Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

4. Arrangements économico-sexuels, dons ou marchandisation de la reproduction

Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrations par le mariage

Gwenola Ricordeau

Nota dell’editore

Référence : Ricordeau, Gwenola. “Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrations par le mariage” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 327-332, DOI : 10.4000/books.iheid.5991 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Testo integrale

Le marin, la domestique et la « promise par correspondance »

1[…] L’inscription du mariage parmi les possibles stratégies migratoires pour les femmes philippines est le résultat de deux phénomènes concomitants : d’une part, la féminisation de l’exportation philippine de main-d’œuvre et, d’autre part, le succès des femmes philippines sur un marché matrimonial désormais globalisé. Chacun de ces phénomènes mériterait d’amples développements et nous nous contenterons ici de les historiciser, afin de montrer comment les incarnations successives et genrées des mobilités philippines (le marin, la travailleuse domestique et aujourd’hui la « promise par correspondance ») ont notamment contribué à la manière dont les migrations par le mariage sont aujourd’hui représentées dans le pays, en départageant les migrantes légitimes des « autres ».

  • 1 C’est par cette expression, devenue célèbre, que le Président des États-Unis William McKinley a, le (...)

2L’histoire des migrations philippines comme leur morphologie actuelle sont indissociables de celle des projets coloniaux – espagnols, puis états-uniens et, dans une moindre mesure, japonais – qui se sont tour à tour imposés à l’archipel. Au début du XXe siècle, les plantations hawaïennes et les vergers californiens ont massivement recouru à la main-d’œuvre masculine philippine. Mais l’« assimilation bienveillante » (benevolent assimilation)1 s’est surtout traduite par l’imposition de l’anglais comme langue vernaculaire et la mise en place d’un système éducatif calqué sur celui des États-Unis. Or ces deux politiques s’avèrent de formidables ressorts pour les migrations philippines contemporaines.

3Dans les années 1970, l’État philippin, dirigé par Ferdinand Marcos, a mis en place une politique d’exportation de la main-d’œuvre nationale. Le déploiement à l’étranger de celle-ci a été organisé, encadré et contrôlé à la fois par un arsenal juridique, le Labor Code of the Philippines de 1974 (Décret présidentiel 442), et par la mise en place de deux institutions, le Overseas Employment Development Board (OEDB) et le National Seamen Board (NSB). L’exportation de la main-d’œuvre, dans les années 1970, a d’abord concerné les hommes philippins, employés principalement comme marins ou dans les chantiers de construction au Moyen-Orient. Les années 1980 ont été marquées par la féminisation des départs : les femmes philippines ont massivement quitté le pays pour devenir travailleuses domestiques dans les pays du Golfe et les grandes métropoles de l’Asie du Sud-Est. Durant la décennie suivante, les hommes ont continué à migrer pour occuper des travaux peu qualifiés, alors que la main-d’œuvre féminine qui partait à l’étranger était dotée de niveaux de qualification supérieurs. Comme infirmières, médecins ou enseignantes, ces femmes ont trouvé dans des pays occidentaux des professions dont le statut social était inférieur à celui qu’elles occupaient aux Philippines, mais en tout état de cause supérieur à celui de leurs compatriotes masculins immigrés dans ces mêmes pays.

4Depuis le début des années 1980, le pays, fortement endetté a été contraint de poursuivre sa politique d’exportation de sa main-d’œuvre afin de s’inscrire dans les programmes d’ajustement structurel du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Aucun des successeurs de Ferdinand Marcos, depuis la fin de la dictature en 1986, n’a remis en cause cette politique qui, avec l’envoi par les travailleurs migrants philippins de plus de 17 milliards de dollars par an à leurs compatriotes (Philippines Overseas Employment Administration 2009, 32), permet à la fois de faire face à la dette extérieure et de soutenir le niveau de vie des habitants. […]

5Cette politique d’exportation de la main-d’œuvre a, dès les années 1970, soulevé des débats publics dont les enjeux n’étaient pas étrangers aux rapports sociaux de sexe. La migration étant temporaire, l’absence des hommes philippins de leur foyer a suscité une réorganisation des relations conjugales, mais aussi une anxiété masculine largement partagée, que les médias ont appelé le Saudi syndrome. La féminisation des migrations philippines, au cours des années 1980, a renouvelé, de manière incontestablement plus étendue, les termes des débats. Si des expressions sont apparues chez les migrantes philippines moquant la conversion forcée de certains hommes aux tâches domestiques (houseband, huswife), il a été également noté la mise en œuvre d’une « chaine globale du care » (Hochschild 2000), avec la délégation de celui-ci aux femmes de la famille de la migrante, mais aussi le recours croissant à la domesticité féminine aux Philippines.

6Le mouvement des femmes – ou, au risque d’une simplification excessive, sa « seconde vague » – s’est constitué, aux Philippines, autour de la critique, dans les années 1970, de l’industrie de la prostitution, expliquée par la présence historique de militaires américains, mais aussi par la politique de Ferdinand Marcos de promotion du tourisme – sexuel – international afin d’apporter les devises nécessaires au paiement du service grandissant de la dette extérieure. Or cette politique s’est appuyée à la fois sur une érotisation de l’image des femmes philippines et sur leur différenciation des femmes occidentales et/ou blanches (Enloe 1989). À partir de l’instauration du Département du Tourisme en mai 1973, la création d’hôtels de luxe, de centres de conférences et d’attractions touristiques (comme les plages, les parcs et les terrains de golf) s’est accélérée, parallèlement au nombre de touristes arrivant dans le pays. La présence militaire états-unienne s’est transformée avec la disparition des bases. Mais la reconversion de celles-ci a donné naissance à des formes de tourisme qui continuent de cantonner les femmes à des emplois liés aux loisirs des étrangers, comme par exemple les caddies dans les golfs (Gonzalez 2007).

Accéder au marché matrimonial globalisé

7Les caractéristiques des femmes rencontrées au cours de mon enquête de terrain correspondent mal aux représentations habituellement faites d’elles dans les médias et les débats que suscitent régulièrement les faits divers et qui parfois entraînent l’élaboration de politiques publiques. Les principaux et fréquents préjugés peuvent être synthétisés en une phrase : de (très) jeunes femmes (très) pauvres seraient mariées à des hommes étrangers, (très) âgés (et parfois très riches), moins souvent « pour le meilleur » que « pour le pire ». Mon travail de terrain fait apparaître principalement quatre erreurs dans cette formulation. Tout d’abord, certaines des femmes rencontrées étaient très jeunes (18-20 ans), mais la majorité avait plus de 25 ans. Ensuite, les femmes les plus pauvres (des zones rurales ou des bidonvilles) accèdent rarement aux réseaux de mise en relation entre hommes occidentaux et femmes philippines. De plus, on ne peut pas dire que ces femmes « sont mariées » à un homme étranger : elles ont voulu « se marier » avec un étranger et leur fiancé ou mari actuel n’est pas toujours le premier homme étranger avec lequel elles entretiennent des rapports intimes. Enfin, certaines de ces femmes se retrouvent, contre leur gré, dans des maisons de prostitution, notamment en Corée du Sud ou au Japon. Mais la quasi-totalité des hommes, y compris les Sud-coréens et Japonais, qui se marient avec des femmes philippines en recourant aux services d’agences de « promises par correspondance » ne sont ni des proxénètes ni des mafieux, mais des hommes soucieux de fonder une famille.

  • 2 En particulier de veuve. Le divorce est interdit aux Philippines et les procédures d’annulation des (...)

8Les interviewées relient leur parcours et leur choix de trouver un époux étranger à une critique du marché matrimonial local. Cette critique porte à la fois sur l’offre, c’est-à-dire les hommes philippins, mais aussi sur leur propre positionnement sur ce marché. Elles évoquent certains traits (fainéants, joueurs, womanizer [volages], machos, etc.) comme typiques de leurs compatriotes et qui les rendent incapables de satisfaire leurs attentes, en particulier celle de la sécurité économique et affective. Mais les interviewées évoquent également leur propre disqualification sur le marché matrimonial local. Leur âge (au-dessus de 25 ans), leur statut matrimonial2, leur(s) enfant(s) né(s) hors mariage ou d’une précédente union, et/ou leurs choix d’études ou de carrière professionnelle les empêchent de trouver un partenaire philippin. Le refus de se positionner sur le marché matrimonial local peut être lu comme une contestation de l’ordre sexué d’un pays régulièrement cité, au prix de contre-sens, pour la visibilité des femmes dans les sphères économiques et politiques.

9En se positionnant sur un marché globalisé, les femmes interviewées échappent à leur disqualification sur le marché matrimonial local et accèdent, simultanément, à une offre davantage conforme à leurs attentes. Elles ont une connaissance, certes imparfaite, du marché matrimonial global, mais également des ressorts que sont les stéréotypes de « race » et de genre associés aux femmes philippines (comme la douceur, la gentillesse, etc.) qui font leur succès auprès des hommes occidentaux. Elles savent ces stéréotypes mobilisables dans leurs stratégies de rencontre et de séduction. Les interviewées font également part de la désirabilité physique et morale des hommes occidentaux, malgré les préjugés négatifs associés aux sugar daddies et les formes de stigmatisation qui existent à l’encontre des mariages mixtes. Le mariage avec un homme étranger est également associé à l’accès au statut des femmes des pays occidentaux et à des formes de relations et de conjugalités improbables dans l’archipel. Or dans les discours des interviewées, First World et Occident sont souvent employés indistinctement, alors même que pour les hommes japonais et coréens, les femmes philippines sont considérées comme des modèles d’occidentalisation.

10Si c’est donc en termes de rupture (avec le marché matrimonial et les rapports sociaux de sexe locaux) que le mariage avec un homme occidental est pensé, il faut néanmoins souligner qu’il s’inscrit d’abord dans une forme de conformité : la réalisation des rôles traditionnellement attendus des femmes comme épouses et mères.

11Le consentement des femmes philippines à l’échange matrimonial implique leur consentement au risque. Les interviewées expriment souvent leur anxiété d’avoir contracté une union avec des hommes qui ont la réputation d’être violents, racistes et alcooliques (en particulier les Sud-Coréens). Si les PDOS (Pre-Departure Orientation Seminar) fournissent aux participantes des règles à suivre pour assurer leur sécurité et des conseils en cas de danger, ils permettent également la mise en place de réseaux informels d’échanges d’informations et de solidarités (notamment par la mobilisation des réseaux sociaux sur Internet). Le consentement au risque se comprend comme un double pari : le mariage, aussi risqué soit-il, apparaît comme le seul moyen d’échapper au « destin » matrimonial et économique auquel elles sont vouées dans leur propre pays ou alors parce que le mariage, certainement le choix le plus risqué, est aussi le plus rentable en cas de réussite.

  • 3 Extraits de : Ricordeau, G. 2012. Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrati (...)

12Les interviewées distinguent peu le fait de se marier pour migrer ou de migrer pour se marier. C’est en effet davantage le choix de « travailler à l’étranger » (working abroad – dont rend compte la dénomination OFW) – qui est relié à la décision d’un mariage avec un étranger. Les formes de continuité qui existent entre le travail et le mariage, notamment entre le statut de travailleuse domestique et d’épouse (Piper et Roces 2003), reposent notamment sur les perspectives d’emploi à l’étranger de la plupart des femmes philippines. Massivement assignées aux secteurs du care, du divertissement et du travail du sexe, ces secteurs sont également ceux qui leur offrent la possibilité d’engager des relations personnelles avec des hommes occidentaux. Ainsi, à PRISM (People’s Reform Initiative for Social Mobilization), où se tiennent également des PDOS pour des femmes partant travailler à l’étranger comme travailleuses domestiques, les conversations informelles avec ces dernières montrent que le statut des mariées et fiancées à des étrangers leur paraît enviable, ce que résume une boutade qu’on entend parfois : « Je continuerai à laver les toilettes, mais ce seront les miennes… » […]3

Bibliografia

Enloe, C. 1989. Bananas, beaches and bases : making feminist sense of international politics. Berkeley : University of California Press.

Gonzalez, V. 2007. Military bases, « royalty trips », and imperial modernities : gendered and racialized labor in the postcolonial Philippines. Frontiers : A Journal of Women Studies. XXVIII(3) : 28-59.

Hochschild, A. R. 2000. Global care chains and emotional surplus value. In On the edge : living with global capitalism. (Eds.) W. Hutton et A. Giddens. 130-146. Londres : Jonathan Cape Editions.

Philippines Overseas Employment Administration. 2009. Overseas employment statistics. Accessible en ligne sur http://www.poea.gov.ph/stats/2009_OFW%20Statistics.pdf.

Piper, N. et M. Roces. (Eds.). 2003. Wife or worker ? Asian women and migration. Lanham, MD : Rowman and Littlefield Editors.

Note

1 C’est par cette expression, devenue célèbre, que le Président des États-Unis William McKinley a, le 21 décembre 1898, décrit le projet colonial états-unien aux Philippines.

2 En particulier de veuve. Le divorce est interdit aux Philippines et les procédures d’annulation des mariages sont très longues et coûteuses. Notre échantillon comporte un seul cas de femme ayant fait annuler son précédent mariage, mais les cas rapportés ou rencontrés lors de notre terrain semblent signaler une sous-représentation de cette situation parmi les interviewées.

3 Extraits de : Ricordeau, G. 2012. Devenir une First World Woman : stratégies migratoires et migrations par le mariage. SociologieS. Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration. Accessible en ligne sur http://sociologies.revues.org/3908

Leggi

Freemium

open access

Offerto da L’éditeur de ce site