Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

2. Migration et développement, envois de fonds et foyers transnationaux

Argent et/ou amour : envois de fonds, accumulation d’actifs et mobilité sociale des familles de migrant-es équatorien-nes

Laura Oso Casas

Note de l’éditeur

Référence : Oso Casas, Laura. “Argent et/ou amour : envois de fonds, accumulation d’actifs et mobilité sociale des familles de migrant-es équatorien-nes” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 195-204, DOI : 10.4000/books.iheid.5967 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Ce texte prétend [aborder] les stratégies transnationales d’accumulation de capitaux et de mobilité sociale des foyers migrants. […] Notre analyse sera nourrie par les données empiriques obtenues au cours d’un travail de terrain qualitatif (entretiens approfondis) mené auprès de familles de migrant-es du quartier urbain de Turubamba Bajo (sud de Quito) ainsi qu’à Madrid. […]

Le circuit affectif des envois de fonds : la relation dialectique entre le capital financier et émotionnel

2[…] Les envois de fonds constituent une pièce d’un amas complexe de relations sociales liant les migrant-es et leurs familles, ami-es, voisin-es, façonnant ce que nous avons dénommé le « circuit affectif des envois de fonds ». Avec ce concept, nous faisons référence à la relation circulaire suivante : a) La recherche d’argent rend les relations sociales plus distantes, mais en même temps b) L’argent permet de générer des liens émotionnels ; c) À travers l’amour on obtient ou perd de l’argent. Le circuit affectif d’argent résume au fond la tension dialectique existant entre capital financier et capital social. Et plus concrètement ce que nous pourrions dénommer « capital émotionnel », nous référant à travers [ce concept] aux ressources affectives dont disposent les individus. […]

L’accumulation de capital financier brise les cœurs

3En premier lieu, comme le travail de terrain n’a cessé de le montrer, la migration ayant pour principal objectif la recherche de capital financier grève le capital social et émotionnel des migrant-es et de leurs familles. Le premier de ces coûts, émergeant de manière récurrente dans les récits des personnes interviewées, prend corps dans la distance géographique qui s’établit entre les migrant-es et les « êtres qui leur sont chers », sur lesquels se déploient les affects et qui constituent les principaux dépositaires du capital émotionnel. Gagner de l’argent en Espagne est néfaste aux relations affectives entretenues avec les enfants restés au pays, avec les partenaires et époux-ses, avec les parents et fratries, d’autres membres apparentés, et amies et voisin-nes. Le contact direct qui sustente le capital émotionnel est remplacé par la froide communication transnationale. Aux caresses succède la webcam, aux tendres murmures un réveil téléphonique, les conseils maternels et paternels perdent de leur parfum et chaleur, en se matérialisant sous une seule voix, un seul visage.

Le cas de Doña Natividad, c’était une famille qui était bien mais le mari est venu et il a déjà ici une autre famille. Autrement dit, ils se sont séparés, donc c’est là que tu te mets à penser que le sentimental, l’émotionnel vaut davantage que l’économique. Avoir une maison ne compenserait pas pour moi la perte d’une relation. Je ne supporterais pas de voir mes parents séparés tandis que j’ai une grande maison. (Elisa, qui a migré étant célibataire, Madrid)

4[…] Les enfants restés dans le pays d’origine, éloignés de leurs parents, gagnent en capacité de consommation et d’investissement en capital humain (éducation), mais revendiquent constamment, dans leurs discours, la perte de capital émotionnel. Certains couples finissent par se dissoudre, le contact de l’appareil téléphonique ou de l’ordinateur ne comblant pas les « besoins de caresses ». Et, au bout du compte, tant les migrant-es en Espagne que les couples restés dans le pays d’origine tendent à assouvir leurs besoins affectifs entre « d’autres bras ». De son côté, la distance géographique tiédit les relations amicales. Les conversations téléphoniques maintenant un contact avec les ami-es ont un coût économique qui obère le capital financier. Les décalages horaires entre pays requièrent un effort de planification afin d’ajuster au mieux le moment des « appels » et qu’aucun des locuteurs ne travaille, ne dorme ou ne se restaure. Sans évoquer le coût économique que revêt le fait, pour les migrant-es, de maintenir un large éventail de relations amicales qui, bien que cela ne soit jamais ouvertement dit, espèrent des cadeaux à l’occasion des voyages ponctuant la période des vacances en Équateur. Certain-es voisin-es du quartier se demandent pourquoi certain-es de leurs compatriotes, de retour d’Espagne à Turubamba, s’abstiennent de leur rendre visite, ou même de les appeler, « les oubliant ». Se peut-il que la contraction du cercle amical en vienne à constituer une stratégie d’épargne pour certains migrant-es refusant de voir leur capital financier entamé et optant pour sa maximisation au détriment de leur capital social ? […]

Avec l’accumulation de capital financier, on gagne de l’affect

5[…] Les transferts des migrant-e-s (sous forme monétaire ou de cadeaux, etc.) peuvent également avoir un effet positif sur le capital émotionnel et social.

6Certains parents migrants, laissant leurs enfants au pays, cherchent à renforcer les liens affectifs à travers l’envoi de fonds et d’autres biens de consommation. Selon Hall, les biens de consommation, tels les vêtements, appareils électroniques, motos, etc., peuvent compenser l’absence des parents, ce qui est critiqué par certains acteurs sociaux, dont l’Église, et justifié par d’autres, les commerçants, comme une « représentation symbolique de la présence des parents dans leurs vies, renforçant les liens familiaux » (Hall 2008, 95).

7Comme le signale Pedone :

Les enfants ont commencé à donner un sens nouveau aux liens affectifs enfants-mères au travers des transferts migratoires, ainsi avec l’argent qui commence à arriver régulièrement, ils peuvent obtenir des objets de consommation autrefois hors de portée, certains négocient l’affection de leurs parents, faisant pression pour leur soutirer des objets de consommation tels que des téléphones portables, des ordinateurs, vêtements, bicyclettes, téléviseurs et jouets sophistiqués. (Pedone 2006, 221)

8De leur côté, certaines femmes interviewées, qui ont émigré célibataires, signalent que, bien qu’étant éloignées, elles ont gagné en relations affectives par l’envoi de fonds et se considèrent « mieux traitées » et plus valorisées au sein de leur famille. […]

9De même, les familles recevant des transferts dans le pays d’origine peuvent gagner en capital social et élargir l’éventail de leurs relations sociales. La mère de Magdalena présente une vie sociale très remplie, étant invitée à de nombreux événements (baptêmes, réunions, mariages) depuis que ses filles se trouvent en Espagne. Peut-être que l’acquisition par la famille d’un capital financier plus élevé la situe dans une position plus profitable pour nouer des relations et recevoir de l’affect ? Qui refuserait une invitation à un membre de la famille d’un-e migrant-e qui se trouve en Espagne ? On s’assure, à travers lui, un cadeau de valeur et une réciprocité avantageuse dans les échanges. Une vie sociale active comporte un important coût économique que peut supporter plus aisément une famille dont l’un des membres se trouve en Espagne.

10Selon Hall, les transferts ne présentent pas seulement un objectif économique mais constituent également un symbole de prestige pour réaffirmer un statut social, l’identité ainsi que l’appartenance communautaire, de telle sorte que la perte de statut vécue par les migrante-es dans les pays hôtes, découlant des emplois occupés à des postes peu rémunérés, se voit compensée par le biais des cadeaux et investissements réalisés dans le pays d’origine (Hall 2008). Comme la littérature l’a largement documenté et mis en exergue de façon récurrente, les migrant-es tendent à investir au sein de leur communauté d’origine, organisant mariages, baptêmes et autres événements sociaux, et contribuent de la sorte à générer du capital social et émotionnel dans leur pays d’origine (Herrera 2004 citée par Hall 2008).

11[…] Cet investissement en capital social […] peut avoir un effet négatif sur la capacité d’épargne et, par conséquent, sur l’accumulation de capital financier.

Au début, tu envoies parce que tu te sens un peu obligée, comme c’est un pays du tiers-monde, les vêtements, là-bas c’est différent (…) on leur envoie les vêtements, les chaussures d’ici, et pour le moins cher qu’on les achète, là-bas ils les mettent et cela se voit que c’est différent, c’est d’une autre qualité […]. Parfois un peu par vanité, parfois par magnificence, cela nous donne de la joie : à cette personne, ceci irait bien, à ma nièce ou à ma maman et on l’envoie (…). Ma mère dit : depuis que vous êtes là-bas [en Espagne], tout le monde nous invite à toutes les fêtes, tout le monde est attentionné à notre égard, parce qu’ils pensent « s’ils ont de l’argent, ils vont payer un cadeau ». Tout le monde leur demande d’être parrains, et pour toute fête, ce sont les premiers invités. Quand nous y allons, c’est pareil (en se référant à un traitement différent), nous avons un autre statut. Y compris, quand nous sommes allés… ils avaient peur de nous inviter à manger, que nous disions : ah, non, ça c’est dégoûtant, je n’aime pas ça (…), c’est qu’il y a des personnes qui y vont et l’alimentation la plus pauvre qu’ils mangeaient, ici ils la déprécient. (…). Quand ma sœur s’est mariée, on lui a payé le mariage, qui a été le mariage du siècle, les gens encore aujourd’hui disent qu’il n’y a jamais eu un mariage qui le dépasse […] quand on atteint les quinze ans, c’est la fête rose [fiesta rosa] et elle (en se référant à une autre nièce vivant à Madrid) […] dit que si elle se fait ici (elle se réfère à Madrid), ce n’est pas une fête. Si ça se fait ici c’est trop cher. Ici nous avons le plus bas statut, le statut du métro (…) (Fille de Doña Magdalena, a migré célibataire, Madrid).

12La fille de Magdalena commente, à contrecœur, ce que la vie sociale active de sa mère lui coûte en heures de travail. Et elle met en exergue, dans son discours, la redistribution des capitaux au sein de l’espace transnational ; si l’Espagne constitue le lieu où s’acquiert le capital financier, à Turubamba il est investi en capital social et émotionnel au bénéfice des familles, notamment « parce que cela revient moins cher ». Organiser un mariage ou tout autre événement social au pays, acheter des cadeaux à l’attention des voisins ou ami-es, investir dans l’entretien des relations sociales dans le cadre des loisirs et temps libre présentent un moindre coût. Comme l’a démontré une étude antérieure portant sur l’émigration de femmes espagnoles à Paris, si la France représentait le lieu de travail où les immigré-es s’échinaient à thésauriser aux fins de maximiser leurs avoirs financiers, en Espagne on se laissait aller à investir en loisirs et temps libre (Oso 2004). Dans le cas qui nous occupe ici, si le capital financier s’acquiert en Espagne, il est investi en capital émotionnel et social en Équateur. La fille de Magdalena a gagné en capital social dans son pays d’origine en acquérant un statut social plus élevé vis-à-vis de la communauté. […] Enfin, notre informatrice gagne également en « loisir et consommation délégués », suivant la conceptualisation de Veblen dans sa théorie de la classe de loisir (1987). Examinons plus précisément cette idée.

Le loisir et la consommation vicaires/délégués dans l’espace transnational

13Veblen, auteur classique de la sociologie, a écrit sa théorie de la classe de loisir à la fin du XIXe siècle. Selon cet auteur, dont les travaux sont marqués par une vision évolutionniste de l’histoire, survient un moment dans l’évolution de la société où les serviteurs personnels se distinguent par l’exemption de tout type de travail lucratif. Ce processus débute avec l’épouse, dont il n’apparaît pas nécessaire qu’elle se consacre à des tâches productives. Son occupation, de la sorte, sera l’oisiveté : « Ainsi surgit une classe de loisir subsidiaire ou dérivée, chargée d’un loisir délégataire servant l’honorabilité de la classe oisive primaire ou authentique » (Veblen 1987, 67). Son devoir est le loisir délégué, dont la finalité n’est pas réellement sa propre satisfaction ou oisiveté, mais d’assurer l’honorabilité de la classe de loisir authentique. L’exemption de travail productif ne suffit pas à asseoir l’honorabilité de la classe de loisir, encore faut-il qu’elle affiche une consommation ostentatoire qui rehausse son statut et manifeste son pouvoir et son opulence. Ainsi la consommation ostentatoire se mue-t-elle en institution assurant et maintenant l’honorabilité de la classe de loisir. Les maîtres ne délèguent pas seulement l’oisiveté mais également la consommation, de telle sorte qu’ils s’entourent de personnes se joignant à eux dans la consommation. Dans la société industrielle moderne, les hommes d’affaires, les chefs de famille de la classe moyenne, ne peuvent être exemptés de travail. C’est donc aux femmes qu’il revient de s’adonner aux loisirs et à la consommation délégués, loisirs qui ne sont pas orientés vers leur satisfaction personnelle mais vers l’assouvissement de celle de leur mari. L’exemption de travail chez la femme constitue un indicateur du loisir délégué par l’époux, comme preuve de sa réputation (Veblen 1987).

14Comme certains auteurs l’ont montré, les cadeaux prodigués par les femmes migrantes aux membres féminins de la parentèle ainsi que les transferts sociaux rehaussent le statut social de la famille dans le pays d’origine. […] Dans le cas des Équatoriennes interviewées, les migrantes gravissent les échelons de la hiérarchie sociale grâce à l’adoption « du style occidental », la façon de s’habiller, de se maquiller, de s’exprimer, de cuisiner, le goût pour la décoration et les meubles, l’usage d’appareils domestiques électriques, qui sont également délégués aux membres féminins de la parentèle par l’entremise de l’envoi de cadeaux et transferts sociaux. Les mères, sœurs qui se maintiennent à Turubamba portent des vêtements envoyés d’Espagne, acquièrent des produits dont l’accès était auparavant limité, organisent des réunions sociales, mariages et autres événements, vivent dans des maisons « améliorées », le tout grâce aux envois de fonds. Certains membres de la famille, comme Magdalena, délaissent le travail pour vivre de ces transferts. Notre informatrice a quitté son travail d’employée domestique depuis que ses deux filles installées en Espagne subviennent à ses besoins. Situation qui peut être vécue par les protagonistes du périple migratoire comme une amélioration de leur position sociale dans leur société d’origine, qui peut être interprétée, selon le schéma analytique de Veblen, comme une forme de « loisir et consommation délégués » rejaillissant finalement sur la réputation et le statut des migrant-es. Ceci pourrait expliquer le paradoxe entre, d’une part, un accroissement des pratiques de loisir et de consommation chez les membres de la famille restés au pays et, d’autre part, une dégradation des conditions de vie des migrant-es en Espagne, de telle sorte que les bénéficiaires de l’accumulation de capital financier peuvent, en réalité, être ceux qui se maintiennent en Équateur, les migrant-es en Espagne y sacrifiant leur qualité de vie.

15Tout ceci nous conduit à réfléchir à la façon dont les stratégies de mobilité sociale peuvent ainsi se projeter dans le pays d’origine et concerner la famille étendue dans son ensemble. Le capital financier envoyé en Équateur assure cette mobilité sociale « déléguée » en augmentant le capital social sur place. Mais avançons en examinant la dernière relation unissant le capital financier et le capital social et émotionnel. […]

À travers l’amour, on gagne ou perd de l’argent

16[…] Plus forts sont les liens affectifs, plus élevés et plus constants seront les envois de fonds. Quand le capital social se délie, les transferts ralentissent. En définitive, c’est le capital social et émotionnel qui détermine l’accumulation de capital financier (par le biais des envois de fonds) par les membres de la famille restés au pays d’origine. De façon analogue, la perte de capital social et émotionnel constitue un frein à l’envoi de fonds […].

17Comme la littérature le montre, les résultats de notre travail de terrain confirment que les femmes tendent à être plus responsables dans l’envoi de fonds car elles conservent, au cours de leur périple migratoire, des liens plus étroits avec leur société d’origine. La relation affective liant mères et enfants assure le plus fort maintien des envois alors que les femmes célibataires tendent à maintenir une plus forte relation d’obligation avec les autres membres de la famille (parents, fratries, autres parents).

18L’envoi de fonds est fondamentalement mis en péril lorsque se forme un nouveau foyer en Espagne. Les récits de vie montrent qu’au sein de couples mariés (ou vivant en union libre) les hommes tendent à moins surseoir à leurs responsabilités affectives et économiques paternelles comparativement aux femmes, de telle sorte que lorsque se forme un « nouveau couple », il leur est plus facile de couper court à l’envoi de fonds. De nombreuses histoires circulent sur ces hommes qui ont émigré et « dont on ne sait plus rien ». D’autres études, comme celle menée par Pedone, signalent que :

Apprenant que l’homme investit des sommes en alcool et dans des relations avec d’autres femmes, certaines femmes ont décidé qu’elles allaient désormais être les premiers maillons de la chaîne familiale, notamment pour assurer que les dettes soient remboursées le plus rapidement possible. D’autres ont choisi de redéfinir le projet migratoire initial et ont rejoint leur mari pour « remettre les comptes en ordre ». (Pedone 2006, 196)

19Cependant, les choses ne se passent pas toujours ainsi.

20De leur côté, les hommes et femmes célibataires, ayant migré avec l’idée de mener à bien non seulement un projet individuel de mobilité sociale, mais également de soutenir la cellule familiale (parents et fratrie) dans leur pays d’origine, répondent aux sollicitations des membres de leur famille tant que ne se forme pas un « nouveau foyer en Espagne ». Le mariage en Espagne, et principalement la survenue d’enfants, compliquent l’envoi de fonds qui peut être réduit, voire s’interrompre. Ainsi, à mesure que s’acquiert un plus important capital social et émotionnel dans le pays d’accueil, l’investissement en capital social et émotionnel dans le pays d’origine se réduit, l’envoi de fonds fléchissant.

21[…] Les transferts se maintiennent pour autant que le ou la migrant-e projette son capital émotionnel et social dans son espace social d’origine ; les envois diminuant à mesure que le ou la migrant-e s’installe en Espagne et y renforce des liens affectifs (en cultivant de nouvelles relations sentimentales, en formant de nouveaux foyers, en développant de nouvelles relations amicales et de voisinage). […]

Conclusions

22[…] Ce texte a cherché à mettre en lumière la dynamique d’accumulation de capitaux, dans le cadre des stratégies de mobilité sociale des migrant-es et de leur famille. Il a cherché à montrer comment l’accumulation d’un type de capital peut porter préjudice à l’accumulation d’un autre. […] Nous avons avancé le concept de « capital émotionnel », pour décrire l’ensemble de ressources affectives dont disposent les individus. […] Ceci nous a permis de progresser dans l’analyse de ce que nous avons dénommé la tension dialectique entre le capital financier et le capital social et émotionnel. Une relation circulaire résume cette tension. Si au cours du périple migratoire, la quête de capital financier peut s’accompagner d’un fléchissement dans l’accumulation du capital émotionnel (du fait de la distance créée avec les êtres chers), dans d’autres cas, le capital financier (sous la forme d’envois de fonds, cadeaux et transferts sociaux) augmente le capital social et émotionnel en élargissant l’éventail des relations sociales dans le pays d’origine des migrante-es et de leur famille, et en renforçant les liens entre émetteurs et destinataires des envois de fonds. Enfin, le capital émotionnel joue un rôle clé dans l’accumulation de capital financier considérant qu’en l’absence de liens émotionnels, les envois de fonds diminuent. De sorte que la famille dans le pays d’origine peut être amenée à investir dans le capital émotionnel afin de continuer à recevoir du capital financier.

23La perspective transnationale nous permet de considérer que les migrant-es peuvent investir dans un type de capital dans le pays d’origine, ce qui aura un effet pervers sur un autre type de capital dans le pays hôte. […] Nous avons montré que les migrant-es se meuvent dans divers espaces sociaux (d’origine, d’accueil, espace diasporique), faisant que les stratégies d’accumulation de capitaux se jouent de cette dynamique transnationale, pouvant s’investir en capital dans un espace social (l’Espagne), mais générant, par exemple, une réduction des transferts vers le pays d’origine et, par là-même, du capital financier reçu par les membres de la famille et vice-versa. En effet, l’envoi de fonds peut supposer une accumulation de capital social en Équateur (amplifiant et renforçant le réseau de contacts au pays d’origine) mais générer également une diminution de la qualité de vie de l’immigré-e en Espagne.

  • 1 Extraits de : Oso Casas, L. 2011. Plata y/o amor : remesas, acumulación de activos y movilidad soci (...)

24Enfin, tout au long du texte, nous avons appliqué le concept de « consommation et loisir délégués », en nous basant sur l’œuvre classique de Veblen, qui peut s’avérer utile pour comprendre le paradoxe voulant qu’en certaines occasions, l’envoi de fonds suppose un sacrifice de la part des migrant-es tout en augmentant la qualité de vie (loisir et consommation) des personnes recevant lesdits transferts dans le pays d’origine. En effet, penser en termes de « loisirs et consommation délégués » pourrait permettre d’analyser l’élargissement des activités de loisirs et de consommation des membres de la famille en Équateur comme un moyen, pour le/la migrant-e en Espagne, de gagner en statut et honorabilité, migrant-e qui, en définitive, délègue également sa mobilité sociale.1

  • 2 Les données sur le sujet sont très rudimentaires, mais la Banque centrale du Salvador évalue par ex (...)

De l’usage productif ou improductif des envois de fonds
Carlota Ramírez, Mar García Domínguez et Julia Míguez Morais
La littérature sur les envois de fonds et le développement a beaucoup traité du partage de l’utilisation des envois de fonds entre investissements productifs et consommation. Parce que seule une petite partie des transferts de fonds servent à la création de petites entreprises, à l’amélioration des pratiques agricoles ou à d’autres formes « d’investissements productifs », les décideurs et les chercheurs ont commencé à douter du potentiel de développement des envois de fonds2 (Carling 2005).
Mais l’importance donnée à l’usage productif des envois de fonds a également été critiquée. D’une part, l’utilisation des envois de fonds pour l’achat de produits et de services essentiels qui ne pourraient pas être obtenus autrement est un facteur de réduction de la pauvreté pour de nombreux ménages, ce qui représente en soi un objectif de développement. Les dépenses de biens de « consommation » comme la nourriture, l’éducation et la santé doivent être vus comme des investissements en capital humain. Même si les effets de l’amélioration du capital humain ne sont pas immédiatement perceptibles, les conséquences sociétales à long terme devraient être prises en considération dans l’estimation des bénéfices issus des envois de fonds.
Le mouvement féministe a remis en question la prise en compte de l’usage productif comme seul aspect mesurable et « réel » des envois de fonds. L’importance donnée à la nécessité d’utiliser les transferts de fonds pour des investissements productifs et la critique de leur usage pour le financement d’une soi-disant « ostentation » (comme des fêtes ou des célébrations religieuses) ne prend en compte qu’un aspect de la vie économique des êtres humains et dévalorise les autres types d’investissements – émotionnels, symboliques, communautaires, etc. – dans les différentes sociétés.
Il faut bien garder cette idée fondamentale à l’esprit : les envois de fonds sont de l’argent privé, durement gagné (souvent au détriment de possibilités de promotion, de formation ou de loisir dans les pays de destination). Encourager les usages productifs des envois de fonds peut faire peser sur les travailleurs-ses migrant-es un fardeau qui ne s’impose pas aux autres secteurs productifs, dont les travailleurs n’ont pas à se demander si leurs revenus sont bien utilisés à l’accélération du développement de leur pays.
Références bibliographiques
Carling, J. 2005. Migrant remittances and development coopération. Oslo : International Peace Research Institute.
Ramírez, C., M. García Domínguez et J. Míguez Morais. 2005.
The impact of remittances on development. In
Crossing borders : remittances, gender and development. 17-18. Santo Domingo : INSTRAW.
Traduit de l’anglais par Aurélie Cailleaud

Bibliographie

Hall, A. 2008. International migration and challenges for social policy : the case of Ecuador. In Assets, Livelihoods and Social Policy. (Eds.) C. Moser et A. A. Dani. Washington, D. C. : The World Bank.

Herrera, G. 2004. Remesas, dinámicas familiares y estatus social : una mirada de la emigración ecuatoriana desde la sociedad de origen. Working Paper. Quito : FLACSO.

Oso, L. 2004. Españolas en París : estrategias de ahorro y consumo en las migraciones internacionales. Barcelona : Bellaterra.

Pedone, C. 2006. Estrategias migratorias y poder. Tú siempre jalas a los tuyos. Quito : Abya Yala.

Veblen, T. 1987. Teoría de la clase ociosa. Madrid ; Mexico : Fondo de Cultura Económica. Parution originale 1899.

Notes

1 Extraits de : Oso Casas, L. 2011. Plata y/o amor : remesas, acumulación de activos y movilidad social de las familias de migrantes ecuatorianos. In La migración latinoamericana a España : una mirada desde el modelo de acumulación de activos. (Coord.) L. Ginieniewicz. 129, 132 et 134-149. Quito : FLACSO.
Traduit de l’espagnol par Christine Catarino

2 Les données sur le sujet sont très rudimentaires, mais la Banque centrale du Salvador évalue par exemple à 1 % la part des envois de fonds consacrée à l’épargne.