom de l’association, avant de répondre aux questions. La présidente a d’ailleurs su créer un véritable « circuit touristique » du quartier destiné aux journalistes, lesquels sont ainsi invités à rencontrer les « personnes-ressources » : le président du Collectif des jeunes rapatriés, le secrétaire du Foyer des jeunes de Thiaroye, mais également des rapatriés ou des candidats à l’émigration. Cette forme d’« encliquage » (Olivier de Sardan 1999 ; Lavigne-Delville, Sellamna et Mathieu 2000) est elle-même appuyée par des jeunes du quartier qui trouvent à « s’employer » comme guides ou traducteurs auprès des journalistes. Revêtant l’habit d’« informateurs indigènes […] » ou de témoins-figurants, ils satisfont aux différents personnages recherchés par les journalistes : le « candidat au départ », le « rapatrié », le « frère » ou « ami de migrant », le « pêcheur à la faillite ». […]

22Face au déferlement médiatique, il ne faudrait pas conclure à la passivité ou à la subordination des membres du Collectif, comme on le fait souvent à propos des acteurs du Sud : si le Collectif répond aux attentes et contraintes des journalistes, les médias répondent eux aussi aux besoins du Collectif, qui cherche à se forger une identité publique lui permettant de trouver des soutiens et de lever des fonds. La médiatisation représente ici une stratégie d’extraversion potentiellement très rémunératrice. […]

23En répondant aux attentes des journalistes, les membres du Collectif ont contribué à alimenter les routines interprétatives des médias véhiculées sur deux points : d’une part, des femmes africaines considérées à la fois comme pauvres et soumises et comme actrices indépendantes et force de développement, et d’autre part, des migrants envisagés à la fois comme des aventuriers suicidaires poussés à l’exil par les conditions de vie dans leur pays et comme un flux incontrôlable et menaçant dans les pays d’accueil. Plus spécifiquement, les mères de Thiaroye ont été construites en « mères courage », cumulant les charismes de la victime et de la militante – victimes de la polygamie, du chômage, de la crise de la pêche, de la migration et tout aussi bien actrices engagées, courageuses, dévouées à la communauté, en lutte contre l’émigration. La « mère courage » transcende ainsi les facettes antinomiques de l’identité des membres du Collectif : « mères de victimes » et « mères victimes de ». L’icône de la « mère courage » permet ainsi un traitement médiatique prudent de la migration. Elle incarne une figure consensuelle suscitant la compassion de tous : pour les plus hostiles à l’immigration, la mère esseulée est une victime misérable et secourable, et en cela plus acceptable que les immigrés qui « prennent d’assaut » les pays européens ; pour les plus favorables à l’immigration, cette figure incarne le drame qui s’abat « une fois de plus » sur l’Afrique.

Rente médiatique et courtage en développement

24En ce sens, le Collectif de Thiaroye offre un bon exemple de ce que peut être la constitution et la carrière d’une cause et, en l’occurrence, l’internationalisation et l’extraversion d’un espace militant local. Les mères de Thiaroye ont en effet su convertir un groupement féminin d’entraide local préconstitutif d’un capital « militant » en une cause de mobilisation d’une portée internationale. En cultivant l’intérêt des journalistes, elles ont réussi à capter une rente médiatique qu’elles ont ensuite monnayée auprès d’autres acteurs institutionnels, gouvernementaux ou non gouvernementaux.

25Sans tomber dans une lecture cynique ou instrumentaliste, il faut souligner que le Collectif a capitalisé sur l’image de la « mère courage » auprès de divers bailleurs de fonds et acteurs politiques. En effet, le syncrétisme de cette figure lui a permis de produire un discours ajustable et ajusté à divers agendas du Nord. Le Collectif constitue ainsi tout à la fois un acteur central des questions migratoires, de genre et de développement local (Bierschenk, Chauveau et Olivier de Sardan 2000 ; Dezalay 2004). Par exemple, la lutte contre les départs en pirogue concorde avec l’agenda européen des politiques sécuritaires de fermeture des frontières et de gestion de la migration, les actions du Collectif répondant à la tendance croissante des programmes de (co) développement fixateurs de migrants. En outre, le fait que ce soit des femmes qui mènent cette lutte fait écho aux programmes genre et développement qui oscillent depuis cinquante ans entre conception assistancialiste et empowerment : en jouant sur la figure de la victime ou celle de l’actrice militante, le Collectif s’inscrit dans l’esprit de ces deux types de programmes. […]

26Mais la réussite du collectif est également source de conflits locaux. […] Les jeunes, et particulièrement les rapatriés, sont très critiques à l’égard du Collectif, dénonçant les mères qui se « [font] de l’argent sur leur dos » et l’ambigüité de celles qui condamnent publiquement la migration tout en l’ayant encouragée ou même l’encourageant encore, en privé. Les jeunes, qui n’ont pas dans l’ensemble renoncé à leur projet d’émigration, cherchent à tirer partie de l’espace de mobilisation ainsi créé autour de l’assistance internationale. […]

  • 13 Entretien avec un mécanicien hors-bord, rapatrié deux fois, Thiaroye, 19 février 2007.
  • 14 Entretien avec le président du Collectif de jeunes rapatriés, Thiaroye, 22 janvier 2007.

Yayi, elle a ramené dix visas pour les mères dont les fils ont disparu, mais les mères, elles auraient dû nous donner les visas. Qu’est-ce qu’elles vont en faire elles ? Elles vont faire quoi là-bas ? Du commerce ! […] Il vaut mieux aider les enfants qui aideront les mères ensuite. Leur association, ce n’est que pour elles, ce sont elles qui en tirent les bénéfices […] Tu sais, les mères, il faut faire attention avec ce qu’elle disent : elles continuent de penser que ce serait bien qu’on parte, tu vois. Elles nous en parlent, qu’on pourrait avoir une meilleure vie. Tout le monde veut une vie meilleure. Ça, ce n’est pas prêt de changer13.
Le collectif, il n’a pas assez d’argent et de moyens, il aide nos mamans, il est du côté de nos mamans. Nous, on essaie de voir de notre côté14.

  • 15 Extraits de : Bouilly, E. 2008. Les enjeux féminins de la migration masculine. Le collectif des fem (...)

27L’étude du Collectif des femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine du Thiaroye-sur-Mer donne à voir la reconfiguration des stratégies ayant trait à la migration. Il montre aussi les dynamiques d’hybridation qui caractérisent le processus de construction et de reformulation d’une cause et des identités individuelles et collectives s’y rapportant. La mobilisation des mères de Thiaroye souligne la place occupée par les femmes non migrantes dans la migration, en démontrant leur rôle dans l’organisation des voyages comme dans le développement et la légitimation d’un discours dénonçant les départs clandestins – la pratique brouillant souvent par ailleurs le discours normatif. L’étude de cette nouvelle forme de mobilisation autour de l’immigration irrégulière illustre enfin les modes de production d’une mobilisation sexuée, la reconfiguration des identités sociales et militantes sous l’effet de l’engagement et de l’extraversion ainsi que les usages locaux du courtage international d’une cause15.

Des façons de « donner en retour » parmi les migrantes au Royaume-Uni
Cigdem Esin et Aygen Kurt
[…] L’African Women’s Welfare Association (AYOKA) […] mène une campagne d’information en envoyant des brochures sur le confiage des enfants perçu comme un problème majeur que rencontrent particulièrement les migrants africains lorsqu’ils arrivent au Royaume-Uni. Il s’agit d’une pratique courante en Afrique qui veut que les proches et/ou les voisins prennent soin des enfants quand leurs parents doivent aller travailler ou se former.
Cette pratique s’organise au sein d’un réseau d’entraide entre familles africaines, qui repose sur les principes de solidarité et de soutien pour l’éducation des enfants. Chacun veille sur les enfants des autres quand les parents rencontrent des difficultés à les éduquer, à titre de solution temporaire. On pourrait définir cette pratique comme une version informelle du placement en famille d’accueil dans le système britannique. Elle devient problématique pour les migrants africains dès lors qu’ils souhaitent continuer à y avoir recours à leur arrivée au Royaume-Uni. À cause de leur instabilité financière, ces familles migrantes cherchent des familles qui prendront soin de leurs enfants jusqu’à ce qu’elles parviennent à trouver un emploi pour subvenir aux besoins de ceux-ci. Mais la plupart de ces familles n’ont aucune connaissance de la procédure officielle de placement au Royaume-Uni.
Elles confient leurs enfants à d’autres familles sans aucun arrangement ni document officiels. Les familles d’accueil sont pour la plupart des familles blanches, résidentes britanniques, ayant un meilleur niveau de vie.
Mais les familles migrantes africaines qui confient leurs enfants à des familles d’accueil de manière non officielle pourraient être accusées de mauvais traitements à cause de leur méconnaissance du cadre juridique du système britannique.
De nombreuses familles migrantes n’ont pas pu récupérer leurs enfants. Certains enfants courent aussi le risque d’être confiés aux services sociaux et proposés à l’adoption pour avoir été illégalement placés. Pour parler de ce problème, l’AYOKA a préparé des brochures qui avertissent et informent les migrants éventuels du risque de perdre leurs enfants. Cette activité est aussi une forme de solidarité entre les communautés vivant dans les pays d’origine et de destination. […]
Comme l’explique Theresa Shiyanbola, l’AYOKA mène toute une gamme d’activités s’inscrivant dans une approche « holistique », car elle est déterminée à contribuer à l’empowerment des femmes africaines par la formation et des actions de sensibilisation. […] Les activités de l’association vont du « traditionnel » « don en retour », sous la forme d’envois de vêtements aux personnes dans le besoin au pays, à des activités de « sensibilisation » comme des envois de brochures sur des problèmes spécifiques comme la drépanocytose ou le placement des enfants. […] Elles sont destinées aux femmes résidant au Royaume-Uni et dans leur pays d’origine. Ce qui fait l’originalité de l’AYOKA est son approche innovante qui combine les activités destinées aux deux communautés. Elle ne fait pas de séparation entre ces deux niveaux, et au lieu de cela, étend la portée des projets au lien entre ces deux communautés. La boutique caritative de l’association à Londres est, par exemple, la source principale d’approvisionnement en vêtements à envoyer en Afrique. Elle est aussi un espace de réunion pour les volontaires et les participants à diverses formations dispensées par l’AYOKA. Ainsi s’effectue le transfert d’argent, d’énergie et de créativité des volontaires de l’organisation vers de nouveaux projets destinés aux deux communautés. En créant un sentiment de solidarité par l’intermédiaire d’envois de vêtements et de cadeaux, l’association est en mesure d’avoir des effets concrets sur la vie des femmes en Afrique. Ce sentiment de solidarité et de lien par-delà les distances géographiques est tout simplement important sur le plan émotionnel, dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil […]. Les dépliants d’information contribuent au processus de sensibilisation des femmes en Afrique. Ces dépliants leur montrent les dangers potentiels d’une maladie et un problème qu’elles risquent de rencontrer en migrant vers le Royaume-Uni. Ce type d’information est plutôt efficace quant il s’agit de montrer aux femmes que différentes options existent dans la vie et qu’elles ont le droit de choisir, ce qui constitue la base d’un processus d’empowerment. […]
Esin, C. et A. Kurt. 2006. Multiple ways of « giving back » among immigrant women in the UK. In
Migrant women’s philanthropic practices from the diaspora.
(Eds.) A. Rindoks et E. Vonk. 37-39.
Research report. Amsterdam : Mama Cash.
Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud

Bibliographie

Banégas, R. et J. –P Warnier. 2001. Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir. Politique africaine. N° 82 : 5-21.

Bayart, J. -F. 1999. L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion. Critique internationale. N ° 5 : 97-100.

Bierschenk, T., J. -P. Chauveau et J. -P. Olivier de Sardan. 2000. Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets. Paris : Karthala.

Broqua, C. 2005. Agir pour ne pas mourir ! Act up, les homosexuels et le sida. Paris : Presses de Sciences Po.

Dezalay, Y. 2004. Les courtiers de l’international. Actes de la recherche en sciences sociales. N° 151-152 : 5-35.

Einwohner, R., J. Hollander et T. Olson. 2000. Engendering social movements : cultural images and movement dynamics. Gender and Society. XIV(5) : 679-699.

Fall, P. D. 1997. Exode et identité : le modèle migratoire lebou. In Mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature offerts au doyen O. Kane. 185-206. Dakar : Presses universitaires de Dakar.

–––. 2002. Migrazioni internazionali e mutamenti sociali in ambiente lebou. L’esempio di Thiaroye s/mer. Sociologia urbana e rurale. 23 (64-65) : 175-192.

Fisher, J. 1989. Mothers of the disappeared. Boston : South End Press.

Fouquet, T. 2007. Imaginaires migratoires et expériences multiples de l’altérité : une dialectique actuelle du proche et du lointain. Autrepart. N° 41 : 83-97.

Lavigne Delville, P., N. E. Sellamna et M. Mathieu. 2000. Les enquêtes participatives en débat : ambitions, pratiques et enjeux. Paris : Karthala.

Moser, C. 1989. Gender planning in the Third World : meeting practical and strategic gender needs. World Development. XVII(11) : 1799-1825.

Olivier de Sardan, J. -P. 1999. La politique du terrain, sur la production des données en anthropologie. Enquête. N° 1 : 71-109.

Notes

1 Le Rafao est une institution spécialisée de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), créée en mai 1983, qui regroupe l’ensemble des associations de femmes des 15 pays membres.

2 Discours du président Wade à l’ouverture du 3e congrès de la Rafao, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 30-31 juillet 2007.

3 Thiaroye-sur-Mer est un village de pêche lebu situé à 13 kilomètres en banlieue de Dakar sur la route de Rufisque. Avec l’avancée de l’urbanisation de la capitale, le village dit « traditionnel » est aujourd’hui entièrement intégré au tissu urbain et constitue l’une des communes d’arrondissement de la ville de Pikine.

4 Cet article repose sur un travail d’enquêtes et d’observations ethnographiques réalisées entre janvier et mars 2007 à Thiaroye et Dakar dans le cadre d’un mémoire de recherche en science politique préparé à l’Université de Paris 1, intitulé Les ressorts d’une mobilisation féminine contre l’émigration clandestine. L’exemple de Thiaroye-sur-Mer. Ce travail de recherche est actuellement enrichi par de nouvelles enquêtes dans le cadre d’une thèse en cours.

5 Entretien avec le président du Collectif des jeunes rapatriés, Thiaroye, 22 janvier 2007.

6 En 1996, les voyages étaient financés à 62,5 % par les mères et 11,35 % par les pères. Voir Fall (1997, 195).

7 Entretien avec la vice-présidente du Collectif, Thiaroye, 6 février 2007.

8 Entretien avec le maire, Thiaroye, 5 mars 2007.

9 Entretien avec un membre du Collectif, Thiaroye, 5 février 2007.

10 Un parallèle peut être établi avec la mobilisation des Mères de la Place de Mai en Argentine, étudiée par Fisher (1989).

11 Entretien avec la présidente du Collectif, Thiaroye, 22 janvier 2007.

12 Entretien avec un membre du Collectif, Thiaroye, 5 février 2007.

13 Entretien avec un mécanicien hors-bord, rapatrié deux fois, Thiaroye, 19 février 2007.

14 Entretien avec le président du Collectif de jeunes rapatriés, Thiaroye, 22 janvier 2007.

15 Extraits de : Bouilly, E. 2008. Les enjeux féminins de la migration masculine. Le collectif des femmes pour la lutte contre l’immigration clandestine de Thiaroye-sur-Mer. Politique africaine. N° 109 : 16-31. Texte intégral en ligne sur https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2008-1-page-16.html

Auteur

Politologue, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site