Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

3. Colonialité du pouvoir et strategies des personnes migrantes

Migrations et changement culturel : argent, « caste », genre et statut social chez les tresseuses sénégalaises aux États-Unis

Cheikh Anta Babou

Résumé

La profession qu’exercent la majorité des immigrées sénégalaises en Amérique du Nord est celle de tresseuse de cheveux, un secteur dans lequel les hommes s’engagent également comme directeurs de salons de coiffure. Au Sénégal, cette profession est « traditionnellement » réservée à des femmes appartenant à des corporations artisanales endogames (des « castes »). Dans la diaspora, elle est prisée et valorisée, et attire les Sénégalais des deux sexes quels que soient leur ethnie ou leur statut social. Se fondant sur l’expérience des tresseuses sénégalaises à Anderson (Californie du Sud), Atlanta, New York et Philadelphie, et sur les rôles que celles-ci exerçaient dans leurs communautés d’origine au Sénégal, cet article explore les questions de « caste », de genre, de classe, et d’argent, et analyse en quoi l’expérience de ces immigrants aux États-Unis influence leur compréhension « traditionnelle » de ces concepts1. J’avance l’idée que le pouvoir économique des immigrants et la transformation de leurs valeurs sociétales altèrent progressivement les bases sociales « traditionnelles » des rôles de genre et des hiérarchies sociales, à la fois dans leur pays d’accueil et dans leur pays d’origine. Au Sénégal, le genre et le statut social ont été historiquement construits par la culture islamique locale, par les activités professionnelles et la généalogie qui assignent aux hommes et aux femmes de différentes familles et groupes ethniques des rôles spécifiques au sein de la société. Mais ces rôles sont de plus en plus contestés, dans le pays d’origine et plus encore dans le pays de destination. […]. Dans la diaspora, la réussite économique est en train de devenir le déterminant principal du statut social et les paramètres de genre définissant le travail passent au second plan pour laisser place au pragmatisme, la possibilité de gagner confortablement sa vie tendant à supplanter toutes les autres considérations…

Note de l’éditeur

Référence : Anta Babou, Cheikh. “Migrations et changement culturel : argent, « caste », genre et statut social chez les tresseuses sénégalaises aux États-Unis” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 283-300, DOI : 10.4000/books.iheid.5983 – Pour des questions de droit, nous ne pouvons pas publier l’article en sa version intégrale. Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Notes

1 Je mets le terme traditionnel et ses dérivés entre guillemets pour signifier que j’utilise ces concepts comme faisant partie d’un présent dynamique, flexible et changeant et non d’un passé statique et figé. L’idée d’une modernité occidentale démiurgique condamnée à détruire partout dans le monde des traditions obsolètes et incapables d’évolution a été pratiquement abandonnée par les chercheurs. Des recherches récentes sur la culture et la mondialisation mettent en avant des modernités alternatives et multiples, nées du mélange, de la combinaison, et de la juxtaposition d’éléments culturels et institutionnels de diverses civilisations.

Auteur

Historien, University of Pennsylvania in Philadelphia, États-Unis