Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

5. Luttes et politiques

Mobilisation des travailleuses domestiques migrantes : de la cuisine à l’Organisation internationale du travail

Helen Schwenken

Note de l’éditeur

Référence : Schwenken, Helen. “Mobilisation des travailleuses domestiques migrantes : de la cuisine à l’Organisation internationale du travail” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 401-408, DOI : 10.4000/books.iheid.6001 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Les travailleuses domestiques sont le parfait exemple des travailleuses invisibles : par le passé, elles accédaient aux appartements bourgeois par des entrées séparées ; dans des pays comme le Brésil ou l’Afrique du Sud, elles vivaient dans des petites cabanes au fond de la cour arrière ; les travailleuses domestiques migrantes en situation irrégulière ne tirent parfois pas la chasse d’eau pour éviter que l’on remarque leur présence […].

2Les travailleuses domestiques ont pour lieu de travail la cuisine et le domicile privé de leurs employeurs. Or, toute mobilisation publique nécessite une certaine forme de visibilité, que ce soit celle des revendications ou celle des acteurs ou actrices politiques. Par conséquent, la question de la visibilité est un thème récurrent dans les écrits sur l’organisation des travailleuses domestiques. Cela concerne particulièrement les travailleuses domestiques migrantes dont les revendications ont généralement plus de mal à gagner l’attention et le soutien de la population. […]

  • 1 Résultat du vote pour la convention : oui 396 voix ; non 16 voix ; abstention 63 voix. Résultat du (...)

3Le plus souvent, le militantisme et l’organisation se font au niveau local et émanent des réseaux sociaux établis entre travailleuses domestiques migrantes de même nationalité. Dans de nombreux pays, les organisations créées par et pour les travailleuses domestiques se coordonnent également au niveau national, comme la National Domestic Workers’Alliance (NDWA) aux États-Unis, ainsi qu’au niveau régional, comme la Confederación Latinoamericana y del Caribe de Trabajadoras del Hogar (CONLACTRAHO) en Amérique latine (Goldsmith 2007 ; Blofield 2009), Pourtant, les travailleuses domestiques rencontrent aujourd’hui encore des difficultés à faire entendre leurs revendications à l’échelle mondiale. Cela est sur le point de changer, grâce au processus de négociation, en 2010 et 2011, d’un instrument établissant des normes internationales, le « Travail décent pour les travailleurs et travailleuses domestiques » à l’Organisation internationale du travail (OIT). La convention et la recommandation qui l’accompagnent ont été adoptées par l’OIT le 16 juin 2011 (OIT 2011). Une majorité inattendue1 des délégués présents à la Conférence internationale du Travail a voté en sa faveur. […]

L’organisation par et pour les travailleuses domestiques : entre « modèle associatif » et « modèle syndical »

4[…] Dans la plupart des cas, l’organisation des travailleuses domestiques aux niveaux local et national est effectuée par le biais de nombreuses associations (informelles) (Constable 2009 ; Nuriyati et Pabon 2009). Celles-ci luttent contre le non-paiement des salaires, proposent des centres d’accueil et de soutien aux travailleuses domestiques dans la détresse ou participent à des manifestations ou à des campagnes. De son côté, le modèle syndical intègre les travailleuses domestiques dans les syndicats existants, ou les amène à créer leurs propres syndicats. L’attention est portée sur l’emploi, les activités se font au niveau collectif et, contrairement au modèle associatif, une moindre importance est accordée aux besoins individuels et quotidiens. […]

5[Leurs] rapports sont souvent marqués par des désaccords structurels : les syndicats sont généralement des organisations officielles qui obéissent à une logique spécifique et qui sont dotées d’une hiérarchie clairement définie. Ils sont souvent dominés par des hommes et ancrés dans les emplois du secteur formel. D’un autre côté, les travailleuses domestiques travaillent dans un environnement précaire et isolé et s’organisent surtout à travers de réseaux officieux. Elles exécutent un travail féminisé par excellence, très souvent dans le secteur informel. Ces quelques éléments laissent supposer que l’organisation des travailleuses domestiques à l’intérieur des syndicats traditionnels peut s’avérer difficile. Étant donné que les travailleuses domestiques sont dispersées dans différents domiciles privés, les syndicats doivent fournir des efforts et des investissements financiers considérables pour entrer en contact avec elles. Le fait que dans de nombreux pays, les migrantes en situation irrégulière dominent le secteur complique davantage encore l’organisation à l’intérieur des syndicats et nombreux sont ceux qui refusent un soutien actif ; en effet, ils ont plutôt tendance à considérer ces migrantes comme des concurrentes qui minent les conditions de travail et les salaires en vigueur (Penninx et Roosblad 2000). Les employeurs ont également tendance à créer une « hiérarchie par le bas » (Waldinger et Lichter 2003, 164) et à encourager la concurrence plutôt que la solidarité entre les travailleurses (Waldinger et Lichter 2003, 141-180). Cette perception des travailleurses migrant-es se reflète dans les dilemmes auxquels sont confrontés les syndicats : ceux-ci doivent-ils collaborer avec l’État en matière de politique migratoire ? Doivent-ils revendiquer l’égalité des droits pour les travailleurses migrant-es ou doivent-ils leur appliquer un « traitement spécial » ? (Penninx et Roosblad 2000 ; Schwenken 2006, 283-305). […]

Mettre au jour la relation de travail : de la « bonne » à la « travailleuse » – de la « maîtresse » à l’« employeuse »

6Les normes internationales du travail n’ont d’effet que si la relation de travail est reconnue par toutes les parties concernées. Le fait que les employées de maison aient été perçues pendant des siècles comme des « bonnes » ou des « servantes » a donné lieu, sur le plan discursif, à une terminologie dénigrante, toujours actuelle (Cock 1980, 173-228). Les travailleuses domestiques mexicaines, par exemple, comptent sur une réforme de la législation du travail au Mexique pour que le terme « servante » soit remplacé par celui de « travailleuse » (Thomson 2009, 288). Pendant la négociation de la convention de l’OIT, le terme « travailleuse » n’a pas été remis en question (OIT 2010a, 114-170). En revanche, ce qui a fait l’objet d’un débat, ce sont les personnes à inclure dans la définition. Le projet de convention précise :

Les termes « travailleuse et travailleur domestique » désignent toute personne exécutant un travail domestique dans le cadre d’une relation de travail ; une personne qui effectue un travail domestique seulement de manière occasionnelle ou sporadique sans en faire une occupation professionnelle n’est ni une travailleuse domestique ni un travailleur domestique. (OIT 2010b, Art. 1)

7Parmi les personnes exclues de cette définition, on trouve les enfants travaillant dans le ménage d’une famille d’accueil qui s’occupe d’eux et prend en charge leur scolarité – un phénomène courant dans de nombreux pays d’Afrique sub-saharienne. La signification du terme « occupation professionnelle » et le niveau de professionnalisme du travail domestique ont également fait l’objet d’une controverse (OIT 2010a, 130-164). […] Le débat autour de la définition du travail domestique était marqué par un clivage Nord/Sud. Les représentants des gouvernements du Sud ont attiré l’attention sur le caractère informel du travail domestique et sur le fait que de nombreuses personnes non qualifiées étaient engagées dans ce travail, souvent par plusieurs employeurs et parfois pour des travaux journaliers (OIT 2010a, 161).

8Une telle clarification de la terminologie est également nécessaire pour les « employeurs ». […] Au cours des débats de l’OIT, […] les associations patronales accréditées ont affirmé que les employeurs de travailleuses domestiques sont tous des particuliers, et non le groupement d’associations établi pour représenter les employeurs à l’OIT. Et pour rendre les choses encore plus difficiles, on constate également que les syndicalistes emploient, eux aussi, des travailleuses domestiques […]. La tentative de définir la catégorie des employeurs de travailleuses domestiques est apparue à deux reprises lors des négociations de l’OIT : le groupe patronal a essayé d’exclure les agences de cette catégorie en soutenant qu’une convention distincte, la convention n ° 181, couvre déjà les travailleuses recrutées par ces agences (OIT 2010a, 115 et suivantes). Le deuxième débat concernant les employeurs portait sur l’utilisation des termes « privé » et « ménage privé » pour définir le lieu de travail dans le projet de convention. Les employeurs et une partie des délégués gouvernementaux se sont opposés à la conception selon laquelle le ménage constitue un lieu de travail comme les autres, en affirmant que la vie privée des familles devait être respectée et préservée de toute intrusion, notamment celle des inspecteurs du travail (OIT 2010a, 19, 92, 94, 245, 327-355). […]

La migration comme question contestée

9La migration de travail est une question particulière : les politiques gouvernementales des pays du Nord favorisent les approches restrictives, les associations patronales n’estiment pas indispensable d’accorder davantage de droits aux travailleurs migrants, et les syndicats ont une attitude ambivalente à l’égard de ces travailleurs parce qu’ils mineraient les salaires et les conditions de travail (Penninx et Roosblad 2000). Au cours de la 99 e Conférence internationale du travail, les représentants ont accordé peu d’attention à la question de la migration clandestine, à l’exception de la personne représentant le gouvernement des États-Unis qui a réclamé la protection des sans-papiers (OIT 2010a, 32). Ce silence sur la question des travailleuses domestiques migrantes et sans-papiers a été critiqué par certains observateurs parce que cela les condamne une fois de plus à rester invisibles. D’autres ont accueilli favorablement ce silence parce qu’il fait valoir le caractère universel de la norme et permet d’éviter une question délicate qui risquerait de faire échouer la convention. Les syndicalistes craignaient qu’une convention incluant les travailleuses sans papiers ne reste sans effet, étant donné que la plupart des États membres n’ont pas ratifié les conventions de l’OIT qui incluent les migrants sans papiers.

10La question de la migration a également été abordée du point de vue des transferts d’argent. Le groupe patronal a soutenu qu’une convention aurait notamment eu pour effet que les travailleuses domestiques migrantes enverraient moins d’argent à leur famille, ce qui aurait, à son tour, des répercussions négatives sur le développement. Pourquoi ? D’après ce raisonnement, si les employeurs individuels doivent payer des charges sociales, ils reverront à la baisse le salaire des travailleuses domestiques et celles-ci auront moins d’argent à envoyer. On devine toutefois aisément les motivations de cet argument : les employeurs opposent la couverture sociale des travailleuses et sa codification juridique au développement et à la rémunération des travailleuses migrantes. Le fait que les employeurs cherchent à obtenir des services flexibles, dont le travail comporte une dimension affective, a conduit à l’hypothèse selon laquelle le recours à la main-d’œuvre précaire et flexible des femmes migrantes au sein du ménage était le moyen qui convenait le mieux. Ce raisonnement s’accorde avec l’argument avancé par certains représentants patronaux et gouvernementaux selon lequel le travail effectué au sein du domicile privé ne devrait pas être soumis à une réglementation trop stricte parce que cela le rendrait moins « personnel ». La référence aux questions de migration et de genre est ainsi instrumentalisée par les employeurs et par certains gouvernements pour contrecarrer le projet d’une convention.

Les questions de genre : abordées lors des négociations

11Les questions abordées, explicitement ou implicitement, lors des négociations de l’OIT montrent que les conditions de travail et de vie des travailleuses domestiques sont extrêmement complexes, parce qu’elles sont marquées par l’imbrication de quatre types de politiques : a) la politique de genre et la division sexuelle du travail du care et du travail reproductif ; b) la politique du care en tant qu’élément du régime de sécurité sociale dans lequel les responsabilités sont réparties de manière précise entre l’État, le marché et la famille ; c) les politiques migratoires qui encouragent ou découragent la sous-traitance du travail domestique et des soins aux personnes aux femmes immigrées (en situation irrégulière) (Lutz 2008, 2) ; d) la politique du travail qui exclut souvent le travail domestique des réglementations nationales du travail, ce qui empêche les travailleuses domestiques de revendiquer les salaires impayés, etc. Ces politiques présentent des spécificités nationales, mais il ne faut pas oublier qu’elles s’inscrivent dans les géographies mondiales et historiques des circuits du travail et du capital (Sassen 2008, 458). Dans ces circuits, le travail de reproduction féminisé et sous-payé des travailleuses domestiques migrantes est juxtaposé aux emplois privilégiés qui se situent en haut de l’échelle économique. […] Il est peu probable qu’un instrument tel que la convention de l’OIT sur le travail soit pleinement adapté à la complexité de ces dimensions et politiques imbriquées et de ces circuits du travail qui sont ancrés dans les inégalités structurelles et postcoloniales ayant cours à l’échelle mondiale. C’est d’autant moins probable lorsque l’on considère que, dans de nombreux pays, le recours aux travailleuses domestiques constitue une réponse individualisée et privatisée au démantèlement des services publics tels que les crèches et la prise en charge des personnes âgées, ainsi qu’à la flexibilité du temps de travail imposé aux employés. Une étude du travail domestique qui tiendrait compte de la complexité des dimensions et politiques impliquerait d’aborder des questions telles que la marchandisation du care, la division internationale du travail, la féminisation des migrations, et la division du travail reproductif dans les relations intimes et familiales. Pourtant, ces questions n’ont pas été soulevées de manière explicite lors des négociations de l’OIT. Il est clair que les instruments de l’OIT visent des objectifs précis et ont, par conséquent, des limites ; mais on peut constater que même le débat général n’a pas été utilisé pour replacer dans son contexte la question du travail domestique. Celui-ci a été pris pour une évidence, un service comme un autre.

  • 2 Extraits de : Schwenken, H. 2012. Mobilisation des travailleuses domestiques migrantes : de la cuis (...)

12L’attention portée aux conditions de travail des travailleuses domestiques aborde quelques-unes des questions les plus urgentes concernant l’exploitation et la justice ; elle néglige cependant le contexte sociétal plus large dans lequel s’inscrit l’emploi des travailleuses domestiques. Elle néglige également l’héritage du colonialisme et la discrimination raciste qui déterminent encore aujourd’hui dans une large mesure qui est employée comme travailleuse domestique. […]2

Le réseau international des travailleuses domestiques
Le réseau international des travailleuses domestiques (International Domestic Workers Network, IDWN) est composé d’organisations de travailleuses domestiques/employées de maison et de syndicats à travers le monde […].
Il a été formé à la suite de la toute première conférence internationale des organisations de travailleuses domestiques et des organisations qui les soutiennent, la conférence « Respect et droits » accueillie par la confédération syndicale néerlandaise FNV en novembre 2006.
Aujourd’hui, l’IDWN s’est doté d’un comité directeur qui comprend des représentantes des organisations de travailleuses domestiques. Il a une base organisationnelle auprès de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA) et compte une coordinatrice internationale et plusieurs coordinatrices régionales. Ce cahier de revendications a été élaboré à la suite de consultations étendues et lors d’ateliers régionaux UITA/ IDWN.
Nous sommes extrêmement reconnaissantes du soutien apporté à notre travail par la Confédération syndicale internationale (CSI) et par d’autres fédérations du groupement Global Unions, en particulier l’Internationale des Services publics (ISP) qui représente les travailleurs-euses de la santé du secteur public, ainsi que Femmes dans l’emploi informel : globalisation et organisation (WIEGO). Nous souhaitons également remercier le Groupe des travailleurs et le Bureau des activités pour les travailleurs (ACTRAV) du BIT pour nous avoir aidés à parvenir à ce point : la proposition d’une nouvelle convention en défense de nos droits.
La reconnaissance du travail domestique en tant que « travail » et que celles qui l’exécutent sont des travailleuses avec les mêmes droits que tous les travailleurs et travailleuses, y compris le droit d’être entendu-e
C’est ce qu’exigent les travailleuses domestiques/employées de maison à travers le monde, comme l’ont très clairement exprimé les participant-es à la conférence internationale « Respect et droits » accueillie par la fédération syndicale néerlandaise FNV à Amsterdam en novembre 2006. C’est de cette conférence que sont issus l’IDWN et la proposition d’une Convention de l’OIT.
Réseau international des travailleurs domestiques. 2010. Cahier de revendications.
Réseau international des travailleuses domestiques. Conférence internationale du travail, 99e session. Genève : IUF. www.domesticworkerrights.org

Bibliographie

Ally, S. 2005. Caring about care workers : organising in the female shadow of globalisation. Women and globalisation conference. Accessible en ligne sur www.globaljustice-center.org/papers2005/ally_eng.htm

Blofield, M. 2009. Feudal enclaves and political reforms : domestic workers in Latin America. Latin American Research Review. XLIV(1) : 158-190.

Cock, J. 1980. Maids and madams. A study in the politics of exploitation. Johannesburg : Ravan Press.

Constable N. 2009. Migrant workers and the many states of protest in Hong Kong. Critical Asian Studies. XLI(1) : 143-164.

Goldsmith, M. 2007. Disputando fronteras : la movilización de las trabajadoras del Hogar en América Latina. Amérique latine. Histoire & mémoire. N° 14. http://alhim.revues.org/index2202.html.

Lutz, H. 2008. Introduction : migrant domestic workers in Europe. In Migration and domestic work. A European perspective on a global theme. (Ed.) H. Lutz. Aldershot : Ashgate.

Nuriyati, D. et R. Pabon. 2009. Migrant domestic workers movement : domestic workers groups and trade union relation in the case of Hong Kong and Amsterdam. Mémoire de master. Kassel ; Berlin : Global Labour University.

OIT (Organisation internationale du travail). 2010a. Committee on domestic workers. Projet de rapport. Conférence internationale du Travail. 99 e session. Genève : OIT.

–––. 2010b. Decent work for domestic workers. Rapport IV(1). Conférence internationale du Travail. 100 e session. Genève : OIT.

–––. 2011. Convention concernant le travail décent pour les travailleurs et travailleuses domestiques. C198. Genève. 17 mai. www.ilo.org/ilolex/cgi-lex/singlef.pl ?query=0120 11189@ref&chspec=01.

Penninx, R. et J. Roosblad. 2000. Introduction. In Trade unions, immigration and immigrants in Europe. 1960-1993. (Eds.) R. Penninx et J. Roosblad. New York ; Oxford : Berghahn.

Sassen, S. 2008. Two stops in today’s new global geographies. Shaping novel labor supplies and employement regimes. American Behavioral Scientist. LII(3) : 457-496.

Schwenken, H. 2006. Rechtlos, aber nicht ohne Stimme. Politische Mobilisierungen um irreguläre Migration in die Europäische Union. Bielefeld. Transcription.

Thomson, M. 2009. Workers not maids : organising household workers in Mexico. Gender and Developement. XVII(2) : 281-293.

Waldinger, R. D. et M. I. Lichter. 2003. How the other half work. Immigration and the social organization of labor. Berkeley : University of California Press.

Notes

1 Résultat du vote pour la convention : oui 396 voix ; non 16 voix ; abstention 63 voix. Résultat du vote en faveur de la recommandation : oui 434 voix ; non 8 voix ; abstention 42 voix.

2 Extraits de : Schwenken, H. 2012. Mobilisation des travailleuses domestiques migrantes : de la cuisine à l’Organisation internationale du travail. Cahiers du Genre. N° 51 : 113, 114, 115, 117, 118, 123-124, 125, 127-129.

Auteur

Sociologue, Universität Kassel, Allemagne

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site