Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale

 | 
Christine Verschuur
, 
Christine Catarino

1. Reproduction sociale et travail de care dans les espaces transnationaux : rapports de genre, classe, race

Précarisation du travail, crise de la reproduction sociale et migration féminine : les Équatoriennes en Espagne et aux États-Unis

Gioconda Herrera

Note de l’éditeur

Référence : Herrera, Gioconda. “Précarisation du travail, crise de la reproduction sociale et migration féminine : les Équatoriennes en Espagne et aux États-Unis” in Christine Verschuur et Christine Catarino, Genre, migrations et globalisation de la reproduction sociale, Genève, Cahiers Genre et Développement, n°9, Genève, Paris : EFI/AFED, L'Harmattan, 2013, pp. 117-129, DOI : 10.4000/books.iheid.5957 – Acheter le .pdf chapitre éditeur.

Texte intégral

1Si l’émigration équatorienne n’est pas une stratégie de reproduction sociale récente, l’exode qui s’est produit à partir de 1998 a donné au phénomène une importance croissante à la fois en termes macroéconomiques et par ses impacts sociaux et économiques sur les foyers équatoriens. Un des traits les plus saillants de cette nouvelle vague d’émigration internationale est la part croissante qu’y jouent les femmes, soit par les processus de regroupement familial, soit parce qu’elles sont à l’origine des projets migratoires. La féminisation des flux migratoires en Équateur concorde avec les tendances à l’augmentation des migrations féminines dans le monde durant ces trente dernières années, et en particulier avec celle de l’émigration des femmes sud-américaines vers l’Europe au cours de la dernière décennie (Pellegrino 2004). Comme nous l’analysons dans le cas de la migration des femmes équatoriennes en Europe, cette féminisation est souvent liée à la croissance de la demande de travail dans le secteur des soins car ces activités ne sont pas couvertes par l’État, processus que plusieurs auteurs ont nommé privatisation de la reproduction sociale (Bakker et Gil 2003).

2L’économie politique féministe analyse les migrations féminines dans le cadre des effets sociaux et politiques de la mondialisation et montre non seulement que les inégalités persistent, mais aussi que la mondialisation en a fait naître de nouvelles formes (Bakker et Gil 2003 ; Young 2003 ; Sassen 2004). En effet, les politiques de restructuration économique mises en place à l’échelle mondiale ont exacerbé les tensions et les contradictions dans la sphère de la reproduction sociale, et l’augmentation des migrations féminines vers les pays du Nord serait l’expression d’une de ces tensions. Les femmes sont entrées rapidement sur le marché du travail, et parallèlement, les programmes étatiques de prise en charge des enfants et des personnes âgées se sont réduites. Ce sont donc les femmes migrantes qui ont assumé ces responsabilités sociales que l’État ne prend pas ou plus en charge, particulièrement dans les pays qui connaissent une accélération du vieillissement de leur population et ont des taux de natalité faibles, comme les pays du sud de l’Europe. De plus, les femmes migrantes ont souvent laissé des enfants et des familles dans leurs pays d’origine, créant ainsi des situations potentielles de crise du soin et de la reproduction sociale dans leur entourage proche (Ehrenreich et Hochschild 2004 ; Hondagneu-Sotelo 2001 ; Parreñas 2005).

3D’autre part, plusieurs études ont montré que la main-d’œuvre migrante, en particulier les femmes sud-américaines en Europe, s’insère dans des secteurs professionnels qui requièrent des niveaux de formation inférieurs à ceux qu’elle possède (Pellegrino 2004 ; IOÉ 2001). Il s’agit là d’un autre aspect structurel des inégalités mondiales : la perte de capital humain pour le pays d’origine, qui se traduit par des processus contradictoires de mobilité économique s’accompagnant, pour les travailleuses migrantes, d’une perte de statut social et d’un déclassement professionnel tant dans la sphère individuelle que dans la sphère familiale.

4Cet article s’inscrit dans le cadre d’une réflexion générale sur le lien entre genre, reproduction sociale et inégalités à l’échelle mondiale, et analyse l’émigration des femmes équatoriennes ces dernières années selon trois axes principaux. Dans un premier temps, nous examinerons la relation entre la crise économique et financière aiguë que l’Équateur a traversée à la fin du siècle passé – avec son corollaire, une crise structurelle et persistante de la reproduction sociale –, et la détérioration des conditions de travail des hommes et par-dessus tout des femmes. Dans un deuxième temps, nous présenterons des données sur l’insertion professionnelle des Équatoriennes dans leurs principaux pays de destination, les États-Unis et l’Espagne, en comparaison avec celle qui était la leur dans leur pays d’origine. L’objectif est de montrer que l’émigration d’Équatoriennes possédant des niveaux de formation supérieurs à la moyenne nationale et employées en majorité dans des secteurs vulnérables, mais pas pauvres, peut représenter, à long terme, une perte de capital humain et avoir des implications sociales et économiques significatives. Dans un troisième temps, nous analyserons l’impact des envois de fonds des migrants des deux sexes à leurs familles, et leurs effets sur les processus de reproduction sociale. Nous examinerons les modalités d’accès des différents acteurs à ces transferts, comment ils les utilisent et les contrôlent, en mettant l’accent sur les différences de genre et générationnelles.

  • 1 On peut retrouver les résultats de cette enquête dans Herrera et Martínez (2002).

5Les données utilisées dans cet article sont extraites d’une étude réalisée en 2001 dans onze cantons de trois provinces du sud du pays : Azuay, Cañar et Loja. Une enquête a été réalisée auprès de 911 foyers dont au moins un membre avait émigré. Les enquêtes ont été réalisées au plus fort de l’émigration équatorienne, dans une zone où se combinent des processus anciens de migration des hommes des zones rurales, essentiellement, vers les États-Unis et des processus migratoires plus récents de profils urbains et mixtes en termes de genre vers l’Europe1. Ce sont les provinces qui possédaient en 2001 les taux d’émigration les plus forts du pays par rapport à leur population, et, selon Brad Jokisch (2001), il s’agit de la plus importante zone de provenance de migrants sud-américains aux États-Unis.

Le contexte de la migration féminine : exode, crise économique et crise de la reproduction sociale en Équateur

6Selon plusieurs études, l’augmentation drastique du nombre d’hommes et de femmes migrants est la conséquence de la crise économique et politique que le pays a traversée entre 1999 et 2001 (Ramírez et Ramírez 2005 ; Acosta et al. 2004). Le lien de causalité semble évident au vu des chiffres, les périodes où l’économie s’est le plus détériorée coïncidant avec celles de croissance maximale de l’émigration. On estime ainsi qu’entre 1998 et 2004, environ 800 000 personnes ont émigré. Entre 1999 et 2003, la moyenne annuelle des mouvements migratoires était de 131 171 personnes, alors qu’entre 1990 et 1997, ce chiffre était de 29651 (Ramírez et Ramírez 2005, 70-71). Les femmes, quant à elles, représentaient 33 % des migrants avant 1995, alors qu’en 2001, elles ont migré autant que les hommes. […]

7Jusqu’en 1997, 63 % des femmes qui migraient le faisaient en direction des États-Unis, mais le recensement de 2001 a montré une modification significative des destinations. Parmi les personnes qui ont quitté le pays entre 1996 et 2001, 49 % se sont dirigées vers l’Espagne, 27 % vers les États-Unis, et 10 % vers l’Italie. En 1997, moins de 11 000 personnes ont migré vers l’Espagne, contre 157 579 en 2002 (INEC 2001). Cette évolution des destinations renvoie clairement au processus de féminisation des migrations. À l’exception de l’Espagne et de l’Angleterre, les pays européens accueillent essentiellement une migration équatorienne féminine.

8Cette émigration des femmes a également entraîné, dans un second temps, l’augmentation du nombre de mineurs ayant quitté le pays pour cause de regroupement familial. En 2000, près de la moitié des migrants étaient des enfants de chefs de familles, alors que le nombre de chefs de familles ou de conjoints de chefs de famille qui ont migré cette année-là était très inférieur (23 %). On observe d’autre part une augmentation drastique du nombre d’enfants que leurs parents – un, ou les deux – ont laissés derrière eux : de 17 000 en 1990, ils sont passés à 150 000 en 2000 (EMEDINHO 2001). […]

9Comme on l’a vu, la migration de femmes et d’enfants s’ajoute à la migration masculine alors que le pays traverse l’une des crises économiques et financières les plus aiguës de son histoire. […] [Celle-ci] explique en grande partie l’augmentation exponentielle de l’émigration, mais pour comprendre la portée des décisions prises en matière de migration, il faut prendre en compte d’autres facteurs antérieurs à la débâcle financière de 1999. D’autres éléments structurels, qui ont précédé la crise, ont en effet préparé le terrain pour cet exode, comme par exemple les déficiences de l’État en matière de reproduction sociale et la précarisation de l’emploi, particulièrement dans le cas des femmes. Les dépenses sociales réalisées par l’Équateur comptent parmi les plus basses d’Amérique latine et ont diminué depuis 1982, quand les politiques d’ajustement ont commencé à être mises en place. […]

10D’autre part, les transferts monétaires des migrants ont augmenté entre 1997 et 2004, passant de 794 à 1600 millions de dollars. Ils représentaient 5,2 % du PIB en 2002 et, depuis 2000, constituent la deuxième source de revenus du pays. Plusieurs études montrent que ces fonds sont principalement utilisés pour satisfaire aux besoins essentiels et aux impératifs sociaux, parmi lesquels le bien-être, l’éducation et la santé (Bendixen et al. 2003 ; Herrera et Martínez 2002 ; Herrera 2005 ; FLACSO-Banque centrale 2003). Les sommes envoyées par les hommes et par un nombre croissant de femmes permettent donc de combler le vide béant laissé par l’État en matière de droits économiques et sociaux de la population. Il n’est dès lors pas surprenant de constater que certains organismes internationaux comme la Banque mondiale ou la Banque interaméricaine de développement considèrent ces transferts monétaires et la migration comme des programmes anti-pauvreté beaucoup plus efficaces que n’importe lequel des programmes mis en place jusqu’à ce jour par les pays en développement en compensation des politiques d’ajustement structurel.

11Par ailleurs, l’évolution du marché du travail pendant ces quinze dernières années montre une précarisation du travail des hommes et des femmes à des rythmes divers. […] Notons également que le chômage touche deux fois plus les femmes que les hommes (en 2004, 7,67 % des hommes étaient au chômage, contre 13,45 % de femmes) (Vásconez 2005, 15).

12À ces indicateurs de grande précarité de l’emploi s’ajoutent des inégalités de genre plus structurelles liées à la différence persistante entre les salaires des hommes et ceux des femmes. En effet, à conditions égales, les salaires des femmes sont de 22 % inférieurs. L’étude réalisée par Larrea montre que les discriminations de genre expliquent cette différence à hauteur de 54 % (Larrea 2004, 27, citée dans Camacho 2005). Ainsi, peu de femmes ont accès à un travail adéquat, leur taux de chômage est plus élevé, les secteurs qu’elles occupent se caractérisent par une plus grande précarité, et elles ont été particulièrement affectées par les processus de flexibilisation de l’emploi (Vásconez 2005).

13Il convient finalement de signaler que cette détérioration de l’emploi, particulièrement pour les femmes, se produit dans un contexte d’aggravation des inégalités sociales. En terme de distribution inégale des richesses, l’Équateur se situait en troisième position en 2000, après le Brésil et le Paraguay (coefficient de Gini de 0,57). Selon Acosta (Acosta et al. 2004, 260), « alors qu’en 1990 les 20 % les plus pauvres de la population percevaient 4,6 % des revenus, en 2000 ils en percevaient moins de 2,5 %. Les 20 % les plus riches en revanche ont vu leur part passer de 52 % des revenus en 1990 à 61 % en 2000 ».

  • 2 Pedone (2003) et Ramírez et Ramírez (2005) analysent l’importance des réseaux sociaux dans la décis (...)

14En somme, l’émigration croissante des femmes équatoriennes se produit dans un contexte de crise économique aiguë mais surtout de désengagement progressif de l’État de ses obligations en matière de santé, d’éducation, de reproduction sociale en général, et de précarisation de l’emploi. Afin de comprendre pourquoi les femmes quittent le pays, il est essentiel de prendre en considération ces éléments structurels, en y ajoutant les aspects liés à l’existence et à la consolidation des réseaux sociaux2.

L’insertion des migrantes équatoriennes sur le marché du travail

  • 3 NdE : Les maquiladoras (ou maquilas) sont des usines d’assemblage de produits uniquement destinés à (...)

15Plusieurs auteur-es ont montré que la mondialisation s’accompagne d’un processus de féminisation de la main-d’œuvre à l’échelle mondiale. Saskia Sassen (1998) insiste sur l’importance de prendre en compte le genre pour comprendre la composition des processus migratoires définis essentiellement, selon elle, comme une mondialisation du travail. Sassen établit un lien entre les besoins des villes en main-d’œuvre peu rémunérée à l’échelle mondiale et la féminisation de la migration. Deux processus structurels permettent d’expliquer la multiplication, dans les villes du Sud et du Nord, du nombre d’emplois destinés à la population migrante : premièrement la crise du secteur manufacturier traditionnel et la prolifération des systèmes flexibles d’embauche comme les emplois dans les maquilas3 et ceux à domicile, principalement occupés par les femmes ; et deuxièmement, la polarisation et la segmentation des services. Dans les villes, la mondialisation s’est traduite par un développement des secteurs financier, de l’assurance ou de l’immobilier, et s’est accompagnée d’une prolifération des emplois précaires (garde d’enfants, soins aux personnes âgées, emplois de plonge, de gardiennage, de femmes de chambres, etc.). Si les premiers secteurs ont été survalorisés, les seconds ont été sous valorisés ; ils ne sont en général pas comptabilisés et viennent gonfler l’économie informelle. En définitive, Sassen explique que les migrations résultent fondamentalement du fait que l’économie globale encourage la formation d’une demande en main-d’œuvre féminine, et que, plus important encore, les rapports de genre favorisent la production de ces marchés du travail.

16Selon plusieurs études réalisées dans les lieux de destination (IOÉ 2001 ; Gratton 2007 ; Actis 2005), les migrantes équatoriennes alimentent ce contingent de main-d’œuvre de l’économie souterraine ou informelle des villes, dans des conditions qui les privent de la protection du droit du travail. En outre, des études réalisées sur le travail dans des ateliers ou des manufactures textiles à New York montrent la présence d’importants contingents de migrantes équatoriennes (Chin 2005).

17Gratton (2007) compare les modalités d’insertion des Équatoriennes sur le marché du travail aux États-Unis et en Espagne. Il montre qu’aux États-Unis, selon le recensement de 2000, 20 % des femmes travaillent dans des usines textiles, 15 % dans les services domestiques, 10 % dans les services alimentaires, et les 20 % restants occupent des fonctions aussi diverses que bibliothécaires, professeures, agents de vente, réceptionnistes, assistantes légales ou médecins. En revanche, en Espagne, la grande majorité des Équatoriennes travaillent dans les secteurs du soin et du nettoyage. Des données de la sécurité sociale espagnole datant de 1999 (citées par Gratton 2007) nous montrent que neuf Équatoriennes sur dix travaillent dans le secteur des services domestiques. Ces données ne prennent pas en compte les travailleuses sans papiers. Bien que ces chiffres aient pu changer après cinq ans d’expérience migratoire, ils attestent de la présence d’une niche professionnelle importante. Il convient de mentionner le fait que la migration vers les États-Unis est plus ancienne que celle vers l’Espagne, ce qui a une influence sur la trajectoire des femmes. Celles qui ont émigré récemment vers les États-Unis bénéficient de meilleurs réseaux et de possibilités d’insertion plus importantes, dans la mesure où elles peuvent s’appuyer sur une communauté de migrantes équatoriennes mieux consolidée.

18Dans l’étude réalisée dans le sud de l’Équateur, les femmes migrantes constituaient 29 % de l’échantillon. Les pays de destination de la migration étaient très variés […] mais la répartition très concentrée : 92 % d’entre elles avaient migré vers les États-Unis et l’Espagne (respectivement 40 % et 60 %). […] L’étude montre également que les femmes ont des niveaux d’éducation supérieurs à ceux des hommes. On ne relève pas de différences majeures entre les États-Unis et l’Espagne. La majorité des femmes ont reçu une éducation secondaire complète : 46 % dans le cas de celles ayant émigré vers les États-Unis, et 53 % dans le cas de l’Espagne. On relève un pourcentage considérable de femmes ayant reçu une éducation supérieure : 20 % pour les États-Unis, 30 % pour l’Espagne. Les migrantes ayant quitté cette région constituent donc un segment relativement éduqué de la population féminine locale. Ainsi que nous le verrons par la suite, il existe un contraste entre ce degré d’éducation et les perspectives professionnelles, regroupant en général des emplois peu qualifiés, auxquelles elles ont accédé dans les pays de destination. Dans les deux cas, nous parlons principalement de femmes jeunes bien que les femmes migrant aux États-Unis aient une légère tendance à être plus âgées. Cela s’explique par le fait que les États-Unis sont une destination plus ancienne qui possède une histoire migratoire de plus de vingt ans. […]

19En ce qui concerne l’insertion dans le marché du travail, on peut dire que les données corroborent les analyses de Gratton (2007). On constate une différence marquée entre les emplois qu’occupent les femmes aux États-Unis et en Espagne. […] Aux États-Unis, les femmes travaillent dans des secteurs beaucoup plus diversifiés : 35,4 % dans le secteur des services, 21,5 % dans des usines, et 21,4 % dans les secteurs du soin et du nettoyage […]. En revanche, […] les fonctions qu’exercent les femmes en Espagne, sont beaucoup moins diversifiées : 9 % d’entre elles travaillent dans le secteur agricole, 74 % dans le secteur domestique, et 14 % travaillent dans le secteur des services. […] Près de la moitié des femmes qui ont migré vers les États-Unis exerçaient une activité rémunérée avant de quitter leur pays ; l’autre moitié se composait de femmes se consacrant aux activités domestiques ou d’étudiantes. […] Le profil des travailleuses ayant migré en Espagne est relativement similaire à celui des migrantes parties aux États-Unis. […]

20La crise économique et de la reproduction sociale a poussé les femmes à opter pour l’émigration, dans un contexte international qui favorise la trans-nationalisation du travail de soin et sa réalisation par des femmes migrantes.

Rapports de genre et transferts monétaires4

  • 4 Une version antérieure de cette section a été publiée dans Nieves Zúñiga (2005).
  • 5 Pour une analyse détaillée de l’impact macroéconomique des envois de fonds et sur leur rôle dans la (...)

21[…] Selon l’étude réalisée en mai 2003 par le Fond multilatéral d’investissements (FOMIN) de la Banque interaméricaine de développement, près d’un million d’Équatoriens et Équatoriennes, soit 14 % de la population adulte, recevaient des fonds sous forme monétaire de parents vivant hors du pays. […] L’État équatorien et les politiciens ont reconnu l’importance économique considérable de ces fonds dans le processus de dollarisation que connaît le pays depuis janvier 2000 et comme palliatif à la pauvreté croissante qui touche les familles équatoriennes5.

Graphique 1 : Utilisation des transferts monétaires en fonction du sexe

Graphique 1 : Utilisation des transferts monétaires en fonction du sexe

Source : Herrera G. et A. Martínez (2002, 32).

22C’est sous la forme de milliers de transactions de petits montants que ces fonds sont envoyés. […] Selon l’enquête réalisée par la FLACSO en 2001 dans le sud du pays, le montant moyen des envois de fonds était de 150 dollars et les bénéficiaires appartenaient à des milieux peu favorisés, mais pas les plus pauvres. De plus, seuls 27 % des foyers ayant des membres à l’étranger déclaraient ne pas recevoir de fonds. Les résultats de l’enquête sur la destination des fonds sont détaillés dans le graphique 1.

23Comme le montre le graphique, les fonds envoyés sont principalement utilisés pour l’alimentation, la santé, l’habillement, l’éducation, ainsi que pour payer les dettes, contribuant de la sorte au bien-être de la famille. On constate également que les femmes dépensent systématiquement légèrement plus que les hommes en frais de reproduction sociale (santé, éducation, alimentation). En revanche, les hommes ont davantage tendance que les femmes à consacrer les fonds au remboursement des dettes contractées durant le voyage, la construction d’un logement, à des investissements agricoles et à d’autres activités liées à la production. On constate de manière générale qu’en dehors des dépenses liées à la subsistance et au paiement des dettes, le poste de dépense le plus important est la construction. On peut également voir que peu de personnes choisissent d’économiser ces fonds, de les utiliser pour réaliser des investissements agricoles, ou pour acheter des terrains ou du bétail.

24L’analyse des résultats en fonction du lieu de résidence montre que les hommes urbains constituent le groupe le plus susceptible d’investir dans les affaires, dans l’achat de terrains ou de placer des économies à la banque. Le groupe le moins susceptible d’investir dans ces domaines est celui des femmes rurales. Celles-ci utilisent surtout les transferts monétaires pour subvenir aux besoins essentiels de la famille, c’est-à-dire pour la consommation quotidienne. […]

25Les résultats obtenus quant à l’utilisation des fonds envoyés dans le sud du pays coïncident avec ceux d’études antérieures, ces dernières précisant le fait que les transferts monétaires diminuent à mesure qu’augmente le nombre d’années passées à l’étranger. Lorsque la maison est construite, les migrants se limitent à une petite somme mensuelle ou bimensuelle, destinée à la consommation de base (Jokisch 2001 ; Borrero et al. 1995 ; Carpio 1992). […]

26Les femmes ont certes acquis une certaine autonomie et des capacités à gérer l’argent. Mais ces atouts ne sont pas nécessairement source d’empowerment car ils ne leur ont pas conféré une plus grande capacité à négocier ou à se préserver dans des conditions difficiles (Deere et León 2000). La recherche ne révèle aucun cas de femme qui aurait obtenu des titres de propriété validant l’acquisition d’un quelconque bien.

27Les transferts monétaires permettent évidemment aux familles des migrants de développer toute une série de nouvelles dynamiques, de modifier leurs habitudes de consommation, d’accroître leur bien-être ou d’élargir certains horizons en investissant par exemple dans l’éducation, et ceci malgré la faiblesse des montants envoyés. Ce type d’envois, sociaux et en espèce, peut également avoir une influence sur les rapports de genre. Les recherches qualitatives mettent par exemple en lumière des conflits portant sur le contrôle et l’utilisation des fonds, au sein des familles, qui ont à voir avec les dynamiques de genre et les dynamiques intergénérationnelles. Ce constat montre la nécessité d’analyser les logiques extra-économiques pour pouvoir interpréter l’utilisation des fonds envoyés. Dans les faits, ces fonds peuvent être utilisés pour construire un logement, pour acquérir certains biens considérés comme urbains en milieu rural, ou encore des terres ou des actifs fixes. Mais ils sont simultanément utilisés pour financer des festivités au sein des communautés, dans le but de former un ensemble d’éléments qui alimentent le capital symbolique des personnes migrantes, tant dans leurs familles que dans leurs quartiers ou communautés. Selon Levitt (2001), s’il existe des liens transnationaux, c’est précisément parce qu’une relation d’interdépendance, et pas seulement d’échange, se crée entre les zones d’origine et de destination. En effet, les non migrants dépendent des fonds envoyés par les migrants pour assurer leur reproduction, et ces derniers dépendent des premiers pour obtenir une reconnaissance sociale. Les communautés d’origine restent les principales références identitaires des migrants, d’autant plus que ces derniers perdent fréquemment leur statut social dans les pays de destination. Il est donc très important pour eux d’obtenir une reconnaissance dans leurs communautés d’origine, et de montrer qu’ils ont réussi. Ce processus se matérialise dans certaines attitudes de consommation, des transformations de logement, l’acquisition de produits de luxe, etc. Ces dépenses permettent de faire la démonstration d’un certain statut bien plus efficacement que ne le ferait un investissement ou de l’épargne. Les résultats de cette enquête montrent que ces procédés ont particulièrement cours dans les communautés rurales, mais ils ont également tendance à se développer dans les zones urbaines. En ville, les jeunes, fils et filles de migrants, révèlent par leur apparence la présence de leurs pères et de leurs mères partis. Ils matérialisent cette présence en portant des vêtements coûteux, en arborant des accessoires et des styles différents. Les femmes migrantes quant à elles semblent accorder moins d’importance à la reconnaissance sociale, et préfèrent donc que leur absente présence profite à leurs enfants plutôt qu’à la communauté. Cela est probablement dû au fait que leur rôle dans l’espace public et au sein de la communauté est moins valorisé que celui qu’elles jouent au sein de leur famille. C’est dans le cadre familial qu’elles doivent montrer avec force qu’elles sont présentes, surtout si elles sont parties en laissant leurs enfants derrière elles. Sur cette base, les femmes migrantes investissent moins que les hommes dans les activités sportives, dans les infrastructures et dans les festivités, exception faite des sommes consacrées aux activités religieuses. Cet ensemble d’habitudes de consommation qui diffèrent selon le genre laisse entrevoir la nécessité d’une analyse culturelle des pratiques économiques pour étudier l’utilisation des transferts monétaires, leurs liens avec les ressources productives, l’utilité que leur confèrent les différents acteurs sociaux en fonction de leur position sociale. […]

Conclusion

28Les analyses de genre et du rôle que jouent les travailleuses dans le cadre de la mondialisation ont permis d’identifier les deux secteurs principaux d’insertion professionnelle transnationale des femmes : la maquila et les emplois associés au soin. […]

29L’étude réalisée dans le sud du pays montre que le niveau d’éducation des femmes est bien supérieur à celui dont elles auraient besoin pour exercer les fonctions qui sont les leurs dans les pays de destination. […] Pour analyser les conséquences de l’émigration, il est nécessaire de prendre en compte non seulement les transferts qui vont des sociétés de destination aux sociétés d’origine par l’intermédiaire des fonds envoyés, mais aussi les transferts économiques, sociaux, culturels et émotionnels qui sont inscrits dans les corps des migrants, hommes et femmes.

30Il est également nécessaire d’aller au delà des besoins spécifiques des sociétés de destination, notamment de leur déficit en main-d’œuvre dans le secteur du soin, et d’étudier attentivement le lien entre la féminisation de la migration et la précarisation du travail. […] Les caractéristiques de la migration féminine équatorienne que nous avons mentionnées pourraient illustrer l’une des facettes de la précarisation du travail des femmes dans la sphère transnationale. Ici, la précarisation serait la conséquence indirecte des réformes économiques, ainsi que du désengagement de l’État de nombreux domaines de la reproduction sociale comme la santé et l’éducation, plutôt que le résultat d’une politique étatique délibérée.

  • 6 Extraits de : Herrera, G. 2006. Precarización del trabajo, crisis de reproducción social y migració (...)

31Enfin, pour analyser l’économie des transferts monétaires, il s’avère nécessaire de prendre en compte les différences potentielles qui existent au sein des foyers quant à l’utilisation des fonds envoyés, à leur contrôle et à la prise de décisions les concernant. Cette étude montre que tant les hommes que les femmes contribuent à la reproduction sociale de base des familles, mais, lorsque se présentent des occasions d’investir, les femmes disposent de moins de possibilités que les hommes. […]6

Bibliographie

Acosta, A., S. López et D. Villamar. 2004. Ecuador : oportunidades y amenazas económicas de la migración. In Migraciones : un juego con cartas marcadas. (Eds.) F. Hidalgo. Quito : Ediciones Abya-Yala ; ILDIS-FES ; PMCD.

–––. 2005. Las remesas y su aporte para la economía ecuatoriana. In La migración ecuatoriana. Transnacionalismo, redes e identidades. (Eds.) G. Herrera, C. Carillo et A. Torres. Quito : FLACSO – Plan Migración, Comunicación y Desarrollo.

Actis, W. 2005. Ecuatorianos/as en España. Inserciones en un mercado de trabajo segmentado. In La migración ecuatoriana. Transnacionalismo, redes e identidades. (Eds.)

G. Herrera et al. Quito : FLACSO – Plan Migración, Comunicación y Desarrollo.

Anderson, B. 2004. Just another job ? The commodification of domestic labor. In Global woman : nannies, maids and sex workers in the new economy. (Eds.) B. Ehrenreich et A. R. Hochschild. New York : Henry Holt and Company.

Bakker, I. et S. Gill. 2003. Power, production and social reproduction. Human in/security in the global political economy. Basingstoke, New York : Palgrave MacMillan.

Bendixen y Asociados et BID (Banque interaméricaine de développement). 2003. Remesas e inversión en el Ecuador. Washington : Fondo Multilateral de Inversiones (FOMIN).

Borrero Vega, A. L. et S. Vega Ulgade. 1995. Mujer y migración : alcances de un fenómeno nacional y Regional. Quito : Abya Yala.

Camacho, G. et K. Hernández. 2005. Cambió mi vida. Migración femenina. Percepciones e impactos. Quito : UNIFEM.

Carpio, P. 1992. Entre pueblos y metrópolis. Cuenca : IDIS.

Deere C. D. et M. León. 2000. Género, propiedad y estado. Bogotá : Editorial Tercer Mundo.

Ehrenreich, B. et A. R. Hochschild. 2004. Global woman : nannies, maids and sex workers in the new economy. New York : Henry Holt and Company.

EMEDINHO (Instituto Nacional del Niño y Familia, Centro de Estudios de Población y Desarrollo). 2000. Encuesta De Medición De Indicadores De La Niñez y Los Hogares.

FLACSO et Banco central del Ecuador. 2003. Encuesta sobre mercado laboral. Módulo de migración. Février-avril.

Gratton, B. 2007. Ecuadorians in the United States and Spain : history, gender and niche formation. Journal of Ethnic and Migration Studies. 33 (4) : 581-599.

Herrera, G. 2005. Mujeres ecuatorianas en las cadenas globales del cuidado. In La migración ecuatoriana. Transnacionalismo, redes e identidades. (Eds.) G. Herrera et al. Quito : FLACSO – Plan Migración, Comunicación y Desarrollo.

–––. 2005. Remesas, dinámicas familiares y estatus social : una mirada de la emigración ecuatoriana desde la sociedad de origen. En La migración, un camino entre el desarrollo y la cooperación. (Ed.) N. Zúñiga García-Falces. Madrid : Centro de Investigación para la Paz (CIP-FUHEM) ; Comunidad de Madrid.

Herrera, G. et A. Martínez. 2002. Género y migración en la región Sur. Rapport de recherche. Quito : FLACSO Équateur.

Herrera, G. et M. C. Carrillo. 2005. Los hijos de la migración. Familia, reproducción social y globalización. Rapport de recherche. Quito : FLACSO. Équateur.

Hondagneu-Sotelo, P. 2001. Doméstica : immigrant workers cleaning and caring in the shadows of affluence. Los Angeles : University of California.

INEC (Instituto nacional de estadística y censos). 2001. Censo de población y vivienda. Quito : INEC.

Jokisch, B. D. 2001. Desde Nueva York a Madrid : tendencias en la migración ecuatoriana. Ecuador Debate. N ° 54.

IOÉ [Colectivo]. 2001. Mujer, inmigración y trabajo. Vienna (VA) : IMSERSO.

Larrea, C. et J. Sánchez. 2002. Pobreza, empleo y equidad social en Ecuador : perspectivas para el desarrollo humano sostenible. Quito : PNUD.

Levitt, P. 2001. The transnational villagers. Berkeley : University of California Press.

Parreñas, R. S. 2005. Children of global migration. Stanford : Stanford University Press.

Pedone, C. 2003. Tú siempre jalas a los tuyos. Cadenas y redes migratorias de las familias ecuatorianas en España. Thèse de doctorat. Université autonome de Barcelona.

Pellegrino, A. 2004. Migration from Latin America to Europe : trends and policy challenges. Migration Research Series. N° 16. Genève : OIM.

Ramírez, F. et J. Ramírez. 2005. La estampida migratória ecuatoriana. Crisis, redes transnacionales y repertórios de acción migratoria. Quito : UNESCO.

Ruiz, M. C. 2002. Ni sueño ni pesadilla : diversidad y paradojas en el proceso migratorio. ÍCONOS. N° 14 : 88-100.

Sassen, S. 2004. Global cities and survival circuits. In Global woman : nannies, maids and sex workers in the new economy. (Eds.) B. Ehrenreich et A. R. Hochschild. New York : Henry Holt and Company.

Sørensen, N. 2005. The development dimension of migrant remittances. Towards a gendered typology. Présenté au séminaire « International Forum on remittances ». Washington DC. BID. 28-30 juin.

Vásconez, A. 2005. Género, pobreza y trabajo informal en el Ecuador. Rapport présenté à l’OIT. Quito. Octobre.

Vos, R. 2003. ¿Quién se beneficia del gasto social en el Ecuador ? Quito : SIISE-STFS.

Villamar, D. 2005. Impacto de las remesas de los emigrantes sobre los niveles de pobreza de los hogares receptores : El caso de Ecuador. Thèse de master. Programme d’économie. Quito : FLACSO. Équateur.

Young, B. 2003. Financial crisis and social reproduction : Asia, Argentina and Brazil. In Power, production and social reproduction. Human insecurity in the global political economy. (Eds.) I. Bakker et S. Gil. Basingstoke ; New York : Palgrave MacMillan.

Zúñiga García-Falces, N. (Ed.). 2005. La migración, un camino entre el desarrollo y la cooperación. Madrid : Centro de Investigación para la Paz (CIP-FUHEM) ; Comunidad de Madrid.

Notes

1 On peut retrouver les résultats de cette enquête dans Herrera et Martínez (2002).

2 Pedone (2003) et Ramírez et Ramírez (2005) analysent l’importance des réseaux sociaux dans la décision d’émigrer, et dans la consolidation du projet migratoire. Il est clair que des facteurs comme la violence conjugale peuvent jouer un rôle prépondérant dans ces décisions, ainsi que le montrent plusieurs travaux qualitatifs (Camacho et Hernández 2005 ; Herrera et Martínez 2002 ; Ruiz 2002).

3 NdE : Les maquiladoras (ou maquilas) sont des usines d’assemblage de produits uniquement destinés à l’exportation, situées dans les zones franches de divers pays d’Amérique latine et d’Asie, et bénéficiant d’une exemption partielle des droits de douane.

4 Une version antérieure de cette section a été publiée dans Nieves Zúñiga (2005).

5 Pour une analyse détaillée de l’impact macroéconomique des envois de fonds et sur leur rôle dans la diminution de la pauvreté en Équateur, voir Acosta et al. (2005), ainsi que le mémoire de master de David Villamar (2005).

6 Extraits de : Herrera, G. 2006. Precarización del trabajo, crisis de reproducción social y migración femenina : Ecuatorianas en España y Estados Unidos. In La persistencia de la desigualdad : Género, trabajo y pobreza en América Latina. (Ed.) G. Herrera. 199-223. Quito : FLACSO Équateur. Traduit de l’espagnol par Saskia Velásquez

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Utilisation des transferts monétaires en fonction du sexe
Légende Source : Herrera G. et A. Martínez (2002, 32).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

Auteur

Sociologue, FLACSO Équateur

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site